174
Commentaires

Deux bonnes nouvelles de l'élection

Qui croyait encore à l'élection de François Ruffin, dans la Somme, depuis dimanche dernier ?

Derniers commentaires

La malédiction s’abat terriblement et sempiternellement sur ces pauvres walkers :
le souhait d’avoir une femme présidente de l’Assemblée ne s’est pas exaucé.

Pourtant ce n’était pas la volonté qui manquait !
Complexe ?
On va voir très vite que ce n'est en rien complexe : avantage aux dominants !

Aux riches !

Et comme il a la majorité, il ne va pas se priver, croyez-moi !

Il y a quand même un avantage dans le macronisme, et cette nouvelle situation : c'est qu'il nous a débarrassés des socialos : de toutes façons, ils en seraient venus au macronisme, mais sans le dire.
Au moins là, les choses sont claires : la droite bonapartiste/libérale, à laquelle appartenaient les socialistes, est au pouvoir
On sait où on va.

Et ce qui est en face de nous, ce n'est pas un ventre mou, c'est un ennemi de classe.

A chacun d'en tirer les conséquences !
Le terroriste des champs Elyséees était fiché S et avait un permis de port d'armes.
Qu'attend notre Président (que Dieu le préserve des manigances du diabolique Ferrand) pour instaurer l'état d'urgence ?
Bien vu! :-)
Dans une vidéo postée sur son compte Facebook, le député des Français de l'étranger Meyer Habib a remercié le "Tout Puissant" pour son élection, ajoutant ceci : C’est vrai que nous sommes dans une République laïque mais moi je suis croyant. Et chez nous, dans la religion juive, quand il y a un événement fort, on a l’habitude de bénir le créateur pour nous faire arriver à de tels moments.

De son côté, à la veille de ces élections, Idriss Sihamedi, fondateur et président de Barakacity, adressait une prière tweetée à Allah, afin qu'il provoque la défaite de Manuel Valls (tweet non disponible aujourd'hui, supprimé par l'intéressé).
malheureusement, une femme de droite c'est une femme...de droite.
On se console comme on peut........
"Qui dit proportion plus forte de femmes, dit proportion plus forte de novices." C'est un peu à l'emporte-pièce et presque un peu macho, on pourrait sans doute trouver autant de femmes non novices ayant une bonne expérience en politique pour remplir l'hémicycle. Il y a sûrement beaucoup de personnes novices (hommes et femmes) dans cette nouvelle assemblée lié à la spécificité du parti et de la sélection des candidats.
"Le pire piège, pour nous, serait de perdre de vue cette complexité."
Daniel, parti comme c'est parti...des phrases avec juste sujet/verbe/complément devraient suffir!
Enfin une bonne nouvelle pour François Ruffin invité d'@si et de Hors Serie. Espérons que François ne va pas prendre le melon. Des déclarations décoiffantes en perspective ;-)
Bonjour,

personne pour noter que les 8 députés FN ont tous été élus contre des macroniens, et ce en face à face, alors qu'auparavant ils avaient besoin de triangulaires pour s'imposer? Macron rempart contre le FN ou meilleur agent électoral de l'extrême-droite?
Bonjour
Il y a quand même une grosse mauvaise nouvelle : le niveau très élevé de l'abstention
Une bonne incertitude sur la demande présumée de casse de l'équilibre social du pays
Ces gens qui aujourd'hui critiquent les novices après s'être plein pendant des années des politiciens de métier fascinent. Ils symbolisent à eux seuls une part non-négligeable de la connerie ambiante, et pour peu qu'ils estiment que l'abstention limiteraient la légitimité de l'élection, atteignent une grâce dans la stupidité que l'électeur de Trump peine à obtenir.
Qui dit proportion plus forte de femmes, dit proportion plus forte de novices.
Le strict respect de la parité des candidatures impose d'aller chercher, parmi les femmes, des novices en politique, voire dans la vie publique, au risque d'investir des Fabienne Colboc et des Anissa Khedher.


On aurait pu avoir pire, un raz de marée tsunami d’ouvrières et d’employées élues députées !

