82
Commentaires

Climatosceptiques et respect

Commentaires préférés des abonnés

Approuvé 13 fois

Oui,  vous avez raison, il faut respecter toutes les opinions.


Il est" contre'productif de proclamer des certitudes" .


Je propose  les prochains débats :


- la terre est elle plate ou ronde ?


- L'eau, est-ce que ça mouille vraiment ?


- Doit-on fa(...)

Sinon on peut aussi éviter de sélectionner des « auditeurs » sur la base de la contradiction que l’on souhaite mettre en scène.


Je connais mal Sud Radio et il y a des biais de sélection difficilement contournables, mais il doit bien aussi y avoir(...)

Mais si, mais si , il y a un expert qui peut se prétendre spécialiste du climat, de la Syrie, et de la laicité :  Ch. Barbier  ( qui, en outre, a un profond respect du peuple )


On ne fait jamais ( assez ) appel  au Pic de la Mirandole d(...)

Derniers commentaires

"Le peuple, comment en parler, comment lui parler, comment le montrer, comment il est montré dans l'Histoire, dans les medias : ce sera justement le thème de notre série d'émissions d'été". 


Ah quel chouette projet !


 

c'est agaçant cette contraction "réchauffement climatique" alors que la question est celle de l'impact humain, ou non, sur le climat, et non pas celle du réchauffement en soi. (bis repetita).

plutôt que de poser le problème en termes réducteurs du genre "vendu ou pas", il serait plus pertinent de poser la question de la place des experts dans un mode de production capitaliste, où la recherche est financée par les puissances d'argent ou par l'Etat, leur représentant.

non, Daniel, les puissances économiques n'ont pas plutôt intérêt à la croissance, uniquement à la croissance de leurs profits, ce qui n'est pas tout à fait la même chose. Les capitalistes peuvent augmenter leurs profits sans forcément augmenter la production, en plaçant leur argent dans la sphère financière. C'est d'ailleurs ce qui se passe depuis une trentaine d'années.

Pour ma part, mépriser le peuple c'est le maintenir dans cet état de sujétion par l'ignorance.
Quand aux petits malins climato-sceptiques alors qu'ils ont Bac Moins 17, et qui ont l'arrogance de la bêtise pour ouvrir leur gueule, oui...  
 Ce sont des C.O.N.S... populaires et plébéiens... Mais des cons quand même...
Cordialement.

Suis-je climatosceptique? Incontestablement le climat change. D'accord. Comme il a changé depuis la nuit des temps ! Depuis que le soleil s'enflamme ou s'endort. L'homme est-il responsable du changement climatique. That is the question ? Peut-être, un peu ? beaucoup ? 

Pour contester les rapports du GIEC il suffit de remonter à sa naissance. Qui et pourquoi a créé cet organisme? Je vous invite cher Daniel a remonter à la source et vous comprendrez peut-être pourquoi cet institut sort des documents alarmistes et pourquoi certains présidents et membres de son organisation ont démissionné. Et que se passerait-il, du point de vue financier pour ces chercheurs, s'ils n'aidaient pas les gouvernements à lever de nouveaux impôts, à exiger le changement de nos fenêtres ou l'isolation de nos maisons, etc. 

Vous savez si bien enquêter. Éclairez-moi !

avec le lien:https://www.twitch.tv/videos/442555966

Sinon il y a aussi le climarathon présenté par Clément Viktorovich le WE dernier.11h de débats et tables rondes.Un peu long mais peut-être regardé par petit bouts!...

Pour une fois que vous employez le mot "laïcité", c'est de manière ironique, en créant le néologisme "laïcologue".

Votre dérision sur le sujet ne me surprend pas, puisqu'un certain nombre de vos précédents invités sont des "laïcophobes" assumés, bénéficiant de votre complaisance. 

Finalement, une bonne raison de laisser à d'autres le soin de traiter du sujet sérieusement.

