367
Commentaires

Crise au Media : bolchevisme et coolitude

Commentaires préférés des abonnés

J'ai d'abord cru à du second degré... une sorte de parodie des editos dégoulinants de mauvaise foi et de malhonnêteté intellectuelle des Joffrin, Barbier et autres...


Mais en fait non. 


Je viens de lire l'edito de Daniel Schneidermann, sur ASI.


Jus(...)

Schneidermann avec ce texte s’attribue le role de chef de meute hamoniste. Sus à la gauche et tout ce qui pourrait sortir de la doxa atlantiste. Le choix des mots et du ton dans ce billet font la preuve d’un grand mépris, un mépris quasi pathologique(...)

Chronique méprisante. car seuls  les journalistes patentés, les sachants, les installés, les blanchis sous harnais mais surtout en CARCANS ( j'utilise ces majuscules pour aussi les cracher à la tronche...) 

Aucun respect du tâtonnement expér(...)

Derniers commentaires

Bonjour, on ne pourrait lancer un défi qui paraît hors de portée (mais n'est-ce pas l'objectif d'un défi que de paraître difficile à atteindre ?) ? ce serait que Daniel Shneidermann n'écrive rien, absolument rien, sur LeMédia pendant 7 jours consécutifs. 

Pour ceux qui ne sont pas encore désabonnés :  

Le Média dans le collimateur… 

… mais pour quels intérêts?

  Par Jacques CottaActualités • Lundi 05/03/2018

http://la-sociale.viabloga.com/news/le-media-dans-le-collimateur

En réponse à deeplo:


"Alors si tu as raison, c'est qu'il a peut-être en fait tout simplement occupé un créneau, ciblé une audience comme on fait du marketing, et profité d'une exposition médiatique qui reste son seul but: un onanisme classique du milieu, une petite jouissance basée sur le nombre de clics ou la notoriété de l'invité fût il un dangereux bolchévique. Mais dans le cas Schneidermann, une petite jouissance cette fois habillée d'une pseudo exigence morale (ce qui l'agrave douloureusement pour beaucoup d'abonnés)."


Oui je pense que c'est exactement ça :)


Il ne faut pas oublier que l'ambition politique d'@si est démesurément étriquée: il s'agit de "décrypter" l'information, ce qui veut tout dire et rien à la fois, et finalement revient à prendre ses lecteurs pour des neuneus dès l'origine.


Pendant un temps, Daniel a clairement "gauchisé" le site en invitant des intellectuels "radicaux", et en les laissant parler, sans leur coller en face des pignoufs de droite comme c'est l'usage dans les media dominants, ce qui a certainement drainé une audience de gens bien plus à gauche que lui. Il fallait aussi assurer une base d'abonnés à la formation du site.


Stratégie marketing ou intérêt réel et passager pour une ligne exigeante et authentiquement à gauche? Là aussi peu importe. 


Je crois simplement qu'avec l'âge il se "jeandaniélise": le mec se prend pour l'arbitre des élégances morales et politiques, et pense qu'il marque son "indépendance" en tapant à la fois sur Macron et sur FI - ce qui n'a franchement rien de spécialement courageux ni original.


Encore une fois, ces gens là ont besoin d'un fantasme de "gauche autoritaire", brandie comme un épouvantail, en la figure de FI et Mélenchon, simplement par fausse conscience, car au fond ils répugnent à l'idée d'une transformation sociale et politique du monde tel qu'il est et s'en accommodent parfaitement.


Ce qui est ridicule est qu'il semble attribuer la "clarification" politique à une intention délibérée de la rédaction du Media - pour mobiliser les socios - alors que dans l'affaire le Media n'a fait que se défendre d'attaques qui venaient de partout, et n'avait rien demandé au départ...


Comme je l'ai dit, je pense qu'il ne faut pas trop prendre au sérieux cette obsession anti-Media à @asi et MDP: elle en dit finalement bien plus sur l'orientation idéologique de ces deux sites que sur le Media lui-même, et beaucoup de gens trouvent qu'ils se ridiculisent plutôt qu'autre chose. 

Il faut dire que ces gens-là sont aux abois depuis la débandade du PS aux dernières élections, et c'est un peu la panique à tous les étages.

Beta est vraiment beta de me  laisser un sursis d'abonnement alors que je n'ai pas renouvelé celui-ci depuis le 23/2. J'en profite en cette période de crise, crise du fonctionnement du site, à la fois sur la forme et essentiellement sur le fond.

Parfois je me dis que nous tou.te.s ici dans les forums écrivons dans le vide malgré l'engagement d'@si de lire chaque commentaire. Parfois j'ai l'espoir chevillé que nous soyons au moins lu.e.s.

En attendant, quelques hypothèses.

Ou bien ce silence assourdissant du capitaine est l'effet d'une sidération, voire d'un effet panique, lié au fait qu'il ne comprend pas ce qui se  passe sur ces forums (je plaisante !)...

Ou bien c' est un cas de burn-out , et il n'y a  plus personne pour dans le navire pour garder le cap, surtout dans les matinales, de l'esprit critique "bienveillant"  même coloré d'humour dont l'absence est délétère depuis déjà pas mal de temps  ; l'arrivée d'un certain bébé médiatique n'a rien arrangé.

Ou bien il s'agit d'un mépris, style les chiens aboient, la caravane passe, et alors je plains les méprisés et le méprisant de rester dans ce cercle mortifère !

Ou encore, et ce sera ma dernière hypothèse, nous sommes tous dans un monde où la pensée magique domine (par ex. TINA, le ruissellement économique, "pas vu pas pris", etc...) et DS s'est mué en "Bel au bois dormant", le nouveau bébé médiatique, en "Gargantua" ou en "ogre", et ses supporters "en fratrie du Petit Poucet"... Je me mélange un peu les pédales dans l'analogie, mais si cela peut en amuser certain.e.s  je pense qu'il y a du matériel en réserve !


Pour finir je dirai que  qu'il est temps que je m'efface telle le chat d'Alice !

Comme je le disais plus bas, l'émission sur les comptes de campagne annoncée par G. Miller ce n'est pas pour cette semaine. Dommage...

Pour prolonger ce que dit "Deeplo" ci-dessous (l'onglet "répondre" est nul, et vous condamne à l'invisibilité...), je ne saurais trop conseiller de visionner l'interview par Aude Lancelin de Thomas Guénolé...

Un grand moment de pédagogie politique.


(Pardon de venir ici faire la pub de "l'ennemi"...)

Salut Etienne et Jeannot,


tu as peut-être raison concernant Scheidermann Etienne. Je ne le connais pas assez. Ma logique consiste simplement (trop?) à considérer que monter son site a nécessité quand même une forte volonté politique et qu'il est difficile ensuite de considérer qu'il n'est gouverné que par son instinct de classe et sa servilité aux petits barons du journalisme de commande, ceux de chez Niel ou de Drahi. Cela confère une autorité qui rend les actions plus lourdes de sens et appellent à une réflexion plus poussée avant d'agir. Quand tu mets un uniforme, tu sais que tes gestes seront observés et analysés à l'aune de la couleur de ton uniforme. Les mots sont pesés.


Alors si tu as raison, c'est qu'il a peut-être en fait tout simplement occupé un créneau, ciblé une audience comme on fait du marketing, et profité d'une exposition médiatique qui reste son seul but: un onanisme classique du milieu, une petite jouissance basée sur le nombre de clics ou la notoriété de l'invité fût il un dangereux bolchévique. Mais dans le cas Schneidermann, une petite jouissance cette fois habillée d'une pseudo exigence morale (ce qui l'agrave douloureusement pour beaucoup d'abonnés).


Cette hypothèse permettrait de comprendre la façon dont il a pensé son site qui interdit de fait l'échange et la confrontation d'idée, mais se justifie par un design clinquant et tape à l'oeil.


Mais comme tu dis Etienne, c'est secondaire.


Le plus intéressant restent ses lecteurs et ce que le débat a révélé ses derniers jours.

Très peu d'atlantistes ou de défenseurs actifs de la doxa européiste. 5 ou 6 lecteurs du Monde maxi parmi des dizaines de commentateurs.


Par contre, dans une frange relativement politisée de la population (il faut s'abonner), on s'aperçoit que les gens restent très peu informés: beaucoup de remerciements suite à des communication de liens vers des sites radicaux au sens noble du terme qui eux font un vrai boulot d'information dissidente, en sourçant remarquablement leur propos.


Ce manque de culture politique et d'esprit militant pose question. Car de nos jours, disons depuis une vingtaine d'années, le militantisme n'est plus l'allégeance à un parti ou à un leader, mais l'adhésion à un programme politique, à une plate forme commune, et consiste à passer de longues heures à rechercher l'information et comparer les sources pour valider la pertinence du programme. L'effet levier c'est que quand tu es convaincu de la viabilité et de la qualité du programme, alors tu te mets en mouvement sans avoir besoin de recevoir de consignes ou de nourrir une caste de dirigeants politiques. Suffisent quelques porte-paroles et organisateurs logistiques.


On voit ainsi que beaucoup de gens de bonne foi n'ont pas du tout les armes pour résister au rouleau compresseur néolibéral et peinent à s'émanciper de la bouillie sociale démocrate ou du "en même temps" qui consistent à toujours justifier qu'il n'y pas d'alternatives.

On comprend mieux comment des bacs + 5 on pu voter Hamon ou Macron.


Donc, pour revenir à notre discussion, selon moi peu importe finalement la raison pour laquelle Schneidermann se ridiculise. Il faut retenir que son geste est politique et particulièrement agressif. Il ne doit même pas mesurer la porté de ses écrits. Mais recourir à une dialectique fasciste ("mes ennemis sont des bolchéviques") que seul Le Pen osait jusqu'à présent employée publiquement en France impose une réflexion à la hauteur. 


Même un Joffrin, un Apathie ou un Brunet n'ont jamais osé ce niveau de démagogie. Si les employés des médias mainstream et leurs soutiens "bénévoles" comme Schneidermann en sont à ce niveau de rage et de haine, il faut considérer que leur ennemi doit être défendu très activement. 


Je n'accepte pas la réduction du champs politique à "les ennemis de mes amis sont mes ennemis". Par contre les cibles des fascistes ou de ceux qui veulent faire taire les initiatives libérales, ceux là je les cible clairement comme des personnes qu'il faut démasquer de manière à ce qu'ils perdent leurs soutiens. La campagne de terreur menée contre le média à coup d'infos partielles, d'amalgames et d'insultes d'un autre âge m'y incitent.


J'espère que nous nous retrouverons sur le site du Média quand il sera opérationnel. Une bonne journée!

Votre chronique sur "le média" est remplit de sous-entendu.Dans votre article vous parler de la notion de "démontage" de Miller.Mais si une analyse de votre critique peut être faites ,il est à remarquer que l'utilisation d'un nombre important de concept connoter ,ainsi que l’utilisation de citation ,pour établir une dialectique "neutre" ? n'est pas probante.Vous faites une analyse du "Le média" s'attarde sur les détails ,là au sur la critique des médias de "masse" est sur le fond et la forme.L'important n'est-ce pas plutôt la qualité critique ,la véracité ou non des analyses ,et bien d'autres choses que l'on peut remarquer dans "le média".On oublie un peu vite chez les "journalistes" qu'il reste encore des citoyens utilisant leur esprit critique qui aimer les autres sons de cloche,sans pour autant être obscurantiste.Mais prêt à défendre leurs convictions.Rester sur le fond est la qualité de votre travail,les chiens de gardes ne font d'aboyer. 

Pour se désabonner, je suggère un envoi en R/AR à MA banque, avec la référence du prélèvement de @si, et ordre de ne plus payer.

Si quelqu'un y voit une impossibilité juridique, merci de me le dire.(onglet "Répondre" ci-dessous...il fonctionne, lui!...)

Pas simple de commenter ce qui se passe au Media.


En plus, il se passe quelque chose au Media.

Compétition oblige, tout les silencieux, les blackouteurs, sont obligés de parler du Media, ça c’est bête.


Moi, je découvre. J’étais en vacances, donc déconnecté, et et je ne regarde de nouveau de journal type télévisé que depuis le Media. C’est dire que je ne vais pas arrêter et de nouveau chercher les infos sur internet, quand j’ai le temps.


En homme libre, j’ai choisi, non pas de soutenir ou de participer, mais de faire ce que je peux pour que perdure une expérience indispensable, salutaire. Comme je l’ai fait pour @si quand la télé sarkozy l’a virée, et que je continue, même quand Schneiderman dit des conneries ou emmerde (interrompt), pour des broutilles qui l’intéressent lui, un type qui essaie de finir de dire un truc important, même quand je vois disparaître des gens qui me paraissaient des piliers de cette construction indépendante.
Un homme libre n’est engagé que par ses choix. Sa liberté n’est pas celle de pouvoir embarquer dans une chaloupe pendant que le navire  essaie au milieu des écueils d’atteindre la haute mer.

Il me semble qu’il y a deux sortes de défections ici.

Celles pour surmenage : j’imagine la charge de travail. Les participants l’imaginaient, mais nul ne connaît ses limites avant de les avoir atteintes, et le dévouement, sur le long terme, c’est usant. Ici, en plus, on se bat contre d’éventuels futurs employeurs (si ça capote) qui font ce qu’il faut pour que ça capote. Faut un bon moral. Avoir tenu 2 mois, c’est bien.

Celles pour désaccord avec le traitement d’une info. Là, il y a un problème - et même plusieurs. Dans un journal indépendant, un point de vue hors norme ne peut être exposé ? L’image est à ce point sacrée que celui qui met sa pertinence en doute doit être exécuté ?
Dans une équipe de fondateurs, on se serre les coudes, on résout les problèmes, on s’engueule. Dans une équipe de fondateurs, qui veut courageusement lutter contre la dictature des medias du fric, on ne travaille pas plusieurs mois ensemble sans savoir à quoi s’en tenir les uns sur les autres, sans se faire confiance, sans avoir la conviction que si un problème se présente, on aura la volonté collective d’œuvrer pour la cause qui nous a réuni, au risque de mettre entre parenthèse son amour propre.  Journalistiquement, on peut avoir l’ambition personnelle de faire aboutir un projet d’une complexité redoutable.
N’étant pas dans le secret  des échanges internes, je ne saurai jamais ce qui s’est réellement passé et pourquoi une émission débat n’a pu être organisé sur la couverture du drame syrien. Cela semblait pourtant simple : qui n’en voulait pas ?

Je reste évidemment déçu par certains départs, notamment celui de Mamère, excellent : démarrer la première entrevue, le deuxième jour, par Servigne, chapeau. Ne peut pas mieux faire.
D’autant plus déçu de ce que j’ai compris de ses motivations d’ “homme libre”.

Ah, j’oubliais. Je ne savais pas Daniel si âgé, ayant connu et re-connaissant les purges des années 60.
Qu’il n’hésite pas à dire des conneries de temps en temps, comme il les sent, en faisant attention toutefois de ne pas attaquer les images, ouh là, non ! D’ailleurs, en parlant de ça, le site, c’est plus que des images, pour les smartphones je suppose.
Y a pas photo (sic), le site précédent était plus lisible, plus rapide … sur mon PC. J’y vais moins souvent, c’est trop long. Mais j'irai toujours. En homme libre.


impossible de se désabonner:


"FORMULE D’ABONNEMENT EN COURS          

Nous sommes encore en train de finir de migrer des abonnements. En conséquence, il se peut que certaines données affichées ici soit fantaisistes."

Impossible d'acter un désabonnement !!!
Daniel Schneidermann, vous connaissez la différence entre la France insoumise et votre petite association de diffameurs?

Pour militer pour la France insoumise il faut se donner la peine de lire le programme politique et engager, souvent seul, des actions qui permettent de diffuser le programme et augmenter le socle électoral. Difficile d'y entrer, facile d'en sortir.

