109
Commentaires

Du "beauf aviné" aux accidents, la chasse dans le viseur des médias

Semaine après semaine, la presse se fait écho des accidents de chasse. Un traitement médiatique qui a évolué au fil des années, alors que la parole des victimes se "libère". Mais les "reportages à la Pernaut" sur la convivialité de cette activité ont la vie dure, tout autant que les caricatures des chasseurs qui dénoncent une méconnaissance de leur univers.

Commentaires préférés des abonnés

Certains chasseurs n'ont aucun plomb dans la cervelle, mais  ils leur arrivent d'en mettre dans la cervelle du voisin.

Pourquoi reprendre le terme d'"accidents" de chasse, et pas "homicides" ?

La caricature, la caricature... Pour avoir eu un père chasseur et un beau-père chasseur, le côté bas de plafond et la fière descente d'alcool dès potron-minet ne sont pas une caricature, chez une très bonne majorité de leurs congénères. Quant aux pra(...)

Derniers commentaires

Je ne suis pas spécialiste des armes à feu, mais j'ai entendu qu'on utilisait des carabines qui ont une portée de plusieurs km. Je ne sais pas si c'est vrai mais je me demande comment on peut éviter les "accidents" avec ce type d'armes? 

Merci pour l'article ! Je voudrais juste proposer de reformuler la petite revue de presse sur la couverture des accidents de chasse par la presse : en effet, un des articles parle clairement d'une aggression, avec coups de pied et de cor de chasse... ce n'est pas un accident, et ce ne devrait pas être appelé un accident.

Autre exemple de "vestige" de reportage non critique vis à vis des chasseurs.

Ardennes : les sangliers labourent les champs des agriculteurs

Le commentaire indique que "la Fédération de la chasse doit indemniser financièrement cet agriculteur, comme tous les autres", sans donner plus d'explications.

Pour aller plus loin sur ce sujet, cette émission d'Arte intéressante : https://www.youtube.com/watch?v=oqmaYwK-Xto&list=WL&index=3

En lisant le commentaire plus bas de Bistouille, il m'est revenu en mémoire ce que j'ai appris en vacances dans le sud de la France : le désastre écologique que représentent les tonnes de plombs et de cartouches répandus dans la nature par les protecteurs de la nature que sont les chasseurs, 


en espérant que cela leur mette du plomb dans la cervelle (et surtout pas par accident ou homicide)

et rien sur l'avalanche de pubs pour la noir-vendredi-semaine, infiniment plus violente et meurtrière...

Je sais pas quoi dire, empêtré que je suis dans mes contradictions. J'aime bien boulotter un pigeon ramier (qu'on appelle palombe dans le Sud) tiré par mon beauf chasseur. Mais j'ai les foies quand je me promène en forêt en période de battues et là, je maudis les chasseurs. Je me dis que mon beauf chasse en plaine et que les chasseurs de son espèce ne font pas prendre de risques aux promeneurs. Du coup, le pigeon, avec des frites et des petits pois, passe tout seul.

Dans les années 80-90 j'étais attiré par la chasse et les armes. Etant un gamin de village je braconnais un peu en mode "survivaliste" (trop de lectures de Jack London). Puis j'ai été "porte-carnier" pour mon pote jeune chasseur, participé aux battues, et aux repas bien arrosés de St Hubert. 

Ca m'a plutôt dégoutté que donné envie de continuer: aller chercher des volatiles (faisans, perdrix) d'élevage dans la volière le matin très tôt et les "disposer" dans les bois et les haies (d'où les pauvres bêtes ne bougeaient plus d'un millimètre), pour que les plus mauvais tireurs puissent faire un carton avant la bouffe du midi. Quel carnage! C'était assez digne du sketch des Inconnus en fait. De plus à l'époque, rares étaient ceux qui ramassaient les douilles, la plupart des fusils étant déjà munis d'éjecteurs automatiques il fallait attraper les étuis au vol en cassant le fusil pour ne pas avoir à se baisser, et ce qui tombait au sol y restait le plus souvent pour des décennies.

Mais le pire du pire c'est la battue au gros gibier. 

Déjà à l'époque je trouvais ça bizarre et extrêmement dangereux qu'il soit possible de tirer en pleine nature à balles très semblables aux munitions de guerre en terme d'énergie et de ballistique alors qu'en tir sportif l'utilisation de ce tye de munitions se fait dans des stands très réglementés disposant de tunnels et fosses de 100, 200 et 300m, couverts et entourés de béton. 

