390
Commentaires

"Dans les mairies FN, un chien écrasé devient victime du fascisme"

Les succès électoraux du Front national cette année, particulièrement aux municipales du Printemps dernier ont naturellement attiré les médias. Une question se pose : faut-il exercer une vigilance particulière sur l'action des mairies FN ? Sur notre plateau, deux journalistes. Le réalisateur Frédéric Biamonti, auteur de "Ravis par Marine", diffusé sur France 3 cette semaine, qui a suivi plusieurs candidats pendant les municipales. Et Gael Legras, journaliste à la Nouvelle édition, sur Canal +, qui s'est rendu en reportage auprès de plusieurs municipalités FN.

Derniers commentaires

1) Il est parfaitement normal d'avoir une attention accrue pour les rares maires d'un mouvement politique ayant très peu exercé de pouvoir même local, et d'y chercher des indices de ce que pourrait être son action à un échelon plus large. L'anomalie n'est pas l'intérêt porté aux maires FN c'est le peu d'intérêt ayant été porté aux maires d'autres partis en ayant peu (après il n'y a pas vraiment beaucoup d'exemples actuellement ; on pourrait peut-être citer David Derrouet à Fleury-Merogis, unique maire Nouvelle Donne, par exemple, et en remontant plus loin les premiers maires Verts dans les années 1990, ou indépendantistes en Corse et dans les DOM-TOM dans les années 80 - ou par là).

2) L'anomalie n'est donc pas en défaveur du FN mais en sa faveur en lui offrant une plus large attention médiatique que d'autres partis émergents (au niveau du nombre d'élus) en ont eu / auraient droit.

3) Quant au ton négatif de la couverture du FN il compense tout juste l'écart de visibilité dont bénéficient ses élus. Il conforte le sentiment d'un FN persécuté et donc le discours victimaire lepeniste. Et pour ce qui est de certaines mesures négativement évoquées, relatives à la culture notamment, les dénoncer en espérant faire baisser le score du FN relève d'un aveuglement des élites quant à la perception de ce monde, vu comme bobo, élitiste et déconnecté de leurs préoccupations par les classes populaires. Et ce n'est pas vraiment mieux pour les questions de sécurité ou de traitement de groupes que le FN est loin d'être seul à maltraiter (roms, sdf, etc..). A la limite dénoncer des mesures anti-pauvres pourrait faire perdre un peu d'électorat paupérisé votant FN pour protester, mais en lui faisant probablement gagner autant de voix de droite dure traditionnelle dénonçant les "assistés".
La seule chose qui pourrait vraiment nuire au FN globalement (comme l'avait montrée la dernière période où il avait des mairies) c'est des enquêtes pointues sur leur gestion, si elle s'avère mauvaise, mais c'est juste impossible avant 2 ou 3 ans.
[quote=Romain Desbois]les nazis qui eux allaient à la messe,
Même pas! Le Vatican n'avait même pas cette excuse, les nazis étaient tout sauf de bons chrétiens.

Le fait que le FN soit l'objet, de la part des journalistes, d'un intérêt de plus en plus amical ne devrait pas nous surprendre. Jusque là, ils le promouvaient en faisant semblant de se désespérer de sa "résistible" ascension. Ils font de moins en moins semblant, et parfois cessent complètement. Peut être parce que, vu leurs succès électoraux, ceux du FN font maintenant partie de la grande famille "politico-journalistique". La boucle sera bouclée au premier couple "journaliste/politicien(ne) FN". Peut être c'est déjà fait, et on ne le sait pas encore.
Ce qu'il faut "analyser", c'est aussi cette nouvelle propension qu'ont les journalistes à vouloir "comprendre" et "analyser" les gens qui votent FN en dénigrant de plus en plus les anti-FN purs et durs, comme si ces derniers avaient moins de "raisons" que les premiers ! J'ai l'impression que ces temps-ci, le concept de "compréhension du réel et des vrais gens" va dans un seul sens : celui du FN.
D'une certaine manière, les vrais "bobos" sont ceux qui disent "le monde ne se limite pas aux bobos", comme s'il y avait besoin de le dire, comme si personne ne pensait une telle évidence, comme s'il fallait forcément se concentrer sur un seul monde qui serait le "vrai", le "bon", le "juste" ou bien au contraire le "faux", le "snob", le "superficiel".

