49
Commentaires

Et Trump vira CNN (ou presque)

"Vous êtes les fake news !" Vous êtes l'infaux. Trump pointe son doigt vers le journaliste de CNN

Derniers commentaires

Franchement vous croyez toutes ces conneries ou c'est juste pour ou jouer à se faire peur et/ou se mettre un peu d'émotion dans sa vie?
Les mauvais perdants donnent dans l'outrance et tous les média marchent?
On en est aux sex-tapes, bientôt on aura les Petits Hommes Verts ou autre chose. Il faut bien ratisser large pour tenter d'attraper quelque chose...
Depuis que Soros est un socialiste, humaniste, bienfaiteur de l'humanité chez Jorion, je m'interroge...
Je ne sais pas, mais en tout cas, il est peut-être préférable d'attendre d'avoir mal avant de réagir et de crier au scandale.

Ce genre de montage des services secrets américains (mais pas qu'eux), dont on connaît les manipulations et les abus, bref les coups tordus, est évidemment sujet à caution.

Mais il contraint Trump à se désolidariser de Poutine. En attendant qu'il ne fasse une grosse bourde, susceptible de permettre de le destituer. D'ailleurs Guetta ce matin se demandait si ce montage n'était pas le premier élément d'une opération visant à le faire nier une réalité, cette sextape, et donc de l'accuser si on pouvait la produire, de mensonge (et par suite, de trahison, c'est moi qui ajoute).

Je sais que l'attente de son investiture est insupportable, et qu'on est prêts à tout pour se rassurer et se désangoisser par rapport à cette élection, mais ne pas s'affoler, surtout ne pas s'affoler.
La colère, la peur et la nervosité sont les pires conseillères, et même si nous sommes partie intégrante de l'empire, les évènements auront un impact différé sur nous. Nous allons avoir le temps de nous préparer aux grandes secousses.
Enfin j'espère...
Hélas, pas mal de précisions manquent dans ce billet.
La fable du garçon qui crie au loup devrait vous rappeler qq chose : tous les "fact checks" montrent que sa parole et ses tweets sont essentiellement des mensonges.
Voici un article bien documenté sur comment il est devenu "The Manchurian Candidate" de Putin.

-----------------

Donald Trump Was Bailed Out of Bankruptcy by Russia Crime Bosses
The facts read like a B-grade spy novel.
By Mark Sumner / Daily Kos
January 10, 2017

Print
Comments

Photo Credit: Michael Vadon / Flickr

In 2008, Donald Trump Jr. attended a real estate conference, where he stated that

Russians make up a pretty disproportionate cross-section of a lot of our assets. We see a lot of money pouring in from Russia.

As it turns out, that may have been an understatement. Human rights lawyer Scott Horton, whose work in the region goes back to defending Andrei Sakharov and other Soviet dissidents, has gone through a series of studies by the Financial Times to show how funds from Russian crime lords bailed Trump out after yet anther bankruptcy. The conclusions are stark.

Among the powerful facts that DNI missed were a series of very deep studies published in the [Financial Times] that examined the structure and history of several major Trump real estate projects from the last decade—the period after his seventh bankruptcy and the cancellation of all his bank lines of credit. ...

The money to build these projects flowed almost entirely from Russian sources. In other words, after his business crashed, Trump was floated and made to appear to operate a successful business enterprise through the infusion of hundreds in millions of cash from dark Russian sources.

He was their man.

Yes, even that much seems fantastic, and the details include business agencies acting as a front for the GRU, billionaire mobsters, a vast network of propaganda sources, and an American candidate completely under the thumb of the Kremlin.

It reads like the a B-grade spy novel, a plot both too convoluted—and too bluntly obvious—for John le Carré. The problem is it may not be a conspiracy theory. It may be a conspiracy.

Horton’s analysis comes from piecing together information in three Financial Times “deep reports.” One of these focused on Sergei Millian, the head of the Russian American Chamber of Commerce in the US at the time of Trump Jr.’s “money pouring in from Russia” claim.

