127
Commentaires

Et les transports ? Et les soignants ?

Commentaires préférés des abonnés

 "J'entends dans mes réseaux sociaux monter un grand cri : plutôt que le couvre-feu, "Yakaouvrirdélidréa". Un lit de réa, ce n'est pas une chaise longue en bord de plage. Il ne me semble pas absurde de veiller d'abord à ne pas le remplir."


Je dir(...)

Oh oui rien de choquant à ce couvre-feu. 


Vous n'avez pas l'impression qu'on nous prend un tout petit peu pour des cons Daniel ? 


Penchons nous un peu sur le sois-disant "exemple" guyannais qui sert de justification pour cette mesure policièr(...)

Daniel, je suis assez surpris de votre papier de ce matin… Ce n’est pas parce que l’on se doutait des annonces de couvre-feu qu’elles ne restent pas néanmoins parfaitement choquantes !

La privation de liberté sur les moments hors travail qui n’aura qu(...)

Derniers commentaires

Finalement, le discours de Macron se résume au sentiment que l'Occupation avait des avantages. Dramatique.

"avant-garde" et "télétravail" ???!!!

- un auto-contrôle encore plus fort (à la maison on ne compte pas la pause café comme temps de travail, alors qu'au bureau, si)

- une surveillance encore plus forte des employés (on leur fait encore moins confiance quand ils sont chez eux)

- un manque d'information discrète sur ce qui se passe dans l'entreprise (s'informer par écrit en ligne, c'est moins sûr que des conversations à la machine à café)

Le télétravail ne peut être qu'une solution provisoire et regrettable s'il est obligatoire et à 100%.


les aides :

- ajouter les absurdités du fonds de solidarité (49% de perte -> pas d'aide ; 50% -> jusqu'à 1500 euros)

- les absurdités de l'exonération des charges en fonction du chiffre d'affaire de mars-juin (plus vous avez facturé pendant le confinement, plus vous pouvez exonérer)

- etc.


Le télétravail.


C'est-à-dire que l'empoyé prenne sur lui les coûts de structure : son ordi, son imprimante, ses feuilles, son encre, le chauffage, le ménage, l'espace (ou pas), la gêne peut-être occasionnée chez lui (ne pas faire de bruit pendant les appels téléphoniques... qui peuvent durer toute la journée).


Sympa pour les patrons, comme solution. Mine de rien, ça fait des locaux en moins si ça se pérennise (et pourquoi pas ?) : une location, tous les frais liés. Evidemment que cet argent ne sera pas rendu aux salariés (sinon, à quoi bon ?). D'un autre côté, le salarié n'a pas les transports. Du coup, il peut peut-être travailler plus, non ? On pourrait aller en direction des 39 heures payées 37, comme le voulait Fillon. Par exemple.


Et nos zélites de nous dire : vous voyez, nous zavons trouvé une solution simple au manque de logements : transformer des bureaux en appartements.


J'ai une solution encore plus simple : autant s'installer tout de suite dans un cercueil de travail start-up nation, où tu aurais ton ordi et serait branché sur internet. Après tout, tu n'as plus le droit de sortir le soir. Dès que t'as fini ta vie, on peut balancer le tout dans le feu purificateur (des fois que...).

Pas du tout d'accord avec vous concernant le télétravail. Il est bien sûr souhaitable, mais ne peut pas être imposé, non pas aux employeurs mais aux salariés. Violences intrafamiliales, travailleurs pauvres (dont certains sont employés donc éligibles au télétravail) qui vivent dans leur voiture, très jeunes ou novices collaborateurs qui sont dans l'incapacité de réaliser correctement leur travail s'ils sont éloignés de leurs collègues et/ou manager. C'est une très mauvaise idée pour un employeur d'imposer le télétravail. Et ce serait une tout aussi mauvaise idée d'exiger que les employeurs imposent cela à leurs salariés.

Et il y a la troisième question qui n'a pas été posée : que fait-on pour protéger les catégories les plus vulnérables ? Pendant la première vague, il y avait la possibilité pour ceux-ci (personnes âgées, diabétiques, obèses...) et à leurs conjoints de se mettre en télétravail ou en activité partielle. Cela a été supprimé par un décret à partir du 1er septembre 2020. Il y a eu une une de l'Huma, puis plus rien, pas de réaction politique, syndicale ou médiatique. A part Olivier Berruyer dans "Les Crises



Couvre-feu

On va entrer en vacances, et donc moins d’élèves et d’étudiants en classe, il serait aisé aux caciques du pouvoir de claironner que le couvre-feu a été bénéfique.


