764
Commentaires

Burkini : si vous avez raté le début de la polémique de l'été

C'est la polémique de la fin d'été. Depuis début août, le burkini, maillot de bain qui couvre l'intégralité du corps sauf le visage, est au coeur de plusieurs controverses estivales en France. Comment est née cette polémique, qui étonne les médias étrangers ? Et comment illustrer ce sujet à la télévision, alors que les burkinis sont relativement rares sur les plages françaises ?

Derniers commentaires

Je répond ici à Tigi (son message du 1/09 23h19) :

Bah non, dans les faits, son procès était déjà gagné à ce moment là.

Un procès n'est jamais gagné avant que le verdict ne soit rendu. D'autant qu'un pourvoi en cassation est toujours possible.

Quand Usain Bolt (si vous me permettez cette image) franchit la ligne d'arrivée en tête, il n'attend pas la décision officielle pour faire applaudir sa victoire.
Il sait qu'il a gagné, et il le proclame.
A ce moment là, on ne peut pas prétendre qu'il ment en disant qu'il a gagné... même s'il devrait normalement attendre la déclaration officielle.

Que je sache, Usain Bolt ne s'est pas déclaré champion Olympique 2016 avant d'avoir disputé ces courses.
Or, s'il avait dit en janvier 2016: "Je suis le champion Olympique 2016 du 100 mètres, 200 mètres et 4 x 100 mètres, cela aurait été un mensonge. Non ? Et qu'il gagne effectivement ces courses 6 mois plus tard ne change rien à l'affaire.
D'ailleurs, Usain Bolt a déclaré juste avant les jeux, qu'il comptait bien remporter ces trois médailles d'or. Mais pas qu'il les avait déjà gagné.

La première significatiion de vrai et de faux semble avoir son origine dans les récits; et l'on a dit vrai un récit quand le fait raconté était réellement arrivé; faux, quand le fait raconté n'était arrivé nulle part.

Spinoza

A la date de la déclaration de C. Fourest : "J'ai gagné mon procès en appel, oui oui." Ce fait n'était arrivé nulle part.
Il s'agit donc d'un mensonge.
https://blogs.mediapart.fr/bernard-gensane/blog/010916/de-la-religion-partout/commentaires

Dédié aux quelques asinautes qui me croient médiapartophobe alors que je suis d'abord plenelophobe (et surtout, aux autres) cette remarquable contribution, qui sait prendre de la hauteur par rapport aux querelles actuelles et faire de la mise en perspective.

(Noter que son auteur, bien que pilier du Club, que son article fasse partie des plus recommandés par les abonnés, n'est pas Notre choix...)
le Roi du Maroc, Commandeur des Croyants, l'a dit:
Il n'y a pas de vierges au paradis!.
C'est une mauvaise pente. Bientôt il n'y aura même plus de paradis!
En réfléchissant bien, le Conseil d' Etat est devenu un organisme sans aucune cohérence qui vient de consacrer la supériorité des religions abrahamiques sur la République.

En effet on oublie que les maires publient des arrêtés qui empêchent les gens de se promener en maillot de bain en dehors des zones de baignades. Là-dessus le Conseil d'Etat ne trouve rien à redire à cette entorse à une liberté fondamentale.

Ensuite imaginez une personne qui s'habille en Waffen SS. Croyez-vous une seconde qu' au nom d'une prétendue liberté de se vêtir comme on veut, on laisserait cette personne faire. Bien sûr que non ! Le MRAP, SOS Racisme, la LDH lui tomberait illico sur le paletot et le Conseil d'Etat condamnerait bien évidemment car contrairement à ce qu’on répète bêtement partout, aucune disposition légale ou constitutionnelle ne s’oppose à ce qu’on réglemente les tenues dans l’espace public.

La décision en référé du Conseil d'Etat est symptomatique d'une vision de la société où l'on peut restreindre tout type de liberté, on peut interdire à quelqu'un de se vendre en esclavage, on peut interdire à quelqu'un de vendre ses organes, on peut interdire à quelqu'un d'exprimer certaine opinion sur l'holocauste et l'esclavage mais tout ce qui touche au religieux ne peut être interdit dès lors qu'on est en dehors de l'Ecole

[quote=Dites dans un théâtre que « l’homosexualité est une abomination », ou « les homosexuels devraient être mis à mort » et vous serez poursuivi et condamné. Par contre, lisez le lévitique dans une église (« Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme. C'est une abomination » (Lv 18:22) et « Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable; ils seront punis de mort: leur sang retombera sur eux » (Lv 20:13), par exemple), et vous ne craignez rien, la liberté de culte vous protège.]

Donc si je me dis représentant d'une religion qui exige que je me présente devant mon Créateur dans le plus simple appareil, qu'il y ait des offices régulièrement tenus, un petit livre saint, que dira la Conseil d'Etat si j'attaque l'Etat ou la commune qui m'interdirait de suivre les préceptes de ma religion ?

Je peux suivre le Conseil d'Etat lorsqu'il affirme que les maires outrepassent leur pouvoir avec ces arrêtés anti-burkini et en effet c'est au Législateur de se saisir de cette question. Par contre le juge des référés a fumé quand il évoque[quote=une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales que sont la liberté d’aller et venir, la liberté de conscience et la liberté personnelle.]
Une légende raconte que quelque part, en France, il existerait une personne qui n'aurait pas donné son avis sur le burkini...
Tout à son obsession de pourfendre les islamophobes, Médiapart vient de mettre en Notre choix cet article :

https://blogs.mediapart.fr/sport-and-citizenship/blog/300816/laffaire-du-burkini-ou-comment-perdre-lorganisation-des-jo-de-2024-paris

Article qui dit en préambule :

« Décidément la France est capable du meilleur comme du pire : Présenter une candidature à l’organisation de l’événement le plus médiatisé au monde, basée sur ses valeurs, la mixité, la jeunesse, l’égalité, la fraternité… Et être à la une dans et grâce aux médias sur la question du Burkini. »

Les rares commentaires de ce choix, pas ennemis du fond (on est sur Mediaplenel, hein...) ne ratent pas la niaisierie des auteurs qui ignorent totalement que les JO sont surtout destinés à gaver le CIO, les sponsors, les médias, les entreprises de construction (et je ne parle pas du dopage, du nationalisme, du culte démesuré de la performance)... et à plumer les pays hôtes.

Heureusement que le ridicule ne tue pas !
Il n'y pas que la télévision qui ait dérapé sur le sujet du maillot de bain islamique. Chercheure en information et communication, je travaille en ce moment sur le journal Le Monde...
Ils ont fourni une information tellement partielle et partiale que je compte en faire un prochain sujet de publication de recherches. J'énumère rapidement donc pas forcément dans le meilleur ordre.
Nous avons vu une entreprise de culpabilisation des Français islamophobes en faisant un article sur la presse étrangère scandalisée par l'attitude des opposants à la présence religieuse à la plage, sans qu'aucun journaliste ne pointe l'incongruité qu'un pays comme les USA où les actes racistes des policiers sont meurtriers, et où la peine de mort perdure, nous donne des leçons de démocratie.
Le Monde a mis en boucle une vidéo où un étranger, le maire de Londres, s'exprimait en boucle sur la politique intérieure de la France, et plus grave, une élue française, la maire de Paris, s'exprimait à l'étranger sur un sujet de politique intérieure, au mépris de toute éthique. Aucun journaliste n'a pointé le problème.
Dans une autre vidéo en boucle sur le site du Monde, le président de la LDH et celui du CCIF étaient interviewés, il n'y a eu aucun respect de la pluralité de l'information puisqu'il n'y avait pas de présentation d'autres points de vue que le leur.
Le Monde a longuement interviewé des femmes voilées à Nice, mais nous n'avons pas vu une seule interview d'une femme libre, voire de membres de familles de victimes de l'attentat du 14 juillet pour savoir ce qu'elle ou il pensait de ces démonstrations d'intégrisme sur le lieu où leur enfant a été tué au nom de cet intégrisme.

Nous avons aussi vu une entreprise de désinformation : aucun article du Monde n'a mentionné qu'un des signataires de l'arrêt du Conseil d'État est un immigrationniste tellement extrémiste que Jean-Marc Ayrault, alors premier ministre, a rejeté son rapport qui préconisait la discrimination positive pour les habitants français ou étrangers issus de l'immigration. Le Monde a cité abondamment The Guardian mais n'a jamais mentionné que la journaliste qui vitupérait contre les opposants au maillot de bain islamique, était elle-même une musulmane intégriste.

Surtout les commentaires qui sont régi par une charte ont été modérés à plusieurs niveaux.

Il s'est passé plusieurs heures avant qu'ils apparaissent sur le site du journal, alors que normalement ils apparaissent en quelques minutes. Ensuite, ils ont été soigneusement sélectionnés, alors qu'un sondage donnait la veille, 2 Français sur 3 opposés au maillot de bain islamique, les commentaires publiés montraient dans une (trop) écrasante majorité, une satisfaction face à la décision de laisser la religion s'installer à la plage. Plusieurs abonnés du Monde tiennent un véritable fil d'info sur le site et, tout en étant respectueux des lois de la république et de la charte des commentaires du Monde, sont opposés à l'accroissement de la présence religieuse, ils publient tous les jours : ce jour-là aucun n'a été publié une seule fois, j'ai moi-même fait plusieurs tentatives, en pesant chaque mot de mes commentaires : le seul message qui est passé sur une dizaine a été dépublié quelques heures plus tard, je ne faisais que rappeler que la plage faisait partie d'un jeu social plus complexe que ce qu'un touriste qui n'y passe que quelques jours dans l'année peut appréhender. Tous mes commentaires mettant en perspective, la question du maillot de bain islamique avec celle de la place de la religion dans la société ont été rejetés ou dépubliés après quelques heures.

Les seuls commentaires publiés d'opposants à la présence du maillot de bain islamique étaient caricaturaux : des types proposant d'interdire tout vêtement ou d'autres facéties.

Par contre, depuis l'attentat du 14 juillet, Le Monde a laissé passer un nombre invraisemblables de commentaires insultants sur les habitants de la Côte d'Azur et un reportage du même acabit, où la journaliste prétendait donner une vision de Nice à travers le portrait, d'un Français musulman et de deux personnes très âgées proférant des propos décousus, alors que l'université de Nice compte plus de 20 000 étudiants dont 20% d'étudiants étrangers et parmi eux plus de 40% d'étudiants africains. Présenter Nice comme une ville du FN et les Alpes Maritimes comme le "fief" du FN est particulièrement mensongers, alors que les élus FN proviennent principalement du département du Var (qui ne fait pas partie de la Côte d'Azur) et du département du Nord...

Bref, Le Monde est-il encore un journal de référence ?

Je vous remercie d'ailleurs à ce sujet pour votre enquête sur la publi-information déguisée concernant la fondation Louis-Vuitton : j'utilise votre travail en vous citant comme source dans ma thèse de doctorat sur le discours médiatique du luxe. Dans Le Monde, cela semble devenir une source de revenus réguliers en sus de la publicité, j'ai consulté plus de 800 articles sur le luxe dans ce journal pour constater que le ton a changé depuis 2013/14...
Pour votre éducation culturelle :

Jean Ferrat - le bruit des bottes

C'est partout le bruit des bottes
C'est partout l'ordre en kaki
En Espagne on vous garotte
On vous étripe au Chili
On a beau me dire qu'en France
On peut dormir à l'abri
Des Pinochet en puissance
Travaillent aussi du képi

Quand un Pinochet rapplique
C'est toujours en général
Pour sauver la République
Pour sauver l'Ordre moral
On sait comment ils opèrent
Pour transformer les esprits
Les citoyens bien pépères
En citoyens vert-de-gris

A coup d'interrogatoires
De carotte et de bâton
De plongeon dans la baignoire
De gégène et de tison
Il se peut qu'on vous disloque
Ou qu'on vous passe à tabac
Qu'on vous suicide en lousdoc
Au fond d'un commissariat

Il se peut qu'on me fusille
Pour avoir donné du feu
Pour avoir joué aux billes
Avec un petit hébreu
On va t'écraser punaise
Pour avoir donné du pain
Pour avoir donné du pèze
Au petit nord-africain

Il se pourrait qu'on m'accuse
Avec un petit gourdin
D'avoir étudié Marcuse
D'avoir été sartrien
Ils auront des électrodes
Ils diront tu veux du jus
Pour connaître la période
Où j'étais au P.S.U.

A moins qu'ils me ratatinent
Pour mon immoralité
Pour avoir baisé Delphine
Pour avoir été pédé
A moins qu'ils ne me condamnent
A mourir écartelé
Entre l'amour de Roxane
Et celui du beau Dédé

Il se peut qu'on me douillette
Pour que je veuille attester
Qu'en mil neuf cent soixante-sept
Je lisais l'Humanité
Il se peut qu'on me tourmente
Et qu'on me fasse avouer
Que dans les années soixante
J'étais à la C.G.T.

