399
Commentaires

"Courroye a très peur d'aller au fond des choses"

Perquisitions, gardes à vue, saisies de documents : la justice semble mettre les bouchées doubles dans l'affaire Banier/Bettencourt qui fait la Une de l'actualité, sur fond de financement occulte de partis politiques de droite (UMP et autres partis de poche). Mais l'enquête judiciaire n'est pas menée par un juge d'instruction indépendant, mais par le procureur, Philippe Courroye, soumis hiérarchiquement au gouvernement. S'agit-il donc d'une vraie enquête ou d'une enquête en trompe-l’œil ?Pour tenter de comprendre les conséquences de la procédure choisie, trois invités sur notre plateau cette semaine : Christophe d'Antonio, journaliste et auteur d'un livre sur Bettencourt intitulé La lady et le dandy, la véritable histoire du couple Banier-Bettencourt (éd. Jacob-Duvernet), Georges Moréas, ex-commissaire principal et blogueur sur le site du Monde, qui suit de près le déroulement de l'enquête. Enfin, une ex-magistrate et aujourd'hui députée européenne (Europe Ecologie), Eva Joly, qui a instruit de nombreuses affaires politico-financières sensibles.

Derniers commentaires

Je viens seulement de voir l'émission et me suis précipitée ensuite sur le suivi ! Franchement bravo. Bon casting avec Eva Joly. Dan et Daniel bien dans leur dossier. Moi aussi comme beaucoup, j'ai appris des tas de choses grâce à cette émission, et je suis ravie qu'elle soit encore d'utilité publique !
J'ajouterai aussi que j'ai apprécié le forum, jusqu'à l'arrivée du troll. Oui, asi évolue dans son concept et je partage l'avis de ceux qui trouvent que ça va dans le bon sens, dans la mesure, où ça creuse là où ça pêche, avec démonstration à l'appui.
Le débat du fond et de la forme, de l'analyse et tutti quanti est certes un vieux débat, mais il ne m'apparait pas à moi inintéressant. Il existait déjà du temps d'asi sur la 5, lorsque le créneau était clairement la critique des médias, et que certains faisaient déjà remarquer que critiquer la forme, si on ne connait pas le fond est assez vain. Je suis contente qu'aujourd'hui asi s'engage dans la voie de la pédagogie sur le fond pour appuyer les manquements de nos chers "granmédia". C'est en étant rigoureux là où il y a de l'omission voire de l'amateurisme qu'ils nous rendent le meilleure service. Je suis personnellement très contente de l'évolution d'asi et de la diversité de ses émissions (et un grand merci pour le dernier né "d@ns le film"). Hum, demain c'est vendredi. Et hop, bientôt une nouvelle émission à télécharger !
Les caisses de l'état vont se remplir et on sait où est la contrepartie des 30 millions remboursés
à Madame Bettancourt: 10 inspecteurs des impôts vont traquer les Roms qui osent tracter leur
caravanes avec des cylindrées inadéquates.

Chiche que ces 10 inspecteurs ne récupéreront même pas le montant de leur rémunération pour
ce travail AlCaponesque!

Mais enfin tant que l'on satisfait par de telles mesures les gogos qui jalousent les grosses cylindrées...on sauve
la France.
Et puis Carla tourne pour Woody Allen, ça c'est la vraie grande nouvelle de la journée...
Je sens que ma bouteille de pure malt va pas passer la soirée!...à votre santé...et à ce qui reste de la mienne...
Merci pour cette excellente émission très instructive madame le juge.
La discussion sans fin ente Mickey et Baweur, c'est ce qu'on pourrait appeler un conflit sans intérêt.
Bien.

Je fais le bilan de cette discussion autour du thème du "conflit d'intérêt".

Le conflit d'intérêt implique un avantage personnel et tout à fait légal au regard de la loi dont l'intérêt vient mettre en question la partialité d'un fonctionnaire dans l'exercice de ses fonctions. Etre trésorier d'un parti politique et ministre implique ainsi un conflit d'intérêt puisque le parti politique concerné est avantagé par le fait même que son trésorier est ministre et est en contact pour des raisons publiques avec des personnes pouvant financer ou ayant déjà financé le parti sus-dit, ce qui pose le problème de la partialité.

Tout ce qui est illégal en matière d'intérêt n'est pas un conflit d'intérêt mais une prise illégale d'intérêt. Si un ministre favorise l'embauche de son épouse, il est dans la prise illégale d'intérêt sans qu'aucun conflit d'intérêt ne soit nécessaire. Si un ministre couvre des malversations fiscales, il est dans la prise illégale d'intérêt sans qu'aucun conflit d'intérêt ne soit nécessaire.

Travailler pour les Bettencourt lorsqu'on est épouse de ministre ne constitue pas non plus un conflit d'intérêt. Si l'épouse ou son employeur font illégalement leur boulot et que le mari ministre les couvre, il est dans la prise illégale d'intérêt sans avoir nécessairement été dans une préalable situation de conflit d'intérêt. Donc, tous ceux sur ce forum qui viennent prétendre que M. Woerth est en conflit d'intérêt parce que son épouse a travaillé pour les Bettencourt sont des crétins qui ne savent pas de quoi ils parlent.

Ce qui peut en l'occurrence constituer un conflit d'intérêt, c'est, pour l'exemple, le fait que Mme Woerth ait été embauchée à un poste sans aucune expérience pour ce dernier, ou que la rémunération de Mme Woerth soit disproportionnée par rapport au poste qu'elle occupe, et ceci sans aucune intervention de M. Woerth. C'est tout à fait légal mais un fonctionnaire se doit de refuser de tels avantages injustifiés pour ne pas en les acceptant se mettre en situation de conflit d'intérêt qui peut l'influencer jusqu'à la prise illégale d'intérêt. Mais si Mme Woerth a été embauchée à un poste tout à fait justifié pour son expérience personnelle et avec une rémunération conforme à ce poste, il n'y a aucun conflit d'intérêt, que cette dernière bosse comme gestionnaire chez les Bettencourt ou caissière au MacDo du coin.

