206
Commentaires

Code-Reinho, youtubeur pro-armes et anti-gauchistes

Dans sa dernière vidéo où il massacre un mannequin représentant un électeur de Mélenchon, le youtubeur Papacito donne la réplique à un certain Code-Reinho. La chaîne de cet ancien militaire propose des vidéos spécialisées sur les armes. Mais entre les blagues et les propos techniques, ses productions dessinent une vision du monde très droitière. Où les "gauchistes" sont les nouveaux collabos.

Commentaires préférés des abonnés

Ils renversent le vocabulaire ("collabos") alors qu'ils sont les dignes fils de pétain et les imitateurs de djihadistes


Le courage qu'ils n'ont pas dans la tête, ils l'ont derrière un fusil


ces gens qui préparent la guerre civile auront un temps d'avance lorsque celle-ci adviendra; car il est fort probable qu'elle adviennent vu qu'ils cherchent à la déclencher dans la quasi indifférence générale


merci pour cet article

(...)

Merci Maurice d'avoir eu le courage d'aller fouiller toute cette merde ! 

Pour une fois, l'expression n'est pas usurpée et je dois vous avouer que je n'ai pas eu le courage de regarder les vidéos.

Derniers commentaires

https://www.arte.tv/fr/videos/028102-019-A/les-carnets-d-histoire-parallele/

Je ne savais pas qu'on pouvait s'acheter des armes automatiques légalement en France. Je me demande bien quelle utilité on peut en avoir.

Il est assez incroyable (mais pas étonnant finalement) de ne pas entendre les réactionnaires qui sévissent sur ces médias qu’on ne nomme plus hurler à l’américanisation - à la « nracisation » -  de la France comme ils savent si bien le faire à propos d’autres choses.


L’histoire de cet ancien militaire, en particulier l’épisode de son différend avec un autre ancien-militaire noir, illustre bien le chemin de la radicalisation, je trouve.


C’est bien souvent à partir d’un vécu personnel – d’un combat personnel perdu – que l’on aspire le plus à une protection inconditionnelle du collectif. Quand on en est là, combien peut paraître salutaire, l’illusion, la croyance que les autres nous défendront uniquement parce que nous sommes de la même couleur de peau ou de la même religion, quels que soient nos démérites personnels. On n’hésite d’ailleurs pas à vouer une détestation sans bornes à ce qui seraient de la même couleur de peau ou de la même religion et qui ne partageraient pas cette logique « groupiste ».


Soit donc la horde comme un palliatif à la difficulté de vivre sereinement et paisiblement la singularité qui échoit à chacun de nous.

Je m'interroge;

les "Chances pour la France" cités et autres assimilés, feront-t-il comme les Juifs ET assimilés en 40?

C'est à dire, se laisseront ils conduire à l’abattoir?


Je souris, en attendant tous ces "Patriotes"...

Plutôt que de me donner envie de m'armer, ces imbécilités me donnent plutôt envie d'apprendre à soigner les gens. Il y a vraiment des débiles qui méritent un bon cachet ...

Bonjour, deux articles sur le même sujet ?? Vous manquez cruellement d'inspiration??  Ou peut-être comme beaucoup trop, vous cherchez à faire sensation, ce qui est très actuel mais à mon sens, regrettable. Encore une fois, ce qui mérite que mépris et silence, vous choisissez de contribuer à lui donner écho.. J'avais la faiblesse de penser que la "mission" d'arrêt sur image était tout autre !! Raymond Mathieu

Ce type ressemble étrangement physiquement et par son parcours à Claude Hermant, un "identitaire" lillois qui avait refourgué des armes soit-disant achetées démilitarisées puis remises en état de fonctionnement. Ce sont ces armes qui ont servi au terroriste ahmedy coulibaly lors du massacre de l'hyper-casher

C'est le poteau du "youtubeur" Idriss Aberkane.

Voir ici.

Hate de voir ASI s'interesser à la préparation militaire et aux chaines youtube des islamistes...

Commentaire supprimé par un administrateur.

Nick, dernier avertissement avant bannissement. Flood et insultes n'ont pas leur place dans ces forums.

C'est un souci en effet.

Les islamistes francais veulent la guerre... et il y a factuellement des risques qu'ils l'obtiennent.

Et il semble assez probable que, pour au moins certains d'entre eux, mettre effectivement en œuvre la chose, c'est-à-dire tuer des gens en dernière analyse, ne représente pas un problème moral insurmontable.


Première alternative : on se soumet immédiatement ; fin de la guerre aussi rapidement qu'elle a commencé mais on vit avec les conséquences, c'est-à-dire dans une société dominée par l'islam.

Mais même ça ne garantit pas d'avoir la vie sauve semble-t-il. Et on le sait d'expérience.

Alors je veux bien être "moralement supérieur" parce que je refuse la violence mais une fois que je suis mort, ma "supériorité morale" me fait une belle jambe.


Deuxième alternative : on ne se soumet pas ; donc guerre.

Deux sous-alternatives :

- ils sont prêts (notamment comprendre : équipés et entrainés) et nous pas : il me semble ici que le résultat est assez écrit d'avance et ils gagnent

- ils sont prêts et nous aussi : ça ne garantit en rien la victoire mais ça a au moins l'avantage de ne pas rendre leur victoire certaine.


Le gros problème, c'est que les civils ont depuis trop longtemps abandonné la voie armée, donc nous sommes très loin de pouvoir rivaliser avec ces abrutis ! 


Cette rhetorique me rappelle quelquechose mais j' arrive pas a mettre le doigt dessus.

Help.