Fort heureusement, nous échappons à cette horreeeeur.
A la régression sociale annoncée par la réforme du code du travail, se mêleront, de manière parfois redoutablement inextricable, des aspects progressistes.
Attendez, je n'ai pas bien compris : ne venez-vous pas de dire que cette présence féminine n'est en rien garante d'une présence de qualité et que l'entourage de Macron et les vrais détenteurs de pouvoir de son parti sont des hommes ?
Où sont donc les aspects progressistes ?
J'ai de plus en plus la sensation de ne plus savoir lire.
Ne pas oublier la complexité oui mais ne pas oublier non plus celle du peuple!!

L’abstention considérable aux législatives est un désaveu total de la politique de Macron. Il n’a en aucun cas les mains libres pour gouverner par ordonnances.

Les confédérations syndicales sur qui porte maintenant la responsabilité de la situation, doivent arrêter à présent de simuler avec lui des «concertations» bidon.

Suivez les nouvelles du Front Social en marche lui aussi ...
N'oubliez pas que la jeunesse ( la vraie) est restée dans l'ombre et qu'elle est en marche elle aussi....
On a élu un président jeune ( faux jeune) pour ne pas la voir, elle, la vraie jeunesse porteuse de renouveau et d'idéal.
N'oubliez pas de la soutenir quand elle prendra des risques pour l'ensemble de la population.
On peut rêver de vivre jusqu'à 300 ans avec des prothèses mais on peut aussi être attentifs aux "petits" qui sont si malmenés aujourd'hui dans le corps social, ces flashballés, ces gazés, ces assignés à résidence, ces tonfatisés, ces traités comme des paumés, de djihadistes verts, ces violés, ces tués, que ce soit à Stalingrad, en banlieue, à NDDL, à Sivens, à Bure ou place de la république.

Restent à travailler la convergence des luttes et la solidarité avec eux.
Et sinon, il y eu un autre attentat à Londres. Mais comme il a visé des musulmans, pas de BFMTV, pas d'alerte Libé en rouge.
Seul Le Figaro a cassé sa Une en ligne.

On retiendra le titre du petit article de Libé Londres : "Une attaque «potentiellement terroriste» fait un mort et huit blessés".

Impardonnable.
"Le pire piège, pour nous, serait de perdre de vue cette complexité."

Le pire piège serait plutôt de prendre cette complexité pour argent comptant, et de ne pas voir qu'elle est intégrée à la stratégie politique macroneuse. Tout ce qui est progressiste d'affichage n'est là que comme cache-sexe de la violente régression sociale, simple et primaire, qui s'annonce.

Quand cette régression a le visage de la vieille droite, elle ne passe pas (Juppé et le CPE) ou difficilement et avec conséquences irréversible sur la popularité (Hollande et les retraites ou la Loi Travail). Il faut donc inventer des façons riantes de faire passer la quenelle...

Lordon avait fort bien expliqué ici même le "Capitalisme Waooh" (l'entreprise des affects joyeux). Nous voici face au "Présidentialisme Waooh". Hors de question de nous faire croire que "oui mais vous savez, le macronisme, c'est plus complexe que ce qu'on croit, il y a aussi de bonnes choses, le renouvellement, c'est pas que du flan, etc.". Non, le macronisme est le stade ultime de la violence faite par ceux-qui-vont-bien à ceux-qui-en-bavent (qui comprennent d'ailleurs des ceux-qui-vont-bien-parce-qu'ils-font-quelque-chose-qui-leur-plait-mais-qui-en-bavent-quand-même [un intermittent du spectacle, par exemple, ou une institutrice])

