145
Commentaires

Brexit : la presse britannique a échoué à combattre les mensonges politiques

Mentir pour mieux sortir ? Après 43 ans d'appartenance, les Britanniques ont voté jeudi, 23 juin, à 51,9% pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Une décision qui pousse le premier ministre David Cameron vers la sortie et met fin à une campagne où les partisans du Brexit ont multiplié les mensonges pour séduire les électeurs. Des 350 millions de livres versés chaque semaine par le Royaume-Uni à l'UE à la courbure des bananes et la taille des cercueils, revue des plus beaux mensonges d'une campagne où la vérité fut vraiment ailleurs.

Derniers commentaires

Il ne vous vient pas à l'esprit que bon nombre de ceux qui ont voté Leave, ont pu se décider indépendamment des arguments mensongers ou racistes ?

Combien, parmi ceux qui ont voté Hollande, ont vraiment cru qu'il allait s'en prendre à la finance ?

Quand on appartient aux 99 % au Royaume Uni (comme ailleurs), on a d'excellentes raisons de ne pas vouloir de cette UE faites pour les 1 %.

Et si le Leave ne recueille que 52 %, c'est parce que la propagande du Remain (tout aussi mensongère) a été plus efficace que celle du Leave.
L'impression de lire Le Point ou l'Express ça pique un peu.
Les mensonges de l'Europe libérale c'est toute l'année.
Le Sinn Fein demande un vote pour la réunification de l'Irlande : bravo !
MERCI pour cet article formidable. Merci ASI, je recherchais cette critique depuis longtemps.

Deux liens que j'ai trouvés incroyable pendant la campagne et après :

http://www.theguardian.com/news/datablog/2016/jun/24/the-areas-and-demographics-where-the-brexit-vote-was-won

https://fullfact.org/europe/

Merci encore
Quand bien même ces votes seraient intégralement irrationnels (de quel point de vue ?)...

On peut très bien voir dans cette irrationalité le symptôme d'un ras-le-bol extrême : lorsque l'on a accumulé une colère pendant des années sans pouvoir l'exprimer, on atteint un point de non-retour où le moindre détail sera prétexte à une colère apparemment injustifiée.
Un divorce est souvent irrationnel sur le papier et pourtant, il suffit qu'il y ait de la tristesse ou de la haine pendant suffisamment longtemps pour que ça devienne rationnel au long terme. Si j'en viens à attribuer tous les maux du monde à un individu, j'ai probablement tort, mais ça ne m'empêche pas d'avoir raison de ne plus le fréquenter. "UE, c'est pas toi, c'est moi..."

La question est de savoir si ce désir de sortir de l'UE est superficiel (auquel cas les mensonges peuvent être problématiques) ou non. Autrement dit, il faut distinguer une décision impulsive, qui dépend d'un état d'esprit passager, d'une décision non-impulsive.

A-t-on éprouvé son désir assez durement, assez concrètement, pour être sûr de sa solidité ?
On peut vouloir sortir de l'UE sans avoir de réponse aux arguments économiques, mais non pas sans les avoir écoutés : j'ai entendu ces arguments, je sais que la catastrophe économique peut arriver, mais je veux toujours sortir de l'UE. C'est cela "éprouver sa décision", c'est la tester en différents contextes.

De manière générale, je ne crois pas qu'il faille prêter trop d'importance et d'influence à une campagne sur un sujet aussi complexe et qui ne saurait faire l'objet d'aucune expertise.
Je voudrais savoir depuis quand il faudrait dire la vérité pour être élu?
Mince, ainsi un référendum ne serait qu'une mascarade au cours de laquelle on demande aux gens de répondre "oui" ou "non" à une question portant sur un sujet complexe qu'ils ne maîtrisent pas ? Et les prétendus débats se borneraient à des échanges d'approximations et de contre-vérités animés par des pseudo-journalistes qui n'y comprennent rien eux non plus ? Merci à la Rédaction pour cette enquête. Heureusement que vous étiez tous sur le pont !

