20
Commentaires

En 1996, Tachan face à Gildas : "Je suis toujours à découvrir !"

Commentaires préférés des abonnés

je pense qu'il est salutaire de renoncer à ce que la télé  puisse nous offrir une pluralité  d'artistes. au moins on sait où sont les cons 

Approuvé 3 fois

Les deux que vous citez n'ont pas eu besoin de la télé pour fidéliser un public conséquent. Ce serait à analyser la façon dont ils se sont fait connaître. Je crois que les festivals, très nombreux dans les années  70 et 80, et à dimension humain(...)

Quelques années plus tard, ce "PROFESSIONNEL DE  L'AUDIOVISUEL" passe pour un âne qui fabrique des émissions de merde.
"Les perturbations sont là pour redonner de l'attention au spectateur" : il a même l'air fier de son dispositif !
Les "années Ca(...)

Derniers commentaires

Bjr, 

Cette mise en ligne est pour moi saisissante en plein de points. D’abord, le fait qu’on ait eu le luxe de s’appesantir sur les dispositifs tv d’une émission en direct de cannes juste pour poser des questions à poser mais pas particulièrement fondamentales pour la démocratie. Aujourd’hui, j’ai l’impression que les choses sont tellement violentes et essentielles que les journalistes d’Asi ne pourraient plus se permettre ce genre de sujet presque léger ... aujourd’hui on est contraint.es d inviter des chercheurs du cnrs eux même contraints de s’arrêter sur les chaînes tv qui propagent à vitesse V les idées d’extrême droite. 

Ensuite je trouve que , même si non voulu , ce moment pour reparler de l’origine de canal , alors que Bolloré a avalé (aussi) le Jdd , est très intéressant et perturbant.... effrayant aussi de voir à quel point toute cette période paraît trèeeees loin , alors que ça a pas 30 ans . 

Enfin je ne connaissais pas ce chanteur ( manque de promo?;) donc je m’en Vais de ce pas l’écouter (Asi la faiseuse de tendances !) 


Bonjour

merci de nous avoir mis cette émission , même si H tachan parle peu, il est là et existe. De plus je trouve toujours intéressant les vieilles emissions , qui passaient à la TV ,certes sur la 5,  on mesure  encore plus la distance avec maintenant. Continuez

Mick Jagger a eu 80 ans hier.
De la même génération que Tachan, mais moins ignoré des radios.

Intéressant marqueur de l'époque, on pouvait fumer sur un plateau. Cela me rappelle mes souvenirs d'une époque où être non fumeur au boulot était mal vu, surtout quand on faisait la remarque à celui qui nous fumais dans la figure.


Sinon, je viens de me réécouter un peu de Tachan (je fais monter ses compteurs Spotify qui me l'avait déjà proposé vu mes goûts d'écoute), c'est sympa mais de là à le mettre aux sommets des Brel and Co dont il se dit l'héritier, j'ai un peu de mal. Par moment, cela me fait penser à Pierre Perret qui pleure ses passages anciens à la télé. Il s'agit juste d'un artiste qui n'était pas du moment, car au milieu des années 80 il n'y a pas eu beaucoup de chanteur de ce style, ce n'était pas "la mode".

J'espérais entendre Henri Tachan, je n'ai entendu que Philippe Gildas. Quelle déception.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Pourquoi donc cet ostracisme de la télé ? C'est simple, Tachan est un critique acerbe de la télé. Il l'a exprimé en chanson. Et comme on ne peut pas critiquer la télévision à la télévision (DS a payé cher pour l'apprendre)...

