43
Commentaires

Biden, la tactique du tactile

Commentaires préférés des abonnés

Je n'avais pas d'avis tranché sur l'écriture inclusive.
Mais, Daniel, en lisant vos articles, elle commence à sérieusement m'horripiler car je considère qu'elle casse le rythme de lecture. Ça en devient pénible.

Cela revêt effectivement une forme de domination par la gestuelle qui est usée jusqu'à la corde par les vieux roublards en politiques. Cf la classique poignée de mains avec bras gauche sur l'avant bras de l'adversaire ou encore la séquence hallucinan(...)

" La caresse est la mère de tous les vices "  ( P.Dac);

Derniers commentaires

Moi il me dégoute. Il fait un peu penser à Clinton.
Et dans cet exemple, c'est un peu comme s'il s'introduisait dans le lit du couple. Beurk !!

Ce qui démolit à mes yeux l'argument de la "domination" (et du "sexisme") c'est que Biden s'il peut être qualifié "d'excessivement tactile", ne semble pas l'être qu'avec des personnes sur lesquelles il exerce un pouvoir, ni qu'avec des femmes. Il y a de très nombreuses images où il câline des supérieurs hiérarchiques ou égaux (Obama particulièrement, Clinton aussi), des électeurs ou électrices, des enfants des deux sexes. 


Et dans tous les cas, pour les personnes revendiquant un large espace vital, son attitude peut mettre mal à l'aise car il va un poil plus loin que les autres politiques. On voit souvent ses mains se balader dans le dos des gens ou les toucher à des endroits inhabituels (cou, visage, taille), il les serre sans maintenir la petite distance protocolaire que d'autres respectent, etc.. Généralement les "victimes" le prennent bien, mais dans quelques cas elles montrent une certaine gène.


En résumé c'est un trait personnel, qui peut venir de son éducation ou autre, sa propre distance de confort semble extrêmement réduite, et il ne semble pas songer que ça puisse mettre des gens mal à l'aise (d'un autre coté dans genre 90% des cas ça ne semble juste pas le cas). Et c'est surtout un trait absolument connu d'une personnalité ayant eu sa longue carrière, qui peut être illustré par des milliers de clichés des années 90 à maintenant.


Après on peut, éventuellement, considérer ça déplacé, et vouloir faire de lui un exemple pour que les politiques, ou les gens en général, ne montrent plus une telle familiarité avec d'autres que leurs proches, ou soient plus à l'écoute des réactions de ceux ou celles qu'ils câlinent, dont l'espace de confort peut être supérieur au leur.


Par contre choisir de le dénoncer à l'aube d'une campagne électorale (pour celles et ceux qui sont sincères) et chez un candidat particulier ça me semble alarmant comme cela montre à quel point la gauche sociétale bien pensante est aisément manipulable par qui joue sur ses cordes sensibles. 

Il est totalement évident que sortir des cartons un trait personnel qui a toujours été toléré jusque là (y compris lorsqu'il a fait campagne par le passé) pour en faire un drame juste alors qu'il semblait avoir de sérieuses chances dans la primaire démocrate*, n'a rien de gratuit dans ce contexte, c'est un coup bas politique. Et se joindre aux voix de ceux et celles qui le dénoncent revient à soutenir ceux qui l'organisent, accepter qu'officines et cabinets noirs puissent utiliser ce genre de trucs, et la naïveté d'un certain public aimant bien s'outrager d'à peu près tout, pour dissuader certaines candidatures, et finalement décider de qui dirigera la première puissance du monde. 


Evidemment pour ce qui est d'@si, site francophone sans influence sur les électeurs américains, c'est sans grande importance que DS joigne sa voix à cette campagne, ou utilise cette situation pour exprimer un point de vue général sur les familiarités excessives que se permettent certains politiques (et avec les femmes en particulier). 


Par contre je trouve quand même triste qu'un site de critique des médias et défendant la gauche sociétale, féministe etc... face à ce qui relève clairement d'une manipulation de celle ci en utilisant la force de frappe de ceux ci, préfère examiner cette histoire par le petit bout "phénomène de société" de la lorgnette que d'aller au delà de l'analyse des ombres projetées sur le mur de la caverne pour réfléchir au soleil politicien qui se cache derrière.


