244
Commentaires

"Des Ferry, il y en aura d'autres !"

Confrontée à ses premiers scandales sexuels avec les affaires DSK, Tron et Ferry, la presse française voit ses repères vaciller ces jours-ci. Machisme ordinaire, agressions sexuelles commises par des élus politiques: tout ce qui était tu il y a encore quelques semaines fait aujourd'hui l'objet de titres à la une et de témoignages à la télévision et dans les journaux. Déballage, certainement, mais comment, et jusqu'où ? Pour débattre de ce sujet, nous avons invité Nathalie Segaunes, journaliste au Parisien, le quotidien qui a révélé les deux plaintes contre l'ex-secrétaire d'Etat à la fonction publique, Georges Tron. Face à elle, Béatrice Vallaeys, directrice ajointe de la rédaction de Libération, journal qui a publié les récits des plaignantes de l'affaire Tron, et Patrick Jarreau longtemps journaliste politique au Monde à une époque où la vie privée et la vie sexuelle n'entraient pas dans le champ du journalisme politique. Le journaliste est maintenant rédacteur en chef à I>Télé, et tient

Derniers commentaires

bon, je sais que c'est lourd et c'est limite...mais un homme politique quand il fait des partouzes et drague à fond...nous, les citoyens, on aime le savoir, que l'on veuille ou non, ce genre de comportement est révélateur d'un caractère tout de me immature ou l'homme a sans aucun doute peur de la femme...un homme qui prend ensuite des responsabilité , ca craint...on aimerait bien des gens qui respirent la "sagesse", peut être trompeuse, mais en tous cas, pas ces guignoles qui sautent sur tout...et roue en porche...
Si le peuple ,peut être stupide (surement même car on nous le répète assez souvent)ou trop "moraliste" avait su que ces hommes avaient des tendances lourdaudes ou autres, je te jure que ces mecs là auraient été dégommé net et on ne serait pas arrivé là.
Donc, même si c'est limite moraliste, la sexualité est bien un point important de "repère" dans nos esprits...
désolée, je suis du commun des mortels et j'ai un certain mépris malgré moi pour ce genre de d'agissement , c'est comme aller voir les putes, je peux comprendre , je condamne pas, mais c'est pour moi, très révélateur...donc,...la presse doit dire comme à l'étranger. Ces hommes ou femmes, n'ont qu'à bien faire attention et se comporter "dignement" s'ils veulent ensuite "plaire", plaire, plaire comme ils aiment tant, faut assumer.
Quelqu'un saurait-il nous indiquer ici le statut exact de Luc Ferry part rapport à son université ?
S'il est exact qu'il conserve son traitement suite à un détachement, rien que de très normal sauf qu'en principe, c'est le service preneur qui paye le détaché.
Si ce n'est pas le cas, comme j'ai pu le lire, et que la dite délégation est impossible du fait du nouveau statut des universités (alors d'ailleurs qu'il semble que le détachement date de bien avant la dite réforme), comment a t-on pu faire un tel passe droit pour Luc Ferry quand on sait ce qu'il advient du moindre fonctionnaire lambda lors du moindre doute sur la continuité de ses émoluments ?
En clair, si Ferry a un statut non détachable, pourquoi est il détaché ?
La séparation du "couple" Royal / Hollande aurait dû être considéré comme une information publique à partir du moment où l'un d'entre eux était candidat à l'élection présidentielle et l'autre, patron du parti censé la soutenir (ce qui n'a pas était le cas , il suffit de se rappeler des primaires puis des transfuges qui sont allés se mettre au service de Sarkozy dés son élection) .
Il semble que Hollande se soit servi de l'appareil PS dans sa bataille qu'il menait contre la femme dont il se séparait.
Aujourd'hui où il apparaît soudainement comme désireux de briguer le poste que son ex compagne a bien failli remporter, on conçoit d'autant mieux pourquoi il a dû se réjouir de la frontière de la vie privée pour cacher le fait qu'il était (lui et le parti dont il était le patron) ouvertement contre le fait de travailler à l'accession de Royal au poste de présidente de la république, poste qui lui échappait définitivement si Royal était devenue présidente.
A mon avis le risque est de croire que tout le monde va lire l'article "tel qu'il est écrit", ainsi que cela a été dit dans un commentaire. Personnellement, cette affaire ne m'intéresse que très moyennement. Et savoir quelles sont les rumeurs concernant Lang depuis des années encore moins.
En revanche, la présence de l'article même révèle que Lang a déjà été mêlé à ce genre d'affaires même si c'était à tort. Peut être que toutes les précautions sont prises dans l'article, mais elles n'ont concerné dans ce cas que ceux qui l'avaient lu avec attention.

Pour ma part cela c'est limité à un "Ah bon, il parlait de Lang finalement ? J'avais un autre nom en tête".

C'est pourquoi il me parait dangereux de publier ce genre d'article ou en tout cas sous cette forme, et en le reliant objectivement à l'affaire Ferry. "La justice veut que Ferry précise ses accusations" et en sous-titre "les rumeurs fausses sur Lang".

Je crois que la journaliste de libération a tout à fait raison de dénoncer cet amalgame. Déjà on pouvait imaginer de parler de cette affaire plus tard, dans un autre contexte, peut être en évoquant d'autres affaires, et surtout sans la relier à ce point aux accusations de Ferry ("La République française, une longue suite de rumeurs fausses sur la moralité des hommes politiques" ou "La petite voix de la rumeur. Comment une rumeur fausse se propage dans la presse". Mais il faut avouer que cela aurait été moins "vendeur".
Ensuite, Daniel Schneidermann croit ou feint de croire que tous ses lecteurs lisent tous les articles qu'ils consultent toujours in extenso et avec vigilance. Or ceci est faux, nous n'en avons pas toujours le temps ou l'intérêt. Par contre les titres, les sous-titres, les images (Dr Jack et Mr Lang) que l'on aperçoit quand on survole l'article donnent déjà une information même si elle est tronquée (si j'ose dire).
Je pense que les journalistes doivent donc être attentifs à la fois à la qualité des informations données (la précision de l'article et aussi sa conformité au droit concernant la diffamation) mais aussi aux signaux qu'ils envoient au lecteur dilettante qui n'a pas toujours le temps ou l'intérêt de se plonger dans tous les articles proposés.
S'il est possible que l'on ne puisse rien reprocher à @si sur le premier point, cela n'est pas vrai sur le second.
l' intérêt de cette émission révèle en toile de fond le malaise qu'éprouve le traitement des puissants par des personnes qui les côtoient quotidiennement et ont des états d' âme déontologiques ensuite à traiter et rendre certaines choses qui leurs sont confiés et qu'ils prennent comme un prévilège de courtisan qu'ils sont fière d'avoir la faveur et qu'ils ont du mal à transmettre au tout venant.
C'est tout le constat d 'émission comme arrêt sur image, qui avait sur la cinq ; à l 'époque le mérite de demander des comptes sur le traitement et le rendu public de l'information...Ce qui à déranger certains décideurs à l' époque...
C'est la même gêne que provoquai au niveau des médias un Edern Hallier , avec l'idiot et son émission de tv avec les moutons de panurge.
Si il n'y avait pas de chasse gardé et de copinage politiques-journalistes, il n'y aurait pas de Pierre Carles et ses pas vu pas pris...et sa fin de concession concernant les pouvoirs influents et les colussions d ' interêts et le fameux repas du siècle .
Mélanchon n'aurait pas de raison de s'offusquer de ces laquais du pouvoir.
Marc Edouard Nabe ne jouerai pas au Céline d'aujourd'hui en décrivant une scène de conférence de rédaction avec les grand rédacteurs se réunissant avec tous leurs égo pour venir en aide au chevet de cette presse mourante ...de trop de mots plats.
Mais la réalité du terrain c'est bien Domenach et autres responsables de rédactions invités par Strauss Kahn ; leur demandant lors d'un repas de marcher en ordre pour lui...Ca c'est tout le sujet de l'intérêt des médias d'aujourd'hui.
Je me permet d'intervenir sur ce forum , car après avoir regardé l'émission , je suis mal à l'aise et c'est très rare, car ce n'est pas pour dresser des louanges faciles, mais dans l'ensemble je trouve , que le traitement de vos émissions est sans concessions et d'une haute intégrité morale et professionnelle , rare dans ce métier. Alors , cela explique le malaise que j'ai ressenti lors de l'évocation du passé de Mitterrand , et toute la dérive qui s'en ai suivi....Alors comment ne pas lors de ce sujet concernant Mazarine , avoir omis de citer l'autre comportement d'un personnage qui passait pour un démagogue à cet époque et qui est à la source de touts les écrits ...Montaldo et consort..qui en ont découlé...Je parle évidemment de Jean Edern Hallier..!!! Vous Daniel , qui vous êtes posé les bonnes questions ; après la face caché du monde de Pierre Péan.
La face caché de Mitterrand et le rôle prépondérant d'Hallier , vous le zapper....C'était par rapport à la question des réactions de la presse oficielle et cérémonieuse et au contraire celle d'un homme qui se proposait d' être le Saint Simon de Mitterrand ; mais la mort l'ayant stoppé avant qu'il ne réalise ce projet. L'occasion se présentait justement d'opposer deux styles de presse et de comportement.
Voilà j' espère avoir la réponse quand à cette oubli.
En tous les cas bonne continuation dans le traitement de l'image, car c'est très réussi de ce point de vue là.
Reviens, Fleur ! Nous avons des oreilles pour t'écouter et des cerveaux pour comprendre tes jeux de mots habiles et tes traits d'humour accompagnés de tes coups d'oeil railleurs !
Qu à l assemblée des femmes soient victimes de propos salaces ne m étonnent pas ; par contre , le silence tonitruand des hommes qui se taisent en les entendant m atterre , même si je comprend que ce n est que le reflet de la lâcheté ordinnaire qui s exprime publiquement et au grand jour . ça me dégoutte et me fait peur ....
Et google, dans le rôle de propagateur de rumeurs?
Dimanche, j'ai tapé "Martine Aubry" et de suite, dans les suggestions de recherches, on obtient "alcoolique"...

Hier, suis allé chez des amis, intelligents, cultivés et tout (ok, de droite): on a parlé de DSK, bien sûr, de Marrakech ("ma mère était dans le même hôtel et la femme de [celui que tout le monde croit avoir cru reconnaître dans les propos de Ferry] s'inquiétait de ne pas revoir revenir son mari et on a appris alors que le ministre était en prison"), et on en est venu à Aubry: "moi, si c'est elle contre Marine Le Pen, je ne voterai jamais pour Aubry: c'est une alcoolique. Le père, l'était aussi, c'est pour ça qu'il ne s'est pas présenté en 95".

J'en ai marre d'avoir la tête pourrie par toutes ces rumeurs et de voir des gens intelligents (enfin...) les remuer de cette façon.