Pour celles et ceux qui se demandent comment ça se passent les radicalisations de djihadistes et de fascistes : à peu près de la même manière que les échanges ci-dessous entre Prométhée, Frédéri Pochard, permanent waves, et Jayraymie.

Et sinon, du coup, on en reparle du Front Républicain ou bien ?

C'est assez spectaculaire la manière dont l'analyse de la menace terroriste djihadiste s'écrit dans les forums d'asi avec sang froid, recul, et mise en perspective ; tandis que la menace terroriste d'extrême-droite s'écrit avec panique, irrationalité, et démesure.

Ils renversent le vocabulaire ("collabos") alors qu'ils sont les dignes fils de pétain et les imitateurs de djihadistes


Le courage qu'ils n'ont pas dans la tête, ils l'ont derrière un fusil


Constat: depuis la fin de la conscription (et ses nombreux réfractaires) , la "professionnalisation" (et ses adeptes) et ses déboires psy !

Vous inquiétez pas les pacifistes collabos , la résistance sera là , et des code-reinho j'en fais un tout les matins , et j'y retourne après le café pour faire un papacito ...Non je deconne ! On vous laissera dans votre mouise ! Pour ce qui est du reste je suis un peu déréglé...

Je vois très bien tout ces rats sortir des égouts au cas où un candidat réellement à gauche venait à être élu président. Une belle milice qui viendrait épauler les flics pour faire le sale boulot trop voyant. Un peu comme le SAC en son temps.

La bête immonde est revenue et cette fois-ci ce n'est pas qu'une chanson.

Bon ben voilà... il m'arrivait de visionner une vidéo de ce reinho sur youtube de temps en temps, quand YouTube m'en proposait une en fait.

Je m'intéresse à l'armement sur un plan intellectuel, historique et technique disons. C'est fou la débauche d'ingéniosité et d'efforts dépensés/gaspillés pour créer des armes de tous types et bon... ses vidéos n'étaient pas inintéressantes.

Alors dans ces vidéos là, son côté très à droite (euphémisme) transpirait assez peu et disons de manière supportable (le genre de trucs qui fait lever les yeux au ciel et souffler en gonflant les joues vous voyez ?). En,fin celles que j'ai regardées en tout cas... je ne me suis pas fait la complète non plus.

Autant vous dire que sa chaine est désormais bloquée de manière à ce que YouTube ne me propose plus ses vidéos.

ces gens qui préparent la guerre civile auront un temps d'avance lorsque celle-ci adviendra; car il est fort probable qu'elle adviennent vu qu'ils cherchent à la déclencher dans la quasi indifférence générale


merci pour cet article

C'est un souci en effet.

Ils veulent la guerre... et il y a factuellement des risques qu'il l'obtienne.

Et il semble assez probable que, pour au moins certains d'entre eux, mettre effectivement en œuvre la chose, c'est-à-dire tuer des gens en dernière analyse, ne représente pas un problème moral insurmontable.


Première alternative : on se soumet immédiatement ; fin de la guerre aussi rapidement qu'elle a commencé mais on vit avec les conséquences, c'est-à-dire dans une société dominée par les fachos.

Mais même ça ne garantit pas d'avoir la vie sauve semble-t-il. Et on le sait d'expérience.

Alors je veux bien être "moralement supérieur" parce que je refuse la violence mais une fois que je suis mort, ma "supériorité morale" me fait une belle jambe.


Deuxième alternative : on ne se soumet pas ; donc guerre.

Deux sous-alternatives :

- ils sont prêts (notamment comprendre : équipés et entrainés) et nous pas : il me semble ici que le résultat est assez écrit d'avance et ils gagnent

- ils sont prêts et nous aussi : ça ne garantit en rien la victoire mais ça a au moins l'avantage de ne pas rendre leur victoire certaine.


Oui mais vous allez me dire "la démocratie c'est le refus du recours à la violence, c'est la discussion, la négociation, le compromis, tout ça, tout, ça".

Oui mais il va falloir m'expliquer comment vous allez négocier pacifiquement avec des gens qui n'attendent qu'une chose : que vous soyez à portée de tir pour vous abattre parce qu'ils se sont convaincus d'en avoir le droit.

Vous allez me dire il faut les convaincre qu'ils n'en ont pas le droit. Oui mais pour ça il faut que vous discutiez pendant un certain temps avec eux... or ce temps vous ne l'aurez pas puisque, retour à la case départ, ils vont vous descendre dès que vous serez à portée.

Oui mais... Gandhi, Martin Luther King, la non-violence qui finit toujours par gagner, tout ça, tout ça.

Question : combien de gens sont morts avant que le camp d'en face (l'empire britannique ou le gouvernement/la société américain changent enfin... et on peut encore se poser la question sur la réalité de ce changement aux US) ???

Remarque : dans les deux cas, il s'agit de "victoires" qu'on attribue à la seule non-violence sans s'inquiéter de bien analyser les contextes dans lesquels ces "victoires" ont été obtenues et notamment sans s'intéresser aux autres mouvements, qui n'étaient pas forcément "non-violents" eux et qui ont participé à la lutte contre l'oppression.

Et, encore une fois je ne trouve personnellement aucun réconfort à savoir que ma supériorité morale a prévalu si je suis mort. Je ne crois en aucune vie après la mort et il n'y a pas de raison que je considère que la seule vie dont je peux jouir ait plus de valeur que la vie de quelqu'un qui se pointe vers moi dans l'intention manifeste et revendiquée de me tuer.


Oui la violence ce n'est fondamentalement pas "bien". Oui tuer c'est "mal".

Non je ne me laisserais ni tuer ni même assujettir sans réagir... et si la seule option que me laisse l'adversaire c'est d'user de violence contre lui et même de le tuer si nécessaire en dernière analyse alors je n'hésiterais pas.