Mr Millian insists his Russian American Chamber of Commerce (RACC) has nothing to do with the Russian government. He says it is funded by payments from its commercial members alone.

Most of the board members are obscure entities and nearly half of their telephone numbers went unanswered when called by the Financial Times. An FT reporter found no trace of the Chamber of Commerce at the Wall Street address listed on its website.

Why was RACC’s background filled with so many holes? The Financial Times quotes former Russian MP Konstantin Borovoi in tagging the chamber as a front for intelligence operations that dates back to Soviet times.

“The chamber of commerce institutions are the visible part of the agent network?.?.?.?Russia has spent huge amounts of money on this.”

Millian helped arrange for Trump to visit Moscow in 2007, and had other outings with Trump in the states, including a visit to horse races in Miami. Millian claims that he had the right to market Trump properties in Russia.

“You could say I was their exclusive broker,” he told Ria. “Then, in 2007-2008, dozens of Russians bought apartments in Trump properties in the US.” He later told ABC television that the Trump Organisation had received “hundreds of millions of dollars” through deals with Russian businessmen.

Despite documents and photos showing Trump with Millian, Trump denied their association during the campaign.

Hope Hicks, Mr Trump’s campaign spokeswoman, said Mr Trump had “met and spoke” with Mr Millian only “on one occasion almost a decade ago at a hotel opening”.

The second Financial Times article puts Trump at the middle of a money laundering scheme, in which his real estate deals were used to hide not just an infusion of capital from Russia and former Soviet states, but to launder hundreds of millions looted by oligarchs. All Trump had to do was close his eyes to the source of the money, and suddenly empty apartments were going for top dollar.

Among the dozens of companies the Almaty lawyers say the Khrapunov laundering network used were three called Soho 3310, Soho 3311 and Soho 3203. Each was a limited liability company, meaning their ownership could easily be concealed.

The companies were created in April 2013 in New York. A week later, property records show, they paid a total of $3.1m to buy the apartments that corresponded with their names in the Trump Soho, a 46-storey luxury hotel-condominium completed in 2010 in a chic corner of Manhattan.

Why would Trump’s organization make such a good means of laundering funds? Because real estate has an arbitrary value. Is that apartment worth $1 million? Two million? Why not $3 million for a buyer who really wants it? When the whole transaction is just one LLC with undisclosed ownership paying another LLC with undisclosed ownership, it’s even neater than hiding the money in an offshore account. And while some businesses require due diligence in looking at the source of funds, real estate is a bit more … flexible.

The laws regulating US real estate deals are scant, experts say. Provisions against terrorism financing in the Patriot Act, passed in the aftermath of the September 11 2001 attacks, obliged mortgage lenders to conduct “know your customer” research. But money launderers pay in cash. Sales such as those of the Trump Soho apartments have passed through this loophole, which was partially closed only this year.

Converting funds stolen overseas into property in the US and cash in the account of an LLC represented a win for both the oligarchs and Trump. Best of all, Trump’s sole requirement was that he pay scant attention to the deal—something at which he was already a proven master. For example, the actual owners of the Trump Soho were another limited liability company, Bayrock. Trump was a partner in the LLC and Bayrock cut the checks Trump received when those apartments were sold. And yet ...

In a 2011 deposition, given in a dispute over the Fort Lauderdale project, Mr Trump said he had “never really understood who owned Bayrock”. Jody Kriss, a former Bayrock finance director, has claimed in racketeering lawsuits against his former employer that Bayrock’s backers included “hidden interests in Russia and Kazakhstan”. Bayrock has denied Mr Kriss’s allegations but declined to answer questions about the source of its funds and its relationship with the Khrapunovs.

The third article digs more deeply into the origins of Bayrock and its connection with Trump. That connection … was very close.