Face à sa suffisance Monarc, le laquais du Cac40, son interlocuteur, journaliste d’opérette de TF1 a esquissé un début de question sur les places dans les hôpitaux, mais finalement, n’a pu poser sa question, du coup, le pdt bien-aimé a déroulé, comme à son habitude en ignorant ses allocutaires, feignant de les écouter quelque fois, lui et la préposée faire -valoir de France TV.


Du coup, finalement, comme d’habitude aucune question pointue, intéressante venant de 2 comparses … rien donc sur le transport.


Il a aussi parler un peut du télétravail, sauf qu’un grand nombre de patrons sont encore contre, et surtout cela ne concerne quasiment que les cadres, les travailleurs manuels : boulangers, plombiers, carreleurs, fleuristes, éboueurs etc…, vous croyez qu’ils vont télé -nettoyer les rues ?


J’ai donc compris, qu’il fallait fermer théâtres, cinémas, salle de sports, resto, bars à 21H, 23H en Allemagne, mais qu’ont-ils fait depuis mars pour les hôpitaux ?

Quid du nombre de lits ? toujours les fameux 5000 lits, et en 8 mois ils n’ont embauché personne, pauvres personnels hospitaliers !


Nous voilà réduits à M-B-D : Métro/Boulot/Dodo !

De l’autre côté, certains se plaignent, mais les trentenaires et plus avec enfants en bas âge, et cela en fait du monde, allaient-ils sortir à 22H avec les gosses ?


Et nos compatriotes de banlieues, vous croyez qu’ils ont les moyens d’aller au théâtre à Montparnasse le soir ?

Un jour des enfants blancs en Afrique du Sud ont été amené dans les quartiers pauvres ou vivent leurs compatriotes noirs, ce serait bien aussi que certains de nos compatriotes aillent dans le 91 voir comment vivent les pauvres.


Salauds de pauvres, ils ne sont même pas solidaires de notre confinement !  Mais qu’allons nous devenir, ne plus pouvoir sortir à 21H… aie aie aie


Moi, je suis pour un couvre-feu total pour Pascal Praud de 0 H à 23 H 59 , puis pour une minute de silence !

Entièrement d'accord avec vous concernant le télétravail. Mais le MEDEF a dit : "pas de mesures normatives ou prescriptives", alors on oublie !

Comme le couvre-feu (pour ne pas dire confinement nocturne) se ramène à l'interdiction d'être dehors entre 21h et 6 h, ça n'empêchera pas les gens de se rendre à des soirées avant 21h et de passer la nuit sur place, entassés. 

Il va donc falloir :

- soit se contenter de verbaliser des automobilistes qui rentrent chez eux un peu trop tard (ce qui ne fera pas beaucoup reculer le Covid) 

- soit assurer à la mesure un minimum d'efficacité en donnant à la police le pouvoir discrétionnaire de perquisitionner la nuit au domicile des gens. C'était comme ça pendant l'occupation et c'est la seule façon d'obtenir un couvre-feu digne de ce nom.


Sur le télétravail ça devrait être un droit pour ceux qui le demandent et dont l'activité le permet. Tout devrait être fait en ce moment pour limiter la fréquentation des transports en commun. Les masques réduisent la charge virale mais ils ne protègent pas à 100%. On nous l'a assez répété au printemps ;-)


L'art de combattre le corona sans lâcher un rond, et même en faisant de l'argent ! Après les masques, le couvre-feu : 100% à la charge du citoyen, et l'état s'attend à engranger un beau pactole en amendes. Chapeau bas à nos dirigeants.

Deux point de l'interview (du discours ?) de Macron m'ont particulièrement frappé :
- le délai dans les résultats des tests, c'est pas par manque de volonté, c'est juste des problèmes techniques (ouf, on est sauvés). Apparemment, pour augmenter le personnel soignant, il n'y a même pas la volonté.
- au niveau financier, faut pas augmenter les minima sociaux, le plus important c'est de retrouver un travail, pardon un emploi (la solution ultime à tous les problèmes). La productivité augmente, l'automatisation augmente, la population active augmente, et tout le monde doit avoir un emploi. Cherchez l'erreur.