Avec vous c'est l'inverse. Facile d'entrer et de faire un chèque, impossible de sortir et de marquer le départ. Vous continuerez à vous prévaloir de mon abonnement alors que j'abhorre vos méthodes et vous tiens pour être un type dangereux qui attise les haines.

Votre je m'enfoutisme et irrespect à l'endroit de vos propres souscripteurs battent tous les records.

@Deeplo

Merci pour votre réponse beaucoup plus bas.

Je vous réponds ici parce que avec 325 commentaires je suis incapable de retrouver rapidement mon propre commentaire qui était lui même une réponse à Etienne3.

Du coup trois remarques.

- 1) Après ce violent coming out politique de DS, il ne faut  plus l'excuser et ne rien lâcher. On est tout près de la trahison hollandaise de 2012. Le pire c'est qu'il trahit sa propre émission vouée à une dissection des médias la plus honnête possible. En médecine nous avons une démarche qui a fait ses preuves : L'EBM ( Evidences based medecine) soit "médecine basée sur les preuves"  qui vaut à  la Revue Prescrire d'être autant respectée. Selon cette démarche, l'avis d'un grand Professeur des hôpitaux est en toute dernière place pour juger de l'efficacité ou de l'utilité d'un médicament ou d'une technique médicale. Très loin des études statistiques comparant des groupes de patients.

- 2) le nouveau site de ASI

  Un asinaute a écrit (peut-être vous?) que la modification d'un site qui fonctionnait correctement était peut-être plus une réforme de fond que de forme. Le fonctionnement chaotique de ce forum , le silence du patron sur ces difficultés et (depuis toujours) sur le turn over de ses journalistes, tout cela justifie la vigilance des "cochons de payants" (vieille expression qui n'a plus cours).

- 3) Le prix de l'info

Grâce à une retraite correcte je peux payer pour entendre et voir autre chose que les médias mainstream (publics ou commerciaux). Je suis abonné aux JDD (à savoir: Judith, Daniel et Daniel).

Mais ma plus grande fierté c'est bien ma cotisation mensuelle à Le Media qui permet un accès libre de tous à des infos 

tenues en marge ou même rendues invisibles et inaudibles par la toile médiatique française. Et je ne parle pas du NET, mais bien de la toile d'araignée des médias qui réagit dès qu'un de ses fils est ébranlé et qui envoie ses "araignées de garde" pour ramener le calme en éliminant l'intrus. Parce qu'en plus, cette toile ne vise pas une nourriture potentielle, mais bien la recherche obsessionnelle d'un ordre implacablement silencieux.

Si je n'avais que 60 euros par an à consacrer à un abonnement, je n'hésiterais pas une seconde.



 


En attendant, tous sur le Média, qui nous promet, plus vif que jamais, une:

"SEMAINE EXCEPTIONNELLE "  ;--))

  

j'y reviens : j'interprète les réactions de DS et de son équipe comme une sorte de suivisme, d'entre-soi, des petits calculs plutôt que des grands, des mesquineries, des habitudes. Selon moi, c'est pire que de vraies intentions, parce que ça fait penser qu'il s'agit d'une seconde peau.

rappelons-nous le sort que DS avait fait à Denis Robert au moment de l'affaire Clearstream, la vraie (en 2002), lorsqu'il (Denis Robert) était assailli de procès et blacklisté. Eh bien DS a hurlé avec les loups.

@ Deeplo,


Comment cela Deeplo, tu demandes à Daniel, dans une séquence ,bien menée, de "dézingage" ( je hais ces termes nouveaux!) orchestrée, d'utiliser son cerveau, de prendre du temps pour peser son propos, d'user de sa liberté d'expression pour affiner et nuancer.

Non, tu rigoles!!

Il utilise sa plume "mondialiquement-libérationnelle " pour défendre sa CASTE, son pré carré, en bâtissant des miradors pour tirer sur tout ce qui bouge. Tu vois, j'allais dire pour ce qui vit encore!!!

Il est comme les autres.

Le chantre blanchisseur s'est mué en chien de garde.

Une reconversion en vue car le site, je le pense et le déplore va perdre nombre d'abonnés et de soutiens.

J'espère que Mathilde Larrère trouvera asile, ailleurs.


Un Daniel qui se sergejulyise de plus en plus.


Merci à toi pour ta ténacité en ce week-end.


Daniel Schneidermann! 


Gérard Miller a fait votre boulot. Quand vous qualifiez via tweeter de "belle enquête" le tract glauque de Ariane Chemin, lui prend le recul nécessaire, utilise son cerveau, et livre une belle analyse de la faillite du journalisme que vous incarnez. Car cette dame fait comme vous: du procès d'intention, de l'accusation sans preuves, du bourrage de crane idéologique.


Respectez Miller, Chikirou et ceux qui ne pensent pas comme vous davantage, arrêtez d'insulter la terre entière, et profitez de votre temps pour vous instruire:


EDITO : UN TROUBLANT EXERCICE DE STYLE

A propos d’un article d’Ariane Chemin sur le Média

(Le Monde, 3 mars 2018)


Ariane Chemin est une journaliste que je connais bien. Nous ne sommes pas des amis, mais on discute de temps en temps, il nous est arrivé de déjeuner ensemble et quand l’un appelle l’autre sur son portable, l’autre répond aussitôt. Récemment encore, nous avons parlé de son métier, et comme la plupart de ses confrères qui ont le sentiment de faire honnêtement leur travail, Ariane trouvait fort injuste que les journalistes soient tellement décriés par nos concitoyens. Or il se trouve que le 1er mars dernier, dans le cadre de l’enquête qu’elle menait pour le Monde sur le Média dont je suis l’un des co-fondateurs, elle m’a téléphoné, me demandant de répondre à un certain nombre de ses questions, ce que j’ai fait longuement, sans en écarter aucune. Deux jours plus tard, je lisais son enquête qui me laissait — comment dire ? — perplexe. 


Ne voulant pas que cette perplexité m’encombre, je vais en rendre compte ici, souhaitant que cela serve éventuellement à expliquer ce qu’il n’est pas toujours illégitime de reprocher aux journalistes : la dissimulation de leurs présupposés et de leurs partis pris sous le masque trompeur d’une objectivité proclamée.


Beaucoup d’entre nous ont déjà éprouvé ce sentiment étrange quand un article concerne des faits que l’on connaît personnellement. Très souvent, on y trouve un certain nombre d’imprécisions, de confusions, d’erreurs, et on se prend à penser que s’il en est de même pour tous les articles qui traitent de sujets qu’on ne connaît pas ou mal, ce ne serait guère rassurant. C’est assurément exagéré, mais en tout cas, dans l’article d’Ariane Chemin, je dois bien avouer n’avoir rien retrouvé de ce que j’ai vécu au Média et rien non plus de ce que je me suis efforcé de lui raconter pendant plus d’une heure. Pour ne pas infliger au lecteur la liste de tout ce qui cloche à mes yeux dans cet article et ne pas donner l’impression fâcheuse d’être un mauvais coucheur, voire un censeur, je me contenterai de prendre le début, les premières phrases, celles qui donnent le ton, créent l’ambiance et préparent psychologiquement le lecteur à adopter le point de vue spécieux de l’auteur. Car l’article d’Ariane Chemin est un modèle de ce qu’on pourrait appeler, en hommage à Raymond Queneau, un troublant exercice de style.


Ariane Chemin commence par quelques mots aussi précis qu’un constat d’huissier : « Montreuil, métro Robespierre, lundi 19 février, 9 heures du matin. » Jusque là, rien à dire. Encore que souligner dans un article la station de métro la plus proche de l’endroit dont on parle doit avoir une utilité. Pour ma part, si j’écrivais un article sur BFM, je ne commencerai pas par ces mots : « Paris, métro Porte de Versailles, lundi 19 février, 9 heures du matin. » Evidemment, l’avantage avec la station Robespierre, c’est qu’on peut imaginer par exemple la guillotine et ça tombe bien. Car de quoi s’agit-il tout de suite après ? De décrire justement une scène inquiétante, une scène de procès comme les robespierristes, assoiffés de vengeance et de sang, sont supposés en avoir eu le goût à leur époque.

Deuxième phrase : « La journaliste Aude Rossigneux a été convoquée la veille par un mail lapidaire. » Dès la deuxième phrase, pas d’hésitation, on comprend bien pourquoi le Média s’est installé à un jet de pierre de la station Robespierre : les mails qu’il envoie ne sont pas concis — ce qui est quand même le cas de bien des messages, textos et autres, que nous nous échangeons —, non, ils sont lapidaires, ce qui est déjà menaçant. Limite angoissant. On imagine le mail lapidaire en question : « Aude, descends à la station Robespierre, emprunte la rue Lénine, puis l’avenue Fidel Castro, et arrive jusqu’à nous. »


La troisième phrase vaut son pesant de cacahuètes : « Dans la cuisine du Média, au sous-sol des nouveaux locaux de la télé proche des « insoumis », le dos au réfrigérateur, elle cherche à comprendre l’objet de cette réunion un brin solennelle. » Ça, je ne l’aurais pas inventé : « le dos au réfrigérateur ». Aude s’est assise où elle a voulu, on est dans une cuisine, il y a un frigo, et la voilà… le dos au mur, pardon, « le dos au réfrigérateur ». Si elle voulait s’enfuir par là, impossible — elle est prisonnière ! Et comme un lapin pris dans les phares d’une voiture, « elle cherche à comprendre l’objet de cette réunion. » Bon, la rédaction du Média était en ébullition depuis des semaines, Aude était au centre de très vives tensions — il est difficile de croire qu’elle tombait ce jour-là des nues, mais peu importe. Pour paraphraser Hitchcock, « demander à un journaliste qui veut raconter une histoire à sa façon de tenir compte de la vraisemblance est aussi ridicule que de demander à un peintre figuratif de représenter la réalité avec exactitude. » Poursuivons donc notre lecture.


« De l’autre côté de la table en bois clair, trois hommes lui font face : le psychanalyste Gérard Miller, le réalisateur Henri Poulain, accompagné de son directeur de production et associé, Hervé Jacquet. » On n’est qu’à la quatrième phrase de l’article et j’espère que chacun apprécie le talent de l’auteur : l’angoisse est à son paroxysme, Ariane tient la scène. Aude est seule, alors que le nommé Henri est venu « accompagné » dont ne sait quelle âme damnée. Aude est seule, « le dos au réfrigérateur », alors que « trois hommes lui font face ». Aude est seule et, pétrifiée, « elle cherche à comprendre » ce qui se passe. Le grand Alfred, que je viens d’évoquer, appelait ça l’anticipation. Au cinéma, expliquait-il, un coup de fusil ne fait pas peur. Ce qui fiche la trouille au spectateur, c’est le fait de l’attendre. Et en moins de temps qu’il ne faut pour le lire, Ariane Chemin, en toute objectivité bien sûr, a fait le job : on sait de quel côté de la « table en bois clair » est le côté obscur de la force, on tremble, on s’attend au pire — il viendra.


Cinquième et sixième phrases : « A quelques tasses de café, enfin, la réalisatrice Anaïs Feuillette, compagne de M. Miller, et tout au bout, Sophia Chikirou. « Comment dire tout ça ? » commence la directrice générale de la chaîne, avant de passer la parole au psychanalyste. » Là, plus de doute, on vit la scène comme si on y était et on entrevoir l’incroyable dispositif mis en place, digne des procès en sorcellerie : face à l’innocence persécutée, Savonarole et ses deux assesseurs, et loin sur le côté (à gauche ou à droite, on ne nous le précise pas) deux femmes, dissimulées derrière des « tasses de café », deux femmes dont l’une, « tout au bout » (curieuse indication : derrière elle, il y a quoi ? la porte de l’enfer ?), dont l’une, « tout au bout » ouvre le bal en prononçant une sentence elliptique, quasiment codée : « Comment dire tout ça ? », avant de replonger dans l’ombre et de céder la parole à l’un des trois hommes.


Arrive la septième et dernière phrase de cette introduction si peu orientée : « L’ancien « mao » parle « d’embarras», de « mauvaise ambiance », de « quelque chose qui s’est mal emmanché », avant de lâcher : « Aude, on a en tête de te parler de la possibilité que tu quittes la rédaction ». Ah, c’était donc ça : on cherchait du côté de Florence (Savonarole), on était prêt à regarder vers Moscou (Vychinski), il fallait penser à Pékin (Mao). Un des trois hommes était un « ancien mao », reconverti donc dans les médias — tout un programme ! Bon, même dans la description peu flatteuse qui est faite de lui, le procureur rouge semble plutôt embêté et laisse même entendre qu’il s’agit pour Aude de quitter la rédaction, pas le Média, mais foin des nuances — Ariane Chemin peut être satisfaite, elle a produit son effet : en sept phrases, pas une de plus, son exercice de style atteint son but. Elle a décrit un « procès » (c’est le signifiant qu’elle n’hésitera pas à utiliser quelques lignes plus tard) et tout le reste de son article peut être à l’avenant. Partiel et partial, ne laissant entendre qu’un seul son de cloche et faisant le procès du Média tout en lui reprochant d’avoir fait celui d’Aude.


Allez, je tire ici le rideau. Mais j’ajouterai encore une chose : cette scène mensongère et blessante par laquelle la journaliste-romancière a ouvert son papier, j’y étais — on l’aura deviné, pas elle. Comme Fabrice à Waterloo je n’y ai peut-être pas tout vu, mais je peux en tout cas affirmer que la description d’Ariane Chemin est absolument fausse. Comme elle n’a jamais parlé ni avec Anaïs, Henri, Hervé et Sophia (ont-ils eu tort de se méfier d’elle ?), et que je sais ne lui avoir rien dit qui puisse corroborer ses propos, ou elle a inventé ce qu’elle a décrit, ou elle a repris à son compte, sans recul, sans contre-champ, la description que lui en a faite la sixième personne présente, Aude Rossigneux. C’était tout à fait son droit, bien évidemment, et je ne saurais le lui reprocher. 


Mais alors, une question : est-ce qu’il n’aurait pas été préférable qu’elle prévienne ses lecteurs de son incroyable parti-pris ? Oh, pas grand chose, juste quelques mots, en petits caractères : « Attention, je vous ai décrit une scène à laquelle je n’ai jamais assisté, mais en faisant comme si j’y étais, et ce pour les besoins de ma démonstration. Je tiens à préciser que cinq sur six des participants présents l’ont vécue tout à fait autrement, mais je m’en fous, car je suis convaincue que j’ai raison et qu’eux ont tort. D’ailleurs, tout mon article est du même acabit. J’enquête, mais au final je juge autrui à mon aune, je n’entends que je veux écouter et je n’écoute que ce qui me convient. Subjectif mon article? Je l’assume. Honnête ? Je vous laisse juge.»

@Arsinée. 


Ce que vous dites consiste à dédouaner Schneidermann des ses anathème staliniens contre une partie de la profession. 


Or il continue de nuire et les articles se succèdent en propageant la même propagande. Je pense qu'il faut l'en tenir pour responsable et non chercher à atténuer sa responsabilité. Il n'est pas un clown ou un demeuré comme vous le sous entendez ainsi qu’Étienne. Il n'est pas un enfant, c'est un patron de presse. Il allume les plus insignifiants de la classe journalistique comme Bécard, certes, mais il garde ses charges structurées et appuyées pour ceux qui mettent en péril l'oligarchie. Eux seuls reçoivent ses insultes les plus viles.


C'est peut-être un abruti comme beaucoup le disent ou le sous entendent sur ce forum, mais il est quand même comptable de ses actes. Aucune excuse! Il qualifie des jeunes journalistes remarquables de bolchéviques et les ramènent à l'union soviétique quand même! Qui peut oser faire cela? Un fou? non. Un politique en croisade. Certes très médiocre. Mais activiste, déterminé, et planificateur. Il apparait d'ailleurs qu'il a façonné la rédaction entière à son image.

