102
Commentaires

Fleur Pellerin en son bureau : une ministre aux manettes

Invitée du Petit journal, Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication

Derniers commentaires

Le ravin de la gêne, une oeuvre versaillaise, a été encore vandalisée! Si on en croit le JDD il y a des caméras,des appareils photos se déclenchant aux mouvements furtifs et des vigiles... Qu'en pense notre ministre de la culture? On peut se balader dans un musée national et se livrer impunément au vandalisme?
« dans son magnifique bureau avec vue sur les magnifiques colonnes de Buren »

Le seul truc moche au Palais Royal c’est les colonnes de Buren.
Elle est pathétique ou de naïveté ou de nullité et, à son niveau c'est navrant d'inculture et d'incompétence. Lorsqu'elle était Ministre de l'économie numérique, elle voulait " apprendre le codage informatique aux élèves ". Elle prétendait, elle, avoir appris....; Voyez la démonstration piteuse qu'elle fait dans l'utilisation des outils numériques de son bureau... En fait, elle a tout d'une potiche mise là comme faire-valoir d'une prétendue modernité de façade à présenter au public, grattez derrière la façade et la réalité apparaît nue dans la vérité d'apparat formaté par les " grandes écoles " élitistes et méprisantes à l'égard du peuple besogneux.
Fleur Pellerin veut mesurer ses retombées médiatiques sur le web
Je suis surprise par le choix du sujet de votre chronique ! Commenter l'insignifiant, c'est très tendance. Vous succombez. A choisir de parler de Fleur Pellerin, vous auriez pu commenter son enthousiasme en découvrant le lycée français en Azerbaïdjan, en compagnie du président, du ministre de l'éducation et de bien d'autres, tous ravis de cette petite visite dans un charmant pays dirigé par un homme de coeur. Mais peut-être ne regardez-vous pas Cash Investigation, vous préférez le petit journal, ça nous en apprend tellement plus ?
Bravo Monsieur Schneidermann, très bonne analyse.
Tout ça me laisse perplexe.
J'ai un peu suivi son boulot quand elle était en charge de l'économie numérique et j'ai eu l'impression d'une personne sérieuse, qui comprenait vite, tout à fait apte à la langue de bois mais dont on sentait le background de l'élite administrative française, un peu le top en matière "technocratique".
Dans la vidéo, je vois quelqu'un qui ne s'est sans doute pas intéressé au décor, ne sait même pas ce qu'il y a dans les meubles et quand je lis les commentaires, je vois :
"consternant", "Ridiculiser", "pschittt la ministre", "pathétique", "tellement malsain", "déconnexion entre nos élites et le peuple", "des incompétents notoires sont assis dans les fauteuils en cuir de la république", "pathétique ministre de la communication et de la culture culture, cette dame est ridicule deux fois", "ce reportage , véritable démonstration de l'inanité du pouvoir d'un "haut responsable" , met en exergue l'incroyable délitement de la représentation du personnel politique . Ces gens là sont nauséeux !"

