190
Commentaires

Et Castex explosa en vol

Commentaires préférés des abonnés

"Édouard Philippe inspirait confiance"

Pas à moi ! 

Philippe inspirait cette confiance ? 


Le retard à l'allumage, c'était lui,  les masques, c'était lui, les tests, c'était lui, les consignes sorties un mois après le déconfinement pour certaines entreprises, c'était lui. Cette incohérence, c'(...)

Ces gens commencent à apprendre que l'autorité de se commande pas, ni ne se décrète. La confiance en est un pré-requis. Si la confiance fait défaut, il ne reste que la peur et la force.

Derniers commentaires

Le masque est un élément important pour éviter la contamination de personne à personne : c'est la première précaution respectant l'autre : en chirurgie, en médecine infectieuse, etc.... Il faut savoir que le nez est le récipient le plus souillé de l'organisme loin devant  le rectum qui abrite les selles : il abrite des milliers de germes plus ou moins virulents  en suspension dans l'atmosphère :  Il est bien de le rappeler et qu'en plus du masque, il est nécessaire de le nettoyer plusieurs fois par jour avec un spray nasal à l'eau de mer ou ce qui est disponible en pharmacie. Savoir que le cerveau est adjacent  et contaminable...!!!

Je profite de l'explosion de Castex pour poser une question qui me taraude depuis quelques jours :


Quelle que soit l'heure, Renè prépare le barbecue.

Sarah n'en peut plus de se réjouir de retrouver sa grand-mère.


Par contre je suis sans nouvelles de Chantal et Alain...


Auraient-ils été dévorés par le Dracula de Wuhan ?


Quelqu'un peut-il me rassurer ?

Monsieur Schneidermann,

Je me suis abonné la semaine dernière en espérant ne pas retrouver des réflexions à l’emporte-pièce d’éditorialistes mal informés comme on en trouve ailleurs. Malheureusement, je trouve ici la même bêtise que sur d’autres médias traditionnels, qui se révèle avec votre jugement sûr de lui et définitif (« la crétinerie française ») sur une partie de la population française qui penserait comme Nicolas Bedos (sur cette crise au moins).


Peut-on vous rappeler que la position des personnes ne croyant pas à l’efficacité du port du masque en population générale était la position de l’OMS jusqu’au 5 juin 2020, et ce depuis au moins une dizaine d’années ? C’est bien plus sur le revirement de l’OMS, sur pression des gouvernements, qu’il faudrait s’interroger. L’OMS indiquait jusqu’en juin que le port du masque en population générale (donc hors système de soins) n’était pas recommandé, voire dangereux, car une personne non formée tripote, touche son masque, et ne le change pas entre chaque lieu de contamination.


Exactement ce qui se passe actuellement partout en France. Où est la crétinerie ? Chez ceux qui croient à la construction médiatique qui ferait du masque la seule solution contre l’épidémie (ce qui serait une rupture historique), ou chez ceux qui croient dans les recommandations de l’OMS avant emballement politico-médiatique ? Je me garderais de conclure rapidement...


La question des masques a été entièrement et massivement construite par les médias au début de l’épidémie en Europe, au sujet des stocks. Cette question a pris une ampleur jamais vue car c’était semble-t-il la seule que les journalistes et les éditorialistes comprenaient, jusqu’à en faire la seule question de cette épidémie (avec les tests, mais auxquels les médias ne comprennent pas grand-chose, même aujourd’hui).


Je vous encourage à revenir sur cette construction médiatique, qui oblige tout le monde (sauf les fumeurs) à porter aujourd’hui le masque chirurgical en plein air, dans les parcs, la nuit à 4h du matin, etc., sous peine d’amendes à 135 euros. On en rirait si ce n’était tragique.


C’est l’article de Tonny Le Pennec, « Anti-masques : l'étrange étude de la fondation Jean-Jaurès » qui m’a fait venir sur votre site. J’ai eu la grande surprise et la grande déception de découvrir en le lisant qu’ASI était déjà tombé dans le panneau du « phénomène Bristielle » en accordant du crédit à son étude (avec « Contre la "muselière" : l'univers hétéroclite des anti-masques », de Julie Le Mest). Ce qui serait vraiment intéressant, ce serait de revenir sur le processus mental, intellectuel, sociologique... qui vous a fait croire que l’étude de Bristielle sur les « anti-masques » était pertinente et représentait une vérité plausible.


J’avais dès le 26 août proposé une réponse sur mon blog : https://blogs.mediapart.fr/le-blog-de-boris/blog/260820/propagande-contre-les-anti-masques-la-fuite-en-avant-des-medias

Peut-être auriez-vous d’autres pistes ?

Je ne peux pas m'empêcher de faire le lien entre ce que vous avez écrit il y a quelques jours dans l'article sur Charli Hebdo : « La liberté d'expression n'a pas de défenseurs plus ardents que nous. »


Et ce que je lis sur cet article : « Nicolas Bedos, qui a apparemment entrepris de fédérer la crétinerie française ».


Donc quand quelqu'un fait usage de sa liberté d'expression mais que ses propos vous déplaisent, direct vous l'insultez ainsi que tous ses auditeurs ? Sérieusement ? C'est pas un peu excessif ce genre de jugement à l'emporte-pièce, de la part des « ardents défenseurs de la liberté d'expression » ?


Peut-être que s'interroger sur la raison qui a conduit Nicolas Bedos conduit à écrire ce mot (au hasard, sentiment de ras-le-bol, partagé par beaucoup?) serait un peu plus constructif? Dans un autre article peut-être.

On se concentre sur les masques, sur les contradictions des politiques, les médias et les membres du gouvernement culpabilisent les jeunes de faire la fête (première génération au monde à se révolter contre l'ordre établi et à vouloir profiter d'une certaine liberté,c'est bien connu), on oblige des millions de personnes à porter le masque en extérieur, alors que l'on sait que ça ne sert quasiment à rien, sauf foule compacte... Et pendant se temps on ne parle plus de l'état des hôpitaux, du fait que le nombre de lits de réanimation a de nouveau été diminué, que le Ségur n'est pas allé jusqu'au bout, et qu'en oubliant le personnel médico-social (champ du handicap par exemple)  il a engendré la fuite de ces personnels vers les hôpitaux et les EHPAD, l'impossibilité à recruter de nouveaux personnels, etc...

Quel rapport entre stopcovid  et le métro puisque qu'on 'nest pas cas contact quand on portait un masque et qu'on est obligé de porter un masque dans le métro? Je sais avoir passé bien plus d'un quart d'heure avec au moisn une, et problablement plusieurs, personnes contaminées et je ne suis pas cas contact. Pourquoi? C'était dans une salle de classe au lycée. À part dans les bars et cafés, qu'on commence à fermer, je ne vois pas quand stopcovid sert à quelque chose avec la définitio n ctuelle du cas contact. Je l'ai téléchargé un temps puis virée parce qu'elle bouffait ma batterie pour rien. Le plus grave là dedans me semble être qu'il ne comprend pas lui même la politique que mène son gouvernement.

Heureusement que le président d'Afrique du Sud Cyril Ramaphosa est là pour montrer l'exemple

Quoiqu'ils fassent, ils sont grillés depuis mars dernier ! 

En revanche, si tt le monde s'excite sur les masques, peu de journalistes s'intéressent aux charters de demandeurs d'asile expulsés sans jugement via leur pays d'origine -même s'ils ont fui parce qu'ils étaient harcelés-... Chez nous, 2 membres d'une famille georgienne ont été expulsés en direction de Tbilissi, la mère et le fils, manu "policiari" sur ordre du Préfet !  A Calais, le préfet refuse que les migrants aient accès aux distributions de nourriture, et dans les Alpes du Sud, le Préfet a demandé la destruction de la maison où ils sont logés...

En plus, vu l'"attentat" (?) qui a eu lieu à midi à Paris, j'imagine que les télés de merde vont s'empresser de dénoncer les séparatismes et tirer à boulets rouges sur ces excités  qui croient que l'islamisme est la pratique d'une religion !

Pour exploser en vol, il faudrait déjà qu'il décolle ....

Il aurait du dire qu'il ne l'avait pas installée car cela ne fonctionne pas. 

J'ai entendu il y a quelques jours qu''il y avait eu 180 notifications depuis le début de sa mise en place.

 Avec 2,3 millions de téléchargement et 497237 cas confirmés de coronavirus au 24/09/2020 il y a sans doute un problème.