Relativisons tout de même : dans 18 mois on refera un référendum et il y aura cette fois-ci 52 % de "Remain".
Je recommande, dans l'article de Romaric Godin, http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/le-brexit-une-defaite-de-l-ue-telle-qu-elle-est-581866.html, ce passage sur le "projet de la peur", par exemple : "Le seul ressort de cette politique est devenu d'éviter la sortie de la zone euro et de l'UE afin de ne pas « sauter dans l'inconnu ». Cette démarche a été au cœur de la campagne du « Remain » au Royaume-Uni et a été appuyée non seulement par des études économiques, mais aussi par des mises en garde assez délirantes de plusieurs experts sur les conséquences du Brexit pour les abeilles, la fonte des glaces ou la capacité des groupes anglais de donner des concerts à l'étranger."
Quand on ne tient pas ses promesses, on est dans la merde (Hollande), quand on les tient (Cameron) on y est aussi.
C'est la que je regrette d'avoir pris mon abonnement.
136 millions de Livres ! Par semaine ?

Punaise c'est pas cher pour figurer au Guinness des Records, section gogos !

C'est une place enviée par tous les peuple de la terre, qui adorent travailler comme des brutes pour payer des ponctionnaires aussi minables qu'inutiles, bien planqués à Bruxelles !

J'ai un doute soudain : qui paie ces 136.000.000 de £, chaque semaine ? Elles tombent avec la pluie dans ce pays défavorisé par la météo ?

PG
Après un survol de différents éditoriaux nationaux, je vois se dégager une constante : salauds de pauvres. Qui n'est pas nouvelle. Voir comment en France on tape sur les électeurs du FN (dont je ne suis pas, ou alors on m'aurait prévenu). Pauvres dont on refuse de comprendre qu'une de leurs peurs devant l'immigration massive (divine surprise pour les marchands de travail et les employeurs au black) est due au fait qu'elle accélère leur appauvrissement.

Sur ce que va devenir l'Angleterre (enfin, la City) : membre invité de l'Europe. Soit : encore plus d'avantages, encore moins d'inconvénients. Pour le paysan du Devonshire : quéquette. Pour le retraité modeste venu retaper une ruine en France (et maintenir en vie nos villages*) : retour au pays gris et green.

* Non loin d'ici, dans une petite commune de 330 habitants, il y a tous les ans le St George's day : une fête co-organisée par les parents d'élèves et des Anglais retraités (sympa la fête, je vous dis pas). Retraités : il y avait autrefois des familles entières (jusqu'à 15 élèves à la petite école), toutes reparties, merci Blair-Cameron et le chômage de masse en France. Y aura-t-il un St-George's day en 2017 ?
On attend avec impatience un article sur les mensonges des autres.

Pas sûr que les gens s'y trompent tant que ça, les énormités genre courbe de la banane servent juste de sujet de conversation.
Je ne sais pas ce que donne la PAC en Angleterre, mais ici, la mise en place des quotas laitiers s'est faite dans la douleur, et son abolition se fait dans la catastrophe. Bienvenue aux mille et une vaches, et que crèvent des milliers de paysans.
Les petits pêcheurs aussi, semblent en difficulté. Je ne sais ce qu'il en est vraiment, mais quand on voit comme il faut galérer ici pour obtenir que l'on fasse semblant d'interdire les filets dérivants qui saccagent la mer, je comprends que les pêcheurs soient dégoûtés par la réglementation qui fixe un quota ou le nombre de centimètres pour telle ou telle espèce. Même justifié*.

*Plutôt justifié selon moi: dans un contexte moins concurrentiel ça se ferait spontanément.
Au vu du titre "Brexit : la presse britannique a échoué à combattre les mensonges politiques", je m'attendais, après la liste et le démontage des mensonges probrexit, à lire le même exercice côté "Remain" en deuxième partie d'article.

Ben non... Pourquoi ce parti-pris, même si c'est plus confortable? Dans le camp "remain", on n'a pas toujours fait dans la subtilité non plus ! Pour mémoire, une citation de Donald Tusk, président du conseil européen quand même, hein :
"En tant qu'historien, je crains qu'un Brexit puisse marquer non seulement le début de la destruction de l'UE mais aussi de la civilisation occidentale"
http://tempsreel.nouvelobs.com/brexit/20160624.OBS3283/brexit-oui-le-royaume-uni-est-mort-ce-matin.html

Dans le genre puant, c'est pas mal.
Je vous conseille le passage où Monsieur Courage stigmatise, du haut de son confort parisien, le "désir de revanche sociale" et s'essuie les pieds sur le paysan du Devonshire.