D'autres comme moi trouvent au contraire que ça la rendait plutôt sympathique, naturelle, un reportage pas si mal pour son image, et du coup, je me demande si des gens croient vraiment qu'un tel montage de 3 min peut être révélateur d'une personne, ou si c'est juste l'occasion d'exprimer un sentiment général sur nos dirigeants. A priori, c'est plutôt la seconde hypothèse mais bon...
Cela vous laisse perplexe ; moi aussi.
Disons que nos perplexités divergent sur le factuel du constat de l'accumulation des prises de décisions de ce gouvernement fossoyeur d'espérance.
Que vous accordiez de la sympathie et du naturel à cette ministre ; soit !
Un autre , plus élevé hiérarchiquement , n'en manque parait il pas en privé.
Cela ne valide en rien la mission de ces gens !
La communication-manipulation dont ils abusent est d'abord utilisée pour disperser les rares attentions que l'on peut , encore,continuer de leur accorder.
S''agit il de de " révéler une personne" en plus ou moins trois minutes ?
C'est étrange , néanmoins, comme sa " crédibilité" me parait entamée .
" C'est juste l'occasion d'exprimer un sentiment général sur nos dirigeants" , dites vous.
Pourquoi pas ?
N'est on pas en présence de l'une des exécutantes d'un pouvoir régalien ?
Sa formation ultra technocratique et libérale la désigne comme un symbole de ce que la caste dominante propose de plus accompli pour réifier efficacement la domination des mêmes .
Alors , son incompétence dans l'utilisation des objets de son environnement, son désintérêt pour les livres ou l'art affiché sous ses yeux ( malgré ses responsabilités officielles !!! ) renverraient il à une appétence pour le bien publique ?
J'aurai tendance à en douter , mon cher Faab .
Je ne stigmatise pas la personne mais sa façon , me semble t'il , d' envisager ses responsabilités et ce quelle fait de sa fonction.
Cordialement
B. Bonnardel, cohérent et pertinent d'un bout à l'autre...Merci.
Je crois avoir déjà dit ailleurs que je connaissais une "technocrate" revendiquée, élue PS (conseillère municipale), et pour ce que j'en saisis, ça se traduit par une mentalité de service public avec une certaine souplesse idéologique, du pragmatisme, le genre : "vous avez tel budget, tels objectifs, voilà votre bureau, on fait le point dans 6 mois", et derrière quelqu'un qui peut bosser tard le soir pour réaliser les objectifs définis.

Pellerin n'est certainement pas du genre lyrique à la Jack Lang ou Frédéric Mitterrand aptes à disserter sur le rap ou prédire un destin de star à Lorie mais au lieu de la juger par rapport aux télécommandes qui trainent dans son bureau, on devrait peut-être regarder le projet de loi censé passer cet automne.

Sinon, pour la voir au boulot : son audition par la commission parlementaire des Affaires Etrangères sur le TAFTA, à l'époque où elle était secrétaire d'Etat au commerce extérieur.

Je crois avoir déjà dit ailleurs que je connaissais une "technocrate" revendiquée, élue PS (conseillère municipale), et pour ce que j'en saisis, ça se traduit par une mentalité de service public avec une certaine souplesse idéologique, du pragmatisme, le genre : "vous avez tel budget, tels objectifs, voilà votre bureau, on fait le point dans 6 mois", et derrière quelqu'un qui peut bosser tard le soir pour réaliser les objectifs définis.



Pellerin n'est certainement pas du genre lyrique à la Jack Lang ou Frédéric Mitterrand aptes à disserter sur le rap ou prédire un destin de star à Lorie mais au lieu de la juger par rapport aux télécommandes qui trainent dans son bureau, on devrait peut-être regarder le projet de loi censé passer cet automne.



Sinon, pour la voir au boulot : son audition par la commission parlementaire des Affaires Etrangères sur le TAFTA, à l'époque où elle était secrétaire d'Etat au commerce extérieur.
Votre dernier lien à propos du TAFTA qui est LE sujet d'importance, démontre l'alignement sans retenue du PS aux anglo-saxons, avec queques réserves de principe sur une prétendue indépendance de la commission UE. Tout cela au prétexte du pragmatisme affiché des solfériniens consentant, de fait, à brader l'indépendance de la France au profit des entreprises et du marché, en réformistes complices du Kapital et de l'eurozone inféodée au libéralisme. L'esprit de Jaurès est trahi...
(...) L'esprit de Jaurès est trahi...


Pour moi, il est trahi depuis 1936 et enterré depuis 1983 mais bon, comme chacun raconte sa propre histoire sur ce qu'est "l'esprit de Jaurès"...
On devrait peut-être regarder le projet de loi « pour une République numérique » que concocte Axelle Lemaire, la secrétaire d’État au Numérique. http://www.nextinpact.com/news/96384-la-nouvelle-version-avant-projet-loi-numerique-daxelle-lemaire.htm « Pendant trois semaines, le grand public pourra le commenter et proposer des modifications, via Facebook. » http://www.atlantico.fr/pepites/projet-loi-numerique-texte-axelle-lemaire-mis-en-ligne-21-septembre-2319535.html