L'argumentation d'Etienne ( ci dessous) est tout à fait convaincante. Effectivement, je ne pense pas que Schneidermann soit engagé dans une lutte politique en vue de soutenir Hamon contre Mélenchpn. En fait, il n'est pas engagé du tout, c'est bien le problème. Sa chronique exprime sa répulsion à l'égard de l'entourage de Mélenchon à cause d'une posture qu'il juge stalinienne. Impression qui le conduit, paradoxalement, à exécuter Chirikou sans autre forme de procès. 

Schneidermann est un journaliste qui est attaché à sa liberté de jugement, ce qu'on ne saurait lui reprocher, et comme nous jouissons encore de la liberté d'expression, le monde tel qu'il va (en France) ne lui va pas si mal que ça, tant qu'il peut écrire ses petits articles dans sa petite boutique. Par exemple, il épingle Carine Bécard en relevant que sa chronique sur France Inter est totalement sous l'influence de l'idéologie néo libérale macronienne, mais il ne va pas plus loin. Il donne des coups de griffe par ci par là. En fait, c'est toute la fabrication de l'information sur France Inter et France Télévision qu'il faudrait démonter ( en tant qu'appareil idéologique d'Etat, selon les termes d'Althusser ). Il s'agirait alors d'un véritable engagement politique pour combattre le pouvoir médiatique dominant. Bref, la désinformation n'est pas une menace qui se manifesterait dans Le Média naissant, elle est présente dans le pouvoir médiatique qui est en place ici et maintenant.

En réponse à Gérard Renaud (message de 15h38), qui écrit  DS a enfin fait son conning out !!!

Très joli.

Et tellement vrai.


Voyez vous , moi je suis au moins content d' une chose ( pas du site rassurez vous ) les masques tombent , ou dut moins les doutes s'évaporent . DS ce qui est son droit  est de la même facture qu'Edwy Plenel de médiapart ( ex collègues du MONDE ), qui tapent et tapent encore sur le Média et accessoirement sur la FI Melenchon et tutti quanti avec toujours des approches malhonnetes style billard à 4 Bandes. ( Syrie ... )

DS a enfin fait son conning out !!! Il a rejoint ( est il parti un jour? ) les joueurs de flutes journalistique de la France Oligarchique.

PS: Je voudrais quand même dire que le site actuel est pire que tout. Que mon petit fils de 15 ans ferait mieux. J'ai connu les débuts de l'informatique  mais là c'est fou


Je ne voterai plus jamais Insoumis. Leurs représentants sur ce site auront au moins réussi ça. C' est Poutou qui va être content !

Edit, à la main, car seule manière possible :


la répétition, dans mon post précedent:: 


"Essayez de dégotter un semblant de début de réponse du "Grand Patron" à un quelconque de vos envois: Comme disait not' Chirac national : " ça m'en touche une sans faire bouger l'autre !..."


est involontaire, même si elle enfonce un peu plus le clou...

(finalement, "elle m'en touche une...etc..." )

Commentaire N° 280:


 ""Arrêtez donc de commenter dans le vide, bande de décérébrés !""


Vous n'avez pas encore compris que tout @si dans sa nouvelle formule n'est qu'une  machine à avaler et faire disparaître n'importe quel commentaire en quelques minutes, dans un insondable tréfonds.


Essayez simplement de retrouver un commentaire déjà lu : mission impossible...


Vous pouvez même exprimer à peu près n'importe quoi; DS répondra, comme  not' Chirac national : " ça m'en touche une sans faire bouger l'autre !..."

Superbe indifférence, là où nous exigeons (car NOUS PAYONS!) des explications, voire des excuses...


Essayez de dégotter un semblant de début de réponse du "Grand Patron" à un quelconque de vos envois: Comme disait not' Chirac national : " ça m'en touche une sans faire bouger l'autre !..."


Fuyez ce site, qui fonce dans le noir, les yeux crevés...



entretien avec Aude Lancelin sans langue de bois , avec des réponses bien plu ouverte qu'ailleurs. Elle refuse meme de répondre a certaine questions infantile, ce que JAMAIS aucun mec ne fait. Et dis ce qu'elle pense de @SI , mediapart .. etc merci Mme Lancelin vous relevez le niveau des journalistes et je comprend mieux l'ambiance entre gen de gauche, ou la jalousie meme a ce niveau est énorme . https://youtu.be/iBqDp_pSTxc

Quelle déception. Chaque phrase chaque expression choisie provoque un froncement de sourcils, un "mais pourquoi ?".. Je n'aurais jamais cru que Le Média fasse autant réagir les médias alternatifs se sentant menacés au lieu de s'en féliciter.. Je suis très troublée, moi qui ai pris un abonnement il y a seulement quelques jours.. 

Je me joins aux autres: chronique indigne. Comme souvent avec DS, l'analyse est un peu idiote et superficielle. Sous couvert de "neutralité" il se croit peut etre obligé de critiquer Le media. Se faisant, il participe au combat ideologique dans le camps des enfoirės. Dommage. La situation catastrophique de l'humanité ne nous permet pas de perdre plus de temps avec ce genre d'individus incapables d'assumer leur role politique jusqu'au bout (ou pire, en masquant leur soumission au systeme par une fausse impertinence). 


Ciao asi ! C'est vraiment dommage, mais vous faites de la merde.

@Etienne. Belle réponse merci.


Éternel débat. Des types comme Schneidermann sont ils les idiots utiles ou les acteurs militants de cette désinformation ? Je penche pour la seconde hypothèse. 


Ce sont bien les méthodes de voice of America ou Sputnik qu’il utilise sciemment, froidement,  notamment en laissant son équipe rédiger des articles partiels et diffamatoires (Chikirou et l’invention de poursuites dans le cadre des comptes de campagne, entre autres) sans intervenir ni corriger.  Amalgames, mensonges, biais. Tout y est. C’est du niveau de la campagne du Washington post ou du financial rimes sur le Venezuela dont le but clairement exprimé est l’intervention militaire. Même méthode, même objectif de supprimer un adversaire gênant: La presse comme bras armé de l’empire qui fabrique le consentement quand les soviétiques eux l’imposaient.  Le resultat est le même. Et d’ailleurs un Poutine s'est mis lui aussi à fabriquer le consentement plutôt que de l’imposer: plus efficace et moins cher. Et pour cela, il faut des employés, les qualifier de journalistes, et les laisser entretenir en permanence le flou liberté d’expression/ fake News alors qu’ils sont payés par les soldats de l’empire. Schneidermann est des leurs, en plus insidieux puisqu’il est probablement un rallié récent à leur cause, et n’en tire peut être pas d’avantages financier à titre personnel.


De plus il n’est pas stagiaire. Il est patron de presse. Il a roulé sa bosse, sait ce qu’il fait. Je pense qu’il agit de manière très politique, bien conscient de jouer le rôle qu’un Hamon avait avoué jouer en 2012 quand il disait être la caution de gauche du PS pour faire barrage à Mélenchon. Je ne dis pas qu’il prend ses ordres à Langley bien sûr, mais je dis qu’il adopte des pratiques de désinformation en toute connaissance de cause, et endosse consciemment le rôle de chien de garde. Il met son outil de travail à la disposition de la lutte contre les seules voix dissidentes. Je pense qu’il a un agenda et que c’est la raison pour laquelle il s’obstine contre l’évidence d’attaques malhabiles et dignes de l’extrême droite. 


Par ailleurs, si tous les malfaisants étaient réduits à leur médiocrité intellectuelle, on ne les combattrait jamais. 


Or ici on a affaire à un activiste déterminé qui construit une entreprise de combat. Ce sont 3 ou 4 articles faibles et orientés qui sortent en deux jours sans jamais être amendés, discutés, complétés... il y a une volonté de gagner une bataille politique contre un ennemi politique. 


Et c’est d’autant plus notable qu’il livre cette bataille contre de jeunes journalistes qui démontrent leur pureté d’intention tous les soirs en direct depuis 6 semaines, un laps de temps suffisant pour au contraire leur rendre hommage et les respecter dans leur personne. Cet acharnement à les humilier relève bien pour moi des dommages collatéraux dont Schneidermann est prêt à payer le prix: « Il faut faire l’amalgame le média et Mélenchon à tout prix à la moindre opportunité, tant pis si cela doit insulter des confrères de bonne foi. Le gain politique en vaut la chandelle. »


Alllez voir ses tweets et vous verrez qu’on a en l’espèce un adepte de « l’en même temps ». À un article torchon de Ariane Chemin du Monde, dénuée de toute rigueur et de tout sens moral (cf sa charge l’an dernier contre François Delapierre), il mentionne qu’il y a un oubli  mais qualifie la livraison perfide de belle enquête: un enfant de 8 ans comprend qu’il ne s’agit pas d’une enquête mais d’une charge grossière comme Le Monde, et en particulier cette dame, en produit régulièrement. Pourquoi Schneidermann fait-il cela s’il ne s’agit pas de participer à une œuvre commune?


Entièrement d’accord avec le réflexe sociologique et la névrose des ces quelques dizaines de milliers de « progressistes » en France qui sont incapables de s’émanciper de l’idéologie néolibérale. 


Mais on a affaire ici à un activiste qui est l’allié agissant de Hamon et du PS qui font barrage à la gauche depuis très longtemps. il leur faut démolir Mélenchon en tant que personne car ils n’arriveront jamais à justifier leurs positions europeistes et atlantistes face à l’électorat. Ils savent qu’ils sont promis à un nouveau 5% et doivent discréditer coûte que coûte l’individu pour s’approprier le programme. Chikirou et Miller sont deux cibles parfaites. En ce sens il partage exactement la même tactique que BFM pou Macron, mais lui le fait pour Hamon, à moins qu’il soit free-lance et ne rende de comptes qu’à lui-même. C’est ce qui est à l’œuvre un peu trop grossièrement sous nos yeux sur ce site. 


Schneidermann est devenu un militant politique responsable et comptable de ses actes. Pas seulement un benêt inconscient. C’est cet aspect politique d’ailleurs qui peut expliquer le dégoût si massif des abonnés exprimé dans les commentaires. Ce n’est pas du tout ce qui leur a été vendu il y a quelques années. 

 


En réponse à Deeplo:


Merci.

Cependant je pense qu'il ne faut pas répondre à la caricature par la caricature: je ne vois pas vraiment ce que la CIA et les guérillas viennent faire ici - si ce n'est par une analogie périlleuse et hors contexte - autant que l'est l'analogie malveillante de Daniel avec le parti Bolchevik ou le PCF des années 60...


Vous prêtez à Daniel des intentions qui vont bien au-delà de ce que le personnage incarne: il n'a à mon avis pas d'agenda politique.

Il réagit simplement par un réflexe sociologique spontanément conservateur face à ce qui est nouveau et perçu comme menaçant pour l'ordre établi - en l'occurrence dans le champ des media en plein contexte de Macronie hégémonique - de la même façon que la plupart de ses congénères.


Ce conservatisme "spontané" revient simplement à guetter et attendre au tournant la moindre supposée "défaillance" d'une expérience sociale, politique et professionnelle inédite, afin de se conforter dans l'idée que ce type d'expérience est a priori vouée à l'échec et aux dérives autoritaires ou totalitaires. 


C'est le logiciel standard de tous les adversaires de ce qui peut effectivement remettre en cause l'ordre établi, non pas en suivant un quelconque agenda politique réactionnaire - et encore moins ourdi par la CIA ou les néocons -mais par paresse intellectuelle et conformisme psycho-sociologique.


Pour le dire simplement, Daniel n'est pas très futé, et se comporte en nouveau chien de garde malgré lui, à la manière d'un Monsieur Jourdain.

Pour employer le vocabulaire désuet de la phraséologie marxiste, c'est simplement un "petit bourgeois".


Là où il y a à la fois une grande injustice et une malhonnêteté intellectuelle manifeste, c'est que ces gens instrumentalisent deux faits insignifiants: la fin de période d'essai d'une salariée, et une position - qui certes peut faire débat - concernant la publication des images de guerre aux sources douteuses, pour enterrer sans autre forme de procès un nouveau Media qui vient à peine de naître.


Cette précipitation peut donner l'impression de l'intervention d'une cause extérieure - un agenda ou une stratégie politique - alors qu'il ne s'agit simplement que d'une rigidité politique largement impensée et endogène: si pour ces gens "de gauche" le Media ne peut pas marcher - autrement que sous une forme sclérosée et autoritaire dont le prototype est le PCF des années 1960 - c'est avant tout dans leur tête.


D'où les images malheureuses et grotesques des "bolcheviks cools" et du "pack de millenials" employées par Daniel à la vision de l'émission destinée aux socios: bien obligé de constater que l'équipe de journalistes du Media n'ont pas grand chose à voir avec les apparachiks du politburo, ni dans leur style vestimentaire, ni dans leurs intentions (ils veulent simplement informer autrement), il est bien obligé d'inventer des figures qui s'apparentent à celles d'un cerveau malade: ce sont en réalité de purs fantasmes dont la seule fonction est de corroborer a posteriori des préconceptions a priori.


Cette unanimisme sur le traitement de la guerre par Le Media, ça me rappelle cette vidéo des guignols (à 5min30) :

https://www.dailymotion.com/video/xc9wjh

Peut-être que Le Média va continuer à traverser quelques temps cette zone de forte turbulence en tanguant très fortement. Sophia Chikirou n'avait elle pas dit lors du point d'étape qui a précédé la pseudo-affaire médiatico-dramatique "Aude Rossigneux" que Le Média venait d'entrer dans la cour des grands ? Ben voilà il y est et ça secoue.

Plutôt qu'une cour se serait plutôt l'océan où croisent les tankers médiatiques de Bolloré, Niel, Dassault, Drahi, etc... mais aussi ceux de la Macronie. Tous ont pour religion la pêche industrielle massive. Passer à leur proximité avec son chalutier, même s'il prétend être désormais taillé pour commencer par naviguer en haute mer le temps de s'y familiariser avant d'aller en très haute mer, c'est très risqué.  Ces navires provoquent des creux gigantesques à leur passage. Il ne faut donc pas s'étonner des secousses à bord, surtout quand sur le pont de ces tankers se trouvent des snipers comme Jean-Michel Aphatie (France Info) ou Daniel Schneidermann (Libération de Drahi et fantôme d'Asi devenue annexe de Libé). Le but de ces snipers est d'harponner Le Média puis tirer sur la grosse ficelle pour le faire chavirer à l'occasion d'un creux provoqué par le tanker.


Le contexte maritime étant posé les questions surviennent : le chalutier "Le Média" semble pouvoir tenir dans les grands creux mais résistera-t-il aux harponnages ? Je pense que oui, les ficelles des harpons sont certes grosses mais ce ne sont pas des cordes, elles cèderont. Toutefois, le chalutier tangue très fortement et les personnels à bord sont salement secoués au point que plusieurs d'entre eux se jettent à la mer pour se faire récupérer par les tankers. Seuls les plus téméraires tiennent bon à bord.

A la prochaine escale peut-être que le chalutier "Le Média" recrutera de nouveaux personnels pour remplacer ceux qui n'ont pas compris la pêche artisanale ni ses contraintes difficiles et qui ont préféré retourner à la pêche industrielle massive et nuisible à l'écosystème marin ou plus sagement pour rester à terre un peu cramés par leur sauve qui peut tout de même. Mais alors Le Média devra faire très attention dans son recrutement. Il devra être capable de savoir tout de suite si ceux et celles qu'il va recruter seront capables de tenir en haute mer dans des conditions difficiles car le chalutier Le Média sera chalutier encore longtemps et il devra toujours affronter la houle, les tankers et les tirs de harpons.


