Fleur Pellerin en son bureau : une ministre aux manettes
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Fleur Pellerin en son bureau : une ministre aux manettes

Invitée du Petit journal, Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication

, a fait les honneurs de son bureau à une équipe de l'émission. La caméra se pose sur une petite boîte, qui traine sur une étagère. La ministre : "Ca je ne sais pas du tout ce que c'est. Probablement un cadeau". Elle l'ouvre, lit un papier : "probablement...de mon homologue du Kosovo". Sur le sol, trainent des dossiers dans des cartons : "des rapports. Je sais pas très bien ce que c'est (rires). Des choses qui devaient être très importantes". Elle caresse la tranche des rayonnages de livres. Passe le fantôme de Patrick Modiano. Elle anticipe la question : "je vous avoue que tous ceux qui sont là doivent faire l'objet...d'un examen plus approfondi".

On passe au bureau-meuble, lui-même, où règne un sympathique désordre. Pellerin, tendant au journaliste une sorte d'oeuf orangé. "Vous savez ce que c'est, ça ?" "Un abricot ?" Majestueuse et catégorique : "Pas du tout, la surface en est lisse." "Et c'est quoi ?" "Je ne sais pas." Une oeuvre au mur : "Je ne sais pas du tout qui l'a peinte." Elle tente d'écouter de la musique. Mais la télécommande du lecteur de CD ne répond pas. "J'ai déjà eu ce problème, quand j'ai essayé de m'en servir." Un silence. Convaincue : "Ca a un son absolument incroyable." Il faudra la croire sur parole. Epreuve suivante : allumer le majestueux téléviseur écran plat. Elle capitule devant le nombre de télécommandes, tente de trouver les boutons sur l'appareil lui-même. Ne sait pas où ils sont cachés. Grâce à l'aide du journaliste, le duo obtient finalement un écran bleu. Encouragée, elle passe au réseau téléphonique "seulement avec les hautes personnalités. Je vous avoue que je ne l'utilise pas très souvent. D'ailleurs je ne sais même pas le décrocher" (gros plan sur sa main, qui tente néanmoins. Et y parvient après une brève lutte. "Alors ça c'est un réseau sécurisé, sur lequel on peut joindre le préfet de police de Paris, le ministre de l'Intérieur. Et on tombe directement sur l'équivalent de ça chez l'autre personnalité. Comme le téléphone rouge. Ca va bien sûr jusqu'à François Hollande". "Et vous l'avez déjà utilisé ? "Non".

Fascinante séquence. On ne sait trop ce qu'on voit. D'abord, bien sûr, la ministre de la Culture et de la communication, environnée d'objets matérialisant ses différents domaines de compétence (coopération culturelle, livre, arts plastiques, peinture, musique, télévision, communication, on croirait que la séquence a été tournée en suivant la liste des différentes directions du ministère), et qui n'est familière avec aucun. Mais pourquoi limiter la portée de cette Allégorie ? Fleur Pellerin offre une image d'une justesse saisissante de la fiction du pouvoir, à travers le personnage du politique français néo-louisquatorzien en 2015, trônant dans son magnifique bureau avec vue sur les magnifiques colonnes de Buren, tranchant avec autorité de la TVA du livre, de la chronologie des medias, de la création d'une chaîne d'info, de la censure d'un film, qui dispose de toutes les manettes du pouvoir, les magnifiques manettes sophistiquées, d'autant plus magnifiques qu'il n'a jamais tenté de les utiliser.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.