A moins qu'ils me guillotinent
Pour avoir osé chanter
Les marins du Potemkine
Et les camps de déportés
A moins qu'avec un hachoir
Ils me coupent les dix doigts
Pour m'apprendre la guitare
Comme ils ont fait à Jara

C'est partout le bruit des bottes
C'est partout l'ordre en kaki
En Espagne on vous garotte
On vous étripe au Chili
Il ne faut plus dire qu'en France
On peut dormir à l'abri
Des Pinochet en puissance
Travaillent aussi du képi
Travaillent aussi du képi
Il n'y a pas de burqa à Cabourg.
Pourtant.
Cela ferait un joli calembour.
Et une belle image.
Ces jolies dames.
Se promenant gaiement.
Toutes voiles dehors
Sur la plage.
En liberté.
Comme des cerfs-volant des sables...
Que c'est beau !
Je ne sais pas pourquoi.
Mais la burqa.
Ca me rend poète.
Le mystère.
L'Orient !
Les milles et unes nuits !
Le thé à la menthe.
Les saveurs entêtantes.
Dès que je vois une burqa.
Je chante...
Ce rêve bleu !
Et je me prends pour Aladin !
Viens avec moi.
Ô mystérieuse !
Sur mon tapis volant !
Et allons combattre les mauvais génies !
Je ne comprends vraiment pas ce qu'on reproche à ce délicieux vêtement.
On s'en fait une idée fausse.
Quand il est fait de soie de Samarcande.
Comme dans certaines riches familles d'Arabie.
Il procure à la femme des sensations infinies de douceur.
Sur tout le corps.
Le plaisir est si grand dans la journée.
Que lorsque le soir arrive.
Elle est folle de désir pour son mari chéri.
Si c'est à son tour de passer la nuit avec son mari, bien entendu.
La burqa est plaisir.
Désir.
Amour.
Paix.
Et surtout.
Egalité.
Si toutes les femmes portaient la burqa.
Il n'y aurait plus de belles.
Plus de moches.
Juste des femmes.
Aimées.
Pour elles-même.
Et non pour ce corps honni qui fait d'elles des inférieures.
La société serait plus juste.
Plus féministe.
Sans talons aiguilles.
Sans régime.
Sans crèmes solaires.
Sans fitness.
Sans l'obsession d'avoir toujours 20 ans.
Pas de burqa.
Pas de chocolat !
La burqa.
C'est la liberté.
De manger.
Et de s'habiller comme on veut.
Si on l'interdit dans les lieux publics aujourd'hui.
On interdira bientôt le reste.
Le voile islamique.
La kippa.
La croix.
Puis on passera du signe religieux ostensible.
Au signe religieux induit.
La tonsure.
La barbe.
Seront bannies.
Ou alors il faudra porter la barbe réglementaire.
Républicaine !
Ensuite on s'occupera des signes d'appartenance.
Politiques ou culturels
T-shirt du Che.
Interdit.
Keffieh palestinien.
Proscrit.
Tenue de Michael Jackson.
Propagande pédophile.
Et pour finir.
On s'occupera de tous les signes.
De tous les ennemis de l'Ordre.
De toutes les folies.
La Cigarette, bien sur.
Définitivement prohibée.
L'alcool.
Les comportements déviants.
Comme s'habiller en Drag Queen.
Ou caresser le sein de sa copine.
Tout sera interdit.
Tout.
Sauf la légion d'honneur.
Et le képi.
Et un jour.
On regrettera ce temps béni.
Ou la burqa nous choquait.
Et dérangeait nos vies.
Où il ne fallait pas de loi.
Pour être sans foi.
Il n'y a pas de burqa à Cabourg.
Pourtant.
Nul n'y a jamais vu.
De belle frontière autour.
Allez, on s'amuse...Ma religion m'impose la sieste.
Carpe diem, quelle honte! Penser le plaisir et la grillonade qui chante dans une semi-moiteur assassine...

1983

Cher seigneur,

Qu’il me soit permis de m’indigner ici véhémentement contre les insupportables attaques portées régulièrement à la télévision contre mon athéisme militant par vos camarades de goupillon.

Il est intolérable, deux siècles après la séparation de l’Eglise et de l’Etat, dans un pays qui pousse la laïcité officielle au rang d’institution nationale que des anti-athées hystériques accaparent l’antenne de la télé le dimanche matin, avec des émissions intitulées « La messe du dimanche » dans laquelle les minorités athées non criantes, non bigotantes et mal bêtifiantes sont méprisées et bafouées, je pèse mes mots, au profit de grotesques manifestations incantatoires d’une secte en robe dont le monothéisme avoué est une véritable insulte à Darwin, aux religions gréco-romaines, et à ma sœur qui fait bouddhiste dans un bordel de Kuala-Lumpur.

Je précise que j’envoie par ce même courrier une copie de cette lettre à Dieu et que ça va chier.

Pierre Desproges
On assimile la nudité dans un lieu public à de l'"exhibition sexuelle".

et « L'exhibition sexuelle imposée à la vue d'autrui dans un lieu accessible aux regards du public est punie d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende. »

C'est ainsi que des Femen ont été condamnées par la justice française pour "exhibition sexuelle".

Il faudrait demander au Conseil d'Etat si les textes interdisant la nudité dans les lieux publics ne portent pas "une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales que sont la liberté d'aller et venir, la liberté de conscience et la liberté personnelle".
Un sujet non abordé qui a concerné toute la France et ses voisins:

http://www.airpaca.org/monair/prevision?date

Il aurait fallu insister sur la nécessité de limiter ou éviter les déplacements. Mais il n'y avait place que pour le burkini.
Tiens, je remets Gisele, son niqab et sa guitare électrique.

Non, mais attends, c'est une fausse : Elle parle en portugais ! :-D
La laïcité, c'est un élément de la culture française, ni plus ni moins.
Les USA par exemple se fichent pas mal de la laïcité.

On peut décider d'abdiquer, de se soumettre et d'abandonner cet élément de notre culture, ainsi que tous les autres.

Bizarrement, on entend pas beaucoup les soi-disant défenseurs de la laïcité quand les plus hauts personnages de l'Etat s'affichent publiquement dans les médias avec des kippas sur la tronche. Pourtant, les mêmes auraient tôt fait d'envoyer à la guillotine la moindre employée de mairie qui oserait porter un voile. Cherchez l'erreur...
Purée, 128 réponses à lire en seulement 2-3 jours d’absence de ce fil du forum...

Comment voulez-vous discuter sérieusement dans ces conditions ?
Mouis, mais remarquez qu'on attend toujours "Le gendarme et les corses" qui aurait été sûrement drôle à défaut d'être politiquement correct...
Le Conseil d'Etat, donc, vient de clore une polémique de merde...

Je recite Sylvain B, 19/08/2016 à 19h34: " Une bonne polémique de merde comme seul notre beau pays peut s'en trouver. L'hystérisation autour de ces cas illustre bien l'état de nervosité de nos concitoyens ainsi que l'opportunisme de nos politiques toujours prêts à s'engouffrer dans ce genre de trucs. "

J'attends avec impatience lundi, suite à la série de petits mots que ne vont pas manquer de lâcher pendant le week-end quelques "politiques" bien pensants en mal de micro, pour savoir dans quelle fange nous allons pouvoir plonger, nous débattre et nous ébattre avec un plaisir non feint.

La rentrée s'annonce radieuse.

Nous continuerons à alimenter nos vides.
Avis du Conseil d'État (rejet de l'arrêté de Villeneuve-Loubet) : «L’arrêté litigieux a porté une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales que sont la liberté d'aller et venir, la liberté de conscience et la liberté personnelle.»
Le burkini a obtenu l’approbation du grand mufti de Sydney, le cheikh Taj Aldin al-Hilali, vraiment une grande caution morale. Et son opinion des femmes va certainement enchanter tous ceux qui parlent de cet oripeau comme d'une "liberté". « Si vous placez de la viande dans la rue, dans le jardin ou dans un parc sans la couvrir et que les chats viennent la manger… qui doit-on blâmer, les chats ou la viande à l’air ? La viande à l’air, voilà le problème. Si elle (la femme) était restée dans sa chambre, chez elle, portant son voile, aucun problème ne serait arrivé. »

Sydney, Australie, là où est né cet emballage chicos...

https://www.facebook.com/anne.legierdesgranges/posts/1150618448350240.
Humain, trop humain
Et puis, dans une voiture! L'occasion de lui chanter ça !*

* Ah non! pas nue! à la limite en burkini !
Les Nissards qui ont insulté la femme voilée vont certainement en faire autant aux cheikhas belphégorées des pétromonarques qui achètent des babioles dans les bijouteries Place Vendôme.

Ah zut, elles ne sont pas "verbalisées".

Au passage : je ne suis pas dupe du caractère "divertissant" de cet emballement et de son exploitation médiatique. Pendant ce vacarme, on ne parle pas du recul des droits sociaux, de l'augmentaion de la précarité et de la jungle de Calais.
Extrait du point de vue de Catherine Kintzler sur le site de Marianne :

" Avec la saison balnéaire, le "burkini" passera, mais il vaut comme révélateur et déclencheur : l'opinion supporte de moins en moins les déclarations d'appartenance close, le marquage communautaire des corps et des "territoires", le contrôle des mœurs, les entreprises d'uniformisation qui se réclament d'une religion mais qui en réalité impliquent une politique.

Voir là une "intolérance", c'est mettre les choses à l'envers, c'est oublier (c'est-à-dire abandonner) toutes les musulmanes qui entendent échapper à ces stigmatisations infamantes et qui, en refusant le port du voile (ou du "burkini" lorsqu'elles vont à la plage), refusent une vision totalitaire du monde ; c'est les livrer sans un soupir de commisération à un amalgame funeste qui les étouffe. "

Avis à tous ceux qui, voulant soutenir comme Plenel le "musulman humilié" (qui sur le principe serait contre), abandonnent les musulmans non endoctrinés à leurs oppresseurs.

http://www.marianne.net/agora-burkini-fausse-question-laique-vraie-question-politique-100245223.htmllien
Quand on fait de la politique ou qu'on parle de politique, il faudrait, a priori, toujours peser et mesurer le plus objectivement possible les conséquences des actions que l'on prônent. Et penser en terme d'efficacité, puisque ce qu'on cherche, c'est de changer les choses dans le sens qui paraît le meilleur. Rationnellement, si des mesures ont un effet différent, voire opposé, on devrait être contre.

Or donc, on se met à interdire les burkinis, interdiction portée par la droite et extrême-droite et soutenue par une partie de la gauche à coup de défense de la République et de la Laïcité, du Féminisme, et autre Grands Principes Avec Des Majuscules Dedans. Et d'inventer "une lutte contre le salafisme" - (inventer - car les salafistes détestent le burkini, qui est une accommodation à la vie moderne de la pudeur respectée par certaines musulmanes, accomodations et évolutions qui donnent des boutons aux salafistes).

Il a été également de bon ton de tomber sur Plenel et la fameuse photo des temps pas si lointains où les femmes bien de chez nous étaient sommées de s'habiller long sur les plages. "Ha, Plenel voudrait revoir ce bon vieux temps", attaque aussi stupide et ras-du-gazon que le "expliquer c'est excuser".
Car que montre une telle photo ?
Qu'il y a eu évolution. Que ce qui était vrai il y a soixante ans ne l'est plus. Que cela a pris du temps pour changer. Que ce ne sont pas des interdictions qui ont fait évoluer les choses. Que, si on a laissé du temps, pour que les mentalités évoluent chez des françaises et des français judéo-chrétiens à propos de tenue de plage, alors peut-être faut-il laisser du temps pour que les mentalités évoluent chez des françaises et français musulmans sur les tenues de plage. Et que si ce ne sont pas des interdictions qui ont fait évoluer des mentalités sur les maillots de bain féminins, alors ce sont d'autre choses qui ont fait évoluer les mentalités.

Mais, donc, on interdit des burkinis sur certaines plages.
Conséquences concrètes ?

- On va donc "libérer" des femmes en les contraignant. Idée de génie, qui fait porter sur les individus que l'on décrit comme embrigadés le poids de la faute.
Je copie ici ce qu'a publié à ce propos Caroline de Haas sur tweeter :

"Tout ça me rappelle les débats qu'on a eu au sein de ma boîte, au cours de formations sur les violences sexistes et sexuelles. Je ne comprenais pas qu'on oblige pas une femme battue par son conjoint à quitter le domicile. J'étais vraiment en colère contre les formatrices du @Violsfemmesinfo qui essayaient de m'expliquer que forcer une femme adulte à partir était non seulement contre-productif mais ne faisait qu'accentuer la stratégie de l'agresseur : culpabiliser, retirer l'autonomie, faire peur, priver de toute capacité de décider. Cette mesure dépravation de liberté ne pouvait être prise qu'en cas de danger extrême. Ça ne voulait pas rentrer. Je refusais d'accepter qu'on puisse laisser une femme repartir chez elle en sachant qu'elle allait être violée. (Pour rappel, c'est 1 femme sur10 victime de violences conjugales. Vous en connaissez forcément une. Proche de vous).
Le déclic, c'est quand @enervee m'a montré qu'en privant la femme de sa capacité de décision je me transformais en bourreau, en agresseur. Je ne veux jamais être du côté des agresseurs. Quoi que je pense de ce que fait une femme à côté de moi, je ne peux pas décider pour elle. Y a plein de trucs dans nos sociétés que font des femmes qui me gênent, me posent problème, me rendent tristes ou me désespèrent. Plein. Est-ce à elles qu'il faut s'en prendre ? Non. Vous n'êtes pas d'accord avec un comportement ? Battez vous. Pas contre les gens. Battez vous contre les institutions, les organisations politiques, sociales ou religieuses. Bataillez avec les militant.e.s de ses orgas. Mais arrêtez de vous en prendre à la liberté des individu.e.s. Ca ne peut RIEN créer de bon. Rien."

- Ces interdictions, forcément floues (que vient faire la laïcité de 1905 sur les plages ?), devaient forcément entraîner du n'importe quoi. C'est fait.
Sont donc désormais ciblés sur les plages toutes tenues "musulmanes" féminines. Je ne sais pas si les fiers défendants de la laïcité qui nous rabattent les oreilles avec l'islam sont fiers des photos de policiers en kevlar humiliant une femme en public : je pense qu'on devrait en avoir furieusement honte.
Et ce n'importe quoi, vu le climat actuel, vu les soutiens de la presse dominante, des politiques dominants, ce n'importe quoi ne peut que s'accentuer.
Sarkozy et Guéant ont déjà prévenu qu'une partie de leur campagne se fera sur l'islam. Au programme, a minima, interdire les repas sans porc dans les cantines et le voile à l'université. Ça promet.

- Quelles réactions ?
Du côté de beaucoup de musulmans français, la certitude ancrée et révoltée que la France entre en guerre contre eux. Parmi ceux-ci, combien de futurs candidats au terrorisme ?
Du côté de la parole raciste, une libération et une satisfaction - voyez les réactions des niçois assistant aux verbalisations sur les plages.