Or, il est évident que le caractère légal du conflit d'intérêt implique que des enquêteurs ne s'y intéressent pas. C'est pour cela que concernant Mme Woerth, Eva Joly ne parle pas de conflit d'intérêt mais de prise illégale d'intérêt.
Bonsoir,
Impossible de voir cette émission (et aussi "La stratégie élyséenne : diffuser des extraits d'audition tronqués") : "Stream not found"...
(il y a un problème technique ?), J'en profite pour vous dire merci pour vos émissions,
http://guybirenbaum.com/20100722/quand-philippe-courroye-ne-souhaite-pas-repondre/
J'ai cru entendre qu'il ne fallait pas traiter les évadés fiscaux au niveau des dealers. Je suis désolé : la somme de malheur humain produite par un dealer peut être négligeable par rapport à celle produite par un évadé fiscal de grande ampleur.

En fait, je ne suis pas d'accord sur une gradation A PRIORI de la gravité des actes délictueux ou criminels. Un acte aussi basique qu'une simple omission peut avoir des conséquences énormes et entraîner beaucoup de souffrances et de morts sur des périodes considérables.

Personnellement, je serai pour une aggravation sévère des peines pour les délits - même mineurs - commis par des personnalités politiques ou des membres du ghota. Le pouvoir entraîne des responsabilités, et l'exemplarité devrait être requise.

En plus, quelqu'un de richissime a tout à fait les moyens de payer TOUS ses impôts sans que ça influe en rien sur son niveau de vie concret, donc il n'y a AUCUNE excuse.
courroye a peur que la roue tourne...
c'est bien beau tout cela mais quand même il devrait y avoir un autre procès: le conflit d'intérêt concernant Mr Woerth; conflit d'intérêt qui crève les yeux; pourquoi personne n'en parle-t-il plus ? qui et comment peut-on initier ce procès ? l'intervention de mr Sarkosy ne portait d'ailleurs que la dessus : le "blanchiment de Woerth" ! Eva Joly ou pas Eva Joly on voit quand même que pour contourner la loi il y a plein d'astuces et plus on est puissant , plus c'est facile ... Courroye n'a pas été au fond des choses sur l'affaire de l'appartement de Sarkosy classée sans suite il essaie d'aboutir à un résultat similaire ici; mr Courroye ne donne pas une bonne image de la justice ...
Mme Joly présidente!
Encore une excellente émission que j'aimerais bien faire voir à mes amis non encore abonnés à @si...
excellente émission qui reflète exactement ce qu'@si doit être pour moi : un éclairage-décryptage sur les embrouillaminis et autres connivences politico- financières !

et Eva Joly, limpide, exprime bien le risque de la main-mise du pouvoir sur les décisions judiciaires si, à l'avenir, comme le souhaite notre suprême et pour cause, seul le Parquet, aux ordres, aura autorité pour enquêter !!

déjà que notre atrabilaire élyséen essaie de mettre par terre la liberté d'expression dans ce pays par son besoin irrépressible (un de ses nombreux tocs !) de faire compulsivement des procès à tous ceux qui ne s'agenouillent pas pour faire briller ses pompes !!
sachant que les journaux et les journalistes n'ont plus les moyens de se payer les avocats nécessaires contre lui pour perdurer... en effet, tout le monde n'a pas pu s'augmenter de 176% à peine arrivé dans son nouveau job histoire de se mettre à l'abri pour la retraite.... on peut imaginer les dégâts de ces procès à répétition, sur la presse !!!
Nicolas Sarkozy poursuit un journal satirique
(même Frédo a réagit négativement à cette annonce, c'est dire.....)

notre attention sur la presse et la justice s'est un peu relâchée ces derniers mois ; mais il est urgent, face à tous les bidouillages de l'exécutif, de remonter la garde , sinon on prends le risque de se faire enc....ercler !!!

bravo encore pour cette émission !
pas grand chose à rajouter sinon peut-être Money...... (bon c'est vrai y'avait aussi Money Money d'ABBA mais fallait choisir hein c'est tout :))
à propos de Julien Dray, il avait eu un rappel à la loi par le parquet : www.liberation.fr/politiques/0101609369-un-simple-rappel-a-la-loi-pour-julien-dray.
merci, très très instructif. J'ai bien aimé l'extrait ou Sarkozy dit que « l’honnêteté de Mr Woerth éclate en plein jour » : = ça se brise ?
Fig. La bombe va éclater, il va survenir quelque malencontre, quelque grand mystère va être connu
le nid de guêpes semble bien chatouillé
Je ne sais pas, cette émission me laisse une impression mitigée.

J'ai eu l'impression qu'à certains moments Eva Joly s'avançait beaucoup puis se retranchait immédiatement derrière son petit doigt, en mode "ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit".

C'est peut-être dû à son imperfecte maîtrise de la langue, mais on aurait vraiment dit qu'elle lançait des accusation contre Courroye avant de les faire passer pour de simples éventualités.

