38
Commentaires

Cambridge Analytica : "Les données personnelles, c’est une photo de vous à poil"

Une formidable machine à dresser notre portrait psychologique d’après nos données Facebook, et à nous envoyer des messages non signés, différents selon que nous sommes diagnostiqués angoissés ou optimistes, pour nous faire bien voter. Voilà ce que révélerait le scandale de Cambridge Analytica, le coup de tonnerre de la semaine qui a ébranlé Facebook. Mais cette nouvelle utilisation terrifiante des données que nous fournissons de plein gré aux réseaux sociaux est-elle vraiment si terrifiante ? Est-ce vraiment si nouveau ? Pour répondre à ces questions : Thomas Huchon, réalisateur du documentaire "Unfair Game" (disponible sur la plateforme Spicee) ; Corentin Sellin, spécialiste de la politique américaine, auteur de deux notes sur Trump pour l’IFRI (Institut français des relations internationales ; et Julien Cadot, rédacteur en chef du site Numerama.

Commentaires préférés des abonnés

Emission passionnante - mais par pitié, plus d'invités Skype ! La liaison avec Thomas Huchon était à la limite du supportable et il y a ce sempiternel décalage qui oblige Daniel à parler par-dessus l'invité pendant de longues secondes avant que celui(...)

Ouh que ça m'agace ces sempiternels fantasmes sur « Facebook vous connait mieux que vous même », ou, en l'occurrence, que vos collègues de travail..


Tout d'abord, ce que peut mesurer la science, ce n'est que de la statistique. Ce qui signifie : « stat(...)

vous savez quoi ? incroyable personne n'a de photo de moi a poil, ni FB ni mon ordi, ni personne. C'est quoi ce délire qui veut qu'on passerait notre temps a nous photographier le sexe ? les mecs envoient des photos de leur bite en guise de drague et(...)

Derniers commentaires

J'ai suivit l'émission d' envoyé spécial sur  Cambridge analatyca. En fait tous les merdias occidentaux qui ont accusé la Russie d'avoir fait élire Trumpette ,ils passent vraiment pour des vrais connards.  C'est les Anglais qui ont fait le coup avec la complicité de Facebook.Etrangement l'info est pratiquement passée sur silence radio.. Résultat des courses, plein de gens pensent que c'est les Russes  ..De plus d'après les journalistes d'envoyé spécial ,Cambridge analatyca est soupçonné d'avoir favorisé le brexit.. génial.. Salauds de Russes!..

"On peut envoyer des filles chez un candidat", raconte encore Nix."

Les bonnes vieilles méthodes soviet'! :)

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

On veut des émissions plus longues please ! ;)

ouh-là :  chapitrage 3 : Les donées ... (sic) => à corriger

Bonjour,


un point me chiffonne dans cette émission. On passe une bonne moitié du temps à, finalement, se désoler de la puissance du micro-marketing, permis par un profilage fin des électeurs (et je suis bien d'accord!)

Cependant, je me rappelle qu'on a tressé moults lauriers à Obama pour ses campagnes "intelligentes", qui se basaient en définitive sur le même genre de data analytics qu'ici (moins sûrement la dimension sulfureuse de Cambridge analytics).

Je suis cependant géné que d'un côté on nous présente le versant malin, jeune, disruptif, sympa parce qu'on aime bien le candidat; et de l'autre le côté manipulateur, malsain du procédé quand il est mis au service de Trump.


Par ailleurs, je me rappelle de quelques reportages d'avant élection qui constataient l'amateurisme complet de l'équipe de Trump, y compris au niveau prospectif local - toujours opposé à la machine de guerre dynamique des démocrates. Et maintenant on découvre que les républicains étaient des stratèges hors pairs?


Bref, j'ai peur qu'on distorde un peu la réalité au regard du résultat de l'élection, avec en plus une grosse couche de subjectif selon qu'il s'agisse du gentil Obama ou du méchant Trump.

J'ai appris plein de choses grâce à cette émission et je vous en remercie, même si je trouve l'ensemble de ces "révélations" extrêmement flippantes. Je me suis créé un profil Facebook l'année dernière, sous la contrainte de plus jeunes que moi. J'espère que le fait de ne pas y avoir mis ni mon nom ni ma tête me protège un brin mais ne suis pas plus rassurée que ça.

Contrairement à ce que dit Daniel Schneidermann à  plusieurs reprises, les données de Facebook n'ont pas été "piratées" par CA ni par personne. Il n'y a eu aucune brèche de sécurité.


Facebook a délibérément laissé l'accès à ces données aux développeurs d'applications, en permettant à une app de connaitre les données des amis des utilisateurs (et pas juste celles des utilisateurs), comme l'explique Julien Cadot vers la 43e minute. Tout ça s'est fait dans la plus totale légalité.


Ils ont arrêté cette politique il y a quelques années déjà (2014 je crois), bien avant le scandale de CA. Sans doute pour protéger leur "trésor de guerre".