Voilà le bilan concret de ces interdictions. Tout cela au Nom des Beaux Grands Principes Rutilants de la République.
Sachant, par ailleurs, qu'on n'est pas à l'abri de devoir choisir entre Sarkozy et Le pen au second tour. Surtout ne changeons rien.
Les Emirats arabes unis ont créé en février 2016 un nouveau ministère: le ministère du bonheur. A sa tête une femme. Ce qui est la preuve de leur grande ouverture.

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/02/11/les-emirats-arabes-unis-nomment-une-ministre-du-bonheur_4863712_3218.html

Les travailleurs immigrés aprécient sans doute cette initiative qui a dû changer considérablement ler vie.
http://fresques.ina.fr/jalons/fiche-media/InaEdu05065/l-exploitation-des-travailleurs-immigres-a-dubai.html

Les Yéminites aussi doivent fonder de grands espoirs dans ce ministère.

1984: autres ministères( pas le temps de faire la liste).
A propos des piscines non mixtes, et de l'interdit de montrer son corps, extrait d'un texte pris sur un site islamiste :
https://www.ajib.fr/10propositions/salles-de-pfm-non-mixte-piscine-fitness-musculation-non-mixte/

" Ce projet permettra de ne pas se sentir exclus. Certains musulmans s’interdisent d’aller à la plage, ils ne peuvent profiter de la mer sans être confrontés à la mixité et à la nudité des uns et des autres, une piscine non mixte devient avant tout une nécessité et une réponse à une forte demande. "

Je reviens sur le sujet ici :

http://misentrop2.canalblog.com/
En lisant l'article je me pose 2 questions :
1) Pourquoi les vêtements de plage qui voilent les formes à outrance sont interdits ?
2) Pourquoi les vêtements de plage qui dévoilent à outrance les formes sont autorisés ?

que voulez-vous, en absence de J.Pierre Pernaut et le fromager de Chavigny-les-Oies ou le ferronnier de Làbas-sous-Bois, il faut remplir les journaux télévisés .... heureusement qu'il y a eu les jeux olympiques !
Sur ce burkonkon, chronique ravageuse Sophia Aram.

Ravageuse car longue est la liste de ceux qui en prennent pour leur grade.
Récemment encore dans nos campings et maintenant sur nos
belles (bi?)routes de France.
Il suffit de se promener dans les rues ou sur les bords de Garonne à Toulouse pour constater que le short, même ultra moulant, â remplacè très largement la minijupe étroite sur laquelle les filles devaient tirer compulsivement lorsqu'elles étaient assises dans le métro. Une affaire de pudeur? de sécurité?
Pour moi, cette histoire de burkini, est assez révélatrice du climat paranoïaque et haineux de la France en 2016.

C'est vraiment un grand succès pour les terroristes. J'avoue que j'appréhende de plus en plus les élections de 2017 dans cet environnement.

Alors, arrêtons de tout mélanger :

- le salafisme est une idéologie religieuse condamnable (également pénalement, contre certains discours de haine et d'appel à la violence), tout comme les autres idéologies religieuses ultra-rigoristes, qui existent dans toutes les religions (catholiques traditionalistes, fondamentalistes chrétiens américains, juifs orthodoxes, mouvement 969 en Birmanie). D'ailleurs, je crois me souvenir que des traditionalistes de tous poils se retrouvaient avec bonheur dans leur rejet du mariage homosexuel en raison d'une conception religieuse du mariage.

- tous les musulmans ne sont pas des salafistes, loin s'en faut, et tous les salafistes ne sont pas des terroristes, loin s'en faut (il suffit de voir le cursus délinquant et le profil psychologique de la quasi-totalité des terroristes en France depuis Merah, et non ce n'est pas nécessairement dans tous les cas la taqiya)

- les porteuses de burkini ne sont pas toutes des femmes soumises par leurs maris à une idéologie religieuse dont elles souffrent, un certain nombre d'entre elles le portent en connaissance de cause par conviction, qu'elles estiment, à tort ou à raison, religieuse, ou par volonté de provoquer.
D'ailleurs, s'il s'agit de pression sociale et familiale, elle existe dans tous les milieux, qu'on en ait conscience ou non, qu'elle soit directe ou non. L'idéal est bien entendu de se construire en tant qu'individu autonome capable de dépasser ces entraves pour développer sa propre vision du monde.

- il n'y a pas d'agenda caché, derrière ces quelques femmes en burkini, qui s'inscrivent dans un mouvement déjà ancien de revendication de soi (cf. foulards islamiques à la fin des années 1980) dans un contexte de retour général du religieux. On peut aisément y voir une adhésion idéologique à un islam rigoriste, mais y voir un soutien au terrorisme relève de la psychiatrie.

Je n'aime bien sûr pas les burkinis qui trouvent tout à fait leur place dans l'idéologie salafiste, bien que ne s'agissant pas véritablement d'une obligation religieuse à proprement parler.

Cependant, je suis profondément opposé à ces arrêtés municipaux qui reflètent selon moi beaucoup plus une islamophobie latente (qu'on peut bien sûr assez facilement expliquer au vu du contexte de terrorisme) qu'une vision républicaine de la laïcité.

Sur le plan des principes.

La laïcité en effet est née en 1905 dans un contexte particulier où l'influence de la religion catholique sur les affaires de l'Etat était massive et où la République encore jeune le vivait comme une menace pour son enracinement.

L'esprit de la laïcité à la française n'est absolument pas représenté par ce type d'arrêtés, au contraire la laïcité garantit la liberté de culte. Simplement, elle sépare les églises de l'Etat.
Il en découle une obligation de neutralité religieuse pour les fonctionnaires et les représentants de l'Etat et ce pour garantir l'égalité de traitement de tous les citoyens, quelle que soit leur option (religion ou athéisme). Pour le reste, l'exercice du culte est libre, tant dans l'espace privé que dans l'espace public.

Sur le plan juridique

Le référé liberté porté contre l'arrêté municipal de Cannes a en effet été rejeté. Le tribunal administratif de Nice a considéré :

1) qu'il n'y avait pas urgence particulière, car l'arrêté signé le 28 juillet 2016 n'est attaqué que le 12 août ;

2) que l'arrêté respecte l'article 1er de la constitution ("La France est une République laïque"") interprété selon l'éclairage du conseil constitutionnel de 2004 ;

(CC 2004-505 DC) Le droit de manifester, par ses pratiques, sa conviction religieuse en public, a la même portée que celui garanti par l'article 9 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales. Le CC en déduisant que ce droit peut être sujet aux mêmes restrictions, tenant notamment à la sécurité publique, à la protection de l'ordre, de la santé et de la morale publics, ainsi qu'à la protection des droits et libertés d'autrui. Le CC en concluait que l'article 1er de la Constitution devait être compris comme interdisant à quiconque de se prévaloir de ses croyances religieuses pour s'affranchir des règles communes régissant les relations entre collectivités publiques et particuliers

3) que l'affichage de signes ostentatoires est de nature à créer ou exacerber des tensions entre les usagers de la plage eu égard à l'état d'urgence et aux récents attentats islamistes, qui ont eu lieu notamment à Nice, et représente un risque pour l'ordre public car le port de burkinis (ou comme dit le juge de "tenues de plage affichant leur religion") peut être interprété dans ce contexte comme n'étant pas qu'un simple signe de religiosité

4) que si la possibilité d'exprimer dans des formes appropriées ses convictions religieuses constitue une liberté fondamentale, cet affichage ostentatoire ne présente pas dans les présentes circonstances de lieu et de temps ce caractère approprié

3) que la mesure de police du maire qui s'emploie à concilier le respect des libertés et la sauvegarde de l'ordre, de la santé et de la sécurité publics n'est pas disproportionnée par rapport au but poursuivi et relève bien des pouvoirs du maire

4) que la mesure de police n'est pas constitutive d'une discrimination illégale dans la mesure où elle s'applique à toute personne, quelle qu'en soit la religion, exprimant de façon visible sa religiosité ou méconnaissant les conditions d'hygiène et de sécurité

5) que l'arrêté n'est pas entaché d'illégalité manifeste ni d'erreur de droit et ne porte pas d'atteinte grave et manifestement illégale à la liberté d'expression et à la liberté de culte

6) que les motifs d'hygiène, de sécurité (notamment l'inadéquation vestimentaire d'usagers entravés dans leur tenue de baignade ce qui compliquerait l'intervention des secouristes en cas de noyade), ceux tirés des bonnes mœurs évoqués également dans l'arrêté ne sont pas contestés par les requérants

Je me pose des questions sur la validité juridique de ce raisonnement :

En effet, au point 4), le juge indique que l'arrêté concerne toute personne, quelle qu'en soit la religion, qui exprimerait de façon visible sa religiosité ou méconnaîtrait les conditions d'hygiène et de sécurité.

D'abord, je trouve étrange que soit mis sur le même plan trois motifs très différents (laïcité, hygiène et sécurité).

Ensuite, à lire cela, on a l'impression qu'il s'agit avant tout d'une question de laïcité qui concerne tout un chacun. Cela me semble légèrement hypocrite quand on voit que, plus haut, le juge a bien considéré qu'au vu du contexte (attentats islamistes) le burkini peut être perçu comme autre chose qu'un simple signe de religiosité (sous-entendu, il s'agit d'un signe politique). C'est bien la preuve qu'il ne s'agit pas d'une question de laïcité mais d'un ciblage particulier sur les tenues associés à la conception salafiste de l'islam.

Pour le reste, il suffit de voir la liste nombreuse de raisons que le maire invoque pour interdire le burkini (jusqu'au risque de noyade), pour comprendre que tous les moyens sont bons pour lutter contre ce phénomène. On sort alors du droit pour entrer dans le combat idéologique, ce qui est légitime dans d'autres cadres que celui de la police administrative.

Le combat politique contre des idéologie mortifères, oui, la police politique non. Sinon, interdisons aussi certains partis politiques qui font leur chiffre sur le rejet de l'autre et sur la recherche de boucs émissaires plutôt que sur l'analyse critique des politiques anti-sociales menées depuis des décennies, créatrices de ghettos sociaux et de desespérance.

Ne nous trompons pas de combat, les femmes en burkini sont autant le jouet de la droite dure que des salafistes.

Pour finir, je trouve que ces mesures sont contre-productives : elles suscitent un traitement médiatique obèse dans la torpeur de l'info de l'été, augmentent l'angoisse et la paranoïa des Français vis-à-vis de l'ensemble des musulmans (y compris vis-à-vis de la grande majorité des musulmans modérés) et polarisent l'opinion publique sur la question identitaire au plus grand bonheur de la Marine qui se fait bien discrète (peut-être s'est-elle convertie à l'Islam et a-t-elle suivi le conseil de Chevènement). Elles ne font pas régresser le salafisme (on ne force pas les gens à penser autrement) et pire, elles peuvent renforcer ces personnes dans leurs convictions salafistes, légitimer le discours de Daech sur la victimisation des musulmans en France et susciter de nouvelles vocations islamistes.
Seul le ridicule tuera le burkini. Prendre au sérieux les idolâtres, ( ce que semblent faire des gens comme Edwy Plenel),c'est ce qu'il faut éviter absolument. Ils connaissent d'ailleurs parfaitement leurs ennemis, d'où leur acharnement contre Charlie-hebdo.
Parmi les Corses, un légionnaire d'origine tchèque.http://www.lepoint.fr/faits-divers/revelations-sur-la-rixe-de-sisco-15-08-2016-2061346_2627.php
L'un des parents, un ancien légionnaire d'origine tchèque installé à Sisco, est blessé à deux reprises, au niveau des hanches
Bon, il n'a pas été blessé au niveau des couilles par un supérieur:
http://rue89.nouvelobs.com/2009/10/25/legion-etrangere-victime-dun-tir-dans-les-couilles-il-porte-plainte-122057
http://www.corsematin.com/article/corse/legion-etrangere-le-terrible-temoignage-dun-ancien-disciplinaire-du-bagne-de-corte
Que de doux agneaux, Corses de souche, dans cette base de Calvi, installée auparavant en Algérie.
http://www.marianne.net/agora-edwy-plenel-pir-ccif-identitaires-les-nouveaux-racistes-100245113.html

Votre serviteur a commenté :

Monsieur Plenel (Saint Edwy de la Repentance pour les amis) ne défend pas, quoi qu'il dise, les musulmans opprimés. En tout cas, pas les musulmans et surtout les musulmanes opprimés/ées par les frérots. Il a laissé un abonné harceler en des termes ignobles (procédé condamné par sa propre charte) Mohamed Louizi, ex-islamiste, qui dévoilait l'imposture de l'UOIF (impossible de mettre des liens mais googlez ces noms). Il a fallu que Louizi, excédé, fasse des copies d'écran et menace de porter plainte contre l'abonné diffamateur et contre Médiapart pour que le harcèlement cesse. Louizi a quitté Médiapart et, comme c'est bizarre, son harceleur, un posteur compulsif et doté d'un fan-club, ne commente plus nulle part...

Le PIR n'a rien dit quand Joey Starr s'est fait humilier par un larbin de Bolloré l'Africain. Bah oui, c'est un bounty... Ne soutient jamais les lycéens étrangers que notre beau gouvernement veut renvoyer au-delà de la Méditerranée. Bah oui, des jeunes qui veulent s'intégrer...

misentrop2
Burkini : les ventes explosent depuis la polémique.
"On a eu une augmentation des ventes en France depuis plusieurs semaines, entre 35 à 40 %"
http://www.lepoint.fr/societe/burkini-les-ventes-explosent-depuis-la-polemique-18-08-2016-2062255_23.php
"Et de dix-sept : avec Nice qui s'est ajoutée à la liste ce matin, c'est le nombre de communes ayant pris des arrêtées pour arrêter le port du burkini, un maillot de bain couvrant le corps et la tête mais pas le visage, sur leurs plages. Sur le terrain juridique, le tribunal administratif de Nice a mis en délibéré à lundi prochain sa décision sur un recours de la Ligue des droits de l'homme contre cette mesure."
http://www.liberation.fr/france/2016/08/19/migrants-noyes-bilan-de-nice-burkini-jo-l-essentiel-de-l-actualite-du-jour_1473524
Le bikini a de radieuses origines.http://www.20minutes.fr/monde/1568463-20150322-natifs-bikini-atoll-irradie-essais-nucleaires-demandent-asile-etats-unis
Cette vidéo [2'11"] de 1986 raconte l'histoire de la présentation du "Bikini" par ses créateurs à la piscine Molitor le 3 juin 1946.
Objet de scandale... pour la première fois le nombril était montré...
Présenté par une danseuse nue, aucun modèle ayant accepté.