Ceci dit, le reste de l'émission était très intéressant, et les précisions apportées nécessaires.
Merci @si d'avoir autorisé l'accès de l'émission à tous dans l'intérêt public, je dirai même républicain.
Elle devrait buzer sur le net francophone qui fait tant trembler la sarkophagieland!
Surtout avec une représentante aussi digne que cette dame étrangère d'origine mais si profondément française d'esprit à qu'ils demanderaient bien volontiers de quitter la France puisqu'elle n'aime pas son président et sa clique.
Eva présidente!
Dans le journal de midi 30 de France Q, une itw de Serge Portelli
Les bras lui en tombent....
gouvernants jonglant avec argent et biens publics
gouvernants jonglant avec la loi pour leur financement.... "moyen légal de détourner la loi.........!!!."
gouvernants protégeant la classe des ultra riches pour en tirer bénéfice
gouvernants dépensant l'argent public pour soutenir les industriels et les banquiers en leur laissant liberté de gestion
Président de la République menteur et arrogant vis à vis des Français et de l'étranger....
Peuple qui s'appauvrit et doit être ponctionné, qui souvent ne peut plus être soigné (faute de moyens), et qui devrait mourir plus tôt pour moins "coûter"
Sour la 4ème république ce gouvernement serait peut-être déjà tombé.........juqu'à quand pourra-t-on continuer à supporter tout cela???

Merci @si et Eva Joly de nous aider à mieux comprendre......et la réactivité du "net" et aussi très intéressante, cela nous permet - même isolé - d'essayer de comprendre les informations et les imbrications politico/monnaito/judiciaires.....qui marquent cette fin de règne.
Beaucoup aimé ! Et merci de rendre cette émission accessible à tous ! Elle est effectivement "d'intérêt public" !
Ah si seuleument tous les hommes et femmes politiques avaient la moitier du courage et de la competence de Mme Joly, notre democratie aurait une autre gueule...Il n'y a qu'a ecouter le pathetique M. Dray pour saisir l'abime qu'il reste a franchir. Toutefois ne boudons pas notre plaisir, tant que des gens comme Eva Joly s'exprimeront, et que des medias comme asi les diffuseront, l'espoir sera permis.
Le parquet a refusé, vendredi 16 juillet, de transmettre à la juge Isabelle Prévost-Desprez, qui veut mener ses propres investigations, une pièce essentielle de la procédure. Ce veto du procureur Philippe Courroye (photo) porte sur la retranscription des enregistrements pirates réalisés au domicile de Liliane Bettencourt. Tout un symbole.

Source : « Le parquet de Nanterre veut empêcher la juge d'enquêter », par Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme, Mediapart, 17 juillet 2010 ( accès payant ) http://www.mediapart.fr/journal/france/160710/le-parquet-de-nanterre-veut-empecher-la-juge-denqueter
Très bonne émission qui a permis d'entendre Eva Joly, et ça c'est toujours un plaisir.

Mais trop court !!!!!!!!
Beau débat, très instructif et qui fait honneur par les temps qui courent au site d'utilité publique que représente @si.
Un sacré feuilleton qui ne fait que débuter surtout si les procédures remontent jusqu'à la cour européenne des droits de l'homme pour invalider les gardes à vue de cette semaine, et tous les éléments qui en sont issus.

Il y a un autre risque dans cette procédure il le semble, c'est que le procureur de Nanterre est lui même cité dans les enregistrements. Cité, comme dit Eva Joly, pour des interactions avec L'Elysée, la nouvelle du non lieu dans l'abus de faiblesse, provenant du conseiller de Koko, et plus d'un mois avant l'annonce officielle par le procureur. Procédure bien alambiquée.

Concernant la recevabilité des enregistrements, il me semble que quel que soit le pays, ils auraient été acceptés. Puisqu'il faut bien faire la différence entre les moyens judiciaires d'obtention de preuve strictement encadrés, et la délivrance à la justice par un citoyen d'éléments obtenus par des moyens qu'on peut juger immoraux mais qui n'ont rien d'illégaux (enregistrer des conversations à l'insu des protagonistes est un délit, sauf si les conversations semblent rapporter des faits délictueux). Ces enregistrements si ils avaient été obtenus par un service de l'Etat eurent été rejétés, mais c'est pour protéger les droits du citoyen vis à vis de l'Etat. Ces enregistrements librement amenés à la justice par un citoyen apportent des éléments susceptibles d'éclairer la vérité, et sont soumis à vérification et ne sont pas admis comme preuve (au sens fort et juridique), mais comme éléments d'enquête simples.

Pour le juge d'instruction, cela me paraîtrait assez étonnant qu'il en soit nommer un, cela irait tout bonnement à l'opposé de la voie choisie par ce gouvernement, et donc de l'évolution de la justice en cours. bonne ou mauvaise. Le procureur a tout à perdre, il en nomme un, l'on dirait donc, que cela est donc quelque chose qui s'imposait, pour l'indépendance, se jugeant par là même dépendant, et vis à vis de son autorité de tutelle, cela serait sans doute assez mal vu, légitimant toutes les attaques à la réforme de la procédure pénale et à la suppression du juge d'instruction, soutenues à bout de bras et à bout de force par l'Etat Sarkozy, Rachida Dati puis MAM.

D'autant plus qu'est dans les tuyaux une procédure d'enquête fiscale qui devrait débarquer à point nommer comme pour souligner la grande vision gouvernementale: la procédure judiciaire d'enquete fiscale, artcile 23 de la 3ème loi de finance rectificative de 2009, discutée ici à l'Assemblée Nationale pas plus tard que fin juin, lors d'un rapport d'information de la commission des finances, sur l'application des mesures fiscales. (Si le terme niches fiscales vous semblent floues, jetez y un oeil...le premier point porte sur un "objectif de maitrise de l'optimisation fiscale, fonctionnant comme une imposition minimale pour les contribuables disposant d’un certain niveau de revenu imposable", en gros imposer un minimum d'impôts aux professionnels de la défiscalisation... 8%, ça vous paraît honnête???)