J'espère qu'à chaque escale il recrutera de nouvelles personnes toujours plus solides après la formation de ceux qui seront alors des "anciens" aguerris.

 

Vous auriez pu pour le moins constater la présence d'Aude Lancelin, vétue de noir, qui n'a pas pris la parole!

Un de vos articles les plus incorrects que j'ai lu. Je vous pensais plus honnête et rigoureux 5aude Lancelin) et moins imprégné de ce vocables réactionnaire, malveillant à la limite de la jalousie. Je ne sais si je vais renouveler mon abonnement!

Inutile de s'exciter...

On me dit dans l'oreillette que Daniel Schneidermann se contrefiche de tous vos commentaires, car il ne les lit même pas...

 On me dit qu'il a trop à faire à essayer de comprendre le mode d'emploi de son "nouveau site"...

Daniel Schneidermann, cette fois-ci j'ai besoin que vous m'expliquiez ce que vous voulez dire :

- Pourquoi "bolchévisme" ?
- Pourquoi "les mencheviks" ?
- Pourquoi "millenials" ?
- Pourquoi "Passent les fantômes des grandes exclusions du PCF, dans les années 60" ?
- Pourquoi cette conclusion lugubre : "une veillée de deuil de ce premier acte, qui a passé si vite, avec son rêve de gauche arc en ciel. Maintenant, chacun le sait au fond de lui, on va rester entre soi, dans le combat, et mort aux faibles."

J'ai besoin de bien comprendre avant de sombrer moi-même dans des interprétations et conclusions ignorantes.
Merci à l'avance pour vos réponses.

P.S. Si vous regardez mieux la vidéo, "Lancelin" est bien là dans la vidéo. Et si vous suivez bien les médias, Gérard est presque partout dans les radios.



Le plus étonnant dans l'histoire est la malveillance a priori vis-à-vis de ce nouveau Media qui n'en demande pas tant.


Comme tous les conservateurs face à une expérience innovante et authentiquement de gauche, on construit d'abord une version caricaturale de la "cible", afin de mettre en évidence a posteriori la "trahison" des idéaux initiaux.


Le Media est une entreprise de presse, ce n'est ni un parti politique ni une joyeuse bande d'anarchistes de la "gauche arc-en-ciel".


Personne ne s'étonne pour une entreprise de presse - fût-elle indépendante et "de gauche" comme @si ou Mediapart - qu'il y ait des rapports de pouvoir, des décisions concernant les salariés qui ne "conviennent pas". Quand à la presse du Parti du Pouvoir et de l'Argent, n'en parlons même pas!


La déception feinte et malveillante de Daniel lorsqu'il sous-entend la fermeture d'une parenthèse gauchiste et démocratique et le retour dans le rang digne du "centralisme démocratique" des grandes années est autant ridicule que malhonnête. 


Il faudra qu'il nous explique en quoi le Media dans ses statuts implique la gestion de ce genre de crise par une AG d'amphi type Nuit Debout....

D'autant plus que les sous-entendus dépeignant l'émission du Media s'daressant aux socios comme digne des procès de Moscou ou des séances d'autocritique est odieuse et insultante pour les journalistes qui s'y expriment, les faisant passer pour des petits soldats stals, et leur ôtant a priori toute sincérité dans leurs propos et leur démarche.


Si j'étais l'un ou l'une d'entre eux, je lui mettrais une grande baffe dans sa gueule à Daniel.





Le Huffpost signale ce samedi que les journalistes Catherine Kirpach et Léa Ducré quittent Le Média. On peut dire que les attaques dirigées contre la webtélé commencent à faire des dégâts. Qu'en sera t il demain ? Comme beaucoup, je pense, je ne sais pas ce qui s'est passé au sein de cette rédaction . Y a t il eu des pressions politiques ? C'est à vous, Monsieur Schneidermann, que je pose la question. Parce qu'il est temps que vous exposiez ici ce que vous savez, au lieu de procéder par sous entendus. Si vous avez des informations, mettez les sur la table plutôt que de procéder de façon sournoise. 

Et ne vous arrêtez pas en si bon chemin, enquêtez et livrez nous des informations sur l'audio visuel public. Dites nous quelle est la filière de recrutement à France Inter et France2. Dites nous pourquoi nous devons supporter ( tout en les payant grassement) des nullités telles que Nathalie Saint- Cricq, François Lenglet, Carine Bécard etc etc. Puisque vous avez mis les pieds dans le plat ( de la rédaction des médias ) que la fête commence ! !

Les départs des journalistes Aude Rossigneux et Noël Mamère du média ont été suivis de quelques départs de socios mondains (insignifiants, sauf Gérard Mordillat - ça fait mal le concernant, et il faudra l’écouter, dans les jours qui viennent j’espère, pour comprendre sa motivation et sur quels faits il fonde son raisonnement, probablement sur le site de Daniel Mermet).


Ces départs ont été aussitôt suivis d’un déchainement de propagande très intéressant à pas mal de titres:


  • déchainement structuré: l’article haineux de Daniel Schneidermann a été repris absolument partout sur les réseaux sociaux, et les employés des médias officiels ont pilonné comme au plus beau temps de la campagne présidentielle. De France inter à France 2 en passant par BFM ou Valeurs actuelles, pas un n’a manqué à l’appel. Ce type est devenu en quelques jours le porte-drapeau de la lutte contre la France insoumise, alors qu’il s’agissait au départ de commenter la fin de la période d’essai d’une journaliste.


  • disproportionné: quelques dizaines de milliers de vues sur YouTube pour un travail mené par une poignée de personnes après seulement 6 semaines d'activités ne peut pas justifier autant d’efforts pour le discréditer. D’une manière un peu triste nous venons d’avoir la preuve que le média est ce dont nous avions besoin pour réveiller les citoyens et préparer la prochaine présidentielle. Jamais un journal écrit ou une radio n’aurait provoqué une telle hystérie. C’est donc que le format est le bon. Un 20h très politique, quotidien, et des documentaires exigeants intellectuellement avec des chercheurs, des syndicalistes, des artistes, etc...


  • insultant: partout les journalistes du média sont présentés comme des minables amorphes subissant le diktat idéologique du méchant Mélenchon et des exécuteurs des basses œuvres Chikirou et Miller. Pourtant ce sont des professionnels respectés qui ont quitté quelquefois de confortables salaires pour créer un média indépendant. Ils sont de différentes origines, âges, sexes, confessions. Ils ont des opinions politiques variées. Et ils s’expriment et revendiquent cette indépendance. Pourquoi les médias de l’oligarchie ne leur accordent le moindre crédit? Ils seraient de tels abrutis? La qualité de leur travail quotidien prouve le contraire. Mais tous les braves sociaux démocrates si attentifs à la liberté d’expression leur dénient le droit de faire exactement le travail qu’ils souhaitent faire. Étonnant non? Le regretté Desproges s'en donnerait à coeur joie avec des clients comme Schneidermann.


  • pathologique: devenu emblématique de la bronca du système du fait de sa publication effrénée par les officiels du régime, le texte de Schneidermann ci dessous révèle quelque chose d’un inconscient assez passionnant à observer. On est ici entre le délit de sale gueule, le règlement de compte personnel, la faillite intellectuelle d’un ancien journaliste incapable d’en rester aux faits voire simplement de partir des faits, le ton faussement ironique qui est en fait purement insultant mais correspond bien à cet entre-soi bobo qui méprise la gauche, le vocabulaire révisionniste qui montre que de nos jours tout ce vaut, qui montre que le bolchevisme et son cortège de drames, de souffrances, de désolation, peut être appliqué à la création d’une entreprise de presse, qui montre qu’on peut insulter n’importe qui avec n’importe quoi pourvu que chacun reste à sa place et qu’il n’y ait surtout pas d’alternative. Bref, il faut être très malheureux et sans espoir pour s’abaisser à ce point. Et beaucoup de gens sont dans cet état parmi les bileux anti gauche. Je pense à des Joffrin ou des Cohen.


  • libérateur: les gens se positionnent clairement par rapport à cette caricature et renouvellent leur soutien au média, mais aussi dénient à Schneidermann le statut qu’il s’est forgé de chevalier blanc de la liberté d’expression. C'est sur son propre site, à hauteur d’environ 80% des plus de 200 commentaires. Peut-être 90%. Quelque chose est cassé dans le jeu de dupe et cet épisode laissera des traces. La nouvelle tête de gondole des excités anti Mélenchon aura participé à la mise à jour de leur vacuité à tous. C’est toujours ça de pris.


Pour finir par du vrai journalisme, je vous recommande le journal de Vendredi soir du média qui traite notamment du sujet du boycott citoyen et mentionne une initiative bien précise assez passionnante à première vue: https://fr.wikipedia.org/wiki/I-boycott


Ci dessous le texte de Schneidermann, qui finit quand même par « mort aux faibles » pour illustrer sa vision du management du projet du média. Ce type est dangereux.


Tous ces gens n’ont que l'insulte comme projet de société. Espérons que l’on pourra les calmer un peu dès demain avec l’arrivée d’un nouveau député insoumis à l’assemblée. 


un bon weekend,


Deeplo.

On  peut penser et dire ce que l'on veut, sur le ton que l'on veut, de LEMEDIA, de JLM, du  film de G. Perret...et de bien d'autres personnes ou de leurs productions, ... il y aura forcément des conséquences.

En conséquence pour moi, je pense que les abonnés d'ASI ne payent pas pour trouver ici une critique des medias oubliant ou déformant plus ou moins les faits (comme dans la chronique d'A. Gunther ) avant d'énoncer ex cathedra une vision politique sensée faire peur, voire horreur !

Enfin, s'il y a des abonnés prêts à poursuivre,  grand bien leur fasse !

Il se trouve que mon abonnement expire en ce moment ou même devrait être mort (depuis que beta préside je ne sais plus ou j'en suis) et c'est avec déchirement que j'ai décidé de ne pas le renouveller !


Ouah ! Bolchevisme ! PCF des années 60...


Dois-je me désabonner d'ASI pour devenir socio et participer à une telle aventure ! Le Media va t-il incarner le Bolchevisme du XXIeme Siècle et donc incarner une révolution qui changera la face du monde ? Va t-il avoir autant de portée que le PCF des années 60 ?


Attention à ne pas dépasser les points Godwin. Perso, je me suis abonné chez vous pour y lire une analyse des médias et non un florilège de titres accrocheurs et putaclics.


Et puis il y a un côté chasse au sorcière, de sauter avec la meute sur le premier couac venu d'un média qui n'a pas les mêmes sabots que vous.



« Un pack de millenials » ; « Étaler son ressenti » ; « Est émue juste ce qu'il faut » ; ...  et autres. Et la conclusion  « Maintenant, chacun le sait au fond de lui, on va rester entre soi, dans le combat, et mort aux faibles ».

Soutien sur votre "Bigbangblog" en juin 2007 avant même la création de ce site quand vous aviez été évincé de France 5, puis parmi les premiers abonnés d'@si, puis très heureux de voir la première émission vidéo avec Maya espérant que cette nouveauté d'@si puisse se concrétiser en émissions régulières... c'était il y a longtemps. Depuis @si semble être devenue une succursale de Libération de Drahi ou du Monde de Niel.

Votre article n'est pas une critique. C'est une charge dégueulasse utilisant les mêmes éléments de langage foireux que vous condamniez jadis.


Je n'ajouterai qu'une chose car beaucoup ici ont déjà dit ce que je crois juste à votre propos. Par ailleurs, c'est dans les commentaires aussi bien ici qu'ailleurs que j'ai pu lire des critiques constructives sur le Média, des critiques qui mettent en avant ses faiblesses, souvent sans prendre de gants, et qui sont très intéressantes. Mais vous... comment dire... ça pue l'aigreur de celui qui fût fort d'une armée de soutien et qui réalise impuissant que tout ce qu'il a construit se délite à cause de lui, de son hypocrisie et de sa lâcheté. Alors comme tous les faibles vous retournez voir vos maîtres et leur donnez des gages de soumission en espérant qu'ils vous réintègrent. S'il fallait entendre « mort aux faibles » dans ce sens alors oui, une mort symbolique, la votre. Paradoxalement, votre conclusion serait alors un message d'adieu.

Je ne renie pas mon soutien d'il y a plusieurs années car le projet était beau mais aujourd'hui je me sens insulté, trahi, vous n'avez plus ma confiance. Or la confiance, vous le savez certainement sinon je vous l'apprends, c'est comme la vie : quand on l'ôte elle ne peut revenir.

Je vais très certainement me désabonner et faire comme l'a dit ici un ou une autre asinaute : basculer mon abonnement à Asi vers Le Média en y augmentant ma contribution mensuelle.

PS : la version béta de votre site est calamiteuse. Ça aussi on vous l'a dit mais vous restez silencieux à ce propos. À regarder sa configuration il semble provenir du même prestataire qui a aussi fait le site tout aussi calamiteux du Média. La différence c'est l'honnêteté. Vous ne semblez pas admettre que vous vous êtes planté alors que Sophia Chikirou assume, elle,  face à ses abonnés (socios) en reconnaissant l'erreur et en se désignant seule responsable de ce mauvais choix sans cacher les pertes que cela occasionne au Média. Et vous parlez « d'entre-soi » à propos de ceux qui travaillent au Média... Allez courage faites en de même !

Et les (in)soumis qui continuent à pourrir tous ceux qui osent critiquer LFI et son média.


Certes, ASI n'est pas le mieux placé pour parler du cafouillage du média et du caracteère fictif de la "transparence", vu le désastre qu'est ce nouveau site. Et la référence bolcheviks/mencheviks a l'air de laisser patois pas mal d'asinaute qui ont du oublié leurs cours d'histoire sur la révolution russe.


Donc pour ces derniers, petit rappel, ces deux termes font référence à deux factions du Parti ouvrier social-démocrate de Russie qui se sont opposés lors qu'un congrès en 1903:

- menchevik = minoritaires

- bolcheviks = majoritaires


Dans le cas du Média, on a bien une scission entre les partisans de LFI, majoritaires au Média (comme sur ce "forum" d'ailleurs) et divers personnalités issus d'autres courants de la gauche qui avaient cru à un média pluraliste et qui comprennent aujourd'hui que Miller et Chikirou ont tout le pouvoir et entendent contrôler la ligne politique du Média.


Plutôt que de taper sur DS,  de menacer de se désabonner, de reprendre les éléments de langage de LFI, les (in)soumis ferraient mieux de se rendre compte que ce n'est pas avec de telles méthodes que se fera l'union de la gauche, et que si ce qui compte, ce sont vos idées, alors il faut critiquer et non défendre Chikirou et Mélenchon lorsque ceux-ci ont des positions disons pas très compatibles avec les valeurs de la gauche, avec en particulier:

- le possible détournement de fonds de la part de Chikirou (comme pour Pénélope Fillon, on aimerait bien que celle-ci puisse justifier d'un travail à la hauteur de ce qu'elle a été payée)

- la reprise de la propagande pro-Assad en Syrie plutôt que de défendre les opposants à ce dictateur sanguinaire

- le renvoi aussi brutal que soudain d'une des principales journalistes (et "caution" d'une certaine ouverture) du média, qui s'était investie à fond pour que le Média puisse voir le jour et qui se voit aujourd'hui bien mal récompensée pour ses efforts





J'avais commencé à vous répondre avant d'avoir lu la fin de votre message tant vos affirmations demandaient des justifications mais en lisant la fin de votre message et vos conseils pour rassembler votre "gauche"... j'ai lâché l'affaire... j'ai compris que c'était un gag... vous m'avez bien eu, trop drole.

moi idem. quand on sera tous partis, ce sera le washington post ici

La fin de mon message vous dérange ? Faut-il donc en déduire que vous approuvez les détournement de fonds, la bienveillance envers Assad et le licenciement d'une personne qui travaille bénévolement pendant des mois puis se fait lourder du jour au lendemain ? Une personne de gauche un tant soit peu lucide sur la situation ne peut qu'être d'accord avec moi sur ces points.