Sinon, Richard Malka a publié un livre : La gratuité, c’est le vol. http://hyperbate.fr/dernier/?p=34352
Oui, et je ne sais pas si vous êtes au courant des opérations de lobbying des sociétés d'ayants droit mais ils mettent le paquet.
En fait, le bouquin/site de Malka pourrait bien être une réaction à celui mis en place par le Parti Pirate pour soutenir le projet initié par leur eurodéputée, Julia Reda, au Parlement Européen : reformonsledroitdauteur.eu. De mémoire, le gouvernement et les eurodéputés français se sont alignés sur la rhétorique des sociétés d'ayants droit, avec mention spéciale pour J.-M. Cavada qui a accompagné ça de marques de mépris envers la porteuse du projet et les artistes du web.

Faut dire qu'il n'a peut-être pas apprécié les mises en cause de son indépendance avec photo de sa présence à une soirée organisée par un organisme de lobbying.
Et puis, Placido Domingo, ça c'est de l'Art, un truc à avoir plein de petites médailles au veston, pas comme cette horreur de Vivaldi rock'n roll par une jeune guitariste française, n'en déplaise aux 6 millions de vue et aux applaudissements du public mondial.
Le texte de ce projet de loi0 est vide, pensé pour ne rien modifier substantiellement. Les questions essentielles sont abandonnées à des acteurs privés. http://scinfolex.com/2015/05/27/loi-sur-la-creation-tout-ca-pour-ca/

0. Projet de « Loi sur la liberté de création, à l’architecture et au patrimoine » présenté par Fleur Pellerin.
C'était à craindre vu l'alignement du gouvernement sur les positions des ayants droit.
Quelqu'un tient une liste des reniements depuis 2012 ?
D'abord, http://www.luipresident.fr/1, « site internet financièrement et politiquement indépendant », « 525 promesses évaluées ». Et son blogue http://luipresident.blog.lemonde.fr/. Et puis http://www.lefigaro.fr/assets/promesses-hollande/Promesses-Francois-Hollande.html (« Sauf mention contraire, les mesures étudiées sont issues des 60 engagements de son projet présidentiel »). Un inventaire anniversaire http://www.liberation.fr/politiques/2013/05/03/un-an-de-hollande-le-grand-inventaire-des-60-promesses_900454. Un verdict à mi-mandat http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20141105.OBS4169/infographie-a-mi-mandat-que-sont-devenues-les-60-promesses-de-hollande.html. Un bilan six mois plus tard http://www.bfmtv.com/politique/trois-ans-de-mandat-quel-bilan-pour-hollande-884438.html.

1. Cité par Calimaq, cf. lien [scinfolex.com] supra.
Loi sur la République Numérique : revue de presse

Projet de loi « République numérique » : Concertation virtuelle (FO)
Communiqué de FO, 25 septembre 2015, L'Humanité
[...] Force Ouvrière demande une concertation immédiate sur ce projet de loi [...]

Pourra-t-on troller le projet de loi numérique ?
Andréa Fradin, Rue89, 25 septembre 2015
[...] Bercy assure [...] que la sélection se fera de manière transparente : seuls seront supprimés les commentaires contraires à la loi (raciste, haineux, etc.). Les hors-sujet se verront mis dans une corbeille, qui restera néanmoins visible aux internautes. [...]

Le gouvernement soumet au public son projet de loi sur le numérique
Jérôme Hourdeaux, Mediapart, 26 Septembre 2015
[...] La lecture des articles est réservée aux abonnés. [...]

Loi sur la République Numérique : un bon texte, et une méthode innovante
Guillaume Champeau, Numerama, 26 Septembre 2015
[...] Le Premier ministre Manuel Valls et la secrétaire d'état au numérique Axelle Lemaire ont donné ensemble, samedi matin, le coup d'envoi d'une consultation publique de trois semaines1 sur le projet de loi pour une République numérique [...]