ASI se spécialisant dans l'étude des rumeurs? Pourquoi pas, mais bon, fallait pas chercher très loin pour dénicher l'article de l'Express. En gros, les "enquêtes" d'ASI, c'est le maniement du clic. Enquêter sur les rumeurs, c'est très bien, mais il faut s'en donner les moyens.

PS: encore un article de DS sur les scandales sexuels dans le Libé d'hier et ça continue aujourd'hui sur le site d'ASI: Balkany, Mahéas, la chambre de DSK. Il n'y a pas d'autres sujets plus urgents?
Juste une petite rectification: une recherche un peu fine sur la base de données d'un agrégateur de presse (payante) montre qu'outre Le Parisien qui a, à chaque fois, évoqué les 3 procès de J. Mahéas en 2008, 2009 et 2010, Le Point également a publié deux "En panne" sur le même sujet en2008 et 2009.
Or Le Point est tout de même un hebdo de référence pour tout journaliste politique un peu sérieux. Il est parfaitement impensable qu'aucun de ceux-ci (les journalistes politiques un peu sérieux) n'ait remarqué cet "En panne". On peut donc supposer, sans grande crainte de se tromper, que c'est délibérément qu'ils (les journalistes politiques un peu sérieux) ont choisi de ne pas relayer l'information. Il s'agit bien d'un choix éditorial, et non pas d'un manque d'information.
La question du choix éditorial est par ailleurs largement débattue dans l'émission, n'y revenons pas.
Très choqué par ce qui est dit vers1h27-28 : quel mauvais procès fait à Asi par les deux journalistes ! C'est en effet en lisant le papier d'Asi, après une heure de lecture par ailleurs sur l'Internet, que j'ai enfin compris qu'il ne s'agissait PAS de Jack Lang. Asi est le seul site, à ma connaissance, ayant bien démontré cela.
Donc : totalement du côté d'Asi sur cette histoire. Et les deux journalistes n'ont dû lire que le titre, pas l'article.
Procureur des médias c'est un métier difficile ... Un rôle qu'endosse régulièrement Daniel à @si et qui permet de décaper le fonctionnement des médias. C'est pour cela que je suis abonné. J'avoue que je ne comprends pas le tempo choisi, l'affaire DSK, pour lancer son récent engagement vers la transparence de la vie privée des politiques. Pourquoi ne pas l'avoir fait avant ?
Dans tous les cas, un journaliste n'est pas un auxiliaire de justice, cela figure en toutes lettres dans la charte des journalistes. Pour lâcher des noms, il faut des infos recoupées et vérifiées. Gare aux rumeurs destructrices.
@si a t-il un réseau dense d'informateurs sérieux pour lancer des accusations lourdes de conséquences ?
Même dans ce cas, il faut avoir les reins solides pour résister aux représailles et procès qui ne manqueront pas de tomber.
C'est étonnant comme les rumeurs peuvent être différentes suivant le lieu où l'on habite. Quand j'ai entendu Luc Ferry cur C+ j'ai tout de suite pensé à un autre ancien ministre maintenant installé définitivement à Marrakech. J'habite dans la région grenobloise...
Chers asinautes , Pourquoi mon message a été censurer..?
J'y disais la chose suivante " ....qui suce D.S...?.."
Est-ce vraiment censurable? Grossier? De mauvais gout.?
Apres tout ce qui a été sous-entendus , entendus , dit , tu , penser , évoquer , ...?
bastounet. : "He alors.?La transparence , ça vaut aussi pour toi."
D.S. : "oui , mais ça n'as aucun rapport ! "

Prouve-le !
J'ai rate un episode? Ou est passee la parisienne? En vacances? Il manque qc a ma semaine...
Une presse francaise qui justifie fallacieusement leur journalisme couché pour ne pas devenir comme les pires tabloid du monde, mauvaise foi quand tu nous tiens.
Je retiens de ce débat que les directeurs de publication et les journalistes prennent leurs lecteurs pour des attardés profonds incapables de réfléchir par eux même.
Finalement vous posez enfin LA bonne question : est-il normal de continuer à accepter la sexualité dans nos civilisations dites évoluées ?

Qu’elle soit hétéro ou homosexuelle, plus ou moins, un peu ou pas du tout consentie…

Est-il acceptable de voir tant de gens perdre leur temps – et leur dignité – en frétillant lubriquement du bassin et en ahanant comme des gorets en pleine reproduction ? Et cela - parfois - en chaussettes ou même le pantalon sur les chevilles...

Est-il pensable que tant d’organes copulatoires n’aient pour incessant objectif que de se glisser dans des orifices plus ou moins adaptés ? Et cela pour se livrer ensuite à des scéances de frottement qui ne méritent à l’évidence que ce commentaire désabusé : “Entrez ou sortez, mais cessez ce va et vient ridicule !”

Pouvons-nous, longtemps encore, tolérer ces conduites anti-sociales et tout simplement animales ?

N’y allons pas par quatre chemins, la réponse est tout simplement : NON !

D’ailleurs, autrement tout le monde va se retrouver devant un tribunal, puis au trou (mais pas le même !)… Aggravant largement la fortune de Martin Bouygues, chargé de la construction des innombrables nouveaux centres de détentions pour criminels sexuels.

De toute manière cette civilisation vers laquelle nous allons a déjà été parfaitement décrite, dans le moindre détail, par un écrivain britannique, Aldous Huxley, dans Le Meilleur des mondes – phrase tirée du Candide de Voltaire (Brave New World, 1931)
Je ne saurais trop recommander la lecture de ce chef d’œuvre qui montre parfaitement vers quoi nous allons. Pour ceux qui ne l’auraient pas lu voici un résumé qui ne peut en aucun cas dispenser de la lecture de cette merveille visionnaire, on pourra accessoirement y ajouter le célèbre 1984 d’Orwell, plus axé sur la surveillance permanente des citoyens… Qui est indispensable, elle aussi : on ne se méfie jamais assez des citoyens, pleins de bas et mauvais instincts…
A la fin de l'émission DS dit : "Enquêter sur ces rumeurs c'est ce que l'on va faire à partir d'aujourd'hui sur ASI." La ligne éditoriale est lancé, ASI a donc vocation a devenir un tabloïd. Cette presse poubelle est la pire que l'on peut rencontrer aujourd'hui sur le marché. Ce n'est pas pour cette raison que je m'étais abonné à ASI depuis sa création. On est loin de l'analyse fine des publications médiatiques du début de l'émission. Je pense aujourd'hui très sérieusement à me désabonné déçu par ce changement de tont inquiétant.
Dernier mot, je partage la même sidération que beaucoup de personnes dans la présentation du sujet Ferry au début de l'acte 4. On constate que la ligne éditoriale d'ASI n'est pas partagé et que DS n'aime pas qu'on lui tienne tête. Nous avons le devoir, en tant qu'abonné de réagir vivement à ce traitement. C'est pourquoi j'ai décidé de posté ici pour la toute première fois.

Clément V.
Donner autant d'informations sur la députée victime des grivoiseries de son collègue sans la nommer c'est quand même de l'hypocrisie...
Petite partie de Qui-est-ce:

Députée UMP de Paris (1) et leur place dans l'hémicycle (entre crochets (3)):
Martine Aurillac [182]; Edwige Antier [25]; Françoise de Panafieu [177]

Députés UMP du Vaucluse (2) et leur place dans l'hémicycle (entre crochets (3))
Jean-Claude Bouchet [24]; Jean-Michel Ferrand [105]; Thierry Mariani/Paul Durieu [59]

Vu qu'ils sont censés être assis côte à côte, je me demande bien de laquelle de ces neuf paires il peut s'agir...si seulement un/une journaliste avait accès à google pour réaliser une telle enquête...

(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_d%C3%A9put%C3%A9s_de_Paris
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_d%C3%A9put%C3%A9s_de_Vaucluse
(3) sur le site de l'assemblée nationale:
http://www.assemblee-nationale.fr/13/tribun/fiches_id/320.asp
http://www.assemblee-nationale.fr/13/tribun/fiches_id/345264.asp
http://www.assemblee-nationale.fr/13/tribun/fiches_id/2319.asp

http://www.assemblee-nationale.fr/13/tribun/fiches_id/336316.asp
http://www.assemblee-nationale.fr/13/tribun/fiches_id/1300.asp
http://www.assemblee-nationale.fr/13/tribun/fiches_id/1221.asp
Sympathique Mahéas...

Qui se croit comme chez lui sur les fesses des bonniches...
On arrive au coeur du problème à l'heure et demi...

Béatrice Vallaeys, directrice ajointe de la rédaction de Libération à propos de la rumeur Lang :
"les gens vont se dire qu'il n'y a pas de fumée sans feu!"

Voila, tout est là!! Les journalistes sont capables de faire la part des choses avec une info de ce type. Mais pas le citoyen lambda...! Non, nous, on est tous trop cons pour saisir les nuances et on va avoir des idées fausses plein la tête, salir la réputation d'un honnête homme, etc...
J'hallucine totalement sur la vision de la directrice adjointe de Libé...! Merde, elle se rend même pas compte de la débilité qu'elle attribue à ses lecteurs......!

Pour ma part, contrairement à ce qu'elle pense, l'article d'ASI sur Lang a plutôt contribué à clarifier les choses.
Merci Daniel de ne pas nous prendre pour des cons.

Nicolas T.
Analyser la rumeur ...Uhmm...Uhhmm...Ça ne sent jamais bon c'est sûr!
Il n'empêche que d'en analyser l'origine, et donc les faits, ou les actes, ou les paroles sensées en être le fondement, s'il ne s'agit d'une fausse rumeur...Oui, il faut le faire.
il faudrait aussi en étudier le niveau de véracité et sa transformation (ou sa métamorphose), à cause du colportage,
ou du commérage; voir un peu comment la vérité première, ou le mensonge premier, évolue: oui sûrement, c'est un exercice d'information, qui me relève pas de l'investigation, c'est autre chose. Il ne me semble pas que "Arrêt sur Image" soit un journal d'investigation, ce journal est un site de réflexion et d'analyse: De ce point de vue, tout en souscrivant à la retenue des journalistes présents, et notamment de Libé, sur le respect de la vie privée, les questions posées méritent d'être posées, en prenant garde au dérapage vers le caniveau, mais on a le sentiment que l'aquaplaning (aquaplanage pour nos amis wallons) est maîtrisé.
Salut.
Donc le modérateur* du Monde (voir « Vite dit ») nous assure « qu’aucun journaliste du Monde n’a cité de nom » après les misérables propos de Ferry au « Grand Journal ». Et elle ,nous assène la Loi du 29 Juillet 1881 : « Toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou de la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation »

Moyennant quoi, le quotidien s’autocensure, les commentaires sont censurés, et l’annexe « Le Post » procède de même.