The Republican presidential nominee and Bayrock were both based in Trump Tower and they joined forces to pursue deals around the world — from New York, Florida, Arizona and Colorado in the US to Turkey, Poland, Russia and Ukraine. Their best-known collaboration — Trump SoHo, a 46-storey hotel-condominium completed in 2010 — was featured in Mr Trump’s NBC television show The Apprentice.

This is the same group about which Trump said he “never really understood” the ownership.

“I don’t know who owns Bayrock,” Mr Trump said. “I never really understood who owned Bayrock. I know they’re a developer that’s done quite a bit of work. But I don’t know how they have their ownership broken down.”

At the very least, Trump confessed to partnering with, taking money from, and acting as a representative for a corporation whose ownership he didn’t know, in deals that totaled hundreds of millions in countries around the world. However, it seems far more likely that Trump knowingly worked with oligarchs, groups associated with the Russian government, and plain old mobsters. Why? Because he was desperate.

By the 2000s, the property developer and casino owner with ready access to the capital markets and the biggest New York banks was no more. A series of corporate bankruptcies had limited his financing options. Mr Trump had become an entertainer who portrayed a tycoon on television and licensed his name to businesses looking for a brand, leading to fee-making opportunities as disparate as Trump University and Trump Vodka.

The Trump Organization was a hollow shell and Trump was bankrupt, but Donald Trump the public figure was a “successful businessman,” a screen behind which criminal activity could be carried out on a massive scale. Throwing his name at every scheme in existence wasn’t a strategy, it was a fire sale on Trump’s respectability. Steaks? Water? Vodka? Fake real estate school? You pony up the cash, and Trump will slap his name on it. Because by the early 2000s, Trump wasn’t just broke, he had nothing left to pawn. He wasn’t a successful businessman, but he still played one on TV. His image had more value than his real estate portfolio.

But the apartments and buildings where Trump held some degree of ownership could be turned into value again. All it took was partnering with foreign crime bosses looking for a place to stash their cash. To inflate the value of his portfolio, Trump had to do nothing other than look away as the dirty money poured in from one LLC to the next. Citizens in Russia, Kazakhstan, and other former Soviet states lost hundreds of millions, but Trump got a cut as looted funds flowed through offices and apartments in buildings that carried those critical gold letters.

Horton’s evaluation of this material in coordination with the declassified DNI report is that Trump actively worked with and for Russian interests.

What these exposes showed, is that Trump pursued the projects hand in glove with Russian mobsters who worked closely with Putin’s Kremlin ...

But based on the information in the Financial Times report, it appears that there are actually two possible answers. Trump may have been actively involved with and working for Russian sources. He might also have simply played the role of useful idiot, displaying his readiness to feign ignorance about any deal … so long as it generated some funds to float his sinking boat.

In the end, there’s not a lot of difference in the outcome. Trump got money. Oligarchs cleaned their cash. Russia got their man.



Mark Sumner is the author of the nonfiction work "The Evolution of Everything" as well as several novels including "Devil's Tower."
Je suis d'accord avec Ervé, une chronique ambiguë
Mais qu'importe, elle a peut-être le but de nous provoquer surtout quand elle prédit 8 années de règne à cette folie

Et puis elle met sur un pied d'égalité un mec qui peut balayer la planète d'un souffle atomique et un média qui s'essouffle chaque jour à informer des gens qui le nez dans la merde arrivent à sentir une odeur de sainteté quelque part pour excuser un fou qui parle comme leurs tripes

Et puis cette chronique parle d'une fin possible (impeachment et je ne sais) alors que dans une autre la fin était plus ambigüe au point que certains ont vu le présage de Dallas et d'un Lee Harvey Oswald

Et puis c'est oublier en effet bien vite (ma première réaction avant de la trouver plus loin évoquée dans la chronique) le souvenir des ricanements des confrères alors que Sarkozy tançait Joffrin, mais ce jour-là j'ai cru que c'était la France et son éternel agenouillement devant le Roy et son éternel incapacité à la maturité au point d'être toujours collégien même bardé de diplômes. Mais hier j'ai vu que le ricanement est le signe de la lâcheté des hommes, d'où qu'ils soient.