Pas de "revanche", Monsieur, juste de respect.

Et ce n'est pas le lampiste du Devon qui dirige les princes qui nous gouvernent mal.
Le comportement d'apprentis sorciers des Cameron-Bobo-Farage pourrait bien déclencher une nouvelle crise économique majeure.

Encore une preuve que les hommes/femmes politiques n'ont aucun pouvoir, sauf celui de nous faire iech.
Et ceux qui ont menti pour la constitution européenne , et qui mentent en donnant l'illusion d'une Europe démocratique, alors que cette Europe là est dirigée par une commission constitué de membres non élus démocratiquement, tous issus des milieux de la finance et qui défendent des intérêts privés.
Ce sont ces menteurs là qui sont responsable du Brexit et de l'échec de l'Europe.
Sans aucun doute les peuples auraient été ravis d'une authentique Europe démocratique et sociale ...
"47 % des britanniques y croient"
Je ne sais combien de français votent fn...
Je lirais cet article qui ne celui qui demonte le Remain sera en ligne.

Il doit être en cours de rédaction vu le nombre de manipulations provenant de ce camp également.
Cela 30 ans que l'union nous ment et nous prends pour des cons, mais ça, les journaleux ne s'en offusquent pas !!!!!
C'est quoi ce délire des journalistes qui ne peuvent pas admettre que mensonges a la con ou pas les gens en ont marre de l'Europe ultra libéral et les Anglais eux ça fait longtemps qu'ils peinent . Et nous en 2005 on a voté NON . C'est ecoeurant, les Anglais sont donc devenus raciste et cons en 1 vote. Donc l'intelligence des peuples c'est quand les journalistes ont compris , on est pas rendu ..
On attend le deuxième article.
Si, si, celui sur les mensonges de l'autre camp.
:D
la presse britannique a échoué à combattre les mensonges politiques
Quel beau titre!
Z'ont vraiment pas de chance, les British.
Chez nous, la presse - toujours- réussit à combattre les mensonges politiques.

Non, en vrai, vous êtes sérieux, quand vous faites un titre comme celui-là?
Sur le cul, je suis.

Ainsi, les hommes politiques et les médias seraient capables de mentir ?
Si j'ai bien lu l'article, son titre est inexact : toute la presse Murdoch, dont la diffusion dépasse singulièrement celle du bulletin bisannuel de l'Ablette Oudonnaise, a menti à donf !

La seule question qui vaille est : combien de sujets de Sa Gracieuse Majesté vont-ils comprendre qu'ils se sont fait enfumer comme des blaireaux ?

Autre question : Farrage, BoBo et la presse Murdoch vont-ils cesser de mentir ?

Là, on connait la réponse : jamais !

De façon générale : un homme politique (ou une femme) qui ne ment pas, c'est aussi rare qu'une chèvre vierge à la Légion Étrangère.

http://misentrop2.canalblog.com/
Les campagnes du pour et du contre se sont jouées sur les peurs.
L'UE n'a plus rien à offrir que de la peur, de rester ou de partir.
C'est regrettable en effet mais les partisans du remain ont aussi raconté beaucoup de mensonges.

En tous cas c'est un grand jour, ce jour où la démocratie a vaincu la dictature ordolibérale !

PUTAIN ILS L'ONT FAIT.

ils ont vaincu Napoléon, ils ont vaincu Hitler et maintenant ils ont vaincu Bruxelles. Quel peuple !

Ils ont brisé tous les empires continentaux.
La position d' ASI ne m'étonne pas. Cette gauche radicale qui a le cœur à gauche mais le portefeuilles bien à droite !
Tous... vous êtes sûr ?