Or, et Le Monde l’a évoqué, il existe un article de L’express, de 2005, qui se fait l’écho de la dénonciation par l’intéressé lui-même des bruits de ch….. dont il a été victime, dont l’un ressemble étrangement à la rumeur que Ferry propage : un ex-ministre arrêté au Maroc pour une affaire de moeurs puis exfiltré par l’élysée (on notera au passage que ceux qui lançaient cette boule puante était dans l’entourage du locataire de l’élysée de l’époque : ils avouaient donc que la présidence avait couvert une affaire de mœurs).

Ainsi donc, selon l’interprétation faite par Le Monde de la Loi du 29 juillet 1881, il serait interdit de citer le nom d’une personne qui se défend des saloperies dont elle a été victime. La victime de calomnies infâmes ne doit pas être évoquée, avec les saloperies qu’elle dénonce, au nom de la diffamation.

Heureusement que le ridicule ne tue pas !

* A noter que ce modérateur est une modératrice, à croire que le féminin d'un mot est péjoratif !
A écouter Patrick Jarreau les journalistes doivent se cantonner à enregistrer les communiqués des uns et des autres... C'est vraiment LAMENTABLE !!! Comment peut-on être aussi naïf ?

Les personnes de pouvoir doivent bien rigoler tiens ! Grrr...
L'ambiance se dégrade sur ce fil. ça castagne, ça saigne! Burn the witch, burn her!
Moi qui avait quelques remarques plutôt anodines à faire, notamment sur l'émission.

Je suis d'accord avec DS lorsqu'il dit que
Passer un entrefilet dans les journaux selon quoi DSK commençait à être excédé des rumeurs qui circulait à son sujet, et qu'il en a fait part à Sarkozy en sortant des toilettes est incomplet. En tant que lecteur de ce "vite dit", je ne suis pas frustré de ne pas savoir de quoi il retourne, mais de la nature même de ces rumeurs. Est-ce que DSK soupçonnait Sarko d'avoir orchestré des filatures lorsqu'il se rendait dans des lupanars, est-ce qu'il s'agissait de risques de fuites dans la presse qu'il avait de plus en plus de mal à prévenir, est-ce qu'il le soupçonnait de vouloir instrumentaliser ses penchants pour les femmes de moindre condition lors de la Campagne à venir ?

Concernant les déclarations tronquées de Luc Ferry et ses conséquences, il apparait qu'il n'a eu écho de cette affaire que par des témoins indirects tant la chronologie du récit en regards du ou des présumé(s) protagoniste(s) semble chamboulée. Une fois qu'il a confirmé en coulisses (sic) qu'il ne s'agissait pas l'affaire Lang / Coral, on est quasiment reparti au point de départ. C'est ce jeu des mondanités et des inimitiés qui se répète, comme l'a très bien expliqué M. Jarreau on tourne autour du pot, on établit des ponts improbables avec d'autres affaires ayant mis en cause ou ayant eu le potentiel de mettre en cause des personnalités du monde politique et policier prétendument liés à la pègre, on met sur le dos d'un ancien Ministre dont la nomination avait visiblement dérangé l'establishment à l'époque des faits graves totalement invérifiables, qui se seraient déroulés hors de nos frontières.

Par ailleurs, par rapport aux risques de harcèlement ou gestes déplacés lors d'interview avec des hommes politiques portés sur la chose, je n'ai pas compris la sortie de Béatrice Vallaeys concernant la déconcertante facilité avec laquelle avec du culot (ou plus prosaïquement, une bonne baffe dans la gueule) tout un chacun est susceptible de remettre en place ses interlocuteurs inconvenants. Cela occulte largement que des femmes n'ayant pas sa personnalité ou son experience, ou disposant d'un physique plus frêle, n'auraient pas forcément le même genre de réaction;
En réponse à cela, l'évocation de "l'arme atomique" par DS parait fort simpliste pour des raisons évidentes (quelle preuves ?, aval de la Rédaction une bagatelle à obtenir ?...).
Réponse à JREM

.........En d'autres termes une agression physique est aussi grave qu'une agression verbale (pas plus?,pas moins?)
Celles qui ont subi des agressions physiques apprécieront.

et à Cécile Closel

..........c'est très déplaisant, le sexisme. Mais enfin nous ne sommes pas en sucre, et nous pouvons nous remettre de ce genre de grossièretés sans faire donner les grandes orgues.

+++++++++++++++++++++++

Le harcélement sexuel psychologique consiste à dénigrer, humilier, dégrader la femme, la jeune fille ou le jeune garçon dans sa valeur. Il se manifeste par des gestes indécents, exhibitionisme, paroles ordurières directes ou indirectes ( téléphone) .

Oui ! Et je le souligne : comme pour le viol, les conséquences de cette forme de harcélement peuvent être également graves sur le plan physique ( propension à l' alcolisme, aux drogues) et sur la santé psychologique ( dépression et risque de suicide)

Ma fille a été agressé à l'âge de onze ans. Elle souffre à la suite de cette violence sexuelle verbale, répétitive et éloignée d'un trouble obsessionnel-compulsif. Une torture pour elle et un malaise permanent pour les parents et les amis. Il ne s'agit pas pour cette jeune femme de sexisme ou d'une chose déplaisante, mais d'un crime. Une vie gachée par un salaud qui agissait à distance.

Pour toutes remarques à caractère sexuel de la part des hommes porter immédiatement le Hola, si l'on n'est pas consentante à recevoir ces allusions ( tu me plais tu sais ! ), et porter plainte en cas de grossièretés blessantes.

Ma liberté s’arrête où commence celle des autres... définition proposée en 1789 dans le cadre de la déclaration des Droits de l’homme et du citoyen.

Nos concitoyens et nos députés devraient en principe connaître cette phrase!

Basta!
Pas eu d'écho de cette réponse de Paris Match à DS sur ASI, où le moindre article à charge sur DSK est pourtant recensé, surtout si cet article est graveleux (ex "Quel beau cul" dans l'avion).

Je trouve assez bien résumée la posture de DS. En plus, il y a quelques formules qui font mouche:


"Soit un journal de 120 pages. Disons Paris Match, la semaine dernière. Vous choisissez de n’en retenir qu’une. Laquelle? Celle de l’article sur Dominique Strauss-Kahn. Là, vous poursuivez votre impitoyable travail d’élagage. Sur dix feuillets, vous sélectionnez dix lignes. L’enquête disparaît, les témoignages s’éteignent, les choses vues s’effacent. Reste la citation d’une hypothèse formulée entre guillemets par un avocat du cabinet chargé de défendre Strauss-Kahn. Un scénario que l’auteur de l’article se garde bien de reprendre à son compte. Mais qu’il n’évacue pas d’un revers dédaigneux de la main puisqu’il répond à la question que se pose toute la France: quelle stratégie vont choisir les avocats de l’ancien directeur du FMI? Qui s’autorise un tel charcutage et un tel montage sous prétexte de décryptage de la presse française? Daniel Schneidermann, qui, dans «Libération» et, dans son élan, cloue également au pilori «Le Nouvel Observateur» et «Le Monde». Au passage, mine de rien, sans y toucher, de la main négligente du grand coloriste qui jette une ombre de mauve et une teinte de gris sur sa toile, il lâche les mots Lagardère, Ramzy Khiroun et Porsche. Que sort-il alors de cet amalgame pittoresque? Notre souhait à tous de salir Nafissatou Diallo!
En ce moment, la présomption d’innocence l’agace

Bien sûr, il s’agit d’une insinuation malveillante, malhonnête et, pour tout dire, grotesque. Heureusement pour elle et pour le bon déroulement de la justice, la jeune Guinéenne aura de meilleurs avocats que Daniel Schneidermann. Mais nous, que devons-nous répondre à ce procureur tapi dans ses commentaires, bien à l’abri de la réalité sur laquelle il se garde même de poser l’œil, à défaut d’y mettre un instant le pied? Une seule chose: il devrait relire ses propres papiers quand, dans le passé, son humeur du moment l’incitait à penser le contraire de ce que lui inspirent, sur l’heure, ses sentiments actuels. A savourer sa prose de grand inquisiteur caressant ses victimes d’une main de fer, il observerait que tous ses sermons, depuis des années, visaient à ériger de hauts murs infranchissables autour de la vie privée des princes qui nous gouvernent et qui, soudain, comme par miracle, le choquent. Qu’eût-il écrit si nous avions évoqué les rumeurs concernant Dominique Strauss-Kahn et les femmes? Que c’était inconvenant! Que cela correspondait à une arrière-pensée du groupe Lagardère! Que nous empruntions ses pires travers à la presse anglo-saxonne? De toute façon, son homélie aurait sonné comme un réquisitoire. C’est son registre: l’acte d’accusation! Qu’importe s’il change d’angle au fur et à mesure que tourne le vent, en ce moment, la présomption d’innocence l’agace. Demain, il lui rebâtira un autel. Avec la même présomption."
Tout ceci n'est que de la politique spectacle.On ne devrait meme pas savoir si un homme politique est marié ou pas,encore moins s'il a une maitresse(ou amant).Vous remarquerez qu'on parle beaucoup moins des aventures de ces dames,elles doivent pourtant bien en avoir:il faut etre deux!

Les seules choses,de la vie privée que l'on devrait connaitre:

-1)c'est l'épouse du président,car il y aurait parait-il obligation à ce qu'il soit marié,pour que Madame puisse recevoir les hotes étrangers;loi stupide(ça nous aurait évité bien des histoires de cul,il y a 4 ans)et hautement misogyne,la femme étant réduite à"passer les petits fours".Et,puis un jour il y aura peut-etre une femme présidente:"Oui,nous le pouvons!".Ce qui est sur,c'est que Monsieur ne passera pas les petits fours!

-2)si le personnel politique commet des crimes sexuels:viols d'enfants,de femmes ou d'hommes (car ça existe aussi)etc...,il devrait etre obligatoirement contraint de quitter ses fonctions pour aller en prison s'il est coupable,ou réintégré s'il est innocent!(meme un ministre qui avoue avec remords avoir commis de tels crimes ne devrait plus etre ministre,meme s'il y a prescription!).

-3)si un membre de sa famille a eu des avantages pécuniaires,ou logement payé par le contribuable,ou droit à une carrière qu'il n'aurait pu avoir en d'autres cas!