À lire absolument : "Vers l'extrême, Extension du domaine de la droite" de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre (oui oui, le Luc Boltanski du "Nouvel esprit du capitalisme"), pour bien comprendre la confusion intellectuelle essentialiste que l'on a actuellement, et qui s'illustre ces temps-ci sur @si comme sur Hors-Série.
Ce qu'il faut "analyser", c'est aussi cette nouvelle propension qu'ont les journalistes à vouloir "comprendre" et "analyser" les gens qui votent FN en dénigrant de plus en plus les anti-FN purs et durs

Les "purs et durs", ça n'a aucun intérêt. Les anti-fascistes de service font le même cirque depuis 25 ans : manifestations, pancartes, indignation morale... Ça n'a pas marché et ça ne marchera pas à l'avenir.
Il ne s'agissait pas tant pour moi de discuter de leur pertinence que de pointer ce réflexe qui commence à poindre de ci de là : un extrêmiste de droite aura ses "raisons" ("vous comprenez, à cause des musulmans, du périurbain, des bobos..."), alors que l'extrêmiste de gauche devient le benêt qui fait son "cirque" (et qui serait même parfois responsable du désir de voter FN à cause de sa "diabolisation" qui réveillerait l'envie rebelle de faire le contraire, théorie qu'on ressort quand celle de la "dédiabolisation" ne fonctionne pas). Ça a peut-être été l'inverse à une époque, mais ce n'est pas une raison pour réitérer le même genre de posture.
un extrêmiste de droite aura ses "raisons" ("vous comprenez, à cause des musulmans, du périurbain, des bobos..."), alors que l'extrêmiste de gauche devient le benêt qui fait son "cirque"

Ce serait sympa si vous commenciez par ne pas me faire dire ce que je n'ai pas dit.

D'abord je n'ai pas parlé d'extrêmistes de gauche, j'ai parlé d'anti-fascistes. Il est symptômatique que vous mettiez un signe égal entre les deux... Beaucoup d'"extrêmistes de gauche" (qualification assez vague, qui est la vôtre et non la mienne) ne sont nullement des militants anti-fascistes : fort heureusement, il y en a encore qui cherchent à avoir un discours politique construit, même si on ne les entend pas beaucoup.

Quant aux "extrêmistes de droite"... L'enjeu, c'est bien de comprendre les électeurs qui votent FN, pas les militants.
Mon but n'était pas de vous faire dire précisément quelque chose (il faudrait être un peu présomptueux pour conclure quoi que ce soit sur quelqu'un avec un post de trois phrases !), c'est vrai que j'ai repris votre terme de "cirque" car il me semblait symptomatique, tout comme il vous semble symptomatique que je fasse directement le parallèle entre anti-fascistes et "extrêmistes de gauche" (terme fourre-tout, je suis d'accord), mais pour le reste je ne vous prêtais aucune opinion particulière, rassurez-vous.

Disons que je cherche toujours qui seraient ces mystérieux antifas absolument stupides qui ne développeraient aucune pensée sociale, tout comme je cherche qui seraient ces mystérieux sympathisants du FN à la sensibilité humaniste et pas du tout xénophobes. Je pense que ce sont deux abstractions-clichés.

Alors bien sûr qu'il faut observer les situations socio-politiques et réfléchir sur celles-ci, mais si on observe et réfléchit à partir de postulats un peu trop biaisés du genre "ceci est le vrai peuple qu'il faut comprendre, pas celui-ci", ça ne marche pas. C'est juste ça qui m'énerve en ce moment.
Disons que je cherche toujours qui seraient ces mystérieux antifas absolument stupides qui ne développeraient aucune pensée sociale, tout comme je cherche qui seraient ces mystérieux sympathisants du FN à la sensibilité humaniste et pas du tout xénophobes. Je pense que ce sont deux abstractions-clichés.

Dit comme ça, oui, ce sont des clichés. Mais ce sont vos paroles, pas les miennes :-)

Alors bien sûr qu'il faut observer les situations socio-politiques et réfléchir sur celles-ci, mais si on observe et réfléchit à partir de postulats un peu trop biaisés du genre "ceci est le vrai peuple qu'il faut comprendre, pas celui-ci", ça ne marche pas. C'est juste ça qui m'énerve en ce moment.

Bien d'accord.
très juste Lucas il ya quelques semaines, j'écoutais une émission sur Europe1 "les grandes voix" (celles de journaleux, présentatorts et autres éconocastes) qui squattent les médias depuis 50 ans. De gauche caviar à droite pétard quand même; un éventail de ceux qui donnent le la, içi bas.

Vient le sujet de Mélenchon, de "l'extrême gauche" sic,par rapport à la politique de Hollande. Tous ont bâclé le sujet en moins d'une minute en une phrase "Mélenchon c'est un clown".

Soit.

Mais ensuite ça a été un festival sur le FN, sur la fille vs le père; sera au second tour face à qui, bla bla bla, pendant une demie heure!

Point gowin (j'adore :-P )
Comme le Vatican qui détestait tellement le communisme qu'il préférait fricoter avec les nazis qui eux allaient à la messe, beaucoup de nos professionnels de la parole préfèrent LePen à Besançenot. Peut-être parce qu'ils auraient moins à perdre côté niveau de vie?
Quelle est votre considération de l'électorat FN ???
Pff ...
Premier parti de France à ce jour !!!
Marine sera un jour présidente, c'est une évidence !
Malheureusement, j'en doute, M Golois... Le front républicain a toujours fait barrage jusqu'ici...
A se demander si Marine ne serait pas la cruche utile du système UMPS....
A se demander si Marine ne serait pas la cruche utile du système UMPS....