Non, non Tristant, relisez-moi. Je vous rassure, je suis nullement dérangé par la fin de votre message. Elle m'amuse et votre réplique m'amuse encore davantage. Dites moi où est la caméra cachée que je lui fasse coucou.

Dites moi où est la caméra cachée que je lui fasse coucou.


A votre gauche, cachée dans la machine à café. Coucou !

Juste après les éléments utiles de cours d'histoire ... votre discours dérape sans prévenir, sans donner la preuve des faits qui pourraient justifier votre cri d'alerte...

Où allez vous de ce pas ? et où voulez-vous nous emmener ?

Certains ci-après pensent que vous plaisantez... Rien dans votre formulation ne le dit à part l'outrance de vos accusations  : rassurez-moi : sérieux ou pas sérieux ?


mon commentaire s'adressait à Tristan Le Gall...

Là aussi le fil a dérapé !

rassurez-moi : sérieux ou pas sérieux ?


Notre cher Tristan Le Gall souffre d'un complexe qui semble lui faire croire qu'il est disposé à distribuer les bons et les mauvais point en matière de "gauche".

La seule existence de LFI semble lui causer des ulcères et explique pourquoi il écume de rage çà et là en l'invoquant (et le pointant du doigt, surtout) dès que possible.

On peut comprendre qu'à hauteur de 6% lors des présidentielles, les brûlures soient tenaces.

Il n'y a aucun dérapage ni outrance dans mon propos. S'il y a eu dérapage, c'est le fait de quelques personnes au Média. Et s'il y a des outrances, ces surtout dans les réactions des asinautes qui sur-réagissent à une chronique de DS qui n'est certes pas bonne mais ne mérite pas toute cette violence dans les réactions.


Sérieusement, ce forum est collector.

"Sérieusement, ce forum est collector." = Le seul endroit où je suis d'accord avec vous.
Un magnifique incendie allumé par Daniel Schneiderman.

Tristan l'égal a lui-même, c'est à dire un commentaire plat et obsessionnel.

un entretiens de Lancelin qui etait apprécier ici avant qu'elle se positionne a gauche ; https://youtu.be/iBqDp_pSTxc

Plutôt que de taper sur Le Media, le boutiquier craintif , qu'est devenu Le leader Maximo.... Ne ferait-il pas mieux de s'occuper de son site et de son forum..... Car on peut qualifier le changement d'accident industriel

D'autre part , cette fixette acârîatre sur le média ne révèle -elle pas d'une sombre inquiétude pour la perènité du fond de commerce d'Asi...... l'info alternative , plutôt à gauche.... Et là on peut dire que l'on a une épée en stratégie à la lecture du forum.....

IL semble que le leader Maximo soit journaliste....Mais me semble assez peu informé..... Donc pour sa gouverne le Ps a fait 6%, le Pcf.....Pffff.....Et que d'insulter 20% de sa clientèle probable et d'une connerie à l'image de cet article.

Un bolchéviste plus très cool et qui de mieux vous emmerde cher Daniel.

ça veut dire quoi 'mencheviks' ? réellement je ne comprend pas . 

@Shuppy, réponse au texte suivant que vous m'adressiez ce matin: 


"En attendant que vous ayez la possibilitée de foutre en camps de rééducation "les deux ou trois retords" la sortie, pour vous, c'est tout au fond à gauche". 



Cher Shuppy, 


je trouve que votre vulgarité s'accorde bien à votre absence d'arguments. Ton sur ton en quelque sorte. C'est d’ailleurs ce genre d'association, inculture, propos orduriers et vacuité, qui favorise l'éclosion des régimes totalitaires que vous évoquez dans votre texte en atteignant le point godwin à la vitesse de l'éclair. 


Belle performance en une vingtaine de mots. Tout un univers mental et intellectuel résumé en un petit crachat de cours d'école. 


Mal élevé mais passionnant. 


Comme beaucoup de sociaux-démocrates auto proclamés vous semblez ignorer que l'ostracisme n'a jamais permis d'avancer. Ce n'est pas ils sont avec nous ou contre nous. Or tout satisfait de vos victoires idéologiques enchainées ces dernières années grâce à Sarkozy puis Hollande, aujourd'hui Hamon et Macron, vous vous comportez en saigneur et maitre. Petit coq de la basse cour néolibérale vous en êtes arrivés à considérer que le débat d'idées vous appartenait au point de montrer la porte à ceux qui vous incommodent. Vous marquez votre territoire et installez les barbelés sur la prairie.  Aux murs physiques que construisent vos gouvernants vous ajoutez des murs mentaux.


En commandant la "sortie" à votre interlocuteur, celui que vous vous êtes choisis d'ailleurs, vous montrez le visage de ceux qui s'acharnent contre la France insoumise, ceux qui ne tolèrent pas qu'un média indépendant naisse sans être financé par un parti ou un mouvement politique, ceux qui considèrent que tout se vaut et que l'information doit rester la propriété de leurs maitres, ceux qui trouvent toujours une raison pour faire taire les lanceurs d'alerte, les courageux, les militants, les idéalistes, les syndicalistes, etc... Pour vous, il s'agit de faire taire à tout prix: la dissidence doit être combattue. 

Pour reprendre votre facilité à comparer les épisodes historiques, cette époque pue les années trente. Et vous Shuppy, vous êtes l'avant-garde. Aujourd'hui vous me montrez la sortie vulgairement, au moyen d'une petite éructation, demain quelles seront vos méthodes?


Heureusement, comme le montre ce forum, la résistance s'organise. Il reste un recours démocratique à la main mise des gens comme vous sur nos vies. 19% des citoyens l'ont compris récemment. Et je comprends que cette alternative rende nerveux les petits soldats du système, qu'ils nous accordent une telle importance, qu'ils fassent de nous les destinataires exclusifs de leurs vieilles haines recuites. 


Pas surprenant dans ce contexte qu'un article aussi aigri et sinistrement démagogue puisse être commis, diffusé et repris par les pires réactionnaires de votre oligarchie. Pas étonnant non plus qu'il s'attire des défenseurs de votre niveau. Car cet article aurait pu être écrit justement par un employé de valeurs actuelles ou du Point. C'est un article qui attise les haines et qui désinhibe des gens comme vous. Un article qui encourage la vulgarité et la violence.


Cela dit, d'une certaine manière, on a besoin de vous Shuppy. 

Peu d'entre les ennemis de la gauche ont votre allant, votre franchise, votre enthousiasme! Votre participation au débat est importante et je suis certain qu'aucun militant de gauche ne la remettra jamais en question.


Alors persévérez! Faites des amalgames, insultez, ostracisez. Et pour progresser, vous trouverez des éléments de langage à chaque coin de rue: chez Hamon et son ami Valls (il intriguait pour l'aider à devenir premier ministre), Jadot, Castaner, Darmanin ou autres Le Drian, Cohn-Bendit, Minc et compagnie, mais aussi chez Le Monde, Apathie, Joffrin, Dély, Brunet, BFM, France 2, Washington Post, FT, ... et bien sûr chez Schneidermann.


Avec mes sincères encouragements Shuppy, 

insoumisement votre et sans rancune, 

Deeplo.

Autant de commentaires sur ce nouveau forum qui ne donne franchement pas envie, c'est effectivement un exploit. Schneidermann a réussi son pari :-)

Bientôt 200 commentaires...


Tous, ou presque, vraiment furibards après ce que devient @si, tant sur la forme (une indicible horreur!), que sur le fond (en gros: "on essaye de pas trop se démasquer, mais on a du mal".


Ça rappelle les grands moments de MDP, quand la rédaction, faisant écran à Plenel, insultait carrément les commentateurs indignés pendant la dernière Présidentielle.


Ça rend pas forcément optimiste, hein....

En effet, je suggère une "mise en scène" inspirée du Média, avec tous les acteurs d'ASI, du grand journaliste à la claviste (celle de Libé, qui mettait con grain de sel bienvenu dans les articles). Ils inviteraient aussi tous ceux qui sont partis à venir sans rancune faire une petite apparition amicale. Nous, les abonnés, on cliquerait (ou pas) pour rendre la vidéo librement accessible, et surtout, dans une grande assemblée générale virtuelle (ou pas) on mettrait tout à plat pour modifier ce qui ne nous plaît pas et donner libre cours à notre créativité naturelle.

Tiens, DS sur la 2, aux côtés de Salamé...Pourquoi pas?

Ça expliquerait (un peu) son air complètement absent tout au long du long naufrage que vit @si, avec son logiciel totalement à l'Ouest....


Oui...DS sur la 2..."Bientôt disponible"...;--))

L’unanimité des commentaires fait plaisir à voir. A part deux ou trois retors qui manient l’humour à la hache et tordent les arguments comme des permanents de Solférino, tout le monde comprend que l’on assiste à la clarification nécessaire depuis pas mal de temps. La haine de la gauche a dévoyé le site qui, dans la forme comme dans le fond, n’est plus qu’un énième instrument de la propagande néolibérale. En bon élève de Salamé, Scheidermann est bon pour intégrer l’équipe de France 2. Gageons qu’on Cohen ou un Demorand lui ont déjà fait des avances. Commencer en parangon de vertu et finir en clown du système, quelle pantalonnade...

Non, là non. C'est quoi cet article ?

Ça méritait une petite enquête, non ?

Vous partez vite en besogne, et imitez les éditorialistes foutraques que vous combattez depuis des années. Ça ne repose sur rien d'autre qu'une impression bourrée d'a prioris. Vous n'aimez pas le media, d'accord, mais ce n'est pas une raison pour lui imputer des trucs pareils à la va vite. Un peu d'honnêteté, Daniel. Ce serait triste d'en arriver à devoir faire un ASI sur ASI... Votre chaîne est formidable, d'utilité publique. Ne brouillez pas ce phare avec je ne sais quelle affaire d'ego.



merci pour cette chronique DS, qui n'est certes pas votre meilleure mais  les commentaires valent leur pesant d'or.  


comme diraient les millenials : /popcorn




Aux nombreuses critiques de cette chronique, je ne vois pas quoi rajouter... En effet très mauvaise et inutile!

En fait nous sommes nombreux-ses (il semblerait) à attendre une telle émission meta sur ASI: pourquoi ce tel empressement à changer de site aux 10 ans, avec comme effet collatéral le départ (volontaire? forcé? "purge" si on veut utiliser les mêmes clichés que ceux de la chronique?) de plein de bons journalistes pour ne garder qu'un trio un peu trop novice, qui ne s'en sort pas si mal malgré tout ce qu'iels ont dû traverser (heureusement qu'il reste quelques chroniqueurs.euses). Dans quelles conditions cela s'est-il fait? Que va-t-il se passer ensuite?


Il y a quand même un petit rappel à faire: à la base, nous abonné.e.s payons pour le matériel nécessaire aux émissions et pour les salaires des journalistes, censé.e.s donner une vision CRITIQUE des médias (et pas un copier-coller comme ce 9:15). Pas pour un nouveau design de site qui ne donne plus envie de venir. Si seulement la qualité et la quantité n'étaient pas en train de baisser...

Programmez svp cette émission meta au plus vite cher DS, et n'oubliez pas de faire un tour sur le divan et de lâcher Twitter ! ;) ;) ;)


PS: quand on veut attirer les millenials (et j'en suis un) sur ses émissions en invitant Usul, on ne se permet pas de critiquer celleux qui leur donnent la parole... Et surtout on ne leur permet pas de programmer en API, quelle horreur!

Ben non. Pour moi sans conteste la meilleure émission du Média jusqu'à présent c'est ça.

Au point où vous en êtes, consacrez au moins une nouvelle émission au Média où vous, chers Daniel et Capucine, pourrez vous en donner à coeur joie.
Vous nous y ferez l'honneur de détricoter le mode de travail stakhanoviste qui anime leurs employés, et qui explique les burn-out dont parle Aude Rossigneux dans son courrier. À cela vous ajouterez les avantages en nature dont bénéficie la nomenklatura composée du quatuor Chikirou/Vilgrain/Poulain/Miller, et vous n'oublierez pas de mentionner le goulag auquel l'ex-tête du 20h est désormais condamnée.


Bien entendu, je ne saurais que trop vous recommander d'inviter à cette occasion des Laurent Joffrin, Xavier Niel ou encore Raphaëlle Besse Desmoulières, qui sauront nous faire partager leurs brillantes analyses objectives de la situation, ça nous changera un peu du stalinisme ambiant de ce nouveau "pure-player" aux accents trop rougeâtres pour être honnête.


Blague à part : votre chronique pue la vieille bile aigre et est d'une médiocrité rare.
À ranger aux côtés des articles du Figaro lors de la dernière ligne droite avant le premier tour des présidentielles.

Je suis abonné et consulte ce site depuis plusieurs années, parce que la mission qu'il s'est donné depuis son existence télévisuelle me paraît salutaire dans la marasme médiatique de plus en plus accentué.
Si je dois encore trop longtemps y venir pour y lire vos billets d'humeur mal agencés, mal racontés et malhonnêtes, très peu pour moi.

Je ne vois pas l'intérêt de continuer à payer pour ce que je peux obtenir gratuitement à chaque coin du net.

Tiens, le 9.15 n'est plus écrit par Schneidermann mais par Apathie.


(relisez-le avec l'accent du Sud-Est et cela devient nettement plus rigolo ;-) )


Note: je ne suis ni Socio, ni Insoumis, juste de gauche et fan d'ASI depuis plus de 20 ans, abonné des débuts et j'aimerai bien que cela continue, donc cela serait bien de s'atteler à l'auto-critique et faire votre boulot d'analyse au lieu de hurler avec la meute. (petit conseil amical pour améliorer la situation en 2 temps 3 mouvements : arrêter Twitter)


 Merci d'avance pour votre compréhension ! :-)

Et j'ajoute que, de plus en plus, on a l'impression  d'une... convergence: radios, télés, médias divers. J'ai appris que "Mélenchon est monté de 4 points dans les sondages". Et ça m'a rappelé la campagne présidentielle, quant sa candidature a commencé à être prise au sérieux et qu'il a progressé assez fortement d'un coup (toujours dans ces foutus sondages). Je m'étais dit aïe, il va pleuvoir des pierres. Et ça n'a pas manqué. Ouais, je sais, c'est du complotisme de suggérer que c'est pas une simple coïncidence.

Aude Lancelin est bien présente sur le plateau (elle est grande, dis donc). 

Y'a un rapport avec le fait qu'on nous avait annoncé qu'elle viendrait sur ASI ?

DS, vu le nombre de départs de journalistes, chroniqueurs et autres techniciens, et son silence suite à cette refonte catastrophique du site, ferait mieux de balayer devant sa porte plutôt que de troller, qui plus est bien après la bataille. 

C'est bête, hein, j'ai regardé la vidéo avec Chikirou et ses collègues et j'ai eu envie de leur envoyer un message de sympathie, voire quelques sous. Zavaient pas trop l'air d'indomptables bolcheviks, mais plutôt d'une équipe partagée entre une certaine mise en scène (comment se filmer sans poser?) qui les mettait mal à l'aise et une évidente sincérité. Des gens qui ont pris un sacré coup de bâton, et qui hésitent entre "c'est rien, ça va aller" et "ça fait mal quand même". 


Après je me suis étonnée: c'est daté du 26 et on en entend parler seulement aujourd'hui? Ah, mais a été mis en ligne plus tard, "à la demande des socios". Donc, c'était destiné prioritairement à des souscripteurs, qui ont jugé que ça pouvait, que ça devait être diffusé. La démarche est différente, il ne s'agit pas d'auto-justification, mais de rendre des comptes à des souscripteurs et de tenir compte de leur avis. 