Au passage, la seconde campagne d'Obama (ô combien louée pour son usage intelligent des réseaux sociaux) utilisait exactement la même fonctionnalité, avec une app facebook. A l'époque, personne ne bronchait. La différence majeure, c'est vrai, étant que les utilisateurs de l'app d'Obama savaient qu'ils utilisaient cette app pour aider Obama. Ceux du quizz n'avaient aucune idée de l'usage qui était fait de leurs données.

Ouh que ça m'agace ces sempiternels fantasmes sur « Facebook vous connait mieux que vous même », ou, en l'occurrence, que vos collègues de travail..


Tout d'abord, ce que peut mesurer la science, ce n'est que de la statistique. Ce qui signifie : « statistiquement, Facebook vous connaîtrait mieux que vos collègues de travail ». En moyenne, il donnerait de meilleures estimations (de quoi ? Voir plus loin) , mais, sur un cas particulier, il peut complètement se planter. Autrement dit, utiliser de telles informations peut permettre de meilleures prospections commerciales, et en particulier électorales (une forme de commerce en l'occurence), mais pas de profiler un individu précis. On sait par exemple que les jeunes conducteurs conduisent moins bien statistiquement, ce qui permet d'ajuster à la hausse le tarif des assurances les concernant, mais c'est très injuste pour une bonne partie des jeunes qui conduisent largement aussi bien que leurs ainés.


Ensuite, qu'est-ce qu'on connaît d'un individu ? Si c'est son vote, ce n'est pas étonnant que les personnes donnent (statistiquement encore ; ce n'est pas du tout mon cas) plus d'indices de leur vote dans leur sphère privée (Facebook en fait partie) qu'à leur travail…  De plus, ces fameux indices ne sont, dans ce domaine, pas si indirects que ça. Si je suis abonné à la lettre de François Ruffin,  ou que je like ses interventions, il n'est pas surprenant que mon vote ne soit pas d'extrême droite.

A contrario, s'il s'agit de connaître les préférences sexuelles d'une personne, il faudrait déjà savoir ce que ça veut dire  pour pouvoir savoir si la prédiction est juste (les catégories sont pour le moins floues y compris pour les concernés eux-mêmes). En plus, il y a des comportements archétypes, communautaristes, qui seront faciles à identifier comme dans le cas d'un vote. Mais des personnes pour lesquelles l'identité sexuelle est banalisée (le cas majoritaire des hétéros. types mais aussi de beaucoup d'autres personnes « bien dans leur peau ») ne seront pas repérables par les algorithmes… et pas considérés non plus par les chercheurs qui évaluent ces algorithmes dès lors qu'ils ne peuvent travailler que sur ce qui est tangible.


En résumé, je prétends que les algorithmes de Facebook ne connaissent que ce qu'il est facile de connaître d'un individu.

Je ne peux pas télécharger le fichier, il n'y a pas de lien, est-ce que les émissions ne sont plus téléchargeables ?

Dans tout ça, il y a un truc que j'ai jamais bien compris (mais je suis probablement un peu benêt) : C'est quoi l'intérêt d'envoyer des messages ciblés à des gens qui sont probablement déjà convaincus ? L'électeur américain dont ce fabuleux système a pu déterminer qu'il était pro-armes à feu et inquiet de sa propre sécurité et de son auto-défense, n'a probablement pas besoin de recevoir ce "darkpost" anti-Clinton sur le sujet des armes à feu pour voter Trump, non ?

C'est comme quand on achète un épluche-légumes sur amazon et qu'on reçoit pendant 15 jours des pubs en rafale pour des épluche-légumes ! De toute façon, on l'a déjà acheté, et en prime ça vous dégoûte des épluche-légumes pour un bon moment ! Mais je ne suis peut-être pas le meilleur profil pour ce genre de campagnes...

le fond(s) de commerce

Emission passionnante - mais par pitié, plus d'invités Skype ! La liaison avec Thomas Huchon était à la limite du supportable et il y a ce sempiternel décalage qui oblige Daniel à parler par-dessus l'invité pendant de longues secondes avant que celui-ci se rende compte qu'on essaie d'interagir avec lui. C'est d'autant plus dommage que les développements du documentariste étaient très instructifs.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

J'ai seulement accès à l' extrait...

téléchargment impossible. !!

vous savez quoi ? incroyable personne n'a de photo de moi a poil, ni FB ni mon ordi, ni personne. C'est quoi ce délire qui veut qu'on passerait notre temps a nous photographier le sexe ? les mecs envoient des photos de leur bite en guise de drague et pour tous le monde ça parait normale de se photographier a poil .... perso je me voie chaque jour a poil pas besoin de photo. Vos titre racoleurs sont debile, comme tout les titre racoleurs, surtout ceux sur le sexe, qui ne font que donner une image immature, violente et porno de la sexualité . 

Euh, un fichier de 1.1 Go pour 50 mn, vous haïssez tant que ça les adeptes du RTC en 56 k ?.... Ca va être du 4K ?...

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.