Laissons au temps tant qu'à faire régler la problème du burkini[. Autant en emporte le vent. Ô temps suspend les mœurs !
Merci à beaucoup d'entre vous, je sais maintenant que je suis franchement facho. Imaginez : au début des années 90, je suscitais de vives réactions "vous n'avez pas le droit", "on peut s'habiller comme on veut"...réactions au fait que je virais de mes cours les jeunes gens se pointant avec un jeans déchiré au cul ou à l'entre-jambes.
Le nom lui-même nous indique de nous ficeler au mât pour ne pas céder aux sirènes.
C'est où les îles Burkini?
Se construire sur bikini, c'est diabolique. Que les séraphins à six ailes nous protègent, tel des Canadairs, des flambées de la plage.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Sur la plage où j'étais hier, il n'y avait pas de Burkini mais beaucoup de poissons morts. J'aimerais bien savoir ce qui leur est arrivé.
Il faudrait lancer la mode du #burkinazi

En gros, ce serait exactement comme un #burkini, mais au lieu que ce soit un truc de salafistes, ce serait un truc de nazis.

Seule différence, il y aurait juste une belle croix gammée waterproof imprimée dessus en couleurs fluos.

Et on verrait l'ami Edwy nous expliquer que c'est un vêtement comme les autres.
Et on verrait les chantres de la liberté nous rappeler que nous sommes dans une démocratie ouverte, et que chacun est libre de s'habiller comme il le souhaite, et peu importe les raisons pour lesquelles il choisit de s'habiller ainsi.
Et on verrait les défenseurs de la laïcité nous expliquer que le #burkinazi n'étant pas religieux, il n'y a pas à s'en offusquer, ou bien estimer qu'il est étonnant de vouloir introduire à tout prix de la politique dans des maillots de bain.
Et on verrait les adversaires de la loi travail nous expliquer qu'il y a des problèmes plus graves.
Et on verrait un résidant du tibet nous informer que ça existe depuis des lustres, qu'il a songé à en vendre et que c'est un élément de culture locale qui n'a rien à voir avec le nazisme.
Et on verrait un article dans ASI rendant compte de la difficulté, pour les télés, d'illustrer ce micro-phénomène et se faire l'écho des quolibets suscités dans la presse anglo-saxone par cette nouvelle polémique de l'été...

;-)
17/08/2016 12:18 Par jpspeedy92 en réponse au commentaire de Zap Pow le 17 août 2016

Le naturisme comme réponse aux bigots, Montrons nous tolérants, mais montrons tout.
Je vais vous en raconter une bien bonne.
J'habite dans une ile du Pacifique sud réputée pour ses "plages" ses "lagons", son "soleil" et la "beauté" de ses "femmes". MDR :-)
Mais voilà avec la Déglingue générale, c'est un Pays qui flirte avec la première place au championnat du monde des suicides par habitant et du taux d'obésité (ce qui est la même chose).
Il y a 6 ou 7 ans en voyant l'évolution de la tenue sur les plages en 10 ans, je me marrais en disant aux copains que j'étais certain de faire fortune si je me mettais à vendre des burkini ici.
J'ai vu sur la plage que je fréquente, en 20 ans de crise économique et sociale, les femmes passer du string microscopique monokini à des femmes qui se baignent "tout habillé" bermuda Tshirt, grand paréo pour camoufler les formes. Quand je dis "femmes" c'est de la jeune fille pas encore pubère à la mémé.
Et ce ne sont pas des musulmans et la culture locale d'il y a 200 ans faisait plutôt aller à poil qu'habillé.
Il va sans dire qu'aujourd'hui avec la polémique burkini=terrroriste mon bizness plan est à l'eau :-)
Je rigole, mais ce n'est pas rigolo, bien que le ridicule de ces lois soit évident.
La France s'enfonce joyeusement dans une merde dont elle aura du mal à se sortir.
Parce que, la longueur des robes n'est pas prêt d'arrêter d'augmenter, tout comme l'intégrisme social n'est pas prêt de régresser.
"Malheur a qui par qui le scandale arrive" à dit l'autre.
Aujourd'hui il plus facile de réprimer la cause du trouble à l'ordre public même s'il ne viole pas la loi (le burkini ne viole pas la loi), que de réprimer ceux qui commettent le trouble eux mêmes. Les musulmans sont les boucs émissaires à la mode, cool, je ne suis pas musulman; mais tremble carcasse, parce ton tour viendra.
Bonne chance à tous...
Curieuse impression (fausse?) qu'il n'y a que des jeunots sur ce forum. J'entends les mêmes arguments qu'au tournant des années 90 : on ne va pas faire tout un fromage pour 2 ou 3 collégiennes qui portent un voile.... Qu'en est-il advenu?
Sans vouloir entrer dans le débat (un tantinet ridicule) sur le bien-fondé du burkini à la plage, l'extrait de TF1 est, disons... surprenant, d'un point de vue de sudiste. En effet, quiconque fera l'effort de consulter une carte du coin se rendra facilement compte que la dame filmée aurait beaucoup de mal à aller "à la plage" aux Pennes-Mirabeau (dont l'extension la plus au sud est à une dizaine de bornes de la côte : comme disait l'autre, "on chante aussi bien à Téhéran qu'à Odessa, mais le vent du large souffle un peu moins fort"... toutes proportions gardées).

En revanche, l'image montrée par TF1 permet tout de suite d'identifier les plages du Prado, à Marseille, avec une belle vue sur l'île Maïre et le cap Croisette...

Pour le nom, il est très probable que TF1 a fait un mélange avec le parc aquatique des Pennes Mirabeau où avait eu lieu le premier épisode de la polémique.
Par DétecteurdeVérité 17:07 le 17/08/2016
Re: Burkini : si vous avez raté le début de la polémique de l'été
Bien sûr il y a des problèmes plus importants comme de savoir pour quelles raisons il existe encore des cités dans lesquelles habitent certains plus que d'autres. Mais personne ne s'en outrage et aucun plan Marshall n'est venu résoudre ce problème de l'enfermement des populations par catégories, cela valant tout aussi bien pour les pauvres riches du XVIème obligés de manifester contre la venue des migrants sur leur territoire.

Bien sûr il y a des problèmes plus importants comme de savoir pourquoi une partie de la population est plus sensible à la propagande poutinienne qu'à celle des alliés traditionnels de notre pays tandis que des meurtres continuent de faire taire les opposants au régime du petit tsar. Mais il n'est pas de bon ton d'en parler même si l'on critique les USA d'avoir fichu un bazar incroyable en Irak et ailleurs.

Néanmoins qui va me dire pourquoi on voit de plus en plus de gens qui nous entourent pour lesquels il suffit d'un quart de seconde pour dire qu'ils manifestent par leur tenue une différence basée sur le fait religieux (qu'ils soient juifs ou musulmans au point que je m'attends à ce que les chrétiens affichent à leur manière leur appartenance et que je sois alors obligé à mon tour de rejoindre le clan de mes origines). On me dira que les générations plus jeunes ont marqué leur différence par les cheveux longs, les anneaux dans le nez ou les culottes extra courtes. Mais ici, ce nouveau clivage n'est pas que temporaire, ils s'inscrit à la mode anglo-saxonne comme un clivage de style Appartenance au Club où chacun rejette l'autre, et l'autre privé à jamais de tout espoir d'accéder à d'autres territoires exacerbe sa différence par dépit. Heureuse exception du Maire de Londres Sadiq Khan même si l'on viendra rétorquer qu'il fait une campagne contraire en s'attaquant au bikini et pas au burkini.

Sur les plages françaises, ce sont une nouvelle fois les femmes qui servent de cheval de Troie. Une nouvelle fois, des articles font verser la larme facile comme cette histoire de grand mère casablancaise qui venant en France s'achète un burkini et ne pourra pas aller nager avec sa petite fille... Pauvre grand mère qui aurait pu jouir du caillassage sur les plages maghrébines si elle ne l'avait pas porté ce burkini !
Je propose d'autoriser le burkini en France quand le bikini sera autorisé en Arabie Saoudite. :-)
Une idée pour le film de l'été dans les salles Françaises en 2017, le remake du Gendarme de st Tropez (c'est la mode les remake il parait) . Cette fois le brave Cruchot, (interprété par Clavier) poursuivrait les gens trop habillés a la place des nudistes des années 60. Le monde change...
Merci pour cet article. Comme d'habitude, pour ne pas parler de la situation économique en France, nos chers médias comblent en créant des polémiques honteuses et contraires aux valeurs de la France : Liberté, Égalité, Fraternité.

Pourquoi ne pas parler des conséquences de la loi travail ? De la prolongation de l'état "d'urgence" ? Lien


Il y a également d'autres sujets d'importances qui mériterait un traitement de fond :
- un leak (DC leak) très important sur les fondations de George Soros, très instructif sur la façon dont les hommes de pouvoir interviennent en politique via leurs fondations
- La NSA Hacké, des outils de Hacking de la NSA sur la toile et en vente au enchères (malware, private exploits, hacking tools)
- Le renforcement militaire de l'OTAN aux portes de la Russie avec une monté de tension USA vs Russie/Chine
La fin de l'article porte sur le jugement de la presse anglo-saxonne à l'égard de cette affaire. Ses moqueries et ses sarcasmes masquent une profonde incompréhension de ce qu'est le modèle républicain laïc. Pas étonnant du point de vue de journaux lus par des lecteurs dont la plupart ont une représentation de la société bonne comme d'une mosaïque de communautés où chacune tolère l'existence des autres, et avec comme plus petit dénominateur commun le divin Marché.

Mais le ton de l'article de Robin Andraca partage la condescendance de la presse anglo-saxonne : inséré dans la rubrique "épouvantail islamiste", son article parle d'une "polémique de l'été", bref son auteur aimerait parler d'autres choses, des choses importantes, significatives (comme approfondir la question des moteurs dans les vélos ?) mais n'écoutant que son devoir, il va, avec grand professionnalisme et en se bouchant le nez, nous informer de toute cette bassesse.

Pourtant, pour avoir été le témoin de discussions des gens ordinaires, cette affaire suscite des réactions fortes, et pas du tout sur le ton badin de Robin Andraca. Il est vrai qu'habitant une ville balnéaire où 85 personnes ont perdu la vie il y a un mois par la faute d'un minable fanatisé, la question du vivre-ensemble se pose de manière particulièrement aigüe...

Il va bien falloir se résoudre à choisir la manière de répondre à cette question. Pour le dire vite : à la manière démocratique ("à chacun sa vérité") ou la manière républicaine (espace public de débat à l'aide d'arguments raisonnables). Une fois n'est pas coutume, il me semble que dans cette affaire, les hommes politiques de gauche (Valls, Chevènement) et de droite (le Maire de Cannes David Lisnard) ont répondu de manière fidèle à la tradition républicaine à laquelle beaucoup de français sont attachés.
http://france3-regions.francetvinfo.fr/corse/haute-corse/haute-corse-plusieurs-jeunes-blesses-dans-une-rixe-sisco-1065429.html
Parmi les deux groupes, cinq personnes ont été blessées : deux Corses, dont l'un a été touché au harpon au niveau des côtes, et trois Maghrébins.

1) La femme enceinte blessée fait partie du groupe dit des Maghrébins. Blesser une femme enceinte, bravo! Et si sa tenue de plage était destinée à de pas montrer un ventre très arrondi? Personnellement je n'aurais pas aimé me mettre en maillot quand j'étais enceinte.

2) Si ces cinq personnes sont Corses, pourquoi distinguer Maghrébins et non-Maghrébins? Les deux Corses ont-ils fait leur arbre généalogique sur plusieurs millénaires pour s'assurer que tous leurs ancêtres sans exception étaient Corses?

3) Tout le monde est ressorti de l'hôpital, même le gravement blessé à coups de harpon.

4) Voitures brûlées: celles du groupe dit des Maghrébins.

5) Attaques d'un quartier de Maghrébins par des Corses.

6) Photographier une personne sans son autorisation est une violence faite à cette personne. J'ai ai été victime, c'est très déplaisant, un manque d'éducation, de la muflerie, de la goujaterie.


Je trouve que dans cette histoire, de grandes violences ont été commises par les déclarés Corses. Sans égard pour les enfants qui ont assisté à ces scènes déplorables.
L'argumentaire suivant étant trop long pour être collé ici, je préfère en mettre le lien sur mon blog..."les faux ennemis des terroristes"

http://www.lgoutelle.org/2016/08/les-faux-ennemis-des-terroristes.html
Des bigotes salafistes s'amusent à se baigner toutes habillées au mois d'août.
Sans être dénuées d'arrière pensées.

Des réacs et des politiques en mal de buzz s'énervent.

Des associations comme CCIF instrumentalisent l'interdiction pour se faire remarquer et gagner de nouveaux membre.

Ceux qui n'en avait rien à foutre sont sommés de se positionner.
Avec le risque d'être étiqueter pro-islamiste ou islamophobe.

Edwy Plenel devient fou et sort des photos de femmes françaises de 1892, oubliant ainsi Beauvoir, le MLF, mai 68, la libération sexuelle, etc...

Hollande ne sait pas quoi dire.
Valls dit n'importe quoi.