Tout le reste n'est fait que pour nous balader,et on aime bien ça,car on a un coté voyeur.Pendant ce temps-là,on ne parle pas des vrais problèmes politiques,économiques et autres!
Queue sais-je?
Depuis votre dernière apparition sur le petit écran
ce n'est pas un pavé que vous avez jeté dans la marre
mais un ras le bol général que vous avez provoqué.
Non, monsieur, vous avez refait à votre manière le procès de votre maître à penser, Socrate pour ne pas le nommer...
Où voulez-vous en venir ?
En glissant sur votre propre peau de banane ?
Nous prévenir que toutes les morales sont tombées en panne ?
Pour que toutes les mauvaises consciences renoncent à leurs ministères ?
ou dénoncent leurs propres confrères, sous prétexte que chacun, a quelque chose à se reprocher ?
Socrate s'est donné la mort... n'est-ce pas ?
Pour que ne confonde jamais justice et malice...
On peut vous poursuivre pour calomnie... pour infamie... pour avoir dit ce que nous sommes censés savoir, et ne pas avoir dit ce que nous sommes censés ignorer !
La rumeur ? Je ne sais pas ce que c'est...
La mauvaise humeur par contre... je l'ai... depuis que je reçois
mille et une plaintes du même genre d'individus... de quoi s'ouvrir les veines... Comme Sénèque après les soupçons de Néron...
Dans mon service, savez-vous comment on appelle ce type de témoignage :
du NASISME... avec s pas avec un z ! rien à voir avec le Nazisme.
Il s'agit du mode opératoire des NASES, de tous ceux qui se souviennent de leur devoir après avoir été jetés du pouvoir...
des nases moralisateurs qui chantent en différé et jamais en direct...
C'est du play-back qui peut vous valoir la matraque... cher monsieur !
Dans notre jargon, on appelle ça un self-service...
Et si les faits sont avérés... vous serez considéré de près ou de loin comme un complice...
Alors: vous allez enfin nous dire qui c'est ? Oui ou merde ?
Comment, vous avez la preuve de ce que vous avancez ?
Où ça ? Là dans votre attaché-case ?
Un enregistrement... sur votre i-phone !Tout fin, tout petit,vous l'avez acheté à Neuilly ?
pourquoi vous ne l'avez pas dit plus tôt ?

http://www.lejournaldepersonne.com/2011/06/queue-sais-je/
Le monde.fr diffuse sur son site ce matin une vidéo sur Tron et Ris-Orangis assez cocasse...

http://www.ina.fr/economie-et-societe/justice-et-faits-divers/video/CAB96024264/ris-orangis-tron.fr.html


(Rappel : "Il s'agit d'une rumeur ridicule et grotesque." (David Martinon, porte-parole de l'Elysée, le 11 octobre 2007, à propos du divorce de Cécilia et Nicolas Sarkozy, qui sera néanmoins prononcé le 17 et finalement rendu public le 19.)
Ces histoires sont secondaires....Vous avez oublié ? Cécilia revenant pour faire élire N.S et rejoignant son amant pour l'épouser ?Vous avez oublié le cirque Disney,Egypte,Petra etc etc....Et cet avion pour lequel notre pays a trouvé des millions d'euros en dépit de sa dette... Vous voyez,il y a plus important que la rupture François-Ségolène!
est-ce vraiment le boulot des journalistes de colporter rumeurs et ragots ?Dans le bourg où j'habite,le marchand de journaux est aux anges..Il vend beaucoup d'Ici Paris et Détective....La presse "normale" va-t-elle s'emparer des fonds de poubelle ? Perso,je me fous des histoires salaces en tous genres. Il y a des problèmes autrement importants.
Dans un cas (Marrakech), selon DS qui se fie à l'enquête de l'Express, il y aurait eu intox. Intox qui se serait propagée, via les RG, au plus haut niveau de l'Etat, dixit Ferry.
Ensuite, DS prend pour argent comptant les "révélations" concernant DSK, découvert en fâcheuse posture dans sa voiture, avant ses problèmes de NY. Argument en faveur de sa culpabilité de violeur.
Comme s'il pouvait y avoir eu bidonnage dans un 1er cas, pas bidonnage et renseignements authentiques dans le 2e.

Je veux bien trouver ridicules les théories complotistes liées au 11/09, car cela impliquerait beaucoup de monde. Alors qu'il me paraît assez facile de piéger, via des professionnels, un seul homme, sans risque d'être découvert. Après tout, il paraît bien établi que le président de l'Ukraine, la journaliste Anna Politkovskaïa par ex. ont bien été les victimes d'un pouvoir par ailleurs toujours en place. Ça se passe en Russie seulement? Durant la campagne de 2007, Ségolène Royal candidate a vu son appartement être fouillé à deux reprises. OK, c'est moins grave que l'empoisonnement ou la mort, mais bon, il y a quand même de drôles de pratiques en France aussi.

DS semble considérer que l'affaire de Marrakech est close, puisque l'Express a mené l'enquête. Il se contente de peu: l'enquête n'est pas close, au contraire. Car s'il y a eu bidonnage et intox à ce niveau de l'Etat, il faudrait se demander comment on a pu en arriver là, qui a manipulé qui, etc. et montrer que oui, il y a des coups sordides visant à piéger des hommes politiques. Mais bon, faut pas trop compter sur ASI...



PS: il y a trois semaines, on apprenait sur ASI que J. Lang sortait avec (le moyennement juvénile) Higelin. Autre rumeur. Ca doit être la façon de DS d'être un "journaliste de la rumeur" à défaut d'être celui de la rigueur.
Autre rumeur circulait entre les deux tours de la dernière élection pestidentielle. Il était conseillé à madame Royal ! elle même ! .... ah bon

Désolé !!!!
J'ai l'impression, que vous reprochez aux journalistes de faire ce que vous-mêmes n'avez pas fait. Vous n'avez pas dénoncé l'utilisation de moyens publics
au profit de la "fille cachée"; vous n'avez pas dénoncé les activités privées "pas très catholiques" d'hommes politiques sous prétextes que ce n'était pas votre secteur d'activité..... Bon ! allez à confesse et n'en palons plus !!!!
Quelle discussion musclée ! Bons débatteurs qui ont bien réfléchi à leur pratique journalistique.
Mais en matière humaine, les lignes au-delà desquelles il faut s'arrêter sont en fait des lignes de fuite qui se retournent sur elles-mêmes. A posteriori, on peut toujours se dire que ce n'était pas comme ça qu'il fallait faire....

Agir de façon parfaite suppose qu'on soit au courant d'absolument tous les tenants et les aboutissants d'une affaire, y compris de l'avenir.

Il faut prendre des décisions sans connaître tout, donc prendre le risque de se tromper.

Et de toutes façons, d'autres faits, comme on l'a vu avec DSK, se chargent d'équilibrer les choses. Sarko, du fait d'une action irraisonnée de DSK, a échoué dans sa manipulation.
Il réessaiera, n'en doutons pas, mais personne ne peut tout contrôler.

Et de toutes façons, si quelqu'un avait crié à propos des étranges pratiques de DSK qui pouvaient se révéler mortifères, ses communiquants auraient étouffé l'affaire. Ils avaient réussi à la faire passer le président du FMI qui étranglait la Grèce pour un candidat de gauche. Alors...
Je suis profondément éffaré que l'on puisse se poser la question s'il sagit de harcélement sexuel quand un député "homme" s'adresse à sa collège "Femme" avec des termes de ce niveau " As tu tiré un coup " " je te donne le document si tu baises " etc.. De telles expressions sont des viols aussi graves pour la femme que l'acte physique.

S'il vous plaît, assez de minauderies avec l'humour gaulois ou autres fadaises. C'est simplement ordurier!!

En ce qui concerne les députés, ces personnes ne sont pas dignes de sièger, de nous représenter au palais Bourbon et si leurs mains sont blanches , leur âmes sont grises, grises. Démission BASTA !

Présomption d'innocence: oui! Présomption de culpabilité OUI! .

La création de groupes indépendants de Sages ,désignées dans toutes les couches de la société, renouvelables,sans émolument qui recevraient les plaintes, les doléances des victimes, ou présumées victimes dans les deux sens, et agiraient confidentiellement pour découvrir la VERITÈ VRAIE me semblerait judicieux.
Je ne sais pas où j'ai entendu ce bruit, mais je l'ai saisi de quelque part. J'ai entendu Ferry en direct, un temps a passé, j'ai perçu quelque part qu'il aurait pu s'agir de Lang. Et je suis tombé dans un piège.

Alors que j'entendais qu'on parlasse non loin de moi de cette affaire, je balance : "il paraît qu'il s'agirait de Lang !" Aussitôt j'affiche à la tête de mes amis, une mine qui fait mouche ! "Non !... Ce n'est pas possible ? C'est fou..." Et vient l'heure de passer à table, nous nous laissons vers d'autres préoccupations.

Un temps passe à nouveau, je regarde ce jour l'émission qui débat de la question. Et je découvre, et j'entends Daniel résumer l'article, et contextualiser ledit article dans une volonté tout à fait honorable de retracer l'origine de cette fausse information, de cette rumeur, pour redonner la parole à celui qu'on peut alors naturellement nommer la victime de la rumeur, tout en s'assurant d'un détail supplémentaire, d'après Kahn, Ferry ne parlait pas de Lang.

Seulement voilà... Ces fameux détails : l'article de 2005, les explications de M. Lang, les moitiés de confidences de JFK, m'étaient inconnues quand j'ai "balancé" un résumé presque trop parfait d'un article que je n'avais pas lu : "il parait qu'il s'agirait de Lang !"

J'ai donc immédiatement pensé que j'avais colporté une rumeur sans m'en rendre compte, et que je ne l'aurais pas fait si je n'avais pas entendu la chose (tronquée) quelque part. Il faut maintenant qu'un troisième temps s'opère et que je revienne à mes amis pour leur dire l'information complétée de ses détails !

Alors finalement que retient-on d'un tel article, surtout quand on ne l'a pas lu ? Ne serait-ce pas l'information coup de poing qui nous saute au cerveau comme une leçon de Cassandre l'affichiste ? Celle qu'on résume d'un seul mot, d'un seul nom, celui qui porte l'émotion suscitée, tantôt la surprise d'apprendre qu'un homme politique qu'on apprécie ou pas est lié à un scandale, tantôt l'indignation de constater avec quelle facilité on peut tomber dans le piège de la rumeur.

J'ai transmis ces deux informations, et même si je me rassure en disant que j'ai réparé ma bêtise, je l'ai tout de même en premier lieu commise...

Alors fallait-il en parler, fallait-il le nommer ? Je crois que oui, on ne doit jamais se cacher d'une information, surtout quand c'est un moyen de la mettre en doute et de la discuter, mais encore faut-il croire en la rigueur de chacun, croire que le lecteur répondra toujours de sa raison pour commenter l'actualité et qu'il saura réparer les éventuelles erreurs de jugement qu'il aurait pu commettre et effacer définitivement la rumeur qu'il a pu malgré lui colporter... Ici s'arrête, ou démarre peut-être, l'idéal du journalisme !
"Il s'agit d'une RUMEUR ridicule et grotesque." (David MARTINON, porte-parole de l'Elysée, le 11 octobre 2007, à propos du divorce de Cécilia et Nicolas Sarkozy, qui sera prononcé le 17 et rendu public le 19.) C'est bientôt, 2012 ?
quel rôle joue-t-il ? On sait ? On sait pas ? On renonce à se poser la question ?

combien de "dossiers" sur combien d'opposants ou d'alliés, depuis son passage à l'intérieur ? Combien de chantages, de menaces de "sortir" telle ou telle affaire ? Il n'y a que moi pour penser que ce type tient beaucoup de monde par la barbichette ?
Quand les bruits partent "de l'élysée", il ne s'agit pas de rumeurs comparables à la rumeur d'Orléans, véritable invention collective, plutôt, il me semble, de menaces ou carrément d'attaques. Sarko est un peu acculé, politiquement : ça devrait tirer dans tous les sens, dans les mois qui viennent.