Bedos joue à l'idiot utile pour faire l'intéressant : en argumentant le non-respect des mesures "barrières" par la liberté de mourir joyeusement, il sert la soupe au gouvernement en confirmant que ces mesures sont bien de nature à nous sauver. Ce genre de faux rebelle est pain bénit pour le gouvernement puisqu'il trace une ligne nette entre les "infréquentables" et les "raisonnables". Ce en quoi il marche tout à fait dans les pas de son défunt papa, autoproclamé représentant officiel de l'opposition de gauche, qui une fois la gauche au pouvoir a perdu tout son mordant. Alors qu'en réalité un petit nombre de mesures de bon sens est noyé dans - et parasité par - une bouillie incohérente de mesures absurdes qui procèdent au mieux de la croyance magique dans le masque comme talisman, au pire de calculs politiques de mauvais aloi.

ça n'aide pas que les élus marseillais (les barons LR Muselier et Joinssins; mais aussi Rubirola; qu'on a vu soutenir les charlatans Joyeux et Montagnier) ne prennent pas acte du fait que la situation est critique chez eux; et que la fermeture des bars et des restos (et des salles de sports); c'est le minimum du minimum que nécessite la situation. On verra les réactions dans les autres départements quand ils passeront inevitablement en zone "rouge super cramoisi"


Si il y a des raisons d'être en colère c'est en effet qu'on continue sur cette doctrine comme quoi les enfants ne seraient pas contagieux; apparemment on est le seul pays au monde qui considère que c'est le cas contre toutes les dernières études sur le sujet; et qu'on continue de donner cours à des enfants sans masques dans des classes bondées et mal ventilées. S'il y a des raisons d'être en colère c'est qu'on ai attendu autant pour faire le minimum. 


Si il ya des raisons d'être en colère c'est aussi qu'aucune communication officielle ne parle clairement de la transmission par aerosolisation; (reconnue maintenant comme moyen de transmission principal avec les gouttelettes) ; donc la possibilité de contaminer quelqu'un se trouvant dans une même pièce même à l'autre bout si on ne porte pas de masque; et la question de la ventilation.  C'est pour cette raison que les bars; les restos; les cantines; les salles de classes de primaires; les salles de pauses dans les entreprises; les salles de sport; bref tous les endroits où on est à l'interieur sans masques sont les pires endroits au niveau contagion. Peut-être dans six mois.

L'anecdote montre au moins pourquoi Emmanuel Macron l'a choisi et pourquoi il a accepté le poste de premier ministre. 


Ce doit être à peu près la même raison pour tous les autres membres du gouvernement. 


D'où le mensonge structurel de cet exécutif ; puisqu'il repose sur des motivations inavouables. 


Inavouables parce qu'elles n'ont rien de politique. Un ego boursouflé, une revanche sur des frustrations passées, ... ? 


L'intérêt général et le bien public devront attendre. 


Surtout avec des interviewers dont l'audace est équivalente au sens du service public de leurs invités.

Je suis un peu étonnée qu'au delà de ces détails qui font le buzz vous n'ayiez pas soulignė le CADRAGE SÉCURITAIRE  imposé par cette émission , même Dupont-Moretti l'a noté.

 On savait que la campagne était ouverte,  elle l'est désormais avec une très grande clarté , nous entrons dans une zone dangereuse et c'est de cela qu'il faut parler avant de se faire embarquer dans ces petites anecdotes de journalistes qui cachent la forêt

Quelle pandémie ? Pas au courant, et l'INSEE non plus, apparemment => Stats décès 2020

@"Permanent waves": 


Comment donner complètement tort à Nicolas BEDOS dans ce capharnaüm d'inepties ?


...+1

pour info: la faculté de droit de Marseille est fermée pour 15 jours.

On est en train de sacrifier une génération pour sauver les grands-parents (dont je suis).

Chronique du désœuvrement d’un zapping nocturne - un jeudi soir, aux alentours de 23h, sur le service public :


Léa Salamé, Thomas Sotto, Nathalie Saint-Cricq, Jean Quatremer, et Patrick Pelloux sont sur un plateau …


Un couteau trône au centre de la table ; les poules caquettent, ne savent pas trop ; fébriles, elles osent le coup de bec : la lame décrit un quart de cercle, tangue sur son manche – panique et battements d’ailes - puis s’immobilise en cliquetant à la surface du verre. Les glouglous s’apaisent, silence. Puis, pattes et ergots font le tour de la question ; la cour se demande quel prétendant les mènera au prochain bal de la picore.

Derrière la basse-cour, assied les jambes sagement croisées, le cheveu déjà bien gris (hélas !), se trouve le bon Teinturier. « Teinturier ! l’interpelle le maitre coq, dis-nous donc de quelle teinte sera la tenture. L’intéressé hésite un instant, puis chevrote : - N’est-ce pas pour la soupe ? – Mais bien sûr pour la soupe ! quoi d’autre ? Prétends-tu qu’il nous faudrait désormais la servir sans toit sur la crête ? le conclave frémit d'un gloussement entendu. Tu es un sot ! va, poulet sans tête … et laisse donc parler tes bons augures. » 

il semblerait que nous ayons toujours trois fois moins de lits de réa que les allemands, donc ils pédalent comme des malades pour éviter l'engorgement et la situation de devoir choisir qui sera maintenu en vie, l'investissement pour la santé se fait plus attendre que les titres LVMH et le feuilleton"Tiffany"! en écrivant cela , je vais être rangé dans les complotistes, pas glop! mais d'un autre côté comme les QAnon aident Trump, la droite doit penser qu'elle en sera favorisée aussi, les résultats globaux des dernières consultations semblent lui donner raison, que ne se sont-elle pas déroulées à la proportionnelle pure à un tour avec le vote par correspondance autorisé?!

Bonjour

Attention Daniel, vous me donnez l'impression d'être bien naïf  concernant port de masque et la "confiance " en Edouard. Assisterez-vous, vous aussi les bras ballants à la montée du totalitarisme total dont la covid est une merveilleuse opportunité pour le pouvoir, ses potes les labos et les multinationales qui en profitent pour licencier en se gavant d'aides publiques ? 

Tant que le nombre de mort.e.s et d'hospitalisé.e.s reste quasi négligeable, ne pensez vous pas que toutes ces mesures sont en fin de compte plus dangereuses qu'utiles 

Que les injonctions contradictoires aboutissent à une sidération et une immobilité dont profite le pouvoir pour installer son règne fascisant ? (je suis peut-être parano après tout)

Le piège est presque parfait : la critique des mesures sanitaires est assimilée à du complotisme, son application fait taire le peuple le cantonnant au turbin, la ficelle est grosse mais ça marche, même à ASI, heureusement de plus en plus de gens ne sont plus dupes mais la répression est féroce !

J'espère qu'ASI saura tomber le masque et sortir du carcan de la "bien-pensance" bourgeoise, en attendant tant que les émissions se déroulent masquées, je me prive du plaisir de les regarder, notez que  je ne suis pas un anti-masque fanatique mais là franchement vous en faites trop !

J'ai hâte de retrouver l'ASI d'antan...

Allez , faisons la brève et claire : "La covid est une maladie de gueux !" CQFD !

Escartefigue à Matignon, on en est là.

je ne sais pas

je ne veux plus

j'en peux plus

je me fous du monde entier


Pour une fois, je comprends Castex

il est honnête, ça change déjà des autres

Je comprends moins bien sûr la réglementation punitive qui ne fait pas appel au bon sens de chacun en expliquant clairement les enjeux ou qui ne s'applique pas de façon égalitaire


Pour Bedos

quand un résident décide de nous quitter dans une maison de retraite

par un manque sa savoir vivre comme disait je ne sais qui

et qu'on m'en avertit au passage d'une chambre vide

ça me fait toujours quelque chose du genre "un seul être vous manque..."


même cette dame souffrant d'Alzheimer qui nous poursuivait autour de l'escalier central en nous accusant d'avoir dérobé sa veste et nous traitant de "gueules de chien" (de chien sans muselière à l'époque)


alors ce con de Bedos fils fait presque reprocher à feu Bedos père de l'avoir procréé

il aurait été libre de ne pas être né

"Philippe inspirait confiance".  Ah bon ? Pas la mienne en tous les cas (je sais encore dire où j'habite), sauf que je comprends qu'en disant cela, DS s'appuie sur les sondages de popularité qui n'ont d'ailleurs pas été démentis par les élections municipales., en tous les cas, pas au Havre.  