Il est urgent de perdre de vue la soi-disant complexité dont nous parle Daniel.
Imaginer un instant que la proportion d'élues féminines dans une assemblée délibérante et surtout d’enregistrement des volontés du Prince améliorera le fonctionnement démocratique des institutions républicaines est d'une fausse naïveté déconcertante.
Mieux vaut pour cette mandature UNE Le Pen,UN Ruffin,UN Mélenchon UN Bayrou que 10 /15/ou 50 femmes ou hommes catapultés par un concours de circonstances favorables,dans le labyrinthe du Pouvoir .
Francois Ruffin: "Je ne suis pas qu'un Insoumis. On a rassemblé derrière nous le PCF, les écolos, Ensemble. La gauche unie, je suis pour ca"
Ça fait peur.
Personne pour dire que "en marche" est un fourre tout?
Personne pour re-coloriser l'intérieur de cette tranche d'assemblée? Et tant qu'on est dans le coloriage, pour dissocier FI et PCF? Et pour noter que l'étiquette écologiste est invisible?
Le mot la vague commence à bien faire.
Ce qui me laisse sur le cul, c'est que ce matin la France se réveille sans avoir la tête qui lui sonne
La grande bourgeoisie vient de voler, de se réapproprier la république et nous voilà revenus sous Louis-Philippe comme si Zola n'avait jamais rien publié, Jaurès avait fini sa vie en rentier de la Samaritaine après avoir fait le Chemin des Dames.

Et personne de trouver bizarre qu'une star est née de rien, et s'est fait élire à coup de sondages, de billets et chroniques télévisuelles, de délit de faciès à l'envers, pour ne dévoiler son programme qu'en dernière minute, ou même en donner la teneur par indiscrétion d'un journal ami, histoire de dire, vous savez exactement pour qui vous allez voter et pour quoi.

Alors on se satisfait de deux ou trois exceptions au scénario : Ruffin et Mélenchon, petites miettes volées dans un immense jeu de Monopoly truqué.

Bonjour les cocu-e-s dont je fais partie. Nous voilà entrés dans la gentille dictature faite de sucre d'orge et de serrages de main comme vous les aimez, de mots suaves qui cachent la triste réalité et qui sont en plus reproduits avec une conviction qui frôle la foi. Oh bien sûr le visage souriant du maître n'est pas en affiche géante (pas encore), mais sa reproduction en 24 images seconde laisse loin derrière le joufflu bambin Nord-Coréen.

Quant à ces dames balbutiantes qui se jettent en politique. Il est certain qu'il y eut un Roi fameux qui n'arrivait pas à parler sans bégayer, mais lui c'était ses gênes qui l'avaient placé sur le trône. Là, ces dames (ou ces mecs) incapables d'aligner quelques mots se sont confiés la tâche d'exprimer les désirs de leurs concitoyens. Finalement, elles/ils le font à merveille car leurs concitoyens en sont aussi au stade du bégaiement, du balbutiement.

Pour revenir au plancher des vaches, c'est un peu comme aller au théâtre et que les acteurs ne savent pas jouer, au concert et que les musiciens sont incapables d'aligner deux notes. Mais qu'importe, les godillots ne sont là que comme figurants dans cette dictature souriante. Une majorité de godillots va voter les lois avec une conviction que la génération geek adore et s'empresse d'acquiescer.
Une autre bonne nouvelle, hier, même si les écologistes en général sont laminés, c'est l'élection de Delphine Batho dans l' ex-circonscription de Royal (qui avait déclaré voté LREM dès le premier tour, la traître en mal de poste).

Batho, on l'a peut-être oublié, fut une éphémère très combattive ministre de l'écologie dans le gvt Ayrault, virée par décision d'EDF et de Hollande à l'époque. Et qui n'a pas mâché ses mots, alors, en 2014, parlant de "ministre fantôme" de l'énergie à propos du PDG d'EDF - par ailleurs elle avait publié un livre avec pour titre... "Insoumise" : comme quoi une autre insoumission est possible !

