65
Commentaires

Covid : Paris-Pékin

Commentaires préférés des abonnés

" La statistique a démontré que la mortalité  augmente sensiblement  pendant une pandémie "  ( Pythagore ou Morano, je ne sais plus )

Je vais me faire l'avocat du diable mais il me semble que la grosse différence entre la Chine et la France, c'est la dynamique, c'est à dire que qu'il y a une évolution à la baisse en France tandis qu'en Chine c'est l'inverse.

Et malgré les chiffres b(...)

Juste une petite information de ce matin : j'habite entre Arles et Salon de Provence. Je vais acheter de la farine au moulin de Grans (pas loin de Salon) et sur la porte je vois : Suspicion de covid à Grans, masque et gel obligatoires. La personne qu(...)

Derniers commentaires

"Bien entendu, ce chiffre de 407 nouveaux cas détectés, en lui-même, ne veut rien dire. Un simple regard sur les tendances suffit à montrer que les nouveaux cas sont tendanciellement en baisse, depuis les pics de mars et avril."


Si on pouvait dire ça jusqu'à mi-mai, depuis ce n'est plus franchement le cas, un simple regard nous dit surtout que la tendance depuis le 20 mai, n'est franchement pas nette. Le bruit de fond fond est plus important que la valeur moyenne donc on ne peut pas dire grand chose.


Si on lisse un peu la courbe pour eviter les fluctuations d'un jour à l'autre: Depuis debut avril, le nombre de cas journalier n'est que divisé par 2 environ. Et au plus fort on était à x10 la situation actuelle, donc pas tant loin que ça...

On peut rapprocher tout cela de la tendance étonnante de nos médias à une forme aigüe de nationalisme sanitaire, comme en 1918.


Pour prendre le seul exemple des journaux "d'information" de France Culture, on y apprend jour après jour que les États-Unis sont affreusement touchés avec plus de 100000 morts (mais on oublie que le nombre de morts rapporté à la population y est nettement plus faible qu'en France), que le Brésil est le "nouvel épicentre" de l'épidémie (alors que, là encore, le nombre de morts officielles rapporté à la population y est nettement plus faible qu'en France), que l'Inde, avec 10000 morts est le 4ème pays le plus touché (alors qu'il n'est encore que le 9ème, loin derrière les USA, le Royaume Uni, l'Italie, la France...). Bref, la propagande va bon train qui essaie de nous faire croire que nous nous en sommes bien tirés alors que d'autres pays sont en mauvaise posture.


Il en va de ces comparaisons internationales, navrantes d'incompétence et de mauvaise foi, comme de la situation présente et de son évolution : tout va très bien madame la marquise.

pour ce qui est de l'hypothèse "nous testons en masse", voici quelques bribes d'info, c'est à dire mon propre parcours:


j'ai des symptômes récurrents depuis début mars, (on commence à parler un peu de formes persistantes de la Covid). Je n'ai pas été malade au point de me rendre alors à l'hôpital. 


Fin décembre j'ai été en contact avec un ami qui a été atteint, c'est ce que son médecin lui a dit finalement courant mai, au vu des symptômes (engelures) que ce médecin avait constatées en février; mais il ne lui a pas fait faire de test, car c'est "inutile". Pourtant, le fils de cet ami avait eu "une forte grippe", pour laquelle il a passé une semaine chez son père du 15 au 21 décembre, (au lit avec 40°) ... tandis que son propre fils de 2 ans était hospitalisé pour Kawasaki à Trousseau. Aucun test là non plus.


A la fin du confinement j'ai été voir un médecin, qui m'a prescrit les 2 tests. Elle m'a dit qu'il y a 30% de faux négatifs.


J'habite Paris 13e; j'ai appelé le labo proche de chez moi: la plupart des labos sont encore fermés au 8 juin; pour le groupe Biogroup, dans tout le 13e,  il n'y a que deux labos qui font la PCR, et il faut prendre RV. Par internet. Ils m'ont rappelé dans l'heure, donné un RV pour le jour même. C'était désert.

 

Pour la sérologie ( recherche de l'immunité), il n'y a pas besoin de prendre RV, il suffit d'aller au labo faire une prise de sang, de patienter en salle d'attente avec tout le monde. 