Et puis c'est oublier que peu importe les ricanements, peu importe la mise sous le boisseau, Trump l'a reçu en pleine poire et il a été tel un fou furieux qui se faisait voler sa conférence de presse par cette nouvelle qui même si elle n'est pas prouvée a tous les ingrédients de la vérité, d'autant que celui qui l'a rapporté est Britannique : l'imagination n'est pas notre fort, je parle en tant que binational

Et puis c'est oublier que le chef du FBI Comey a parlé le lundi avant les élections de l'investigation du FBI sur les emails de Clinton alors que le Bureau n'avait pas plus d'éléments fiables sur cette affaire que sur celle du Moscow golden shower dont le bureau avait aussi connaissance alors mais dont Mr. Comey n'a pas pipé mot avant les élections.

Si une partie de la presse est exclue des conférences de presse, il faudrait peut être envisagée de faire des conférences de dépression
La FNSEA a exclu Mediapart de ses vœux à la presse https://reporterre.net/La-FNSEA-exclut-Mediapart-de-ses-voeux-a-la-presse « suite » à son article sur le patrimoine de Xavier Beulin, « L’étonnant train de vie du patron de la FNSEA » (abonnés), publié le 1er décembre.
Je ne sais pas pourquoi certains parlent de censure, a croire qu'ils ne connaissent pas le sens de ce mot.
Trump, comme ses predecesseurs, choisit a qui il veut parler, avec les criteres qui lui son propre, cnn peut toujours diffuser sa production, il n'ya, que je sache, aucune obligation dans les institutions a devoir repondre/parler a cnn.

Je crois que ici, DS passe a coté de quelque chose d'essentiel dans son billet, la perte de poids de certains media dans l'opinion ce qui amene mecaniquement les hommes politiques a pouvoir, ou plutot oser leur rentrer dedans, se passer d'eux sans en subir des consequences importantes.

Trump comme le dit le titre d'une des emissions recentes d'@si va jusqu'au bout de la demarche d'un obama. Obama s'est servit habilement des nouveaux medias pour etre elu, une fois au pouvoir, il a repris une communication plus classique. Trump apparemment a decide de poursuivre la logique et mise sur les nouveaux medias, il communique en commentant en direct sur beaucoup de chose, et tape sur les anciens medias qui lui ont ete particulierement defavorable pendant sa campagne.

Trump est imprevisible, dans le sens ou il a dit beaucoup de choses et son contraire, mais il est parfaitement rationnel, intelligent, si il a une competence qu'on peut lui reconnaitre , et qui ne date pas d'aujourd'hui, c'est la communication. Quelque part trump essaye de renouveler, dans la forme, la relation entre le pouvoir et les electeurs (va t'il continuer une fois potus ?), qui est en crise partout dans les pays occidentaux.

Pourquoi trump decide de donner en spectacle ses remontrances a cnn alors qu'il aurait pu, par exemple, leur fermer la porte a la conference de presse ? Probablement parce qu'il fait le pari, qu'au minimum, il n'a rien a perdre, au mieux, ca le renforcera dans l'opinion.
On connait tous les sondages d'opinion sur la presse qui sont globalement a des niveaux tres bas, et sans doute encore plus chez les electeurs de trump. Il a ete elu malgres la proportion enorme de medias contre lui, et ce fait tend a conforter cette perte de credibilité de ce genre de medias aupres du grand publique US.