C'est affreux : je suis climatosceptiquessceptique

je ne crois pas en leur théorie

et bien entendu, je ne peux pas discuter avec eux


c'est un peu comme discuter avec des croyants


Quand j'étais gosse, l'idée de finitude des ressources naturelles m'avait gâché beaucoup de mes projets

Plus tard j'ai vécu dans un pays où les besoins en eau sont d'autant importants que les ressources sont limitées

et pas plus tard qu'il y a un an, j'ai suivi aux actualités les "déboires" (littéralement) d'une grande ville de ce pays où la pluie absente avait imposé les pires restrictions

Mes idées naïves de gamin se voyaient vérifiées


Pareillement, le grand remembrement de certaines provinces Françaises a fait disparaître des hectares de talus et de haies et de bosquets. Et il a fallu peu de temps que les villages de ces nouvelles zones rasées voient disparaître des phénomènes constatés de mémoire d'homme comme la rosée du matin qui alimentait les potagers


C'est à petite échelle et il n'est pas dur pour le naïf que je suis mécréant de surplus d'imaginer ce que cela donne à une échelle planétaire


et je m'enfonce dans mon climatosceptiquesscepticisme

Si l’on s’attarde un peu sur les buzz récents dans les médias et les réseaux sociaux, il n’est pas difficile de mettre en relief une alternance entre le confusionnisme (voire le négationnisme) et le climato-scepticisme  ou encore d’autres complotismes (sans vouloir spoiler le marronnier de la maison peut-être en préparation).


En cherchant bien (et j’ai cherché un peu) il doit être possible d’identifier des personnalités médiatiques qui encouragent un complotisme et combattent un autre. Ce serait intéressant de demander à l’un de ces personnages s’il ne pense pas que les complotismes peuvent avoir un point commun, du moins dans les mécanismes de leur formation, et comment il est possible d’avoir des positions opposées sur deux complôtismes différents.


On apprendrait sans doute des choses ?

Cette excellente chronique mise en parallèle avec la matinale de France culture de ce jour sur ce qu'ont apporté les militants lgbt (https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/50-ans-apres-les-emeutes-de-stone-wall-ce-que-le-monde-doit-aux-militants-lgbt)où intervenait Éric Fassin, me fait dire qu'en 2013, on a dû subir la paroles homophobe légitimée par le monde journalistique qui reprenait les éléments de langage (manif pour tous, théories du genre, etc...), sous prétexte de liberté d'opinion et de paroles. Hors les propos homophobes sont qd même condamnés par la loi désormais. Eric Fassin a durant son intervention explicitement mentionné le caractère homophobe de la manif pour tous: 

"On a une internationalisation du mouvement homosexuel, en 2000 par exemple, pour dénoncer la violence homophobe d’Etat en Egypte. Mais on a aussi en face une internationalisation homophobe : ce sont des gens qui utilisent la question sexuelle en générale, la place des femmes et des homosexuels, avec le mot gender en drapeau, pour dire qu’il faut revenir en arrière et en finir avec le changement."

Or je me souviens qu'à la radio par exemple, dans l'émission du grain à moudre, ou d'autres à la télé dans les JT, les intervenants se justifiaient  ne pas être homophobe mais blablabla, et le journaliste de laisser ses invités déverser leur haine. Oui, c'était vraiment une période rude qui laisse un grande cicatrice.

J'espère qu'il est encore possible dans ce pays de se poser des questions. En voici qui mériteraient d'être traitées : - la courbe de température : pourquoi ne la montre-t-on jamais. Si la hausse des années 85 à 2000 est indéniable, la quasi-stabilité depuis lors l'est tout autant (ce qui explique pourquoi les années récentes voire à venir battent toujours des « records ». Quand on est sur un quasi-plateau après une forte hausse, on reste au-dessus des moyennes passées). - à propos de la température, qu'en est-il de la distribution des stations (sur tous les continents). Peut-on la mettre en relation avec les maximums d'anomalie (moins il y a de station, plus le réchauffement est marqué) ? - qu'en est-il de la courbe du CO2 ? La verra-t-on en liaison avec celle de la température ? - Pourquoi entend-on parler d'une inflation sans précédent des feux de forêts quand l'office européen des feux de forêts dit le contraire (baisse sur 25 ans) ? - que faut-il penser de cet article Page 44/ POUR LA SCIENCE N° 496 / Février 2019, qui indique une hausse de température de 10°C il y a 14 000 ans, alors qu'il nous est rabaché que la hausse actuelle est inédite ? - pourquoi cet alarmisme sur la montées du niveau des eaux quand les marégraphes ne montrent rien de notable ? Que penser à ce sujet de l'article paru dans la revue 303 numéro 156 de Paul FATTAL, Marc ROBIN & Martin JUIGNER qui annonce une augmentation de 80 à 90 mm à l'horizon 2100 ? - la banquise arctique est promise à la fonte totale « dans 10 ans » chaque année depuis 2003. Qu'en est-il ? Comment peut-on à la fois prédire pour l'Europe une hausse à venir de la fréquence des canicules et un refroidissement ( https://www.google.com/amp/s/www.sudouest.fr/2018/07/25/meteo-vers-des-canicules-de-plus-en-plus-frequentes-5258764-706.amp.html et https://www.notre-planete.info/actualites/4249-circulation-thermohaline-ralentissement-climat-Europe)

c'est vrai que nous n'avons jamais de débat de qualité avec des questions concrètes telles que celles-ci. Ce n'est pas politiquement correct de poser des questions sur ce sujet. 