Ca y est gondalah vient de trouver l'or au fond du puits ! Evidemment qu'elle fait son boulot de cruche sur un prétendu front républicain alors que voter pour le PS ou l'UMP c'est faire le jeu des mêmes et tromper le peuple .

.Avec vous on est pas prêt de faire une révolution et les pauvres peuvent crever la bouche ouverte avec des bobos pareils ! le barrage républicain est une grosse couillonnade crée par ces mêmes profiteurs qui une fois au pouvoir vous enc.....t bien et que vous avez bien l'air d'aimer ..Masochisme ! Après vous pleurer parce que X a voler dans la caisse ou Y fait dans le délit d'initié !
Votre problème est que le front national est républicain, alors que le front républicain est anti-républicain.
Démonstration:
Postulat: La république est un système politique dans lequel la souveraineté appartient au peuple qui exerce le pouvoir politique directement ou par l'intermédiaire de représentants élus.
la souveraineté appartient au peuple : Qui a refusé en 2008 le verdict du peuple ? L'UMPS, pas le FN.
qui exerce le pouvoir politique directement: Qui refuse obstinément le référendum d'initiative populaire ? L'UMPS, pas le FN.
par l'intermédiaire de représentants élus.Qui permet à un système rassemblant 25% des suffrages de n'avoir que deux députés ? L'UMPS, pas le FN.

Heureusement, les électeurs commencent à se rendre compte de l'arnaque sémantique.
Il me semble que "en parler ou pas" n'est pas la question. la question, c'est "comment on en parle". Et là dessus, je ne peux que vous renvoyer à l'émission "Les pieds sur terre" (partenariat mensuel avec Médiapart), qui en parle, justement, très bien. Si vous avez très peu de temps, passez au témoignage de la dame du 93 venue s'installer à Villers Cotterêt (de la 13ème à la 20ème minute). Mais l'ensemble (30 mn) vaut vraiment le coup.
Incroyable ! Une émission intéressante, posée, sans éclat de voix, et où on laisse les gens terminer leurs phrases ! Merci.
Biamonti est insupportable d'auto-satisfaction... très content de lui ce monsieur... faut qu'il dégonfle de la tête et des chevilles... Il y a des tonnes d'analyses sur le FN... D'une, elles sont très peu reprises par des médias ou travaille Biamonti, pour ne pas dire JAMAIS... Analyses historiographiques et idéologiques... Et de deux, ce ne sont pas des analyses rationnelles qui vont contredire et abattre un affect psychiatrique du genre du vote FN... Plus compliqué que la leçon d'instruction civique à donner aux égarés...
Cette émission est un feu d’artifice d’ânerie, mais celle-là est carrément dangereuse (j’ai failli m’étoufer, et j’allais boire et en renverser partout) :
« Le FN, économiquement c’est Mélenchon »
Ah la petite bourgeoisie (?) totalement désorientée… Il faudrait faire un documentaire sur les documentaristes. Ce serait instructif.

C’est comme demander son chemin à quelqu’un qui ne sait pas distinguer sa gauche de sa droite.

Il leur faudra combien de temps pour se rendre compte à ces couillons (désolé y’a pas d’autres mots) que le ni-gauche ni-droite qu’ils prêtent au FN c’est le principe même du fascisme.
Quelqu'un peut-il me dire la différence entre le rassemblement bleu marion et le fn ? et si les comptes de campagne étaient différenciés ? et si les résultats aux élections étaient différenciés ? j' avoue être novice .
Je trouve les analyses de Biamonti assez pauvres, voire complaisantes:

- "Quand on parle de Gestapo, quand est-ce qu'on va arrêter [...] l'invective." (38e minute)
Face à un homme politique qui passe si rapidement de l'opération séduction à "Ah oui, la petite terreur! On va vous rappeler ce que c'est que la république [...] Pauvre type [...] On va appeler les flics", la comparaison ne me semble pas si dénuée de sens.

- "Avec le FN, on atteint le point Go(o)dwin à la deuxième phrase. [...] Des arguments complètement débiles..." (40e)
Invoquer le point Godwin lorsqu'on parle d'un parti cofondé entre autres par d'anciens membres de la Waffen-SS, "présidé d'honneur" par un antisémite notoire, est inepte et déplacé.

La partie ou il explique que le FN n'est pas d'extrème droite, mais une "boule à facettes", à base d'idées de Mélanchon, du PS, et du FN relève de l'enfumage. Les définitions de l'extrème-droite n'incluant que rarement la politique économique. Les fondamentaux sont en réalité la xénophobie, le nationalisme et le discours sécuritaire.