Bref ne serait il pas plus pertinent d'analyser sous cet angle la ? un choix rationnel de donner en spectacle l'humiliation d'un media, "mastodonte", comme cnn, et ce que ca nous dit, (ou plutot sur la perception qu'en a trump, peut etre que ce coup de trump va faire un flop... mais j'ai l'mpression que non), il y'a une evolution en marche sous nos yeux, au niveau de la credibilité des uns et ce qu'elle implique dans le bouleversement des rapports de force dans la politique, dasn la communication, dans la societe, etc... ce choix de communication me semble un signe, parmi d'autres, qu'il faut prendre en compte, qu'il echoue ou pas.
Les journaux n'ont plus de pluralisme, ils ne donnent qu'une seule version d'une affaire. Pourquoi personne ne demande, comment ça se fait que le services secret n'est pas utilisé l'info avant le vote de novembre, ils avaient le doc. Et pourquoi ne parle t'ils pas des histoires sur 5 ans ? ça fait 5 ans que Trump veut être président ? y'a pleins de truc pas claire dans ce doc, et les journalistes n'ont pas enquêté pourquoi ? juste ils s'intéressent au machisme alors qu'ils en sont friands, vu le racolage qu'ils font tous avec le seins et le cul des femmes . Les femmes ne sont la que pour être utile , mais surement pas remercié ou valorisé. Par exemple si la police a arrêté Aboud a St Denis c'est grâce courage d'une femme musulmane... Pointer les vêtements des femmes , les mettre en danger dans la rue c'est normale pour beaucoup, par contre reconnaitre que sans nous ce serait bien different, notamment y'aurait eu un attentat a la Défense . Merci madame (qui au passage a été en garde a vu, bravo Cazeneuve) , a voir sur mdp.
et la Fanny ardent superbe discours, avec des trémolos mais elle parle enfin (la pensée unique a 30 ans) : https://youtu.be/JNZe0WF6rhk
Le matinaute : Dans l'écosystème d'aujourd'hui, dans le maquis des réseaux sociaux, la publication de ce rapport invérifiable, remis la semaine dernière à Trump par les chefs des services secrets, publication assortie de toutes les précautions d'usage, est la moins mauvaise des solutions, la question me semble tranchée depuis au moins dix ans.
Ca fait drôle, quand on se rappelle la chasse aux conspirationnistes sur ce même site il y a quelques mois.
Si je comprends bien, dans l'écosystème d'aujourd'hui, la publication d'un rapport invérifiable mettant en cause les Illuminati dans les malheurs du monde devrait être relayée par CNN (et toute la presse occidentale) à condition qu'elle soit assortie de toutes les précautions d'usage.
Des fois, j'ai du mal à suivre l'évolution de la ligne éditoriale du site.
Bon, ça vient, cette sextape ?
pour ma part : outre les chroniques indigestes
matinales et les discutions diarrhéiques du
forum , je dois en plus "assumer" un ré abonnement
pour le temps qui vient
trop galère je me mets à la diète .
Au delà de tout ce fatras, je me pose toujours deux questions:

1- Comment et pourquoi les Américains ont choisi Trump? Car, ne vous en déplaise, il a été élu, porté au pouvoir...

2- Qu'est-ce que voter? Pour quoi, pour qui?

Quand les diarrhées coulent de partout il est trop tard pour serrer les fesses.
Ce type (Trump) commence sérieusement à me sortir par les yeux ! chaque matin, une tartine de Trump, beurk!
J'avoue que j'espère un jour voir un Laurent Joffrin , un FOG, un Duhamel, etc.... se faire renvoyer dans les cordes de la même manière ! Ne jamais oublier de quelle façon ces gens-là traitent un gréviste, un dirigeant syndicaliste, un enseignant .... lorsque par hasard ils ont affaire à l'un d'eux !
Dommage que DSK ne soit pas notre Président, avec Donald, ils auraient eu des Valeurs communes ...
Personnellement je commence à en avoir un peu marre des chroniques sur Trump et les USA et la prétendue "Post-vérité" (à n'en pas douter l'un des plus beau bullshit journalistique de notre époque, soit dit en passant)
Vous feriez pas une légère fixette sur le sujet Daniel ? Je ne nie pas les implications mondiales de son élection, loin de là. Mais de là à nous en faire bouffer tous les jours... D'autant plus qu'il n'est même pas encore à la maison blanche.
Je pense qu'il y a bon nombre de sujets qui concernent de plus près le citoyen français lambda.