Sur la transition énergétique elle pourrait bien servir de soutien voire de modèle à Monsieur Hulot, à lui de voir...
IL N'ETAIT PAS LE SEUL A Y CROIRE , TOUTE SON EQUIPE AUSSI. DANIEL ON ARRETE L'HEROISATION DES MALES, RAS LE BOL. il a gagné grâce a son équipe de militants pas a sa croyance, encore un type inspiré par Dieu ou quoi ? ou politique ? vous dévalorisez la politique et le travail des militants en les gommants, se serait tellement plus simple pour votre confort de croire que Ruffin est seul et pas entouré, ont etait 7 million a y croire , pas que les élus.
Et ça les prémices d'une mise ne marche rapide de Daniel 'Le pire piège, pour nous, serait de perdre de vue cette complexité.'
Ca la complexité va être invoqué tout le temps pour valider les loi Macron, pour redevenir vite vite chien de garde, et garder le masculin bien partout, au fait les Francais élisent des femmes, étonnant, quand les journaleux disaient cela impossible, c'est vous les zelites qui été accroché a vos postes et refoulez les femmes.
"Est-il bien cohérent de se moquer de Colboc" Non ce n'est pas cohérent du tout. Surtout quand on la compare (comme sur ASI) à Isabelle Attard.
Cette dernière dans cette émission affirmait d'un air niais que les gens votaient pour Macron parce qu'il est jeune et beau.
Qu'une analyse approfondie de la situation n'ait pas permis à Isabelle Attard d'entrevoir d'autres hypothèses, interpelle.
"Jeune et beau" et que "lui, il va changer les choses" parce que "il ne vient pas de la politique" et que "il faut lui donner une chance" parce que sinon "après il dira qu'il a été empêché". J'entends cela depuis un mois. On y est.
Je voulais dire que ce n'est pas constructif d'invoquer la bêtise des électeurs pour expliquer les raisons des victoires successives de Macron.
D'abord c'est très méprisant et très réducteur. Les perdants ont une part de responsabilité. Ils doivent objectivement s'interroger.
Ce qui a séduit chez Macron, d'après ce que j'ai entendu ça et là, c'est son dynamisme, son appétence pour l'effort et le travail, son côté gagneur assumé. Ce n'est pas le candidat des feignasses.

Il propose des perspectives plus intéressantes que ceux qui prophétisent qu'il ne faut plus se bouger parce que le numérique va tout faire à notre place. Cela donne l'impression que l'on va devenir des bœufs dans une étable, on t'apporte une botte de foin le matin et après tu n'as plus qu'à ruminer.
"Cela donne l'impression que l'on va devenir des bœufs dans une étable, on t'apporte une botte de foin le matin et après tu n'as plus qu'à ruminer.

"Si nous ne retournons en arrière et ne devenons comme les vaches, nous ne pouvons pas entrer dans le royaume des cieux. Car il y a une chose que nous devrions apprendre d’elles : c’est de ruminer.
Friedrich Nietzchze. Ainsi parlait Zarathoustra.
Ce n'est pas le candidat des feignasses.
Et donc ceci ce n'est pas de la bêtise ? Bon à savoir.
Oui... donc croire au panégyrique que vous nous faîtes de Macron est bien de la bêtise puisque qu'il ne propose que du vent.
--
Il propose des perspectives plus intéressantes que ceux qui prophétisent qu'il ne faut plus se bouger parce que le numérique va tout faire à notre place.

Qui prophétise ça ?

La proposition de Hamon a consisté, en reprenant un lexique marxien, à prendre au sérieux le remplacement du travail vivant par du travail mort (les machines), et de proposer des dispositifs induisant un peu plus d'égalité en partant de ce postulat.
Aussi limité, confus et improvisé le "hamonisme" soit-il, il est loin de prôner la paresse et la passivité consumériste, comme vous semblez le suggérer.