Si vous rejetez l'option de la violence par principe et que l'adversaire lui ne la rejette pas, vous avez perdu par défaut.

Après si vous avez rejeté cette option parce que vous croyez que ça va vous acheter une place au paradis ou que sais-je, c'est un choix personnel que je peux admettre mais je vous interdit formellement de me juger moi sur la base de ce choix personnel tant que, au minimum, vous ne m'avez pas convaincu sans l'ombre d'un doute que ce paradis (ou autre) existe et qu'il est au moins aussi intéressant que le monde dans lequel je vis actuellement.

Oui mais vous allez me dire "la démocratie c'est le refus du recours à la violence, c'est la discussion, la négociation, le compromis, tout ça, tout, ça". 


non non, je n'allais pas dire ça . 


Israël, le Mexique, les Etats Unis d'Amérique... sont des démocratie et la violence y est omniprésente


mais j'imagine que le "vous" tout au long de votre texte ne m'était pas spécialement adressé !


;-)

Oui c'était un "vous" de type "je m'adresse à la cantonade"... :-)


Eh bien sinon... comment dire ?

Je me demande dans quelle mesure les trois pays que vous citez ne sont pas que des pays formellement (voire très formellement) démocratiques.

Allez je sais que je vais me faire taxer d'antisémitisme mais... j'ai du mal à considérer comme vraiment démocratique un pays qui pratique factuellement un apartheid politique sur ses propres ressortissants. Je ne parle même pas des palestiniens, je parle des "arabes israéliens", très officiellement citoyens du pays en question mais dont les droits et la représentation politique sans contrainte dont ils devraient jouir par définition sont, pour le dire de manière assez euphémique, très limités... et même, retour au sujet initial, par l'usage (parfaitement légal du point de vue d'un état qui se définit lui-même comme celui du peuple juif) de la violence.

Pour ce qui est des Etats-Unis... l'histoire de l'usage de la violence par ce pays pour imposer ses choix à d'autres pays et populations (on appelle ça de la violence terroriste quand on est un minimum conséquent) n'est plus à faire.

Pour le Mexique, je dispose de moins d'éléments alors bon... je passe.

On est bien évidemment d'accord !

Il y a un moment où pourra se poser la question de l'auto défense non pacifique. Thorez, par ailleurs vrai stalinien, disait "pour un oeil les deux yeux, pour une dent toute la bouche".

"Tendez l'autre joue disait Jesus"
Decidemment  la convergence bolcho-catho a de beau jour devant elle

Le gros problème, c'est que l'extrême-gauche a depuis trop longtemps abandonné la voie armée, donc nous sommes très loin de pouvoir rivaliser avec ces abrutis !

Ben oui mais c'est tellement inadmissible par essence la violence d'extrême-gauche.

C'est le plus souvent la violence des opprimé-e-s qui se rebiffent alors ça, ça, c'est vraiment pas possible.

Les opprimé-e-s, ça demande gentiment aux oppresseurs de cesser d'opprimer. Et ça attend que les oppresseurs veuillent bien accepter ; en espérant ne pas être tué-e-s entre temps.

Hélas, je suis bien d'accord. On s'est fait avoir par l'illusion démocratique et surtout celle de la "vaccination" post-nazie !

La démocratie n'est pas une illusion. Ce qui est une illusion c'est ce qu'on nous présente comme étant de la démocratie qui n'est le plus souvent qu'un système politique plus ou moins pacifié qui bénéfice à une toute petite partie de la population et qui légalise la domination de cette petite partie sur le reste.

La démocratie bourgeoise/capitaliste est une illusion aussi bien que la démocratie "communiste" (communiste dans ses versions marxiste-léniniste et dérivées ) . Au moins celles-là avaient plus ou moins l'honnêteté de se reconnaitre comme une "dictature du prolétariat". Pour des raisons différents mais avec un résultat très identique : la domination d'un petit groupe sur l'ensemble de la société/communauté.


Quant à la "vaccination post-nazie"... il semblerait que ce soit une vaccination qui nécessite des rappels réguliers malheureusement.


Nous sommes aussi bien individuellement que collectivement le résultat de notre évolution en tant qu'espèce.

Peut-être qu'il nous reste encore du chemin à parcourir pour que la démocratie, la vraie avec toutes ses caractéristiques, nous devienne vraiment "naturelle". En attendant, c'est quelque chose qui demande des efforts quasi-quotidiens pour l'installer et même pour la maintenir.

La démocratie comme "mème" qui ne s'est pas encore entièrement et définitivement implantée dans notre "ADN mèmètique" commun ? Le fascisme comme "mème récessif" ?

Évidemment, je voulais évoquer l'illusion de la "démocratie de marché".  ;-)

Oui, mais il y a une autre réserve à l'option de la violence, qui n'est pas "morale" ou religieuse, c'est celle de la justice et de l'appréciation de la vraie situation. Bien sûr, sauf dans les cas flagrants, comment pouvez-vous ("vous" générique) apprécier réellement si vous n'avez pas d'autre option, si vous êtes déjà décidé-e, en amont, à recourir à la violence ? Déjà les professionnels (les policiers) - en envisageant leur bonne foi, n'est-ce pas ? - sont parfois pris en défaut. Alors le citoyen lambda... Et par ailleurs, de quel droit décider que cette option est, a priori, légitime en société ? Et là, c'est plutôt une question politique. N'est-ce pas dédouaner un peu facilement les politiques, justement, qui doivent protéger et pacifier la société ? (et on voit bien que ce n'est pas du tout le cas).

