38
Commentaires

Covid-19 : LCI s'embourbe dans les courbes

Le 4 février, dans "24h Pujadas" sur LCI, l'épidémiologiste Catherine Hill a vertement critiqué l'infographie proposée dans l'émission pour "montrer" que le nombre de cas de Covid-19 diminuait partout dans le monde. LCI a reconnu son erreur, mais s'est à nouveau trompée dans un tweet... Retour sur un imbroglio statistique.

Commentaires préférés des abonnés

C’est affligeant quand même cette persistance dans l’erreur. On peut comprendre qu’ils se soient emmêlés les pinceaux mais ils persistent et signent.


Baptiste Morin insiste sur le plateau, vexé. Pujadas s’entête. On a bossé sur un angle « tout va bien(...)

24591/87843 = 0,2799 allez on va dire 30%, mais il se sont plantés car ça fait plutôt -72 % mais c'est pas grave, ils ont pris une calculette ils ont tapé sur des touches au hasard et un nombre est sorti : 0,28... (allez 30 %) c'est pas mal une basse(...)

Merci pour cet article, et en particulier pour avoir interrogé Mme Hill en lui laissant la possibilité d'aller au bout de son propos.


Je plaiderai volontiers l'incompétence mathématique si je passe complètement à côté de quelque chose, mais je vois ci(...)

Derniers commentaires

On a l'habitude de ces chiffres quotidiens, et depuis longtemps: la Bourse! Tous les jours on vous dit par exemple  "la bourse s'est envolée de x% (par rapport à hier!) et le lendemain "la bourse a plongé de y%" (toujours par rapport à la veille, voire une semaine) et ça continue comme ça tous les jours. Mais la bourse, en général, ça intéresse moins de monde et ça fait moins peur que le virus. Je pense que ce sont les mêmes incompréhensions de ce qu'est une courbe de tendance (qu'on peut faire très facilement sur excel).

Par ailleurs le problème de l'échantillonnage et des biais, ça passe complètement au-dessus de la tête des commentateurs qui font les kékés y compris devant des spécialistes (surtout si ce sont … des femmes!)qui, voyons, se trompent puisqu'ils (elles) critiquent leurs bêtises.

tant qu'on fera commenter ou présenter les informations scientifiques par des présentateurs on aura ce genre de situation


ce matin sur franc info tv une épidémiologiste interviewée par un commentateur politique ! sur quotidien, tous les soirs comme dirait mélenchon, la présentation de tableaux par un comique de la bande à yann barthès

Je ne sais pas si ce qui m'énerve le plus c'est l'ignorance crasse des journalistes de LCI en matière d'interprétation de données ou bien leur condescendance vaguement paternaliste envers Catherine Hill - qui a tout de même passé la plus grande partie de sa vie à réfléchir sur les meilleurs indicateurs et à analyser des mégachiées de données épidémiologiques.

Comme l'écrivait un intervenant sur le fil Twitter consacré à cette énorme bourde journalistique : ça ne sert à rien d'essayer de jouer aux échecs avec un pigeon, il va renverser les pièces, déféquer sur l'échiquier et se pavaner.

Le canard enchainé avait relevé de grosses bizarreries sur le nombre haut de cas testés positif, qui furent communiqués tel quel, avant le test de confirmation qui révéla un nombre à deux chiffres de faux positifs, du beaucoup à de mauvaises applications tout le long de la chaine de test.

Quelqu'un sait si aujourd'hui on communique sur les cas confirmés ou pas?


1- pour prouver que ça baisse avec un tout petit peu de crédibilité, faudrait déjà au moins faire semblant d'avoir fait quelques calculs compliqués (technique dite "de l'embrouille")

2- et les sources bordel? (technique basique de n'importe quel charlatan: d'après les études bidules de l'université de truc et machin, élu produit de l'année, vu à la télé...)

3- la semaine prochaine, avec les mêmes courbes, ils ont nous montrer que "ça monte" (ce qui est pratique quand on a aucune rigueur intellectuelle, c'est qu'on fait ce qu'on veut avec des graphiques!)


Affligeant, ahurissant, mensonger... il n'y a pas assez de qualificatifs...


Pujadas est capable de tout, avec un aplomb déconcertant, on l'a déjà vu à l’œuvre maintes fois. Donc qu'il traite une épidémiologiste comme une demeurée parce qu'elle conteste leur procédé, ce n'est guère étonnant. 