A la lecture du rapport d'informations cités plus haut, la Levée du secret fiscal au profit des services de renseignement, désormais effective, me fait dire que l'Etat sait déjà tout de cette affaire (sans parler des dérives qu'une telle pratique peut amener!!!). Et le voir aujourd'hui freiner des quatres fers, vis à vis de la justice, me fait dire que ça ne sent pas très bon pour l'Etat, et ses représentants du jour. Mais ça on le savait déjà!

Alors protégeons les emplois de l'Oréal, les intérêts de chacun dans cette affaire, nationalisons temporairement L'oréal, par prise de contrôle des 30% de Liliane! Puisqu'au delà de tout cela, c'est bien la succession qui se profile avec tous les conflits déjà affirmés (Et en France de Lagardère à Dassault en passant par beaucoup d'autres, cela pose toujours, beaucoup, beaucoup de problèmes). Que l'Etat prenne le contrôle, instruise ce qu'il y a à instruire, protège les droits de chacun, aujourd'hui (en protégeant une pov dame dépassée sans aucun doute), et demain, en réglant de l'intérieur la succession. (il serait intéressant de savoir; comme on parle beaucoup de La Suisse, où sont les actions Nestlé de Lilianne, et à qui elles iront, ces actions en font l'actionnaire principal!!! Sans oublier le pacte d'actionnaires L'Oréal/ Nestlé, reconduit l'année passée.... Ca fait beaucoup de choses pour une dame de 87 ans!!! qui a sans doute toute sa tête, mais certainement pas les capacités de gestion pour un groupe de cette taille... En plus du syndrôme de la riche héritière, souvent courtisée, rarement soutenue... Où sont "ses amis" d'hier, aujourd'hui, ceux qui acceptaient, maisons, appart et autres...????)
La seule contribution utile de Christophe d'Antonio, c'est lorsqu'il fait remarquer que les seules informations sur le résultat de l'enquête de la brigade financière sur l'abus de faiblesse proviennent de l'avocat de la fille Bettencourt.
A part ça, on ne peut pas dire qu'il ait fait avancer l'émission.

Eva Joly est en effet très impressionnante.
On voit mal qui pourrait lui porter la contradiction (je ne parle pas des dénégations affligeantes de l'UMP).

Peut-être quelqu'un comme Philippe Bilger aurait pu apporter le point de vue du parquet, mais il aurait certainement été contraint par son devoir de réserve.
C'est là en effet toute l'ambiguïté de la chose : on entend une juge parler.
Or Eva Joly s'exprime en fait en tant que femme politique. Si elle était encore magistrate, elle n'aurait pas pu s'exprimer de cette façon.

Elle cumule parole d'autorité et liberté de ton et la combinaison est redoutable.
Christophe d'Antonio est lamentable. Non seulement, il est inintéressant, mais en plus il est de mauvaise foi. On dirait un journaliste du figaro (pour être gentil), ou de TF1 (pour être méchant).
Je ne connaissais d'Éva Joly à peu près que ses lunettes (qui m'agacent au possible) et certains pans de son programme politique... cette heure d'émission me la fait apparaître magnifique ! Si tous les professionnels de la justice et de la politique avaient son intelligence, sa probité, sa façon relativement claire, élitiste dans le bon sens du terme, d'expliquer les choses... on réaliserait la République, enfin !
Dommage qu'elle ait cet accent (léger et raffiné, mais audible), une certaine patience, et la marque de son âge, car si elle venait à se présenter pour 2012 je doute qu'elle ait des chances meilleures que Voynet, autre femme remarquable mais pas à sa place dans la politique et les médias actuels, de l'emporter. Mais imaginez la face à Sarkozy dans un débat d'entre-deux-tours : un plaisir du triomphe de l'intelligence sur la brutalité veule et arriviste. Le faux jeune bling bling contre la mamie sage, montre contre montre, lunettes en plastique contre Ray Ban, et "moi j'veux dire, moi, m'sieur Pujadas, mâme Chabot, mon job est bien difficile, et on fait rien qu'à m'calomnier" contre "la question se pose avant tout en termes de cadre procédural". Ce serait beau...

Comme les autres @sinautes, je pense que l'auteur était un peu une perte de temps, si c'est pour entendre dire "moi fondamentalement les écoutes ça me pose un problème", autant faire des pieds et des mains pour inviter un proche de Bettencourt ou un UMP qui défend ses camarades, afin de pouvoir très nettement confondre deux visions de cette affaire. Lui veut parler de Bettencourt-Banier ; mais les citoyens s'en fichent un peu, car cela concerne avant tout des personnes entre elles (même si ça peut avoir un effet sur des milliers d'emplois, c'est sûr).
La façon dont il dit, en gros, que son affaire à lui c'est plusieurs milliards, et que de l'autre côté ce sont juste quelques chèques, c'est un peu con. Ce qui pose problème, ce sont ces chèques à répétition, et pas seulement de mamie Liliane, face à une politique entièrement faite pour favoriser les plus riches ; le contournement de la loi avec la bénédiction de ceux qui la font et doivent la faire appliquer... c'est quand même grave, oui, peut-être plus qu'une affaire familiale qui doit trancher sur la santé mentale d'une femme de 87 ans.
Quant au "voyeurisme"... le tribunal a statué. Et quand on voit en début d'émission une femme de 102 ans interviewée par TF1, pas de souci ?

Il serait très bénéfique de faire une vidéo plus resserrée de ce que dit Éva Joly, et certaines des interventions du commissaire (très bien aussi mais discret, il a l'intelligence de laisser Mme Joly parler car on sent qu'il acquiesce intérieurement en général). Une vidéo de 5 minutes ou moins permettrait de diffuser un peu plus encore cette parole intelligente, de clarifier les choses sur la question. Comme pour cette courte vidéo sur les retraites qui remettait en très peu de temps en cause les principaux mensonges du gouvernement, une courte vidéo mettrait ici nettement en évidence les limites de Courroye (notamment territoriales) et certains dessous de l'enquête.