J'ai passé une nuit aux Urgences : des lits, y'en a ! En revanche, nous étions au moins 4 voire 5 sur 12 à attendre qu'il y ait un lit pour nous dans le service concerné... 2 autres personnes, arrivées plus tôt, ont été emmenées dans des services où il y avait de la place.

Ce que je crois, c'est en effet que, plutôt que parler lits, il faut en effet parler de soignants dans les services. J'étais destinée à aller en cardio, sauf qu'il n'y avait aucun cardiologue cette nuit-là disponible à l'hopital. Nous avons été pris en main par des personnels grévistes depuis des mois, et en ce qui me concerne, j'ai pu voir la cardiologue de garde le samedi matin à 9h30... dès son arrivée dans son service. Une infirmière et 2 aide-soignants pour 12 personnes !

Macron se fout de la gu. du monde en effet. Si j'étais Roselyne Bachelot, je démissionnerais... parce que ce petit con de président est en train de tuer la culture, les intermittents du spectacle, et d'oublier les jeunes qui ont besoin de sortir, de s'amuser, de se cultiver, et qui sont visiblement moins touchés que les vieux schnocks dans mon genre... Il suffit d'éviter de les fréquenter... Mais oui, dans les grandes villes, il y a les transports en commun... et là, l'autre est resté bouche cousue... bien sûr, c'est tellement plus pratique d'éviter de parler de ces travailleurs pauvres qui s'entassent pour aller gagner des clopinettes... et de promettre du fric (qui est déjà parti dans les mesures économiques post confinement pour le patronat)... 

L'essentiel, c'est que les potiches continuent à être des potiches, que les Braud continuent à faire peur, que les impôts augmentent pour payer la police qui distribuera des amendes, histoire d'alimenter mieux que l'ISF supprimé, les caisses de l'Etat !

Je trouve que vous êtes un peu sévère, Daniel. Notre Président de l'Etat Français soigne les valeurs du dit Etat : 

Le TRAVAIL est mis en valeur (sauvegarder l'économie, la compétitivité, blablabla...).

La FAMILLE est protégée (pas plus de 6 à table, pas de bisous aux vieux, blablabla...).

Et la PATRIE en danger se met en ordre de bataille (séparatisme, ensauvagement, blablabla...).

Il a fait à la France le don de sa personne pour atténuer son malheur.

DERNIERES NOUVELLES :   PERQUISITIONS CHEZ NOS ex MINISTRES ET CONSORTS 

, publié le jeudi 15 octobre 2020 à 11h27

Des perquisitions ont eu lieu jeudi matin aux domiciles et bureaux du ministre de la Santé Olivier Véran, de l'ancien Premier ministre Edouard Philippe et des ex-membres du gouvernement Agnès Buzyn, Sibeth Ndiaye dans une enquête sur la gestion de la crise du coronavirus, a-t-on appris de sources concordantes.

et l'école? les vacances scolaires auront plus d'impact que le couvre feu sur la propagation du virus (et vous allez voir qu'ils vont attribuer cette baisse au couvre feu). Une étude anglaise estime que fermer les écoles est la mesures qui aurait le plus d'impact puisqu'elle reduirait le R0 jusqu'à 0,5 points (de moins). Le teletravail c'est jusqu'à 0,4. Les soirées entre amis 0,2 ; les bars et restos 0,2 ; les salles de sports 0,1 . Là ou on en est on aurait besoin de 0,4 pour repasser en dessous de 1; selon les régions.

Yaka....ben il est urgent de rouvrir des lits, oui ! 

Et tout aussi urgent de modifier les quotas pour avoir plus de toubibs, de revaloriser les métiers de la santé pour avoir plus de personnel, de revoir les structures médicales pour avoir de la place.

Le télétravail peut aider les personnes qui pourraient teletravailler, je serais content pour elles...

"l'interview de Macron m'a surtout semblée (sic) remarquable ..." a écrit le matinaute.

Suis-je le seul à avoir noté cette faute d'orthographe ?

Dans ce cas, je suis particulièment fier parce que Daniel est en général irréprochable sur ce point.

le couvre feu commence donc le 17 octobre

"Or qui dit désengorgement des transports, dit télétravail ".