Donc oui, on peut dire que EP inspirait une sorte de confiance que le pauvre bougre de Castex n'arrive pas encore à ... faire décoller. 

Quoi qu'il en soit, on s'en tape, et de EP, et de JC (Jésus crie aussi devant son écran télé).  On s'en tape parce que tous ces gens-là qui nous pseudo-gouvernent n'arrivent pas à la cheville d'un con qui marche. Faudrait revenir aux basiques,: on a des yeux pour voir, des oreilles pour entendre, un bouche pour parler et un cerveau pour réfléchir et penser; Aussi bas soit le QI, il suffit de s'en servir pour comprendre ce qui nous arrive et pourquoi ça nous arrive; Et quand on utilise un tout petit peu son cerveau, on comprend très facilement que la "confiance", inspirée par EP est plutôt un problème qu'une solution.  

Je sais bien que le job de DS, c'est de prendre du recul par rapport aux media et à la communication en général. Je m'aperçois que cela devient de plus en plus une critique du gouvernement en place , sous prétexte d'analyse de la soirée de la 2 par ex. . A coup de petites remarques que je dirais "perverses " : l'ombre de l'intubation" ! " s'ébattre sans masque dans des cérémonies officielles " . etc....

Personnellement, je n'ai vu aucun ministre s'ébattre ! 

Bien sûr, il y a de l'amateurisme. Aucun gouvernement n'a vécu un tel contexte auparavant ! 

Vous parlez d'incohérence dans les mesures prises : Si vous écoutez les professionnels ( infectiologues, spécialistes des maladies virales) ils vous expliquent que les enfants sont très peu contaminants ( pb des écoles qu'on ne ferme pas), par contre les consommateurs de bars après 22h oui : on boit plus, on parle plus, on fait moins attention), donc pourquoi critiquer les mesures prises en zone rouge ? 

Les  articles de DS déchainent des commentaires dénués de nuances, à charge le plus souvent. Tous " haro sur le baudet" ! Quel est son but exactement ? Pas une analyse claire et objective en tous cas ! 

Je ne me suis pas abonnée à ASI pour cela . Il est vrai que je reçois l'article de DS tous les matins et que je le lis en premier : je devrais peut-être me pencher davantage sur les autres articles ? 

Vu l'intérêt des Français.es pour ce cirque télévisuel, Castex a explosé dans un verre d'eau.

D'abord les masques à @si...


Ensuite l'éloge d'un ex-lobbyiste du nucléaire, certes de qualité mais lobbyiste quand même et co-responsable malgré tout de  la gestion du covid, l'un des confinements les plus durs d'Europe avec des dégâts socio-économiques en cours de constatation par chacun et chacune ( hors industriels de l'armement et GAFAM)...


Je trouve DS beaucoup trop dur avec le Premier Ministre de la France : Pour exploser en vol comme le dit un @sinaiute il faut d'abord avoir décollé ce qui ne semble pas de l'intéréssé le cas selon le consensus médiatique; ensuite il s'agit forcément là à mon avis d'une stratégie dictée ailleurs (où donc?), car à Matignon avec "les mains dans le cambouis" "il n'a manifestement pas le temps de prendre le métro ou de pianoter" !

Bon, on va commencer par envoyer la troupe contre la jacquerie marseillaise.

Il ne manquait plus que Castex affirme que le gouvernement entier faisait don de son corps à la France pour atténuer ses malheurs comme un certain Maréchal en 40.  Si le corps gouvernemental, sans l'Application ad hoc  !!!,    était bourré de Covid, on fera sans.... !!!

"Et Castex explosa en vol"


Ah tiens ?


Parce que comme dans la chanson, le lendemain le canard était toujours vivant. Et bien vivant, jusqu'à la prochaine "explosion en vol" puis la suivante, puis la suivante encore.

Si ça continue comme ça en termes de mesures liberticides, tout va bientôt être interdit, sauf le travail et l'école. 

Bosse, met ton masque et tais-toi ! 

Interdit de tomber malade, interdit de mourir et une vie entre parenthèses...

Dans le genre" je suis ministre et j'arrive pas à expliquer toute les consignes que j'impose à la population".

Jean-Michel Blanquer était biens perdu ce matin sur france info.


Je ne vais probablement pas mourir du covid au vu des statistiques qui sortent mais la colère finira par m'étouffer... devant la docilité avec laquelle nous obtempérons aux consignes de cette bande d' abrutis ! Les chiffres donnés par le ministère de la santé lui-même indiquent une mortalité lié au covid inférieur à celui lié à la grippe de 2019 ! Et je ne parle pas des cancers, des suicides, de l'alcool etc etc !

Quoi, vous découvrez que vous êtes mortels ? 

Et n'en déplaisent aux grincheux , à 73 ans oui je laisse une lettre pour laisser ma place en réanimation-covid ou autre-  et je n'ai pas besoin des comiques bobos pour cela !

"Et le bon sens bordel" ? 



Je n'ai pas regardé... Ca m'évite le dépit, la rancœur, l'amertume, la tristesse!!!! Rien que le titre de l'émission et le nom des présentateurs  a suffit à me dissuader de perdre mon temps. Salamé et Sotto en maître de cérémonie non merci, juste la continuité de France Inter "docile" et RTL "servile". Il y a bien longtemps que ces émission sont devenus des services de comm pour les gouvernants. Et Castex en invité, non mais franchement, on comptait apprendre quoi ? Que Castex ne prend pas le métro ? Vous en doutiez qu'ils sont déconnectés de tout ? Rien a attendre. 

Mais j'admire votre capacité à croire encore ou la force de votre espérance. Ca au moins c'est positif ;-)

"Et Castex explosa en vol" : Heu Castex n'a jamais décollé à vrai dire.


Petit avant-goût de fin du monde : assister en spectateur à l'affrontement de deux crétineries.

Philippe inspirait cette confiance ? 


Le retard à l'allumage, c'était lui,  les masques, c'était lui, les tests, c'était lui, les consignes sorties un mois après le déconfinement pour certaines entreprises, c'était lui. Cette incohérence, c'était lui et les mensonges, il les a tous couverts.


Vous avez la mémoire bien courte.

Ils veulent tellement ne pas arrêter l’Economie, qu’ils partent dans tous les sens et nous perdent. J’attends avec gourmandise le re-confinement général...

Bonjour et merci pour la chronique. 


"Edouard Philippe, au contraire de Macron, inspirait cette confiance "


Première nouvelle !

Encore une fois, je suis un peu partagée. On se délecte des bourdes de "nos" dirigeants... ça réjouit, mais ça prend beaucoup de temps et de place et n'apporte pas grand chose de nouveau. Pendant ce temps là, des choses plus graves et moins drôles s'affirment avec "douceur et fermeté". 


Un indice? Toutes nos radios et télé se gaussent de la déconfiture de Castex, qui a parlé deux heures pour qu'on n'en retienne que ces quelques minutes rigolotes. Mais qu'a-t-il dit d'autre? Faudra chercher, et lire entre les lignes, écouter entre les mots pour le savoir.


"En me temps", nous échapperons peut être, pour cette fois, à l'embrigadement des journalistes, car Darmanin a fait une comique contrition sous forme de "malentendu", mais observons bien, il ne recule que pour mieux sauter l'obstacle la prochaine fois, il est déjà en train d'y réfléchir, et pas que lui.

je n'ai évidemment pas regardé cette émission de propagande ( j'attends que ce soit obligatoire et soumis à contrôle pour le faire ! ) mais j'ai entendu ce matin qu'outre le "stopcovid", l'épisode des piscines était aussi croustillant !


"oui elles seront fermées, enfin non, elles elle pourront être ouvertes .... enfin celles à l'air libre ! " 


 on rentre dans l'hiver, ça concerne combien de lieux en fait ? 

Et si celles à l'air libre peuvent être ouvertes, c'est parce qu'il n'y a pas de risque ( ou moins ) mais alors pourquoi imposer le masque à tous, tout le temps dans la rue ? 

Les rue ne sont pas à l'air libre ?


Comment donner complètement tord à Nicolas BEDOS dans ce capharnaüm d'inepties ?