Même question : comment faites-vous reconnaître cette justice quelle que soit la manière dont vous la définissez à quelqu'un qui n'en a que faire et qui vous menace de mort ?


Je ne suis pas décidé à faire usage de la violence. Je préférerais éviter pour tout vous dire. Mais je ne peux tout simplement pas la rejeter par principe alors que d'autres ont clairement exprimé leur intention d'en faire usage en premier lieu.


Je décide du droit qui est le mien de protéger mon existence.


Les politiques ? Quand avez-vous vu que les politiques (sauf exception) protègent et pacifient la société.

Et quand bien même, c'est une jolie manière de se dédouaner de ses propres responsabilités.

La justice dont je parle ne se décide justement pas au niveau de l'individu (on devrait pouvoir en dresser les contours dans une démocratie digne de ce nom), même si, je vous l'accorde, dans la situation actuelle, les politiques ne sont pas du tout efficaces, sinon pire (soufflant sur les braises).

Quant à LA politique (la défense de l'intérêt commun, du bien commun), elle ne se superpose pas "aux politiques". 


Ah mais c'est vous et pas moi qui avez utilisé le terme de "les politiques".


Pour cenqui est de La politique maintenant, oui chacun est en droit et devrait même y participer plutôt que de laisser ça, justement, à ces "hommes et femmes politiques".


Toujours la même objection à laquelle vous ne répondez pas : que faire si la justice ne peut pas me (nous) protéger contre ces individus qui ne la reconnaissent pas comme valide et s'arroge le droit de tuer qui a le malheur de leur déplaire ?

Les grands principes c'est bien mais ça fonctionne rarement "aux limites". Et là nous avons des individus qui sont tellement "aux limites" que ça ne les dérange même plus d'annoncer publiquement la couleur de leurs intentions.

Par ailleurs la justice ne peut se rendre qu'avec des institutions pour la rendre qui fonctionnent. Dans le contexte dans lequel nous vivons ça peut s'appeler la chaine police-justice-prison. Et quand on voit l'état ne serait-ce que du premier maillon de la chiane, la police, on peut se demander dans quelle mesure on peut lui faire confiance...

Votre mention à Gandhi m'a fait penser à la vidéo "Gandhi Trap" (en anglais), qui essaye justement d'analyser un peu le contexte de la non-violence, et pourquoi le contexte actuel risque de la rendre peu efficace. Ça ne va pas répondre à toutes les questions à ce sujet, surtout en 8 minutes, mais je la trouve intéressante.

Ah vidéo qui demande une vérification de l'âge.

 Ça m'emmerde...

Ils veulent la guerre... et il y a factuellement des risques qu'il l'obtienne.


j'y crois pas une seconde à cette histoire de guerre civile; en tout cas pas dans ces termes. Il y aura des attentats d'extreme-droite; et on se dirige de toute manière vers un état fasciste; et à ce moment là c'est la question de la résistance à cet état qui sera posée; sur fond de violences non condamnés par cet état (pogroms; ratonnades..)

" et à ce moment là c'est la question de la résistance à cet état qui sera posée; sur fond de violences non condamnés par cet état (pogroms; ratonnades..) "

Ce qui correspond aussi à la définition d'une guerre civile...

C'est l'ED qui organise la violence de nos jours ?
Vous avez le compte ?

Commentaire supprimé par un administrateur.

https://www.arretsurimages.net/cgu-forum


Ah tiens... la théorie (fumeuse) du "grand remplacement". Ça manquait à notre bonheur ça tiens.


Quand on les colonise, c'est la grandeur de la civilisation.

Quand on les fait venir pour les exploiter, c'est pour qu'ils participent au relèvement de la Fraaaaannnnnce, monsieur !

Quand ils s'avisent de rester faire leur vie ou de naître ici et de ne pas vouloir partir dans un pays qu'ils ne connaissent pas, c'est l'invasion, c'est le "grand remplacement".


Méchant clown que vous êtes !

Merci de votre réponse qui repond parfaitement au modèle par etape des progressiste.

1. NON, ca n'existe pas
2. Oui, ca existe et c'est pas plus mal
3. Oui ce existe et vous ne pouvez pas etre contre.

Vous en etes à l'étape 2.



Théorie fumeuse inventée par l'ONU en passant qui correspond à la fois à leur vision et à la réalité objective.
Quand l'immigration est massive, elle devient non-soluble et le rapport de force physique fait que le mouvement est inéluctable.

D'ailleurs, vous n'etes pas en désaccord avec le fait : vous trouvez ca juste cool.
Pas la plupart des francais ; excusez-les d'avance

Oh vous savez, je suis petit fils d'immigrés italiens. Je n'en tire aucune honte ni aucune fierté particulière car c'est juste un fait sur lequel je n'ai aucune influence (par définition).

A l'époque aussi, des individus comme vous (ils étaient nombreux mais le nombre ne fait pas la raison) prétendaient que cette immigration de vilains-ritals-qui-sentent-l'ail-et-viennent-nous-voler était "non-soluble dans la nation et le peuple français".

Même chose avec les portugais-es, les polonais-es, les juifs (bien sûr !) et tou-te-s les autres qui avaient le malheur de ne pas être né-e-s français-es.

Toujours le même discours, toujours la même vieille scie.

Et à la fin quoi ?

La France est toujours là... et les enfants, petits-enfants, arrières petits-enfants de ces immigrés là se sentent légitimement et sont factuellement tout aussi français-es que moi... et que vous.

Depuis le temps que vous et ceux qui vous ont précédé dans ce rôle nous promettez la chute finale de la Fraaaaaance à cause des immigré-e-s, on a eu le temps de s'apercevoir que cette opinion tient plus de la maladie mentale (obsession, paranoïa, autre ?) que d'autre chose.