Les mouvances salafistes et le FN trinquent à notre santé.
Dark Vador à la plage.
Photo qu'accompagne ce tweet : Sachez quand même que vos arrêtés anti-burkini, je m'en bats impérialement les couilles.
On n’aura pas fini de rigoler avant longtemps
La noix d’honneur revient à un maire que j’ai ouï parler de tenue de bain républicaine : caleçon pour les hommes et deux ou une pièce pour les femmes.
L'interviewer n'a rirn trouvé à objecter, Il ne reste plus qu'à l’inscrire dans la constitution, qui comme chacun sait n’est pas les Tables de Moïse.
Blague à part, il ne faudrait pas qu’on en arrive à faire comme dans le Chili de Pinochet où les patrouilles coupaient le bas du pantalon des femmes, car leur tenue n’était pas conforme.
[large]Les étonnants effets et bienfaits de la nudité[/large]

Pour ma part je suis titulaire d'une licence de la [large]FFN[/large] n°: 2016-762141, et ça ne me gène pas si des personnes veulent vivre comme dans un lointain passé révolu... si je peux profiter de la [large]même liberté[/large] pour moi et mes semblables.

Par contre, si je vais dans une piscine je respecte le règlement intérieur [question d’hygiène] :
Maillot de bain une pièce pour les femmes et bonnet de bain recommandé,
Slip de bain pour les hommes (bermuda interdit)
Douche avant...
Le but étant d'éviter la prolifération de staphylocoques et autres bactéries qui pullulent dans un vêtement couvrant le corps et l’empêchant de respirer...

Pour les personnes ayant un système immunitaire affaibli , une infection de staphylocoque peut signifier la possibilité de conséquences graves :
Le Staphylococcus epidermidis est un commensal de la peau chez pratiquement 100 % des humains ; ses propriétés lipolytiques lui permettent de prospérer dans le sébum. Il est normalement inoffensif, mais il provoque d'authentiques infections comme des infections dermatologiques et des infections nasales comme des sinusites ou encore des infections urinaires chez la femme.
Pour ces raisons je connais des femmes qui ne vont pas dans certaines piscines... notamment celles où les règlements (hygiéniques) ne sont pas respectés...

[large]La solution est simple et définitive: c'est au Ministre de la Santé de prendre la décision...[/large]
(ce n'est pas un problème politique mais de santé nationale)
Si permission accordée au burkini en piscine... il faut une hygiène renforcée et la responsabilité du propriétaire de la piscine (la municipalité) en cas d'infection et prise en charge à 100% par la sécurité sociale.
Faut-il vraiment ENCORE devoir le dire?!

Que chacun est libre de s'habiller comme il le souhaite, peut importe les raisons pour lesquelles il choisit de s'habiller ainsi sans avoir à subir les jugements, les ricanements, les leçons de morale de la part de ses concitoyens.

Franchement, dans ce pays n'y a t-il rien de plus important à étudier? Je sais pas, par exemple le racisme, la xénophobie...

Sinon depuis quand doit-on forcément se dévêtir sur la plage? Tout ça pour gagner quelque points dans les probabilités de chopper un cancer de le peau, parce que c'est quand même pas très bon de rôtir au soleil.
Que signifie porter un burkini ?

1- je soutiens Coulibaly (dont la femme se baignait en b_i_ kini !) et tous les "dijadistes" de son espèce

2- je suis les prescriptions du roi d'Arabie (décoré de la légion d'honneur)

3- je suis musulmane intégriste et j'en suis fière (comme d'autres sont fiers d'être catholique, juif, sikh... et n'hésitent pas à le montrer)

4- j'ai grandi avec l'idée que je ne devais pas dévoiler mon corps et le burkini me permet d'aller à la plage avec les copines (qui portent un maillot ordinaire)

5- j'en sais rien, mais dans ma famille on fait comme ça (un peu comme un athée qui se marie à l'église ou fait baptiser ses gosses)

6- d'habitude je mets un maillot ordinaire, mais j'ai trouvé là un moyen de faire un doigt d'honneur aux islamophobes. Je sais, c'est puéril, mais cela fait du bien...

Il y a sans doute d'autres motifs de porter le burkini, mais j'ai la flemme de continuer.

Remarquons, que de toutes ces raisons, seule la première est pénalement répréhensible (apologie du terrorisme). Quant aux autres, elles sont peut-être stupides, mais si on devait interdire la stupidité ...
J'étais à Center Park. Il y en avait quelques unes (fin juillet). Donc pour une fois le coté invention/exagération du problème ne me semble pas avéré.

Il est clair que le loi ne devrait pas permettre de l'interdire. Celà dit, le cas me gène et me prend à rebours de mes principes : je me suis rendu compte que je trouvais ces vêtements très déplaisants. La plage ou la piscine sont des lieux de désinhibitions et ces vêtements envoient un signal fort non seulement de honte corporelle fort mal venue, mais aussi de contrainte mentale très contraire à ce que je recherche dans des vacances au demeurant rares, chères et précieuses.

Ce serait comme de manger avec les mains à l'indienne dans un restaurant chic, ou d'avoir des gens qui bossent sur leurs portables dans des salles de cinéma en pleine séance, d'une certaine façon. Ca va trop à rebrousse poil de la culture du lieu qui est investi, ici une plage française, particulièrement connotée bikinis, seins nus, nudistes etc. Un lieu pour les corps, qui en ont probablement bien besoin. Le Burkini me prend a rebrousse poil dans ce contexte, alors que j'ai toujours été pro port du voile.
Déjà que je perds la plupart du temps mon slip de bain en plongeant et que la moindre palme me fait couler, j'ai beaucoup de compassion pour ces dames obligées de se revêtir à cause que Eve elle a causé le bout de gras avec Lucifer le serpent.

Une fois de plus, je remarque que ce sont les femmes qui font les frais des interdits vestimentaires, les hommes allant par tous temps le poitrail à l'air, les bras nus, etc.

J'ai une solution : il faudrait partager la mer en mer pour femmes et mer pour hommes un peu comme les Portugais et les Espagnols se partagèrent le monde avec la bénédiction du pape par le Traité de Tordesillas par "un méridien nord-sud localisé à 370 lieues (1 770 km) à l'ouest des îles du Cap-Vert — méridien qui se situerait aujourd'hui à 46° 37' ouest"

Les hommes auraient la partie la plus éloignée des terres car par essence les hommes ne sont pas des femmelettes, les services de secours seraient assurés par des androgynes
http://www.marianne.net/caroline-fourest-face-au-burkini-optons-nudisme-100245094.html

Pour une fois, je suis d'accord à 100 % avec Soeur Caroline ! Notamment quand elle tacle le copain du beau Tarik, Saint Edwy de la Repentance !
Le burkini n'est pas religieux. On ne le trouve nulle part dans le Coran et ses affluents.

Il n'est pas culturel, pas traditionnel : son invention n'a pas dix ans.

Il sert aux femmes qui le portent à envoyer deux messages : aux autres femmes, qu'elles sont des putes, aux hommes, que ce sont des bites sur pattes.

Il rappelle le costume de bain de nos arrière-arrière-arrière-grands-mères : sacré progrès

Encore une fois, l'islamisme envoie ses « soeurs » au charbon : il n'y a pas de costume de bain islamique pour les messieurs. Tout comme pour les couples islamistes : la dame empaquetée hiver comme été, le monsieur à l'air libre quand le temps y est.

http://misentrop2.canalblog.com/
Je n'avais pas vu votre commentaire qui est plus direct que le mien (plus bas) et avec lequel je suis d'accord.

J'ai quelques images en tête de vieilles cartes postales où l'on voit nos aïeules prendre le bain à Paris-Plage où ailleurs : elles sortaient toutes habillées dans leur tenue de bain emmitouflante de charrettes à chevaux qui s'avançaient dans les flots. Bien sûr il n'y avait pas d'arrêtés municipaux à l'époque contre elles car elles étaient un progrès flagrant contre leurs propres aïeules qui n'avaient (d ieu nous garde) découvert au pire que leurs chevilles.
Aujourd'hui, c'est le mouvement inverse.

Font chier tous ces religieux à la mord moi le nœud (je ne crois pas que l'expression soit appropriée mais je n'ai rien trouvé de mieux pour dire combien ils me font chier de chez chier)
À mon avis, les tenues très couvrantes de nos aïeuls (les hommes aussi) avaient surtout pour objet d'empêcher les rayons du soleil de transformer les teints de porcelaine en teints de bougn... basanés. Tout comme les femmes métisses d'Amérique latine ne s'épilaient/rasaient pas les jambes pour qu'on ne les prenne pas pour des Indiennes.
Encore une fois, l'islamisme envoie ses « soeurs » au charbon : il n'y a pas de costume de bain islamique pour les messieurs.

Comme le rappelle fort justement ce blogueur de Mediapart (qui n'est pas d'accord avec Plenel), derrière cette histoire de burkini que l'article d'ASI nous présente comme une simple "polémique de l'été", il y a une stratégie.
Texte posé, factuel, sans agressions verbales, posté hier.

Sept commentaires, neuf Recommandés. On est bien sur MédiaPlenel (qui ne sélectionne que les textes l'approuvant, sacré démocrate le gars).
En fait, c'est insultant pour les prostituées même...
Au nom de la République et de la Constitution, je me moque totalement de la façon dont les femmes s'habillent en France. Toutes les femmes.
Faites comme vous voulez, mais moi je ne me moque pas de la façon dont les barbus imposent leur loi dans les quartiers.

Cela au nom de la République, émancipatrice et égalitaire.

(Même si ceux que nous avons élus pour la servir le font si mal)
Le problème du burkini c'est qu'il est une énième tentative de certains idéologues de violer une règle non écrite du vivre ensemble en France. Cette règle non écrite c'est la neutralité de l'espace public. Et ceci dans le but de cliver toujours plus la société française, voire d'aller jusqu'à un apartheid social.

Ce qui se joue ici c'est la volonté de séparatisme de plus en plus affirmé ou de plus en plus mal dissimulé d'une partie de la population. On veut les avantages du pays d'accueil tout en préservant les relations sociales du pays d'origine. Pour ma part je considère que c'est aux nouveaux venus de 's'adapter aux lois et aux coutumes - ex : serrer la main d'une collègue femme - du pays d'accueil et non l'inverse !

La meilleure arme pour combattre le burkini c'est la pression sociale et non la législation. Il serait par exemple absurde de légiférer pour imposer à un barbu de serrer la main d'une collègue femme ou imposer à un jeune de céder sa place à un vieux dans le bus. En revanche il faut se souvenir du traitement de choc qu'ont subi les cathos au début du 20e siècle. Il était de coutume de croasser à la vue d'un curé en soutane. Les laïcards ont limé les canines de l'Eglise catholique pour rester poli par une pression de tous les instants.

La France a tout intérêt à casser l'entre-soi des musulmans par le retour d'un service civique obligatoire pour tous brassant les jeunes de différents milieux, en relançant la méritocratie républicaine, en envoyant les élèves des quartiers pauvres dans des écoles et collèges loin de leurs quartiers et en promouvant un projet politique qui transcende les différences religieuses. Seule l'idéologie peut combattre une autre idéologie nauséabonde.

Il ne faut surtout pas prendre pour modèle de vivre ensemble les pays anglo-saxons. Ce n'est pas un hasard si l'apartheid ou la ségrégation sont apparus dans deux pays anglo-saxons, l'Afrique du Sud et les USA. Leur modèle de "développement séparé des communautés" n'a pas produit une société plus équilibrée, harmonieuse. Au contraire cela a produit des sociétés obsédées par la question raciale. Souvenons-nous de la polémique née de l'absence d'acteurs noirs nominés pour les oscars deux ans de suite.
(...) règle non écrite (...) pays d'accueil (...) nouveaux venus (...) coutumes (...) pression sociale (...) traitement de choc (...) limé les canines (...) pression de tous les instants (...) quartiers pauvres (...) idéologie nauséabonde.


Ah, ces toujours nouveaux venus, jamais vraiment français, immigrés de n-ième génération pour l'éternité, qui ont le mauvais goût d'être pauvres, faut leur mettre la pression, leur limer les canines, du traitement de choc, qu'ils la ramènent pas avec leur couscous et leur idéologie nauséabonde !

Pour rappel : apartheid et ségrégation étaient justement des règles écrites, pour le reste, aux USA, les référents culturels des "Irlandais", "Juifs", "Italiens", "Texans", east coast, west coast etc., ne gênent pas trop hors du racisme (non écrit) latent qui fait que les groupes pauvres et pas assez "blancs" ont droits à des discriminations spécifiques.
"Pauvre" est important, question de style : qui se plaindrait de Rania de Jordanie quand elle porte un voile ?

Ce sont ces satanés sauvageons qui dérangent, ces mal-éduqués à qui on a trop parlé d'égalité de droit, d'égalité des chances, tout en les renvoyant à un statut d'infériorité. Un peu plus et ils feraient la Révolution (française). Heureusement, il y a des jihadistes pour qu'on puisse renvoyer leurs révoltes à du terrorisme, heureusement, il y a des voitures qui brûlent pour parler d'"émeutes", on peut poursuivre dans la règle non écrite du ghetto pour eux et des places publiques pour les autres.
[quote=Ah, ces toujours nouveaux venus, jamais vraiment français, immigrés de n-ième génération pour l'éternité]

Tiens je reconnais là ton habitude de déformer les propos pour servir ta cause. Hélas pour toi, je suis un enfant de l'immigration et de surcroît de parents pauvres.Donc ton procès d'intention tu peux te le garder.

[quote=Ce sont ces satanés sauvageons qui dérangent, ces mal-éduqués à qui on a trop parlé d'égalité de droit, d'égalité des chances, tout en les renvoyant à un statut d'infériorité]

merci de m'apprendre que la France me renvoyait à un statut d'infériorité ! Elle est juste énorme celle-là; Le discours victimaire de gauche dans sa splendeur. Hélàs non j'ai grandi en France en profitant de son système scolaire, de ses infrastructures et on ne m'a jamais fait sentir que je n'étais pas à ma place si ce n'est des gens comme toi qui ne cessent d'instiller la haine de ce pays.