Alors en théorie on met du rubalise et des petits panneaux magiques "battue en cours" qui comme chacun sait, arrêtent les balles,  autour du terrain de chasse. Et les rabatteurs en rang d'oignons, à égale distance les uns des autres, progressent en faisant beaucoup de bruit, autant par peur de s'en prendre une que pour effrayer le gibier et le faire bouger vers les postes de tir. Enfin c'etait comme ça il y a 30 ans, et c'était déjà flippant.

Je vous passe les détails sur les sangliers "ratés" mais pas complètement, qui passent au travers du dispositif et vont agoniser pendant des heures ou des jours, ou qui vont charger un péquin lambda aux abords du village. C'est, vous comprendrez bien, un mal nécessaire pour protéger le champs de maïs de la destruction, n'est-ce pas? Sinon ça servirait à rien de creuser des bassines pour arroser le champs l'été, non?

La force des chasseurs c'est leur très grande cohésion quand il s'agit de défendre leurs intérêts, ils font fi de leurs différences d'origine sociale, d'opinions politiques et de moyens. En cela ils sont remarquables et les adversaires seraient bien inspirés d'en prendre de la graine.


Je me permets de signaler un bouquin que je suis en train de lire (attention, trapu): "L'animal et la mort" de Charles Stépanoff.


Découvert un truc intéressant: notre tendresse pour les animaux de compagnie serait intimement corrélé aux développements ignobles de l'élevage et de l'abattage industriels, soigneusement maintenus hors de notre vue pour nous permettre de baffrer sans remords tout en câlinant Minette. 


Un autre truc intéressant: le développement de la fausse chasse aux faisans d'élevage étant lui corrélé à la révolution agricole qui a fait disparaître les lieux de vie de la faune et "obligé" les chasseurs à se contenter de succédanés minables. Ce qui, en conséquence, a amené la mise en place d'un élevage de "sauvages" qui, maintenant qu'il s'est industrialisé, s'auto-entretient.

ASI et ses forumeurs se réjouissent du fait que les morts lors des chasses soient traités comme un sujet à part et non comme un faits divers banal (ce qui est bien, il y a effectivement un problème avec ça).


mais ASI et ses forumeurs ne se réjouissent pas lorsque les délits (voire les meurtres et les viols) commis par des gens sous OQTF sont traités comme un sujet à part et non comme un faits divers banal.


dissonnance cognitive ?

petite pensée pour Siné qui adorait collectionner les accidents de chasse; avec une propension pour les chasseurs qui se tirent dessus  

 Beaucoup d'argent,public et privé,qui  transite dans les fédérations de chasse.

le must c'est quand meme les micro trotoires sur la chasse, toujours un grand moment de tele. rien de mieux qu'un bon sujet bien clivant pour les marronniers . Bon apres si le discours mediatique dominant change sur ce sujet on ne peut que s'en rejouir, difficile de voir les associations de chasseurs s'offusquer d'un traitement mediatique inegal quand ils sont rarement dans le camp des victimes.

Pour moi la solution est simple , chasse a l'arc uniquement en France, une fleche "perdue" c'est quand meme plutôt rare , encore qu'avec 3 ou 5  grammes dans le sang tout est possible.

Thierry Coste et Willy Schrean deux lobbyistes  qu il serait de salut public de museler.

... et ils nous sortent encore l'argument qu'ils regulent la faune de nos forêts? Je me souviens d'un spot vu sur youtube où des gens qui n'ont pas l'air de chasseurs, sans armes à feu, evoluent dans un cadre bucolique, grand pere fait carresser à son petit fils un genre de fouone, etc... et à la fin cetait un slogan type "la chasse, un grand bol de nature" ou "une passion pour la nature " bref je ne sais plus quelle banalité. Les commentaires etant desactivés, jai constaté neanmoins plus de pouces vers le bas que vers le haut. Je me suis senti rassuré que l'enfumage avait du plomb dans l'aile. Sinon ce week end jai rigolé en courant le long d'un canal: des pêcheurs en treillis, pack de biere blonde de luxe à proximité. Jai rigolé tout seul...

" Comme lorsque plusieurs médias avaient mal interprété une interview de Willy Schraen, et rapporté qu'il proposait de tuer des chats pour protéger la biodiversité"


En tous cas, moi, j'ai parfaitement interprété ses propos . 

Duplicité, hypocrisie, ironie et même cynisme.