La «République numérique» dans le texte
Amaelle Guiton, Libération, 26 Septembre 2015
[...] Reste que les avant-projets successifs dévoilés par la presse permettent aussi de prendre la mesure du régime minceur qu’il a subi ces derniers mois. [...] Surtout, plusieurs propositions n’ont pas passé le cap des relectures et des arbitrages interministériels. Ainsi en est-il de la tentative de formaliser un «domaine public volontaire» [...], et des exceptions au droit d’auteur pour autoriser la fouille de textes et de données à des fins de recherche, ou permettre la reproduction, dans un but non commercial, d'une œuvre – sculpture, bâtiment... [...] [(]«droit de panorama»2 [...]). [...]

Matignon lance le projet de loi participatif pour une "République numérique"
Rédaction de France Info, Benjamin Illy, 26 Septembre 2015
[...] Dans les salons de Matignon, envahis par 70 étudiants en droit venus de la région parisienne, le Premier ministre et Axelle Lemaire, s'intéressent aux premières contributions. [...]

Loi Lemaire : co-construire la République numérique avec une cure d’amaigrissement
Marc Rees, Next INpact, 28 Septembre 2015
[...] Selon les derniers décomptes, plus de 730 participants ont déjà mis la main à la pâte [...] nombreux se sont souvenus du projet de loi sur le renseignement, passé comme une lettre à la poste malgré un train d’opposants. [...] une des contributions sur République Numérique veut obliger au portage de la plateforme contribuez.republique-numérique.fr aux autres projets de loi [...] nous reviendrons plus en détail sur le contenu du projet de loi dans un prochain article.

1. Via un site ouaibe dédié et non pas via Facebook, comme l'annonçait Atlantico.
2. « Aujourd'hui, la France est l'un des pays les plus en retard sur le sujet. », Numérique : 10 morceaux de loi que vous pouvez réécrire, Catherine Petillon, France Culture, 26 septembre 2015.
Sans parler du fond du texte, il y a des chances que la méthode soit encore de la démocratie [s]cause toujours[/s] participative à la Royal, la classique visite du marché-bistrot en virtuel : "alors ma bon' dame, z'en pensez quoi du prix des poireaux ?".

A noter qu'il se crée peu à peu un marché de solutions logicielles pour le politique sans qu'on sache trop si les acteurs ont eux-même une visée politique. J'avais hésité et j'hésite toujours à participer à des initiatives comme democratieouverte.org parce qu'on peut facilement tomber dans de la start-up dont le seul souci est de profiter d'un marché de collectivités locales, prête à s'adapter aux demandes pour que surtout ça ne change rien aux structures de pouvoir effectif.

Et comme dit FO dans le communiqué que vous indiquiez, on a vite fait de contourner les structures intermédiaires de négociation sociale pour prétendre se revendiquer du "peuple" alors qu'on suit un pool de comptes virtuels anonymes.
Bientôt une plateforme "populaire" pour Ménard à Bézier, histoire qu'il prétende que "son" peuple aime son [s]Guide[/s] Maire ?
Vous aurez remarqué que le site ouaibe a été réalisé par la startup Cap Collectif qui « trouve ses origines dans l’association Démocratie Ouverte ».

Deux blogueurs soulignent que « [l]e site force l’utilisateur à être binaire »1. Une philosophe répond à la question « Cette « démocratie contributive » est-elle la suite de la « démocratie participative »2.

En tant qu'observateur, nous avons aperçu cette proposition du Gouvermenent : « Permettre une meilleure distinction des "publicités déguisées" sur les supports médiatiques. » Et sinon :
- pas encore de contributions de SavoirCom1 ;
- une de Wikimédia France ;
- et deux de Coin-coin l'Araignée.


1. La « République Numérique », ce n’est pas pour maintenant, par Numendil, pixellibre.net & République numérique : ce projet est une « loi miettes », par Stéphane Bortzmeyer, repris par Rue89, (initialement publié sur son blogue avec ce titre : Consultation « République Numérique », mes observations).
2. « République numérique » ?: tactique politique ou refondation démocratique??, par Béatrice Bouniol recueillant les propos de Fabienne Brugère dans La Croix.
Oui, je suis un peu tout ça et rien que le fait qu'on puisse se connecter avec Facebook ou Google+ me semble honteux. L'Etat avait commencé à proposer un service d'identification numérique centralisé pour les administrations par service-public.fr, et à défaut de rechercher un anonymat des propositions, des opinions politiques, ils pourraient au moins éviter de proposer qu'on laisse à des multinationales l'occasion de faire du profilage politique.

