31
Commentaires

Extrême droite et cyberharcèlement : les manquements d'un média lyonnais

En 2017 paraît dans le "Le Petit Bulletin" un court article critique de Julie Hainaut sur un bar dont les patrons vantent le colonialisme, puis un contre-article du rédacteur en chef. S'ensuivra un long déluge de menaces de néo-nazis. Or le "Petit Bulletin" a "manqué à toutes ses obligations légales" envers sa journaliste, selon l'inspection du travail. Retour sur l'une des premières affaires de cyberharcèlement de journaliste en France.

Commentaires préférés des abonnés

Je me trompe ou vous n'avez pas mis de lien vers l'article original ? : https://www.petit-bulletin.fr/lyon/article-58700-La+Premiere+Plantation++ou+l+art+de+se+planter.html

Dommage car il est super bien écrit, et étrangement minuscule par rapport aux (...)

Bien sûr, placer les cafetiers au même titre que la nana cyberharcelée jusqu'à l'épuisement, il faut oser...

On peut imaginer que ce journal va finir par couler avec cette affaire, sauf si les journalistes décident de se débarasser de ce mauvais rédac chef, le responsable de ce bordel.

Derniers commentaires

S'attaquer à l'extrême droite à Lyon est risqué car la ville, pour des raisons historiques, contient des groupuscules identitaires et néo-nazis très violents et actifs (casse de locaux de la extrème gauche, ratonades. se lancer dans leur critique est courageux mais à ses risques et périls.

En gros, il y a trois victimes : les deux cafetiers, un peu lourdauds* et mal compris par la journaliste qui choisi de tout prendre au première degré et écrit un papier pas fûfûte qui ne pouvait que mettre le duo de barmen dans la mouise, c'est le moins que l'on puise dire (ya pas de SR, dans ce journal?).

Ensuite... c'est le déchaînement des troupes d'andouilles, sur les cafetiers, sur la journaliste, avec, en acmé, le journal qui fait n'importe quoi.

Trois victimes, donc, pas une.

* on serait étonné de découvrir à quel point des mots, gauchisme, beauf, colonial, confédéré... possèdent des significations lunaires chez les plus jeunes.

Je me trompe ou vous n'avez pas mis de lien vers l'article original ? : https://www.petit-bulletin.fr/lyon/article-58700-La+Premiere+Plantation++ou+l+art+de+se+planter.html

Dommage car il est super bien écrit, et étrangement minuscule par rapport aux suites engendrées.

Le rhum, j'ai l'impression que c'est un signe d'extrême droite (pas une preuve hein, un signe). Disons que je vois de plus en plus de youtubeur facho se tourner vers le rhum. Il est de bon ton au sein de ce milieu de boire un verre de rhum plutôt qu'un verre de vin ou de bière.

C'est un énième "dogwhistle" qui se croit subtil mais qui ne l'est pas pour montrer qu'on fait partie du club des mecs blancs qui fantasment sur le temps béni des colonies. Le plus chiant c'est que les fachos salissent tout ce qu'ils touchent car ensuite ça devient associé à eux.

Ah, y'a pas que moi qui ait remarqué ce truc avec le rhum?

Ne serait-ce pas plutôt parce que depuis quelques années, dans la France entière on ouvre des bars à rhum avec ce qu’on appelle du rhum arrangé, à tous les parfums possibles? 

Et le plus drôle, c’est que chaque région nomme son propre rhum. Chez moi, dans le Cotentin, devinez quoi, il y a du rhum du Cotentin :-)

Le rhum peut bien devenir une boisson d'extrême droite, ça risque de ne pas passer aux Antilles et en Guyane.

Je crois que les gens qui cherchent des « signes » d'opinions inexprimées sont au mieux dans une démarche pseudo-scientifique.

Au pire, je ne les qualifierais pas.

« Contre la bêtise les dieux eux-même luttent en vain. »

C'est le propre des dogwhistle. Ce ne sont pas des preuves. On peut même parfaitement les nier. Ce ne sont que des clins d'oeil qu'une certaine frange de la population reconnaitra. Sans compter l'influence que certains influenceur peuvent avoir, encourageant une certaine pratique.

Par ailleurs, il est inutile de m'insulter. Je n'ai pas dit: tu bois du rhum t'es facho. Ni t'es facho tu bois du rhum. Je me suis seulement interrogé sur l'idée que le rhum pouvait être un marqueur, subtil, d'extrême droite chez certaines personnes. Et visiblement un autre internaute a eu la même intuition que moi. Peut être que dans quelques années, nous aurons un article de socio dessus, sur les dogwhistle, dont le rhum fera partie.

Pardon mais on parle de signe d'appartenance à un groupe social, ce qui ne marche que si on en a un paquet vu que différentes pratiques se retrouvent dans plusieurs groupes sociaux, on ne parle pas de "« signes » d'opinions inexprimées".

De mon côté, j'ai vu pas mal boire de gens de ce bord là boire de l'eau,  mais pas du robinet attention, qui provenait de bouteille en plastique... Un signe discret de ralliement sûrement !

Jamais remarqué rien de tel. Ca doit dépendre beaucoup de l'endroit. Dans ma province les rares bars à rhum sont plutôt tenus par des antillais, on y écoute toutes sortes de musiques que les fafs réprouvent (zouk, reggae, afro-cubain...). 

Peut-être vaut-il mieux s'en tenir aux faits et ne pas trop chercher de messages subliminaux ou de "marqueurs faibles" de ceci ou cela sinon on risque d'en voir un peu partout.

Ce n'est pas parce que vous buvez du rhum que vous êtes d'extrême droite, mais parce que vous êtes d'extrême droite que vous buvez du rhum. C'est pareil pour pleins de trucs. Utiliser les mêmes Pépé the Frog ou Risitas que ça fait de vous un facho.

Par contre, boire du rhum, utiliser les mêmes cités ci-dessus, dire "kek" au lieu de "lol" et pleins d'autres symboles régulièrement utilisés par les fachos, ça montre que la personne est facho.


Il y a quelques décennies des listes de pratiques bourgeoises existaient (le jazz bannis de Cuba pour ça). C'est pas parce qu'on pratique une de ces activités qu'on est bourgeois, mais parce qu'on en pratique plusieurs, régulièrement. Usul c'était un peu fait renvoyer dans ses 22 avec cet épisode https://www.mediapart.fr/journal/france/100619/usul-etes-vous-un-vrai-bourgeois-le-test

On peut imaginer que ce journal va finir par couler avec cette affaire, sauf si les journalistes décident de se débarasser de ce mauvais rédac chef, le responsable de ce bordel.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.