Dire qu'il a commencé en vendant des fleurs...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Willy_Schraen



Qu'il y ait des chasses et non pas la chasse, qu'il y ait des caricatures ou de simples portraits, il reste qu'un loisir dont le but est de tuer (parce que la régulation, la préservation et tout le pipeau qui enrobe tout ça ... blablabla... ) un tel loisir donc pose le problème de l'appropriation par des gens armés d'espaces collectifs, d'animaux appartenant pour certains "à nous tous "  et la mise en danger de personnes évoluant simplement dans leur environnement, ou dans leur jardin, ,faut-il encore le déplorer.?


Je réfute l'argument que l'on élève puis mène à l'abattoir des animaux et que ce serait à rapprocher de la pratique de la chasse. Dans un abattoir, on ne pratique pas un loisir, on ne joue pas, on ne se donne pas des airs de guerrier.


J'ai eu l'occasion d'échanger longuement avec des chasseurs éduqués, humainement corrects, conscients de l'enjeu que représente la préservation des milieux, et qui en toute contradiction se jugeaient "acceptables". Quand au bout d'arguments il leur fallait bien énoncer que leur loisir  c'était la mort prévue d'animaux, avec une justification  pas évidente à donner, la dernière explication était : "C'est mon père qui m'emmenait à la chasse, je continue comme par fidélité " ( à mon sens il y a beaucoup d'émotions et de patriarcat là dessous.... )





.


Merci, j'aime beaucoup vos articles.

Willy Schraen, les beaufs parlent aux beaufs.


Dans une émission comme les Grandes Gueules, il fait vraiment ton sur ton !

Voici un article où nos voisins Allemands se posent la question de savoir pourquoi il y a en France un tel nombre d'accidents ("d'homicides" comme dit Rabbitman )

Ceux qui ne comprennent pas l'Allemand peuvent s'en remettre à un traducteur en ligne

En tous les cas la première raison énoncée est le nombre de chasseurs chez nous 1,1 million à comparer aux 400.000 en Allemagne

mais on peut lire ceci (traduction par Google sans relecture) :

"Et en octobre, après la mort du vététiste, le député Alain Perea a tweeté : "La chasse ne dure que quatre mois par an. Pourquoi n'interdisons-nous pas le VTT pendant la saison de chasse ?"....Perea s'est ensuite excusé pour son tweet. Néanmoins, la réaction est un bon exemple de l'importance de la chasse en France et de la force du lobby des chasseurs. Au total, 1,1 million de Français possèdent un permis de chasse. A titre de comparaison : en Allemagne, il n'y a même pas 400 000 chasseurs. Le Süddeutsche Zeitung a examiné l'affaire de plus près et soupçonne que les chasseurs représentent un groupe important d'électeurs. Le président Emmanuel Macron est également considéré comme un passionné de chasse et a par exemple fêté son anniversaire dans un pavillon de chasse bien connu."

La plupart des chasseurs c'est de gros beaufs , mais t'as encore quelques mecs qui respectent certaines consignes et ils vont etre pénalisés encore une fois par cette majorité de gros cons .On va jamais en finir de cette histoire de gros cons , en ville c'est les trottinettes a cons ,ailleurs c'est d'autres cons , cons de maris violents , cons de politiciens corrompus , cons d'industriels qui vendent de la merde etc etc etc etc .Une solution et si on ouvrait la chasse aux gros cons de trottineurs , d'industriels , de maris violents , politiciens verreux .On va interdire la politique ? Ben non bien sur , pourtant les politiques corrompus font plus de mal a la société que tous les chasseurs français réunis .Alors on fait quoi avec ces enfoirés , on ouvre la chasse ou on ferme la politique ? Et en ce moment le gibier de potence pullule dans ce gouvernement  y' a du nuisible dans l'air ! Taïaut taïaut taïaut... ferme ta gueule répondit l'écho !

"on juge du degré d'un peuple,  à la manière dont il traite ses animaux "

Gandhi 

Visiblement on a beaucoup de progrès à faire.

Ne pas oublier que Larcher est un chasseur invétéré . Macron   est très à  l'écoute à des chasseurs.  Toujours aussi impitoyable  avec les plus faibles. 

70% des espèces chassées sont des animaux d'élevages. 

Le gros Schraen à du demander la protection de flics après avoir menacé de tuer les chats errants, qu'ils considèrent comme des rivaux.  Il faisait moins le fier à l'époque. 

Même le projet de loi proposé  par LFI d'interdiction de la chasse le dimanche a été rejeté. 