On est plus dans la réaction "tripale" et les invectives entre "bon" et "méchants"... un peu comme n économie quand on remet en cause la sacro sainte économie de marché !


Je dois dire que pour quelqu'un comme moi qui n'y connais pas grand chose c'est un peu troublant...Meme en discutant avec un ami chercheur au CNRS en mécanique des fluides, il ne répond pas toujours aux question...

Et pourquoi dédouaner les hommes est-il si chère aux climatosceptiques?

Réflexe d'écolier "c'est pas moi, m'sieur, c'est pas juste de me punir!" 


Ou bien... ils ont dû renoncer à nier le changement climatique, vu le nombre d'incidents ou de désastres qui le confirme, alors ils essaient, recul tactique, un argument en retrait, que les gens ordinaires, évidemment, ne peuvent vérifier. 

Et pourquoi ne pas répondre (avec des arguments factuels) à mes questions ?

Parce que l'on ne pourra pas vous convaincre. 

Avez vous passer autant de temps à éplucher les preuves scientifiques du GIEC? 


Je vais faire un parallèle (douteux pour vous certainement) sur les personnes qui pensent que les Américains ne sont jamais aller sur la lune.

Ces personnes ont passé des heures sur des sites, des chaines youtube qui avancent les quelques arguments comme quoi tout était truqué.

Mais n'ont pas été voir les 10 000 preuves (et je ne grossie pas le trait) : faits, études scientifiques, observations, témoignages....

Et la plupart du temps leur sceptisisme cache une autre idée un anti-impérialisme par exemple.


Il s’agit pas de convaincre, mais de démontrer.

Un commentateur m’a gentiment donné le lien vers une courbe de température qui corrobore ce que j’ai dit. Preuve que c’est plutôt lui qui n’a pas pris le temps de comprendre le point d’attention que j’ai soulevé.

Je ne nie pas qu’il a eu réchauffement (comme écrit, c’est indéniable sur la période 1980 - 2000). Mais pour les 20 dernières années, ça ne cadre pas vraiment avec l’alarmisme ambiant (fonte de l’Arctique, élévation des mers de plusieurs mètres). Sur ce dernier point, ça ne vous interpelle pas qu’on puisse annoncer dans une majorité de médias une montée de plusieurs mètres en 2100, alors que je trouve un article sur l’érosion des côtes dans lequel 3 géographes parlent de 9 centimètres à la tendance actuelle !

J'ai parfaitement compris que vous ne cherchez que les confirmations.

- Vous avez dit "la courbe de température : pourquoi ne la montre-t-on jamais.". Vous n'avez pas dit rarement, vous n'avez pas dit un peu, ni pas assez. "Jamais".

- La courbe ne corrobore pas ce que vous avez dit: "quasi-stabilité depuis lors" (2000)  et "pour les 20 dernières années, ça ne cadre pas". Vous me dites donc, en regardant cette courbe (ou celle là), que ça ne monte pas depuis 1998?

- Vous dites aussi "qu'en est-il de la courbe du CO2 ? La verra-t-on en liaison avec celle de la température ?". Vous l'avez vue. Vous en tirez quelque chose?

- Vous dites "le point d’attention que j’ai soulevé". Vous en avez soulevé plusieurs à la plupart desquels j'ai répondu. Vous voyez (à tort) une seule confirmation (stagnation depuis 20 ans). Quand bien même ça serait valable, ça validerait tous les autres points?

J'ai également proposé des points de vue différents pour vous permettre de comprendre le point de vous auquel vous vous opposez (tendances plutôt que ponctuel, dérèglements plutôt que réchauffement). Je peux y ajouter les erreurs de projections, et les exagérations. Vous leur accordez beaucoup d'importance (aux exagérations) et, en effet, il y en a. Mais je ne vois pas bien en quoi ça discrédite tout le reste du discours calme et factuel.