Petite info d'un copain qui dirige un grand labo, outre le fait d'être submergés par les demandes ( n'importe quel hypocondriaque se précipite pour se faire dépister.... et pas qu'une fois  ) il commence sérieusement à se faire ressentir un maque de réactif pour procéder aux tests !


Encore une gabegie de plus....

Que Bedos et ses suiveurs signent une attestation pour laisser leur place en réanimation en cas de saturation des hopitaux et à ce moment là je pourrai accepter leur démarche.

Moi, je signe, pas de problème.


La saturation de La Timone, à Marseille, c'est 16 lits en réanimation. Vite débordé, non ?


En 30 ans : suppression de 100.000 lits d'hôpital. Vous ne croyez pas que la saturation actuelle vient de là ?

Si, évidemment, en attendant on ne peut pas créer des milliers de lits et pourvoir des milliers de postes en un claquement de doigts.

Non, mais en 6 mois?

Perso un médecin qui a fait ses études en 6 mois, j'en veux pas.

personne ne parle de ça !

Le problème c'est qu'au pic de la vague on a ouvert des lits (à Créteil Mondor par exemple) qui n'étaient pas opérationnels par manque de personnel. 

Et le personnel on ne le forme pas en quelques mois.

Ben c'est ce que je comprends du commentaire de Christophe. On peut ouvrir le nombre de lit qu'on veut, s'il n'y a pas les médecins derrière, ça ne sert à rien. Il faudra des années pour récupérer des dégâts fait à l'hôpital public (et je ne suis pas sûr qu'il y ait la volonté politique de).

ça on est d'accord. la T2A à fait empirer les choses, et quand on voit que Roselyne est la nouvelle héroïne (comme dirait les Goguettes ) ça laisse rêveur sur la capacité des français à avoir suffisemment de mémoire pour juger de quoi que ce soit !

Je ne dis pas que tous les Français ont une mémoire exceptionnelle mais je pense que Bachelot est surtout la nouvelle héroine des médias (dans lesquels elle à fait un lonnnggg tour, coïncidence ?).
Et si les médias étaient la transposition de la pensée, des aspirations, et de l'opinion des Français, ça se saurait.

Ce ne sont pas les médecins qui font tourner un hopital mais les infirmier.ères et les internes. On forme des pompiers en une semaine au geste élementaire pour une action. On pourrait le faire, si on en avait la volonté politique. Surveiller une personne intubée et perfusée selon un ptrocole avec de spoints où on prévient un infirmier.ère et un.e médecin.e ça se gère, on le fait avec des pompiers par exemple sur des hopitaux de campagne lors de catastrophe...

Les pompiers ont une formation avant leur formation. Ils ne sortent pas de nulle part.
Mettre des gens qui n'ont jamais bossé à l'hôpital ou dans la santé avant en soin intensif ? Je crois que vous rêvez un peu.

"Mettre des gens qui n'ont jamais bossé à l'hôpital ou dans la santé avant en soin intensif ? Je crois que vous rêvez un peu."


Caricature à part, je pense que c'est bel et bien ce que nous allons devoir faire. Le manque de médecins est criant, il est ancien (numerus clausus), il a été mis en place volontairement. Et il faut dix ans pour former un médecin, six en tout cas pour un interne. 


Le manque de médecins est aggravé du fait que les anciens (des hommes) faisaient facilement et gaillardement leurs 80 heures et plus par semaine, bobonne à la maison s'occupait des enfants. Bobonne n'est plus ce qu'elle était et renâcle désormais à ce genre de vie. De plus, la féminisation importante du métier rend caduc ce fonctionnement familial, jamais un homme (ni même une femme en cas de couple lesbien) n'acceptera ça. Les médecins non plus, hommes ou femmes, ne veulent plus vivre comme ça.


De plus en plus souvent, sages femmes et infirmières se voient confier, parfois illégalement, des missions réservées aux médecins. De plus en plus souvent les auxiliaires doivent dispenser, illégalement toujours, des soins infirmiers. 


Il faudra bien officialiser tout ça, et surtout donner aux professionnels la formation dont ils ont besoin pour faire ce qu'on leur demande. Six mois, ça risque d'être un peu court, c'est pourquoi on devrait commencer tout de suite. 


En attendant, on sait que les personnes à qui on confie des tâches pour lesquelles elles ne sont pas formées se forment d'elle-même, vaille que vaille, "sur le tas" comme on dit. Et pas si mal, car sinon on aurait affaire à la multiplication de bourdes devant les tribunaux. Merci à ceux, et surtout à celles, qui ne sont "rien". 


Ah, un détail: le métier étant devenu de plus en plus dur et frustrant, des infirmières se barrent. Ça n'arrange rien, bien sûr, et quel gaspillage, ces années de formation pour quelqu'un qui ne finira pas sa carrière...

Les allemands l'ont fait eux !


En outre si on se penche sur ce que dit Bedos, il ne parle pas de gens fragiles qu'il faut ( qui doivent se )  protéger. 

Comme d'hab' on fait des raccourcis par facilité

Donc en tant que personne fragile à double titre j'ai droit d'être enfermé et ne voir plus personne ? C'est quoi ce validisme... Si tout le monde (entreprise, média, gouvernement, simple citoyen etc...) avait fait le nécessaire (éloignement interpersonnel, regroupement en lieux clos exclus, etc...) l'épidémie ne serait pas repartie;.. Mais entre d'un côté les complotistes, les incultes scientifiques et les rebelles à deux balles (mais c'est quoi cette débilité sur l'inutilité des masques : à leur prochaine opération j'invite les anti-masque à refuser que le personnel soignant en porte... que je sache ils portent un masque non pour se protéger mais pour protéger les patients des risques de transmission ) et de l'autre côté l'incompétence crasse de nos gouvernants doublée d'une duplicité avec les milieux financiers et patronaux (surtout ne plus arrêter l'ECONOMIE ! laissons les gamins se contaminer au lycée et au collège et transmettre à leur famille et à leurs profs : je suis cadre de l'éduc, je peux vous dire que ça explose : mais là on ne touche à rien ! )... Des incohérences qui ne font qu'amplifier la défiance à l'encontre de toute parole institutionnelle. Aucune surprise de rien, Castex est le digne représentant d'une époque... Nous courrons à la catastrophe depuis longtemps cette épidémie n'en est que le révélateur violent. Mais de grâce, que chacun puisse vivre : protéger ma vie comme je prends soin des autres...

C'est quoi ce validisme...


Argument absurde. Si je vous suis, puisque certains handicapés sont en fauteuil roulant, il faudrait interdire à tous de prendre des escaliers ? Ça devient vraiment n'importe quoi...


Quant à l'économie, étant donné que le virus va encore circuler des mois voire des années, on fait comment ? Vous allez planter vos patates pour passer l'hiver ?

Là aussi les arguments faciles commencent vraiment à devenir n'importe quoi !

Vous validez en fait ce que je dis : on ne va pas détruire les rampes d'accès au prétexte que je n'en ai pas besoin. Par contre le masque protège les autres et non soi même ! Renseignez vous ! Ne pas le porter c'est décider de la mort des autres pas de la sienne ! Quant à l'économie : bravo ! Vous avez mis le doigt sur là où cela fait mal... Il faut changer notre façon de vivre, de travailler, il faut tout changer pour que tout le monde vive... Les raisonnements "faciles" et simplistes ne sont pas là où il paraissent... Il faut savoir de sa cage de pensée pour comprendre un monde libre !

Bon alors puisque ça a l'air compliqué pour vous de réfléchir deux minutes, je vais vous aider un peu : 


1) Tout le monde n'est pas en fauteuil roulant, donc tout le monde n'a pas à utiliser des rampes.


2) Puisque tout le monde n'a pas à utiliser des rampes, laissons-les à ceux qui en ont besoin.


3) Transposé au virus actuel, cela signifie que tout le monde n'a pas à utiliser des masques ; laissons-les à ceux qui sont à risque (de préférence des FFP2 pour qu'ils se protègent eux-mêmes).


4) Pour parvenir à une immunité collective et subvenir aux besoins des gens à risque invités à restés bien au chaud chez eux, laissons-les gens bien portants se contaminer tranquillement et continuer de travailler pour produire des masques, de la nourriture, des soins médicaux, etc., bref, tout ce qui fait que la société ne va pas s'effondrer sur elle-même.


5) (optionnel mais nécessaire en vérité) Ouvrons en urgence des capacités d'accueil et produisons des masques FFP2 bon Dieu !!!, pour amortir les risques liés au point 4).