Ce que vous en dites, par contre, suffit à vous classer parmi les aliénés heureux du néolibéralisme : travail pour le travail sans cause ni but, culte de la réussite individuelle, adhésion à un ordre social reposant sur des élites supposées éclairées dont la mission naturelle serait de gouverner les masses.
Bref, pour appeler un chat un chat, une pensée conservatrice, de droite, à l'image de celle d'Emmanuel Macron.
les raisons de la victoire de Macron (qui n'ont rien à voir avec la bétise des électeurs, on croirait du Guaino) :
- Le bilan du quinquennat Hollande, attribué à juste titre au PS,
- L'invraissemblable résultat des primaires PS qui accouchent de Hamon (qui se retrouve à endosser malgrès lui ce bilan) alors que le PS aurait du, en toute cohérence présenter Valls à la présidentielle afin qu'il assume ce bilan devant les électeurs (pour le coup là, on peut envisager l'argument de la bétise des gus qui ont voulut éliminer Valls à la primaire, le sauvant ainsi du score lamentable qu'il aurait fait à la présidentielle en piquant au passage quelques voix à Macron),
- L'interdiction faite par Cambadelis à Hamon de se rallier à Mélenchon (qui avait envisagé d'organiser une consultation des insoumis en ce sens ou dans la configuration inverse si un accord avait été trouvé http://melenchon.fr/2017/02/22/chronique-dun-rendez-vous-manque/),
- La peur d'un second tour Le Pen / Fillon que les médias (sondages) ont annoncés pendant longtemps comme inéluctable....
- L'évènement Macron : le gars démissionne du ministère et pouf, se retrouve à la une de tous les magazines (etait-ce justifié ?)....
- Le matraquage idéologique qui rends crédible à qui n'a pas le temps d'approfondir les axiomes libéraux du type : la dette pèse sur le dos de nos enfants ou le code du travail = frein à l'emploi,
- Le Mélenchon bashing de la dernière semaine avec y compris l'intervention scandaleuse de Hollande.

Bref, bref, bref, un certain nombre de facteurs qui placaient objectivement Macron comme le moins pire des candidats....
Perso, j'en reviens pas mais je n'arrive pas à en vouloir à la majorité de mes concitoyens....
Y'a plus qu'à continuer toujours et toujours à demonter le discours dominant....

bon courage à tous pour ce faire.
Bon résumé ;)
Vous oubliez aussi et surtout l'affaire Fillon, qui a quelque peu carbonisé le vainqueur de la primaire LR.

Un peu comme Hollande qui a bien profité de l'affaire DSK pour se placer, alors que pas grand monde ne l'attendait.
Le bilan du quinquennat Hollande, attribué à juste titre au PS,

On peut sans doute mettre dans cette rubrique la responsabilité des députés PS qui n'ont pas osé censurer le gouvernement de Manuel Valls lorsqu'il a soumis la loi travail à leur approbation. Ils n'imaginaient évidemment pas le scénario catastrophe qui les attendait.

Je voulais dire que ce n'est pas constructif d'invoquer la bêtise des électeurs pour expliquer les raisons des victoires successives de Macron.

D'abord c'est très méprisant et très réducteur. Les perdants ont une part de responsabilité. Ils doivent objectivement s'interroger.

Ce qui a séduit chez Macron, d'après ce que j'ai entendu ça et là, c'est son dynamisme, son appétence pour l'effort et le travail, son côté gagneur assumé. Ce n'est pas le candidat des feignasses.



Il propose des perspectives plus intéressantes que ceux qui prophétisent qu'il ne faut plus se bouger parce que le numérique va tout faire à notre place. Cela donne l'impression que l'on va devenir des bœufs dans une étable, on t'apporte une botte de foin le matin et après tu n'as plus qu'à ruminer.


D'abord je tiens à vous faire remarquer qu'il y a eu à chaque "victoire de macron successive" une abstention record, mis à part le 1er tour de la présidentiel.
Et à ce 1er tour de la présidentielle, 3 autres candidats font quasiment jeu égal. Macron est à chaque fois élu par une minorité de personnes, en profitant de l'abstention massive et de la division des gens en face. Et ce en ayant tous les médias et toute l'oligarchie derrière lui pour le soutenir.

Les victoires de Macron sont d'abord le résultat d'une très claire RESIGNATION après le 1er tour de la présidentielle, le sentiment que rien ne peut changer, que tout est joué d'avance, et d'un martèlement médiatique dans ce sens.
Et si je vous dis cela, c'est parce que je pense sincèrement que les propos que vous avez recueillit ça et là "Ce qui a séduit chez Macron, d'après ce que j'ai entendu ça et là, c'est son dynamisme, son appétence pour l'effort et le travail, son côté gagneur assumé. Ce n'est pas le candidat des feignasses. " relève exclusivement de ce martèlement médiatique, ce sont les médias qui ont construit cette image de macron et qui l'ont véhiculé.