Faut arrêter de fantasmer sur le télétravail. Les entreprises n'ont pas attendu la crise sanitaire pour recourir au télétravail... quand c'est possible (en général pour les tâches administratives) et que c'est plus productif et/ou moins coûteux.


Une tâche administrative peut éventuellement être effectuée à distance. Mais si tous les emplois comportent des tâches administratives, rares sont ceux qui se limitent à cela (*). 


Pour désengorger les transports vaut mieux miser sur une reconfiguration du système production, la révision des méthodes de management ou la reconfiguration des réseaux...

 

A court terme, il ne reste plus que la marche à pied, le vélo, l'automobile ou la réquisition des sociétés d'autocars ou des camions militaires... C'est faisable... On a su, en d'autres circonstances, mobiliser les taxis de la Marne ! Mais il faudrait peut-être autre chose qu'un Président qui déclare : " Soyez fiers d’être des amateurs".


(*) Même un agent d'entretien (activité en présentiel, s'il en est) doit remplir des formulaires (dématérialisés ou pas), rendre compte, communiquer... Quant aux emplois non manuels, la plupart impliquent du présentiel et des déplacements.

Churchill , premier ministre de la G.B. en 38,  disait que le pays devait choisir entre la guerre et le déshonneur.. et ils ont eu les deux !! Là,  Macron doit choisir entre le Covid et "sauver"  l'économie. (le fric de ses "sponsors" !) Nous sommes dans un désastre épidémique (33 000 morts déjà) et nous fonçons vers une désintégration de l'économie  nationale qui affecte déjà les plus pauvres d'entre nous. Quand la folie,  la cousine du Pouvoir, mène le monde..!!. Jésus marchait sur les eaux et remettait debout les paralytiques ..  Macron pourrait  faire plus fort ? Stopper le Covid à mains nues ? 

Le couvre-feu mérite débat (comme beaucoup d'autres choses d'ailleurs)... Et le téletravail aussi, mais si je puis me permettre Daniel, vous êtes en train de remplacer le "Yakaouvrirdélidréa" par  "yakatélétravailler" . Tout est une question de rapport coût bénéfice et l'arbitrage n'est pas le même pour tout le monde. A @si, vous êtes presque "nativement" télétravailleur de par le sens même de votre travail. Pour beaucoup de personnes, même ceux qui "peuvent" matériellement télétravailler, c'est un enfer : en premier lieu les parents (notamment mamans) d'enfants en bas âge, qui sont légion dans le tertiaire. Mais au-delà de ça, ne jamais voir ses collègues en vrai, ne pas changer de lieu pour travailler,  finit par saper le sens même de ce pourquoi (ou pour qui) on travaille. C'est sûrement une salutaire remise en cause pour certains, mais ça peut être très profondément démoralisant surtout en l'absence de perspective de changement de boulot. C'était jouable le temps du confinement qui présentait un caractère d'exception, d'expérimentation. Se dire que c'est ça la vie désormais, c'est insoutenable pour beaucoup de gens.

Peut-on voter ?

Pour évoquer la position de Daniel, que le couvre feu ne choque pas, je vais vous parler de Pascal Praud. Mais avant, je vais vous parler d'un drôle de mécano. Installez-vous, prenez un café, je n'ai que des sucrettes.



Le gouvernement, et ceux qui l'on précédé,  a cassé la santé. Il a fermé des lit de réanimation et dégoutté encore davantage de soignants qui ont quitté dare dare le milieu.

-La France ne peut pas contenir un retour violent de la pandémie, en l'état.

-Le pouvoir cherche donc réduire les risques de contamination afin de ne pas avoir à répondre de ses actes devant le peuple français.
Sauf que pour ces mêmes raisons, la peur de "représailles", il préfère infantiliser les Françai.ses et entretenir un malaise générale en interdisant les interactions sociales ludiques. Un contrôle social selon l'adage actuel : gouverner, quand on ne veut pas agir, c'est interdire.

-Au final, les hôpitaux vont peut-être bientôt craquer sous la charge, vu que les vrais foyers de contamination ne sont pas traités, le chaos va grandir, on accusera le peuple d'être inconscient et Macron se posera  comme un recours.