Idem pour moi; immigration Italienne avec tout ce que ça comporte de haine à cette époque ( années 2O - 30 ) donc, quand on sait d'où on vient on est moins enclins à tomber dans ce que je continue d'appeler une "religion " 


Je mets à nouveau ce lien de cette bonne émission sur la haine de l'autre 

les Italiens, c'est vers le milieu


https://www.franceculture.fr/emissions/concordance-des-temps/xixe-siecle-la-haine-ressort-puissant

Oh certains descendants d'immigré-e-s italien-ne-s sont très certainement d'extrême droite.

Le syndrome "je ferme la porte derrière moi" ou "oui mais nous c'était pas pareil", vous voyez ?

oui bien sûr, et j'en connais !!!!

Ah non non je suis bien à l'étape 1.

Non ça n'existe pas parce l'existence de ce "grand remplacement" n'a pas été démontré. Point.

Vous habitez ou ?

Vous avez envie de me rendre une petite visite avec vos potes Papacito et Reinho ?

" et c'est pas plus mal ", où c'est dans les propos de Frédéric Pochard?

J'ai un peu l'impression que vous calez des shémats préconçus sur des propos que vous catégorisez arbitrairement...

effectivement, si vous croyez à la théorie du grand remplacement, je comprends que vous partiez en guerre. Vous pensez qu'on vous veut du mal, et que vous devez vous défendre !


mais, là je ne peux rien pour vous, il s'agit de croyance; et comme toute religion, le but est de faire de plus en plus d'adeptes, d'ouvrir les yeux des aveugles.

 C'est même un devoir de toutes les religions de faire du prosélytisme


je comprends mieux votre propension à vendre vos idées comme étant la réalité, puisque pour vous c'est la réalité


Il ne s'agit pas de coyance ; il s'agit d'analyse froide d'une situation.
Tout le monde voit que les migrations ne feront qu'augmenter pour plein de raisons.
La difference est entfre ceux qui trouve ca moderne et cool et ceux qui y voient un prélude à de la violence.

PAs de religion necesaire  ici... juste des yeux.

" Il ne s'agit pas de coyance ; il s'agit d'analyse froide d'une situation. "

Non.

" La difference est entfre ceux qui trouve ca moderne et cool et ceux qui y voient un prélude à de la violence. "

Non plus, on est tellement nombreux à n'être membre d'aucunes des deux catégories, vous n'imaginez pas...

si vous representez la  France, je suis contente d' avoir  des  ancetres etrangers .. le melange  ça rend plus intelligent

Tout le monde a des ancetres étrangers ; c'est meme l'essence de la France et son universalisme qui a construit - presque artificiellement - une nation qui ne soit ni racial, ni religieux.
Pourquoi croyez vous qu'elle soit attaquée ?

J'ai signalé un de vos commentaires pour info; je pense pas que les discours racistes d'appel à la violence ont leur place sur ce site.


Il ne s'agit pas de croyance ; il s'agit d'analyse froide d'une situation.
Tout le monde voit que les migrations ne feront qu'augmenter pour plein de raisons.


Dans votre esprit des enfants d'immigrants; petits enfants et ainsi de suite; si ils ne sont pas blancs; restent des immigrants. C'est une vision raciste du monde. Ayez au moins l’honnêteté d’admettre que ce qui vous inquiète c'est de garder "la pureté de la race blanche" en France; ce qui n'as plus grand rapport avec la question des migrations. Je pense que vous vous en foutez des petit fils d'immigrés espagnols ou Italiens.

Du grand n'importe quoi !

ouin, j'vais dire à la maitresse.

Appel à la violence  ? vraiment ? Vous pouvez dire en quoi ?
Je devrais moi vous signaler pour diffamation...

Appel à la violence  ? vraiment ? Vous pouvez dire en quoi ?

L'idée générale c'est qu'à partir du moment où on considère qu'il faut combattre un  "grand remplacement", toutes les "solutions" sont violantes, vu qu'on part d'une situation de départ où les CRS éventrent déjà les tentes avec un cuter. C'est encore beaucoup plus vrais si on considère qu'il faut organiser une "réémigration".

Si vous voyez des "solutions" non-violantes donnez-les nous, parce que, il faut avouer, on ne les voient pas.

Solution nnon violente :
- Stopper l'immigration légale (genre rassemblement familiale. 'réfugiés' bidons,), sortir des traites genre Marrakesh qui court-circuitent lles Etats et favorise les migrations de masse

- Stopper l'illégale (envoyer signaux forts, arreter de subventionner les associations immigrationistes qui se cache derriere de l'humanitaire, faire le ménage dans les politique sociales et subventions qui partent à l'Etranger
- Sortir de l'UE ou au moins se plus obeir et retablir la souveraineté de l'Etat dans l'économie

Pour ceux déjà là :
- Valoriser et favoriser ceux qui adherent aux valeurs de la République et surtout qui ont du succes dans leur assimilation
- Sans pitié aucune pour les islamistes avoués ou cachés et leur organisations
- Arreter de s'excuser d'exister et d'avoir honte de notre histoire ; au contraire, la valoriser et les faire y adherer
- Juste les considérer comme des francais, ni plus, ni moins, participants au destin commun


Quelques exemple, à l'improvisade...

- Bien sur, retablir l'etat de droit sur tout le territoire pour marquer les esprit et montrer que c'est l'Etat qui controle le territoire, partout.

"retablir l'etat de droit sur tout le territoire pour marquer les esprit et montrer que c'est l'Etat qui controle le territoire, partout. "


Ca dépend comment vous traduisez ça en acte ?