"Et que faudrait-il faire ?
Chercher un protecteur puissant, prendre un patron,
Et comme un lierre obscur qui circonvient un tronc
Et s’en fait un tuteur en lui léchant l’écorce,
Grimper par ruse au lieu de s’élever par force ?
Non, merci. Dédier, comme tous ils le font,
Des vers aux financiers ? Se changer en bouffon
Dans l’espoir vil de voir, aux lèvres d’un ministre,
Naître un sourire, enfin, qui ne soit pas sinistre ?
Non, merci. Déjeuner, chaque jour, d’un crapaud ?
Avoir un ventre usé par la marche ? Une peau
Qui plus vite, à l’endroit des genoux, devient sale ?
Exécuter des tours de souplesse dorsale ?…
Non, merci. D’une main flatter la chèvre au cou
Cependant que, de l’autre, on arrose le chou,
Et donneur de séné par désir de rhubarbe,
Avoir un encensoir, toujours, dans quelque barbe ?
Non, merci ! Se pousser de giron en giron,
Devenir un petit grand homme dans un rond,
Et naviguer, avec des madrigaux pour rames,
Et dans ses voiles des soupirs de vieilles dames ?
Non, merci ! Chez le bon éditeur de Sercy
Faire éditer ses vers en payant ? Non, merci !
S’aller faire nommer pape par les conciles
Que dans les cabarets tiennent des imbéciles ?
Non, merci ! Travailler à se construire un nom
Sur un sonnet, au lieu d’en faire d’autres ? Non,
Merci ! Ne découvrir du talent qu’aux mazettes ?
Être terrorisé par de vagues gazettes,
Et se dire sans cesse : « Oh, pourvu que je sois
Dans les petits papiers du Mercure François ? »…
Non, merci ! Calculer, avoir peur, être blême,
Préférer faire une visite qu’un poème,
Rédiger des placets, se faire présenter ?
Non, merci ! non, merci ! non, merci ! Mais… chanter,
Rêver, rire, passer, être seul, être libre,
Avoir l’œil qui regarde bien, la voix qui vibre,
Mettre, quand il vous plaît, son feutre de travers,
Pour un oui, pour un non, se battre, – ou faire un vers !
Travailler sans souci de gloire ou de fortune,
À tel voyage, auquel on pense, dans la lune !
N’écrire jamais rien qui de soi ne sortît,
Et modeste d’ailleurs, se dire : mon petit,
Sois satisfait des fleurs, des fruits, même des feuilles,
Si c’est dans ton jardin à toi que tu les cueilles !
Puis, s’il advient d’un peu triompher, par hasard,
Ne pas être obligé d’en rien rendre à César,
Vis-à-vis de soi-même en garder le mérite,
Bref, dédaignant d’être le lierre parasite,
Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul,
Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul !"


Edmond Rostand, "Cyrano de Bergerac", acte II, scène 8.


Ca s'applique parfaitement à Tachan !

Peu de Tachan, beaucoup de Gildas, ce qui n'est pas déplaisant.

L'occasion de se remémorer ce qui fut l'âge d'or de Canal, avec les Nuls, les Guignols, Decaunes et Garcia... La chaîne proposait à l'époque des émissions de qualité et se distinguait par une originalité, une liberté de ton qui se sont réduites au fil du temps. C'était bien avant Bolloré.

Le bon côté :
on s'aperçoit qu'aujourd'hui le public français est tellement éduqué qu'il est sûr qu'on ne pourrait pas refaire de telles émissions. Trop de promo ou d'auto-promo sirupeuse et de contenus inintéressants qui feraient fuir en 2023.

Quelques années plus tard, ce "PROFESSIONNEL DE  L'AUDIOVISUEL" passe pour un âne qui fabrique des émissions de merde.
"Les perturbations sont là pour redonner de l'attention au spectateur" : il a même l'air fier de son dispositif !
Les "années Canal", c'était des années de Télé-de-merde !

quelques commentaires dans le forum suite à un article sur la mort de Jane Birkin, puis un édito-hommage au chanteur qui mentionne l'ancienne émission, quelques commentaires qui disent que ce serait chouette de pouvoir la regarder et hop ! la voilà ! magnifique réactivité de l'équipe, merci ! et magnifique contribution collective !

Et à 41 minutes, la lumière apparut au détour d'une toute petite incise de Gildas : "le marketing a bien travaillé".


Et oui : la fameuse "sélection" dont parle Gildas, elle se fait entre les projets dont les rédactions/programmateurs ont reçu le dossier de presse. Or, Tachan n'a probablement jamais envoyé de dossier, ni ne s'est entouré d'un·e attachéf·e de presse. 


Émission particulièrement intéressante en tout cas, avec un Gildas très dense sur la programmation de Nulle Part Ailleurs et la ligne directrice du programme. Merci de l'avoir mise en ligne !

Parmi les boycottés ou les censurés de la télé, on peut rajouter THIÉFAINE ou ,autrefois, FRANÇOIS BÉRANGER ... 

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

je pense qu'il est salutaire de renoncer à ce que la télé  puisse nous offrir une pluralité  d'artistes. au moins on sait où sont les cons 

DÉCOUVRIR NOS FORMULES D'ABONNEMENT SANS ENGAGEMENT

(Conditions générales d'utilisation et de vente)
Pourquoi s'abonner ?
  • Accès illimité à tous nos articles, chroniques et émissions
  • Téléchargement des émissions en MP3 ou MP4
  • Partage d'un contenu à ses proches gratuitement chaque semaine
  • Vote pour choisir les contenus en accès gratuit chaque jeudi
  • Sans engagement
Offre spéciale
3 mois pour 3 € puis 5 € par mois

ou 50 € par an (avec 3 mois offerts la première année)

Sans engagement
Devenir
Asinaute

5 € / mois
ou 50 € / an

Je m'abonne
Asinaute
Généreux

10 € / mois
ou 100 € / an

Je m'abonne
Asinaute
en galère

2 € / mois
ou 22 € / an

Je m'abonne
Abonnement
« cadeau »


50 € / an

J'offre ASI

Professionnels et collectivités, retrouvez vos offres dédiées ici

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.