Très bon article de reporterre :

https://reporterre.net/Mort-de-Morgan-Keane-le-proces-de-la-chasse


Dans deux endroits différents et éloignés, nous avons eu droit une fois à des plombs sur notre toit (de bardeaux bitumés..., gouttière dans le grenier) et une fois sur le pare brise de notre voiture (garée devant la maison). 


En général, peu avant l'ouverture, nous avons le traditionnel faisan complètement paumé qui s'incruste dans notre jardin. On pourrait facilement lui mettre un grain de sel sur la queue, mais c'est une autre sorte de grain qu'il espère. 


Une amie, qui connaît bien le milieu, a coutume de dire "Au moins, ils ne devraient pas chasser l'après midi". Car la forêt est parsemée de petites cabanes de chasse dans lesquelles on accompagne un bon repas d'une certaine quantité de désaltérant. 


Un point qui devrait sensibiliser les chasseurs eux-même, c'est que la majorité des morts de la chasse, ce sont des chasseurs. Imaginez ce que ça donne dans un groupe social très solidaire, qui a des rituels de camaraderie impliquant les familles, quand un d'entre eux est tué par un ami, un voisin, un parent.... Bizarrement, on parle très peu du séisme social que ça représente. Les chasseurs, j'imagine parce que c'est justement très douloureux, les anti parce qu'ils refusent de s'apitoyer sur "l'ennemi". C'est à mon avis une erreur.

Le jour où on aura compris que buter des animaux n'est pas un loisir pour les gens psychologiquement équilibrés et qu'on peut réguler les espèces sans armes ni pièges, on aura fait un sacré pas en avant ! Au choix :

- pose de clôtures

- contrôle de la fertilité

- stérilisation (chirurgicale, chimique, hormonale...)

- réintroduction de prédateurs naturels

source : Wikipédia

"réintroduction de prédateurs naturels"


Les prédateurs ne chassent pas que pour manger mais aussi juste pour entretenir leurs réflexes ou simplement pour jouer.

A mon avis s'ils pouvaient voter les animaux préfèreraient tenter leur chance avec le chasseur (surtout s'il est aviné).

Quand je vois qu'un de mes chats me ramène parfois 5 musaraignes en une heure puis les décapite sans les manger, j'ai quelques doutes sur l'équilibre psychologique ou la connaissance du sujet de ceux qui proposent de réintroduire des prédateurs naturels en remplacement de la chasse.

Un chat domestique n'est pas un prédateur naturel.

L'expression désigne simplement pour un animal d'être le prédateur habituel d'un autre animal. Qu'il soit domestiqué ou non n'y change rien.

Mais c'est hors sujet dans tous les cas, c'est un exemple montrant que l'idée des prédateurs naturels suite à une dénonciation de barbarie chez les chasseurs n'a aucun sens.

Vous pouvez prendre le loup comme exemple si vous préférez. ou même de l'éléphant si on veut élargir le champ en dehors des prédateurs. Les animaux ne sont pas exempts de cruauté.

ben si, si il est domestiqué il n'a aucune raison de manger ses proies puisqu'il mange sa gamelle . 

Un prédateur ne chasse pas que pour manger comme je l'ai déjà mentionné. Le chat, domestiqué ou non, est un prédateur naturel d'un certain nombre d'espèces. On ne peut pas changer cela à moins de vouloir enfermer les chats pour les empêcher de chasser.

Il faut aussi prendre en compte le fait qu'un chat sans parasites et bien nourri sera beaucoup plus efficace qu'un haret qui au final n'attrape que quelque proies par semaine et a la peau sur les os. C'est en ce sens que la présence de chats domestiques, dont le nombre est disproportionné par rapport à ceux qui survivraient à l'état sauvage, va déséquilibrer grandement le milieu autour des habitations. La régulation par la compétition et l'accès aux ressources, les déplacements et la réservation par un prédateur de zone de chasse étendue n'ont pas lieu d'être entre les chats domestiques qui peuvent dépeupler une zone sans en subir les conséquences.


Je pense qu'il y a une vrai réflexion a mener sur ce point. La nature prédatrice de cet animal ne doit pas occulter le fait que sa présence en si grand nombre résulte de son usage en tant qu'animal de compagnie et ses effets ne sauraient être comparés à la réintroduction dans le milieu d'un prédateur sauvage.

Même en milieu naturel les prédateurs n'ont pas tous la peau sur les os. Le cas que vous présentez serait soit un prédateur faible/malade, soit un environnement pauvre en proies.