[quote=Défiez-vous de ces cosmopolites qui vont chercher loin dans leurs livres des devoirs qu’ils dédaignent de remplir autour d’eux. Tel philosophe aime les Tartares, pour être dispensé d’aimer ses voisins. — (Jean-Jacques Rousseau, Émile, ou De l’éducation, Livre premier)]

Personne ne met un fusil sur la tempe d'une personne pour immigrer en France. Dès lors j'exige non pas l'intégration mais la reprise de la politique d'assimilation qui avait cours jusqu'au début des années 70 et qui a donné des Felix Eboué, Gaston Monnerville ou encore Senghor. On a adopté progressivement un modèle anglo-saxon avec le succès qu'on connait aujourd'hui !!!
L'assimilation comporte une part de violence symbolique et ne peut donc fonctionner que s'il y a une contrepartie : l'égalité des chances, la méritocratie.
Tiens je reconnais là ton habitude de déformer les propos pour servir ta cause. Hélas pour toi, je suis un enfant de l'immigration et de surcroît de parents pauvres.Donc ton procès d'intention tu peux te le garder.

Cela s'appelle un artifice de rhétorique.
Merci, Trubli.
Donc, un observatoire des discriminations n'a pas lieu d'être, les initiatives de CV anonymisé sont une lubie, personne ne regarde la couleur des joueurs de foot, il n'y a pas de patrons disant "j'aime pas les arabes" et il n'est pas presque quatre fois plus difficile pour un homme perçu comme musulman d'être embauché (cf cet article et le reportage de Complément d'Enquête), Valls a tort de parler d'apartheid etc. ?

Content que tout se passe bien pour vous mais on explique mal les mouvements sociaux et politiques (le FN a 25%...) par des cas individuels.
Qui peut nier la réalité des discriminations ?
Mais s'opposer au FN (à 25 %), au fascisme politique en général, implique-t-il de conforter le fascisme religieux ?
Monsieur Ulysse, question con, comme il se doit.

Pourriez vous, s'il vous plait, préciser les contours de ce que vous nommez "fascisme religieux " ?

Merci d'avance.
Non.
Dois-je en conclure que vous ne savez pas de quoi vous parlez ?
Je pourrais définir ce qui constitue, pour moi, le "fascisme religieux", mais débattre avec vous de ce sujet, comme de pas mal d'autres d'ailleurs, serait une perte de temps.
J'en resterai donc à ma dernière question et je vous remercie d'épargner mon temps.
Votre dernière question...
Celle que vous aviez qualifiée, avant même de la poser, de "question con"?
Non, Ulysse, non !
La question con était la pénultième.
Ma dernière question était libellée ainsi : "Dois-je en conclure que vous ne savez pas de quoi vous parlez ?"

Vous avez compris ou je recommence ?
La pénultième, OK. C'est-à-dire : Pourriez vous, s'il vous plait, préciser les contours de ce que vous nommez "fascisme religieux" ?
Mais pourquoi devrais-je répondre à une question stupide ?
Fascisnme religieux, s'agissant de salafs imposant leur loi à leurs congénères comme les nervis de Mussolini faisaient boire de l'huile de ricin aux récalcitrants, c'est bien vu.
quelqu'un a déjà vu Ervé "débattre " de quoi que ce soit autrement qu'en jetant son mépris sur celui qui n'est pas d'accord avec lui?
Votre gentillesse Pierre vous perdra.
Vous posiez la question uniquement sur "les contours".
Qu'en eût-il été si vous l'aviez posée sur "le fond"?
La même chose, croyez-vous?
[quote=Selon une étude de l'Institut Montaigne dévoilée dans "Complément d'enquête" jeudi 8 octobre, trouver du travail en France est presque quatre fois plus difficile pour un homme perçu comme musulman pratiquant que pour un catholique]

[quote=et il n'est pas presque quatre fois plus difficile pour un homme perçu comme musulman d'être embauché]

Vous noterez qu'entre les deux phrases le mot pratiquant a disparu chez vous !

Concernant mon expérience personnelle, ce chiffre ne m'étonne pas. Il y a quelques années, en tant que responsable de service j'ai eu affaire à certains musulmans pratiquants avec tout ce que cela comporte de problèmes à gérer :

1) demande d'horaires aménagés pour le ramadan
2) demande par un salarié d'une salle pour prier .. oui oui !
3) port du voile dans le bâtiment,
4) présence d'un barbu qui incommodait tout le monde
5) hausse de l'absentéisme en période de Ramadan

Vu ce que j'ai vécu, ce chiffre me semble logique et pas du tout surprenant. Quel responsable a envie de gérer des problèmes religieux dans son service ?
C'est sûr que si le "perçu comme..." est associé à l'idée que le port du voile est un problème...

Mais pour avoir quelques données à peu près conséquentes : une étude sur le travail et le fait religieux.
Dans leur échantillon (1 358 questionnaires, 93% de répondant dans l'encadrement) : l'affirmation religieuse augmente (50% d'interrogés confrontés à la question), globalement ça se passe sans conflit mais les cas conflictuels augmentent (2% en 2013, 3% en 2014, 6% en 2015), avec notamment la menace d'accusation de racisme ou de discrimination.
Il y a pas mal d'autres infos intéressantes (p.e. presque 50% des pratiquants seraient favorables à l'interdiction de signes religieux au travail).

Perso, je n'ai pas eu le temps de chercher si les infos étaient disponibles mais j'aurais bien aimé plus de précision :
- sur le profil des répondants, notamment quel secteur économique ils représentent (p.e. pour caricaturer, le ramadan en été a sans doute un impact pour une entreprise du bâtiment ayant des ouvriers pratiquant)
- les religions concernées même si il est probable que l'Islam est le premier concerné par simple effet démographique et du fait qu'il n'a pas été géré par l'histoire socio-culturelle. Si il y a plus de pratique chez les Juifs, vu leur nombre ça ne doit pas tellement impacter le sondage, et pour les chrétiens, ils ont déjà les jours fériés adaptés et le dimanche pour le repos plutôt que le vendredi.

Même si les problèmes restent limités, il va peut-être falloir recommencer un débat public comme en 1905 pour clarifier les choses, ne serait-ce que pour en finir avec ces mises en cause/accusation permanente de pratiquants n'ayant pas la chance d'être dans un pays s'étant construit autour d'un compromis avec leur religion à eux.
Les catholiques, protestants et juifs étaient là pour donner leur avis (bon, pour les Juifs, c'était pas gagné à l'époque Dreyfus...), les musulmans non, et ça serait pas mal d'arriver à une véritable représentativité institutionnelle pour qu'on s'accorde sur ce qu'il y a à faire, qu'on ne laisse pas les choses se faire au gré des ressentis et des "perçu comme...".
Trubli, la France est un pays multi culturel, la norme c'est la liberté, il n'y a pas de règles et de coutumes, non écrites, à respecter, il y a la liberté pour tous uniquement.
[quote=Trubli, la France est un pays multi culturel, la norme c'est la liberté, il n'y a pas de règles et de coutumes, non écrites, à respecter, il y a la liberté pour tous uniquement.]

La France ne se limite pas à la liberté. Je sais que c'est le révisionnisme classique des libéro-libertaires comme vous de ne retenir que cela des trois derniers siècles. Mais si la norme était uniquement la liberté il n'y aurait alors aucune différence entre la France et les autres pays qui se réclament de ce principe. Or ce n'est pas le cas, la France et l'Angleterre n'ont pas le même rapport à la justice, à la place du législateurs, aux modalités du vivre-ensemble ou à la promotion sociale pour ne citer que quelques exemples.

Par ailleurs je connais au moins deux règles non écrites dans la loi, 1) céder sa place à une personne âgée ou une femme enceinte dans les transports. 2) Saluer les personnes avec les quelles j'entre en contact.
Bref les règles de sociabilité du pays sont importantes et ce même si leur non respect n'est pas sanctionnable par un juge.
Le problème aujourd'hui, c'est que les libéraux ont instillé dans l'esprit de la population que les seules règles "respectables" sont celles qui sont écrites. Si ce n'est pas écrit et bien vous n'êtes pas tenu de les respecter ! Or c'est faux. Si je me retrouve à table avec vous, aimeriez-vous que je me gratte les couilles, puis me gratte le nez et en ressorte un peu de glaire, que je vous envoie un gros pet ??? Bien sûr que non. Faut-il qu'on ajoute les règles de bienséance au Code Civil pour qu'elles soient respectées ? J'espère qu'on arrivera jamais à une telle extrémité et que ce sont des règles que les gens continueront d'intérioriser.

Il s'est construit en France au cours du XXe siècle, très difficilement certes, dans une société sécularisée et laïcisée un consensus sur la neutralité de l'espace public où l'on évite de jeter à la gueule d'autrui les signes ostensibles de sa religion. Depuis la fin des années 80, les tenants d'un certain islam utilisent des signes religieux ou pas afin de cliver, crée la polémique et tester la résistance de la République. ils jouent sur deux registres; Soit leur provocation marche et ils en profitent pour avancer et formuler de nouvelles exigences, soit leur provocation échoue et ils jouent sur la fibre victimaire des pauvres musulmans victimes de racisme et d'islamophobie.
Oui, oui, on sait, tous des sauvages, savent pas s'tenir, d'ailleurs, en matière de savoir-vivre et de pression sociale, on en est à des parents, pas libéraux pour un sou, apprenant à leurs enfants à lancer des bananes à des ministres.

P.S. : notez bien dans les commentaires de la vidéo les soutiens au comportement de nos chères têtes blondes.
Au fait quel est le rapport ??
Vous ne répondez jamais, vous fuyez ou tentez de faire diversion.

Ces insultes n'honorent pas ceux qui les ont proféré. Et ces personnes ne sont pas représentatives du pays dans son ensemble.
Euh... si, je réponds en long et en large mais c'est dispersé.

Pour résumer : l'esprit démocratique ce n'est pas la dictature de la majorité, c'est aussi le respect des minorités, et il faut être prudent avec les pulsions normatives du social, un truc à se retrouver avec 50% + 1 voix tolérant l'intolérance envers 50% - 1 voix, acceptant ou désirant qu'on exclu telle ou telle minorité (Juifs, musulmans etc.) de la vie normale d'un citoyen (notamment la participation à la fonction publique).

Que les gens préfèrent telles ou telles moeurs, c'est normal, qu'on en fasse la justification à des discriminations touchant au principe d'égalité de Droit, c'est en finir avec les bases de la vie républicaine et démocratique. Il est logique qu'on n'accepte pas les groupes s'attaquant aux principes constitutionnels, c'est ce qui motive des interdictions de partis, de dissolutions de mouvements de fait, de contrôle de sectes etc., et la taille de ces groupes est indifférente, l'exigence constitutionnelle vaut aussi pour la majorité.

Après, si une large majorité réussit à imposer d'autres principes, au moins on saura dans quelle société on vit, il n'y aura pas à se cacher derrière son petit doigt si on va vers de la répression à base de racines chrétiennes, anti-cléricale, de "souche", de "faut-être-comme-tout-le-monde" etc. sans parler du fascisme, du stalinisme, de l'apartheid, des théocraties inquisitoriales, du Révolutionnaire sauce 1792 (avec massacre de religieux) etc., toutes ces tendances pour qui "tolérance" est un vilain mot, qui préfèrent dire "on ne peut pas (plus) tolérer !".
Les révolutionnaires sauce 1792 ont instauré les bases de l'égalité de la fraternité et de la laïcité et ils ont eu raison de remettre le religieux à sa place, en dehors de la sphère publique, en dehors du pouvoir étatique, merci de cesser vos calomnies anachroniques qui ressemblent de plus en plus à de l'intégrisme.
???
C'est bien à mon message que ça s'adresse ?
Parce que faire la liste des cas historiques où on a vu à quoi menait l'intolérance, ce n'est pas de l'anachronisme, c'est avoir un peu de mémoire, et je ne crois pas que grand monde de nos jours ait envie de défendre les Massacres de Septembre (1792) qui ont aussi été condamnés à l'époque (cf poursuites judiciaires).
Bon, admettons que la formule "sauce 1792 (avec massacre de religieux)" n'était pas assez claire pour qu'on comprenne que "massacre de religieux" était l'ingrédient de la sauce donnant son goût si spécial à une partie des révolutionnaires (Un peu d'histoire : "La première occurrence du mot terrorisme est signalée dans le Journal de la Liberté du Peuple de Gracchus Babeuf, le 11 septembre 1794. Sa signification renvoie à la condamnation des techniques de gouvernement utilisées par les partisans de Robespierre)".

Au demeurant, ce n'est pas vraiment en 1792 qu'a été fixée la place du religieux d'aujourd'hui, c'est plutôt en 1905, une place qui est en dehors de l'exercice institutionnel du pouvoir mais pas en dehors de la sphère publique, c'est ce qu'on appelle la liberté de culte (et plus largement, de réunion, d'association etc.). Et heureusement, il n'y a pas d'enquête pour savoir ce que les membres de la fonction publique font de leurs loisirs, si ils vont à la mosquée, la synagogue, l'église ou la fête de l'Huma.
Juger les actes des révolutionnaires comme de l'intolérance, c'est typiquement de l'anachronisme et c'est complètement stupide.
Ils ne s'en prenaient pas aux curés parce qu'ils ne toléraient pas leur religion, coutumes, croyances ou façons de s'habiller, mais parce qu'ils étaient en guerre civile, à défendre le changement de la société vers une société de liberté et d'égalité contre des gens qui défendaient un ordre social et politique violent, cruel, inégalitaire et injuste.
Que cela se soit fait dans le sang est dramatique, mais mettre ça sur le dos des révolutionnaires alors qu'ils étaient cernés d'ennemis à l'intérieur comme à l'extérieur près à les exterminer pour restaurer l'ancien régime c'est quand même lamentable.
Ils se sont battus et ont donné leur vie pour que vous puissiez être libre et vous les calomniez du haut de vos jugements complètement déconnectés de leur réalité.
La loi de 1905 n'aurait évidemment jamais existé si les révolutionnaires n'avaient pas éjecté les religieux du pouvoir et établit les bases de la laïcité, c'est à dire la séparation de l'église et de l'état ainsi que la liberté de conscience, un siècle plus tôt.
Il s'agit bel et bien pour moi de juger l'histoire, ça me semble indispensable si on veut s'en servir aujourd'hui, dépasser le simple usage mythico-rituel (14 Juillet etc.).
Ca concerne autant la Révolution que, par exemple, le bon vieux temps des colonies ou de l'Ancien Régime que d'aucun voudront prendre comme simple élément d'un roman national à accepter d'un bloc, sans critique.