Ah oui, Dray aussi, grosse déception. Même : quel abruti ! Je me demande pourquoi il a réagi ainsi... par bêtise ? Par volonté de salir une concurrente électorale au positionnement proche ? Par camaraderie avec d'autres politiques qui ont mis la main dans le pot à confiture et aiment le luxe, parfois trop ?

edit : merci beaucoup pour le téléchargement, c'est vrai que c'est très pratique, et super pour faire passer l'info ! Avec une vidéo plus courte donc, encore mieux ;-).
Merci! Émission très intéressante grâce à Mme Joly, les deux autres invités n'étaient pas à la hauteur.
L'extrait d'interview de J.Dray me pose problème : est-il envisageable qu'il ait conclu un deal pour se sortir de son "affaire" et qu'il soit devenu une espèce d'agent double ?
Tiens comme c'est étrange. De Maistre en garde-à-vue pour évasion fiscale alors que Mme Woerth vient tout juste de démissionner et n'est, bien sûr, pas mise en cause.
Je ne sais pas si cette fois DS a cédé,volontairement ou non, aux requêtes récurrentes de contradicteurs sur le plateau, mais franchement on se serait passé sans problèmes de ces deux zozos, creux, éteignoirs et hors sujet. Dommage car Eva Joly était brillantissime de clarté et de ...patience. Excellente émission néanmoins avec un Dan Israël toujours aussi pointu, précis et courtois. La couverture de cette affaire inouïe par @SI est en tous points remarquable. Merci.
(Merci aussi pour le téléchargement : génial !).
Merci infiniment pour cette émission. Eva joly était le meilleur choix pour nous éclairer sur cette affaire, ce feuilleton qui j'ose le dire commence à sérieusement m'ennuyer parce que trop embrouillé, complexe. Avec Eva tout devient limpide comme toujours. J'admire cette femme sans condition pour son courage, son inlelligence et sa probité depuis toujours. C'est pour elle essentiellement que j'ai voté vert. Je revisionnerai cette émission d'une importance capitale pour comprendre les enjeux dans cette affaire. Les mimiques de madame Joly étaient aussi explicites que ces explications verbales. Les questions de Daniel étaient très pertinentes et précises. Un grand merci également à Dan Israël. Maillon indispensable de l'émission.

PS. Seule madame Joly articule suffisamment bien pour pallier les insuffisances sonores, encore une qualité pour cette dame qui souhaite par tous les moyens se faire comprendre : pédagogue, claire, précise.


Edit pour fautes de frappe ou d'orthographe, grrrr...en espérant ne laisser aucune coquille.
Heureusement qu'elle est là Eva Joly et quelle clarté dans ses
explications ! Direct au but et sans langue de bois , j'apprécie
beaucoup . Par contre "San Antonio" je le trouve nul , désolé ,
et le flic un peu relégé au rang de punching ball . C'est sur avec
une pointure comme Eva Joly difficile de sortir la tête hors de l'eau
pour les 2 autres invités . Daniel bien dans ses pompes !
Bonne émission pour un sujet ou les pistes sont tellement brouillées .
Merci
Viva Eva Joly !
J'espère grandement qu'elle va se présenter à l'élection de 2012.
dans une affaire aussi embrouillée et politique, j'aurais préféré entendre maître Eolas. Trop d'intérêts en jeu. Je me méfie en toute sympathie d'Eva Joly
Bon tout ça c'est très bien, mais c'est quand qu'Arrêts sur Images redevient une émission d'analyse et de décryptage des médias ?

Refaire ou prolonger les enquêtes, c'est très bien, mais ça n'est pas pour ça que je me suis abonné.
Si vous n' appréciez pas, au revoir, mais n'en dégoutez pas les autres :-)
Il n'est pas question d'apprécier ou de ne pas apprécier, mais il me semblait qu'ASI était un site et une émission de décryptage des médias. Or depuis quelques émissions on a des débats sur des sujets d'actu. C'est très sympa, mais si ASI se met à faire comme tout le monde, effectivement je vais finir par aller voir ailleurs.
Les "médias" ne sont pas une réalité coupée du reste de l'univers.
Espérer "décrypter les médias" sans avoir un minimum d'éléments juridiques, historiques, économiques, sociologiques et j'en passe, ce serait totalement vain.
Il se trouve que l'actualité mobilise pas mal de ces éléments.
Allez donc voir ailleurs si vous pensez pouvoir trouver mieux qu'ASI pour aborder tout ça.
J'ai l'impression de parler à des sourds.

Mais oui, je m'en vais, pas de problèmes, visiblement la plus petite critique n'est pas tolérée.
Personnellement je comprends votre critique, et la partage en un sens ; mais il est compréhensible que quand on est journaliste et qu'on voit des médias mentir, sciemment ou par omission, sur des faits qui semblent importants, il semble préférable de relayer et étayer ces faits importants plutôt que de pratiquer une critique scientifique des médias concernés. L'un et l'autre peuvent aller ensemble, mais ce n'est pas toujours facile surtout quand le sujet est aussi compliqué.
Pour le coup, j'ai été suffisamment dévasté, comme je suppose la majorité des citoyens qui s'intéressent à cela, par le traitement des affaires par certains grands journaux et l'immense majorité des télévisions (ne serait-ce que le fait de ne pas se lever comme un seul homme pour dénoncer, vilipender les accusations de "fascisme" envers Médiapart, Le Canard, Rue89, Le Point), pour ne pas avoir à supporter à nouveau du TF1 pendant aussi longtemps.
Voilà, on sait que Le Figaro, TF1, LCI, LCP... ont menti, ont par exemple déclaré que "le rapport de l'IGF blanchit Woerth", alors que ce n'est pas un rapport de l'IGF, qu'il porte sur seulement deux questions, qu'il est très douteux dans sa fabrication, et que malgré tout cela il laisse planer un doute sur Woerth. On sait que la parole ministériel dénonçant "les rumeurs sur internet" plutôt que "les informations mises au grand jour par les médias d'investigation" a bien été relayée par certains journalistes aux ordres. Tout cela, l'@sinaute le sait. Par contre, ce qu'Éva Joly a dit, je l'ignorais, et je doute d'être le seul...