Et bien ceci, Pascal Praud l'explique tous les jours à l'antenne. Vous savez, Pascal Praud, bien connu de nos @sinautes pour sa détestation démonstrative du patron, qui le lui rend, régulièrement, bien.

Pascal Praud lucide. Ça fait mal, hein ?
Après l'édito de Daniel-Personne, je suis allé écouter Praud et aussi les Grandes Gueules. J'ai sacrifié beaucoup de temps, j'ai donné de ma personne :) Conclusion : ces endroits distillent une parole rebelle face aux abus du pouvoir en les démontant point par point.
Hier soir, 15 minutes après les annonces de Macron, les vidéos facebook de Praud totalisaient des milliers de vues, des milliers commentaires qui louaient la parole du bonhomme.
Ce salopard est encore plus dangereux que j'imaginais. Il est impossible de s'en sortir en prétendant qu'on ne l'écoute pas. D'autres le font pour nous.
Praud a réussi à créer une agora des rebelles à la dérive du pouvoir.

Une agora factice, bien sûr. Praud et les GG sont ces endroits miteux et clivants on l'on casse du jeune de couleur, on l'on glorifie les flics et où l'on crache sur l'islam. Ils seraient toujours en poste si Le Pen était au pouvoir, pas de souci, et c'est bien ça le problème. A part Médiapart, qui a bien saisi hier, la porté liberticide des annonces de Macron, la presse de gauche laisse à ces affreux la possibilité de légitimement lier défense des libertés individuelles et détestation de l'autre.
C'est du suicide.
Il va falloir sortir de la condescendance, sinon, en effet, on osera penser avec Praud que Mr çanamechoquepas ne représente que lui-même.

Sale journée, une de plus.


Drôle d'animal politique quand même ce Macron. Car, "en même temps", c'est le premier que j'entends avoir des mots justes et compatissant envers la jeunesse.

Elle est en toute crise vue comme source des maux mais dans le cas de la crise sanitaire actuelle, c'est un déferlement invraisemblable pour taxer les jeunes d'inconscients.

J'ai trouvé ses mots assez justes à leur sujet et il ne s'est pas laissé embarquer dans la porte ouverte par les deux journalistes qui n'attendaient à ce sujet que "fêtards", "relachement", "distanciation", "alcool" à leur sujet.


Sur le fond de cette question en général peu et mal abordée, on relèvera que tous les jeunes sont dépendants des interactions sociales dans leur vie. Avant 18 ans, quasi tous vivent dans des familles d'au moins trois et souvent plus. Après, ils vivent souvent en cohabitation. Ils sont dépendants des autres ou des transports en commun pour se déplacer. Ils sont tenus de fréquenter les cours et leurs activités extra-scolaires sont souvent en grand nombre.

Le Télétravail ?


Quel est le pourcentage de la population qui peut faire son labeur grâce à un clavier ?


Perso, j'ai construit un mur de briques de lait devant ma porte.


Très grosse lassitude.

Maupassant, quel écho ce matin (amitié, vieillesse, principe de précaution :(

Daniel, je suis assez surpris de votre papier de ce matin… Ce n’est pas parce que l’on se doutait des annonces de couvre-feu qu’elles ne restent pas néanmoins parfaitement choquantes !

La privation de liberté sur les moments hors travail qui n’aura qu’un impact négligeable sur la lutte contre l’épidémie n’est pas une mince affaire d’un point de vue politique et philosophique. Petit à petit Macron depuis le début de son mandat met en place un état autoritaire (par exemple répression ultra-violente des manifestations).

Par ailleurs, en tant que personnel d’encadrement de l’éducation nationale, je peux dire qu’il existe un très grand silence dans le discours d'hier soir. En collège et lycée, les élèves sont entassées dans des classes bondées et (peut-on leur en vouloir) portent le masque très très souvent sous le nez (donc inutile : les aérosols vecteurs du virus envahissent très vite les salles)… Et ce n’est pas pour rien que les établissements scolaires sont les lieux de contaminations principaux…

Et l’éducation nationale dans mon académie commence seulement maintenant à s’interroger comment mieux réussir la continuité pédagogique en cas de confinement partiel ou total (hybridation par exemple présentiel/distanciel pour réduire le nombre de présents dans une même salle et les brassages). Et ce n’est pas un problème économique : collégiens et lycéens peuvent très bien rester seuls chez eux… Contrairement à ce qu’affirme M. Blanquer sur toutes les ondes, notre système éducatif n’a rien préparé de sérieux et les protocoles sanitaires (déjà dérisoires) sont appliqués de façon très hétérogènes… d’où les contaminations !