Personnellement, il me semble que ça m'intéresserait des journalistes qui auraient le courage de dire "tiens, ça fuite à propos de untel, en ce moment, et c'est peut-être parce qu'il présente telle ou telle menace pour le pouvoir en place" (ou tout autre source identifiée de "fuite")

Et donc, que les journalistes traitent des rumeurs, qu'@si en parle, clairement, ça ne me gène pas. Mais je suis un peu choquée que ça fasse l'objet d'un "vite dit", d'un entrefilet... qui sont justement la forme même que revêt la propagation des rumeurs : glissées comme des anecdotes croustillantes, refilées en douce, pas discutées, pas interrogées, juste répercutées. Non, si on en parle il faut les décortiquer, analyser leur fonction, le but qu'elles visent, les ressorts sur lesquels elles jouent, enquêter aussi sur la façon dont elles sont reçues par l'opinion...
De ce point de vue, j'ai trouvé cette émission assez décevante : beaucoup de moraline, pas beaucoup de concepts ni d'information...
Quand meme incroyable que personne n'ait noté que Duhamel ,sous forme d'humour 4° republique ,site de nom de Lang dans l'interview au Grand Journal..;en disant (on ne sait pourquoi) .."il a ete mauvaise langue"....on se protege entre journaliste ou on ne tend pas l'oreille ?
C'est quand même triste de voir le comportement de certains mâles politiques envers les femmes.

Une rumeur doit de toute évidence être traité de façon totalement différente qu'une infos 100% fiables.

Ceux qui refusent de traiter la rumeur en 2011 risque de prendre du retard, avec internet ça explose de partout et il faut au contraire arriver à démolir ses rumeurs tout en mettant en avant les véritables infos.

Car si personne ne traite ça alors certains rumeurs deviennent au fil du temps une fausse vérité dans les mémoires.
Merci, Béatrice Vallaeys, je savais bien que les femmes aimaient se faire tripoter et que celles qui n'aiment pas arrivaient bien à soigner en fermant leur gueule, quel réconfort je commençais que l'on risquait quelque chose à se conduire comme un HOMME ... et merci, Patrick Jarreau , pour ce belle exemple de journalisme il redonne tout son sens à mot investigation dans le meilleur des mondes...


Cette émission portait donc sur le Syndrome de Stockholm et la domestication des journalistes.
DS, après avoir en fait des tartines sur DSK pendant des jours en donnant des leçons de journalisme à tout le monde (plateau de TV et chroniques de Libé compris), se vautre maintenant (ou se fait poisser) dans le "journalisme des rumeurs", qu'il revendique. De mieux en mieux...
Le problème, c'est que faute de se donner les moyens d'enquêter véritablement soi-même, on alimente la rumeur, on en devient soi-même le relais, on y participe activement: c'est le processus même de la rumeur, c'est bien connu.

Apparemment, ça coince à la rédaction d'ASI, tout le monde n'est pas sur la ligne de DS. Quid de ces débats, puisqu'on prône la transparence à tout prix?

Quant aux lecteurs d'ASI qui ne suivent pas du tout ce que beaucoup considèrent comme une dérive (y compris une pro comme Béatrice Vallaeys: quand on en vient à avoir tort contre Morandini, c'est vraiment la honte...), qu'est-ce qu'ils doivent faire? Se désabonner, alors qu'ils continuent d'apprécier le travail de Korkos ou de Bernard?

Depuis ces derniers jours, j'ai perdu toute estime pour DS, j'ai le regret de le dire. Désamour. En le regardant dans cette émission, j'ai trouvé qu'il avait le même air d'âne que Luc Ferry sur le plateau de Canal+, celui qui vient parler par pure connerie et s'y enfonce.
Est-ce que quelqu'un pourrait me dire pourquoi mon message a été censuré? Mireille, Daniel, someone ? C'était trop violent ? Trop insultant ? Bizarre.
Je n'aime pas ça du tout.
Je pensais naïvement que l'affaire DSK allait provoquer un electrochoc chez les journalistes, je suis chaque jour plus consterné de voir qu'il n'en est rien.
- Mazarine ? Aujourd'hui encore, nous n'en saurions rien ;
- Des députés sexistes et agresseurs ? Fadaises et billevesées qui ne méritent pas que l'on s'y attarde. Leur sexisme n'a bien évidement aucune conséquence sur les lois qu'ils vont élaborer et voter ;
- Sénateur inculpé ? Oui, mais c'est un petit sénateur de rien du tout que personne ne connait...

Les scrupules, l'étique, la présomption d'innocence, sont vraiment à géométrie variable. Quand il s'agissait d'enquêter sur Lies Hebbadj, les journalistes étaient bien moins regardant. Et que dire aujourd'hui encore de l'article "Affaire DSK : le mystère Nafissatou Diallo" (http://tempsreel.nouvelobs.com//actualite/l-affaire-dsk/20110603.OBS4444/affaire-dsk-le-mystere-nafissatou-diallo.html) du nouvel Obs ? J'ai souvent la nausée, ces jours-ci.

Alors oui, je déplore que l'on ne parle quasiment que de DSK dans asi, mais malgré tout, j'approuve Daniel et son équipe dans le traitement qu'ils font de cette affaire. Au fil des émissions, les accommodements, les accointances, les lâchetés, les aveuglements sont révélés, et c'est très bien.

Cela dit, ite missa est, le salut ne viendra pas des journalistes de la presse écrite. Vive asi, owni, médiapart et les autres.
Et si Luc Ferry avait fait sur commande sa sortie ébouriffée ? Pour dire à toutes et à tous les journalistes et là la classe politique: "voyez jusqu'où ça peut aller si d'autres gugus comme moi déballent à la télé, on sait tous tout surtout le monde, alors stop. "


PS
Le giflé, ce serait pas Tapie par hasard ? Si c'et lui que Béatrcie Vallaeys en soi remercié.
Super.
Ah les coulisses des rédactions ............mais enfin l'encadré du FM n'a posé aucun problème en revanche que Luc Ferry l'étaye sur le plateau du grand journal et c'est un véritable barnum .
acte 4 : les lecteurs ne sont pas capables de lire un papier et d'en tirer des conclusions ................... c'est pourquoi leurs tirages baissent , les lecteurs en ont peut être ras le bol de lire du "prédigéré"!
DS continuez !
Internet est la premières source de rumeurs dans les domaines les plus variés.
Mais c'est aussi la première source d'information pour examiner la fiabilité des bidonnages, trucages grossiers et de fausses informations avec des sites du type "Hoaxbuster".

Je me trouve donc en accord avec Daniel quand il évoque la possibilité de ne pas simplement écarter les rumeurs d'un revers de main, mais de les considérer pleinement en exerçant le savoir faire journalistique d'investigation.
La conséquence serait d'en faire de vraies informations, soit en leur tordant le cou, soit en leur donnant corps car elles doivent donner lieu à des poursuites judiciaires dans l’intérêt des victimes ou par leur impact sur la vie publique et politique touchant donc les citoyens.

Hélas, on sent bien que certains journalistes, hommes et femmes, préfèrent composer avec des débordements de politiques, et pas seulement sur des affaires de sexe, car une attitude plus "rigide" ferait se tarir les sources dans d'autres domaines. Pour faire un mot facile je dirais que ce semi "droit de cuissage" constitue une sorte de "droit de passage" obligé.

Ce que l'on appelle "l'affaire DSK" est, à mon sens, l'opportunité d'une remise en question d'une pratique journalistique, du comportement de nos politiques et des hommes en général et de ne plus considérer que les femmes qui dénoncent ces pratiques ne soient plus regardées comme des féministes caricaturales.

Cet engouement fébrile me laisse craindre que nous assistons à un petit séisme dont, pour cette fois, il faudra regretter qu'il soit sans conséquences durables.
Je viens d'assister au bal des hypocrites ! Sur ce sujet, il y a parité sans aucun doute.
Quelques remarques peut-être simplistes mais tant pis le forum est fait pour cela...
Porter plainte c'est penser à soi mais c'est aussi faire preuve d'altruisme, de solidarité; je ne veux pas qu'une autre subisse le même sort que le mien.
Est-il si naturel de s'arrêter à la chambre à coucher pour enquêter ?
Cette fameuse chambre à coucher me semble bien commode.
Certains actes personnels même s'ils ne rentrent pas dans le cadre de la loi sont contraires non pas à la morale mais à l'éthique (Profiter) possiblement de l'esclavage humain "prostitution, user des largesses de la république avec des maîtresses, faire ce que l'on interdit à l'autre ou contraire aux idées politiques que l'on diffuse, tout cela me semble hors du champ de la vie privée.
Quand au fait de propager une rumeur en livrant un nom que tout le monde donne déjà sous le manteau, c'est priver le public du frisson de l'initié", donc participer à la lutte contre cette rumeur.
Quand mes contacts m'envoient des rumeurs ou de fausses infos, je les dirige sur Hoaxbuster. En général la personne étant un peu piteuse n'y met plus la patte.
La rumeur n'est pas du domaine factuel , l'analyser comme telle ne suffit pas, voire aggrave le problème. La rumeur de Marakech a été démontée par des journalistes en 2005, il me semble, et pourtant elle renait de plus belle dès que le terreau est favorable.

Ce serait intéressant d'expliquer le phénomène de la rumeur , de permettre au quidam de distinguer la fumée sans feu d'une authentique information en ayant recours à des sociologues et des psychologues, mais courir après les rumeurs sous prétexte de les démonter me semble une démarche très peu journalistique, irréaliste et dangereuse.