--
Oh, les référendums sur l'UE, pour ce que ça vaut…
"Dictature ordolibérale" dîtes vous. Et bien c'est sans doute ce qu'on appelle avoir le sens de la mesure.
Un régime politique qui essaie de constitutionnaliser une politique économique, qui serait la seule possible, un régime politique où l'on force un pays à voter plusieurs fois jusqu'à ce qu'il vote ce que veulent les élites n'est autre chose qu'une dictature !

il faut appeler un chat un chat !
Il y a déjà une constitutionnalisation d'aspects économiques et le projet de 2005 ne changeait pas grand chose à ça. C'était un traité, une pseudo-constitution qui n'était pas plus contraignante que le reste. La France fait ce qu'elle veut, l'inspecteur Derrick ne va pas débarquer à l'Elysée pour arrêter Hollande si on n'applique pas telle ou telle (mal nommée) directive.

Et n'oublions pas que Sarkozy qui a signé le traité de Lisbonne a été élu sur un programme de droite, libéral.
A un moment, il va falloir aussi se dire qu'une bonne partie des électeurs est constitué de ce qu'on appelait autrefois "bourgeois", avec leur petites actions, leur petit patrimoine, leurs placements financiers etc., et puis du consommateur qui veut des prix bas, du service après-vente, engueule les employés qui le serve mal, trouve normal de "travailler plus pour gagner plus" etc.
Ce n'est pas pour rien qu'on en est à presque 35 ans de politique de libéralisation en France quels que soient les gouvernements et soit les électeurs sont complètement inconscients (ce n'est pas exclu...), soit ils ont bien vu que, par exemple, on privatisait les entreprises publiques. Mais bon, vu que le PIB par habitant était en progression sans doute que les classes moyennes pensaient que ça n'allait pas si mal.

Quelques aspects économiques de la Constitution de la Ve République :

Déclaration universelle de 1789
Art. 17 : La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité.

Préambule de 1946
Chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi.
Tout bien, toute entreprise, dont l’exploitation a ou acquiert les caractères d’un service public national ou d’un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité

Constitution
La loi fixe les règles concernant :
– l’assiette, le taux et les modalités de recouvrement des impositions de toutes natures ; le régime d’émission de la monnaie.
– les nationalisations d’entreprises et les transferts de propriété d’entreprises du secteur public au secteur privé
– du régime de la propriété, des droits réels et des obligations civiles et commerciales ;
– du droit du travail, du droit syndical et de la sécurité sociale.
Bonjour,

La Constitution française n'empêche pas le pays de devenir communiste ou mercantiliste.
Alors que le projet libéral est de remplacer la régulation politique et donc les choix politiques par des règlements, auxquels ils ne serait plus possible de se soustraire. C'est ce qu'entend Juncker quand il dit qu'il ne peut y avoir de vote démocratique contre les traités.

[quote=La France fait ce qu'elle veut, l'inspecteur Derrick ne va pas débarquer à l'Elysée pour arrêter Hollande si on n'applique pas telle ou telle (mal nommée) directive.]

Dans ce cas il faudra que vous m'expliquiez pourquoi la France, état supposé souverain, doit présenter son budget à une commission de personnes non élues, il faudra m'expliquer pourquoi ces personnes non élues sont fondées à donner des recommandations sur les orientations économiques de la France. il faudra m'expliquer pourquoi la France ne peut pas réquisitionner sa Banque centrale pour créer de la monnaie ou mener une politique monétaire favorable à l'emploi et à l'investissement. il faudra m'expliquer

L'Europe a été le paravent de politiques qui ne seraient jamais passées si le débat était resté purement national.
La grande bourgeoisie et les classes moyennes supérieures (enseignants, professeurs, artistes, cadres dirigeants, cadres supérieurs, intellectuels, hauts fonctionnaires) européennes avaient besoin d'éloigner les centres de décisions pour s'extraire de la pression populaire en promettant des lendemains qui chantent.