Si les gens avaient regardé ce qu'il avait concrètement accomplit avec ses passages comme conseiller de Hollande et ministre, ils auraient compris que c'était le candidat de la rente et non de l'effort, notamment de la rente financière, que c'était le candidat de l'exploitation et du patronat, et non du travail et des travailleurs, et que son côté "gagneur" ne tient non pas à des victoires accomplies, mais à des nominations successives par des gens bien placés qui lui ont ouvert toutes les portes, des milliardaires ou des patrons de startups qui l'ont soutenu et financé.
A moins bien sûr que le côté gagneur vienne du fait que les médias l'ont donné gagnant depuis toujours à coup de sondages et de diatribes pleines de superlatifs et de complaisance.

Donc oui face à un candidat à l'image complètement artificielle, on peut critiquer les citoyens qui l'ont élu sur sa seule image, qui adhèrent à l'idéologie libérale qu'il véhicule, et qui s'en foutent du mal qu'il va tous nous faire.
J'apprécie vos arguments et j'y adhère en grande partie. je n'ai pas dit que j'étais satisfaite de l'élection de Macron. Mais ce qui me trouble c'est que, sauf erreur de ma part, le choix n'était pas laissé aux électeurs. Surtout au deuxième tour de la présidentielle. Il y avait un matraquage des médias mais aussi des leaders des partis politiques. Mélanchon qui ne voulait pas dire clairement "votez pour Macron" s'est fait traîner dans la boue. Même s'abstenir ou voter blanc n'était pas un choix acceptable; c'était faire le jeu du front national ; on nous le répétait à longueur de journée. Critiquer maintenant les citoyens qui l'ont élu ça me semble incohérent.
Alexis Corbières, le n°2 de FI a voté pour Macron au second tour des présidentielles.
Et il est fort probable que Mélenchon en a fait autant.

Ils ont totalement foiré et essayent maintenant de s'acheter une virginité en se présentant comme les leaders de l'opposition de gauche (un poste de député chacun, c'est toujours ça de pris) .

Mais ils représentent quoi au final ?

Les 7 millions qui ont voté Mélenchon au premier tour des présidentielles ?
Ou bien les seulement 883 786 qui ont voté FI aux législatives ?
(moins que le PS, moins que le FN, moins que LR, moins que LREM et même moins que le Modem)

Mystère.

Question qui reste sans réponse : pourquoi leur électorat présumé s'est-il à ce point volatilisé entre le premier tour des présidentielles et le second tour des législatives ?
Parceque à la présidentielle il n'y avait pas de candidat communiste, écologiste.....ou'PS crédible! Ce n'est franchement pas un mystère et compte tenu des moyens qu ils avaient , ils sont arrivés à un beau résultat.
C'est maintenant à la FI de démontrer qu'elle est l'opposition crédible de gauche.
Anti neô libérale
Anti Europe de Junker et Merkel
Écologiste , préparant réellement une nécessaire transition , avant que la Physique ne nous l'imposé
Combative
C'est bien la moindre des choses de se moquer de Fabienne Colboc. Parmi la masse des ex-candidats En Marche, maintenant députés pour la plupart, plus ou moins tirés au sort (Mélenchon en a rêvé, Macron l'a fait), il y a nécessairement un certain pourcentage de nullités arrivistes vis-à-vis desquelles il faut se montrer impitoyables. Elles (ils) ont voulu le pouvoir, maintenant, il faut assumer.