Donc vous pouvez très bien être malade, aller faire une prise de sang dans un labo d'analyses sans autre protection qu'un masque, mais si vous venez pour une PCR, vous avez RV à une heure définie, vous attendez dehors, et vous êtes accueilli par un cosmonaute en combinaison.


Mes 2 tests sont négatifs.

L'actualité est "covide", sur la Covid19: la presse ne s'intéresse plus qu'aux milliards konvadevoirrembourser. 


Sur le virus et sur les malades, presque plus rien.


Le fil en live des quotidiens est vides, à part sur la reprise de nos "activités"; alors que les connaissances sur cette maladie s'accumulent forcément.


Deux commentaires de cette chronique soulignent ce que DS souligne, ( il faudrait rester dans l'allusion?).


Je déconfine à mon tour l'idée sous-entendue: n'importe quel cerveau normalement connecté à son environnement sursaute à ces indices répétés , à savoir le rapprochement entre foyers Covid et marchés de poisson, de viande, et abattoirs... de viande...


Bien sûr, le second mouvement du-dit cerveau c'est de reculer devant l'idée: "non!! quand même pas !!!" et puis viendra le temps du "on n'a pas de preuves scientifiques".



Et puis tout ça se passe en Chine...les clusters dans les abattoirs, chez nous, on n'en entend plus parler.. , ça prouve bien qu'il n'y a as de danger, non?


Sauf que, paraît-il, ce que nous mangeons a de plus en plus l'habitude de parcourir divers pays entre production et transformation. Les articles -rares- sur le marché de Pékin qui a été fermé, parlent d'étals contaminés, où se découpe du "saumon importé".  Simple propagande chinoise? Y a-t-il encore des journalistes fouineurs pour enquêter sur le parcours du saumon d'élevage à travers la planète?


Quant aux histoires de pangolins, et du premier patient chinois, c'est pittoresque; mais ce qu'on "sait" aujourd"hui, grâce à des prélèvements conservés dans des hôpitaux, c'est qu'on a  découvert des patients atteints de la Covid en France dès l'automne 2019;


Comme les symptômes sont loin d'être aussi limités et clairs qu'on ne l'a cru ou dit, je vous fiche mon billet kon va découvrir que cette maladie est apparue en Europe depuis longtemps. Venait-elle de Chine, ou bien d'ailleurs, ou bien est-elle arrivée en Chine fin 2019 ? Est-elle liée à la consommation exotique des chinois, ou bien à la consommation de bouffe industrielle mondialisée ? On n'en saura rien tant qu'on ne se posera pas la question.


Moi, avec ou sans preuves, je vous conseille de limiter votre conso de saumon et/ou de viande produits industriellement.... dès fois que les boeufs et les poulets mangeraient des farines de poisson, et les saumons des farines de bovin... Bon, vous me direz que j'exagère, jamais un éleveur n'aurait une telle idée...!






Pourriez-vous creuser le « note that methodology has changed on june 2 » ? Car juste avant, la tendance semble haussière.

et "le plaisir d'être ensemble" en manifestant Daniel ? Vous avez l'ironie sélective...


Mais oui tout va aller bien, la présence de Mélenchon place de la République est bien la preuve que même lui ne craint plus une deuxième vague non ?

La croissance du nombre de cas en France était anticipée puisque le virus continue de circuler comme le disent les autorités. Et comme on teste davantage, on trouve davantage. 

D’ailleurs j’ai lu que la plupart étaient liés à des lieux de confinement (foyers de jeune, abattoirs, foyers de travailleurs, ...) L’important est qu’ils soient identifiés et contrôlés. Tout est dans "contrôlés.".

Et attention aux propheties ("les futurs bêtisiers de la deuxième vague") Ça me rappelle Melenchon appelant le 28 avril au vote contre les mesures du déconfinement du 11 mai. "La deuxième vague est inéluctable, Le deuxième pic de l’épidémie est inéluctable. Il sera d’autant plus violent que les conditions ne sont pas remplies pour y faire face."   Il parlait du 11 mai, pas de l’automne.  Mais le 28 avril, il savait, lui. 


Peut-être y aura t il une deuxième vague,  ou pas selon la tournure des choses. Être plus prudent ne nuirait pas. 