Alors après quand il nous raconte qu'il a suivi le FN pendant un an et qu'il n'a pas entendu la moindre phrase raciste, on est en droit de se demander s'il n'est pas tout simplement en train d'essayer de nous endormir.
J'ai trouvé les analyses de Biamonti intéressantes, mais tout le reste d'un conformisme confondant. Dommage.
Bonjour

« Lorsque les nazis sont venus chercher les communistes,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas communiste. (et candide)

Lorsqu’ils ont enfermé les sociaux-démocrates,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas social-démocrate. (et candide)

Lorsqu'ils sont venus chercher les syndicalistes,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas syndicaliste. (et candide)

Lorsqu'ils sont venus chercher les juifs,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas juif. (et candide)

Lorsqu’ils sont venus me chercher,
il ne restait plus personne pour protester. »
Monsieur Biamonti aurait pu demander, aux unes et aux autres, ainsi qu'à des Africains et à MSF, ce qu'ils pensaient de la saillie du père fondateur, vous savez... celle concernant le virus Ebola... "bon mot" étrangement peu médiatisée trois jours avant les élections.

Il est donc évident que la "dédiabolisation" (mot que je trouve insupportable car tout cela n'a aucun rapport avec le diable mais c'est de la politique et nous avons à faire à une stratégie de conquête du pouvoir) que l'on pourrait nommer la légitimation à laquelle se livrent les patrons des médias (donc, par conséquence, nombre de journalistes), s'inscrit bien dans un moment particulier de la crise économique.

Moment où, sans la sureprésentation du FN, des millions de personnes seraient mobilisées contre le système comme en Espagne ou en Grèce (mais ce sont des pays où le chômage est tellement élevé que le choc qu'ils traversent tétanise)...
Pourquoi ? Parce que la France, comme longtemps l'Italie jusqu'à l'épisode Berlusconi, a gardé une culture historique capable de donner les outils d'analyse politique à de très nombreux salariés.

Donc, le seul moyen de geler cette capacité insurrectionnelle pour une fraction non négligeable de la haute bourgeoisie, c'est d'anihiler la pertinence de la critique en lui assurant une visibilité par la seule extrême droite (voir comment les économistes critiques ont leurs argumentaires et travaux pillés). Bref, le FN est un pseudo ennemi bien commode pour toute une partie des classes possédantes. Pseudo parce que son parcours, style "S.A.", s'achévera le lendemain de sa prise de pouvoir et que ce parti reviendra aux fondamentaux : servir les maîtres, diviser les esclaves et terroriser les meneurs pour baisser les salaires (sous toutes les formes : smic, allocations, prestations sociales...) et restaurer les taux de profit.

Ben
Pour moi cette émission n'honore pas ASI. Il est sûrement important de présenter ses invités et leurs prises de position antérieures (cf. polémique autour de Bricmont et autres) mais il est au moins aussi utile de qualifier des partis pris quand il sont pris sur le plateau.

En l'occurrence Biamonti reprend systématiquement une rhétorique qui vient du FN. Sur la dédiabilisation (qui ne se discute pas, sauf à Paris bien sûr), sur l'ancrage local (Briiois laboure le terrain depuis 20 ans, Philippot est peut-être un parachuté mais il est courageux), sur la manière exemplaire dont on sanctionne les dérapages racistes au FN (si seulement on pouvait en faire autant dans les autres partis!)...

M. Biamonti diffuse le discours de com' du FN. Je comprends bien qu'il a été invité pour les éléments un peu "discordants" de son doc (la scène des gilets rouges CGT à Forbach, les scènes d'accrochage avec Philippot...) mais il fait tout en plateau pour les désamorcer : les cégétistes défendent leurs privilèges, la comparaison avec la Gestapo est ridicule... D'une certaine façon son doc doit être plus "neutre" que lui.

Le titre que vous avez donné à l'émission est lui-même grossier. C'est une manière de ridiculiser l'opposition au FN. Je trouve cet accueil pour le moins complaisant.