C'est plus clair ou il vous faut un dessin ?

J'apprécie beucoup votre ton très courtois et vous en remercie... Que savez vous de mon niveau d'étude et d'intelligence (ce qui d'ailleurs ne sont pas toujours corrélés encore moins avec l'empathie et l'humanisme) pour me parler comme à un demeuré ?... 

Donc vous acceptez d'enfermer "les vulnérables" pour votre toute toute petite liberté de ne pas porter un bout de tissu que d'autres civilisations supportent très bien... 

Désolé j'étudie très bien toutes les données scientifiques depuis février dernier et notamment internationales et mon niveau scientifique et mathématique est très robuste (désolé je ne regarde jamais lémédia). Juste une question : comment d'autres pays et notamment la Corée du Sud (mieux classée aujourd'hui sur l'échelle des principes démocratiques) ont nettement mieux contenu l'épidémie ? 

Le choix de l'immunité collective est un choix c'est vrai, oui celui des ultra-libéraux : que les plus faibles crêvent !. Pour obtenir une immunité collective sur cette maladie à la létalité non négligeable (1%, 10 fois celle de la grippe) on arrive in fine à des centaines de milliers de morts (les projections scientifiques sérieuses le montrent)... Mais qu'ils crèvent : on ne risque rien... Enfin pas si sûr des gens jeunes et bien portant sont morts sans facteur de co-morbidité... C'est les risque de la vie hein ? 

Mais continuons de vouloir vivre comme avant, en brûlant notre monde, en marchant sur la gueules des autres et en leur vomissant tout notre mépris suffisant d'esprit encrassé par des préceptes ultra-libéraux... Car on pourrait vivre autrement sur d'autres principes, sans s'entasser, sans que quelques uns bossent à en mourir pour quelques actionnaires profiteurs quand d'autres sont au chômage... Bah oui j'aimerais vivre avec des gens qui plantent leurs patates et qui s'entraident et aiment leurs prochains...

Pour les concepts d'humanisme et d'empathie, désolé je n'ai pas trouvé de dessin assez simple pour vous éclairer.

je vous trouve vous-même extrêmement courtois...

La méthode Tristan fait des émules : j'ai raison, les autres sont des cons !


;-)

pas seulement des cons, hein : des salopards aussi !!!!

J'avoue, ne pas être un accroc des joutes verbales ni des forums... Mais l'avantage de ces dernières assertions est qu'elles peuvent toujours se retourner contre les émetteurs... Pour ainsi dire des propositions auto-réalisatrices... ;-)

bon, c'est facile d'en faire une question de mode d'expression... mais je pense que le problème est plus profond. 


on peut, il me semble, ne pas être d'accord sur la façon d'appréhender cette épidémie, et sur les comportements et les mesures à adopter, sans pour autant s'envoyer des injures dans la gueule et se soupçonner des pires vilénies. 

quant à votre pseudo... j'y vois plus un ancêtre de l'anarchisme que du stalinisme, alors vous pourriez laisser tomber les accusations de "suppôt du grand capital" ou autres vipères lubriques :)


on est quelques uns à penser qu'un monde "d'humanoïdes masqués" et terrorisés par le contact avec leur prochain n'est pas une bonne réponse au risque viral. essayez un instant d'imaginer que ce n'est pas par mépris des plus fragiles...


J'essaie avec beaucoup de mal je l'avoue de me mettre à la hauteur... Mais mon pseudo lui-même ne se réfère pas lui même à un être des plus calmes...

Pour commencer, je n'ai absolument pas parlé de votre niveau d'étude ou d'intelligence (totalement décorrélés, on est bien d'accord sur ce point au moins...).

Quant à la courtoisie, désolé, je n'ai plus ce luxe bien bourgeois. Vous ne m'en voudrez pas j'espère...  ;-)


Pour ce qui est de la Corée du Sud, vous avez assez mal choisi votre exemple je pense. Car il se trouve justement que ce pays n'a absolument pas pratiqué de confinement général pour faire face au problème sanitaire au premier semestre. Leurs solutions étaient beaucoup plus proches de ce que je préconise : mesures préventives (tests massifs notamment), confinement ciblé, et surtout un système de santé digne d'un pays civilisé !

L'impact faible sur l'économie leur permet d'épargner toute la souffrance qui peut en découler (et les morts, parlons-en !) sans avoir plus d'effets sanitaires désastreux qu'une grippe.
Des journalistes français sur place ont même été surpris de voir que les Coréens (du moins au début, mars/avril) ne mettaient pas tellement de masques, contrairement à notre idée reçue selon laquelle les "Asiatiques en portent tous".


Sur votre laïus à propos de l'immunité collective, vous extrapolez de manière erronée mon propos (j'avoue ne pas avoir précisé non plus). Il y a deux manières (au moins) d'envisager celle-ci : celle que vous décrivez (et qui est en fait à peu près ce qui se passe en France, malgré les effets d'annonce idiot concernant des fermetures partielles ici et là d'un ridicule sans nom) et sied parfaitement aux ultralibéraux et autres sociaux-darwinistes. Et celle qui consisterait, à l'inverse, à mettre le paquet sur les gens à risque (distribution gratuite de masques FFP2, chômage partiel illimité pour eux, assistance totale à domicile pour qu'ils puissent se cantonner au maximum chez eux, etc.). Si vous combinez ces mesures ciblées avec un réel effort de remise sur pieds d'un système de santé digne, vous pouvez laisser les "bien-portants" s'immuniser tranquillement, tandis qu'on soignera ceux d'entre eux (n'ayant pas spécialement de signes évidents de comorbidité) qui tomberaient sévèrement malades. Au passage, je vous signale que la grippe tue chaque année des gens en apparence bien-portants et jeunes (en nombre extrêmement limité certes, comme avec la Covid), sans que la science n'arrive pour le moment à l'expliquer clairement.


Pour finir là-dessus, je pense, comme beaucoup d'autres d'ailleurs, qu'il n'y a absolument aucune autre alternative crédible ! Ce virus, de par sa viralité et son mode de transmission, ne peut plus disparaître comme Ebola ou d'autres. De la même façon qu'on ne peut pas faire disparaître la grippe. Si l'on était parvenu à le circonscrire au tout début de sa diffusion en Chine, ça aurait pu le faire, mais maintenant c'est trop tard. Il faut apprendre à vivre avec, c'est-à-dire protéger les plus vulnérables pendant que les autres s'immunisent, pour que notre système immunitaire fasse le job.

J'insiste encore un peu. Puisqu'il s'agit d'une pandémie, le virus est par définition partout aujourd'hui. Qui peut croire une seconde que l'on peut arrêter la circulation du virus partout en même temps ? Avec des pays qui n'ont pas nos capacités matérielles ? Vous pensez peut-être qu'on va fermer les frontières pendant une décennie pour protéger notre petite France ? Vous croyez vraiment que vos ultralibéraux pensent à cette solution ? Non, on vous agite devant les yeux des pseudo recommandations pour faire croire qu'on agit, mais tout cela est stérile et ce sont les mêmes qui trinquent, à savoir les petits entrepreneurs et les petits salariés, précaires, intermittents, etc.


Désolé pour le pavé, mais certainement pas pour le ton "discourtois" !  ^^

J'arrête de jouer...  Vous estimez mes arguments irrecevables, j'estime les vôtres biaisés (un témoignage journalistique ne fait pas un fait, pas de réponses sur les réussites de contentions de l'épidémie ici et là) voire infondés scientifiquement... Et philosophiquement nous ne partageons apparemment pas du tout les mêmes valeurs... A quoi bon jouer quand nous ne sommes ni sur le même terrain ni avec les mêmes règles ?...

Je vous présente juste quelques principes qui fondent ma vie pour que vous saisissiez ce qui me porte et qui par conséquent heurtent vos schémas de pensée (ou inversement) et donc nous séparent :

1) J'estime possédé une culture scientifique robuste (heureusement pour mon métier !) et un esprit extrêmement critique pour tout ce qui peut venir d'une quelconque "Autorité" fusse-t-elle morale (hélas pour ma fonction !). On peut être pour certaines mesures prophylactiques (les vraies) sans être un abruti apeuré ou un suiviste demeuré.

2) Mes choix politiques et de vie sont plutôt très en dehors du troupeau que dedans et j'ai une malheureuse tendance à ne pas me plier aux modes et autres injonctions...