".. 407 nouveaux cas de contamination,  détectés en France le 15 juin (les deux derniers jours, c'était 526 et 726.." 

en Chine "on nous dit" que, un plus de 100 nx cas  nécessitent un confinement partiel...


alors DS se questionne légitimement: nous on respire, fenêtres ouvertes, quelques orages, mais tranquilles, nous sommes alors que, ailleurs..

en gros ces chinois sont nuls, mais d'un nul..!


... arrive le bon "monsieur chauve qui peut", qui dit: " oui nous avons de nombreux nouveaux cas..mais logique, nous testons en masse!..". (donc avant on rigolait avec quelques tests...?)


Vlan! dans les gencives.


 Pour approcher la pandémie, son évolution,  impact,  il faut des  chiffres. Nous ne les avons que partiellement, Pourquoi? "Parce que",  nous dit encore monsieur chauve qui peu..


Observons que tous les pays ont sauté à la corde avec les additions , mais sommes-nous incapables  de suivre l'à peu près des dégâts? il nous manquerait l'outil et la structure pour ce faire?. FAUX. nous l'avons. Voyons: 


la Direction générale de la Santé,  présente le nombre de morts en hôpital et en Ehpad, en utilisant des données remontées quotidiennement par ces institutions. 


mais..

 

…pour compléter cet indicateur avec les décès à domicile, il faut attendre la centralisation de l’ensemble des certificats de décès et leur codage par le Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès (CépiDc). Toutefois, ce processus très lent livrera ses conclusions dans plus d’un an,


 maias..


-Témoignage de la Directrice adjointe du CépiDc :

https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/05/02/coronavirus-en-france-avoir-un-bilan-final-prendra-plusieurs-mois_6038434_3244.html


Extraits :


« Seule la généralisation du certificat de décès électronique permettrait un décompte précis des morts en temps réel.


Pour les décès à domicile liés au Covid, (inconnu ou non communiqué à ce jour)  le syndicat de médecins généralistes MG France avance le nombre de 9 036 décès entre le 1er mars et le 19 avril, après extrapolation de chiffres fournis par 2 339 généralistes (sur 55 000 environ dans l’Hexagone).


Une seule institution sait la résoudre en France : le Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès (CépiDc), qui dépend de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). 


Maiaas..


 il lui faut du temps : en effet, une fois qu’un médecin a rempli un certificat de décès – à l’hôpital, en Ehpad ou à domicile –, le volet administratif parvient rapidement à l’Insee, mais le volet médical, un document papier sur lequel figure la cause du décès, met plusieurs semaines à parvenir au CépiDc, après être passé par les mairies puis les agences régionales de santé. le médecin peut aussi, par le système baptisé CertDc, remplir sur Internet un certificat de décès électronique qui parvient alors immédiatement au CépiDc. Mais ce système est méconnu, et il n’élimine pas totalement la paperasse, alors les médecins l’utilisent peu


maiaaas


Pour le bilan finalisé de la pandémie en France, prévient-elle, « il faudra attendre entre douze et dix-huit mois après le dernier décès ». Car il faudra, pour cela, avoir reçu tous les certificats et les avoir codés selon un processus chronophage, après avoir décrypté les formulaires remplis à la main par les médecins.


Maiaaaas...

 

Le CépiDc ne compte que quatre codeurs – ils étaient douze en 2012, il n’y en aura plus qu’un en 2021, après les départs en retraite non remplacés. Ils sont cinquante en Allemagne – où il faut coder 900 000 décès par an, contre 600 000 en France. La crise actuelle accélérera-t-elle la dématérialisation de la certification des décès ? Pas sûr, craint Mme Morgand : « On a lancé ce système après la canicule de 2003, où l’on n’avait pas été capables de compter nos morts. On l’a relancé après la grippe H1N1 en 2009. Et puis le soufflé est retombé, on n’a pas mis les moyens nécessaires, et il ne se passe plus rien.

 Aujourd’hui, on n’est toujours pas capables de compter nos morts. »


Stop ou encore?


Pour répondre a DO et d'autres forumeurs qui pensent de bonne foi que le nombre de cas n'est pas alarmant parce qu'il ne s'agit pas d'une augmentation et que les cas ne sont pas en hausse.