Je ne vais pas détailler cette fois, mais autant dire que je ne suis pas convaincu du tout...

Et je ne pense pas que ces 7 sulutions sont apte a obtenir des résultats qui satisferons ceux qui craignent le grand remplacement, il faudra forcémenet aller plus loin.

Si déjà on commencait pas là, on resoudrait la plupart des problèmes.
La France et les francais sont universalistes.
Le seul problème avec l'immigration : c'est le nombre.
Comme n'importe quel ecosystème, si il est soumis à trop de pressions exterieurs, il réagit et soit il meure envahi, soit un rejete.

Soyons généreux avex ceux qui veulent vivre la France : sonnons leur les conditions et limitons le nombres. (En fait, quasiment un moratoire au point ou nous en sommes)

Comme dirait l'autre : " A un moment donné, le quantitatif devient qualitatif"

Le seul problème avec l'immigration : c'est le nombre.
Et le bon nombre, on le définit comment? Il est basé sur quoi?

Comme n'importe quel ecosystème, si il est soumis à trop de pressions exterieurs 
Comment on définit le niveau où cette pression est trop forte?

C'est le moment ou le système au complet commence à réagir et à etre dépassé, c'est à dire ne plus pouvoir controler le phenomene
C'est assez facile à voir : nous y sommes depuis un moment

Sauf que le système n'arrive pas non plus à gèrer la hausse des inégalitées, l'école, l'hopital, etc. Si le système ne gèrent plus rien, le problème ce n'est pas plutôt le système?
Si il y a des territoires ruraux en déshérance, ce n'est pas à cause des ruraux non?

tssss, tsssss, ne soyez pas radical...
Commencons par le début.

Sauf que, comme ça ne règlera pas le "problème" du "grand remplacement", on en restera pas là.

Donc, je me permet de penser que ça va jusquà remettre en cause la définition du problème à la base.

"Arreter de s'excuser d'exister et d'avoir honte de notre histoire ; au contraire, la valoriser et les faire y adherer"


Un peu comme la Turquie ? refuser de reconnaître un génocide et idéaliser le passé ?

Donc si il faut 'combattre le capitalisme', ca  veut dire que vous appelez aux meurtre des patrons et des commercants ?


Une origine on ne peu pas la changer sans s'attaquer à la personne, un patrimoine si. (Au passage, le petit commerçant n'est pas un capitaliste)

"Changer une origine" , ca sort d'ou ca ?
Immigrer, c'est (vouloir) adopter les moeurs, l'Histoire, le coeur de la Nation qui acceuille.
Ca veut accepter / vouloir en fait s'assimiler.
Personne n'oblige personne à vouloir s'installer en France, alors il faut supposer (sic) que c'est une société enviable auxquel on entre sur la pointe des pieds et on remercie l'hote.
Comme quand on est inviter chez un ami qui vous heberge...


Sinon, on parle d'autre chose, d'une autre dynamique....


C'est drole, toute cette motivation pour entrer dans les pays racistes, blancs, exploiteurs d'Europe. Je comprends pas.

Immigrer, c'est (vouloir) adopter les moeurs, l'Histoire, le coeur de la Nation qui acceuille. 

Sachant que le contour de ce que sont ces éléments ne font pas consensus, quelqu'un qui l'aura fait d'une certaine manière sera renvoyé à son origine pour ceux qui voient ces contours autrement et qui ont ce type de discours.

Le "coeur de la nation", c'est le mur des fédérés ou le sacré coeur? L'anticolonialisme de clémenceau et ses critiques violantes faites en pleine assemblée en 1883 ou le colonialisme de Ferry?
La critique du patriotisme de Brassens ou sa glorification par Sardou?

Chacun de ces coeur contient une critique violante de l'autre, vous comprenez?

Les deux !
J'adore sincèrement Brassens et Sardou, que voulez vous ; c'est ca la France.
La France, c'est la confrontation et la synthese de ces "2 Frances", il faut la prendre comme ca.
La France, ce n'est pas (juste) la Republique, ce n'est pas (juste) la fille ainée de l'Eglise ; c'est le mélange imparfait et bruyant des deux, qui se rassemble face à l'ennemi commun quand il le faut.

Les 2 Ecoles ...

https://www.youtube.com/watch?v=71nbQhxOoKg

Oui, mais par contre vous avez du mal avec les reproches rétrospectifs fait à la France pour la colonisation, alors que c'est le prolongement du discours de Clémenceau qui disait que le faire était une faute. Faute qui a été commise par la suite.

"le petit commerçant n'est pas un capitaliste "


Capitalisme : Régime économique et social dans lequel les capitaux, source de revenu, les moyens de production et d'échange n'appartiennent pas à ceux qui les mettent en œuvre par leur propre travail.


Quand vous dites "petit commerçant" est-ce que ça veut dire que vous limitez ça à des artisans non-employeurs ?

Je note que la définition diffère d'un bouquin à l'autre, celle la me parait plus cohérente que l'autre : 


Larousse.fr définit le capitalisme comme « un système de production dont les fondements sont l'entreprise privée et la liberté du marché ». Concrètement, le capitalisme repose sur deux éléments clés : la propriété privée et la liberté d'entreprendre comme source de revenu (dénommé « profit »).

Le problème de cette définition, c'est qu'elle demande de définir à son tour les termes "libértées d'entreprise", "propriété privée" et "liberté de marché".

Techniquement, même avec quelques employées, le petit commerçant touche ses revenus grâce à son travail et non grâce à son patrimoine.

Mais du coup un patron d'une multinationale qui n'a que des revenus de sa multinationale est sur le même plan, c'est juste une autre échelle

Si il n'est que salarié, oui. Par contre si il touche des revenus grâce à ses actions, non.