Quant à l'autre invité, il n'a pas grand-chose à dire sur la question.
Le FN n'est pas un parti comme les autres, car c'est le seul dont les orientations ( racisme, antisémitisme, apologie de la violence...) sont réprimées par la loi, ce qui l'oblige à des contorsions rhétoriques et sémantiques saluées par des médias complices, moins par cynisme que par conformisme inculte. Le moment de la clarification est cependant inéluctable, et les deux compères - médias et FN- pourraient y laisser plus que des plumes.
Après réflexion, je crois qu'@si est passé à côté du sujet, le sujet n'aurait pas dû être seulement le traitement du FN par les médias dans les municipalités, mais la fascination de journalistes pour l'ascension du FN et comment ils y sont partie prenante par leurs comportements.
et si, plutôt que de nous poser encore et toujours la sempiternelle question : le FN est-il un parti démocratique (ce à quoi je réponds évidemment non, et la meilleure preuve en est déjà que la présidente a été élue à la majorité de la seule voix de son petit papounet !), et si disais-je, nous passions à la 6ème République, dans l'espoir qu'enfin le peuple décide pour lui-même !....
formidable texte de Judith Bernard : « Pour la souveraineté du peuple, contre la souveraineté du capital »
passons à autre chose !...
si les journaleux pouvaient ouvrir leur esprit à d'autres aventures, plutôt qu'éternellement nourrir leur névrose obsessionnelle en tournant en rond dans la fange des Le Pen en pensant avoir le buzz qui fera parlerd'eux !...
La lecture de ce blog me laisse perplexe... On a à faire à deux journalistes qui me semblent honnêtes, prêts à la remise en question, avec des lunettes pas trop idéologiques. Et ils sont attaqués avec des insinuations sur leurs véritables intentions, "louches", "fourbes", "étranges" "ils servent la soupe" ...En d'autres termes ils sont suspects.
Certes ils n'arrivent pas avec leurs documentaires à montrer un front national très mauvais et dangeureux. Peut-être faudra-t-il attendre encore quelques mois de gestion ou investiguer autrement. Mais je trouve les procédés de disqualification de ce qu'ils sont et de leur sincerité, tout simplement navrants.
Je vais peut-etre heurter mais j'ai apprécié la réaction de M.Laurier,j'en ai fait à peu près autant bien que je ne sois ni tzigane ni juive un jour de marché,sans caméra.
Merci d'avoir passé l'interview de la déléguée syndicale,voilà une analyse politique et économique que l'on aimerait entendre plus souvent,tout est dit.
Nos hommes politiques finassent dans leurs palais dorés loin des préoccupations du peuple et donnent un tapis rouge à la fille à papa.Je suis très pessimiste en ce qui concerne l'avenir;et des films comme ceux dont on parle ici servent eux aussi la soupe à cette"charmante" dame!
Vous avez invité 2 réalisateurs qui ont pu filmer le FN. Pourquoi ne pas avoir invité Marine Turchi de Médiapart à qui on interdit même les conférences de presse? Cela aurait probablement donné un autre son de cloche même si la discussion était intéressante par ailleurs et heureusement sans Moati.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Le maire de Béziers n’étant pas membre du FN, je serais curieux de savoir quel est le critère qui a permis de la cataloguer « mairie FN »
J’avais cru comprendre récemment qu’@si se présentait comme un farouche combattant contre le confusionnisme ambiant et voila qu’ils sont pris la main dans le sac. C’est dur de vouloir donner des leçons à tout le monde. Cela suppose d’être soi même irréprochable !

Et une fois de plus, Laure Daussy nous donne une preuve de son parti pris de plus en plus insupportable lorsqu’elle parle des « privilèges » des chauffeurs de bus municipaux.
Ce qui m'étonne dans le décriptage que vous faites de la confrontation de Phillipot avec le monsieur tzigane c'est que personne ne s'étonne de la chute : Phillipot qui appelle les flics... les flics qui rappliquent fissa ... j'aurais aimé vous entendre là-dessus...
Les électeurs du FN sont des gens comme les autres, ce sont des visionnaires qui ont bien compris que la France était en passe de devenir un pays du Moyen-Orient aux coutumes rétrogrades.
Notre identité est menacée, comme le soulignent depuis fort longtemps de grands intellectuels français comme Mr Zemmour ou Brunet.
La vraie France, c'est celle de Michel Sardou, Patrick Sébastien , des chanteurs engagés et des animateurs de talent que l'on devrait écouter plus souvent car ils ont des diagnostics pertinents sur notre société.
la France, c'est le journal de JP Pernaut, dernier bastion de la résistance d'un monde médiatique aux mains d'éditocrates trotkistes qui chaque jour tentent de nous faire croire que la hausse des dépenses publiques ne profitent pas aux assistés.
La France, c'est celle des nos grands acteurs comme Alain Delon ou Depardieu que l'on a contraint à quitter le territoire national en les écrasant d'impôts injustes et disproportionnés
La France c'est celle qui nous fait découvrir de nouveaux talents tous les samedis sur TF1.
La France, ce sont les écoles privées que l'on maltraite alors que ce sont les seules qui apprennent à nos enfants à lire et à écrire.
La France, c'est aussi nos grands capitaines d'industries comme Mr Gattaz qui tiennent le pays à bout de bras en dépit des nombreuses attaques dont ils sont les victimes de la part d'économistes hétérodoxes à la solde des derniers bastions communistes de la planéte et qui voudraient rétablir des administrations gosplaniennes.

Devant ce déferlement de haine et cette diabolisation des électeurs du FN, mon coeur saigne
perso je n'ai pas été convaincue par le côté "Candide" affiché par ce monsieur Biamonti ??!!
il a plutôt l'air de servir la soupe à sa pote Marine.....
...ou alors.....son cerveau est-il aussi peu rempli de neurones qu'il n'arrive pas à faire la distinction entre "communication" et "action" ?!!!
pourtant c 'est bien dans son reportage qu'un certain Briois explique aux épigones de Le Pen comment bidouiller une comm' pour qu'à aucun moment leur programme ultra libéral et raciste ne puisse être soupçonné !
et surtout comment faire en sorte pour que des Biamonti se retrouvent embobinés dans des interrogations fumeuses sur un FN qui serait la cible d'attaques infondées ??!!!
le "on a ça en france" c'est quand même Phillipot qui le balance !
et la propagande FN, "c'est pas nous c'est les autres avant nous !" est digne d'une cour de récré mais les journaleux actuels, gavés de flamby à base de psychotropes anesthésiants, se retrouvent à utiliser toute leur énergie à la digestion et entre deux assoupissements n'ont plus la faculté d'utiliser leur ultime neurone !