3) En conséquence je rejette toutes les argumentations finissant par TINA... Au contraire je crois que nous avons une occasion unique de penser plein d'autres chemins, pour un autre type de société...

4) Je tiens à ma vie malgré mes deux facteurs de risque... Mais aussi à ma liberté !!!

5) J'ai des personnes proches âgées et fragiles que j'aime qui ont la chance d'être encore en liberté.... Je veux qu'elles vivent longtemps... Pour pouvoir les aimer longtemps...

Arrêtons là. Je suis triste que l'égoïsme généralisé ne permette pas de comprendre que des faibles sacrifices de tous pourraient permettre une meilleure vie à tous. La première des libertés est de pouvoir vivre.

Puisque le "jeu" est terminé car vous préférez renverser la table, je ne répondrai pas point par point. Mais je trouve tout de même curieux deux choses.


La première, c'est que vous vous dîtes "hors du troupeau", et des "injonctions", mais vous vous pliez visiblement aux plus absurdes, émanant d'autorités institutionnelles totalement dépassées et incompétentes. C'est vraiment très étrange quand même...


La seconde, à propos de votre "philosophie" et de votre soi-disant opposition à "l’égoïsme" supposé des autres. En fait, à bien vous lire, vous ne parlez que de votre vie, de votre confort, bref, vous ne vous souciez que de votre existence et de votre entourage.

Ce que je dis est diamétralement opposé : je pense davantage à l'intérêt général. Tant que nous n'aurons aucune stratégie intelligente, des gens meurent et souffrent pour une poignée de gens à risque sans que cela protège ces derniers. Un comble tout de même ! Moi je propose au contraire de tout focaliser sur les vulnérables.


Pour finir, si vous avez réellement l'esprit "scientifique" que vous prétendez détenir, voici le lien vers le rapport dont je parlais plus haut sur la gestion sud-coréenne de l'épidémie. Il ne s'agissait pas de journalistes en fait (j'en ai tellement lu à cette époque que je me suis un peu embrouillé le cerveau), mais d'un physicien et biologiste, directeur de recherche au CNRS.
Au passage, je le répète, aucune "réussite de contentions de l'épidémie" n'a totalement abouti, pour toutes les raisons que j'ai données. Pas même le meilleur élève qu'est la Corée du Sud qui voit les cas rebondir ces derniers temps, comme partout du reste...

pour aller un peu plus loin dans la réflexion


il y aurait bien une action urgente, efficace et juste à mener contre l'épidémie : c'est la lutte contre la pauvreté, la promiscuité et les carences qu'elle induit. Car le principal critère de dangerosité du virus, de sa propagation comme de son pouvoir pathogène, c'est la pauvreté : les villes pauvres et les quartiers pauvres sont largement plus atteints. 


il y aurait un coût, c'est certain : mais s'il y a bien une raison de lever un impôt (admettons qu'il soit exceptionnel) sur la richesse (qui n'a cessé de croitre cette année encore), c'est d'agir vite, fort, et bien pour éradiquer la grande pauvreté et le mal-logement. 

ce qui peut se faire plus vite que d'augmenter les lits de soins intensifs, lesquels, on l'a dit sur ce forum, demandent du personnel qui ne se forme pas en quelques mois. 


donc : réquisitionner des logements vides, mener une campagne systématique (et vite, avant l'hiver) pour loger les sans-domicile (on éviterait ainsi qu'ils soient regroupés dans les hébergements et cantines surpeuplés et foyers de contamination) et les mal logés. apporter autant que de besoin des aides pour le chauffage... augmenter les minima sociaux, qui suffisent à peine à la survie et n'empêchent pas les carences et la vulnérabilité accrue aux maladies. 


interdire que, durant toute cette fameuse "urgence sanitaire", les organismes de soin et d'accueil (ehpad, mais pas que) fasse et distribuent des bénéfices. veiller à ce que tous les coûts soient consacrés au bien être des soignés et des soignants. 


subventionner les communes pauvres pour qu'elles puissent se doter de cantines scolaires en nombre et en qualité suffisante : s'il y a bien un lieu de contamination à l'école aujourd'hui, ce n'est pas la classe mais la cantine, les files d'attente, les "trois services entre midi et deux"... 


instaurer, dans les grandes villes, un "chômage technique partiel" donnant la possibilité et le droit aux travailleurs de décaler leurs trajets pour éviter les périodes de pointe des transports en commun... 


.... 


toutes sortes de mesures qui feraient sans doute aussi reculer pas mal de causes de mortalité précoce bien plus importantes que le covid, et souvent liées à la fatigue, aux carences et à la malbouffe.


ce gouvernement préfère une pseudo-protection individuelle, avec amende à la clé (énorme pour un petit budget, c'est à dire la moitié au moins de la population). il impose cette protection là où elle est probablement vaine, ici et pas là, on ne sait pas bien sur quelle validation des supposés "critères", savent-ils eux-mêmes ? On manie allégrement les interdits, sans jamais pouvoir garantir que ce ne sont pas de simples simulacres. 

mais ce choix véhicule un message clair : le virus est pareil pour tout le monde et c'est l'action individuelle qui compte. message asséné et réasséné sans cesse, ne serait-ce que visuellement. or c'est faux. 


vous êtes persuadé que "c'est mieux que rien". ce n'est pas mon point de vue, et encore une fois ce n'est pas parce que je me fout des plus fragiles : c'est que je pense, moi, que c'est pire que rien, et que le risque social, politique, et sanitaire (car la santé mentale est tout aussi essentielle que la protection contre les virus), le risque que fait courir cette folie du masque est considérable.

Mais non, mais non, toutes vos solutions sont inutiles puisqu'il suffit de porter un masque on vous dit !!!

Je suis complètement d'accord avec vous. Se focaliser sur le port du masque n'est qu'une manière de faire oublier tout le reste.

"il y aurait bien une action urgente, efficace et juste à mener contre l'épidémie : c'est la lutte contre la pauvreté, la promiscuité et les carences qu'elle induit."


Les maladies épidémiques ne commencent à être prises au sérieux que quand elles ont fini d'écumer les taudis pour pénétrer les maisons bourgeoises. C'est assez constant dans l'histoire. Mathilde?

...tout comme la nécessité impérieuse de redorer un salon ?


Ne me faites pas un mauvais procès d'intention, je dois conspuer la politique de Macron (et de ses prédécesseurs) autant que vous.

Reste qu'à cause du néo-libéralisme, l'hôpital public est dans un état déplorable donc on doit malheureusement adapter nos modes de vie pour ne pas qu'il explose.

C'est parfaitement injuste et comme d'habitude ce sont les classes les plus défavorisées qui trinquent le plus mais, à court terme, on n'a pas le choix.

J'ai trop de proche dans le milieu hospitalier pour prendre cela à la légère et jouer au matamore comme Bedos le fait.


"à court terme, on n'a pas le choix."


Donc, on continue comme ça, T.I.N.A. On devrait pas plutôt préparer le long terme au lieu de se résigner? 


"l'hôpital public est dans un état déplorable donc on doit malheureusement adapter nos modes de vie pour ne pas qu'il explose." 


Et "en même temps" lui préparer, nous préparer, un autre avenir? Non?


"jouer au matamore comme Bedos"


Bedos n'est qu'un épiphénomène, juste de quoi nous distraire du principal. Sa sortie tombe à pic! un vrai piège à mouches.

Oui c'est ça TINA, porter un masque, respecter des gestes barrières c'est la même chose que la destruction du service public anglais.

J'ai manifesté pour la révalorisation de l'hôpital public et contre toutes les saloperies que nos différents gouvernements nous ont imposé au prétexte de rationnaliser le service public, les retraites, l'assurance chômage etc.

Je n'ai pas l'impression d'être résigné.

Le combat continue et doit continuer.

Pour autant, peut-on faire comme si les hôpitaux étaient en parfait état et capables d'absorber un nombre de patients critiques équivalent à l'Allemagne ?

C'est bien beau de dire "je n'ai pas peur de mourir" sauf que les conséquences ne sont pas nécessairement pour notre pomme quand on prend le risque de ne pas respecter les gestes barrières.

Je ne comprends pas pourquoi vous opposer le fait de réduire les risques sanitaires pour ne pas saturer les services de réa, au combat contre le libéralisme et contre le saccage de notre fonction publique.