Mais du coup si je suis propietaire de plusieurs immeubles sur les champs elysees et que je gagne de larges revenus en consequence ca compte comment ?


Recevoir des loyers, c'est recevoir des revenus du capital. Le profil que vous citez est clairement celui d'un capitaliste. (Sauf si les loyers sont la propriété d'une entreprise et immédiatement réinvestie dans l'entreprise.)

REsumons : patrons, proprietaire d'immeuble à Louer : couic la tete.
Mais ce n'est pas la violence....

Non, c'est son rôle de capitaliste qu'on supprime, pas la personne. En gros, hors capitalisme, personne ne touche de loyer. Pas besoin de violance pour ça.

Mais si le loyer devient du salaire, ca ne change rien au final.


Non, un salaire c'est le payment d'un travail, par exemple la gestion et l'entretient d'un parc de logement. La rémunération d'un propriétair parce qu'il est un propriétaire disparait.

Autrement dit ça change une chose fondamentale, on ne peu plus gagner de l'argent par la simple propriété, il faut forcément faire un travail. Et là, on peu cibler, si il le faut, la lutte contre les emplois fictifs si des propriétaires cherchent à contourner ça en se versant un salaire sans qu'il y ait travail. On peu aussi imposer un salaire horaire maximum de la même manière qu'il y a un salaire minimum.

Patron, c'est un travail, propriétaire ça n'en est pas un.

Le revenu du travail peu parfaitement être basée sur le concepte du salaire universel. La sécu, et donc les allocations étant du salaire indirecte.

Un proprietaire est un patron, soit il emploi des personnes tiers pour gerer son parc locatif (agence de location, artisants)soit il le fait lui meme.


Ces revenus qui sont a l'heure actuel considere comme des revnues du capital peuvent a tout moment etre transfere comme des salaires.


La charge mental de la gestion locative et la disponibilite necessaire du proprietaire est suffisante pour justifier un salaire sans qu'il y est travail manuel.

Un peu comme les profs remplacants de l'education national qui sont remunere sans qu'ils fournissent un travail, juste parcequ'ils sont a disposition d'en fournir un en cas de necessite.


Imposer un salaire maximum annuel me parait une bien meilleur solution pour limiter le capital des individus qui est le principal probleme du capitalisme.

Un patron c'est un dirigeant d'entreprise, on peu parfaitement posséder du une entreprise sans la diriger, le PDG étant alors un employé. Pour des immeubles locatifs c'est pareil, si ils ont été confié à une agence, l'agence a un patron, mais ce n'est pas forcément le propriétaire du parc locatif, c'est même très rare.

Ces revenus qui sont a l'heure actuel considere comme des revnues du capital peuvent a tout moment etre transfere comme des salaires.

Oui, mais ce serait un pure passe-passe administratif, contrable par une évolution de la législation si on en ressent le besoin.

La charge mental de la gestion locative et la disponibilite necessaire du proprietaire est suffisante pour justifier un salaire sans qu'il y est travail manuel.
Beaucoup de propriétaires délèguent ça à une agence, et bizarement ça ne représente pas du tout l'integralité du loyer ;) L'écart est, à coup sure, du revenus du capital.

Imposer un salaire maximum annuel me parait une bien meilleur solution pour limiter le capital des individus qui est le principal probleme du capitalisme. 
Un revenus maximum ou un salaire maximum? Parce que avec un salaire maximum tout seul, on ne limite pas le capital des individus.
Mais, depuis le début, je parle bien de revenus en séparant ses deux composantes, le capital et le salaire, et je pense bien qu'il faut mettre un maximum et un minimum, aux revenus.

Le patron de l'agence n'est que l'employe du patron/proprietaire de l'immeuble. Il ne fait que travailler pour lui.

Et comme vous le dites la difference revenu du capital versus salaire du capital n'est n'est qu'un passe-passe administratif.


Beaucoup de propriétaires délèguent ça à une agence, et bizarement ça ne représente pas du tout l'integralité du loyer ;) L'écart est, à coup sure, du revenus du capital.

Qui decide le salaire "juste" pour un type de travail ? 

De tout facon ce n'est pas tant le locatif le probleme en france que le prix a l'achat de l'immobilier en lui meme qui d'ailleurs n'est plus tant correle que ca sur le locatif.


C'est vrai parler de revenu maximal fait plus sens que salaire maximal.

Mais j'ai plus tendance a penser qu'il faut plus mettre un niveau maximal en ce qui concerne les revenus hors salaires.

Un salaire eleve peut se justifier et reste une bonne source de motivation pour beaucoup.

patron/proprietaire 
Propriétaire tout court, il n'est pas patron, c'est là que je voulais en venir.

Et comme vous le dites la difference revenu du capital versus salaire du capital n'est n'est qu'un passe-passe administratif. 
Même aujourd'hui il faudrait justifier l'existance d'une entreprise réelle et non fictive. Et une entreprise est une entitée qui paie impôts et charges en tant que tel. Mais de toute manière, ça se bloque assez facilement grâce à une bonne legislation du travail.

Et comme vous le dites la difference revenu du capital versus salaire du capital n'est n'est qu'un passe-passe administratif. 
Oui et non, c'est une vision de société, quel type de revenu est légitime. Si on considère que le revenus due au patrimoine accumulé n'est pas légitime ça change la vision de la société.

De tout facon ce n'est pas tant le locatif le probleme en france que le prix a l'achat de l'immobilier en lui meme qui d'ailleurs n'est plus tant correle que ca sur le locatif. 
C'est les deux.

Qui decide le salaire "juste" pour un type de travail ? 
Déjà il faut qu'il rentre dans la grille de salaire.