Ecouter DS ce soir me donne l'impression d'une perte de repères et d'un changement de cap déroutant à ASI.
Peut-être que DS a l'ambition de réellement démonter et expliquer les rumeurs et de faire
appel a de réelles compétences pour cela.
C'est un travail tout a fait passionnant et qui a tout mon soutien, et je comprends mal
certains qui voient déjà @si devenir un tabloïd parce que s'intéressant à ce qui est publié dans
les tabloïds.
La propagations des rumeurs est facilité par internet mais leur démontage aussi car tout y laisse
des traces et tout y es daté.
De la faute d'orthographe à l'erreur factuelle tout est corrigé quasi instantanément sur le net,
utiliser cette propriété pour débusquer et chasser la rumeur est tout à fait légitime.
Cela fait partie d'un bon travail sur les médias, un peu comme réduire le bruit de fond et chasser
les artéfacts dans la recherche.
j'espère que vous serez entendu, JREM. Cela demande de la distance et de ne pas s'empresser de répondre n'importe comment à chaud...
Si @si veut démonter les rumeurs, il faudrait créer une rubrique "démontage de rumeurs".
Ce qu'@si nous a offert ces dernières semaines, notamment dans ses vite dits n'a rien à voir avec du démontage de rumeur, c'est juste une accumulation de détails scabreux, non vérifiés pour la plupart, piochés chez les confrères.
J'ai le sentiment que cette trouvaille de DS ne sert qu'à justifier à posteriori la médiocrité dans laquelle s'est vautrée le site depuis quelques semaines.

De toute façon, comme le fait remarquer la journaliste du Parisien, le meilleur moyen de démonter une rumeur, c'est d'enquêter, c'est aller au Maroc voir si la rumeur a le moindre fond de vérité. Daniel, visiblement, n'y avait pas pensé! Eh oui, le journalisme, ce n'est pas seulement relayer des infos ou des rumeurs publiées par d'autres! C'est aussi enquêter! Ce qu'@si, je suis désolé, ne sait pas faire, ne peut pas faire par faute de moyen. Donc soit le site se donne les moyens, humains et financiers de faire de l'investigation, soit il reste à sa place de critique des médias, et il évite de se mesurer à des médias d'info, ce qui nous permettra d'éviter le spectacle ridicule de Daniel défendant son nouveau hobby médiocre face à des confrères (et des @sinautes) affligés...
[quote=C'est aussi enquêter! Ce qu'@si, je suis désolé, ne sait pas faire, ne peut pas faire par faute de moyen]

Je vous trouve bien défaitiste sur ce coup.
Laissez donc une chance à l'équipe de montrer son savoir faire dans ce domaine aussi.
Un peu de temps...
Il sera toujours temps de critiquer après.
Non, je pense qu'il est important de critiquer maintenant:

- pour permettre à @si de corriger le tir, si cette nouvelle lubie d'investiguer la rumeur devait se prolonger au-delà de l'exploitation cynique du "moment" DSK. Corriger le tir en normant le traitement des rumeurs, par exemple en créant une rubrique dédiée, qui reconstituerait le trajet d'une rumeur, les intérêts divers qui s'y trouvent enchevêtrés, etc, comme le suggèrent certains... Il serait du coup indispensable de prendre du recul, de ne pas traiter les choses à chaud en multipliant les vite-dits ou les chroniques, comme c'est le cas depuis quelques semaines. Qu'@si se retrouve totalement soumis au "temps" médiatique va à l'inverse de ce pour quoi le site a été créé. Que DS et son équipe ne s'en rendent pas compte me sidère, me navre, etc...

- ou pour les persuader qu'ils font fausse route et pour que dans quelques semaines, on retrouve un @si honorable, sérieux et intelligent, qui ne saute pas sur le moindre potin graveleux pour doper son audience.
[quote=le moindre potin graveleux]

il y a tout de même des potins graveleux qui ont changé le destin de la France depuis 15 jours...
excusez du peu!
La seule chose qui a (peut-être) "changé le destin" de la France, c'est l'arrestation de DSK. Ce n'est pas un potin, c'est un fait. Tout ce qui en a découlé sur @si et les autres médias, relève du choix éditorial. Sur @si, le choix a été fait de reproduire sans scrupule toutes les rumeurs et potins sortis par d'autres. C'est un choix médiocre, à mon sens.
et je plussoie ça :

"Donc soit le site se donne les moyens, humains et financiers de faire de l'investigation, soit il reste à sa place de critique des médias, et il évite de se mesurer à des médias d'info, ce qui nous permettra d'éviter le spectacle ridicule de Daniel défendant son nouveau hobby médiocre face à des confrères (et des @sinautes) affligés..."
Peut-être ne parlons-nous pas de la même chose? La rumeur n'est pas forcément fausse, ni négative, il est possible qu'elle soit vraie à la base et qu'elle représente un authentique contre-pouvoir par rapport à une communication "officielle".

Plus que de de courir après les rumeurs particulières il me semble que de donner une information générale sur le sujet permettrait à chacun d'exercer son sens critique sans que le site d'Asi soit le relai des rumeurs, car même si l'accent est mis sur le démontage de la rumeur, le résultat risque d'être la diffusion de cette même rumeur.

Une émission avec des spécialistes de la rumeur , sociologues, sociologues politiques, psycho-sociologues serait passionnante!!!
certains propos sur ce forum sont terrifiant.


Quand à Lang "qui se dénonce tout seul" j'espères que vous attendrez d'avoir un peu plus de preuves pour le juger définitivement. Si il est la cible de rumeurs depuis 20 ans, dès qu'une pointe le bout de son nez, il doit se dire que c'est pour sa pomme...

entre les "y a pas de fumée sans feu" et les "complots" de l'affaire DSK, on est mal barré...
Qui nous parlera de Françoise Giroud et de son « Là où il y a de la gêne, y a pas d’information » ?

Certains prétendent qu’elle aurait formé une génération entière de femmes journalistes politiques pour lesquelles… le lit et l’oreiller devraient être le nouvel et dernier horizon indépassable d’un métier porteur d’un concept novateur : la journaliste-fonceuse et racoleuse impénitente, en jupe courte et bas résille…

Avec pour conséquence depuis quarante ans, le fait que l’on ne compte plus les hommes politiques qui ont pour maîtresse des femmes journalistes (et vice versa !) et un métier, celui de journaliste, d'une complaisance indécente à l'égard de l'objet même de son étude et de sa vigilance : la classe politique.

Combien de bio-politiques écrites en collaboration très étroite avec les intéressés ?!

Même si cette même Françoise Giroud, leur matrone à toutes (la Maquerelle de toutes les maquerelles?) se serait bien gardée de leur préciser qu’une fois la quarantaine passée - stress, pression, planning et horaires infernaux… les femmes journalistes vieillissant plus vite que les autres (le corps se rebelle parfois bien avant les consciences)-, les journaux qui les emploient auraient tôt fait de leur proposer comme dernier horizon, après une carrière courte mais mouvementée : le service « société et faits-divers ».

En effet... les plus mignonnes et les plus sexy à la politique, les autres…

Aussi, faut-il vraiment s’étonner que toute une génération d’hommes politiques se soit crue autorisée à se servir au passage, les pères transmettant ce droit à leurs fils… même si aujourd’hui, il semblerait que les filles et femmes journalistes se soient rebellées contre leurs mères : elles n’accepteraient plus aussi facilement que leur métier ait pour lieu d’exercice les chambres d’hôtel.

Qui s’en plaindra ?

Sûrement pas celles qui, la mort dans l’âme, ont dû se plier à cet impératif catégorique aussi complaisant que détestable, et qui a pu être, parfois, imposé par une femme à d’autres femmes, sans oublier celles qui ont quitté cette profession avant même que son étreinte, qui n’est qu’un étau, ne les emporte dans sa tanière de fauve jamais rassasié, pour mieux les broyer avant de les dépecer à l’abri des regards indiscrets mais… pas de la rumeur ou des promotions scandaleuses parce que... injustifiées.

Quant aux femmes journalistes qui, au fil de l’actualité DSK, s’étonnent encore des révélations de harcèlement, de droit de cuisage et autres abus d’autorité dans leur profession et chez le politique : au mieux, a-t-on affaire à des femmes très chanceuses, ou bien amnésiques, au pire… à des femmes journalistes complices et bourreaux de leurs congénères : « Comment ça ? Vous ne voulez pas ? Pourtant, je connais nombre de vos consœurs qui veulent toujours ! Parfois avant même qu’on ait eu le temps de leur proposer quoi que ce soit

***


Assurément, l’affaire DSK aura ouvert une porte jusqu’à présent verrouillée à double-tour : la condition des femmes dans le journalisme ; condition qui en rejoint bien d’autres dans d’autres métiers – et pas des moindres.

Mais alors… que toutes témoignent !
Îl me semble que Lang se denonce tout seul au Grand journal lorsqu'il joue sa vierge effarouch?e, subodorrant que Ferry a menti alors qu'il n'a fait que rapporter un entrefilet du figmag.

Si il avait plutôt apporter son soutien a Ferry dans la dénonciation d'un fait connu mais tue, cela aurait instantanément couper l'herbe sous le pied des colporteurs de la rumeur. La, j'ai plutôt le sentiment d'un souffle sous les braises. Peut être a t il pens? qu'à Marrakech, comme a New York, "il n'y a pas eu mort d'homme" ;)
Propos des journalistes entendus récemment sur le site, en grossissant à peine le trait :

"on attend que la personne politique nous donne son aval pour en parler"
mais êtes-vous journaliste ou chargé de communication des politiques ?
Vous travaillez pour l'information de vos lecteurs ou comme "public relation" du personnel dirigeant ?

"il n'y a pas de plainte déposée"
mais les journalistes ne sont-ils pas aussi là pour aller au-delà ?
Les "partis politiques de poche" pour contourner les lois de financement des partis politiques,
rien d'illégal, mais personnellement ça me parait choquant et il me parait salutaire d'en être informé

"ça relève de la vie privée"
Là c'est épatant, parce qu'on dirait que ce prétexte ne s'applique que selon la volonté des politiques :
Mitterrand souhaite cacher sa "seconde famille": ok, nous, journalistes indépendants, on respecte !
Il désire l'afficher : nous, garants de l'information, quatrième pouvoir, nous informons le peuple

Étonnant comme les journalistes paraissent aux ordres des puissants et se cachent derrière leur petit doigt pour ne pas se l'avouer...
//"On peut s'amuser à le demander mais on ne nous répondrait pas", selon la journaliste du Parisien qui ajoute de manière surprenante : "Ce n'est pas en demandant en France qu'on a les informations".//

Ça, on ne le lui fait pas dire.

