41
Commentaires

Des cheffes, mais pas d'ambassadrices

Commentaires préférés des abonnés

Merci pour la chronique.


"Les fonctions d’ambassadeur revêtent un caractère d’autorité et de prestige tel que l’usage ne s’oriente pas de façon unanime vers le recours à une forme féminine, qui renvoie à une autre réalité" 


C'est la pépite du jour(...)

" Un académicien , c'est un type qui a un pied dans la tombe, et qui écrit avec l'autre "....

"un caractère d’autorité et de prestige" versus "une forme féminine, qui renvoie à une autre réalité".


Et vous trouvez que ça avance??? Là, on recule d'un bon siècle. Et on voudrait bien savoir de quelle bouche inspirée sortent de tels argum(...)

Derniers commentaires

je pense qu'on a d'autres chats (chattes?) à fouetter et je trouve ridicule le reservé (ée? ) aux abonne.e.s 

Je partage ici le point de vue de Annick Stevens, philosophe: Du sexisme inclusif .... Qui est également mon point de vue... En espérant que vous y trouverez matière à réflexion. Bon WE à tous!

Quand j'étais petit je mes parents m'emmenaient chez la doctoresse.


Mais l'académie n’existait pas encore.

Le combat du féminisme à travers le langage me parait discutable.

Dans l'absolu je n'aurai rien contre, car il représente un outil pour la cause féminine, qui est une cause juste dans nos sociétés.

Il reste tout à fait acceptable de donner la possibilité d'user de ces mots aux féminins quand ils sont associés à des fonctions / métiers. Il parait donc évident que l'académie française ne devrait pas faire barrière.


Mais d'un autre côté ces "outils" (j'inclus l'écriture inclusive) ont pour but de marquer le lecteur, en lui cassant ses habitudes. On est stoppé dans la lecture comme devant une faute de frappe flagrante. Employer ces outils c'est militer pour la cause féministe à un instant précis, celui où le mot est apposé devant nos yeux. 

Ce sont des outils qui doivent être utilisés à bon escient et qui doivent faire sens dans un texte. Car hormis la cause féministe, leurs utilisations n'a pas d’intérêt "mécanique" au langage. On pourrait même dire qu'ils apportent de la confusion dans sa construction (exemple: les points dans l'écriture inclusive).

Toutes ces dernières nouvelles nouvelles mélangées m'ont laissé sur le carreau, malade !


Un gros coup derrière la tête et un autre dans le ventre ! 

Maman, je fais des cauchemars avec des cosaques muni d'épées fantaisies et habillés en vert. 


Yââârgl !!!  


Il est tout à fait possible d'avancer à reculons.


"Hier, encore, nous étions au bord du gouffre. Et aujourd'hui, nous avons fait un grand pas en avant à reculons." 

(in "Le Discours Foireux du Maréchal Jacobus Vander Général lors de sa retraite chez les moines bouddhistes du temple de Belleville"*) 


*Fait notable: après seulement une journée de retraite chez les moines bouddhistes du temple de Belleville, la police intervint pour sauver la vie du Maréchal Jacobus Vander Général. 

Les moines bouddhistes du temple de Belleville ayant perdu leurs Ying/Yang et leurs zénitudes, on ne sait pourquoi, les intéressés étant frappés de mutisme intégral.  

Une avancée quand même : l'académie reconnaît que l'usage consistant à appeler une femme par la forme féminine du métier de son marie est tombé en désuétude. w

Jean d'Ormesson a fait entrer Marguerite Yourcenar à l'Académie

et du coup il dit en blaguant qu'il y avait deux toilettes : "Messieurs et Marguerite Yourcenar" 

Maintenant qu'elles sont cinq, les toilettes doivent être "Messieurs et Le Club des Cinq", sinon "le recours à une forme féminine, renverrait à une autre réalité "

Question naïve: pourquoi autrice et pas auteure?  


(Et accessoirement, on est d'accord que l'académie valide le principe d'un féminin longtemps refoulé: on va enfin pouvoir féminiser "pain au chocolat" en "chocolatine" sans que les gens du nord s'en offusquent?)


"les choses ne sont pas parties pour s'arranger. Sur le front du racisme et de l'antisémitisme, non plus "


ah ben non ! qu'est-ce que vous êtes pessimiste ! on avance :

YouTube a décidé de fermer le compte du groupe musical identitaire (les brigandes ) installé à La Salvetat dans les Hauts cantons héraultais


https://www.midilibre.fr/2019/03/01/incitation-a-la-haine-youtube-ferme-la-chaine-du-groupe-heraultais-les-brigandes,8044097.php


Si t'en est que la censure soit une avancée...