Le fameux «plateau» est une analyse qui n'a que peu de sens sur une période aussi courte, depuis que la théorie a été mise à mal par les chiffres, désormais ce sont eux qui sont décriés (les chiffres ne mentent que quand ils me contredisent)



«Sur ce dernier point, ça ne vous interpelle pas qu’on puisse annoncer dans une majorité de médias une montée de plusieurs mètres en 2100»

Lesquels, quand? Sources de vos géographes? Il y a beaucoup de calculs et théories différentes sur ce sujet, en quelques années le GIEC est passé de 2cm à 90cm, la plupart des projections sont en-dessous du mètre, mais ce sujet est en effet loin de mettre tout le monde d'accord

Pour ce qui est de la courbe que vous donnez, je vous invite à la comparer à celle donnée par buns : visiblement, on ne doit parler de la même température.


Pour ce qui est de mes sources pour la montées des eaux, elle est indiqué dans mon commentaire d’origine : l'article paru dans la revue 303 numéro 156 de Paul FATTAL, Marc ROBIN (professeurs à l’université de Nantes institut de Géographie et d’aménagement régional), membre l’unit é de recherche CNRS UMR 6554 LETG) & Martin JUIGNER (docteur en géographie de l’université de Nantes).

Je vous copie les légendes (que vous auriez pu lire)
Graphique météofrance: Anomalie de la température moyenne annuelle de l'air, en surface, par rapport à la normale de référence : température moyenne du globe (données du Climatic Research Unit, University of East Anglia. Le zéro correspond à la moyenne de l'indicateur sur la période 1961-1990, soit 14,0 °C). 

Graphique wikimedia (je traduis comme je peux): la température terre-océan avec comme indicateur la période 1951-1980.

Oui les deux courbes ne sont donc pas les mêmes. Aucune contradiction cependant, elles montrent les mêmes tendances. 

La différence de nature des deux courbes n’est pas anecdotique : comme expliqué ici, les données des océans ont été retraitées, et c’est ce retraitement qui a fait disparaître le « hiatus ». Le plateau est donc bien plus visible sur une courbe que l’autre.

et alors?

Vous me donnez une première courbe qui montre un plateau de 12 ans, et quand je vous le fait remarquer, vous me montrez une autre courbe retraitée dans laquelle le plateau ne fait plus que 7 ans… Et pourquoi est-ce important ? Ben parler de réchauffement quand les températures stagnent, c’est pas facile. Avec le retraitement, c’est tout de suite plus simple.

D’ailleurs, ça mériterait une enquête en soi : normalement, on se fie au données. Pendant quelques temps, la théorie était mise à mal par les données. Plutôt que de questionner la théorie, on a questionné les données et coup de chance : on avait oublié un retraitement qui permet aux données de se conformer à la théorie !

La mauvaise foi ne prive pas de mots.
C'est vous qui annonciez un plateau de 20 ans. Vous aviez faux. Que le plateau soit visible sur 7 ou 12 ans, ça ne change rien à la tendance, aux rapprochements avec la concentration de CO2, aux autres formes de pollution.

Vous reprochez au alarmistes d'être trop alarmistes et de sortir parfois des exagérations. Ça peut se tenir. Mais balayez devant votre porte. Vous vouliez "des réponses (avec des arguments factuels) à vos questions ?. Je vous ai donné des chiffres. Maintenant vous me dites que les chiffres ne sont pas les bons (même avant le pseudo bidouillage il vous contredisaient déjà).
Je ne vois pas bien que vous dire d'autre que de passer une bonne soirée, bien au chaud.

C'est la même, mais avec les dernières années, pour plus de détails:


https://public.wmo.int/fr/medias/communiqu%C3%A9s-de-presse/l%E2%80%99omm-confirme-que-les-quatre-derni%C3%A8res-ann%C3%A9es-sont-les-plus-chaudes


Attention avec les «effets» sur des courbes lissées sur plusieurs années en fin de courbe, la fin de courbe étant forcément moins pertinente (et se corrige avec l'ajout d'année successives).

La courbe de température qu'on ne voit "jamais", vous l'avez cherchée? "Courbe température siècle" dans un moteur de recherche donne des résultats pourtant.
Ici, par exemple: https://www.les-crises.fr/climat-8-analyse-rechauffement/  vous tomberez sur la courbe-qu'on-nous-montre-jamais, tellement secrète qu'on la voit sur 2000 ans (hémisphère nord), mais aussi 12000 ans, 16000 ans, 40000 ans, 250000 ans, et 800000 ans.

Sur la corrélation avec le CO2, vous demandez "la verra-t-on?". Peut-être si on ne fait qu'attendre qu'elle nous tombe sous les yeux. Sinon on peut aussi la chercher (elle est dans le même article).