Il en va de même quand Eolas sort un scoop ; quand Acrimed enquête, médiatise : ce n'est pas le rôle qu'ils se sont fixés, mais si on autorise Mougeotte, Chabot, Pernaut, Pujadas à se prétendre journalistes et qu'on les laisse occuper le devant de la scène, qu'on n'encourage pas en face des personnes apparemment intègres et de qualité à les concurrencer, cela ne sert pas le journalisme... Ce qui était bien le but d'ASI puis d'@SI, critiquer pour améliorer ! Et bien pratiquer pour améliorer, c'est aussi, quelque part, une forme de critique qui fait mouche. Pour moi.

Bref : restez ! Vous apportez au moins un abonnement, et mieux vaut 15€ à @SI que dans de la bière ou pire du Figaro.
Bonjour,
… et vous avez oublié le grand menteur devant l'éternel, le petit à talonnettes.
Quand on voit au cours de l'émission son discours sur le procureur, et le (?) Pujadas ne pas réagir à cette succession de contre vérités, @si décortique les médias avec l'aide de personnes compétentes.
Le problème n'est pas la critique mais le fait de l'assortir d'une menace de résiliation d'abonnement ("mais ça n'est pas pour ça que je me suis abonné."/"je vais finir par aller voir ailleurs."), ce n'est pas constructif, ni intéressant.
personnellement je n'ai pas perçu une menace quelconque. la personne signalait seulement qu'elle ne s'était pas abonné pour ce type de contenus... et en tant qu'abonné elle a parfaitement le droit de l'exprimer non ? la remarque est juste de mon point de vue.
Merci, c'est exactement ça. Je n'ai jamais menacé de quoi que ce soit, je disais juste que la raison de ma présence et de mon soutien à @Si n'était pas pour voir ce genre d'émissions, aussi passionnantes et bien faites soit-elles. Une remarque, une critique, à prendre en compte ou à ne pas prendre en compte, voilà, point.

Il n'y avait aucune animosité ni revendication de "client mécontent" (je déteste ce types de manifestations), simplement un constat. C'est pourquoi je trouve assez désagréable les réponses du type "ben si t'es pas content casses-toi" (alors pauv' con ?). C'est pas vraiment comme ça qu'on initie le débat.
Cela très longtemps que ce genre de remarque (= éloignement de la mission initiale d'ASI), que je partage, a été constatée et formulée sur ces forums. D. Schneidermann s'est déjà exprimé sur ce sujet, en indiquant son souhait, grâce au passage sur le web, de ne plus se contenter de critiquer le traitement de l'actualité par les médias mais aussi de devenir partie prenante dans le traitement de cette actualité (NB : c'est mon interprétation de ce que j'ai lu dans ses chroniques et interventions sur ce forum).

J'espère que, comme moi il y a quelques mois, vous dépasserez votre déception et que vous vous rendrez compte qu'@si remplit pleinement ce nouvel objectif et que l'information proposée est de grande qualité (par exemple, la maîtrise des sujets traités par D. Israel, ou le dernier triple article sur les retraites).
Avec le recul, je suis satisfait de cette évolution : depuis le temps que je regarde ASI, je n'ai plus besoin que l'on me prouve qu'une majorité des émissions dans les médias nous prend pour des gogos. Par contre, j'ai bien plus besoin d'une source d'infos indépendante, claire, concentrée sur les sujets à enjeux, prenant le temps de l'explication pas à pas, mais n'hésitant pas à prendre le temps approfondir les sujets les plus complexes.
Et surtout, l'émission en question est une critique des média, car elle permet de comprendre ce que les média n'explique pas aux lecteurs/auditeurs/téléspectateurs. Par exemple, les critiques contre Courroye que l'on trouve dans les journaux se limite à deux types: 1) il est proche de Sarkozy 2) il est cité dans les enregistrements. Mais AUCUN journal, je dis bien aucun, n'a commenté les premières décisions juridiques du procureur et expliqué en quoi ces décisions risquaient de faire en sorte que la procédure aboutisse à un non lieu.

Cette critique, cette explication nécessaire pour comprendre ce qui se passe réellement, on ne la trouve que sur @SI. Je trouve donc le commentaire d'Emmanuel totalement hors-propos, et je me demande bien ce qu'il entend par "critique des média".

Je trouve donc le commentaire d'Emmanuel totalement hors-propos, et je me demande bien ce qu'il entend par "critique des média".


Je ne voudrais pas répondre à sa place, mais ce que j'ai compris, c'est que faire à leur place le travail que n'ont pas fait les journaux, c'est se transformer soi-même en organe de presse, ce n'est pas ça l'analyse et/ou la critique des médias.
Peut-être est-ce le choix d'ASI de de transformer en un média sur le net (la diversification semble le montrer, avec des éditoriaux, une émission littéraire, une émission d'humoriste, etc), c'est son droit. Mais c'est aussi le droit de celui qui croyait avoir affaire à un site de critique des médias, de s'interroger sur ce à quoi il s'abonne.
Mais les contenus en libre-accès permettent tout de même de se faire une bonne idée de l'objet réel du site, avant de s'abonner. Je ne vois donc pas comment on pourrait se sentir "piégé", à moins d'avoir procédé à une inscription impulsive et de pur soutien...