Ce qui ne veut pas dire qu'il faut se montrer complaisant avec Isabelle Attard et ses bafouillements sur les indemnités de licenciement.et le reniement du grand principe sujet-verbe-complément.
" Ce qui ne veut pas dire qu'il faut se montrer complaisant avec Isabelle Attard et ses bafouillements ( ??? ) sur les indemnités de licenciement.et le reniement ( ??? ) du grand principe sujet-verbe-complément. "
Je ne comprends pas .. On n'a pas dû écouter la même personne
Le verbatim d'abord, en italique (minutes 57-59), et mes commentaires ensuite
Isabelle Attard:
J'avais fait une conférence au Brésil il y a 6 mois par rapport à la loi travail. Les Brésiliens étaient complètement horrifiés de savoir qu'il y avait ce plafonnement des indemnités prud'homales - horrifiés ! - pour eux, c'était juste pas possible que en France - parce que c'est un pays qu'ils considèrent comme étant vraiment le pays des droits de l'homme avec des avancées sociales, surtout par rapport à eux - là, il y avait une incompréhension absolue !
Alors, il y a certainement des ... je dirais pas un plafond à avoir ... y'a certainement à réguler davantage les prud'hommes, je ne sais pas ... certainement ... pas par un plafonnement ... C'est-à-dire qu'il ne faut pas oublier que l'esclavage moderne, il existe - même à Bayeux - j'en ai vu, et heureusement qu'il y a l'inspection du travail ...

Daniel Schneidermann:
Ce qui est incroyable, c'est que par exemple le discours de Ghislaine Ottenheimer sur "l'insécurité qui résulte pour le patronat de pas savoir quelles seront les indemnités" ce discours passe ! et si on essaie de faire passer le discours inverse qui est la sécurité qui pourrait résulter pour les salariés de pas savoir non plus à combien se montent les indemnités de licenciement, ce discours, on n'arrive pas à le faire passer alors que, je veux dire, sur le simple plan de l'argumentation.


Mes commentaires:
En écoutant l'émission, je me suis demandé quel parterre de Brésiliens avait pu se sentir horrifié par la présentation d'Isabelle Attard. Connaissait-il vaguement le droit français en vigueur, avec les indemnités légales de licenciement, les indemnités découlant des innombrables conventions de branches, le système d'allocation chômage, et enfin les usages en cours dans les prudhommes pour sanctionner l'employeur en cas de contestation du motif de licenciement ou les vices de forme. J'ai alors écouté la suite pour savoir quel était le point de vue de l'invitée - C'est là qu'apparaissent les bafouillements, Isabelle Attard nous expliquant qu'elle est dans le doute, que ce serait peut-être bien de mettre en place quelque chose qui ressemble à un plafond, mais certainement pas un plafonnement qui ressort de l'esclavage moderne.

Le journaliste aurait du dire : expliquez-vous sur le type de régulation qu'il faudrait mettre en place ! mais notre Daniel, avec un ton convenu, s'embarque dans un plussoiement d'où il ressort qu'il n'a qu'une très vague idée de ce que sont les indemnités conventionnelles et les indemnités prud'homales.
maintenant, il faut assumer.
Assumer quoi ?
Qu'on signé la charte et qu'on va singer la démocratie ?
A de 6000 euros par mois et pendant cinq ans.
Comme disait l'autre "je suis pas bête pour un sou mais pour un million je deviens complètement idiot".

Pour vous, où se trouve la "ligne jaune" ?
Je voulais dire que les candidats En Marche ont signé pour faire de la politique, et doivent assumer d'être évalués quant à leur aptitude à faire la loi.
"...dans quelque sens qu'on la retourne...", la nouvelle serait encore meilleure, cher Daniel !
[quote=DS]Qui dit proportion plus forte de femmes, dit proportion plus forte de novices. Le strict respect de la parité des candidatures impose d'aller chercher, parmi les femmes, des novices en politique, voire dans la vie publique, au risque d'investir des Fabienne Colboc et des Anissa Khedher.

Je ne comprendrais jamais cet "argument" ...

Des gens qui parlent pour dire n'importe quoi, ou qui ne savent pas ce qu'ils défendent ou ce qu'ils disen - ou qui tout simplement ne savent pas s'exprimer, ça existe aussi bien chez les politiciens "chevronnées" que chez les novices ...

Etrange enfin que vous ne parliez pas de l'auto proclamation de résultats de Valls par Valls - a sa gloire - hier soir, qui se croyait visiblement encore Ministre de l'Intérieur / 1er ministre ...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.