Ensuite pour les questions précises sur des affirmations particulières, je suis à peu près certain qu'on peut dénicher un nombre important de fausses affirmations plus ou moins alarmistes dans les innombrables affirmations sur le climat. Sur ce genre de questions, je pense qu'il vaut mieux regarder la tendance plutôt que le détail; je pense aussi qu'on comprendra mieux un dérèglement climatique qu'un basique réchauffement (où l'on s'attend à une hausse constante et linéaire). De ce point de vue, on peut effectivement voir une augmentation des canicules et un refroidissement moyen (la canicule étant un pic haut qui peut être insuffisant pour tirer vers le haut une moyenne qui baisse).

Je n’ai jamais prétendu que la courbe était « cachée » ou secrète. J’ai dit qu’on en parlait beaucoup, sans la montrer. Et par ailleurs, ce qui m’intéresse, c’est le moment présent : comme je l’ai mentionné, on remarque dans la courbe que vous indiquez une hausse très nette jusqu’en 2000. On note également un tassement très net à partir de 2001 (jusqu’en 2012 puisque votre courbe ne va pas plus loin). Merci de m’avoir donné une source qui confirme ce que j’ai avancé.

Vous avez dit qu'on ne la voit jamais. C'est faux (je ne l'ai pas sortie de mon chapeau). Elle est aussi disponible sur des sites underground inconnus comme meteofrance.fr.
Pour vous donc, cette courbe cesse de monter en 2000? Si vous vous voyez validé, vous n'êtes pas difficile, au moins.

Je n'ai d'ailleurs pas répondu qu'à cette affirmation, mais j'imagine que le reste est validé aussi, par principe.

Les courbes sont accessibles certes, mais je maintiens qu’on ne les montre pas.

Encore une fois, la courbe que vous me donnez est révélatrice : regardz bien les bâtonnets de l’histogramme : c’est clairement un escalier entre 1980 et 2000, et tout aussi clairement quasi-plat à partir de 2001.

La courbe partagée par kusto est plus claire. Le seul plateau qu'on puisse observer dure 7 ans. Il est difficile de tirer des conclusions sur un temps aussi court. Encore une fois, l'ensemble de la courbe montre des oscillations. Le lissage sur plusieurs années est plus indicatif de la tendance (à la hausse).

Vous répétez qu'on ne les montre pas (meteofrance n'est pas confidentiel, ni les-crises), comme s'il y avait un sous entendu (comme pour le parallèle CO2/T°). Vous voyez quelque chose dans cette "sous médiatisation"? Si vous appelez Sud Radio, pour leur soumettre, vous avez mon soutien franc et massif.

Discussion intéressante : vous admettez un « plateau » de 7 ans, expression qui jusqu’il y peu était proscrite (le fameux « hiatus »), mais dont on peut désormais mentionner depuis que les températures « sont reparties à la hausse ».

Ce qu’il faudrait rappeler, ce que le « hiatus » a disparu en partie suite à un retraitement (discutable) des données.

AHAH J'ADMETS!! JE SUIS BIEN ATTRAPÉ!
Il y a un plateau (il etait proscrit, le plateau?) comme il en a eu plein, de tout temps et de toute ère. Je regarde les faits: la tendance depuis l'ère industrielle est à la hausse. Après, vous croyez ce que vous voulez.
J'attends toujours vos éclairages sur la courbe CO2/températures que vous n'aviez semble-t-il jamais vu.

Manu croit jeter un froid ! Mais, en fait, non !


Dommage pour la canicule....

Ben oui, le plateau ça pose problème quand la théorie dit que c’est le CO2 qui fait monter la température, et que le CO2 monte, mais que les températures stagnent. C’est bien là que tout se joue : avant le retraitement, le plateau dépassait les 15 ans, temps à partir duquel on peut commencer à tirer des conclusions. Après retraitement, il ne fait plus que 7 ans. Et hop ! Plus de question à se poser, la théorie est confirmée.

Donc pour un plateau de 7 ans (même 15, hein, prétendons que les méchants jenesaispasquistes aient bidouillé les thermomètres), ça va mettre à mal 800 000 ans de faits.
Mais les carottes de glace ont probablement été bidouillées, elles aussi.

Les 800 000 ans de faits disent justement l’inverse (commentaire de la courbe que vous citez) :

« En fait, ce sont en premier lieu les modifications de l’orbite terrestre qui ont été responsables des changements de température passés – nous y reviendrons -, et ce sont ces modifications de température qui ont induit la modification de la concentration en CO2, pas l’inverse.