Ca n'est pas lié à la nature prédatrice de l'animal ni à sa domesticité.


Tout ça reste hors sujet car le but de ma comparaison était de rappeler que les proies ne sont pas forcement mieux loties en troquant un chasseur par un prédateur. Sachant qu'on partait d'une discussion partant d'un jugement sur la santé mentale de l'humain qui tue des animaux (donc une question éthique et pas écologique).

Bon. Je vous ai donné des arguments qui montrent que les chats domestiques s'affranchissent de contraintes qui pèsent sur les prédateurs sauvages. Il est un peu cavalier de continuer à sortir une affirmation tout de go sans rien apporter d'autres.

Mais laissons cela et parlons du reste.


Il y a des tas d'arguments qui montrent que les animaux sauvages auraient tout intérêt à troquer des prédateurs sauvages contre des chasseurs. Tout simplement car l'homme est le premier prédateur de la planète depuis quelques milliers d'années. Et ce n'est pas pour rien. Si l'animal est trop petit pour être tiré, nous mettrons de la colle sur les branches, s'il se terre nous ferons des battus en "meute" et s'il se met à courir plus vite, ce ne sera jamais plus vite que du plomb.

A l'inverse, un prédateur sauvage adulte peut être une proie quand il est jeune par exemple, il se crée donc des équilibres mouvants qui rendent plus complexes les interactions entre animaux sauvages. Ce n'est qu'un argument parmi d'autres..


Et il y a d'autres arguments plus spécifiques liés aux adaptations. Les prédateurs naturels ne représentent qu'une faible portion de la masse des animaux. C'est une structure pyramidale qui se maintient d'elle-même. Quand l'homme s'en mêle cette structure vole en éclat. Il n'y a plus de proportionnalité entre le nombre des chasseurs et le nombre de proies à chasser. C'est d'ailleurs bien pour cela que les chasseurs sont contraint "d'ensemencer" le milieu pour avoir des trucs à tirer. Tout simplement parce que la régulation en nombre de prédateurs n'est plus liée au nombre des individus disponibles pour la chasse.

Franchement, j'ai beau chercher, je ne vois aucun avantage à être chassé par l'homme plutôt que par un autre animal sauvage. Mais si vous avez des idées, ça m’intéresse car je n'aime pas avoir autant de faits corroborant une hypothèse. J'ai l'impression de passer à côté de quelque chose.

Si je comprend bien ta réflexion, tu affirmes que les prédateurs chasseraient parfois pour autre chose que leur survie.
Il faut faire attention à ne pas confondre jeu et abattage en surplus (voir aussi ici).

Qui pis est, il me semble que le chat est le seul carnivore du règne animal à jouer avec des proies (à confirmer). J'ai aussi pu observer ce comportement chez les miens je te rassure.

Cela étant, je ne suis pas un déséquilibré psychologique comme le laisse sous-entendre ta réponse, si l'on m'explique par A+B que la réintroduction de prédateurs naturels est dangereuse, alors je militerai pour d'autres moyens de contrôle des populations, notamment les différentes formes de stérilisation.

Vous faites une distinction qui n'a pas lieu d'être : abattre en surplus et "jouer avec sa proie" c'est la même chose (ça fait partie du même phénomène). Les prédateurs chassent pour se nourrir, se maintenir en condition, s'entrainer, et se stimuler.

C'est un comportement commun, le chat n'est pas une exception c'est juste que c'est plus facile de voir un chat qu'un léopard.

Par ailleurs si l'on met des prédateurs il faudra les réguler à leur tour donc retour à la case départ.


Je ne dis pas que la réintroduction de prédateurs naturels est particulièrement dangereuse (encore que troquer des ballades en période de chasse vs des ballades dans des forêts peuplées de loups... pas certain de ma préférence) mais que votre opposition de la chasse vs les prédateurs sous prétexte d'équilibre psychologique n'a pas de sens. On peut être contre la chasse, et moi-même suit plutôt contre pour des raisons de sécurité. Mais votre manière d'aborder le propos était étrange et donnait l'impression que vous posiez le sujet sous un angle éthique, et alors votre proposition de prédateurs était d'autant plus étrange.


Ensuite je vois beaucoup de mépris envers les chasseurs dans les commentaires, mais je me demande si tous les auteurs sont éthiques dans leur consommation de viande. Entre tuer un animal quelques fois par an et manger des animaux abattus à la chaine... on est dans une histoire de paille et de poutre. Ca a pu influencer le ton de ma réponse.