Bon, ceci étant, va falloir que je prépare aussi des propositions pour leur loi...
À propos du contenu du « projet de loi pour une République numérique »

Avant même la publication samedi du projet de loi, Pierre Lescure1 a signé une pétition1 bis qui « insiste sur l’importance de conserver dans la loi numérique les avancées concernant la consécration positive des Communs et d domaine public, la promotion du Libre Accès aux articles scientifiques, ainsi que les mesures en faveur des pratiques innovantes de recherche que constituent la fouille de textes et de données (Text et Data Mining) » http://www.savoirscom1.info/2015/09/soutenir-les-communs-de-la-connaissance-petition/.

Dans une tribune publiée dimanche2, Lionel Maurel2 bis affirme que le projet de loi « s’apprête à introduire au moins deux innovations majeures dans le droit français : une ouverture par défaut des données publiques produites par les administrations (Open Data) et une définition positive du domaine commun informationnel » http://www.liberation.fr/debats/2015/09/27/sous-le-signe-de-l-ouverture-et-des-communs_1391920.

Mais bon, ce projet de loi ne sera discuté au Parlement qu'en 2016. Alors, pour en revenir à notre mouton (« le projet de loi censé passer cet automne »), penchons-nous un instant sur le projet de loi Valter sur la « gratuité et réutilisation des informations du secteur public » (Open Data) auquel seul Next INpact semble s'intéresser : http://www.nextinpact.com/news/96438-gratuite-donnees-publiques-loi-valter-examinee-a-partir-6-octobre-a-assemblee.htm http://www.nextinpact.com/news/96660-open-data-premiers-amendements-au-projet-loi-valter.htm : [...] Transposant la directive dite « PSI 2 », qui aurait normalement due être basculée en droit national avant [le 18] juillet [...] Engagé dans le cadre d’une procédure d’urgence, c’est-à-dire avec en principe une seule lecture par chambre [...] Afin de respecter ses engagements européens, l’exécutif a effectivement fait le choix de légiférer sur l’Open Data en deux temps. [...]


1. Connu des @sinautes pour son rôle de plante verte dans l'émission C à vous.
1 bis. Tribune publiée le 10 septembre 2015 par le journal Le Monde.
2. Tribune publiée le 27 septembre 2015 par le journal Libération.
2 bis. Cofondateur de Savoirs Com1, membre de La Quadrature du Net, etc.
Consternant...
Le ridicule ne tuant pas la ministre survivra à cette démonstration d'incompétence et de ridicule.
Ses gloussements pendant la diffusion de la séquence expriment , sans doute , autant le malaise que l'autodérision .
Mais ce reportage , véritable démonstration de l'inanité du pouvoir d'un "haut responsable" , met en exergue l'incroyable délitement de la représentation du personnel politique .
Ces gens là sont nauséeux !
Ça la rend plutôt sympa. Brillante , elle ne pipote pas Quel ministre ou secrétaire d'Etat maitrise ces atours du pouvoir ?
Formidable séquence de communication pour la ministre, qui permet de s'identifier à une jeune femme sympathique tous ceux qui une fois dans leur vie ont eu du mal avec une interface, ne lisent pas tous les dossiers qu'ils devraient ou sont embarrassés par des bibelots horribles. Beaucoup de monde !