Toutefois, les modèles montrent que ces variations d’ensoleillement devraient entraîner des variations de température d’environ 0,5 à 1°C. Or, on constate qu’elles sont beaucoup plus fortes, ce qui laisse supposer que des facteurs amplificateurs existent… dont la teneur en CO2 atmosphérique »

Quand je dis que vous ne prenez que ce qui vous convient.

Vous voulez lire? Bien. Lisons:
"Alors, phénomène naturel ?

Absolument pas. Ce que nous vivons est unique, car le réchauffement s’opère à une vitesse jamais vu : le réchauffement observé durant les 30 dernières années s’observait dans le passé plutôt sur 1 500 à 3 000 années !

Bref, le réchauffement est 50 à 100 fois plus rapide que les phases précédentes de réchauffement."

Et le réchauffement acheva le Magdalénien


Page 44/ POUR LA SCIENCE N° 496 / Février 2019 


« en Rhénanie et dans le nord de la France, la température maximale annuelle entre 16 000 et 14 700 BP était d’environ 9 °C.


 Quand, il y a environ 14 700 ans, les températures ont commencé à grimper, les glaciers se sont mis à fondre et les précipitations ont aug- menté. En à peine 150 ans, les températures annuelles maximales de la Rhénanie et du nord de la France ont atteint 19 °C. Les prairies steppiques ont alors cédé la place à des forêts de bouleaux, qui se sont ensuite densifiées et éten- dues. Les troupeaux d’herbivores de la toundra ont suivi la steppe reculant vers le nord jusqu’à disparaître complètement d’Europe centrale. Les chevaux, pour leur part, étaient mieux à

même de faire face aux nouvelles conditions, mais leurs troupeaux se sont amenuisés. Dans le même temps, les animaux forestiers habitués aux climats plus chauds, tels le sanglier, l’au- roch, le cerf rouge et l’élan sont apparus. »


10°C en 150 ans. Qui dit mieux ? C’était il y a longtemps pour les humains mais tout près de nous à l’échelle géologique.


D’ailleurs on le voit en partie sur une des courbes du site les-crises que vous m’avez indiquées (tout à gauche).


Et vous voyez une hausse de 10° en 150 ans sur cette courbe??? Je pensais qu'on y voyait environ 4° en 3000 ans, mais qui suis-je devant tant de scepticisme.

Les températures maximales ne sont pas les moyennes, voyons. S'il fait 45 chez moi, un jour, cet été, contre 35 l'an dernier, je ne vais pas hurler que la température générale a augmenté de 10° chez moi en un an.

1 point pour vous.

Je me cite: «depuis que la théorie a été mise à mal par les chiffres, désormais ce sont eux qui sont décriés»


Seulement depuis 2017 et votre article en lien, tout cela a été confirmés par diverses mesures et organismes. 


Le climat, et la température, dépendent de pleins de facteurs divers, il ne s'agit pas de nier l'effet «plateau» mais de contredire son aspect significatif.


Est-ce qu'on en est absolument sûr sans aucun doute possible? Non. Mais votre théorie l'est encore moins (sûre), êtes-vous vraiment prêt à prendre ce risque.


D'autant plus qu'en dehors de la température, on a l'augmentation du co2 qui n'est de toute façon pas positive, mais on peut aussi parler de l'ozone, des particules fines, des plastiques dans l'air, des limites des ressources fossiles, de continuer une logique qui ne peut que, mathématiquement parlant, aboutir à un désastre.

Je vous rejoins sur le dernier point, et c’est d’ailleurs là que le confusionnisme règne.

Il y a assez de raison pour critiquer le modèle de société actuel (pollution chimique & radioactive, atteinte à l’écosystème, etc.) sans avoir besoin de ce catastrophisme climatique.

Admettons que le monde fasse tous les efforts demandés pour le climat : que repondra-t-on à ceux qui prendront un ouragan sur la tête (car il y aura toujours des ouragans, des inondations, des incendies, etc.) ?

Il est à mon sens très critiquable de faire du climat un enjeu politique, sans oublier que ça pourrait se retourner contre « les amis de la Terre », quand au nom du Climat, les premières entreprises de géo-ingénieries (car on y arrivera, c’est certain) seront mise en place « pour contrer le méchant réchauffement », avec des conséquences que personne ne peut imaginer.

- Monsieur, il y a des rats qui remontent des soutes.

   - Des rats?... Tuez les

- Monsieur, c'est qu'il y en a de plus en plus...

   - Fermez les portes et bloquez les!

- Monsi...

(Se retournant)

   - Chère Duchesse charmante soirée, n'est ce pas... Dansons

- M... l'eau monte.... les rats...