L'un n'empêche pas l'autre, et je respecte tout ça, mais nous ne devons pas les laisser, avec des polémiques stériles et des accusations injustes, nous faire oublier le principal, la qualité d'un service de soins global, prévention comprise, auquel nous avons droit et dont nous avons parfaitement les moyens. 


À condition de prendre l'argent où il se trouve et de ne pas nous faire croire que nous en manquons, suffit de lire le dernier Piketty  pour nous en convaincre. 


Pour ce qui est de Bedos... pfffff... piège à mouches, je vous dis. Il fait partie, consciemment ou pas, de ces artifices qui nous détournent de l'essentiel. L'essentiel n'étant pas le court terme d'un virus, mais le long terme de toutes les saloperies qui nous guettent sur le plan de la santé. 


Vous observerez (un exemple parmi d'autres) que l'accroissement du nombre de cancers dont l'origine n'est pas bien repérée (ce qu'on ne recherche pas, on a moins de chances de le trouver) n'est jamais identifiée comme une menace, et jamais nommée "pandémie". Sans parler des perturbateurs endocriniens et des entreprises Seveso.

pour bedos, je ne suis pas sûre qu'il "nous détourne de l'essentiel", ni que ce soit "l'artiste" qui  s'exprime, là : moi, j'entends le fils qui vient de perdre son père, et qui a été séparé de lui à cause du confinement pendant les derniers mois de sa vie. et qui parle de l'essentiel : la peur de mourir ou de faire mourir peut nous empêcher de vivre l'essentiel, et l'accompagnement des mourants, c'est essentiel. j'ai une voisine qui disait la même chose que lui, avec d'autres mots et d'autres références, mais pareil : sa mère, que les enfants allaient voir tous les jours en ehpad, est morte seule sans comprendre cet abandon... et c'est une douleur terrible, pour les proches. 


et moi, qui suis dans mon bout du monde plutôt à l'abri de la panique ambiante, je commence à mesurer chez mes proches, citadins en particulier, l'effet non seulement de l'info-poison, lancinante, mais aussi de la privation de contacts détendus et de convivialité. et ça fait du dégât. 


tout le monde est désormais très savant sur la contagion virale. mais sur la contagion psychique de l'angoisse et de la dépression, silence radio :(

tout le monde est désormais très savant sur la contagion virale. mais sur la contagion psychique de l'angoisse et de la dépression, silence radio :( 


oui certain sur ce forum préférent s'enférer dans un sentiment hystérico-paranoïaque en se convainquant que c'est pour les autres et pas pour eux 


Moi, depuis le début je suis plus inquiet pour les séquelles que va laisser dans la société cette pandémie que pour la pandémie elle-même . Et c'est comme ça que j'ai lu moi aussi le post de Bedos fils

Complètement !


Il y aura beaucoup à dire sur cette nouvelle forme d’hygiénisme mortifère quand l'hystérie se sera un peu calmée.

Si au moins tout cela nous servait de leçon pour penser sereinement la vraie catastrophe à venir, celle du climat et de l'effondrement de la biodiversité ! Mais même pas...

Nous pouvons quand même en tirer une leçon. 

Si le simple port d'un masque pour aider les plus fragiles à passer le cap sans se faire ostraciser pose déjà tellement de problèmes à des gens qui hurlent en y voyant une intolérable attaque à leur liberté, je n'imagine même pas ce qu'on va se prendre quand il va falloir faire les efforts nécessaires pour tenter d'arrêter de tout défoncer autour de nous.

Et je ne n'aborde même pas les efforts économiques liés aux inévitables baisses de production qui vont résulter d'un ralentissement de l'exploitation des ressources en espérant qu'elles se rétablissent (pour celles qui le peuvent).

Si, dans une situation exceptionnelle et brutale, mais pas imprévisible, nous n'arrivons pas à adapter la société aux circonstances temporaires de la crise parce que nous voulons à toute force "continuer à vivre comme avant" tout en gardant le regard rivé sur le PIB, c'est pas gagné pour ce qui vient.

Je dirais même que c'est plié.

ce que certains d'entre nous disent c'est que le port du masque partout et tout le temps est contre productif !


Il ne s'agit ni de complotisme ni d'égoïsme mais de voir à long terme.

Ceux qui pensent comme Trump que le vaccin c'est pour demain matin et qu'on pourra oublier les masques se trompe à mon avis.


Donc si la solution c'est ça, elle n'est pas viable à court, moyen et encore moins à long terme


D'autant que , si j'osais une image, l'ABS et l'airbag n'a pas pour autant supprimé la ceinture de sécurité obligatoire 

et désolé pour les fautes ( again )

Ce serait bien d'expliquer en quoi ce serait contre-productif. Inutile, à la rigueur. Mais contre-productif ?

Contre-productif car impossible dans la vraie vie ! La plupart des gens que je connais fait semblant : on utilise le même masque depuis 3 mois, on l'enlève sans arrêt pour boire un truc, manger un truc, respirer, on ne le met que sur la bouche et pas le nez, on le met à son coude le temps de faire autre chose, etc.


Vous vivez dans une caverne ou vous le faîtes exprès ?!?

vous êtes plus rapide (et plus patient ) que moi pour répondre...

Alors il est urgent de rappeler les consignes qui ne sont pas si compliquées à respecter que cela. Mais comme vous semblez souffrir du biais d'auto-justification puisque vous avez l'air d'avoir les mêmes pratiques que votre entourage, ce qui vous pousse à considérer comme insupportables les contraintes demandées par le port du masque, vous en concluez que c'est impossible.

Quand je sors de ma caverne je vois effectivement des comportements discutables. Dans le métro par exemple la très grande majorité des voyageurs le porte bien et le garde. Il y a un ou deux nez qui dépassent dans chaque wagon mais rapporté au total, c'est peu. A mon travail le taux de port correct est encore plus élevé.

Mais il reste à m'expliquer en quoi le fait de tripoter son masque par négligence des consignes rend sa présence quand il est porté dans un lieu où il doit l'être contre-productive ? Au pire c'est moins efficace que s'il était bien porté, mais contre-productif ? Vraiment ?


Ou alors nous n'en attendons pas la même chose car vous n'avez pas précisé ce que serait la "productivité" que vous en attendez. Pour moi c'est de limiter la circulation du virus. 

Donc vous pensez que si une partie de la population ne respecte pas parfaitement les consignes, comme vous le décrivez, la diffusion du virus en serait accélérée par rapport à un monde dans lequel les mêmes individus, peu regardant des consignes, n'auraient pas du tout de masques ?

Ce serait cela être contre-productif pour un masque.

Le respect des consignes est impossible, je le répète : porter son masque en permanence, le changer toutes les trois heures, après s'être préalablement désinfecté les mains, ne jamais l'enlever donc ne pas manger de la journée, ne pas boire de la journée, ne jamais le toucher, ne pas avoir de métier trop physique sinon on étouffe, trouver un masque parfaitement adapté à la morphologie de son visage (pas de bol pour les femmes, j'entendais encore hier à la radio que les masques type FFP1 et 2 ne le sont pas pour la majorité d'entre elles !), etc., etc., etc.

En fait, à peu près personne ne respecte toutes ces mesures parfaitement, donc arrêtez de faire semblant que tout va pour le mieux...


Il est donc contre-productif de tout miser sur cette mesurette ridicule. Cela donne l'impression à tout le monde qu'ils font ce qu'il faut, dédouane tout le monde d'exiger une vraie stratégie, dédouane les autorités de mettre en place d'autres stratégies. Mais surtout, le virus continue de circuler : trop lentement pour qu'on s’immunise (ça reste une hypothèse mais elle est sérieuse) et trop rapidement pour sortir d'un état d'alerte permanent.


Et pendant ce temps-là, les plus fragiles continuent de risquer leur vie (puisque le virus continue de circuler), les précaires, intermittents et petits patrons vont en crever (puisqu'on ferme ici et là, sans cohérence, sans consultation, sans délai pour se préparer), les gosses sont interdits de vivre, les jeunes sont stigmatisés, l'angoisse sociale se développe, les vieux sont abandonnés, les dégâts psychologiques sont ignorés, mais tout va bien Mme la Marquise ?!?

C'était le port du masque en tous lieux qui était annoncé comme contre-productif, maintenant ce serait le fait de tout miser dessus qui serait contre-productif. C'est bien, vous évoluez. Donc le port du masque n'est plus contre-productif en lui-même. Personne n'a dit qu'il ne fallait rien faire d'autre, pas moi en tous cas.