Merci pour elle Canal +

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

pathétique ministre de la communication et de la culture culture, cette dame est ridicule deux fois : une fois dans le reportage et une fois par son rire lorsque elle le découvre avec le public qui lui ne rit pas.
C'est consternant de bêtise
Rendez-nous D'jack Lang !
Elle s'est aperçue, juste après avoir fait visiter ce qu'elle pensait être son bureau, que c'était celui de Ségolène Royal.
Euh, quel ministère l' occupait auparavant ?
beaucoup de rien dans tout ça....
Je l'ai vu en direct, ça m'a rendu fou, et en plus elle gloussait comme une dinde (si cela avait été un homme j'aurais dit comme un dindon) en voyant le reportage, pas du tout gênée de son incompétence... j'ai fermé la TV quand elle se battait avec la télécommande de son lecteur CD. Et sa non réponse à la kiosquière qui a fermé ??? Et Barthes qui relance pas, sacré journaliste le gars... Les buralistes ne choisissent pas ce qu'ils peuvent vendre, celui prés de mon boulot, une semaine on lui donne 10 canards enchaînés et la suivante 2 ! Même histoire pour celui prés de mon domicile sur d'autres titres... Personne ne dit rien ne fait rien et on s'étonne que la presse papier va mal ??? Existe-t-il un autre exemple dans le domaine économique ou la marchandise à vendre sur les étalages n'est pas choisie pas le vendeur en fonction de sa clientèle ? Adieu C+
Certes, la métaphore est facile. et loin d'être fausse. Le fait qu'elle ne maîtrise rien de ce qui devrait être son environnement immédiat est ravageur.

Mais ce qui m'ennuie le plus pour elle, c'est qu'elle aurait pu dire non, ne pas se soucier de l'environnement dans son bureau, sachant qu'elle maîtrisait mal.
Mais un ministre, c'est fait pour répondre aux sollicitations, prendre l'air du temps, parler aux média.
On ne sait pas si elle sait prendre une décision quand il le faut, mais c'est vrai le l'image qu'elle renvoie, pour une ministre......
Qu'ils sont excellents ce petit journal quand ils s'attaquent à tout autre que Mélenchon et le Pen (auquel cas ils ne font que populisme et démagogie).

Sinon, je suis toujours fasciné de voir ces bureaux de ministres sans ordinateur. Je m'étais déjà fait la remarque en voyant des reportages sur l'Elysée ou Matignon : les plus haut personnage de l'état n'ont internet que par procuration. Au XXIème siècle, un ministre français n'a pas d'ordinateur sur son bureau. Je sais pas, ça m'échappe. Des gens qui font l'actualité mais qui la reçoivent par des conseillers en com' derrière un bureau où ne se trouve que du papier. C'est… tellement malsain.

Mais ça explique tellement de choses, sur les couacs gouvernementaux, sur l'impression de déconnexion entre nos élites et le peuple. La déconnexion est littérale, quand on devient ministre, on ne lit plus que ce que des conseillers déposent sur son bureau. Et évidemment, on peut s'amuser à faire des comparaisons, en regardant des photos de Merkel, Cameron, Hollande ou Valls à leur bureau, et voir qu'il suffit de passer la frontière pour que l'informatique atteigne les plans de travail des dirigeants… Un petit sujet d'enquête pour @si ? (où peut-être ça a déjà été fait ?)
Monsieur Schneidermann, vous êtes bien meilleur dans ce domaine là.
" d'autant plus magnifiques qu'il n'a jamais tenté de les utiliser.'
'Qu'elle n'a jamais tenté ... Pour une fois que c'est une femme , ce serait bien de laisser elle , meme si vous parliez là d'une généralité de ministre , pour une fois , elle ...
bien joué Le petit journal! Ridiculiser une ministre en 3 min et pschittt la ministre.
Elle aurait pu se rattraper pendant l'émission mais on est là pour s'amuser, non?
C'est son rire enfantin qui couvre la séquence qui rend cette scène.... pathétique. A l'image de ce gouvernement?
Je serais "papa François", je lui donnerais un bon coup de règle sur les doigts!
"Vous savez, je ne touche à rien, je ne suis que de passage."
A quoi sert son directeur de cabinet ?
Même pas foutu de lire les guides pratiques, les tutos, Modiano, et de lui en faire une synthèse ?
Bonjour
Consternant… il manque le téléphone direct avec son supérieur à Berlin.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.