C'est faux.


Le taux d'incidence à été multiplié par trois voir par quatre en une semaine dans le grand est.  Le nombre de patients dans les hopitaux continue à diminuer mais c'est bien normal puisque les nouveaux cas d'aujourd'hui mettront plusieurs semaines à arriver à l'hopital. Bref l'épidemie est bien en train de redémarrer en France et si nous étions la Chine, le confinement serait déjà réinstauré dans certaines communes sans aucun doute.


Au passage les chiffres sur le coronavirus en France ne vienne pas d'Oxford mais du site officiel Géodes qui est très complet et très intéressant.

Juste une petite information de ce matin : j'habite entre Arles et Salon de Provence. Je vais acheter de la farine au moulin de Grans (pas loin de Salon) et sur la porte je vois : Suspicion de covid à Grans, masque et gel obligatoires. La personne qui me sert et à qui je pose la question, me répond que des travailleurs saisonniers venus d'Espagne (voir article de Marsactu/Mediapart sur le sujet) ont été dépistés positifs et on ne sait pas s'ils sont allés faire des achats dans le village ou pas. Je dis: : ah c'est comme à Arles, il y a un foyer important de personnes testées positives. Elle me répond que ce sont des travailleurs qui venaient de la région d'Arles....


Il y a selon les chiffres entre 135 et 200 personnes contaminées, on ne parlera pas des conditions inhumaines dans lesquelles elles sont tenues de vivre, sans informations, sans revenus, qui se déplacent dans la région. A part l'article de Mediapart, en avez-vous entendu parler ? C'est quand même mieux de parler des Chinois.

Ce qui m'étonne c'est que le sujet de cette reprise du Covid à Pékin n'est pas abordée dans The Guardian et le NewYorkTimes après être apparue il y a deux ou trois jours

Il n’est pas exclu que la France cherche à parvenir à une immunité collective. Contaminez vous les uns les autres, pendant que les personnes à risque sont isolées (tous ceux et celles à risque dans mon entourage restent très majoritairement à la maison).

Mais ce genre de tactique ne peux pas être clairement révélée.

il suffit juste de ne pas parler de l'épidémie pour qu'elle n'ait pas lieu. BOlsonaro l'a compris avant et nos télés d'Etat  appliquent cette adage.

Choix éditorial important : "allez, ce matin, on va ouvrir sur la Chine qui reconfine... en ouverture de journal"... on fait du bruit là-dessus... même si c'est la journée des soignants... 

Une manière de rappeler aux Français que le COVID 19, c'est pas fini même si on est déconfinés (donc s'ils l'attrapent, ce sera leur faute, pas celle de l"entité")... que c'est bien fait pour les Chinois qui nous ont menti, eux... Après ça, hop, on aborde très vite la "complainte" des soignants... et on évite surtout de dire qu'apparemment, il ne sort pas grand chose de bon du Ségur...

Nouvelle Vague ou Avant Garde ?


Bon again mon dada: 


Sur le site de la RTBF.be, quotidiennement, les chiffres de la pandémie sont donnés en bas des articles avec un lien pour la chronique concernée.


Exemple :

 

Une façon de faire ; donc on peut suivre l'évolution de la maladie à toutes ses étapes.


RTBF.be = service public.

Avec toutes les précautions qu'on peut accorder à la véracité des propos des autorités chinoises, j'ai quand même l'impression qu'il se passe quelque chose en Chine. Parce que ça expliquerait l'incohérence des déclarations de ces mêmes autorités jusqu'ici : 

Comment ce virus, qui s'est révélé extrêmement épidémique, et de façon très sournoise dans le reste du monde, c'est-à-dire qu'il circule à bas bruit partout où il peut, a pu s'arrêter aux alentours de Wuhan en Chine, et alors même que personne au monde n'était préparé jusque là à un tel virus , Wuhan étant le premier foyer ?

Alors on sait que les autorités chinoises ont énormément minimisé le nombre de morts à Wuhan, pour des raisons intérieures de maitrise politique de leur population, et vis-à-vis de l'extérieur, et l'ont probablement minimisée au niveau des autres régions.