(S'éloignant au bras de la Duchesse)

- Nous serons demain à New York, j'aimerais vous faire visiter ma bla bla bla...

**********

J'ai des questions: 

Pourquoi mes avocatiers sont ils en fleurs en ce début d'hiver austral?

Pourquoi il fait 19° (là maintenant) avec un ciel couvert alors que le vent est de sud est?

Aymeric Caron a bien fait de quitter un plateau où la personne la plus compétente en climatologie était un négationniste

... putain de médias, Le Pen et climato-sceptiques même combat !!!

Putain de catins du néolibéralisme)  ....

On peut et toujours on pourra accuser Caron de psychorigidisme. Perso, j'ai adoré sa sortie de plateau et d'autant plus qu'il l'a argumentée. Sur un sujet aussi sérieux que le dérèglement climatique (et ses conséquences en cascade), on ne peut pas - si on est sérieux - inviter un environnementaliste chevronné à un dîner de cons où on lui oppose la parole de monsieur ou madame Michoux constatant l'évolution de sa culture des courgettes. Ou alors, si on fait cela - ce que Sud Radio a fait - c'est qu'on ne veut même pas connaître la réalité dont on prétend débattre. Comme l'a très bien dit Caron, le rôle du journaliste, c'est pas d'avoir un avis, mais d'éclairer celles et ceux qui pensent en avoir un alors qu'ils n'ont pas l'information nécessaire et suffisante pour se forger un avis. ET pour éclairer, le journaliste doit s'appuyer non pas sur son savoir perso, mais sur des expertises reconnues et certifiées. Ce n'est pas le journaliste qui fait l'info, c'est la connaissance qui fait le journaliste. 

Traquenard climato-sceptique ! Rien que ça ! Visiblement, pour l'auteur de cet article, quiconque ne partage pas la doxa dominante en matière d'évolution climatique est forcément un "negationniste", qu'on devrait faire taire, comme le voudrait Claire Nouvian ! Si l'on veut entendre un autre son de cloche que cette propagande pure et dure,  on lira les articles des scientifiques climato-réalistes, sur leur site internet très bien fait : https://www.climato-realistes.fr/

Car non, Mr Schneidermann, il n'y a pas de consensus scientifique en matière de réchauffement climatique ! Et qualifier de "complotistes" ceux qui ne souscrivent pas aux thèses du GIEC n'est ni plus ni moins que de la calomnie ! Bien content d'avoir annulé mon abonnement à ASI ! On ne m'y reprendra plus !

On a déjà vu ça dans le Matinaute du 25 juin: l'utilité de ces gens-là, c'est de servir de prétexte à ceux qui nous gouvernent pour aller moins vite qu'il ne faudrait, et s'en vanter grâce au repoussoir qu'ils fournissent gratos. S'ils n'existaient pas, il faudrait les inventer. S'ils étaient devenus complètement inaudible, il faudrait leur redonner un semblant de pertinence. Et c'est ce qu'ont fait aussi bien LCI avec Goldnadel face à Poirson que Sud Radio avec sa brochette de malfaisants. 


Écoutez autour de vous: même au Café du Commerce, personne n'ose plus mettre en doute que le climat change, et vite. Le plus beauf des beaufs aurait peur de se ridiculiser. Il est urgent de réinjecter un peu de connerie dans le peuple quand il en manque. Ouais, le climat change... mais en même temps... j'ai écouté LCI hier soir (ou Sud Radio), est ce qu'on est vraiment sûr que bla bla bla.... 


La nouvelle tarteà la crème, c'est ouais, le climat change, mais est-ce que c'est vraiment à cause des humains? pasque si c'est pas nous les fautifs, ben ya pas de raison que ce soit nous qu'on se prive, hein?

Ces talk-shows sont insupportables... Même sur LCP ! C'est dire... Laisser la parole à des gros cons parce qu'ils disent le contraire d'un type qui vient de commettre un ouvrage sur un thème donné... lequel thème est une des thèses d'un ou plusieurs politiques en vue... franchement, voilà qui montre la paresse des producteurs de télé ! Vu le niveau où nous en sommes, de débilités médiatiques, je suggère en effet de mettre Ch. Barbier partout... sur toutes les chaînes... il est doué pour sortir de grosses âneries. 

Pour le climat... perso je suis en train de finir le bouquin de Fred Vargas... et là oui... c'est clair. Et si c'est pas clair, on relit... et on finit par comprendre... qu'il vaut mieux ne pas avoir fait d'enfants ;) 


 Aymeric Caron aurait pu danser sur la tête, ce n'était pas un débat mais bien un débit de "bêtises".