Bonne journée
Une chronique ambiguë, dont la conclusion ne réussit pas à nuancer tout ce qui précède..
Non, il n'y a pas de quoi rire. Ce n'est pas un jeu.
C'est l'expression de la censure la plus brutale. L'accepter c'est cautionner les pratiques antidémocratiques du clown malsain qui s'installe à la Maison Blanche pour quatre très longues années.
Et donner Le Pen en exemple pour justifier son comportement, est une ineptie.
Pas de quoi rire? Voir l'intégralité de l'éditocratie 'stasunienne chanter "no passaran" pour crime de lèse majesté contre CNN mais accueillir avec bienveillance les mesures de coercition les plus brutale contre wikileaks et les whistleblowers en général, y a de quoi se marrer oui.

Si on veut pousser le rire jusqu'aux larmes, je conseille de faire un tour sur la twitto-resistance US (T-Shirt disponible ici) notamment le compte de keith -jean moulin- Olbermann.
https://twitter.com/KeithOlbermann
En mon sens divulguer des informations sans même les vérifier est plus grave que de ne pas vouloir répondre aux questions d'un journaliste.

D'un côté on un véritable mensonge de la part d'une des chaînes d'info la plus puissante au monde. De l'autre on à un homme politique qui choisit les personnes à qui il veut parler.

Que cela soit en terme de moral ou d'éthique le premier est reprochable, pas le second.
+ 1.

D'ailleurs je ne comprends pas cette phrase : "il ne faudrait pas tolérer cette agression spectaculaire contre la fonction d'informer".

Est-il certain que CNN a "informé" ses spectateurs en évoquant un rapport invérifiable ?

Si l'échange avait eu lieu concernant une information gênante pour le pouvoir, mais vérifiée, de type "la NSA a mis le pays sur écoute, les alliés des USA sur écoute, le monde entier sur écoute", je serais choquée qu'il réagisse de la sorte.

Mais pas face à un épisode qui ressemble à du bashing gratuit sans fondement.

On ne peut pas d'un côté interroger la responsabilité de la presse (traitement de l'affaire du petit Gregory, de l'affaire Baudis et tant d'autres) pour ensuite se dire "choqué" qu'un homme politique rappelle les journalistes à leur propre déontologie.

Naturellement il s'agit de Trump donc on a très envie de lui coller une paire de baffes, mais il n'en reste pas moins que dans ce cas précis, son refus de répondre ne me surprend ni ne me choque.
CNN a révélé qu'Obama et Trump recevaient un briefing des services secrets au moins en partie basé sur un rapport douteux et non vérifié, et offert à ses spectateurs l'occasion de s'en faire une idée. Il n'y a pas de mensonge à ce sujet, tout le monde a reconnu que c'était bien le cas.
Le traitement douteux imo c'est celui des médias qui tapent aujourd'hui sur Buzzfeed/CNN, qui avaient ce rapport entre leurs mains depuis des mois et y ont fait allusion / en ont repris des éléments en faisant mine d'ignorer qu'il n'était pas étayé. Et qui auraient certainement présenté le briefing d'Obama/Trump comme basé sur de super sources top secrètes s'ils ne l'avait pas été.
Censure, mais elle est assumée!! D'habitude cela se fait dans l'antichambre de la scène politique.

Pour une fois tout est visible et c'est tant mieux. J'apprécie la visibilité et je ne porte pas de jugement à la bataille entre Trump et CNN
J'ai lu germanophobe la première fois, ce qui n'est pas complétement faux non plus dans le cas de Trump.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.