//Segaunes souligne aussi que l'attitude de la part des femmes politiques consiste plutôt à ne pas vouloir faire de vagues. "Les femmes sont responsables de ce genre de comportement en acceptant ça."//

"Les femmes sont responsables de ce genre de comportement en acceptant ça." C’est du propre, mon Seg. Du même niveau que le très straussophile Nobs qui écrit tout un article sur le fait que la communauté guinéenne de New York se scandalise de ce qu’une femme peule a osé aller travailler dans un grand hôtel…
http://www.marianne2.fr/Draveil-les-policiers-accusent-Tron-d-avoir-pourchasse-la-commissaire_a206886.html

On peut aussi s'intéresser à ça, qui est parfaitement connexe.
Je suis très content d'avoir appris l'expression "se faire poisser". Je suppose que c'est une contraction entre se faire pincer, se faire coincer et laisser des traces collantes dans les journaux. Se faire alpéguer, en somme.
Jacques Mahéas ca fait des mois que beaucoup de monde est au courant. Une remise en question semble plus que nécessaire pour les journalistes. Et dire que ce sont eux qui se croient porteurs de LA Vérité. Affligeant...
En gros, Ferry ne pouvait rêver mieux... lui il fait partir une rumeur sans se mouiller à donner le nom et c'est @si qui complète la rumeur... @si, el propagator...!
Heureuse de voir que tout le monde à @si n'est pas d'accord... Du coup, "Papa" Schneiderman se croit obligé de reprendre "ses" troupes avec condescendance...
Quant à l'annonce de la nouvelle direction qu'@si prendrait, à savoir un journalisme de la rumeur... là, je trouve cela inquiétant. Vraiment...
Laissez-nous faire le tri nous-même... Je n'ai pas besoin d'@si, qui sous prétexte de démonter des conneries, les colporte...
Sous prétexte de condamner les paparazzis, pas la peine de tapisser le site de photos, genre Detective
Bon, ben, nous voici prévenus... Ouvrons l'oeil; si cela se confirmait, ben, faudra se rendre à l'évidence et prendre ses responsabilités... :-(

Que vous pensiez à produire un "@rrêt Sur Intox", pourquoi pas, mais cela demande de la réflexion et des enquêtes...
Là, sur "l'affaire" Ferry, à balancer un nom à chaud (désolé, on tombe sur d'autres noms aussi et sans avoir à chercher bien loin), alors qu'une partie de votre équipe était contre, ben... -outre le fait de découvrir que les coulisses d'@si sont aussi tristement banales en matière de prise de décision- vous vous placez dans la meute, ça pue... "@ttention: Sur-Intoxication", non merci...
Bonsoir,

"C'est peut-être une mauvaise lang" dixit Alain Duhamel dans le grand journal sur canal +. Faut voir son visage, à Alain D. Révélateur, ou faut-il y voir un signe?
En somme, tout est exprimé.

Bonne nuit, c'est le cas de le dire.
C'est moi ou @si aussi se met à aller plus vite que la musique, comme les autres.
Comment faire preuve d'esprit d'analyse sur un sujet si "léger" (somme toutes ceci est un fait divers) en si peu de temps?
Ca me laisse pantois.
Sur ce, je vais quand même aller regarder cette émission. Mais alors sans conviction.
De ce débat, et du précédent (20 mai) sur le même sujet, je retiens essentiellement l'hypocrisie des journalistes, qui savent plein de choses sur nos hommes et femmes politiques, que ce soit sur leur train de vie, sur leur vie sentimentale et sexuelle, mais aussi sur leur stratégie de carrière politique (cf. les déjeuners avec DSK, qui annonce qu'il sera candidat mais "c'est du OFF, et on respecte sa volonté") et ne jugent pas utile de nous les dire ou de nous les écrire, à nous lecteurs et auditeurs, destinataires théoriques de tous leurs efforts professionnels, qu'ils se font pourtant un devoir d'informer, la presse étant un pilier de la démocratie, un "quatrième pouvoir", un "contre-pouvoir", etc ... profession de foi bien connue mais bien mal respectée !

Autant j'approuve que la presse montre beaucoup de retenue sur les affaires de "vie privée", autrement dit les affaires de coeur et de sexe, qui effectivement n'ont pas, en général, à voir avec la vie publique, autant je suis obligée de constater qu'il s'agit finalement de montrer beaucoup de retenue sur tout ce qui pourrait déranger le plan de carrière de ces messieurs-dames, que les informations se rapporte à leur vie privée ou à leur carrière publique, surtout quand ces personnes tendent vers le haut de l'affiche. Non, je suis injuste : si les personnages sont en haut de l'affiche, on ne peut pas leur faire ça (sans doute pense-t-on "on n'a pas intérêt à leur faire ça, des fois qu'ils arriveraient vraiment au pouvoir"), et s'ils sont dans les profondeurs de l'affiche, on n'en a rien à cirer de leurs turpitudes, qui ne concernent que les administré-e-s d'un bled du fin fond d'un département loin de Paris, autant dire des péquenots ...

Pour en revenir sur le sujet direct d'un des thèmes du débat de ce soir, que faut-il dire sur la "vie privée" des politiques, du moment qu'il ne s'agit pas de faits délictueux ? une épouse + une maîtresse faut-il le dire ? un mariage qui s'achemine vers le divorce faut-il le dire ? de fait, tant que les intéressés n'ont pas décidé d'en parler eux-mêmes, la presse n'en dit rien, n'en disait rien en tout cas jusqu'à récemment, et pour la plupart, moi compris, nous trouvions cela préférable.
Mais je pense maintenant qu'il est temps de donner la raison profonde de cette occultation : c'est qu'on est toujours dans l'idée qu'une personnalité qui postule pour les "plus hautes fonctions" doit faire montre d'un mode de vie de type bourgeois BC-BG pour avoir une chance de passer l'obstacle de l'élection ; alors l'intéressé et ses proches - même s'ils se sont un peu éloignés - sont prêts à jouer toutes les comédies pour servir leur plan de carrière, et les médias font comme si de rien n'était. Mais enfin, à l'époque où nous vivons, l'union libre très fréquente, les familles recomposées, les couples homosexuels de plus en plus visibles ... cette idéologie du "couple présidentiel" c'est d'un ringard !! et ces journaux de nous servir des formules genre "la première dame" pour parler de l'épouse d'un Président !
Et si on arrêtait cette fiction ? si on se persuadait qu'on élit une personnalité politique, et pas toute sa famille, est-ce qu'on ne ferait pas un progrès considérable, à la fois dans les chroniques politiques et dans les chroniques de société des journaux ?
Et si on avançait l'idée de l'abolition du mariage comme institution au fondement de l'organisation sociale, est-ce qu'on ne ferait pas un grand pas en avant dans la franchise de la vie privée, et du coup de la vie publique ? Est-ce que beaucoup de problèmes de la vie sociale actuelle n'en seraient pas assainis (entre autres le phantasme de la "polygamie", qui si on regarde bien, ne concerne pas que les musulmans très respectueux des préceptes du Coran ...) ?
Nous vivons une période historique, à plus d'un titre. Non, je ne parle pas des média qui deviennent tous [s]fous[/s] obsédés par les histoires de cul des uns et des autres... Je parle de tout ce qui se passe dans le monde, en Europe, chez nous... Le problème de la dette, et le problème subséquent du FMI, qui touchent la Grèce, le Portugal, l'Espagne, mais aussi les Etats-Unis qui atteignent leur plafond d'endettement. Jusqu'à quand cette fuite en avant ? Et pourquoi les agences de notations s'attaquent-elles à d'autres pays, et pas à la France? Quelles concessions leur ont été faites pour cela ? Et combien de temps cela va-t-il durer ? Questions subsidiaires: combien de temps pariez-vous que l'euro va encore exister au train où l'on est partis ? Et l'Europe, alors qu'il est de plus en plus clair que l'Allemagne méprise tous ses partenaires et veut mettre tout le monde de gré ou de force au régime sec (pas de vacances, pas de retraite...) ? Et question encore plus subsidiaire: que contiennent les programmes des inénarrables [s]candidats à la candidature potentielle du premier tour des primaires[/s] partis d'opposition sur tous ces sujets ? Question annexe à la question subsidiaire: quel média, sinon @si, pour poser toutes ces questions fondamentales pendant que tout le monde se lance dans la course à la glauquitude ?

Certes, la semaine dernière, l'émission parlait des indignados espagnols, et c'était intéressant. Je prends acte aussi de la série d'émission sur "le printemps arabe". Avec peut-être pas assez de recul (la révolution c'est bien, mais après ? Pourquoi les tunisiens fuient-ils leur pays ? Et la Lybie, qu'est-ce que l'OTAN est en train d'y fabriquer maintenant que plus personne ne s'y intéresse ?), mais quand même. Et on attends toujours l'émission sur Fukushima.

Certes, je ne suis pas vraiment surprise car j'ai déjà été déçue par la propension d'un certain DS à suivre les médias dans leurs emballements les plus débiles. La première fois, je me souviens, c'était encore le pré-site, et c'était au sujet de Cécilia et Nicolas. Toute la semaine, il n'y avait que ça sur le site, et tout le monde ralait déjà sur le forum pour dire qu'on n'était pas à Paris Match. Et puis, c'est redevenu intéressant, donc on a passé l'éponge. Ensuite, il y a eu Frédéric Mitterrand, et là c'était déjà bien glauque. Et ça a duré au moins 10 jours, pendant lesquels @si devenait une sorte de Paris Match de seconde zone, à base de "tout le monde en parle donc on en parle aussi mais nous c'est pas pareil, c'est pour dire que les autres ne devraient peut-être pas en parler (ou pas comme ça) vu que nous, on est des gens bien". Je crois qu'il y en a eu 1 ou 2 autres entretemps, je ne les ai plus en tête.

Donc voilà, déception encore, j'attends que l'orage passe et que ça redevienne intéressant par ici. En attendant, je vais regarder d@ns le texte, tiens. Et sinon, un peu de lecture, pour compenser...
Je pense qu'ASI a eu raison de citer le nom de Jack Lang pour plusieurs raison :
D'une part, son nom circulait déjà sur internet, et s'il n'était pas le seul, c'était le plus fréquemment mentionné. Une recherche sur google avec les mots clés "Lang" et "pédophile" donne plus d'un million de résultats. Ce sont souvent des accusations non étayées, avec des arguments emprunts de mauvaise foi. Dans ces conditions, la rumeur est déjà lancée, on ne peut pas l'arrêter, et inversement, il n'y a plus vraiment de risque de l'amplifier.
D'autre part, en en parlant, on peut contrer cette rumeur. C'est d'ailleurs l'analyse de Jack Lang lui-même puisqu'il est intervenu ce vendredi pour en parler. S'il devait y avoir des faits concrets sur qui que ce soit, ils ont des chances de sortir à présent. En attendant,"ne jetons pas aux chiens l'honneur d'un homme". A propos de chiens, ne peut-on pas envisager de poursuivre Morandini, dont l'interprétation volontairement erronée de l'article d'ASI nous montre le vrai visage, racoleur en diable.
Enfin, ASI a parfaitement montré l'inexistence de preuves et la minceur des arguments de ceux qui colportent ces rumeurs.
Qu’en termes « galants » l’hypocrisie et la tacite connivence sont dites…
Beaux efforts de justifications en tous genres qui sont autant de révélateurs d’un travail d’investigation le plus souvent négligé par toutes les justifications susdites…
D’accord avec la ligne de DS et d’@si pour briser l’omerta.
Bonsoir , je n'ai pas fini le visionnage , j'en suis au passage sur la député UMP qui parle de son voisin de chaise du Vaucluse .
Comme il semble acquis dans l'émission qu'elle est victime du harcèlement de ce dernier , je me permets de vouloir rendre le doute obligatoire dans tout jugement définitif non avéré : 1° hypothèse: Cette député dit la vérité et profite de la libération de la parole actuelle pour sortir ces infos. 2° hypothèse : Cette député profite de la libération de la parole actuelle pour mettre son collègue en difficulté car elle a un compte à régler avec lui dans un domaine autre que celui évoqué , ou pourquoi pas le même domaine ,par exemple des avances qu'il aurait refusé.

