52
Commentaires

Créer à distance : "Ça ne remplace jamais un spectacle vivant"

Début de notre série d'été sur le bilan du confinement. Première émission : créer en confinement. On a créé, produit, découvert pendant le confinement. Toutes sortes d'œuvres produites avec les moyens du bord, souvent moins élaborés que les moyens habituels. Ce qui pose une question dérangeante : et si ces créations sous contraintes avaient finalement davantage d'impact que les créations dans les formes habituelles? Questions posées à Clémence Monnier, Stan, Aurélien Merle, et Valentin Vander, membres du groupe "Les Goguettes en trio, mais à quatre" ; et à Germain Louvet, danseur-étoile à l'Opéra de Paris. En plateau, également, Mathilde Larrère, qui revient sur l'histoire des goguettes au 19ème siècle.

Commentaires préférés des abonnés

Valentin Vander a également "orchestré" une Symphonie confinée - La tendresse (bizarrement sous titrée en Allemand ;)), autour de la chanson de Bourvil, qui me donne la chair de poule chaque fois !

https://www.youtube.com/watch?v=rEjvRktXeis


(...)

"le patronage" ?? carrément humiliant pour les Goguettes qui font un super boulot et depuis bien avant le confinement  !  les textes sont très drôles et le capitaine les compare à nos colonies de vacances !! bof !   ils sont polis car (...)

pas encore vu mais c'était ultra-culpabilisant pendant le confinement l'injonction a être productif. bravo à ceux qui ont réussi à l'être mais il fallait avoir l'énergie mentale vu les circonstances (et l'environnement; et le matériel adéquat) pour l(...)

Derniers commentaires

Sans intérêt

Ces gens m'ont donné la pêche. Le petit refrain chanté ensemble, un chouette moment! 


Même si la vidéo est amusante, c'est assez triste de voir que le symbole de la créativité française en temps de crise se réduit à la parodie d'une chanson qui a plus d'un demi-siècle.

Mais quel talent!et puis il y a d'autres créations! Allons pas de mépris pour l'art populaire! Après tout ils se sont inspirés de Brel ce qui n'est pas si mal!

"Pas si mal" : oui, bien sûr.


"Mépris pour l'art populaire" : quel rapport ? 

Et "populaire" pour quel partie du peuple ? Brel ça parle aux moins de 20 ans qui écoutent PNL ?



Si, si, je connais heureusement pas mal de jeunes de 20 ans à qui ça parle - les Brel, Ferré, Brassens et aussi les Julos Beaucarne ou Dick Annegarn - mais ça doit dépendre de l'élevage...

Par contre là c'est moi qui connais pas : c'est qui ou quoi PNL ?

Ah. Il est temps de regarder l’émission d’ASI qui parle en partie de PNL.

https://www.arretsurimages.net/emissions/arret-sur-images/clips-quand-cest-un-rappeur-on-se-dit-toujours-que-cest-du-premier-degre

(faire un clic-droit car ce forum ne fonctionne pas bien).

Merci Oblivion, mais j'ai déjà tellement de retard dans les émissions depuis des mois, pas sûr que je vais prendre du temps, là de suite, pour celle-ci pour savoir.


Ps : 

du coup pour pas mourir idiot avant, j'ai regardé sur Wikipédia

PNL - groupe de rap français

Gloups... 

un autre monde parallèle - qui n'a donc jamais croisé le mien.

1 milliard de vues sur youtube avec 25 clips en 5 ans

1 000 000 000 / 25 = 40 000 000 en moyenne par clip

Plus de 100 millions pour certains et j'ai jamais vu ça...

 

Et, cerise sur le gâteau, après toute une myriade de X 000 vertigineux sur Wikipédia, voici le dernier paragraphe :


"Ce style ne fait pas l'unanimité, et même divise : les jeunes générations ne sont pas rebutées par ces textes d'une « pauvreté extrême », dont le succès reste incompréhensible à leurs aînés[5]. Revendiquant le fait qu'ils ne rappent pas correctement, PNL est parfois critiqué comme « des mauvais chanteurs [ayant eu] une bonne idée », ayant « fabriqué une poétique de la laideur et de l'inculture » en sortant « définitivement le hip-hop de l'histoire de la chanson à texte »[5]."