si le FN est passé à Forbach c'est essentiellement du fait de l'abstention, les gens ne sont pas allés voter !...
faut dire qu'entre un choix de droite extrême avec l'UMP et la droite avec le PS, il reste peu de place à l'électeur pour le rêve !...
par contre il y a bien une réalité dans cette ville, c'est qu'ils ont une mosquée dont l'imam prêche pour le Jihad !
il est surveillé par les RG mais les gens ne sont pas dupes et savent qu'ils seront seuls pour protéger leurs gamins...
Flamby, Vals, Le Pen et autres politicards sont bien trop occupés à se tirer dans les pattes à Paris pour gagner des fauteuils qui feront d'eux des rentiers à vie, alors les quartiers de nos villes....un ange passe !

je fais partie de celles et ceux qui considèrent que Le Pen fille n'a rien à envier à Le Pen père !
elle est juste bien plus maligne (elle est avocate c'est dire !!) et a saisi toutes les méthodes d'enfumage jusqu'ici utilisées par tous les autres partis et dont le père se moquait bien !
et s'il faut atteindre des points Godwin pour lutter contre le FN, n'en déplaise au sieur Biamonti, je les atteindrais sans aucun état d'âme !....
j'avoue regretter certaine période plus absolue envers ce parti raciste : La jeunesse emmerde le Front National !
times are changing....en moins bien côté contestation !!
la ligne politique nord/sud est très intéressante mais hélas ya pas que le FN qui fait ça! Tous les partis le font peu ou prou!

Ce qui explique peut-être les Frêche et les Guerini

J'ai même retrouvé des candidats EELV chasseurs au pays des chasseurs.
Wouah Daniel j'avais loupé ça! à la 42ème minute!

Donc pour vous, trouver que l'homme qu'on appelle tzigane dans l'émission est contreproductif dans le cinéma qu'il fait face à Phillipot, ce serait être du côté du FN ?!

Et bah non ! N'oublions pas les causes qui poussent les gens à voter le FN (ce qui n'excuse rien je précise).
Juste un point de détail, et sans vouloir défendre ce **** de Ménard, des arrêtés "anti-linge" il y en a dans tout un tas de villes, y compris dans le Sud même si c'est un peu une tradition, comme chantait Nino Ferrer "Il y a du linge étendu sur la terrasse et c'est joli"
Ok,

une fois de plus, cette émission montre qu'une prise de position de la part de celui qui filme est inévitable.

Une phrase parmis 50 autres...

"Il est vraiment temps de passer de l'âge de l'invective [...] à celui de l'analyse."
Traduction : Il est vraiment temps d'admettre que le FN est fréquentable...

Tout est dit. J'avais déjà téléchargé ce reportage, et je ne le regarderais pas. Merci à ASI pour me faire gagner une heure de ma vie.

Très bon travail de fond de la part de Laure et de Daniel. Une petite pression douce, des questions pertinentes et des blancs (sans mauvais jeu de mot) bien placés, qui font ressortir ce genre de phrase parfaitement explicites.

Nico
excellente émission devant l'évidence, il faut l 'écrire et le réécrire, le FN est un parti d’extrême droite, populiste, surfant sur la connerie des électeurs......d'une république bananière certes mais l’extrême n'est certainement pas la solution !

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

très bonne,la réaction de r laurier,le représentant tzigane,phillipot,juste après,appelle les flics...généreusement.
J'ai été choqué par les propos tenus par Biamonti, donnant de manière méprisante des leçons de lutte contre le FN aux gens, alors qu'il produit un document manifestement complaisant envers le FN et validant la stratégie de dédiabolisation de Marine Lepen.
Le positionnement de Biamonti est surprenant.

Comme n'importe quel journaliste, en produisant du discours sur l'image du FN il contribue à créer la nouvelle version de l'image, c'est inévitable.

Or, sur le plateau d'@si, il se pose comme un observateur très froid, distant, posé, qui se désole des attaques trop primaires ou trop virulentes de certains adversaires du FN, il explique que ces dernières seraient contre-productives en empêchant un véritable débat de fond. Il a une façon de dire ça qui pourrait laisser croire qu'il déplore l'absence de débat de fond.
C'est une opinion qui peut s'entendre ( et à titre perso je ne suis pas loin de penser la même chose)

... mais là où ça se complique, c'est que lorsqu'il a les images,plein d'images différentes, et qu'il doit faire des choix, ce sont ces images-là qu'il garde dans son docu ... celles qui, d'après lui, sont finalement plus bénéfiques que nocives au FN, celles qui, il l'analyse lui-même, n'apportent aucun élément pour un débat de fond dont on a par ailleurs l'impression qu'il l'appelle de ses voeux.