Un salaire eleve peut se justifier et reste une bonne source de motivation pour beaucoup.

Oui, une échelle de salaire raisonable du minimum au maximum. (1 à 5? 1 à10?, en tout cas pas 1 à 400 comme aujourd'hui)

Mais j'ai plus tendance a penser qu'il faut plus mettre un niveau maximal en ce qui concerne les revenus hors salaires. 

Oui, et j'aurais tendance à penser que pour ceux issue du patrimoine ça doit être nécéssairement 0 dans une société qui veux être démocratique et écologiquement soutenable.

Bah là c'est pareil.
C'est le nombre d'immigrants qu'on veut supprimer (disons grandement diminuer), pas les personnes.
En gros, hors immigrationisme, personne ne rentre sauf si c'est voulu et contrroler par l'Etat acceuillant.
Pas besoin de violence pour ça.

Si on s'arrête à ce que vous proposez, oui, sauf que c'est très naif d'imaginer que ça reglera quoi que ce soit et que ça s'arrête uniquement aux nouveaux immigrées. Comme ça ne reglera rien, beaucoups vont proposer d'aller plus loin, et de plus en plus loin...

Chaque pas vers plus d'égalité et de sécurité économique, par contre, règlera des choses.

Permettez-moi, mais il ne me vient qu'un mot : chimères.

Oui, je sais, et c'est pour ça que j'ai sorti le mot "naïveté", et je pourrais ajouter "aveuglement".

Ce n'est pas ce qui a ete dit. 

"Recevoir des loyers, c'est recevoir des revenus du capital. "


Ca pourrait aussi être vu comme le paiement d'un service, celui de mettre à disposition une propriété. Sinon les droits d'auteur peuvent être vu comme des revenus du capital aussi. 

Un chanteur non capitaliste ne vivrait donc que de ses concerts, et un auteur non capitaliste ne vivrait que d'un éventuel salaire ou de conférences

(ignorez ma question sur les loyers j'ai vu votre réponse après)

«Sinon les droits d'auteur peuvent être vu comme des revenus du capital aussi»


Si a l'origine le droit d'auteur a été créé pour protéger les artistes, les dérives et la surproduction actuelle de «propriété intellectuelle» sont clairement une dérive capitalistique. 


«Un chanteur non capitaliste ne vivrait donc que de ses concerts»


Ce qui est le cas de la grande majorité des artistes. En 2012 par exemple ( source ) on voit que sur 48000 bénéficiaires, seuls 2600 perçoivent au moins un SMIC annuel, alors que 75% perçoivent moins de 1000€ annuels. Si le chanteur n'est pas auteur, il ne touchera rien de tout cela, mais uniquement les droits voisins d'interprétations (qui sont environ 10 fois moins élevés). Tout cela fait fi des cessions de droits et de la négociation d'une part-auteur dans l'édition de disques, qui peut éventuellement être considéré comme un revenu du droit d'auteur. Mais de manière générale, un musicien a des revenus qui proviennent majoritairement de ses prestations scéniques.

Oui le cas de l'auteur de livre est peut-être plus pertinent que celui du chanteur : 

L'auteur écrit un livre, mais le travail permettant sa distribution/vente est déléguée à un intermédiaire. Selon la logique présentée le fruit du travail devrait donc être à 100% à l'intermédiaire, qui aurait au préalable juste "acheté" l'œuvre de l'auteur (qui ne fournirait plus aucun travail une fois son œuvre finie). Ca favoriserait probablement l'autoédition au détriment des éditeurs.

Un chanteur non capitaliste ne vivrait donc que de ses concerts, et un auteur non capitaliste ne vivrait que d'un éventuel salaire ou de conférences 

Oui, mais l'idée c'est que le financement du secteur se maintient, donc l'argent qui avant était distribué par les droits d'auteurs se déplace vers le salaire avec la limitation ou la disparition du capitalisme.

ces gens qui préparent la guerre civile auront un temps d'avance lorsque celle-ci adviendra


Ils fantasment la guerre civile mais ce qu'ils veulent dans la réalité c'est faire des cartons sur des civils désarmés et appeler ça "guerre civile". 

Parce qu'on va pas se mentir personne d'autre qu'eux n'est en train de faire des préparation militaires pour se battre contre les fachos.

je ne sais pas... des armes circulent assez facilement en France quand même, je trouve... que ce soit dans les banlieues dortoirs ou dans les campagnes    ( avec l'alibi de la chasse ) 

Et tout ça s'auto-alimente 

comme partout ceux qui participent au banditisme et à la petite criminalité sont armés. ça représente pas un courant politique. (d'ailleurs dans le cas d'une vrai guerre civile; comme dans le cas de la yougoslavie; c'est eux qui commencent effectivement à organiser la défense armée).

Quand aux djihadistes; ils en sont réduits à des attentats à l'arme blanche ou à la voiture bélier; autant dire que c'est pas si facile de se procurer des armes finalement; en tout cas pas pour tout le monde.

Enfin bon encore une fois les fachos ont accès au pouvoir; ils n'ont pas besoin de faire la "guerre civile". D'ailleurs rien qu'avec une petite gifle ils obtiennent exactement ce qu'ils veulent (Macron vient d'annoncer qu'il voulait plus d'expulsions du territoire).

Complètement d'accord !

Merci Maurice d'avoir eu le courage d'aller fouiller toute cette merde ! 

Pour une fois, l'expression n'est pas usurpée et je dois vous avouer que je n'ai pas eu le courage de regarder les vidéos.

Apparemment ,son régiment ,et son Colonel,a mis fin à son contrat,d'engagé volontaire.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.