C'était un virus qu'ils ont présenté comme s'attaquant au poumon, alors qu'il s'attaque au système nerveux et ça a quelquefois des incidences sur les poumons.  Donc même si leurs chercheurs sont performants, et ont sans doute donné les bonnes alertes, 

Donc de gigantesques incohérences, et j'en passe...

Leur politique extrêmement stricte de confinement a sans doute gelé dans un premier temps à Wuhan la propagation du virus. Donc on peut penser que comme en Europe, le virus a continué à bas bruit, d'individu à individu, souvent sous des formes très mineures, sans ou à très peu de symptômes, dans des milieux ouverts où il était moins dangereux, et aura touché la majorité de la population jusqu'à , à terme, atteindre la fameuse immunité collective. 


Or en Chine, spécialement Pékin ou Shangaï n'ont pas été touchées sévèrement alors que le monde entier était impacté, et spécialement les grandes villes. Ces dernières ne sont pas forcément plus dangereuses par rapport au virus, mais plus il y a de monde contaminé, plus on augmente les risques que dans ce nombre, des personnes développent des stades graves de la maladie et que les services sanitaires soient débordés. 


Or ces deux villes auraient été épargnées, donc n'auraient pas connu de première vague ? Cela parait tout-à-fait improbable, mais possible. Comme ce sont des villes où circulent beaucoup d'étrangers, il est difficile de cacher la vérité des hospitalisations, des ambulances qui attendent à l'accueil des hôpitaux.

Donc Pékin, 25 millions d'habitants, n'a sans doute pas d'immunité collective, et devrait très rapidement être rattrapée par le virus.

La première vague du virus.  Et cela explique pourquoi l'OMS commence à paniquer. Et les autorités chinoises aussi, évidemment.... Même si on comptabilise 0,03% de morts, chiffre délirant par rapport à l'Europe, la Belgique annonçant 83 morts pour 100 000 habitants, cela fait au moins 7 500 morts et peut-être 20 000 morts rien que pour Pékin.

Pour ce qui concerne la France, une fois que l'ile-de-France a une immunité collective, comme la Lombardie en Italie, 

qu'il reste quelques cas n'est pas un énorme danger collectif, même si c'est terrible pour la personne et les proches des malades.  

Donc je ne suis pas sûre que les réactions soient disproportionnées. Mais on aimerait quand même avoir les explications.


J'ai entedu certains spécialistes parlent d'une baisse de la virulence en fin des épidémies virales pour une même population qui a été exposée à une épidémie donnée. Ce phénomène, observé mais pas vraiment expliqué, est-il lié à la souche de virus elle-même (sorte de vieillissement ?) ou à l'immunité de la population qui a appris à combattre le virus ou qui présente moins de cas sensibles "naïfs" par rapport au virus ? Pas trouvé d'explications valides là-dessus ...  En tout cas, cette hypothèse ne serait donc pas incompatible avec ce qu'on observe en Chine, où la "nouvelle vague" qui semble commencer concerne une autre population jusque là non touchée (Pékin et non Wuhan distants de 1000 km) c'est comme si on parlait d'un pays voisin, d'autant plus que le confinement de Wuhan a été très intense. Et en France, on pourrait s'attendre à ce que l'Ouest soit atteint aussi par une sorte de deuxième vaguelette, la quantité de population non exposée étant plus faible qu'en février ?

Paris - Pékin, Pékin - Paris, comme un pauvre con à Orly (=> oups désolé je n'ai pas pu résister).

Ce qui est amusant c'est surtout que dès que des chiffres "optimistes" commencent à apparaître, ça y est fête du slip on déconfine à tout va et plus personne ne semble en avoir rien à foutre (en tout cas nos dirigeants repassés en mode "fôtravaillé, fôtravaillé", ce qui n'est pas rien, hein, même si on a l'habitude de leurs élucubrations).


Bon après faut essayer d'être pragmatique et tant mieux si l'épidémie recule, m'enfin ça serait quand même con qu'elle reparte et qu'on doive rejouer quelques semaines de confinement parce qu'on s'en lave les mains (lol) et qu'on reprend le bordel comme avant, juste avec avec quelques masques et un peu gel.