ça laisse un sentiment étrange, cette façon de se positionner en plateau / en action
Assez de jugeote et de distance pour analyser une situation, mais pas pour en sortir ?

Alors, quel est "le moteur" de Biamonti ?
Est-ce qu'il choisit l'image qui fonctionne à coup sûr parce qu'il veut le buzz, la drogue à laquelle aucun media ne résiste ?
Est-ce qu'il choisit cette image PARCE QUE cela est plus bénéfique que nocif pour le FN ?

Il y a eu des moments dans l'émission où je me suis posé la question, vraiment.

Cela rejoint, indirectement un autre commentaire, plus haut, sur les titres racoleurs choisis sur @si.
L'équipe d'@si pourrait nous faire de belles analyses sur la façon dont cela fonctionne, et ce qu'il y a de malhonnête dans cette façon de titrer ... mais d'une parte elle le fait aussi, et d'autre part quand DS et Lure Daussy voient une formation où on explique à des politiques comment rédiger un communiqué de presse ils trouvent ça "édifiant". Je ne comprends pas pourquoi : oui, vous avez vos codes, vos façons de rédiger et évidemment les politiques ( tous) jouent avec ces codes. Je le sais parce que VOUS me l'avez démontré : pourquoi ça vous étonne ?

Vous êtes étranges parfois, les journalistes, pour qui n'appartient pas à votre monde.
Après avoir visionné l'ensemble je me dis que l'on a vraiment du souci à se faire...

Il faut lire Paxton "le fascisme en action" de toute urgence !!!!!

ou au moins que les journalistes qui traitent de ces sujets relisent quelques classiques au lieu d'étaler leur ignorance et, qui plus est, en donnant des leçons... y compris aux militants syndicalistes !

Par exemple, dans un livre d'histoire de première, de l'ancien programme puisque cela ne figure quasiment plus dans les nouveaux, on trouve parfois le programme de Mussolini en 1919, à quelques nuances près, le nationalisme justement, on peut confondre ce programme avec un programme de la gauche mais trois ans après, c'est l'inverse qui est mis en musique... Lire ces extraits du texte de 1919 :

" - Le suffrage universel à scrutin de listes régionales avec une représentation proportionnelle et le droit de vote pour les femmes.
- La promulgation d’une loi d’État qui donne à tous les travailleurs une journée légale de 8 heures de travail.
- Un salaire minimum.
- La participation des représentants des travailleurs au fonctionnement technique des entreprises.
- Retraite pour les vieux travailleurs à 55 ans.
- Le Remplacement de l’armée permanente par une milice nationale avec de courtes périodes d’instruction et dans un but purement défensif.
- Nationalisation de toutes les fabriques d’armes et de munitions.
- Politique extérieure nationale tendant à valoriser, dans une émulation pacifique des peuples civilisés, la Nation italienne dans le monde.
- Impôt extraordinaire sur le capital, fort et massif, ayant le caractère d’une vraie expropriation partielle de toutes les richesses.
- La confiscation de tous les biens des congrégations religieuses et l’abolition de toutes les menses épiscopales qui constituent un énorme passif pour la Nation et un privilège pour peu de privilégiés.
- Révision de tous les marchés de guerre avec prélèvement de 85 % sur les bénéfices
"
Ce programme est imprimé alors même que les chemises noires parcourent la campagne pour casser les occupations des domaines par les ouvriers agricoles ou les villes pour casser du bolchévique ou du socialiste...

Donc le propre, la raison d'être du fascisme c'est de souder les classes sociales, de gommer les antagonismes de classe, pour imposer un ordre au service d'une partie des classes dominantes (analysez les divergences entre Parisot et Gattaz ...).
Plus le pays est démocratique, au plus le racisme est l'instrument qui permet de gommer le clivage de classe. Bien entendu, cette conquête adopte des stratégies adaptées, ici et maintenant, l'héritière n'a plus à manifester de racisme car il est devenu implicite, consubstantiel au parti (justement par son père, en ce sens il n'y a aucune rupture juste une plasticité), elle n'a qu'à engranger toutes les légitimations qui viennent de l'extérieur, dont, par exemple, un travail baclé de documentariste. Vous ne remarquez pas que personne, je ne parle pas des journalistes mais des patrons de presse, ne s'attaque vraiment à la "sincérité" de ses engagements sur l'Euro ou à ses positions au parlement européen où elle a quand même pris racine comme eurodéputée récidiviste...



Ben
C'est quoi cette histoire de linge aux fenêtres !