En revanche, pourquoi traiter la pandémie sous l'angle d'une "baisse" mondiale des cas? Pourquoi vouloir à toute force maintenir que oui ça baisse même si "on nous dit" le contraire? Et le tout avec des interprétations statistiques douteuses, que même un gamin de 3ème peut voir? 

D'où est venue l'idée de traiter ce sujet précisément sous cet angle? 

Connaissant Pujadas, j'ai ma petite idée sur le raisonnement à mener:  finalement si "ça baisse", c'est Macron qui a raison, ne confinons pas inutilement et sauvons l'économie!


Sinon il faudrait lancer un avis de recherche urgent: on a perdu le CSA... Il me semble que c'est leur boulot de réguler, non??? Et là quand même on a un bel étalage de propos mensongers, d'escroquerie journalistique, mais c'est pas grave....





Vous vous êtes bien amusé avec les jeux de mots (« testées en atteste, s’embourbe dans les courbes, glisser pour mieux lisser »). :)

Les chiffres du covid, c'est comme les notes de musiques. Ça monte, ça descend, ça n'a aucun sens en soi, mais au final, avec un peu de doigté, on obtient une belle musique... Après, il n'y a plus qu'à trouver les paroles...

non mais ça fait depuis mars dernier qu'on est au courant que les données du jour sont pas pertinentes; et l'afp et les grands médias continuent de donner les chiffres du jour; en nous expliquand que le lundi ya eu une "flambée" de cas par rapport au dimanche. Et le pouvoir politique derrière est à peu près du même niveau de nullité; avec la desorganisation complète des autorités de santé par dessus (ya surement un ou deux gars compétents dans chaque service au bas de l'échelle ou en stage qui font tous le boulot; mais ils peuvent pas tout faire). Comment voulez vous qu'on s'en sorte. Et après y a des gens qui pensent que les gouvernements ont un plan secret pour manipuler les foules avec le covid; alors que globalement on est pas sur qu'ils soient capable de lasser leurs chaussures tellement ils sont cons comme des briques.

Pas besoin d'attendre les données des deux jours suivants : on peut aussi faire avec les données des 7 jours précédents

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Je regarde assez souvent Pujadas, pour les partis pris en seconde partie d’émission, mais dans l’ensemble une chose est remarquable chez ce gars, systématiquement il édulcore les données énoncées, un type de Marquise pour qui tout va bien, en somme.

C'est fou ce que les courbes peuvent affrioler le chargé du vingt heures. Demandez à Kim Kardashian.


Mais revenons aux chose sérieuses. 


Je suis étonné que l'on ait pas invité le grand spécialiste de la courbe et du graphique , François Lenglet. Parce que lui aurait su nous expliquer les différentes manières de lisser, de moyenner, de faire des moyennes mobiles ou glissantes (enfin glissantes, ça dépend du fartage bien sûr).


Lui aurait su nous montrer que l'écart-type (mais là encore ça dépend du type) peut influer sur la tendance (mais attention, la tendance, pas le penchant, on n'est pas sur BFM, merde !) 



Mais revenons à nos moutons. 

Et les moutons, ça a besoin de suivre. Si on leur donne un beau dessin de la route à suivre, ben, les moutons ils suivent.

Comme quoi, c'est important les dessins.

L'émission a lieu le 4 février... 2021 ! La pandémie et les chiffres quotidien sont là depuis un an.


Ce n'est que maintenant qu'on s'interroge sur la pertinence d'une diffusion de chiffres tous les 24h ?


C'est désastreux.

C’est affligeant quand même cette persistance dans l’erreur. On peut comprendre qu’ils se soient emmêlés les pinceaux mais ils persistent et signent.


Baptiste Morin insiste sur le plateau, vexé. Pujadas s’entête. On a bossé sur un angle « tout va bien », alors on reviendra pas dessus, « n’en déplaise » à l’épidémiologiste de service. Peu importe les chiffres, les statistiques, les courbes, il faut que tout ça rentre dans une histoire décidée. 


Manque de rigueur, manque d’humilité, manque de professionnalisme (Baptiste Morin tout rouge). Et même le rédacteur en chef dans votre article pour qui le problème est l’attitude de Catherine Hill. On dit de la merde et on attend de nos invités experts de la complaisance. C’est ridicule.

Cedric Villani n'est pas devenu l'idole des petits français.. 



C'est un spécialiste des équations différentielles.

Pas un statisticien, ni même un spécialiste des probabilités.

On parle de moyennes.


Ce concept est abordé en primaire, et pas en classe préparatoire aux grandes écoles.