Enfin, je m'interroge sur la version donnée par Chikirou: ils ne s'attendaient pas à ça, ils ne pouvaient pas s'y attendre, puisqu'ils s'étaient mis d'accord avec Rossigneux sur une série d'émissions sur la santé, dont le premier épisode, sur le Levothyrox, était même fixé. Soit c'est vrai, soit c'est faux. Si c'est faux, ça va être assez facile de s'en assurer. Si c'est vrai, c'est la lettre de Rossigneux qui en prend un sacré coup. 


Ya un journaliste pour vérifier tout ça et l'analyser au lieu de sortir des lieux communs  sur Mencheviks et Bolcheviks?

40 ans, c'est pas des Millenials, hein. 

Ca fait toujours drôle, des fois Daniel a des "retours d'acide" de sa période Enfin pris: il se met à écrire n'importe quoi....mauvaise foi, provocation idiote, mépris de toute forme de pensée critique ou d'action alternative, effets de style torchés sur un coin de table ...


Non seulement l'edito est complètement indigent dans son fond - la référence au bolchos, on dirait du Joffrin dans le texte, -et dans la forme, c'est très mal écrit et complètement ringard (cf la "gauche arc-en-ciel", pourquoi pas la gauche "mon petit poney", ou la gauche "licorne rose"?, les références aux "millenials" ou à la "coolitude"...typique du sexagénaire paternaliste qui est en même temps terrorisé à l'idée d'être largué).


C'est Lordon qui avait dit un jour que l'éditorialisme - le fait de devoir écrire quotidiennement quelque chose de forcément intelligent, ce qui est structurellement impossible - était le passeport le plus direct vers l'idiotie ontologique.



Cher Daniel, j'ai tenté de vous alerter autrefois . Les conceptions horizontales de cette gauche supposément alternative recouvrent le plus souvent une gestion verticale parfaitement opaque. Il était temps de s'en rendre compte. A quand un article sur le fond ? 

Voici ma réponse personnelle : "Chère Madame Chikirou, la Ghouta n'est pas une "ville", c'est à la limite une "banlieue", en fait il s'agit d'un ensemble de quartiers populaires ouvriers et de villages agricoles en périphérie de la cité bourgeoise de Damas. Vous considérez que rien ne filtre du quartier et que donc les informations dont on dispose sont invérifiables, par contre, vous paraissez sûre qu'il n'y a que des "jihadistes et des salafistes". Cette contradiction fondamentale devrait vous éclairer sur le déséquilibre de votre point de vue sur la situation.

En réalité, réduire 6 ans d'insurrection de la majorité ouvrière, agricole des quartiers Est et des campagnes de toute la Syrie des plaines sunnites à des "jihadistes et des salafistes" reviendrait, toute proportion gardée bien sûr, à qualifier Le Média de "tous des staliniens et des maoistes", ce qui n'est évidemment pas le cas, n'est-ce pas ? Cette insurrection est d'abord et avant tout le fait de la majorité prolétaire de Syrie, comme en Tunisie (avant que ce ne soit récupéré par la bourgeoisie tunisoise), comme en Egypte, comme au Yemen, comme au Bahrein. Le régime, pour survivre, s'est appuyé sur la bourgeoisie locale, sunnite des grandes villes, et les communautés confessionnelles chrétiennes, bourgeoises, en les terrorisant à la perspective d'une prise de pouvoirs des bouseux sunnites. Sa communauté paysanne alaouite a été prise de force comme chair à canon pour servir à la défense de ces intérêts de castes et de ces intérêts de classe. Pour ce faire, il a communautarisé et confessionalisé un conflit éminemment politique et de classe, dans l'unique but de survivre. Il se trouve que ces communautés chrétiennes jouissent de réseaux dans les grands pays chrétiens (comme la France et la Russie, surtout) et qu'elles se servent de la peur du "jihadiste et du salafiste" martelée à longueur de journée, pour servir leurs intérêts. Il se trouve que les insurgé.e.s pauvres, musulmans et uniquement arabophones pour la plupart sont étrangement moins audibles, et qu'on a moins d'analystes venus de la Ghouta que des beaux quartiers de Beyrouth. Pour en venir au fait, voilà, votre cher analyste est conditionné par ces structures de classe et de caste ethno-confessionnelle, il a peur que les bouseux prennent le pouvoir.

Ce qui lui permet de combattre l'armée syrienne, lorsqu'il s'agit d'un grand pays pauvre voulant se servir sur la petite suisse locale. Par contre, comme nombre de Franco-suisse, il vote Macron ou Sarkozy pour ce qui se passe en Syrie. Ce que je dis n'est pas diffamatoire, c'est très clair lorsqu'on écoute son discours qui n'est pas seulement biaisé par ses intérêts et peurs de classe. Il manipule effrontément les faits, et n'hésite pas à mentir en s'appuyant sur l'ignorance de vos téléspectateurs non-arabophones pour s'en sortir

Il place en symétrie les médias occidentaux, qui seraient anti-bachar et les médias arabes qui seraient pro-bachar. C'est complètement faux, les régimes (et les peuples, pas pour les même raisons) des pays arabes honnissent les Assad. Cette comparaison fausse n'est pas gratuite. Il s'agit de s'appuyer sur l'anti-impérialisme et le post-tiers-mondisme, pour se positionner comme la voix des arabes et faire de Bachar le chantre de la lutte anti-occidentale. Or, comme je crois avoir essayé de le montrer ici, c'est exactement l'inverse, c'est le régime et ses soutiens de classe dont votre analystes qui sont les défenseurs de l'identité occidentale. Nous attendrions d'un média prolétarien qu'il applique les raisonnements français aussi aux arabes, et fasse ainsi preuve d'anti-racisme réel : les arabophones musulman.e.s qui ne se déguisent pas en européens ne sont pas tous des barbares, peut-être que ce qu'ils disent a aussi de la valeur, et ce qu'ils veulent, c'est vivre libéré d'un régime fasciste et bourgeois.

Et c'est pourquoi ils.elles refusent de céder, et préfèrent quiconque vient les aider, y compris des jihadistes, aux bouchers du régime. Et certainement pas, comme vous le supposez honteusement, par un principe de "bouclier humain" : l'argument qu'emploie l'Etat d'Israel contre les insurgés palestiniens depuis 30 ans. Peut-être qu'être de gauche c'est aussi laisser parler les prolétaires et les gens dont la culture n'est pas formatée par l'occident (et donc peut-être de vérifier les informations arabes avant de laisser dire des mensonges... et donc peut-être ne pas rester qu'entre chrétien.ne.s et bourgeois.es...

Quant à la conclusion ridicule de votre analyste, qui renvoit dos à dos la propagande du régime et les vidéos du peuple insurgé de la Ghouta, on ne vous demande pas de faire du spectacle, personne ne vous force à montrer ces vidéos; par contre vous avez le droit de ne pas renvoyer dos à dos le violeur et la violée, le CRS et le manifestant..."

Finalement, à Hamon je préfère Macron, à Valls je préfère Le Pen, à Niel et Drahi je préfère Minc, et à Scheidermann je préfère Apathie et BHL. Tout sauf ceux qui oeuvrent à  la victoire des malfaisants en se parant de vertus.

Vous vous y mettez aussi ? Déception. Je suis parmi vos premières abonnées. Vous avez le droit de critiquer Le Media. Mais pas de cette façon, en employant un vocabulaire aussi stupide, et en écrivant un article assez vide de sens. Décidément Le Media gêne, même vous. C'est d'une certaine manière réconfortant !

tout le monde devient barge... je retourne dans ma cambrousse.

On attend l'émission d'@SI en direct sur la crise "beta" qui dure depuis la refonte du site. Pour certains nous avons fait des dons lorsque vous en avez demandé, mais bon on n'est pas socios donc vous n'avez pas de comptes à rendre sans doute.

Je suis bien embêté...


La Télé? c'est mort pour moi depuis longtemps...

Les Journaux? juste  envie de vomir sur "les 9 milliardaires"...

La Radio? limite du supportable...


Me reste (me restait...) Internet...


Mais @si, que j'ai bien aimé, semble basculer vers la doxa dominante. Sniff...

Quant à MDP, il reste de quoi lire, mais le spectaculaire soutien à "qui-vous-savez" pendant la dernière élection m'a fait tellement bizarre que...beuark!!!


Bref...quelle mouise!


Heureusement, y a un p'tit nouveau qui a l'air prometteur(?)...du coup je lui ai envoyé trois sous, et me v'la "Socio" , et je tente d'y croire encore un peu...


en réponse à HMG ci-dessous le      

        

                            

      

"millenials" : kèsako ? 



D.S va faire soixante ans le mois prochain. Pour fêter ça il va certainement  nous offrir enfin une version acceptable du  site corrigée par un équipe de "millenials" c.a;d. de gens élevés au biberon du numérique (donc au voisinage et un peu avant un miilénaire pourtant déjà lointain) en remplacement de celle  de  bras cassés dont nous supportons encore la construction cauchemardesque.


D S dévoile ici sa vraie nature bien ancrée dans la doxa en faisant des amalgames odieux. On s'en doutait un peu... elle s'affiche dans des articles ou émissions divers. Donc, je ne rajouterai rien à ce que la majorité des internautes lui reproche, néanmoins poserai  des questions  : anti-communisme primaire ? Jalousie par rapport à ce supposé "frère" (je n'ose camarade !) de l'information ? Suicide journalistique ? Ou tout cela à la fois ?

Mon abonnement se termine et je ne le renouvellerai pas. Je préfère augmenter mes parts au Media !

Bon, faut bien faire le travail d'@SI, c'est à dire contacter les personnes concernées afin d'en déduire quelque chose .. ou pas.

Alors ce n'est pas un licenciement : http://www.liberation.fr/checknews/2018/03/01/est-ce-qu-aude-rossigneux-a-vraiment-ete-licenciee-par-le-media_1632960    (Aïe libé fait votre travail !)

Après libé, wiki : Selon Gérard Miller, il était prévu dès le départ que la présentation du Journal serait « tournante ». Lorsqu'il a été annoncé une réorganisation, Aude Rossigneux « ne voulait pas faire autre chose » selon lui. Miller affirme également qu'une autre émission avec elle était envisagée

Mamère est parti par pur soutien envers Aude rossigneux  (ancienne le point, l'EXPRESS, Moatiologue, parisien) qui ne souhaitait passait le témoin dans le cadre d'une présentation tournante (pas de star chez les gauchos).

Alors c'est mieux ou pas ?

Si wiki ou libé font le travail d'@SI ça sent le roussi.

Daniel qui se met à nous ressortir les mêmes saletés que les pires des trolls de droite c'est quand même assez lamentable pour être signalé.

Ils sont cons, au Média. Une crise? : Réunion de tous les rédacteurs à 18.00 en direct sur Youtube?, rien que ça.

ça va pas, non?

On la ferme, on fait le mort et on attend venir!


Et après deux-trois jours on peut certainement s'attendre à un billet élogieux de DS, grand spécialiste en gestion de crise.

wi azoy redt man vegn di tsores, di mentcheviks... bolsheviks 


Des gros mots, y a t il un point Godwin qui ramène automatiquement aux bolchos


Bien sûr la formule de l'équipe du Média est étonnante mais il faut la remettre dans son cadre: l'équipe vient rendre compte aux "socios"


Étonnant que cela ne soit pas arrivé ici alors que nous avons dû nous armer de patience face aux difficultés du site d'@SI


Mais toute cette histoire n'est pas sans intérêt car elle nous dit que le monde change et que ces millenials sont justement "droits dans leurs bottes" et que la macronie ne va pas se dérouler comme un beau papier à musique, une espèce de Pierre et le Loup avec un unique récitant, et un public captif, et une presse aux ordres


Schneidermann avec ce texte s’attribue le role de chef de meute hamoniste. Sus à la gauche et tout ce qui pourrait sortir de la doxa atlantiste. Le choix des mots et du ton dans ce billet font la preuve d’un grand mépris, un mépris quasi pathologique, et la preuve d’une médiocrité intellectuelle effrayante. Car enfin, qu’est ce qui justifie de consacrer autant de méchanceté à une quinzaine de n journailstes tentant de renouveler le métier alors que 95% de la presse appartient à ceux qui coulent la planète et jettent les gens à la rue? Ce combat des bobos néolibéraux, complètement fanatisés, est repoussant. Comment on se désabonne?

Je me permets juste de poster ici le commentaire d'une connaissance :


"Tiens, je vois que le dernier texte de Daniel Schneidermann contre Le Media fait un tabac. Il faut dire que les mots sont rudes, bien envoyés. Non, mais qu'est ce que c'est que ce media qui donne la parole et collabore avec des pro-fascistes et des propagandistes des dictatures ?
 Bon on relira quand même cette tribune du même Daniel Schneidermann, en 2013, il y a cinq ans, donc, il y a trois siècles.
 Où il défendait becs et ongles Frederic Taddei mis en cause pour avoir invité des gens comme Dieudonné , qualifié d'"humoriste", ou Nabe qualifié d'"écrivain". Et Soral de "publiciste inclassable". Sérieusement, inclassable en 2013. Il y a cinq ans, il y a trois siècles, donc.
 Quand toute une gauche radicale mettait en place ce qui allait permettre à la France Insoumise d'exister et de prospérer. Quand ça parlait de l'obligation de donner la parole aux malheureux "bannis" fascistes et antisémites.
 Bel unanimisme décidément que celui qui entretient les racines du mal et fait une nouvelle fois passer les problèmes pour la solution.
 Cracher sur Mélenchon avec les promoteurs initiaux du fond de commerce rouge brun, si c'est ça le front anti-France Insoumise, ça va être super productif, tiens. Je suis sûre que ça aboutira au moins à trouver un autre nom à tout ça que la France Insoumise. La Gauche 100% dissidente, peut-être ?  "

J'ai inventé un joli nom pour remplacer l'obsolète éditocrates : les procto-plumitifs.


Leur si belle plume, ils l'ont dans le cul, et font les paons.


Comment, dans ces conditions, écrire autre chose que de la merde ?

En marge de ce billet, lire  cette interessante et longue analyse sur FI et la France Insoumise de Vincent Presumey . Il y est question, notamment, de Sophia Chikirou, passée de Fabius à Bockel, transfuge du PS vers Sarkozy, puis à FI. Un parcours sinueux à méditer. L'essentiel du billet est un examen minutieux de la genèse de FI.


Je comprends les critiques de Monsieur Schneidermann adressées au Media, c'est son rôle.

Je comprends les critiques adressées à M. D.S.  c'est le droit absolu des asinautes.

Ce que je ne comprends pas, c'est l'absence d'informations, et même le  silence de M. D.S. sur cette refonte du site, et notamment la destruction effective de ce forum qui était plus complet et plus convivial.

C'est surprenant pour un " grand " journaliste, cette absence d'information ....

Je reprends la phrase de Aude Lancelin "ces gens veulent vraiment notre peau", "c'est pas un jeu". Je suis éberluée et désolée de vous compter au nombre de ces gens. À moins que vous ne soyez à comprendre à un degré de subtilité qui dépassent les possibilités d'un asinaute moyen ?

C'est vrai, l'image pouvait nous ramener à des images du passé et il était possible d'y voir des journalistes opportunistes rassemblés pour soutenir la chef bolcho. L'interprétation de Monsieur Schneidermann m'est donc apparue tout d'abord comme une moquerie cinglante et mordante afin de prévenir toute dérive sectaire. 