Je ne pense pas que que les gens sur le plateau soient autorisés à y étendre leur linge ? Et ils n'habitent pas Béziers !
Rien de neuf sous les tropiques ...

ps: Je ne comprends vraiment pas pourquoi asi utilise le même système que les sites de buzz ... Pourquoi mettre en évidence "Dans les mairies FN, un chien écrasé devient victime du fascisme" plutôt que "Mairies FN et medias : acharnement ou vigilance ?
C'est peut-être juste moi mais j'ai eu l'impression qu'on parlait beaucoup du FN dans les médias, ces derniers mois. Il n'y a pas une étude quantitative du temps consacré au FN et celui accordé aux autres partis ? Si cette sur médiatisation est effective, cela me semble dérangeant pour deux raisons.

1° D'une part, cela leur donne un avantage injustifié par rapport aux autres partis pour se faire l'écho d'un mécontentement bien présent dans l'opinion. Pire, en mettant des mots sur ce qui gêne dans la situation actuelle (cause, expression), ils peuvent contribuer de façon disproportionnée à façonner les représentations en installant leurs thématiques au centre des débats.

2° D'autre part, à en juger par cette petite séquence, http://www.liberation.fr/politiques/2011/03/30/au-front-national-la-methode-bien-bien-demago-pour-les-clients-electeurs_725644, le FN semble surtout chercher à faire parler de lui, pariant sur le sentiment de "légitimité" lié à la notoriété médiatique ainsi créé. N'est ce pas alors faire leur jeu en en parlant tout le temps ?

A titre personnel, je n'arrive pas du tout à avaler cette histoire de dédiabolisation. Ni dans sa version 1er degré (ils ont changé vraiment, c'est une seconde génération), ni dans sa version second degré (ça ne sert à rien de les diaboliser, ce n'est plus efficace). Rien que dans votre vidéo, on voit qu'ils promettent tout et n'importe quoi (séquence couscous ou discours FN dans le nord et discours FN dans le sud). Ca me fait penser à la blague de l'idiot de Groucho Marx, il a l'air idiot mais, méfiez-vous, il est vraiment idiot. Là, c'est un peu pareil. Je serais tenté de dire que le FN donne l'impression d'être démago mais méfiez-vous, il l'est vraiment.
Après la chronique de D. Schneidermann, j'ai été tenté de voir le film de F. Biamonti. J'ai arrêté au bout de 20 minutes, car j'avais la désagréable impression qu'on voulait me rendre sympathique Steeve Briois. Je ne sais pas si c'était une intention du réalisateur, mais c'était en tout cas l'effet que ça produisait sur moi. La diabolisation n'a pas porté ses fruits, mais la démarche de Biamonti me semble au final trop complaisante. Je préfère les enquêtes de Médiapart sur les réseaux et les finances du FN.
Est-ce que Mr Biamonti pourrait être un peu plus candide ainsi il nous conterait quelques autres aventures... il pourrait réaliser une série de docu : "ravis par François", "ravis par Nicolas", "ravis par José"... la série "ravis par..."... A vrai dire, je ne vois pas où il veut en venir et il me paraît louche... est-ce que je me trompe?
Cher téléspectateur...euh...l'actualité...euh...cruauté...euh...on déplore...malheureusement...encore un fasciste écrasé...victime d'un chien...

Comment trouves-tu le fascisme?
C'est esthétique, non?
Ah, oui! C'est sexy...N'est-ce pas Canal?
Même si il s'agit d'un berger allemand ?
mr Frédéric Biamonti, le tzigane n'a pas invectivé mr Philipot;
par contre à la fin, Mr Philipot a traité le tzigane de "pauvre type" !
la Moselle est près de l'Allemagne et sans doute ses habitants ont une vision différente
sur le passé historique de la seconde guerre mondiale: ils étaient aux premières loges !
bien sûr il ne faut pas se bloquer sur le passé
mais la mémoire est importante et l'Histoire se répète:
la crise fait le lit des mouvements d'extrême droite;
le FN, en particulier par la voix de MLP, a un discours de haine qui malheureusement a été
repris par la droite dure ;
cela a eu comme conséquence l'éclatement, la division de la société
française, ce qui n'arrange pas les choses en temps de crise.
et ... il y a quand même un bilan sur la gestion de mairies FN qui n'est pas spécialement exemplaire
"Une question se pose : faut-il filmer le FN comme un autre parti, ou faut-il exercer une vigilance particulière? "

La question a se poser : quel est le rôle du journalisme?

La déontologie serait plutôt que les médias traitent tout le monde de la même façon, pas plus, pas moins!
"un chien écrasé devient victime du fascisme"

Doit-on entendre : la moindre petite chose sans importance devient l'occasion d'en faire tout un plat?

Si c'est le cas, je ne peux que répondre:

"Le spécisme est à l'espèce ce que le racisme est à la race" RomainDesbois
"Qui fait monter le FN ?" (SNJ ile-de-France)
"Les journalistes doivent-il « traiter » le FN comme n’importe quel autre parti ? Le moins qu’on puisse dire, c’est que, depuis 30 ans, l’attitude inverse n’a pas satisfait l’objectif affiché par ses promoteurs (faire reculer l’extrême droite)."
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.