10
Commentaires

"Enquête exclusive" : un témoin LGBT demande l'asile en France

Une figure de la communauté LGBT de Dakar affirme avoir été contrainte de quitter le Sénégal précipitamment, après avoir été reconnu dans "Enquête exclusive". L'homme dénonce le manque de professionnalisme de la production, qui l'a "outé" sans son consentement. Interview.

Commentaires préférés des abonnés

Le monsieur a l'elegance de ne pas le dire explicitement mais on sent tellement dans le comportement de M6 les vieux relents post coloniaux. Ce Villardiere est a gerber, il sonne comme les expats des annees 90 qui loin de la métropole pouvaient jouer(...)

Non non. Aucune contradiction.

Famille au courant.

Communauté LGBT au courant car militant.

Le reste, rien. Aucune contradiction.

Je ne sais pas pour ce cas précis mais il n'est pas rare que je me sois fait la remarque, devant un reportage mettant en scène une personne "anonymisée", que la personne devait toujours être facilement reconnaissable par ceux qui vivent dans le coin.


(...)

Derniers commentaires

Conclusion : ne témoignez pas pour "Enquête exclusive", ils ne protègent pas leur source. Il peut même être prudent d'étendre cette méfiance à toute la chaine, M6.


Protéger ses sources est le B-A BA du journalisme, quand même !


Les types floutent le visage du témoin, mais filment et diffusent le trajet reconnaissable pour se rendre à son domicile. Et des gens l'ont reconnu. Quelle surprise, n'est-ce pas ?

Je ne sais pas pour ce cas précis mais il n'est pas rare que je me sois fait la remarque, devant un reportage mettant en scène une personne "anonymisée", que la personne devait toujours être facilement reconnaissable par ceux qui vivent dans le coin.


La seule méthode pour bien anonymiser un audiovisuel est de faire rejouer la scène par un acteur dans un autre décor.

Le monsieur a l'elegance de ne pas le dire explicitement mais on sent tellement dans le comportement de M6 les vieux relents post coloniaux. Ce Villardiere est a gerber, il sonne comme les expats des annees 90 qui loin de la métropole pouvaient jouer aux roitelets sur place. Le comble est de parler d'extorsion de fonds pour quelqu'un qui demande l'asile. Sous-entendu, ces gens-là etant pauvres ils n'ont pas les motifs de vie élevés des blancs, leur seul moteur serait de leur prendre de l'argent.

Cette partie aurait eu le mérite d'être creusé un peu, car il se contre-dit :
"Dans ma famille, je n'ai jamais caché mon orientation, ni mon statut de porteur du VIH. Mais au-delà, c'était plus compliqué."

Puis : "Au Sénégal, je suis connu dans la communauté LGBT comme activiste qui travaille sur le VIH. J'allais dans beaucoup de séminaires, d'ateliers, je voyageais un peu partout en Afrique pour aller à des conférences sur le VIH, je faisais de la sensibilisation, de la prise en charge, de la prévention."

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.