Entre tuer un animal quelques fois par an et manger des animaux abattus à la chaine... 

 Mouaaahhh, bien sûr "quelques fois par an".... C'est la raison pour laquelle les congélateurs coffres de ces-dits chasseurs étaient toujours pleins ras la gueule... ce qui ne les empêchait pas d'aller se fournir chez Carrefour en gros morceau de boeuf parce que c'est drôlement bon et le gibier ça va bien 5 mn, etc. Sans parler du fait qu'un repas sans viande n'était pas envisageable. 

Bon bref....


Je ne parle pas des chasseurs mais de ceux qui condamnent la chasse tout en se gavant de viande.

Qui par exemple? à tant qu'à détourner l'attention, faites le avec des éléments concrets et factuels, parce que là... 

Et sinon, on en parle des allergiques à la fraise qui mangent des bananes, hein?!

bien d'accord. mon chat tuait des oiseaux et des souris et ne les mangeait pas pour autant.

Vous alignez les stupidités. Informez-vous avant d’écrire.

« Les prédateurs chassent pour se nourrir, se maintenir en condition, s'entrainer, et se stimuler. »

Faux, les prédateurs (animaux) chassent pour survivre. Chasser c’est un effort terrible pour eux, d’ailleurs c’est un échec la plupart du temps.

« Par ailleurs si l'on met des prédateurs il faudra les réguler à leur tour donc retour à la case départ. »

Presque tous les grands prédateurs sont en voie de disparition.

« Encore que troquer des ballades en période de chasse vs des ballades dans des forêts peuplées de loups... » 

Encore faux , le loup fuit l’homme, il sait très bien que c’est son principal ennemi.

Quelques conseils pour vous cultiver sur le sujet ;

Adhérer à Férus, ou Aspas ou lisez les travaux des éthologues (par exemple Kamala une louve dans ma famille de Pierre Jouventin).

Où organisez-vous un petit voyage en Afrique , par exemple.

Désolé de cette rudesse, mais c’est un sujet qui me tient à cœur et je connais bien.


c'est marrant votre analyse à base de "les prédateurs chassent, mais c'est parce que sinon ils peuvent pas s'en sortir, en plus ça leur coute beaucoup de le faire".

les prédateurs chassent car c'est leur instinct. ce n'est ni bien ni mal.


Presque tous les grands prédateurs sont en voie de disparition.


on parle pas du tigre du Bengale, on parle des chats, etc, toutes les espèces ultra communes en Europe, ou même des insectes.


Où organisez-vous un petit voyage en Afrique , par exemple.


pourquoi en Afrique spécialement?

Vous avez une vision complètement idéologisée du sujet, une sorte d'idéalisation de l'animal contre l'homme. Vous regardez des comportements "en général" et en déduisez l'impossibilité de comportements occasionnels qui ne suivraient pas la même logique.


Le rôle de la chasse chez un prédateur est multiple. Bien évidemment il chasse avant tout pour se nourrir mais la chasse répond également à d'autres besoin, sans parler des reflexes comportementaux. C'est pour ça qu'il y a parfois des comportements qui mènent à des morts qui ne répondent pas au besoin de se nourrir. Mais là encore il y a une évidence qu'il ne me semblait pas utile de préciser qu'un prédateur ne va pas s'entrainer dans une attaque risquée sur un troupeau mais de proies isolées et vulnérables (des petits animaux ou des petits de gros animaux ou des proies blessées).


Quant à votre sortie sur le loup elle est lunaire. Bien évidemment le loup a peur de l'homme. En quoi cela l'empêcherait d'attaquer un homme ? Vous confondez avec le fait d'attaquer un homme pour se nourrir (ce qui n'est plus documenté, hormis une suspicion non confirmée dont j'ai oublié la date). Mais les attaques de loups sur l'homme existent bien. Evidemment c'est rare, mais ce sera forcement moins rare si on fait système de la régulation du gibier par la réintroduction de prédateurs, qu'il soit loup, ours, renard, chien ou autre.


Pourquoi parlez-vous d'Afrique ? c'est quoi le rapport ?


Je ne sais même pas pourquoi je réponds à de telles betises.

Le principal prédateur sur terre est l'humain.

L'animal ne tue pas par plaisir, juste pour survivre. Prêter des intentions de jeu à un chat, c'est une pensée humaine.

Vous devriez lire de P  Jouventin : " Kamala une louve à la maison" 

Ça vous instruirait 

Vous semblez oublier le renard libre dans le poulailler libre. Il a l'hécatombe plus grosse que le ventre.