" Un académicien , c'est un type qui a un pied dans la tombe, et qui écrit avec l'autre "....

Avec à sa tête Hélène Carrère d'Encausse dont l'anti féminisme est évident (refus de la  féminisation des titres et fonctions, peu de goût  pour accueillir des académiciennes) l'évolution de l'Académie Française va se faire à tout petits pas.

Merci pour la chronique.


"Les fonctions d’ambassadeur revêtent un caractère d’autorité et de prestige tel que l’usage ne s’oriente pas de façon unanime vers le recours à une forme féminine, qui renvoie à une autre réalité" 


C'est la pépite du jour, merci de l'avoir détectée ! Comme cela a été souligné par Cultive ton jardin, cette phrase n'est pas le signe d'une avancée trop timide, mais une réaction avec rétrofusées poussées au maximum.


En plus, c'est pédant et ça ne veut rien dire. Un "usage" ne "s'oriente" vers rien du tout, et puisqu'il est singulier, la question de son unanimité ou pas est juste lunaire.  Et même si par "usage" on entend "ensemble des usagers", que vient faire la question de l'unanimité ici ? (1) le propre d'un usage, le plus souvent, est de n'être pas unanime : les usages sont des habitudes, des fréquences, des variantes, précisément ce ne sont pas des règles! (2) Et quand bien même : si les académiciens se contentent de valider ce qui serait devenu unanime, quelle est leur utilité ? 


Quant à "l'autre réalité", soit c'est très compliqué dans leur tête et il faut qu'ils nous expliquent (une référence à X-Files ? aux multivers ?), soit c'est juste qu'il sont bêtement en train de dire que la féminité ne saurait correspondre au prestige et à l'autorité, et là, il faudrait juste qu'ils apprennent la différence entre "réalité" (qui s'impose) et "représentation" (qui se construit, se déconstruit...). Si c'est ça, c'est juste d'une insondable bêtise d'autant plus pathétique qu'elle se donne des airs avec cette tournure de phrase alambiquée. 

"Les fonctions d’ambassadeur revêtent un caractère d’autorité et de prestige tel que l’usage ne s’oriente pas de façon unanime vers le recours à une forme féminine, qui renvoie à une autre réalité


Néanmoins la femme de Monsieur l'Ambassadeur, fut-elle la plus dépourvue de caractère d'autorité et de prestige est pour l'académie madame l'Ambassadrice

mais le mari de Madame l'Ambassadeur (ou de Monsieur l'Ambassadeur), fut-il le plus dépourvu de caractère d'autorité et de prestige, est pour l'académie monsieur l'Ambassadeur


La connerie pourrait aussi être affublée de l'habit vert

L'Académie Française est un club fermé qui ne m'acceptera jamais comme membre

aussi je n'ai aucun mal à la critiquer

Elle est de ces vieilles institutions qu'on conserve car comme les Britanniques ont mille assujettissements consentis à la Royauté et ce qui en découle (voir le film Greenfingers,) l'Académie est une mise en esclavage volontaire des Républicains

"Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits " sauf les "gonzesses" et les "meufs", même si on explique que "hommes" ne veut pas dire que "mecs"


Quarante ans ne sont pas trop pour l'Académie pour changer un hiatus et se conformer à la langue parlée qui entretemps a changé

Ses fichues règles d'accord rendent fous mêmes les logiciels correcteurs qui expirent par ses mots "L’analyse de cette phrase n'a pas pu être... etc"


Et si on réclamait pour l'Académie d'être une "femme libérée"

Non, on ne la laissera pas tomber, elle est si fragile

L'espagnol et l'Italien ont bien des féminins pour ambassadeur : embajadora et ambasciatrice. En latin, le mot legatum est de genre neutre.

Assez incompréhensible l'argumentaire de l'académie française.

"un caractère d’autorité et de prestige" versus "une forme féminine, qui renvoie à une autre réalité".


Et vous trouvez que ça avance??? Là, on recule d'un bon siècle. Et on voudrait bien savoir de quelle bouche inspirée sortent de tels arguments. C'est secret, les délibérations des académicien-nes? Ya pas un-e pti-te cafteur/cafteuse qui accepterait de témoigner sous couvert d'anonymat? 

Et académicienne ?

" Pourquoi ce nom d'Académie Française. C'est la question que tout le monde se pose, sauf les académiciens français , du moment qu'ils n'ont pas froid aux genoux "  ( Desproges )

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.