Le problème de la France contrairement au RU, c'est que les personnes issues des milieux sociaux qui donnent au pays ses gouvernants sont tous pour l'UE qui leur permet de défendre leur intérêt de classe. Au RU une partie de ces gouvernants ont le souci de l'intérêt supérieur de leur nation qui passe avant leur intérêt de classe. Donc l'alternance gauche - droite ne donne rien et les milieux populaires doivent s'orienter vers l'extrême droite dont les organisations n'ont pas été phagocytée par les classes moyennes supérieures qui ont pris possession de l'UMP, PS, PCF et de l'Extrême gauche.
Comme je sens qu'on va avoir droit à la même confusion qu'avec le référendum de 2005 et des gens disant "on a gagné !" pour des raisons inverses, essayons de clarifier les choses :

- la plateforme de campagne du UKIP pour le "leave" n'a pas eu droit aux financements publics, c'est celle de ceux disant "eh, oh, rendez-nous nos sous !" qui les a eu. Plutôt que l'"intérêt supérieur de la nation", on pourrait voir le côté Poujade, le petit capital, retraités et leur cottage, la droite des campagnes et du péri-urbain, d'abord soucieuse de sa situation personnelle et familiale. D'ailleurs, l'Ecosse qui n'est pas moins "nationale" a voté contre et parle de sécession. Au demeurant, Boris Jonhson et Cameron sont du même club, ça a même été immortalisé en photo (Cameron le grand debout, Jonhson assis au premier plan).
- en matière de mentalité "intérêt supérieur de la nation", De Gaulle n'était pas trop mal, et le projet européen est parti de la réconciliation avec l'Allemagne, avec Adenauer. De Gaulle ne voulait pas du Royaume-Uni tant qu'il serait stratégiquement (militairement etc.) trop inféodé aux USA. Son entrée dans l'U.E. a ensuite renforcé les tendances libérales, les libéraux allemands s'associant facilement avec eux par rapport à l'esprit plus "social" français.

Conclusions :
- on peut très bien se féliciter du départ du R.U. pour des raisons de gauche : ça réduit le poids des libéraux dans l'U.E., ça favorise le style plus "social" de la France ;
- on peut aussi voir l'"intérêt supérieur" dans l'U.E. vu qu'une dissolution poserait des questions géostratégiques : vers qui se tourneront les pays de l'Est inquiets face à la Russie ? Quels rapports de force s'établiraient sans l'alliance franco-allemande ?

Sur le fonctionnement de l'U.E. elle-même :

la question de fond me semble de savoir si on veut une logique "organique" de travail en commun, un projet commun de long terme, d'harmonisation plutôt que de concurrence inter-étatique.
Au niveau convergence économique, des Etats associés comme la Norvège ou la Suisse ont adoptée des normes de l'U.E., et sans avoir vraiment leur mot à dire, sans participer aux organes de décision. Si on se la joue "national" ça ne va pas être pareil de négocier avec les USA ou la Chine, on sera plutôt comme la Suisse face à l'U.E.
Et on comprend que la volonté de convergence économique ait impliqué que les uns et les autres discutent des budgets de leurs Etats, que chacun accepte les règles de l'Euro mais ce principe n'implique pas que ce soit pour une politique néo-libérale. Rien n'interdit de faire une Europe plus sociale.

Au demeurant, au niveau "souveraineté", j'avais épluché le projet de constitution de 2005, et je n'y avais rien vu qui entérine une subordination réelle, une hiérarchie des normes (pour parler comme pour la loi travail) où un Etat ne pourrait mener la politique qu'il veut. L'U.E. fonctionne sur une démarche volontaire, le Brexit en étant d'ailleurs la preuve. Il n'y aura pas de chars européens pour empêcher le départ, ce seront plutôt des négociations pour que ça change le moins de choses possibles (British energy appartient à EDF, on pourrait leur couper le courant...) . Si on veut sortir de l'Euro et de l'U.E., eh bien on le fait, mais qu'on sache bien pourquoi on abandonne ces projets et qu'on ait une petite idée du monde d'après.

Donc, si on peut s'accorder sur la main mise de l'U.E. par les classes de la bourgeoisie libérale, ça n'implique nullement que ceux qui veulent en sortir le veuille pour des raisons de souci du prolétariat ou dans un esprit d'"'intérêt supérieur de la nation", ni que vouloir y rester signifie qu'on soutienne une politique néo-libérale ou qu'on oublie les questions de contrôle des peuples sur leurs institutions.

P.S. : Nos physiocrates contemporains croient que l'économie est affaire "scientifique", d'expertise, pas de débat démocratique, ce n'est pas spécifique à l'U.E., mais peut-être faudra-t-il que les peuples n'en soient pas (ou plus) aussi convaincus, qu'ils ne laissent pas en conscience leur destin aux mains des gens "qui savent", les "compétents", les "professionnels" etc., pour que ça change.