On reviendra quand on parlera statistiques ou probabilité, pour l'instant on en est très loin.

bah la moyenne est une statistique et ce sur quoi tout le monde s'echine en réalité c'est l'ecart type sans jamais le citer, autrement dit on baigne dans les stats. mais bon je vuos l'accorde on s'en fout un peu.

Bah surtout c'est que ce genre de graphes que l'on voit depuis un an a des chutes hebdomadaires (dûes aux week-end) non significatives. Ce graphe montre juste une montée des cas avec un plateau à la fin (en légère inflexion vers le bas, mais c'est toujours risqué de trop interpréter la fin du graphe). Pas besoin de recourir à des terminologies bien complexes ou des concept de maths avancés. On peut même tous imaginer approximativement le graphe visuellement de la sorte:

tout a fait d'accord

C’est ce que Schiappa appelle un lissage brésilien.


Merci à vous car, sans trop réfléchir, je n’aurais pas tracé le lissage à cette hauteur.

Il manque juste les ordonnées, comme a dit Hill à Pujadas.

Le premier graphique, (dit courbe), me fait penser aux montagnes du Dévoluy, comme on les perçoit depuis le Champsaur. (Hautes Alpes) Le Champsaur est un territoire ravagé par la guerre de 100 ans, puis par un fou-furieux,  ancêtre des méthodes de Daesch, le dénommé Lesdiguières, que tous les champsauriens vénèrent aujourd'hui. 


Allez comprendre l'histoire et l'idée que l'on fait se de l'histoire, si ce n'est qu'un adore les histoires, y compris et surtout les horreurs de l'histoire. Un territoire maudit : aride, sec, les paysans firent, creusèrent dans le roc parfois,  des kilomètres de canaux, allant récupérer l'eau tout près des glaciers, pour l'acheminer un peu  partout. Arriva avec l'eau le surpâturage, les fins des espaces boisés, la fin de la fertilité des sols qui l'étaient devenus, l'exode vers l'Amérique, l'argentine, l'Algérie...


Quel rapport avec ce à quoi nous invite Maurice Midena?

 

Rien.


Si. 


Cette pandémie, il semble, a sa source, son origine dans les barrières des espèces franchies, on ne sait dans quel sens (animal vers homme ou homme vers animal puis retour à l'expéditeur - comme avec les visons -). Comme dans notre Champsaur, les règlements de compte avec la nature, se terminent mal.


Alors Madame Hill. Je dois dire qu'elle me surprend. je trouve trois héroïnes ou héros - et un demi héros qui s'époumonent sur les médias, dans les médias sur les chaînes moulinettes : Mme Hill, Mme Crémieux et Mr Fontanet. Ils ne varient pas, ils n'ont pas varié d'un pouce, et se sont peu égarés  (la palme de l'edgarment revient au dénommé blachier, majuscule enlevée, on ne peut pas faire  moins). Ajoutons Mr Caumes, un peu tendu, en colère noire, et qui a du mal ..à se taire, mais lucide.


Sans  oublier  un silencieux, au nom délicieux : Jérôme Canard, chercheur au CNRS, spécialiste des virus (à qui on a enlevé tous les budgets de recherche deux ans après le Sras 1). Dès fin décembre, il écrivait dans Le Monde (pour une fois que ce journal...  etc etc.;) "..attention c'est du sérieux... c'est grave et voilà pourquoi..." Buyzin-zin  rigolait, mais rigolait.. Canard lui n'était pas zinzin pour un  sou.


Alors courbe et sous courbe, la planète est-elle ronde, courbe ou plate, ? Je plaide pour "plate" ça m'arrange, c'est simple, je suis un peu simpliste, même très simpliste. Le virus lui, ne courbe pas le dos..


Mais nos redoutables pédagogues : Hill , Crémieux, Fontanet,  1/2 Caumes et le  Canard exposant 2.....chapeau.


Honneur à leurs colères, leur lucidité, leur courage.  

Merci pour cet article, et en particulier pour avoir interrogé Mme Hill en lui laissant la possibilité d'aller au bout de son propos.


Je plaiderai volontiers l'incompétence mathématique si je passe complètement à côté de quelque chose, mais je vois circuler l'image de la courbe montrée dans l'émission depuis plusieurs jours, et je n'arrive toujours pas à comprendre : même si on acceptait la manière (grossièrement incorrecte) de comparer un pic journalier à un creux pour prétendre à une baisse des nouveaux cas, comment peut-on trouver -30 % si le chiffre est censé tomber de 87 843 à 24 591 ???


C'est un produit en croix (ou une règle de 3) niveau collège, là !


Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.