Méconnaissance du renard: il ne "prélève", et très discrètement, que ce dont il a besoin.


Mais vous parlez peut être d'un autre genre de "renard". Encore une fois, c'est faire une grande injustice aux animaux non humains que de les comparer aux humains capitalistes.

 je me suis fait zigouiller 4 poules que je retrouvais la tête a coté du corps, surement une fouine.

Oui, ça c'est plutôt la marque de la fouine. Le renard ne laisse même pas une plume sur les lieux de son crime.

Vous avez raison apparemment pour les agneaux à ce que l'on m'a appris récemment. Pas pour les poules de mes connaissances qui y passent quasiment toutes et restent sur le champs de bataille.

Comme prédateur de poules, ya aussi les buses.

Vous êtes sure ?

Ah oui, c'est courant par ici. Les buses sont plus craintes que les renards.

Un prédateur qui chasse tue par opportunité (c'est plus ou moins accentué en fonction de la situation : niveau d'excitation, sensation de danger, stimulus de son instinct de prédation en réaction du comportement des proies, nombre de proies, etc.).

Il ne faut pas faire d'un comportement habituel une règle absolue. Multiplié par le nombre de populations et de situations, il y a des écarts de conduite et des accidents (comme pour les chasseurs finalement).

Il n'est donc pas inhabituel de voir plus de morts que nécessaire parmi les poules (ou autre proie).

Dire que l'animal tue juste pour survivre puis me demander de m'instruire.

Votre chat n'est pas un prédateur "naturel" mais un animal domestiqué par l'homme et dont les instincts ont été dévoyés par son mode de vie. Le vrai chat sauvage (Felis sylvestris), ne capture pas les musaraignes car elles sont toxiques pour lui ; il se contente de capturer les proies qui lui sont nécessaires pour se nourrir, sans jouer avec comme le fait le chat domestique qui, pensent les éthologues, reste à un stade de développement infantile, d'où le jeu inutile, la capture de proies qu'il ne mange pas et même le ronronnement souvent accompagné du malaxage de votre ventre, comportement du chaton qui tète sa mère. Je pense que c'est plutôt vous qui méconnaissez le sujet...

L'argument de la régulation est de la foutaise. Les chasseurs équilibrent un système dont ils sont la principale cause de déséquilibre (élimination des prédateurs, nourrissage, lâchés d'animaux élevés en captivité...)

la chasse c'est comme la corrida. ça me plait pas mais c'est pas une raison pour l'interdire.


en revanche, si les chasseurs ne s'adaptent pas au niveau sécurité, faudra pas qu'ils se plaignent que la chasse soit interdite.

Pour vous, torturer des animaux fait partie des libertés légitimes, donc.

en quoi est-ce bien de stériliser un animal qui n'a rien demandé à personne? ou même de réguler les espèces? en lisant certains ici, on dirait que la nature est un havre de paix et que les animaux sont des êtres gentils et parfaits. donc normalement tout devrait aller bien si on leur fiche la paix je suppose.

"en quoi est-ce bien de stériliser un animal qui n'a rien demandé à personne? ou même de réguler les espèces? "
Je prendrais l'exemple du chat, que l'on stérilise de manière normale aujourd'hui. Mais comme c'est un animal domestique on pourrait me dire que c'est de la mauvaise foi.

Du coup, les territoires envahis par les ragondins ou les sangliers (coucou les Ardennes) ne se posent pas cette question de "pourquoi réguler les espèces". Personne ne veut être envahi par des sangliers, des cerfs ou toute autre espèce qui viendrait foutre le sbeul chez nous.

Chez l'être humain on utilise des moyens de contraception pour éviter de se reproduire comme des lapins et parfois éviter les MST. Maintenant chez les animaux, ils n'ont certes rien demandé à personne, mais pas plus que nos enfants qu'on vaccine contre toutes sortes de maladies (après si on vient m'expliquer que vacciner un enfant c'est aussi dégueulasse, je ne discute pas avec les terroristes).

Si la question est éthique (laisser le règne animal prospérer sans que l'humain s'en mêle) : OK, mais vous n'êtes pas prêt.