Les goguettes c'est une tradition et un art populaire il me semble (au vrai sens de populaire, dont la catégorie "jeunes de banlieue" ne représente que quelques %).


Après oui, le peuple, si on regarde les audiences d'émissions comme "N'oubliez pas les paroles", est très fan de chansons populaires datant de quelques décennies (qu'un public plus snob qualifierait de "variétés").


De même : 

Brel parodiait qui ? Personne. Les Goguettes c'est bien, ce qui est triste c'est que l'époque ne soit pas capable de produire ou de laisser la place aux Brel Brassens Gainsbourg d'aujourd'hui.

Non mais personne n'a dit que les G*oguettes étaient un nouveau Brel (de toutes façons la place est déjà prise, il y a Stromae, à qui on laisse tout à fait une place, soit dit en passant) ou le symbole absolu de la Créativité Française (quoique je puisse les décrire comme ce qui est arrivé de mieux à notre chanson ces 10 dernières années à l'occasion, mais je me dis que c'est car que je m'intéresse très peu à la chanson et bien plus à la satire politique).


Ce qui m'a fait réagir, c'est que vous niiez aux goguettes (là avec ou sans majuscule) le label "populaire", alors que je ne vois pas de forme artistique plus populaire que ce jeu de chanter une chanson avec des paroles différentes que tout le monde a tendance à spontanément pratiquer dans telle ou telle fête ou pour amuser ses amis (au passage il ne s'agit pas nécessairement, et très rarement dans l'exemple de ce que font les Goguettes de "parodie", leurs paroles ne visant pas à se moquer de la chanson originale mais à lui donner un sens totalement différent, généralement politique - la chanson 't'as voulu voir le salon' étant une exception à ce niveau). 


* ici je parle du groupes les goguettes en trio mais à 4, dans le message précédent de la tradition des chansons aux paroles changées ), j'ai l'impression qu'il y a une confusion


"Ce qui m'a fait réagir, c'est que vous niiez aux goguettes (là avec ou sans majuscule) le label "populaire"..." : où ça ?


Mes commentaires parlent de la chanson et de la vidéo virale des Goguettes présentée comme super créative, pas de majuscules ni de minuscules.


Pour résumer : une vidéo marrante avec un brin de nostalgie (chanson du passé), qui a dû faire du bien à beaucoup de gens. Pas le summum non plus de la créativité ni présente ni tournée vers l'avenir.


Et "populaire" pour quel partie du peuple ?

Je pense que la qualité existe encore, faut juste attendre que ça se décante un peu. Et faire confianc eaux jeunes pour trier. 


Nous, "les vieux", on a tendance à ne pas voir la qualité qui ne correspond pas à nos critères. Mon père ne jurait que par Tino Rossi, pour lui, tous ces "nouveaux", en bloc, n'avaient "pas de voix". Pfff...

La différence pour donner raison à votre père , c’est que Tino Rossi était un musicien. Il demandait à son ami django Reinhardt d’enregistrer avec lui .donc sur ces disques, on pouvait entendre le génie absolu .

Il y avait un arrangeur , un compositeur , un ingénieur du son , de vrai musicien. Des cordes , des cuivres etc 


Tout cela est maintenant remplacé par l’ordinateur, des banques de son toute faites , des boucles de batterie etc .

Et les gens disent amen à tout ça sans s’apercevoir que sous prétexte de faire baisser les coût de production on les prive de la «  vibration humaine » sans laquelle aucune musique ne peut émerger. 


Et ce n’est pas par le choix des artistes que les choses évoluent ainsi,


Ce sont les rapports de productions qui conditionnent cette courses vers la non-musique.


"la parodie d'une chanson qui a plus d'un demi-siècle."

"Mépris pour l'art populaire" : quel rapport ? "


Le rapport est simple: la parodie de chanson est une pratique très ancienne. Les chansons populaires ont toujours été variables dans leurs paroles (comme les éléments des contes) chacun y puise à sa guise et enrichit ou parodie selon ses moyens et désirs. 


Chansons populaires, contes et autres créations collectives sont un élément majeur de la culture populaire. 