Mais les contenus en libre-accès permettent tout de même de se faire une bonne idée de l'objet réel du site, avant de s'abonner. Je ne vois donc pas comment on pourrait se sentir "piégé", à moins d'avoir procédé à une inscription impulsive et de pur soutien...


Bien sûr. Mais je me mets à la place des anciens abonnés pour qui ASI a d'abord été un site de "critique des médias", toujours présenté comme tel. L'évolution progressive vers un média en ligne traditionnel n'a jamais été annoncée clairement.
ous ne pourriez pas utiliser vos intelligences respectives pour, disons pour parler gentillement, arrêter de refaire une discussion faite cent fos, voir même sans grand intérêt, alors qu'il y a beaucoup plus grave?? ASI n'est pas parfait, DS n'est pas parfait, à part moi hein?? qui l'est vraiment?
Aller voir ailleurs, Oui mais où ? Facile, soit on retourne sur les vieux médias usés jusqu"à la corde, soit on tente un autre site (médiapart? j'y suis et content d'être sur les 2) A mon avis (un peu monomaniaque c'est vrai) un bouquet de sites s'impose de plus en plus.
C'est vrai qu'ASI n'est plus le ASI purement decrypteur des médias tel qu'on l'a connu. Je comprends tout a fait la critique d'Emmanuel et je la partage parfois (surtout quand le sujet ne m'interesse pas vraiment pour etre honnete).

Dans le meme temps, je pense que mon interet pour les emmissions et la qualité générale (quel que soit le sujet) augmente sensiblement (d'ailleurs en passant, bravo Francois, on sent que vous devenez vraiment bon dans votre travail de realisateur).
Clairement, je ne vois aucun autre média qui explique réellement la crise financiere ou les dessous juridiques de l'affaire bettencourt (pourtant je lis 2,5 journaux par jour + des hebdos)

Dans les commentaires d'autres emmissions il y a aussi d'autres ASInautes qui ont des critiques éditoriales:
- certains ne veulent plus du tout d'emmissions sur l'economie, la crise, ...
- certains veulent du ASI "France 5", juste l'analyse des medias
- certains veulent plus de sujets internationnaux
- certains veulent une vraie emmission de politique, vu qu'il n'y en a plus a la télé
- ...

Personnellement je serais partant pour payer plus si effectivement il y a une ou plusieurs emmission(s) en plus qui me fait(font) envie (d'ailleurs j'ai été ravi de l'arrivee de la ligne jaune mais j'ai aussi été surpris que cela nous soit donné gratuitement quand je pense aux couts engendrés)
Il est peut etre meme possible d'envisager plusieurs abonnements a terme: ASI tout seul pour ceux qui ne veulent "que" l'analyse des medias, ASI + ligne jaune + autre pour un autre public, ... (allez soyons fous: ASI@sport, ASI@economie, ASI@politique, ...)

Tout ca pour dire que pour ce qui me concerne il me semble envisageable de payer plus si le site grossit (en particulier si le nombre d'emissions augmente et que je peux choisir ce qui me plait)
Oui, pourquoi pas une émission clairement labelisée "émission de débats" ou "analyse de fond de sujets", qu'ils soient économiques, politiques, etc.

Encore une fois, je ne critique pas la qualité des émissions elles-mêmes, des débats comme celui entre Mélenchon et Sarkozy, pour citer une émission récente qui me vient en mémoire, j'en veux bien tous les jours. Et effectivement la qualité des interventions fait un bien fou après des années de C dans l'air et autres machines du prêt à penser.

Reste que l'@SI pur décrypteur de média me manque parfois, et que je trouve que l'émission perd du coup sa spécificité et le ton unique qui en a fait ce qu'elle était devenue.

Alors oui, pourquoi pas une émission @SI décryptage, une émission politique/éco, etc, je vous suis bien volontiers sur cette idée.
Mélenchon - Sarkozy ?? Si seulement !
Oui, c'est vrai il y a peut-être un peu moins de pur décryptage des médias ces derniers temps, et bien je n'ai presque jamais autant aimé ASI. Ok c'est peut-être un peu plus "arrêt sur actualités", mais c'est fait avec la même rigueur que le style arrêt sur image classique, le débat est pertinent, détaillé si besoin, toujours illustré de passages télés, mais surtout plus "expert".

A un moment, d'observer uniquement la surface des choses ça ne suffit plus, on manque de données, il faut plonger un peu sinon on reste sur sa faim. Et en plus, mine de rien par rapport à ASI du début en 1995, le monde médiatique a vécu une révolution avec internet, la TNT & les nouvells chaines, le déclin de la presse écrite et sa spécialisation...etc. Bref le concept centré sur keskizendisent Pujadas & Ferrari ça soule. C'est bien pendant les grands moments médiatiques comme une campagne électorale par exemple, mais moins pertinent quand des questions "de fond" occupent l'espace médiatique, comme la réforme des retraite par exemple.Par exemple sur des affaires juridiquement complexes comme les affaires Bettencourt si l'on ne maîtrise pas quelques données de fond - à cause de ce fameux diable et des détails - et bien c'est dur d'évaluer le rendu médiatique. Ex: les invités prennent le temps d'expliquer les modalités de la procédure et notamment des perquisitions qui nécessitent le consentement du prévenu dans la procédure avec le parquet, et Schneidermann souligne que les médias ne signalent pas ce fait lorsqu'ils parlent des perquisitions : sans le développement préalable on aurait peu compris cet omission.