Si par contre c'est une question de moyen (mieux vaut la chasse que la stérilisation ou autre type de contrôle des populations) : je suis désolé mais préférer tuer, alors qu'on a le choix, c'est inhumain, abject, rétrograde et je pèse mes mots.

la chasse n'est pas du tout mon délire mais en quoi la régulation par la chasse est une mauvaise chose? quand vous avez des fourmis chez vous, vous déplacez le nid, vous stérilisez toutes les fourmis, ou vous exterminez la colonie? pareil pour les rats, etc.


se dire que la chasse est un outil de régulation, au milieu d'autres outils, ça me choque pas.

C'est fallacieux comme comparaison car on parle d'un insecte et non pas d'un animal. Et quand bien même je pourrais arguer que je n'ai pas tué de fourmi depuis mon plus jeune âge au moment où j'ai compris que pour ne pas se faire envahir par les fourmis il fallait respecter leur environnement et ne pas les attirer en laissant traîner de la bouffe à proximité de leur habitat.


La peine de mort est un outil judiciaire, au milieu d'autres outils, ça nous a pas empêché de nous en débarasser.


C'est dur d'ouvrir les yeux sur la chasse, parce que ça remet en question nos certitudes et notre vision du monde, mais il faudra nécessairement en passer par là.

depuis quand un insecte n'est pas un animal?

Oui pardon, je reformule "C'est fallacieux comme comparaison car on parle d'un insecte et non pas un vertébré. Pour tuer un vertébré, il faut un permis de chasse ou braver la loi. Tuer un insecte est un acte radiclement différent."

Les poissons et les souris aussi sont des vertébrés, il me semble pas qu'il y ait besoin d'un permis de chasse pour les tuer sans braver la loi...

La caricature, la caricature... Pour avoir eu un père chasseur et un beau-père chasseur, le côté bas de plafond et la fière descente d'alcool dès potron-minet ne sont pas une caricature, chez une très bonne majorité de leurs congénères. Quant aux pratiques de protection de la nature et le respect de l'animal, euh.....

" L'âme d''un chasseur est une carnassière de ridicules et de sottises  "  ( Willy Schraen ou   Jules Renard ? )

Fin des années 70, nous étions étudiants avec les amis et nous chantions à tue-tête dans nos Cévennes natale à la saison de la chasse la chanson de même nom d’Henri Tachan (nous avions assisté à un de ses concerts) ; ok, nous étions jeunes cons…


Voici les paroles :


Sur une boîte de conserve sur un pigeon d'argile vingt dieux c'est pas pareil
Pour les chasseurs les vrais il faut de la chair tiède avec du sang vermeil
Pour les chasseurs les vrais il faut que ça palpite de plumes et de ramage
Il faut que ça ait peur il faut que ça se sauve bref que ce soit sauvageLa Chasse
C'est le défoul'ment national c'est la soupape des frustrés
La Chasse
C'est la guéguerre permise aux hommes en temps de paixChaque mois de septembre le plumet au chapeau ils partent comme en Quarante
Ranimer la flaflamme du Chasseur Inconnu qu'avait du poil au ventre
En carte comme les putes ils draguent à Rambouillet ils tapinent en Sologne
Mais quand ils tirent leur coup le client de passage se réveille charogneLa Chasse
C'est le défoul'ment national c'est le coït des frustrés
La Chasse
C'est la guéguerre permise aux hommes en temps de paixRegardez-les marcher l'arrogance au visage le coeur sur la gâchette
Ces spadassins rentrés ces héros d'Épinal ces tueurs de fauvettes
Regarder les marcher ces Zaroff de banlieue ces Hemingway d'Neuilly
Vers le trou à lapins vers la mare à canards y faire leur safariLa Chasse
C'est le défoul'ment national c'est la Villette des frustrés
La Chasse
C'est la guéguerre permise aux hommes en temps de paixLes soldats ça s'enraye les soldats ça se rouille c'est comme les carabines
Ton service militaire tu l'continues plus tard à coups de chevrotines
Pour le chasseur français y avait le perdreau boche ou le lièvre fellouze
Pour le chasseur franquiste l'anarchiste rouge-gorge et la chienne andalouseLa Chasse
C'est le défoul'ment national c'est le p'tit Vietnam des frustrés
La Chasse
C'est la guéguerre permise aux hommes en temps de paixLa Chasse
C'est le défoul'ment national c'est le p'tit Vietnam des frustrés
La Chasse
C'est la guéguerre permise aux hommes en temps de paix

Certains chasseurs n'ont aucun plomb dans la cervelle, mais  ils leur arrivent d'en mettre dans la cervelle du voisin.

Pourquoi reprendre le terme d'"accidents" de chasse, et pas "homicides" ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.