"Bêtises" sélectionnées au standard, donc en amont, pour  chauffer le climat de l'émission.


Que Caron se taille de ce chausse trappe, on le comprend.


Le mépris est chez l'animateur de Sud Radio qui se fout royalement de l'opinion des gens:

de l'audience, toujours tout pour l'audience.

 

Bon, gardons les proportions et la réalité en tête: Sud-radio s'est rapprochée de RT France, et il n'y a pas si longtemps, 

"Audiences radio : Sud Radio déboutée en appel de sa demande d'expertise judiciaire

Sur la base des chiffres de l'étude qu'elle a fait réaliser par l'IFOP, la station, qui espère compter un jour parmi les grandes généralistes, évalue son audience à 1,5%. Actuellement, son audience moyenne n'apparaît pas en propre dans les classements de Médiamétrie car elle ne dépasse pas 1%. L'institut l'intègre aujourd'hui à l'audience du groupement Les Indés Radios auquel appartient Sud Radio. "

Extraits d'un article du Vendredi 30 Novembre 2018 sur Pure Media

Alors, A.Caron devrait savoir où il met les pieds....

Je ne sais pas si vous évoquez cela dans vos émissions d'été, mais je trouve que la façon dont Guillaume Meurice donne la parole, que ses collègues appellent "comique d'investigation",  est vraiment intéressante à décortiquer.

Il y a aussi " Les Pieds sur Terre" qui laisse parler les gens, et c'est très intéressant.


Après, les conneries comme celles de Sud Radio … on peut ne pas écouter aussi.


Il ne me semble pas qu'on puisse parler d'un "traquenard climato-sceptique".  Aymeric Caron a été confronté à une émission basique d'une station de moyenne qualité où il était venu pour présenter son projet alors que la discussion s'est orientée vers un débat de fond sur le climat.


A l'origine, donc,  un malentendu qu'il a géré d'abord avec une certaine pédagogie. Puis avec une forme de rigidité qui lui est propre et qui tourne assez vite à un dogmatisme plutôt désagréable.


Le problème est accentué par les insuffisances d'un animateur sans finesse. Les deux témoins de la scène, l'avocat Jean-Yves Le Borgne et l'ancien magistrat Philippe Bilger n'y peuvent pas grand-chose.


Sur le fond, il n'est jamais agréable de se trouver dans ces situations où des "sachants" closent par avance tout débat d'un péremptoire "circulez, vous n'y comprenez rien". En l'occurrence, la sortie de Caron peut se comprendre, mais elle ne résout rien.


Même dans ces situations, le débat doit rester patient, serein, la confrontation est toujours utile. Un peu d'humilité est nécessaire et bienvenue. Que ce soit sur le climat ou sur l'homéopathie, rien n'est plus irritant et contre-productif que ces certitudes proclamées, aussi fondées fussent-elles. 


L'art de la maïeutique s'est perdu. Il serait de plus en plus nécessaire. Mais il est, hélas, absolument incompatible  avec les nécessités de l'audience. 


Sinon on peut aussi éviter de sélectionner des « auditeurs » sur la base de la contradiction que l’on souhaite mettre en scène.


Je connais mal Sud Radio et il y a des biais de sélection difficilement contournables, mais il doit bien aussi y avoir des « auditeurs » qui en ont marre qu’on donne la parole à des négateurs.


Pour le reste Daniel, vous vous étonnez vraiment que les chiens de garde entretiennent la parole « « « climato-sceptique » » » quand l’un des arguments les plus imparables en faveur d’un changement de paradigme économique et politique est littéralement la fin du monde tel qu’on le connaît ?


Faut bien temporiser mon bon monsieur... On entretient le doute, comme ça on ne demande pas le changement tout de suite, etc.

Pendant des années, on a endormi le peuple en lui disant "Tout va bien, vous pouvez faire à vos dirigeants une confiance totale". Ça ne marche plus, le peuple a eu l'occasion de vérifier qu'on pouvait le tromper. 


Alors, les mêmes ont fait un demi tour intégral: "Vous ne pouvez faire confiance à personne, et tout va mal au point qu'il vaut mieux aller se recoucher". 


Dormez, braves gens, le déluge est inévitable et vous n'y pouvez rien.

Mais si, mais si , il y a un expert qui peut se prétendre spécialiste du climat, de la Syrie, et de la laicité :  Ch. Barbier  ( qui, en outre, a un profond respect du peuple )


On ne fait jamais ( assez ) appel  au Pic de la Mirandole du XXI ème  sicle....

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.