Quant à l'affirmation que Brel ne serait pas connu des moins de 20 ans... pfff....


"Quant à l'affirmation que Brel ne serait pas connu des moins de 20 ans" : quitte à citer, citer entièrement : "moins de 20 ans qui écoutent PNL".


Brel parodiait qui ? Personne. Les Goguettes c'est bien, ce qui est triste c'est que l'époque ne soit pas capable de produire ou de laisser la place aux Brel Brassens Gainsbourg d'aujourd'hui.

"pas connu des moins de 20 ans" : là encore ne pas déformer les propos, on n'est pas sur BFM.


La question était est-ce que "ça parle". On peut peut-être être jeune, connaître Brel, sans qu'une parodie de lui nous touche.

euh... 


à 15/17 ans, je me délectais des "yéyé" 


mes petites filles se sont passionnées pour la Reine des neiges autour de 6/8 ans


mais une gamine de 2 ans est aussi capable de s'enticher de "Carmen" après l'avoir entendue par hasard et contraindre ses parents à en tenir compte...


après, on n'est pas obligé de faire une "hiérarchie" du "bon goût", mais des (tout) petits  peuvent avoir la chance d'entendre autre chose que la logorrhée promue à tout crin  par des industriels sans vergogne ni créativité - et ça leur restera comme une expérience exceptionnelle - qu'ils pourront chercher à approfondir par la suite !


Mes goûts musicaux sont très éclectiques, mais je suis bcp moins sensible aux arts plastiques ou au théâtre : mais je me soigne ;)

Mille fois merci pour cette émission, et à tous les participants, car je vous aime tous !

enthousiasmant toutes ces initiatives durant le confinement. on peut se réjouir de l'instauration de l’année blanche pour les intermittents mais comme dit dans l’émission c'est l’après qui reste d’être brutal pour toutes ces professions du divertissement qui ne sont guère compatibles avec un monde post covid et ses règles de distanciations sociales. Etre indemnise est une chose, ne pas pouvoir pratiquer sa profession en est une autre.


Germain est charmant (et eloquent),j’espère qu'au delà des effets d'annonce il s'efforcera avec la troupe de rendre leur prestation plus accessible via ou en dehors de l'institution. On ne peut que constater qu'avant la reforme des retraites visant a remettre en cause le statut de leur corporation les danseurs de l’opéra ne se pressaient guère pour sortir du monde élitiste dans lequel ils évoluent, ils semblaient s'y complaire parfaitement. je prends date en tout cas.


Valentin Vander a également "orchestré" une Symphonie confinée - La tendresse (bizarrement sous titrée en Allemand ;)), autour de la chanson de Bourvil, qui me donne la chair de poule chaque fois !

https://www.youtube.com/watch?v=rEjvRktXeis


Merci de cette très bonne  émission qui nous offre la perspective d' un bel été !

Moi aussi j'ai été - et suis toujours - ému aux larmes à la vision de la vidéo des danseurs de l'Opéra de Paris.

Une chose m'avait frappé, le luxe des lieux où ont été filmé les séquences : des super lofts haussmanniens, des cuisines grandes comme mon salon avec des équipements haut de gamme. D'un seul coup, je me suis demandé combien gagnait un danseur et si on était vraiment chez eux.

A l'inverse, l'appartement où Stan et Clémence ont passé leur confinement était très modeste. La cuisine avec l'évier en inox et les assiettes défraîchies sur l'égouttoir, la déco générale passe-partout, le micro balcon (à comparer avec celui des danseurs) donnaient une tout autre impression. Je me suis surpris à me sentir un peu voyeur. 

J'ai un défaut : dans les vidéos, j'observe toujours essentiellement les arrière-plans et l'environnement, souvent plus révélateurs. Contrôlé ou non, chaque détail fait sens.



J'ai évidemment découvert cette vidéo pendant le confinement et en la faisant tourner dans mon entourage, un ami m'en a fait découvrir une autre "Antiviral, tu restes chez toi" des Fastened Furious. Je vous la conseille fortement ainsi que sa petite soeur "J'adooooooooooooooore ! Et je vous déconfine".

Introduction sur le confinement de DS à l'imparfait.

Faudrait-il utiliser le futur ?