Vous en avez de d'ces questions!!!! Pas étonnant qu'on ne vous invite pas à l'Elysée pour questionner le grand patron. Franchement Daniel, vous n'êtes vraiment pas dans l'air du temps. 

Les soignants ?

C'est THE grand problème. Donc, ce dont on ne parle pas.

La vague de démissions d'infirmiers(ères) du service public qui déferle est énorme et du jamais vu et me parait bien plus inquiétante que la 2ème vague Covid.

Pour exemple, ( parmi des milliers, oui, oui),une ex collègue du CHU de Nantes démissionnaire 17 ans après sa titularisation, sans aucun droit évidemment, qui "en attendant" bosse en usine de découpe de poulet ! et dit enfin dormir et revivre.

On pourra toujours hurler "yaquarecruterdesinfirmières", ils ne reviendront pas.

Aujourd'hui Macron ouvre la voie à un report des élections régionales de mars 2021 Son pouvoir n'existe que loin des bureaux de vote et tout le monde a en tête le savoureux moment dans l'isoloir où ils dégageront le nabot .

Et ben yaquaarreterleselections

Ca vous choque ?

Oh oui rien de choquant à ce couvre-feu. 


Vous n'avez pas l'impression qu'on nous prend un tout petit peu pour des cons Daniel ? 


Penchons nous un peu sur le sois-disant "exemple" guyannais qui sert de justification pour cette mesure policière.


Le couvre feu à été instauré le 25 mars en Guyanne. Il s'étendait initialement de 21h à 6h du matin. 


Cette mesure brillante a tellement bien marché que 3 mois plus tard, le 22 juin, elle a du être étendue pour commencer a 19 heures en semaine et 15 heures le week-end (!) dans certaines villes. Une situation qui a duré jusqu'en aout suivi d'un petit allégement. Aujourd'hui 7 MOIS plus tard, ce couvre-feu dure encore.


Pas besoin d'être experte en santé publique, pour se rendre compte qu'une mesure qui met 7 mois à faire effet n'est pas très efficace. 


Surtout quand on sait que d'après les chiffres même du gouvernement :




Seul 8% des clusters sont apparus pendant des "rassemblement temporaires de personnes" (fêtes, rassemblement familieux etc.). Oui oui oui 8%.


Évidemment le problème, c'est l'école, le travail, l'université. Mais ça attention, pas touche ! 


En résumé on met en place une mesure policière extrême, qui va probablement être renforcée, sans aucun doute durer plus que 6 semaines et qui va permettre d'éviter quoi ? Au maximum 8% des foyers d'infections ?


Notre gouvernement n'a que des solutions policières, le coronavirus n'est pas un problème de police !


Et pendant ce temps il supprime les mesures de protection des personnes à risque !


Toujours pas choqué Daniel ???


Ouais, mais bon.... les Guyannais ne sont pas vraiment représentatifs de la population française !


ils sont un peu comme les autres là ! vous savez, ceux qui "ne sont pas vraiment rentrés dans l'Histoire"


;-))

 

Quand on met en place un couvre feu c'est souvent pour ces autres d'ailleurs ! En 1967, en 2005, merci à eux qui se dévouent pour tester en exclusivité les mesures répressives de demain !

...qui se dévouent pour tester en exclusivité les mesures répressives de demain !


Oui près de chez nous on appelle ça "les banlieues" ( enfin pas n'importe lesquelles non plus ! )

Vos tableau mentionnent hors epad et milieu familial restreint. Un trou dans la raquette statistique?


La raquette statistique est une passoire. On ne compte qu'au pied des lampadaires, car c'est là qu'on voit le mieux... De plus on compte un peu n'importe quoi.


A côté les stats de feu l'URSS c'était de la haute couture.

Effectivement lorsque l'on regarde les chiffres de la Suisse (c'était en juillet je l'accorde) mais mentionnant le milieu familial comme lieu de contamination on s'aperçoit que c'est le 1er loin  devant et les bars  restaurants et discothèques loin derrière 

https://www.bag.admin.ch/bag/fr/home/das-bag/aktuell/news/news-02-08-2020.html


Quand on ne pose pas la question on n'a pas la réponse 

Et les transports en commun où sont-ils? On ne parle que d'avion, de bateau et de train ... ah oui c'est vrai les transports en commun ne sont pas un lieu de contamination pour aller au travail et à l'école 

Mais les patrons DÉTESTENT le télétravail.