Sauf que, ce matin même sur France Inter, on déballe à nouveau l'histoire des comptes de campagne de Mélenchon ; sauf que, ce matin même, on apprend qu'une quinzaine de soutiens du Média se retirenr à la suite de Noel Mamère; sauf que l'article de Monsieur Schneidermann est aussi publié ce matin alors que l'événement s'est produit il y a presque une semaine ( d'habitude, ses réactions sont plus rapides ). Dès lors, l'article ne peut plus apparaître comme un coup de semonce d'un sniper isolé, mais comme faisant partie d"un tir groupé afin d'abattre Le Média. 

Moi, je ne suis pas mélenchoniste, j'avais seulement l'espoir de l'avènement d'une information échappant à la tutelle macroniste. On attendait donc l'entreprise au tournant et il a suffi d'une erreur de casting pour la flinguer. Et pourtant des erreurs de casting, ça peut arriver, même à ASI. Souvenez vous des apparitions d'Elisabeth Lévy et d'Eric Naulleau.

Une anecdote ?

En 1963-64, mon père fut envoyé par la Bibliothèque Royale de Belgique (pour le Cabinet des Estampes) à New-York afin de réaliser des portraits de gens d'importances.

Sur recommandations, il put faire les portraits de U Thant (ONU), Robert Kennedy, Sammy Davis Jr, etc ... 

Libre à lui de trouver d'autres personnes. 


Et il apprend que le dernier des Mencheviks vivant habite sur la 5ème Av., chez un couple qui l'a " recueilli " et l'entretien.

Rendez-vous pris sans problème. Puis tout faisant son portrait, mon père entame la discussion en yiddish, sur leur parcourt respectif, ...

Finalement, il arrive à LA question brulante : " Pourquoi vous, les Mencheviks, vous êtes-vous laissé avoir aussi facilement ? "

Réponse " Ils (les Bolcheviks) ont été plus malin que nous ! " 


Mon père n'a plus rien dit car il était outré, outré de cette simple réponse vis à vis de tout ce qui en avait découlé historiquement.


Quant à Sophia Chirikou ... S'il y a Chirikou, c'est que c'est flou.   

Sophia Chirikou n'est pas Kirikou, oh non !


Je reviens sur une phrase de DS, la seule qui utilise le vocable "de gauche" dans un article consacré à un média où tous les journalistes  se revendiquent de gauche, même le transfuge du Figaro :

"une veillée de deuil de ce premier acte, qui a passé si vite, avec son rêve de gauche arc en ciel."

Quand j'ai adhéré à Lemedia, personne n'a écrit que le projet était de faire un media "de gauche arc-en-ciel".

La Gauche c'est comme la Laïcité. Dès qu'on lui colle un qualificatif, on l'amoindrie ou on la trahit.

Si pour DS la gauche arc en ciel inclus Hollande et Valls, Attali et BHL, alors non merci. On a déjà donné.

Et mon point de vue n'est pas sectaire puisqu'il est en voie de devenir majoritaire.



MMMMM...


Je suis inquiet


Je ne suis pas socio, mais je regarde le journal du Média depuis le début, et je l'ai recommandé autour de moi

et depuis ces recommandations me reviennent en boomerang (style "j'ai lu que la présentatrice..." etc.)

Je suis (pour le moment) inscrit à la FI de mon village - enfin trois villages, dont le nom ne vous dirait rien

mais où les militants de la FI font du bon travail sur de sujets de base (la permanence des services d'urgence,

le service des eaux... des villages, quoi)


Pour moi, le média c'était un sacré espoir : pouvoir dire aux gens qu'ils pouvaient regarder autre chose à 20h

en rentrant chez eux. Et pour moi, cet espoir est en train de vaciller, un peu.

Je dois dire que j'aimais bien Aude Rossigneux, que je ne connaissais pas du tout avant. OK elle était angoissée dans

ses premières présentations mais elle était suffisamment nature pour trancher à la fois sur la moyenne des présentatrices/teurs

ET sur les militants prenant la parole. 


Je n'ai rien, mais alors absolument rien contre les militants prenant la parole (et une assez longue expérience de la chose)

mais si vous voulez faire un média, c'est-à-dire quelque chose qui ressemble à une TV alternative et pas un énième canal

youtube, il vous faut un/e présentatrice/teur, ç-à-d quelqu'un qu'on identifie comme étant le visage du média en question.

Après on peut varier, faire tourner etc. mais si vous voulez faire une TV qui parle aux gens et pas seulement à vous, il faut ça.


Seulement, cela veut dire que cette personne (sur laquelle se focalise inévitablement l'attention) tient une position de pouvoir, qu'on le veuille ou non. D'où, d'ailleurs le fait que la présentatrice ait présentée... comme rédac'chef. Ben oui, même à la télé, les petites

têtes cherchent un chef. Et JLM, il est pas chef de quelque chose ? Donc il fallait gérer la situation : quelqu'un (Aude Rossigneux)

qui était.. quoi ? rédac'chef, présentatrice n°1 ? tête de gondole ? mais qui faisait ça. Et qui faisait ça à mon avis, plutôt bien.


Je sais, il y a des gens qui ne sont pas de cet avis. Essayez, pour voir. Essayez dans cette configuration :

- Le Média, qui est indépendant de la FI

- La rédaction du Média, qui doit faire preuve de cette indépendance

- La société Mediascop, dont j'ai cru comprendre  qu'elle une SASU, et dont j'aimerais comprendre les rapports avec Le Média

- Sophia Chikirou, qui dirige Mediascop et qui par ailleurs prend la parole sur Le Média quand il y a un problème - au fait, pourquoi elle ?

- La FI, qui a peut-être des rapport avec Mediascop et Sophia Chikirou.


Vu de moi, cela ressemble un peu, pour un salarié (en période d'essai...), à une injonction contradictoire, du type "je ne dois pas ressembler à la FI mais je ne dirai pas de mal de la FI ou de ce qu'on peut raisonnablement penser que la FI pense...". Et c'est d'autant plus contradictoire qu'on est la tête de gondole. Et je pense - je me trompe peut-être - qu'Aude Rossigneux a pris cette injonction contradictoire en pleine tête, et qu'elle a craqué.


Au passage : vous vous souvenez de la fois où Rossigneux a lancé une pique anti-Maduro et où une autre présentatrice a dû venir le lendemain faire une autocritique ? J'aurais bien aimé être petite souris dans la rédaction ce soir-là. Mais je ne suis pas socio.


Pour résumer, si vous faite Le Média vous avez le choix :

- soit faire un Média vraiment indépendant, sur la base des "valeurs" affichées par le site, et se faire contrôler par une assemblée des socios, à convoquer; mais dans ce cas on peut envisager d'avoir des positions divergentes, par exemple sur Maduro, la Ghouta, l'unité à gauche, et de confronter publiquement ces positions

- soit faire un Média de la FI - et ça n'empêcherait d'ailleurs pas d'afficher des positions divergentes au sein de la FI sur Maduro, la Ghouta, l'unité à gauche, ça ferait peut-être positif pour la FI - regardez les congrès de Podemos diffusés en direct in extenso, par exemple, c'est pas mal.


Mais rester dans l'entre-deux et le non-dit me semble contre-productif. Et s'il vous plaît, épargnez-nous les séquences où toute la team

manifeste son enthousiasme en agitant les bras, j'ai vécu ça (d'abord dans des organisations léninistes, et ensuite dans des entreprises néo-libérales, parfois avec les mêmes chefs, mais oui) et c'est contre-productif, que ce soit pour la team ou pour les spectateurs.


Merci de ne pas considérer ce que je viens d'écrire comme du purement négatif, je regarde toujours le journal de 20h du Média avec espoir, et avoir un Média alternatif c'est une vraie espérance. C'est. Je ne veux pas dire un jour "c'était".









Une "réponse" digne d'un organe de propagande : 

https://twitter.com/LeMediaTV/status/968887834730991617

Et pendant ce temps-là, chez les bolchos du Vatican...

L'occasion de rappeler que jeudi prochain, 8 mars, sera la journée internationale des femmes.

Même si vous n'êtes pas féministe, essayez de faire un effort ce jour-là. Ayez une pensée pour les victimes du sexisme, du machisme, du patriarcat, des violences, qu'elles résident à Hollywood ou à Téhéran.

Vous pourrez ensuite reprendre une activité normale... jusqu'au 8 mars 2019.

Comme ce "forum" est la catastrophe qu'on connaît, je remets ici ma réaction au commentaire de Kadife plus bas :


On peut effectivement penser que la seule présence de Chikirou a tendance à rendre suspecte toute solidarité affichée. 

Une directrice experte en com, ça gâche un peu le plaisir effectivement, reste à savoir, entre le constat et la projection, ce qui prédomine.


Sur le cadre contraint, je ne suis pas d'accord, à moins d'y mettre la contrainte personnelle du journaliste qui croit en ce média au point d'éteindre en lui ses éventuelles petites loupiotes de mise en garde. Beaucoup de ces journalistes ont très spontanément twitté leur indignation face à cet hallali dont est victime Le Média.


Ceux qui se sont retrouvés ici ont une très haute idée du journalisme, et goûteraient assez peu de se voir considérés comme victimes muettes du tyran Chikirou.

Vous avez vu la vidéo sensée répondre aux critiques concernant les dossiers Rossigneux et El Khal ? Un monument de communication, et de foutage de gueule. La négation du journalisme.

bienvenue à Le Média !

 The first rule of Le Média is: you do not talk about Le Média.

The second rule of Le Média is: you DO NOT talk about Le Média!


( ça claque mieux en V.O )


sinon plus caricturale on a https://www.youtube.com/watch?v=i5wu248G0u8

Vendredi 2 mars 2018, 5h40. Daniel Schneidermann, le célèbre journaliste, ancien du Monde et du service public de télévision française, est en mauvaise forme. La faute au froid, probablement. Un regard par la fenêtre : 8 SDF dorment dans la rue. "Ah, plus que 42 !", se dit-il, pensant faire une note d'humour. Mais non, ça ne lui décroche même pas un sourire. Il se connecte sur son ordinateur, balaye les PDF des quotidiens, son fil d'actualité Twitter... et ne lit que des papiers sur les mêmes polémiques que la veille, et que l'avant-veille. Il se demande bien à quoi peut son servir son travail : lui qui s'efforce de démonter les dynamiques médiatiques mortifères depuis plus de 25 ans, il se dit qu'elles n'ont jamais été aussi puissantes.


Face à une telle crise de sens, Daniel se dit qu'il n'a rien de mieux à faire que de retourner se coucher. On ne l'attend pas ici-bas.


Résigné, il regagne sa chambre à coucher, empoigne sa couette... quand tout à coup, une révélation ! Arrêt sur images, le forum, MAIS OUI ! Tous ces gens pour qui je me lève le matin, qui m'attendent, qui me répondent, quoi que je dise, quoi que je fasse, ils en ont, eux, de l'énergie à revendre... Oh, je sais, je vais faire comme eux, oui, c'est ça, je vais TROLLER.


Il jette furieusement sa couette, se rue sur son ordinateur, écrit, écrit... Il écrit si vite qu'il en oublie son café, il en oublie même d'allumer sa radio, et d'écouter France Inter... VA AU DIABLE, CARINE BÉCARD ! 9h, il est prêt, prêt à relire, prêt à offrir le plus écrin à son œuvre maléfique. Il s'apprête à publier, et jette un coup d'œil furtif à l'horloge : 9h12 ! 9h12, 3 minutes avant l'heure de publication officielle... Cela fait au moins 3 ans qu'il n'avait pas publié à l'heure ! Exalté, pris d'euphorie, il clique. Ça y est, on y est. Une intense satisfaction s'empare de lui, sa journée est d'ores et déjà gagnée.



Merci les amis du forum, tout ça, c'est grâce à vous ;)



(je reposte un message posté plus bas, je m'aperçois qu'il n'était pas bien positionné en réponse d'un message qui n'avait pas grand chose à voir)

J'ai vu toute la séquence. On y entend, notamment, des déclarations indignées de la rédaction sur le fait que Le Media ne serait pas indépendant. Bien sur qu'il ne l'est pas. Le croire est soit de la cécité, soit de l'enfumage ou les deux à la fois. D'abord, il est évident que du plus petit au plus grand, tous les medias, papier, radio, télé, web  ont une coloration politique, sociétale, économique, etc. assumée ou pas. A fortiori Le Média, cofondé d'une part par Gérard Miller, soutien officiel de Mélenchon et auteur du documentaire "Jean-Luc Mélenchon, l'homme qui avançait à contre-courant" et qui affirme sur ASI de manière honnête qu'il est entièrement bienveillant pour JLM. D'autre part, Le Media est co-fondé par Sophia Chikirou,  directrice de la communication de l'équipe de campagne de Jean-Luc Mélenchon lors de l'élection présidentielle de 2017. Il n'y donc pas de débat sur cette question d'indépendance.

Cela dit, il y a des choses intéressantes a voir dont les entretiens d'Aude Lancelin.  Au public de se faire son opinion.

Camille 32


Depuis quelques jours Daniel  préfère polémiquer sur la forme  alors que la France d'en bas encaisse, par cécité, les réformes de fond qui manquaient à la droite : Privatiser la sécu et le chemin de fer.. ..

"Mort aux faibles", je trouve que l'expression touche au but : quand on voit tous les média indépendants installés s'allier avec les média de milliardaires pour taper sur un petit média naissant de 40 000 abonnés depuis sa création...


Pensez à m'envoyer une photo de p'tit n'enfant démembré pour que j'accepte sans broncher encore plus de destabilisation dans cette région et histoire que je n'oublie pas de détester mon voisin russe et que je m'enorgueillisse de notre armée qui sait tuer les méchants sans tuer les gentils.

Je suis Daniel sur l'aspect artificiel de la mise au point vidéo qui a fait suite aux départs de Mamère et Rossigneux. La cheffe prend la parole, introduit, puis les journalistes sont invités à prendre la parole sous son regard bienveillant. Formellement la hiérarchie saute aux yeux.

Maintenant, Daniel a beau jeu de se moquer mais cette mise au point était attendue par les contributeurs du Média. Celui-ci a donné sa version des faits, les journalistes ont pu s'exprimer à propos de l'ambiance interne à la structure, même s'ils l'ont fait dans un cadre contraint. Chose que beaucoup d'entre nous réclament régulièrement en ce qui concerne Asi. Une communication critiquable, un peu bancale, vaut mieux que pas de communication du tout.

Quant au procès en bolchévisme... Il y a une bibliographie suffisamment étoffée sur 1917 et ses suites, Daniel, pour te permettre de comprendre que ce type de communication tient davantage du macronisme que du bolchévisme. Oh, tiens, un joli paradoxe que tu pourras mettre avec jubilation dans ton prochain édito.

J'ai relu. Appeler mencheviks des gens qui se barrent au premier désaccord, et bolcheviks ceux qui restent et se serrent les coudes, et finir par cette phrase :

" Pas une note dissonnante : on n'est pas en Assemblée Générale, mais plutôt dans une veillée de deuil de ce premier acte, qui a passé si vite, avec son rêve de gauche arc en ciel. Maintenant, chacun le sait au fond de lui, on va rester entre soi, dans le combat, et mort aux faibles."


… dites moi, amis communistes, c'est quoi, du trotskisme, du gauchisme, du droitisme ?


C'est amusant, ces derniers temps, comme tout se confond…

"Les stars (Lancelin, Miller) sont absentes."
Raté: Aude Lancelin était bel et bien présente, mais n'as pas pris la parole. Je sais, c'est proprement incompréhensible qu'une "Star" ne l'ouvre pas sur un plateau télé.

Sur le fond, un média qui vire au bout d'un mois sa vedette et qui fait claquer la porte à un politicien opportuniste ne peut pas être mauvais.

J'ajoute que la qualité de socio dépasse très largement le droit de commenter la bonne parole du chef, qui est en définitive la seule "valeur ajoutée" de l'abonnement à ASI, en dehors du privilège de regarder le chef à la télé.