Franchement, ces derniers temps ASI est peut-être l'émission où j'ai appris le plus de données de fond décalées par rapport au sens commun et au rendu médiatique majoritaire. A la fois le format 1h voir plus sur un débat resserré avec peu d'invités permet d'aller au fond des choses, mais en plus le prisme "médiatique" pour entrer dans le sujet permet directement de décaler les points de vue par rapport à ce que disent les grands médias et ce qui façonne le sens commun, NOTRE sens commun. Donc ça fait d'une pierre de coup en fait, en traitant plus le fond on apprend plus de choses et par la même on n'est plus à même de relever les manques des médias sur ces questions.

Et je finirai par un compliment qui n'est pas une petite pique : mine de rien on sent une petite influence de la brillante émission Ce soir ou jamais - certes un peu moins brillante ces derniers temps... - dans ce "nouveau" style d'ASI, la problématisation des émissions, dans le choix des invités, dans l'abord décalé sur le fond de grands thèmes d'actualités... Copiteurs !:-)
Y a le vieux hippy qui semble en vouloir au site du vieux trotskiste on dirait. On sent une crispation vers la fin et qu'il doit se contrôler pour pas les incendier. Croustillant.
Passionnant ! quelle trempe elle a, cette Eva Joly ! Elle revient avec précision sur tous les points litigieux, qui n'ont l'air de rien pour le commun des mortels, mais qui font qu'une procédure est "noyautée" ou pas ! qu'elle est "sincère" ou caviardée ...
Nul doute que des armées de juristes planchent sur le sujet, non pas pour qu'éclate la vérité, mais pour qu'elle soit étouffée ...
Sale période !

A ouvrir aux personnes non abonnées !

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Tout d'abord un grand merci pour avoir tenté d'éclaircir ce dossier d'un point de vue juridique et judiciaire. Sans prendre parti, il est un fait que le cadre juridique plus large développé par Eva Joly en renvoyant sur le rôle du juge d'instruction montre que cette affaire ne conduira pas à la vérité telle qu'elle est conduite actuellement par le procureur. Ensuite, on découvre qu'en interne, le procureur dépend d'un procureur général qui n'a pas autorité sur la brigade financière de Paris et là on se dit, cela va être la guerre des services.
D'un point de vue de la citoyenne, que des gens brassent de l'argent à des niveaux qui me dépassent, certes, c'est une réalité, qu'ils puissent faire des fuites de capitaux, cela concerne l'Etat français, à lui de savoir, que ce même Etat, par ailleurs, se sente très mal à l'aise en raison d'une proximité évidente, on l'a bien compris. Que la fille de Liliane Bettencourt se sente spoliée, c'est aussi une évidence. La question que je me pose après votre émission qui m'a permis de comprendre les méandres d'une affaire qui définitivement ne concerne pas l'homme ou la femme de la rue : quelle est la morale de l'histoire ? Peut-il y en avoir une, sachant que l'argent n'a pas de morale ?
Au-delà de cette affaire, on prend conscience du pouvoir sans limite du numérique avec ses conséquences très positives, mais aussi, comme dans tout, des effets pervers et là, je crois que la loi et les hommes ont déjà montré leurs limites. Il va falloir faire vite !
j'ai beaucoup aimé cette émission. Eva Joly est épatante. Elle prend le temps d'expliquer et avec elle tout devient compréhensible.
j'ai apprécié quand elle a remis d'équerre le commissaire et qu'elle a dit : ce n'est pas une question de personne, il y a des juges d'instruction qui sont bons et d'autre moins bons, ce qui compte c'est le cadre de la procédure. et le cadre de la procédure du juge d'instrruction est beaucoup plus vaste et l'instruction y est indépendante. CQFD.
Tiens, j'ai eu droit à 6 secondes de pub AXA (en anglais) avant l'émission ! Un chouette sponsor pour asi! :-)

Eva Joly est fort intéressante, Monsieur l'ex commisaire un peu moins. Quant au troisième invité, on ce demandera modestement ce qu'il venait faire ici - voir pourquoi il fut invité ?

Excellent extrait de Julien Dray, qui ne perd jamais une occasion de ce ridiculiser (mon dieu! quand je pense qu'il s'occupe de culture ce garçon) - j'aime bien son idée que le juge d'instruction doive faire du résultat - je pensais que le juge d'instruction se contentait d'instruire et ensuite il y avait un procès. Vous avez raison, dès qu'on parle de justice il faut bien reprendre au début les tenants et aboutissants de chaque fonctions - ni Dray ni Sarkozy ne semble être bien au courant.

Je vote des deux mains pour cette émission.
Merci Madame, et surtout restez en France le plus souvent possible...

PS: Mme Joly a-t-elle déjà la Légion d'honneur? Comment peut-on le savoir? Je trouverais tellement mérité que ce soit le cas, plutôt que de la donner à des De Maistre.
Quel feuilleton !
Eva ! Ah ! Eva ! ... Cette femme-là a un fluide dans la voix, un philtre à lunettes, un truc qui ensorcelle... Vous imaginez ça, en 2012 : Eva Joly 1ère femme présidente de la république française ! ça aurait de la gueule non ?

La pique de Julien Dray à propos de Dumas, histoire de discréditer Mme Joly... et ben c'est pas joli, joli, voilà ! Je la fais, c'est facile d'accord mais pas plus que le tacle politicien de l'horloger du PS.
Beaucoup aimé cette émission. Donner la parole au temps, le temps à la parole, c'est un bon programme.
Si Eva Joly n'existait pas, il faudrait l'inventer !


Bonne émission !
C'est triste d'écouter ce monsieur qui veut vendre son livre......au fond.....il ne dit rien.
Eva joly a raison ,ça se sent.Courroies n'irat jamais au fond des choses car c'est sa limite.
Bravo D.S. de continuer a parler et parler encore de cette affaire.C'est plus gros ( ou tout autant ) que watergate.
excuses pour l'orthographe de courroi..?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.