Vous dites "un siècle plus tôt" et il y a des causes à cette parenthèse.
"Les révolutionnaires" comme bloc uniforme, c'est une vue de l'esprit, et si la Révolution a fini avec le Consulat et Bonaparte en passant par le Directoire, c'est aussi en raison des excès de la Terreur qui a engendré la réaction thermidorienne.
C'est à cause d'eux que Robespierre a pu être mis en accusation, et, in fine, c'est d'autres révolutionnaires, les bourgeois, qui ont imposé leur ordre en attendant la néo-aristocratie napoléonienne, la Restauration etc., avec le retour des curés.
On ne peut pas refaire l'histoire mais la 3e République, la loi de 1905, c'est ce qui aurait pu être tenté en 1792-93 en s'évitant des décennies de réaction anti-républicaine.

Les USA, malgré leur forte représentation de religieux, ont une Constitution en application depuis 1789. Ils ont trouvé dès le départ un compromis solide, peut-être parce qu'ils avaient affaire à une tradition protestante plutôt que catholique, qu'ils n'ont pas eu à attendre que les catholiques se "protestantisent". Il faudrait d'ailleurs se demander jusqu'à quel point nous sommes encore des catholiques, y compris dans un laïcisme qui fait de la laïcité une sorte de religion d'Etat, un rapport au Souverain (Pontife ?) qui demande non seulement un accord de raison mais aussi d'avoir la foi.

La radicalité destructrice, la table rase, ça n'a fonctionné ni en France ni en Russie avec les bolchéviques, ni en Chine avec la révolution culturelle (dont les autorités chinoises s'excusent aujourd'hui) et dans les trois cas, on peut remarquer qu'il y a eu une tentative de conserver la structure d'un politique sacralisé (roi-catholiques, tsar-orthodoxes, empereur-confucéens) en changeant simplement les termes du "culte".
Serions-nous encore trop religieux ?

C'est peut-être gênant pour les enthousiasmes mais un compromis de raison ne se présentant pas comme système total de pensée, a l'avantage d'éviter les totalitarismes. On peut très bien s'accorder sur un ordre politique en défendant une lignée idéologique, en se référant à tel ou tel courant de la Révolution, sans en faire un catéchisme devant s'imposer à tous.

Vous dites "ils étaient en guerre civile", et c'est sans doute au risque de la guerre civile qu'on présente une option politique comme autre chose qu'une option, qu'on en fait une idéologie de pouvoir, c'est-à-dire une pensée imposée par la force, plutôt qu'un pouvoir de l'idéologie, c'est-à-dire une force de conviction dans le débat public.
On ne peut pas refaire l'histoire mais la 3e République, la loi de 1905, c'est ce qui aurait pu être tenté en 1792-93 en s'évitant des décennies de réaction anti-républicaine.

Ben justement, les réactionnaires sont dans les murs en ce moment. C'est ça le problème.
Ils l'ont toujours été, les intégristes cathos n'ont pas disparu et les écoles privées confessionnelles ou Lourdes en pèlerinage mondial ne dérangent pas tant que ça.
Du côté musulman, les marges anti-républicaines sont loin du pouvoir, elles recrutent surtout chez ceux qui se sentent exclus de la république.
Je sais bien que certains fantasment sur une France état islamique mais bon, si ça a échoué en Algérie et en Egypte, je vois mal comment ça réussirait chez nous.

Quand on est pro-laïcité, anti-théocratie, on a en principe suffisamment d'arguments aptes à convaincre pour ne pas avoir besoin de forcer la main à coup de répression.
En effet, ils l'ont toujours étés (à l'intérieur des murs). Mais pas ceux que tu crois : Les bureaucrates sont une plaie. C'est comme un parasite de l'intérieur qui s'incruste et t'empêche de faire. Il faut les éliminer !
Le seul intérêt que je vois à vos "jugements" c'est de transformer l'histoire pour lui faire dire ce qui vous plait.
L'exécution de Robespierre n'a strictement rien avoir ni avec je ne sais quels excès de la Terreur ni avec le rapport au religieux.
Et oui les "révolutionnaires" étaient loin de former un bloc homogène tout le monde connait les factions de l'époque, les montagnards, les girondins, et même les dissensions à l'intérieur de chaque faction, notamment entre celle de Robespierre et celle de Danton.
Ce que les gens connaissent moins et vous semblez en faire partie, parce que cela devient bien plus politique qu'historique, ce sont les conflits qui existaient entre les uns et les autres, et leurs raisons.
Robespierre et ses amis ont signé leur arrêt de mort à partir du moment où ils se sont posés en défenseurs du peuple.

- Ils ont mis en danger les intérêts de la bourgeoisie naissante, (ex Danton), par leur souci de la démocratie et de l'égalité, en faisant la chasse à la corruption, à ceux qui se servaient de leur influence à l'assemblée ou dans les administrations pour en tirer profit, à ceux qui se servaient de la détresse des gens, de la famine, pour s'enrichir au détriment de l'intérêt général et par toutes les réformes allant dans ce sens.
- Ils se sont mis à dos l'armée et tous ceux qui pouvaient en tirer profit en plaidant pour la paix plutôt que l'invasion et le pillage des pays qui avaient attaqués la France.
- Ils se sont évidemment mis à dos les partisans de la restauration de l'ancien régime, les ennemis de la révolution, qui pactisaient en secret avec les forces étrangères qui voulaient envahir la France et en dénonçant leurs complots à l'intérieur de l'assemblée et des comités exécutifs. ( Ex. L'affaire Dumouriez ).
- Ils se sont mis à dos tout ce que l'on pouvait compter de modérés et qui formeront plus tard le gros de la réaction thermidorienne, qui se satisfaisaient pleinement de la monarchie constitutionnelle sans trop de changements dans l'ordre social.
- Ils se sont mis à dos enfin les partisans les plus radicaux des jacobins, et ceci largement à cause de leur instrumentalisation par Danton et ses amis.

Ils étaient totalement cernés d'ennemis à tous les niveaux du pouvoir, et ils n'avaient qu'un seul allié, le peuple.

Si la révolution a fini avec Bonaparte, c'est parce qu'il y avait une réaction et une opposition dès le départ et qu'elle a finit par gagner. La terreur ce n'est pas le fait de Robespierre ni des jacobins, c'est une décision commune et vous ne pouvez en faire porter la responsabilité aux seuls révolutionnaires, il faut aussi prendre en compte que c'était leur peau ou celle de leurs ennemis, il faut prendre en compte qu'il n'y a pas de guerre civile sans la bonne volonté d'au moins deux belligerents. Et dans ce cas, quand on veut juger, on regarde pour quoi les gens se battaient. Et quand un camp se battait pour la liberté et l'égalité, et l'autre se battait pour la restauration d'une monarchie absolue et d'un ordre social inégalitaire et injuste, il me semble qu'il faut en tenir compte.
Les principes de la laïcité apparaissent dès 1789 dans la déclaration des droits de l'homme et du citoyen puis avec la 1ère république et la constitution de 1793. Dans les faits la séparation de l'église et de l'état est une réaction aux véritables abus de l'église et aux siècles de terreur et de massacre que son emprise sur l'état ont généré, ce fut un long processus de prise de conscience. Alors la loi de 1905, elle est importante, mais elle n'est en rien le début de la laïcité.
Si, si, l'exécution de Robespierre a à voir avec la Terreur.
Résumé de l'affaire sur Wikipedia.

Extrait de son dernier discours, 8 thermidor (c'est un pdf, il me semblait pourtant l'avoir lu quelque part en page web normale) :

"Et quels sont donc ces grands actes de sévérité que l'on nous reproche ? Quelles ont été les victimes ? Hébert, Ronsin, Chabot, Danton, Lacroix, Fabre d'Églantine, et quelques autres complices. Est-ce leur punition qu'on nous reproche ? Aucun n'oserait les défendre."

Et tous les "fripons" dont il parle dans le discours sans donner de noms n'ont pas envie de finir comme eux surtout que la loi de Prairial permettait des exécutions sans droit de défense ni recours.

Et oui, il y avait des questions religieuses à cette période au-delà des questions politique d'alliance du clergé à la noblesse. Extrait d'un autre discours de Robespierre, au peuple réuni pour la fête de l'Etre-Suprême : "Il (l'Etre Suprême) n'a point créé les rois pour dévorer l'espèce humaine, il n'a point créé les prêtres pour nous atteler comme de vils animaux au char des rois et pour donner au monde l'exemple de la bassesse, de l'orgueil, de la perfidie, de l'avarice, de la débauche et du mensonge, mais il a créé l'univers pour publier sa puissance, il a créé les hommes pour s'aider, pour s'aimer mutuellement, et pour arriver au bonheur par la route de la vertu."
Amen.

Justice, vérité, vertu, amour du prochain, déchristianisation et culte de la Raison et de l'Etre Suprême, une autre religion d'Etat, de la vraie de vraie révolution et du passé faisons table rase comme chantait l'Internationale.
Le « culte de l'Être suprême » était un cérémonie déiste, influencé par la pensée des philosophes des Lumières, et consistait en une « religion » qui n’interagissait pas avec le monde et n’intervenait pas dans la destinée des hommes. Il ne s'agissait pas d'un culte, au sens fort du terme, mais plutôt une sorte de religion civile à la Rousseau3.

Le culte de l'Être suprême se traduisait par une série de fêtes civiques, destinées à réunir périodiquement les citoyens et à « refonder » la Cité autour de l’idée divine, mais surtout à promouvoir des valeurs sociales et abstraites comme l’Amitié, la Fraternité, le Genre humain, l’Enfance, la Jeunesse ou le Bonheur. La fraternité et le genre humain n'avaient sur un point au moins rien d'abstrait : l'abolition de l'esclavage des Noirs en février 1794 par la Convention et qui se traduisit dans les semaines et les mois qui suivirent (jusqu'en thermidor an II) par l'envoi d'adresses de félicitations, d'annonce de fêtes civiques et l'arrestation de colons blancs, intriguant contre le décret émancipateur.

Cela n'avait strictement rien avoir avec la guerre de religions à laquelle vous pensez, ce sont juste des fêtes, c'est complètement anecdotique.

Quand à la déchristianisation comme je vous l'ai expliqué elle fut en réaction à tout le mal que les religieux ont fait subir aux gens quand ils dominaient l'état, en réaction aux privilèges et aux vols des richesses qu'ils organisaient.
Comme toujours il y avait des gens plus radicaux et des abus, comme les hébertistes, qui ont été jusqu'à inciter les gens à des violences injustifiées ou des persécutions.
Mais résumer cette déchristianisation à cela c'est passer à côté de l'essentiel.

Que vous cherchiez à évacuer les actes des religieux des causes à cette réaction je trouve cela très louche.
Du mal à assumer que les religieux, surtout ceux qui profitaient le plus des autres, étaient pour beaucoup de belles ordures ?
Du mal à accepter que des gens aient profité de l'effondrement du pouvoir religieux pour se venger et régler leurs comptes ?

Comme je vous invitais à le faire plus haut, si vous devez porter des jugements, au moins prenez en compte tous les tenants et aboutissants, ce que vous faites là ce n'est que répéter bêtement des vieux poncifs anti révolutionnaires ou anti Robespierre.

C'est ça aussi la révolution : la chute de l'ancien régime. C'est à dire la chute de la monarchie, la chute du pouvoir religieux, la fin des privilèges et des classes correspondantes. Tout cela n'a strictement rien avoir avec le terrorisme ou encore le racisme, car si j'ai réagis au départ, c'était rappelez-vous parce que vous avez tout amalgamé.
Que dire...
Je crois que vous êtes la première personne que je rencontre qui semble avoir du mal à dire que la Terreur a été (pour le moins) excessive.
Je suppose que c'est par devoir militant mais méfions-nous des gens qui tuent l'un parce que les autres seraient "pour beaucoup de belles ordures". Le loup, l'agneau, si ce n'est toi..., la morale de l'histoire, toussa.
Moi c'est la première fois que je vois quelqu'un se porter en juge de l'histoire de la révolution pour lui donner des qualificatifs comme "excessif", on se demande bien comment vous l'auriez mené cette révolution, mais le simple fait de porter un tel jugement indique surtout pour moi que vous auriez rêvé qu'elle n'ai jamais eu lieu ou en tout cas pas au delà de la monarchie constitutionnelle peut-être ?. C'était une guerre et une guerre civile, il y a eu des violences, des gens pour défendre leur peau et leurs idéaux, d'autres pour défendre un ordre social et leurs intérêts particuliers, comment pourrait-on juger cela sans faire d'anachronisme alors qu'une seule mort de nos jours est intolérable ?
Qu'est ce que vous cherchez dites-le nous en mettant le focus sur la Terreur, en en attribuant la responsabilité au seul camp de Robespierre, tout comme la responsabilité des abus de la déchristianisation ou de la déchristianisation dans son ensemble ? ( vous n'êtes pas clair là dessus, il semble pour vous que cela soit la déchristianisation qui soit un mal ), et bien sûr en mettant ces révolutionnaires sur le même plan que des djihadistes ou des fascistes ?
Il y a bien du militantisme politique derrière cette rhétorique et ces choix tranchés.
De la belle propagande anti révolutionnaire qui reflète vos positionnements politiques d'aujourd'hui, anti égalitaires, anti laïques ?
Je résume ce que je dis :

1. la Terreur a été excessive : "Puisqu’on a osé dans cette assemblée rappeler les journées sanglantes sur lesquelles tout bon citoyen a gémi je dirai, moi, que si un tribunal révolutionnaire eût existé le peuple auquel on a si souvent, si cruellement reproché ces journées ne les aurait pas ensanglantées." disait Danton.

2. elle a été un des prétextes à la réaction thermidorienne

3. ça a favorisé la victoire d'une forme de contre-révolution anti-démocratique, Directoire puis Consulat puis Empire puis Restauration (avec aussi une Terreur, blanche) etc.
=> normalement, on en conclut que je critique les excès de la Terreur parce qu'ils ont favorisé une contre-révolution pas parce que cela se voulait défenseur de 1789...