Bon je prenais un peu de mon temps pour écrire ce que je pensais de cet article... Et bien à peu de chose près la même chose que les commentaires déjà présent ! Merci !

Je rajouterai qu'on retrouve là le DS de "Enfin pris ?" celui qui a une ambition démesurée et qui ne se rend pas compte que sa critique est surtout l'envie d'être à la place de. Mais les plus mauvaises raisons sont les meilleures !


DS, vous trouvez que c'est la meilleure émission mais ce n'est pas du tout le même fond ! Il y a un journal et quantité d'autres contenus, ici c'est une méta émission. Il ne faudrait pas que vous preniez votre fenêtre sur le monde, de l'analyse des média, pour la seule fenêtre sur le monde. Il existe un monde en dehors des médias et de leur analyse. 


Faire le reproche d'une bonne réussite de communication n'est-ce pas un peu gros ? Si elle avait été loupée qu'auriez-vous dit ?? En somme ils ne pouvaient pas gagner à vos yeux. 


L'explication avancé par la rédaction dans d'autres interviews ou communication du certain égo de Aude rossigneux me parait plausible notament au vu de sa réaction dont on perçoit la blessure narcissique. Probablement que l'apparition d'un autre média sur le modèle que vous avez développé vous fait le même effet ! (Je sais que vous ne l'entendrez pas cet argument, c'st au delà des limites de votre personne)


Vos comparaisons !!! dont la droite classique nous rabats les oreilles sur le modèle: les extrêmes gauches sont des tortionnaires voyez les goulags voyez les purges ... Non merci. Plus nombreux sont les historiens à ne pas considérer les régimes soviétiques comme du communisme ! Comment croire que l'état qui devient propriétaire de tout avec un seul homme à la tête de l'état, donc un seul propriétaire est l'équivalent de tout le monde est propriétaire des lieux et outils qu'il utilise pour vivre ?


En bref votre article et donc votre pensée à ce sujet c'est du très très bas niveau. Il ne faut pas que vous vous laissiez tomber dans vos travers jaloux. Le média est un allié ASI pas un ennemi.


Je sais que ma critique ne vous touchera pas car je ne suis pas un puissant et ne vous en déplaise seuls ceux là vous touchent. Je savais déjà, pour le détester chez vous, que vous n'aviez pas beaucoup de considération pour vos abonnés individuellement. Leur masse oui c'est votre gagne pain mais leurs avis individuel... Non. Or nous ne pouvons que poser notre avis individuel dans les forums !

Mais nul n'est parfait et à l'impossible nul n'est tenu.

Mais de grâce épargnez-nous vos pires travers dont cet article est une démonstration. Pierre Carl voulait votre bien à l'époque. L'analyse ! Mais pas des médias ! de vous !

D.S, le retour! C'est fort, et même violent, et aussi un peu sacrilège (un vrai D.S, ça ose tout) et les 'zabonnés' sont tout en colère! Franchement, Daniel, là c'est exagéré (surtout les références historiques: faut avoir lu un chouia!) mais on verra d'ici peu si le Jedi d'@si, en vieux routier de la presse, a encore le don de divination ou tout simplement... une certaine expérience des médias!

PS: du coup, mon abo court toujours.....

Daniel y va un peu fort mais je vois ce qu'il veut dire, Chikirou me fait en tout cas le même effet, on peu sentir le calcul et la spontanéité forcée... L'équipe me semble plus authentique mais on sent bien que tout le monde est au garde a vous derrière elle. L'unanimité c'est toujours louche, surtout derrière le boss, et la mise en scène ne m'a vraiment pas convaincue, même si je trouve leur JT ok et le regarde presque tous les jours quand même. Ils/elles m'ont l'air de personnes tout à fait capables et je ne leur souhaite qu'une chose: l'horizontalité. Virer le boss. Pour devenir vraiment un média différent et libérer leur créativité :)

Bon, Daniel, je viens de lire tous les réactions à ta chronique. Pas un seul de positif. Tous critiquent ta mauvaise foi et ta suffisance. Alors de deux choses l'une : soit t'as raison contre tout le monde, soit, sur ce coup-là, tu t'es planté. À toi de voir...

Ce que Schneidermann semble aimer plus que tout, c'est la supériorité de sa personne. J'ai tendance à n'y voir, pour ma part, que la supériorité de sa bêtise mêlée de suffisance !

Article affligeant !

C'est d'écrire dans Libération qui lui enlève tout discernement?

Apparemment on ne peut plus dans ce pays essayer de développer un média authentiquement de gauche sans rendre fous les commentateurs médiatiques bienpensants qui se pensent quand même de gauche. Si DS n'est pas de gauche qu'il nous le dise très simplement.

Que d'approximations, de sous-entendus, et d'erreurs factuelles (l'absence de A Lancelin!). Surtout ne pas rappeler que Mamère est venu au Media sur la demande amicale de A Rossigneux, d'où sa solidarité avec celle ci dans son épreuve professionnelle.

Surtout ne pas écrire que toute la rédaction a fait bloc.

A côté de DS, le papier de Capucine était un modèle d'objectivité, malgré ses 2 où 3 affirmations tendancieuses sur l'emprise de LFI sur Le media.

Je suis un asinaute de gauche qui a voté socialiste pendant 50 ans. Pourquoi m'agresser avec des mots que je ne comprend pas: "menchévik" , "bolchéviks", "millénials". D'habitude je comprend très bien la prose de DS...

Je suis Socio du media et je n'avais nullement besoin d’explications pour constater que Aude Rossigneux n'était pas à la bonne place. Présentatrice du journal c'est être en vitrine. Et si la vitrine n'est pas attrayante, on n'a pas envie d'entrer dans la boutique. D'autant plus que tous les journalistes, toutes générations confondues, sont très bons.

Alors en plus on apprend qu'elle ne faisait pas grand-chose....

En conclusion, jusqu'à preuve du contraire, ASI se classe dans le camp des médias totalement intolérant à toute initiative de gauche visant à rendre VISIBLE un traitement des informations différent.

NB: Ce n'est pas la peine de rappeler que ASI a invité plusieurs des protagonistes sur son plateau. Tout les électeurs concernés se souviennent comment Ruquier recevait régulièrement Mélenchon avec une apparente sympathie  dans son émission, pour mieux le crucifier médiatiquement entre les deux tours de la Présidentielle.







Zéro.

Et vous racontez n'importe quoi : Aude Lancelin était sur le plateau.

"millenials" : kèsako ?

Sans doute pas la chronique du matinaute la plus pertinente... 

Je trouve qu'ASI a réussi à trouver une bonne distance vis-a-vis de Melenchon, pointant du doigt à la fois le traitement médiatique biaisé qui lui est réservé, et ses propres contradictions. Ça montre qu'il est possible d'avoir un regard pertinent sur quelqu'un dont on est proche politiquement. 

Critiquer intelligemment Le Média est un challenge encore plus grand je pense. Mais bon, le Média lui-meme se cherche encore, avec le temps je pense qu'ASI trouvera cette bonne distance 

Ok, j'ai compris, vous voulez que de rage, tous les insoumis se désabonnent, et qu'on retrouve enfin des forums lisibles et calmes. 

Bonne idée !

Excellente chronique stratégique ! Les socios du Média vont s'abonner en nombre à asi, pour exprimer leur colère sur le forum.

Faut-il envisager l'enterrement d'arrêt sur images ? 


En tout cas ce texte a des allures de suicide.

Wow ! C'est un peu dur nan ? Que leurs vos cette vendetta quotidienne ?

Ouais, bof...

Aucuns arguments dans cet "article", et surtout aucune originalité franchement taper sur LeMédia c'est très tendance (surtout) depuis une semaine pour les média "mainstream" (comme on dit) ...y avait-il besoin que @si s'y mette aussi ?

Bref Daniel je suis déçu...si,si certains de vos articles sont excellents celui-là est pas loin de 0/20 pour moi.


Cette fameuse émission a été diffusée lundi 26 : 4 jours pour pondre cet argumentaire de haute volée ?!

Vous vous préparez une bonne réception dans les commentaires Daniel. Personnellement je m’interroge sur votre comparaison, Bolcheviks et Mencheviks, vraiment? Pour comparer qui que ce soit à une organisation coutumière des purges internes sanglantes c'est assez gros... Je me demande si vous apprécieriez que l'on traite un départ conflictuel d’Arrêt sur image comme ça. Globalement ce jugement me fait penser à celui que Pierre Carl à eu sur vous, publiquement.


De mon coté je compare à un évènement semblable, un média présentant sa défense face à une attaque publique massive dans une émission dirigée par le patron de presse, qui se définit comme ça... Tien, une proposition : 

https://www.youtube.com/watch?v=H0Jp7s-YxYA

Si dans les deux cas on utilise l'organisation d'une émission déjà existante tenue par l'un(e) des dirigent(e) du média, l'une de ces émission est organisé en table ronde, l'autre en face caméra, l'une fonctionne en dialogue, l'autre en adresse à la caméra. Pour le reste, aucune différence, tous les intervenants sont internes, si chacun participe à la partition, il n'y a aucune dissonance, et quelle surprise? Pourquoi un groupe, même non organisé hiérarchiquement, subissant une attaque collective chercherai à laisser des failles qui pourraient être sur-interprétées et déformées?


Sinon, vous regardez mal. Aude Lancelin est sur la gauche de l’écran, pas durant toute l’émission c'est vrais, mais durant une bonne part. Et pour ce qui est du fait qu'elle n'est pas intervenu, elle intervenais peu après ailleurs :

https://www.youtube.com/watch?v=iBqDp_pSTxc

Elle a même parlé de vous (10 minutes 50 secondes), et vous a salué, elle a aussi parlé de Pierre Carl tien. Pour ce qui est du départ de Noël Mamère, elle a utilisé presque les même mots que Sophia Chikirou, mais comme je disais, rien d'étonnant dans cette situation qu'il y ai eu concertation. Voilà, en espérant que vous me liriez. 


PS : pour les fautes, hésitez pas, chers collègue, je ne suis pas très doué pour ça, je corrigerai tous ce que vous me signalez.

Est-ce bolchevique que de demander , par exemple, la restauration de l'ancienne présentation du forum qui  fonctionnait bien, dans un site qui se rénove médiocrement ?

« Mort ax faibles » écrivez-vous en conclusion et c’est bien de cela qu’ils s’agit dans les collectifs en lutte, d’où l’importance d’y savoir épouser la doxa en vigueur mais peut-être est-ce la condition du succès. Ici, Le Média, par son éjection d’un membre aura fait la preuve qu’il est une entreprise comme les autres, pas plus aimable en somme.

Je vote ici par commodité en faveur de l'idée, exprimée plus bas, d'une émission semblable à asi sur la réussite spectaculaire de ce nouveau site 

Aude Lancelin y était, Daniel : à regarder avec des lunettes déformées par les a-priori on en arrive à occulter la réalité.

Combien de millenials savent ce qu'étaient les mencheviks ?


ouhlà ... DS, est-ce impossible sur ce sujet d'avoir un argumentaire un peu consistant ? Si je comprends votre point de vue, au media c'est la fin d'un état de grâce, on rentre de le rang, fini le rêve ? Ok, mais où sont les éléments pour comprendre ce qui s'est passé ? Mesurer un peu sérieusement si c'est grave ? L'article d'asi sur le sujet ne signalait même pas le lien entre les deux départs, par exemple. Aude Lancelin donne des éléments à 55 min 50 sec.


https://thinkerview.com/aude-lancelin-independance-medias/


(interviewer bizarre, mais avec quelques infos grâce à Lancelin)


Chronique méprisante. car seuls  les journalistes patentés, les sachants, les installés, les blanchis sous harnais mais surtout en CARCANS ( j'utilise ces majuscules pour aussi les cracher à la tronche...) 

Aucun respect du tâtonnement expérimental de ceux qui ne veulent pas faire pareil de ceux qui veulent s'extraire du moule, de ceux qui, tout compte fait, réfléchissent hors circuit, ailleurs et autrement ou simplement qui essaient, qui se lancent, qui aiment un léger souffle de liberté sur leur joue...sans que les vieux c*** viennent leur dire c'est ainsi et pas autrement...


Vous ne pouvez pas vous empêcher de les empêcher de respirer...


Bolchevisme!!,   parti de la majorité qui écrase

Coolitde, proche de l'amateurisme, de branleurs sur chaise longue choisissant les sujets sur cible à fléchettes.

Millénilas...!!


Suis-je exaspéré, c'est possible mais votre fiel, bien policé, maîtrisé, en sous--main est encore plus méprisable?





" La confraternité, cette haine vigilante ! "

La semaine précédente, le Média diffusait un direct réservé aux socios dans lequel Sophia Chikirou reconnaissait que le site internet dudit Média n'était pas génial, et qu'elle avait fait une erreur en en confiant un peu trop vite la réalisation à une société qui semblait pourtant avoir fait ses preuves. Elle nous a promis des améliorations dans un délai raisonnable. 


Je ne voudrais pas verser du sel sur les plaies, mais un autre site auquel je suis abonné pourrait en prendre de la graine...

J'ai d'abord cru à du second degré... une sorte de parodie des editos dégoulinants de mauvaise foi et de malhonnêteté intellectuelle des Joffrin, Barbier et autres...


Mais en fait non. 


Je viens de lire l'edito de Daniel Schneidermann, sur ASI.


Jusqu'à présent, je trouvais les accusations (sur le forum) d'antimélenchonisme, "antiinsoumisme", "antiLeMédiaisme" infondées, émises par des militants ne sachant pas penser contre eux mêmes, ne voyant que le verre à moitié vide.


Mais les derniers articles de Capucine Truong, et cet edito (ainsi que dans une moindre mesure la chronique de Gunthert sur "l'insoumis")... comment dire ?


Que ce soit bien clair. Sophia Chikirou m'est assez antipathique. Je ne regarde pas le journal de LeMédia.

Mais cet exercice de transparence, de communication (au sens noble du terme), auquel ils se sont livrés, je l'ai regardé... et il est étonnant, rafraichissant et salutaire. Cela m'a donné envie de devenir socio.


Et ce matin, pour la première fois depuis que je suis abonné (quelques années  mine de rien), vous m'avez donné envie de ne plus l'être.


Excellent! La journée est bien partie. 


Énorme éclat de rire !!!


C'est presque aussi drôle que BFM !

Maintenant, chacun le sait au fond de lui, on va rester entre soi, dans le combat, et mort aux faibles.

In cauda venenum.

Moi, j'aime bien quand DS donne à ses confrères /soeurs des leçons de management et de communication avec leurs contributeurs/trices.

On reconnait l'Homme de l'Art, celui qui a tout compris, celui dont la réussite dans ces domaines est incontestée.

Houla... Voila un décryptage totalement neutre...

Donc faire corps c'est du bolchevisme, mais faire une séquence d'auto-critique ça aurait été de la télé-réalité ou du maoïsme... Improviser c'est de la coolitude mais si ça avait été trop maîtrisé ça aurait été du stalinisme.

Il y a des choses qui posent question dans cette "séquence" de la vie du media, et notamment de mettre le départ de Mamère sur le compte de son amitié avec Rossigneux quand il invoque le traitement de la Syrie, sur lequel il y a à dire et Le Media aurait intérêt à rattraper un peu le coup et faire preuve de ce fameux pluralisme interne, mais liquider tout ça par un ressenti de "bolchevisme", c'est parfaitement paresseux, et un rien crapuleux.

Je trouve ce commentaire un peu méchant. Après tout, la rupture d'une période d'essai n'est pas un licenciement brutal. J'en ai décidé plusieurs au cours de ma carrière professionnelle et je n'en ai pas honte !

Article ulcérant!

Coquille: Brigitte Rossigneux (Aude Rossigneux)

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.