ça favorise le style plus "social" de la France ;


il va falloir songer à parler du côté social de la France au passé. Car aujourd'hui que ce soit l'assurance, chômage, le système de retraite ou la sécurité sociale on n'est plus les meilleurs et depuis déjà pas mal de temps.
Pour tout dire, j'hésite encore, je ne sais pas si la majorité des Français a définitivement basculé dans l'idée que l'Etat, le système social etc. sont des charges à réduire, des pertes pour chacun, que le salut est dans l'entreprise et la baisse des impôts ou si domine encore celle que ce sont des biens communs, du bénéfice pour tous, une économie républicaine.

Au passage, un texte intéressant : Service public et néolibéralisme, P. Chambat, 1990.

Intérêt général, cadre juridique de l'économie d'Etat, équipements collectifs, le service public pour servir un projet émancipateur républicain.
Et il voit le passage de la droite française à une vision de libéralisme économique comme réponse idéologique à la concurrence socialiste après que ceux-ci aient gagné en 1981, une manière de se démarquer plus claire qu'avec le gaullisme qui n'avait pas cet esprit.

Faudrait voir aussi quand les "socialistes" sont eux-mêmes clairement passés au libéralisme jusqu'à ce qu'on ne sache plus distinguer entre UMP/LR et PS. En matière électorale, ce n'est pas pour rien que le FN ou autres mettent une composante socialiste à leur programme, c'est un champ abandonné par des gouvernants à la Macron ne rêvant que de voir plein de petits entrepreneurs devenant milliardaires.
l'impôt est vraiment une question centrale, enfin je veux dire les vrais impôts pas les faux
parce que quand on écoute le patronat il considère comme impôt tout un tas de trucs qui n'en sont pas.
1) ils considèrent que la TVA est leur argent
2) ils considèrent que ce qu'ils versent à l'URSAFF va dans les poches de l'état
3) ils considèrent que l'ensemble de ce qu'ils appellent "les charges patronales" va dans les poches de l'état

ils additionnent tout ça et considèrent qu'ils sont étouffés or et je pense que toi tu le sais:
1) la TVA est l'argent des consommateurs, qu'ils collectent pour l'état
2) l'URSAFF est l'argent de leurs salariés que l'état ne fait que collecter
3) "les charges patronales" sont également l'argent des salariés mutualisé que l'état ne fait également que collecter.
Voté.
C'est ton analyse qui mériterait d'être mise en avant, pas une boutade facile
ce n'était pas une boutade
Faab dit : "Nos physiocrates contemporains croient que l'économie est affaire "scientifique", d'expertise, pas de débat démocratique,...".

Je nuancerai en disant qu'ils présentent l'économie comme une affaire de science exacte précisément pour s'exonérer de la contradiction qu'impose le débat démocratique.
Juste pour l'anecdote : le gars au début (après Cameron) et à la fin de cette vidéo de la BBC a voté "Leave" et... il vit en France dans une propriété qui a l'air pas mal du tout.
Si c'est bien son home sweet home, il ne doit pas être du genre prolétaire et il ne m'étonnerait pas que son sens de l'"intérêt supérieur" ne dépasse pas les frontières de son jardin. Mais bon, c'est peut-être juste le jardinier, un pauvre immigré exploité en France, victime d'un dumping social européen...
Ce ne serait pas le premier prédicateur de "faites ce que je dis pas ce que je fais".

Les Anglais huppés vivant en France sont une petite minorité. Tous ceux que je connais (nombreux à cause de mon métier et ma position géographique) sont des gens modestes, plus souvent dans des caisses "fatiguées" qu'en Jaguar. Beaucoup de retraités sont venus en France pour le soleil mais aussi parce que l'immobilier anglais is very expensive. Et ils retapent (mal) des bicoques. Eux aussi sont menacés par le Brexit, je n'en connais aucun qui ont voté Leave.
Fichtre, déjà 43 ans depuis 1993, y a pas à dire le temps se dégrade de plus en plus !

--
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.