4. une République a finalement tenu le coup, la 3eme, et au lieu de refaire une guerre civile, a mis de côté les restes de l'Ancien Régime par un compromis entre Démocrates et Républicains dirait-on aux USA, refait une forme de consensus du Tiers-Etat malgré les tensions de classe et les sensibilités différentes sur le cas du religieux. Plus question de culte de l'Etre Suprême, de religion d'Etat, c'est trop clivant, ça empêche un consensus de base, on met ça hors du champ des pouvoirs publics et puis voilà.

En fait, mon militantisme politique est d'un genre pragmatico-lucide qui interroge ce qui est proposé concrètement derrière les envolées lyriques, les imaginaires avec références aux idoles et icônes, les héros et grands anciens, et il est vrai que ça agace régulièrement ceux qui les apprécient pour garder la flamme, les jugent nécessaires comme marqueurs partisans etc.

Et pour revenir au sujet, ce que craignent certains républicains avec l'Islam, c'est sans doute un retour d'éléments d'Ancien Régime, comme si on était en 1900, dans l'Algérie du F.I.S., l'Egypte des Frères Musulmans ou l'Iran de Khomeini, comme si les fondamentalismes étaient autre chose que des groupements marginaux et qu'ils menaçaient le consensus laïc.
Pour le coup, ça me semble aussi affaire d'imaginaire, un attachement à une certaine idée de la république (ou de la France pour ceux qui craignent Colombey-les-deux-mosquées), une forme de pensée où on ne transige pas avec les "principes", c'est-à-dire l'atteinte à une représentation idéalisée où comptent peu les effets réels, concrets, d'un phénomène.
Qu'il y ait un seul burkini, c'est déjà une atteinte à l'idéal, au modèle, ça suscite une inquiétude.

Et sinon, oui, bien sûr que les jihadistes et les fascistes vont se dire "révolutionnaires", le terme désigne une radicalité et pas son contenu. L'Iran a eu sa révolution islamique et le pétainisme parlait de révolution nationale avec des trucs comme le mouvement révolutionnaire national.

P.S. : la recherche du consensus républicain est claire par exemple avec Jaurès quand il s'adresse à la bourgeoisie dans Socialisme et Liberté, texte que, horreur !, Macron essaie de récupérer, chose qui me chagrine puisque je l'ai régulièrement mis en valeur (m'aurait-on lu ?) pour une orientation opposée à la sienne, pour un réel retour au sens de "socialisme", une position qui s'est consolidée au cours du XXe par le rejet de la "dictature du prolétariat" mais la mise en place d'une logique de partenariat social (Sécurité Sociale, syndicats, accords de branche "Tout travailleur participe, par l'intermédiaire de ses délégués, à la détermination collective des conditions de travail ainsi qu'à la gestion des entreprises" dixit un préambule à notre Constitution etc.).
Dans le genre usage des symboles, manipulation des idoles et trituration de l'histoire, je sens que Macron va être pas mal, et j'aimerais l'entendre sur l'idée de "propriété universelle" de Jaurès par rapport à ses "devenez milliardaire !".
En fait, mon militantisme politique est d'un genre pragmatico-lucide qui interroge ce qui est proposé concrètement derrière les envolées lyriques, les imaginaires avec références aux idoles et icônes, les héros et grands anciens, et il est vrai que ça agace régulièrement ceux qui les apprécient pour garder la flamme, les jugent nécessaires comme marqueurs partisans etc.

Pardon mais ce que vous dites n'a vraiment rien avoir avec du pragmatisme ;)
Quand des évènements et des destins sont à ce point imbriqués, on ne peut pas en isoler un et se dire qu'il a été excessif sans faire un choix idéologique.
Car pourquoi ne pas dire que l'ancien régime était excessif en s'arrogeant un pouvoir absolu et liberticide sur les gens et en mettant en place un système de privilèges maintenant 90% de la population dans la pauvreté et au moment de la révolution dans la famine ? Que la réaction anti-révolutionnaire a été excessive, que ce soit en interne en déclenchant une guerre civile, divers tentatives de coups d'états (jusqu'au dernier, celui qui a fonctionné et conduit à l'exécution de Robespierre), des assassinats et des complots ou à l'extérieur avec la guerre menée par toutes les monarchies d'Europe pour anéantir les révolutionnaires et restaurer l'ancien régime ?
Le fait de mettre en avant la Terreur mais de taire toutes les raisons (légitimes ou non) qui ont poussé les révolutionnaires à en arriver à ces évènements, c'est raconter la révolution d'un certain point de vue et d'une manière très orientée, ce qui est loin d'être objectif. Façon de raconter la révolution qui conduit au final à salir les uns et à blanchir les autres.
Et sachant que les uns et les autres portent des idées différentes, qui conduit à vouloir nuire ou défendre certaines idéologies, parce qu'on ne salit ou ne blanchit jamais des personnages du passé sans vouloir en réalité agir sur les idées, les principes et les valeurs qu'ils ont laissé et qui sont encore défendues aujourd'hui.

Vos différents points 1/2/3/4, n'ont absolument aucun sens pour moi.

Je ne vois pas pourquoi une citation de Danton validerait votre point de vue idéologique, lui-même n'étant pas exempt d'idées et de points de vue.
Je ne vois pas pourquoi un prétexte serait une preuve de causalité, c'est généralement le contraire, quand il s'agit d'un prétexte c'est parce que ce n'est pas la vraie cause ...
Je ne vois pas sur quel fondement vous pouvez savoir qu'est qui a favorisé ou non tel évènement à moins d'être omnicient.
Je ne vois pas non plus comment on peut comparer les mises en place de deux républiques à un siècle de différence sans prendre en compte toute l'histoire qui les précède et juger quoi que ce soit de leurs dénouements différents ...
Il n'y a aucune rigueur scientifique derrière vos réponses, ne parlons même pas de pragmatisme, c'est de l'idéologie pure selon moi.
Pour rester dans la question religieuse, ma ligne idéologique est celle du principe de tolérance, de neutralité de l'Etat, d'acceptation du compromis de 1905, l'idée que la discussion avec les croyants, serait-elle polémique, doit rester sur le plan du débat d'opinion et pas de l'intervention de l'autorité publique.
A contrario, il y a des courants anti-religieux/anti-cléricaux qui, à défaut de culte de l'Etre Suprême, vanteront un culte de la République avec ses panthéons, ses symboles au fronton des mairies et un clergé d'instituteurs dispensateurs d'un catéchisme de morale républicaine avec certains qui iront jusqu'à prôner la fermeture des églises, synagogues, mosquées et temples divers.

Donc, si un courant politique demande la remise en question de la laïcité de 1905 pour aller dans le sens d'une autorité publique réprimant les cultes traditionnels, ça me semble à peu près cohérent avec la référence à Robespierre (et je m'y opposerais dès lors que c'est contraire à mes options sur la liberté de conscience et d'expression des convictions).
Si il n'y a pas de propositions allant dans ce sens, alors la référence me semble surtout pour le style.
Quand je dis "pragmatico-lucide", c'est que je regarde quelles sont les propositions concrètes derrière les effets de manche.

Si vous ou un responsable politique dit que la loi de 1905 n'est pas une bonne chose, qu'il faudrait être plus "robespierriste" sur ce plan, alors je comprendrais que soit refusée l'idée que la période révolutionnaire a manqué l'occasion de poser ce compromis-là puisque il n'est pas accepté.
J'étais parti du principe que celui-ci faisait parti d'un acquis commun mais ce n'est peut-être pas le cas et il y a alors réellement sujet à débat, la divergence sur la référence historique me semble alors avoir un sens pour l'usage d'aujourd'hui.

Et ça vaut pour d'autres aspects du courant "robespierriste", suffit de me dire précisément ce qu'on veut en prendre pour aujourd'hui, pourquoi Robespierre plutôt que Danton par exemple.

Et quitte à faire des distinctions de courant, pour reprendre celles de l'époque : Danton crée le mouvement des Indulgents ou modérés fatigués des guerres et des lois terroristes, en face il y a les hébertistes ou "exagérés", Robespierre est entre les deux, et perso, je serais sans doute du côté des indulgents, considérant que si les guerres, les états d'urgence et les répressions sont parfois nécessaires, que la légitime défense à un sens, les violences doivent être aussi minimales que possible.
C'est rigolo pour un antilibéral comme moi de se faire traiter de libéral ^^
Mon cher Trubli, la liberté fait que chacun est libre d'adopter les us et coutumes qui lui plaisent, et le principe de la liberté c'est qu'elle permet justement aux bonnes coutumes de se propager et donc aux sociétés de s'améliorer. Au contraire tous les exemples de sociétés qui ont imposé une culture par la force ( car c'est bien de cela qu'il s'agit ) ont été des sociétés obscurantistes où à chaque fois il s'agissait de maintenir et de protéger des injustices, des choses inacceptables, des violences, contre la marche du progrès. Il faut faire un peu confiance à la vie.
Bien évidemment, plein de choses font que la liberté seule ne suffit pas. Mais c'est un élément essentiel du progrès. Et c'est pour cela que la France est devenue multiculturelle depuis 1789.
Un autre élément essentiel c'est la mixité sociale, car rien ne peut se transmettre si les gens n'échangent pas entre eux, n'apprennent pas à se connaître, à apprécier leurs différences.
La France c'est ça, et il n'y a pas de règles à enseigner de force, c'est à vous de transmettre les us et coutumes qui vous plaisent si vous le voulez et en face si elles sont bonnes les gens les adopteront il n'y a pas de raison du contraire, à moins que cela soit des cons, et ça on n'y peut rien.
Toujours est-il que votre discours abonde malheureusement dans le sens des pires réactionnaires liberticides qui voudraient pouvoir non seulement contrôler les allées et venues des gens, mais en plus leur imposer leurs vues, et leur culture / leur religion. Alors faites attention à ce que vous dites.
Les gens qui viennent en France n'ont pas plus à adopter je ne sais quelle culture prédéfinie que les gens qui naissent en France, on est libre, c'est ça la règle.
Au niveau législatif c'est simple, tout ce qui n'est pas interdit est permis, acceptez-le.
Le reste, ce ne sont que des conventions de bonnes volontés et vous ne pouvez pas les imposer, juste les transmettre.
le principe de la liberté c'est qu'elle permet justement aux bonnes coutumes de se propager
Liberté est un joli mot, mais ce n'est pas une raison pour le mettre à toutes les sauces. Les us, les coutumes, les traditions, la politesse, etc. ont moins à voir avec la liberté qu'avec l'expérience, l'éducation, l'apprentissage, etc.
En réfléchissant, je me dis que si certaines femmes veulent porter un burkini pour être tranquilles, alors que des plages soient privatisées comme pour les nudistes. Puisqu'il existe des plages privées, je ne vois pas le problème.
Ce matin sur France Info:
Premier sujet, l'inévitable burkini.
Second sujet, les morts de la rue.
Cherchez l'erreur!

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

La solution : la combi de plongée avec capuche ça couvre le corps et ça ne fait référence à aucune religion. Pourquoi n'y pensent- ils pas ???
Un texte, lu récemment...

"De ce fait, si la laïcité peut se traduire par la formule « neutralité de l’espace public », au demeurant absente des lois Ferry et de la loi de 1905, cela ne peut être qu’en un sens bien précis, qui n’est pas du tout celui que fait prévaloir l’actuel consensus « laïciste » : un espace laïque, au sens originel du terme, doit être neutre au sens où le droit d’expression est le même pour tout le monde, sans privilèges ni discriminations, et que les autorités y veillent. La neutralité réside en somme dans le fait qu’aucun groupe dominant ne monopolise la parole ou l’occupation de l’espace public, et que rien n’empêche les minoritaires de s’exprimer. Ce qui, de l’espace public, doit être neutre, c’est donc l’espace, pas le public – et l’on peut même dire que l’espace doit être neutre justement pour que le public puisse ne pas l’être.

C’est exactement l’inverse qui se dit et se répète aujourd’hui, un peu partout : ce n’est plus l’espace qui doit être neutre, mais bien le public. Ce sont les individus (en théorie tous, dans les faits uniquement les musulmans) qui sont invités dès qu’ils se trouvent « en public » – c’est-à-dire, si l’on y songe bien, assez souvent ! – à tenir leur langue et à ne manifester leurs convictions religieuses ni par des paroles, ni par des symboles, ni par des vêtements. C’est, là encore si l’on y songe bien, ni plus ni moins que la liberté d’expression qui s’envole en fumée. Un espace public dans lequel les individus seraient tenus de rester neutres correspond même à ce qu’on a coutume d’appeler un espace totalitaire."

Extrait "L’imbécile neutralité" de Pierre Tevanian.
Je ne suis pas favorable au burkini, évidemment mais de là à l'interdire, c'est un peu fort. Le burkini c'est un rite ou une forme de maltraitance, donc dans le doute, je m'abstiens. La France n'est pas un régime autoritaire.

Vive la liberté et vive le sport féminin !
Le corollaire du voilement des femmes, c'est la frustration sexuelle et le harcèlement permanent, comme sur les plages algériennes.
C'est vraiment grotesque...
Un burkina faso, des burkini fasi ?
Libre à vous d'y voir une "polémique de merde".
Perso, je vois en cette "burkinisation" une revendication politique d'une religion "padamalgame".
Une bonne polémique de merde comme seul notre beau pays peut s'en trouver. L'hystérisation autour de ces cas illustre bien l'état de nervosité de nos concitoyens ainsi que l'opportunisme de nos politiques toujours prêts à s'engouffrer dans ce genre de trucs. Quand aux médias, comme d'habitude ils allient incompétence et approximations à merveille ! Le coup de la photo de 2007 (putain quasiment 10 ans) en Turquie est la-men-table.

Et pourtant je n'aime pas l'image de la femme que nous donne ces voiles intégrales, waterproof ou non, mais là franchement on tombe bien bas. :(
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.