Évidemment que tout le monde a envie que cette saloperie soit derrière nous, mais les hypothèses sur la saisonnalité du virus sont quand même à prendre avec des pincettes.


Aux USA la courbe diminue mais pas à une vitesse folle non plus (et encore heureux qu'en prenant des mesures ils ralentissent l'épidémie), donc l'idée que ça y est c'est l'été c'est la fête, voilà quoi :


L'entité désignée par l'expression usuelle "chef de l'État" n'a-t-elle pas dit dans son pénultième(*) discours qu'il allait se réinventer ?


Donc on commence par réinventer le principe de précaution. 

Parce qu'il ne faut quand même pas rigoler, ce n'est pas quelques centaines de cas quotidiens qui vont couper son élan à la startupnécheunn. 


Si on veut servir des dividendes l'an prochain, il faut penser à faire des profits, c'est un principe de base.


(*) le dernier, je ne l'ai pas vu, pas écouté, pas lu mais j'en ai entendu causer ici même.

On s'en fout, maintenant on a trop de masques en tissu...

La réaction chinoise qui consiste à confiner militairement des milliers de personnes,et à détruire la totalité des produits en vente dans ce marché dont on se contente de nous dire qu'il est le plus grand interroge vraiment.


En France, la possible contagiosité des produits que nous consommons n'a jamais été évoquée,me semble- t-il.

Bien sûr il ne faut pas nous inquiéter.......?

Mais quel crédit accorder aux chiffres annoncés par le gouvernement chinois ? Et par les autres Etats ? Sans certitudes sur ces chiffres, les comparaisons sont hasardeuses.


Aujourd'hui, un petit air de Jdisça Jdisrien dans votre chronique :) ...

Oui, c’est magique, tout va bien dans le pays....

Sinon, dans le Libération du jour, un superbe entretien du rédacteur en chef de The Lancet, dans lequel il parle de l’arrogance de l’Occident. Les autorités françaises me semblent très bien pourvues à ce sujet.

Dans le graphique, il y a une donnée située vers début juin nettement en dessous de zéro : 


comment lire cette donnée ?

Ca dois venir du changement de méthodologie de comptage du 2 juin (le nombre négatif c'est le 3 juin) 

Il y a le même phénomène pour le Royaume Unile 21 juin, avec un changement de méthodologie le 20.

Trop fort le Royaume Uni , ils ont les chiffres une semaine à l’avance ;) 

C'est le décalage horaire... ah non c'est pas dans le bon sens. Bon, ça devait être mai alors.

"changement de méthodologie "...


...Ou correction d'erreurs. Mais "méthodologie", ça fait plus sérieux !

A part les gouvernants qui prétend que l'épidémie est finie  pour l'année en cours ?

" La statistique a démontré que la mortalité  augmente sensiblement  pendant une pandémie "  ( Pythagore ou Morano, je ne sais plus )

« apparemment liés à un marché de viande, poissons, fruits et légumes (ça vous rappelle quelque chose ?)  »

Pas forcément habile comme rapprochement : le marché de Wuhan est suspecté d’avoir déclenché la première contamination (patient zéro). Là c’est plus probablement une zone de contamination.


« Heureusement, rien de tel en France. Tout va bien. Les cafés et restaurants viennent de rouvrir. »

Sans ironie sur la comparaison : en France, les abattoirs ont été des foyers privilégiés d’infection. La relation chaîne du froid + forte densité de personne et zones de contaminations devrait être étudiée par les épidémiologistes ! Perso, pas envie de me rendre à Rungis !


Par ailleurs, la vive réaction en Chine est liée à la localisation : Pékin. Depuis le début de l’épidémie, Pékin est plus fortement confinée que le reste du pays. Y a une image de marque à tenir…



Je vais me faire l'avocat du diable mais il me semble que la grosse différence entre la Chine et la France, c'est la dynamique, c'est à dire que qu'il y a une évolution à la baisse en France tandis qu'en Chine c'est l'inverse.

Et malgré les chiffres bruts qui sont (seraient?) beaucoup plus importants en France, je peux comprendre ce choix éditorial.

S'il y a de nouveau une tendance à la hausse en France pendant plusieurs jours, vous pouvez être certain que les unes des journaux y seront consacrées, peu importe le nombre de cas.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.