Et six personnes sur un plateau dans un local fermé et sans doute pas très grand...


Je vous conseille de faire vos émissions à l'extérieur, éventuellement dans un endroit qu'il est possible d'aérer fortement.

Génial ! La chronique de Mathilde était vraiment bien.



 Vous avez invité pour une autre émission Pierre-Emmanuel Barré et Giedré ?

Bonsoir,

J'ai adoré "Vesoul", et là je découvre un extrait du "chaud lapin, Darmanin, mais c'est la mairie de Roubaix sur les photos... Ce n'est pas grave, mais ça m'a chiffonnée...

Merci pour toutes vos émissions, et encore bravo aux Goguettes !


pas encore vu mais c'était ultra-culpabilisant pendant le confinement l'injonction a être productif. bravo à ceux qui ont réussi à l'être mais il fallait avoir l'énergie mentale vu les circonstances (et l'environnement; et le matériel adéquat) pour le faire). ("quoi t'as pas fait 3 albums; créé une chaine youtube; une chaine twitch; et fabriqué des nouveaux instruments de musique pendant le confinement? et t'as même pas fait ton propre pain?")

Dans cette émission, j'attendais que l'on parle plus de la contrainte.


Confinement, milieux clos, pas de moyens ... et la contrainte de créer un bazar artistique -ou non- qui tienne la route.


Finalement, ce sujet est parti en goguettes ;-)


Quand j'évoque les contraintes, je pense à Georges Perec qui s'en imposait.


Dans "La Vie Mode d'emploi", il y en a à foison. 

Dans "La Disparition", la lettre "E" est bannie (le personnage principal se nomme Anton Voyl et il n'y a pas de chapitre n°5) Le roman est très personnel : "e disparu = eux disparus" (= déportation)

Et avec un livre plus modeste en nombre de pages "Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ?", il change 72 fois le nom d'un personnage !


Plan de "La Vie Mode d'Emploi" Notez que en bas à gauche, il y a une cave où ne pénètre pas. 

C'est l'équivalent du point final ...


 


Bon, les artistes, on va pas tout vous mâcher, hein ! Y'a qu'à traverser la rue et enfourcher le tigre, qu'on vous a dit !

Remarques dans le désordre :


Je note que vous avez circonscrit l'art, la création, à sa seule manifestation spectaculaire (J'ai apprécié de regarder travailler des illustrateurs en vidéo pendant le confinement).


Les chansonniers ont toujours fait ça, non ? L'emmerdant c'est la rose de le Luron, c'était une reprise politique.


J'ai arrêté ma carrière de reprise de chanson en mode psychiatrique :


Je me lève et je me bouscule
Je n'me réveille pas
Comme d'habitude
Sur moi je remonte le drap
J'ai peur que j'ai froid
Comme d'habitude
Ma main caresse mes cheveux
Presque malgré moi
Comme d'habitude
Mais moi je me tourne le dos
Comme d'habitude 


Bon…

Puisque vous ignorez mes messages, je vais rentrer en campagne de lobbying intense: Je ne m'arreterais que quand vos vidéos seront par défaut en basse définition (240 ou 380 px) au lieu de1080px.


#basseDefinition2020!!!
vive la basse definition et vive la France!

Merci ASI pour votre travail salutaire de mise en perspective! Merci aux invités pour les jolies découvertes!

"le patronage" ?? carrément humiliant pour les Goguettes qui font un super boulot et depuis bien avant le confinement  !  les textes sont très drôles et le capitaine les compare à nos colonies de vacances !! bof !   ils sont polis car ils auraient pu quitter le plateau  à ce moment là ! :(

Pas encore vu l'émission...

Juste un commentaire.

Tous ces concerts confinés m'ont donné envie de me rapprocher de lieux de musique dite classique. 

Pas que je n'aimais pas avant mais bof, bon, j'ai toujours autre chose à faire et surtout une grosse flemme de me bouger pour ce genre de spectacle...

Les divers orchestres nationaux écoutés pendant le confinement m'ont ouvert les yeux sur leur travail : don, partage, générosité... De l'émotion à l'état pur ! 

Merci à tous ceux qui nous ont rendu le confinement moins insupportable.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.