L’obsession des patrons de la vraie vie de Jean-Jacques Bourdin c’est que leurs employés sont des fainéants et qu’ils n’en foutent pas une dès qu’ils ont le dos tourné.


Que le télétravail améliore la productivité ne change rien à l’affaire. Si un patron se préoccupait un minium du réel, il ne serait pas patron in the first place.


Faut sortir un peu Daniel 💁‍♀️

J'espère qu'a 21 heure ou un peu avant les métros, les bus, les trams, les taxi vont arrêter de circuler que ce fichu virus soit confiné et qu'on puisse respirer.

En effet, déclarer un couvre-feu sans y associer le télétravail imposé aux entreprises, laisse apparaître une fois de plus avec évidence les inspirations de ce gouvernement. Je m'abstiens autant que possible de critiques sur la gestion de la crise sanitaire, soit parce que j'estime qu'on n'a pas besoin de ça en plus pour nous diviser, soit parce que je n'ai pas les connaissances nécessaires et la vision globale (je m'informe assez peu sur ce sujet je dois dire). Les critiques à l'emporte-pièce sont contre-productives et discréditent ceux qui les disent.


Mais les réponse du gouvernement sont parfois aussi bêtes. Dans cet article, j'ai beaucoup aimé cette phrase à propos de Véran: "En début de semaine, pour expliquer la logique du couvre-feu dont l’hypothèse circulait déjà, son cabinet confiait à Mediapart que la plupart des personnes qui entraient à l’hôpital ces derniers temps pour cause de contamination au Covid-19 affirmaient avoir participé à une soirée quelques jours plus tôt."

Je crois que ces mêmes personnes auraient aussi affirmé avoir travaillé et pris les transports quelques jours plus tôt...


Quant à l'interview, Macron a tenté de contenir son lyrisme, qui a tout de même pointé par-ci par-là, a encore évoqué la France pays des lumières (j'aurais pourtant plutôt comparé sa France à celle de Pétain), et invoqué le bon sens, comme à son habitude. Sauf que cette fois, nous étions dans une bataille, et non une guerre. Je crois qu'il a compris qu'il était ridicule et a décidé de descendre progressivement dans l'outrance intellectuelle.

Il y a davantage de lits de réanimation que de personnels pour les gérer, car la profession est en sous-effectif.
Mais aussi, il n'y a quand-même pas assez de lits, car on en ferme tous les ans. Les ARS ont même continué après le confinement.

Les contaminations s'effectuent en majorité hors des lieux dont le couvre feu va nous priver.


Du coup, ce couvre feu, ça me choque qu'il  ne  vous choque pas, Daniel. C'est comme si vous aviez passé trop de temps à décrypter la forme de la parole macronienne que le fond. Comme dit l'autre Tout ça pour ça.

 "J'entends dans mes réseaux sociaux monter un grand cri : plutôt que le couvre-feu, "Yakaouvrirdélidréa". Un lit de réa, ce n'est pas une chaise longue en bord de plage. Il ne me semble pas absurde de veiller d'abord à ne pas le remplir."


Je dirais plutôt qu'il serait raisonnable de faire les deux "en même temps". Vu qu'il semble que les mesures mises en place pour maîtriser l'épidémie sont d'une efficacité très relative, révélant soit l'incompétence de ceux qui les mettent en place soit (soyons indulgents) la difficulté de la chose, il me semble que les neuf mois qui viennent de s'écouler auraient pu, auraient dû, être mis à profit non seulement pour créer des lits de réanimation, mais pour mettre ou remettre en marche tout le système, le système hospitalier bien sûr, mais aussi l'ensemble du système de santé qui est bien.... malade. 


Je ne parle pas seulement du Covid, mais de tous les dégâts collatéraux. Discrets (pour l'instant) mais nombreux. 


Daniel, vous ne devriez pas vous moquer de ceux qui s'écrient "Yakaouvrirdélidréa". Le cri est sommaire, mais on peut le compléter au lieu de le railler.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.