Je mets au défi quiconque n'ayant pas plus d'infos à ce sujet que moi , de dire ce qu'il en est vraiment , sans que ce soit un jugement personnel subjectif plaqué sur ces faits.
"Des Ferry, il y en aura d'autres !"
ou Attention ! un Ferry peut en cacher un autre !
Je trouve la déclaration, sous forme de discours d'orientation générale de DS à propos de la priorité de son équipe de se tourner vers le journalisme axé sur le sensationnel (sourcer les rumeurs y compris celles qui paraissent infondées) surprenante, et un peu flippante aussi. Du coup, pour la première fois, je me suis dit que je n'aimerais pas être à la place de ses collaborateurs. Comme pour la non-prise en compte des avis majoritairement mitigés sur la "chronique" de la Parisienne Libérée, DS s'obstine et cela ne lui ressemble pas.

Dommage que le rôle du FN par rapport aux rumeurs / accusations dont Tron est l'objet n'ait pas été abordé durant cette très bonne émission, mais il est vrai que beaucoup de choses se sont dites et qu'en rajouter l'aurait peut-être rendu indigeste. Pour ceux qui l'ignoraient, le précédent Américain qu'évoque Patrick Jarreau renvoie à l'affaire de harcèlement sexuel de Anita Hill VS Clarence Thomas (respectivement prof de Droit et Juge à la Cour Suprême, tous deux de couleur). La déposition d'Anita Hill peut être suivie en intégralité sur YouTube.

Sinon, c'est la 2eme fois que Porte montre des images d'un ancien ami : Il s'agit du DJ de la soirée où Morano, visiblement pompette, danse avec des djeunes de l'UMP, un certain Robin S., grand amateur de rock des 70s devant l'Eternel et plus particulièrement des Stones, l'autre ayant été Alexandre Balkany. J'espère qu'il n'est pas en train de me piquer mes anciens amis (quoi qu'il ne doit pas tellement m'envier d'avoir été ami avec le fils Balkany) ! N'ayant des nouvelles de lui que de manière sporadique, je dois dire que je suis content de voir qu'il s'éclate avec des garçons de bonne famille. Comme dirait l'autre "Si tu nous r'gardes Robin!".

Cette émission soulève une autre problématique : Celle de la douloureuse résurrection médiatique d'anciens hommes politiques influents, disparus du radar depuis des années. Lang a réagi avec sa verve et sa truculence habituels, mais quid de... l'autre, probablement en train de pantoufler discrètement (si certaines personnes se posent encore des questions, je peux poster un lien vers l'article reprenant les propos de l'ex Rédac. en chef de France Inter, le nom de l'ancien Ministre étant cité au niveau des commentaires). D'ailleurs, la nomination probable (présumée j'ai envie de dire) de Baudis en tant que Défenseur des Droits fait doucement sourire quand on se figure les mœurs (elles aussi présumées) du Monsieur.

Quant à la scabreuse affaire du réseau Coral, j'ai tout d'abord cru qu'il s'agissait d'attouchements perpétrés par des responsables politiques de nuit, à bord de trains Corail! Il est temps que le Maroc s'inspire de ses voisins la Tunisie et l'Egypte et se sorte du carcan post-colonial imposé par son "grand frère". Il est vrai que le prix à payer en terme de désinvestissement touristique et financier du gratin de Marrakech doit paraitre exorbitant aux dirigeants.
Pas très étonnant de voir le journalisme se flétrir quand on entend un rédacteur en chef dire qu'il n'a publié l'information qu'une fois qu'il l'avait lue dans une dépêche de l'AFP. La curiosité est un vilain défaut qui ne concerne apparemment les journalistes.
Bonsoir,
je suis totalement en accord avec Gars Luc; dire "on ne retiendra qu'il n'y a pas de fumée sans feu" relève de l'insulte à l'intelligence du lectorat. Si l'article est clair, il n'y a aucune raison de douter du jugement du lecteur.
De plus, dénoncer une rumeur, une manipulation, c'est permettre au lecteur de ne pas être dupe et c'est aussi du boulot de journaliste que de nous éclairer là-dessus.
Les journalistes ont la trouille de fouiller la politique et ses affaires et voila quinze jours maintenant qu'ils essaient de ce rassurer et de dissimuler cette peur en justifiant le "pourquoi du comment" ils n'ont rien vu ou n'ont rien dit. C'est à mourir de rire de les entendre dire qu'il faut des preuves et des preuves pour ces sujets quand on voit le travail sur le reste au quotidien. Attendre les PV et assurer le copinage au restaurant ou dans les ministères c'est un métier ! Trop chère l'investigation.
je ne suis pas gêné par l'article d'@si mettant un nom sur les cachoteries de Luc Ferry, parce que d'une part ce nom tout le monde l'a cherché sur google et que 2 minutes de recherche plus tard on tombait forcément sur le lien vers le fameux article de l'express (stop à l'hypocrisie) ; et qu'ensuite j'ai trouvé l'article plutôt éclairant sur la traçabilité de cette rumeur et son absence de fondement. Entendre une journaliste prétendre que les gens ne retiendront finalement que le nom de Mr Lang associé à cette rumeur, sans se rappeler du contexte de l'article, je trouve la remarque méprisante et faisant totalement abstraction de la capacité du lecteur à COMPRENDRE ce qu'il lit. Eclairer les gens sur une information de cette nature , quand le but est de tordre le cou à la rumeur, je suis à fond pour, n'en déplaise à ceux qui s'arroge le devoir de penser pour les autres. Et non, on est pas si con qu'on en a l'air !
Ah je ne suis pas le seul à être scandalisé par le fait que @si se vautre depuis plusieurs semaines come la pire presse caniveau !

Du Voici avec le jésuitisme en plus : « Mais non, c’est pas nous, ça a été dit là et là, on dit ça mais on dit aussi que c’est peut-être pas vrai là ! »

Ouvrez les yeux Daniel !
Patrick Jarreau vous paraît peut-être un peu « pas très dans l’air du temps » mais le chemin que vous suivez vous mènes où ?
Daniel je vous trouve un peu insistant auprès de Laure pour qu'elle annonce le-nom-du-ministre-comme-c'était-prévu ...
Youhouuuu !!! @SI est un tabloïd ! ;-)

Excellente émission, très instructive. Et pour moi, @SI a eu raison de faire l'article Ferry/Lang, tel qu'il est écrit : contrairement à ce que dit Béatrice Vallaeys, je ne suis pas un idiot qui lit une phrase sur deux, et j'ai bien compris que cet article avait pour but de démonter les origines et les mécanisme de la rumeur qui commençait à s'installer, comme quoi ce serait Lang.
Je comprends l'argument du "il n'y a pas de fumée sans feu" ; mais je lui rétorque avec l'argument "il y a une omerta, les journalistes ne veulent pas le dire, mais on sait bien que c'est ...". La rumeur se nourrit du non-dit.

Dire, fait l'état des choses, et ne pas prendre le lecteur pour un débile : merci @SI.
Je ne comprends pas pourquoi les journalistes ont peur d'informer le public à propos de rumeurs, à partir du moment où les faits et les dates sont clairement mentionnés et les zones d'ombre identifiées. J'ai l'impression que beaucoup de journalistes ont trop conscience de leur pouvoir de prescripteurs d'opinions et qu'ils ont peur de déplaire au pouvoirs en place (économiques, médiatiques, politiques, etc).

C'est agaçant ou malheureux d'entendre des journalistes expliquer qu'il faut prendre soin de ne pas nuire aux personnalités politiques alors qu'ils cachent des informations au public sans aucun remord. Il y a une différence entre publier des approximations pour augmenter les ventes et publier des rumeurs (avec sources et dates) qui pourront en outre servir dans le futur à justifier la publication d'autres informations sans crainte vis-à-vis du pouvoir politique. On se croirait presque en Russie où la presse est muselée.

Publier des sondages et cacher des informations qui pourraient nuire à des personnalités politiques, déplait fortement au public (en tout cas ça me déplait).
La vérité n'existe pas, seuls les faits existent. Et l'opinion se construit toute seule.
Béatrice Vallaeys a été écoutée en toute illégalité par Mitterrand...

Contrairement à d'autres... Plenel entre autres, cette dame n'a jamais porté plainte lorsqu'elle l'a découvert...


Qu'elle soit aujourd'hui directrice adjointe de la rédaction de Libération ne surprendra personne : fermer sa gu.... a du bon. Nul doute.
bravo Daniel , enfin un punk qui dirige une émission de décryptage !
Dans des commentaires de Rue 89 qui rapportaient les déclarations de Ferry, le nom de Lang était cité par des commentateurs. Ca n'est qu'après que @si et Birenbaum ont remonté l'article de l'Express rapportant les démentis de Lang. Muni du Vite Dit, je suis retourné dans les commentaires de la Rue dans l'intention de le mentionner en réponse à ces commentaires. Mais ils avaient été supprimés.
Ferry craint que jack lang soit nommé à la commission de la halde défenseur des enfants ,il cherche à menacer sarko.Sarko qui a reçu le message s'empresse de nommé Baudry. Voilà l'affaire est bouclée aucun journaliste met ces faits en lien.POurtant tout s'écrit sous nos yeux coquin de sort!!
En vous entendant parler des "plaignantes", m'est revenu cet article de Christine Delphy (à propos de l'aiffaire DSK):
http://delphysyllepse.wordpress.com/
"(...)Beaucoup de commentateurs français continuent cependant d’appeler la victime présumée « l’accusatrice » ou la « plaignante ». Or la victime n’est pas l’accusatrice : le seul accusateur dans un procès pénal, aux États-Unis comme en France, c’est le procureur. Ce qui distingue la procédure pénale de la procédure civile, c’est qu’un crime est considéré comme nuisant à l’ensemble de la société. C’est donc, en la personne du procureur, l’ensemble de la société qui met en examen le suspect. Nulle personne privée ne peut être « la plaignante », car la plaignante, c’est la société. Pour la justice pénale la victime est simplement un témoin. A cela se réduit son rôle judiciaire dans le procès pénal. Un témoin-clé, cela va sans dire. Mais un témoin quand même. Ceci vaut pour les États-Unis, la France et en fait la plupart des pays.(...)"
Est-ce le cas également dans l'affaire Tron puisqu'il y a enquête maintenant?
merci
Bon, je finis le champ des possibles et je reviens.... (trop de choses à capter ces temps-ci)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.