Par contre vous n'avez toujours pas compris les consignes. S'il faut changer les masques chirurgicaux toutes les 3 heures (c'est 4, moins s'ils sont humides) alors il est possible de manger à midi entre deux masques. Mais vous nous annoncez néanmoins qu'il est 'impossible de manger de la journée" puisqu'on ne peut pas y toucher. C'est pas la cohérence qui vous étouffe.


Je vous sens d'une grande mauvaise volonté sur le sujet parce que j'y arrive sans problème et sans avoir besoin de prendre pour excuse les gens qui ont des boulots incompatibles afin de m'y soustraire. Ce sont de bien faibles contraintes la plupart du temps mais c'est encore trop pour vous. D'accord.

Vous êtes dans la posture, très bien. Mais alors ne perdez pas votre temps à faire semblant d'avoir des arguments.

Merci.

Hélas je crains que vous n'ayez raison. 

Tout ça me désespère depuis bien longtemps et ça n'a fait que s'accentuer avec cette pandémie (et les réactions qu'elle suscite).

Moi j'en tire une toute autre leçon en vérité : si des gens sont assez naïfs et peu critiques pour accepter n'importe quelle mesurette en croyant que ça suffira (le port du masque ne servira à rien pour sortir de la crise sanitaire, j'espère qu'on est tous d'accord là-dessus au moins !), alors ils continueront à éteindre leur robinet en se brossant les dents et à trier leurs déchets en croyant que cela suffira à sauver l'existence humaine sur cette planète !


En fait, pour ces deux crises, il serait temps de comprendre que c'est un changement de paradigme complet qu'il faut opérer, et le plus vite possible, plutôt que de se contenter des petites mesurettes court-termistes avec l'impression du devoir accompli...

"le port du masque ne servira à rien pour sortir de la crise sanitaire selon  un  spécialiste ou journaliste dont  je ne me rappelle plus le nom   , mais ce devrait être facile à trouver je pense... " 



Vous ne considérez pas la différence entre l'intérêt pour des mesures à court terme liées à une crise précise et le combat politique de longue haleine. Il n'y a pas d'opposition entre les deux. Il est tout à fait possible de porter un masque et de se rendre compte en même temps que le gouvernement, et plus généralement les structures du pouvoir en France, ne sont pas adaptées pour prendre en compte les volontés des citoyens. 


D'ailleurs la naïveté n'est-elle pas d'attendre des solutions miracles en voulant à toute force une et une seule solution pour mettre un terme à une crise qui n'en a pas. Le masque n'est absolument pas la solution pour sortir de la crise, c'est vous qui croyez cela (ou imaginez que les autres le pense, ça fait un bon homme de paille).

Le port du masque c'est juste un moyen pour éviter que le virus ne se répande plus vite que ce que nos capacités hospitalières peuvent accepter. Et comme la principale consigne pour le port de ce masque est de ne plus y toucher quand il est en place alors il faut le porter entre deux endroits où il serait utile même si ça signifie le garder dans un lieu de passage où il n'est pas strictement nécessaire.

C'est pourtant simple à comprendre. Néanmoins, pour qui cherche un bénéfice immédiat et simpliste à toutes ses actions en tous temps, ça coince.


Tout le problème, je pense, vient du fait que vous n'arrivez pas à comprendre seul les raisons de ce qui vous est demandé. Et ce n'est pas notre gouvernement cacophonique qui pourrait y aider. Comme vous ne faites pas le lien entre la bonne pratique pour mettre un masque et le fait qu'il vous est demandé de le conserver le plus possible sur le nez sans l'ôter, alors vous cherchez un intérêt immédiat à son port dans la rue. Et comme cette intérêt immédiat n'existe pas vous en concluez que cette demande est abusive. Et comme vous en concluez qu'elle est abusive vous qualifiez de naïfs et de dépourvus d'esprit critique ceux qui l'observent. Mais c'est juste un problème de compréhension des enjeux peut-être renforcée par une auto-valorisation qui vous conforte dans l'idée de ne pas être un naïf et d'avoir de l'esprit critique.

Après cela il ne reste plus qu'à justifier votre opposition à une mesure somme toute raisonnable et plutôt peu contraignante liée à un problème précis en prétendant mener un combat à une échelle plus grande et plus haute sans même nous expliquer en quoi le fait de laisser couler l'eau pendant qu'on se brosse les dents va accélérer la chute du capitalisme. Donc vous avez raison, le fait de couper le robinet ne va pas sauver la planète, c'est certain, n'empêche qu'il est quand même mieux de le faire tout simplement parce que laisser l'eau couler est inutile. Et une fois les dents propres, sors combattre le paradigme camarade !


Et nous conclurons sur votre point de vue initial. Ce qui est inutile pour résoudre directement le problème global n'a pas de raison d'être effectué. Alors que votre discours pourrait être "Attention les gens, ne vous laissez pas endormir, couper l'eau ne suffira pas." vous préférez un "couper l'eau est inutile pour résoudre le problème, vous êtes naïfs".

C'est un point de vue qui permet de vous poser comme une personne qui a du sens critique face à des naïfs. A vous lire il semblerait bien que ce soit le plus important pour vous.

En fait, vous n'avez rien compris au fond de mon message. Alors je vais être plus explicite : la majorité des gens se contente du premier message (couper l'eau lors du brossage, mettre une masque, etc.) sans comprendre que ce n'est pas du tout à la hauteur de l'enjeu.


À aucun moment je n'ai dit qu'il ne fallait pas faire ces premiers gestes simples. Mais il se trouve qu'ils ne servent à rien en vérité si on s'arrête là.

C'est ce point précis que je soulève : personne ne va plus loin que ce premier geste et ces préconisations sont contre-productives car elles elles anesthésient tout le monde ! Avez-vous vu un mouvement global pour exiger une réelle stratégie pour faire face à la crise sanitaire ? Voyez-vous un mouvement global pour exiger une remise sur pieds de notre système de santé ? Pour faire face au changement climatique ? Non, il n'y a plus rien car ce pouvoir en place nous endort avec des injonctions inutiles à moyen et long terme en nous laissant croire que c'est suffisant.


Si vous ne comprenez pas ça, je n'y peux rien. Et je continuerai à critiquer sévèrement tous ces beaux discours inutiles !

C'est étonnant comme ce que vous précisez est exactement ce que j'avais compris. Vous n'êtes pas contre les mesurettes inutiles dans lesquelles vous ranger le port du masque, rappelons-le car c'était le sujet initial, mais vous allez clamer partout qu'elle le sont. En précisant toutefois, quand on cherche à vous interroger à ce sujet que c'est uniquement pour faire avancer le vrai combat contre les vrais causes en traitant les gens de naïfs sans esprit critique.

Vous voyez bien que j’avais compris.


Très bien alors si vous avez bien compris. Moi ça me va.


Et surtout, continuez à bien marcher en rang serré et ne sortez pas trop du troupeau, sait-on jamais...  ;-)

D'après vos propres messages ce serait plutôt le troupeau qui rechigne à porter le masque correctement, le rendant contre-productif, et moi qui serait l'exception. Mais vous n'êtes pas à une contradiction près.

Pas du tout, la très grande majorité des gens tentent de suivre les préconisations.

Certains le font c'est vrai sans grande conviction. Mais il n'y a guère que les moutons qui peuvent être convaincus par cette mesurette...

Vous avez raison, je me suis mal exprimée, ce n'est pas Bedos qui nous détourne de l'essentiel, mais ceux qui utilisent sa déclaration pour s'en indigner. J'avoue qu'il y avait dans ma formulation erronée un peu de rancune (mal placée) contre lui. 


Bizarrement, on a eu une réaction similaire au moment de maintenir ou de différer une soirée avec des copains. On a maintenu. Et merde!

j'ai pas une sympathie particulière pour le bonhomme...

Bah, moi non plus. mais c'est pas correct d'attaquer se que dit quelqu'un juste parce qu'on l'aime pas. Il y avait quelque chose de vrai dans son cri de révolte.

Ces gens commencent à apprendre que l'autorité de se commande pas, ni ne se décrète. La confiance en est un pré-requis. Si la confiance fait défaut, il ne reste que la peur et la force.

"Édouard Philippe inspirait confiance"

Pas à moi ! 

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.