(* Après à titre personnel, espérant comme toute personne de gauche que les démocrates choisissent plutôt Sanders ou Warren, je n'irai pas verser une larme s'il devait renoncer à sa candidature ou perdre cette primaire en raison de ce trait de personnalité gênant, mais vu d'où viennent les attaques et qui les relaie, je pense qu'il serait plutôt temps de s'inquiéter de ce que les mêmes faiseurs d'opinion déploieront peut être demain pour monter le même segment de l'opinion contre eux ; on peut se rappeler de la campagne sur les "Bernie bros" pour nuire à Sanders lors des élections précédentes, par exemple).

" Peut-être, à côté du harcèlement ou de l'agression, faut-il ajouter le comportement inapproprié de protection non désirée.  "


 protection non désirée . Voilà les bons mots .


protection : décidée par qui ? demandée ou subie ? pour le bénéfice de qui ? nécessaire ou fantasmée ? 

en clair :  << si tu veux m'aider, demande-moi de qui j'ai besoin >>


non désirée : si elle est non désirée, n'hésitons pas à dire imposée.

en clair : << je t'ai rien demandé, fous-moi la paix avec ton (au moins ) paternalisme .>>


Et les justifications usant de rapprochements avec des gestes de réconfort, d'humanité ou de cordialité entre pairs sonnent bien faux .

L'introspection de la chute vous honore cher Daniel, et l'article est très intéressant comme toujours. Mais une question me tarabuste depuis un moment, et me revient à la lecture de la phrase "Comment une femme peut-elle remplir une fonction d'autorité ou de représentation, si elle est à la merci de ce genre d'intrusions dans son intimité ?" Si les femmes sont censées accéder aux mêmes fonctions d'autorité que les hommes, pourquoi le feraient elles avec des protections dont eux ne jouissent pas ? D'ailleurs les hommes se "paternalisent" aussi entre eux, même s'ils en abusent bien plus avec les femmes. Le pouvoir, personne ne vous le donne jamais sur un plateau, que vous soyez homme ou femme. Il faut toujours le prendre. Il y a une dimension initiatique. Ce n'est pas parce que les femmes en ont été écartées pendant si longtemps qu'elles doivent s'attendre à ce que les hommes leur épargnent ce qu'ils s'infligent entre eux pour "remplir une fonction d'autorité". Elles sont seulement fondées à revendiquer un accès égal. 

D'accord nous sommes plus faibles. Mais "à la merci", nous le sommes dans un coin sombre, ou dans des situations de lien hiérarchique (très nombreuses, et là oui, c'est grave et très répandu, il y a encore beaucoup à faire). Pas entre hommes et femmes de pouvoir dans ces circonstances publiques. Là rien n'empêche les femmes de manifester qu'un geste est déplacé. Le faire ne leur attire aucun opprobre, ne les écarte pas du pouvoir. Remplir une fonction d'autorité, c'est parfois devoir, comme les hommes, jouer à "je vais te montrer qui c'est Raoul". Il suffit de s'être amusée à serrer la main d'un homme un peu plus brutalement que ce à quoi il s'attendait en vous saluant, pour voir combien c'est facile de désamorcer ses tentations paternalistes. Pas envie de s'abaisser à cela ? mais c'est ça, le pouvoir. C'est un peu con.

Faire la promo d'un bouquin ici, c'est autorisé ?... Non ?... OK, je m'en doutais un peu.

C'est dommage, parce que j'aurais bien parlé de celui de Chesnot et Malbrunot, "Qatar Papers" paru aujourd'hui.

On y apprend comment une ONG qatarienne liée à l'Emir, aide les communautés musulmanes européennes. En France, elle finance d’innombrables projets : mosquées, écoles, associations, etc...

L'enquête des deux journalistes révèle également qu'elle verse 35 000 euros de salaire mensuel à un certain Tariq Ramadan.

J'ai une pensée émue pour tous les braves cons qui ont contribué à gonfler la cagnotte de soutien à leur gourou, pendant sa détention. 90 000 euros avaient été recueillis !

Mais abrégeons. Ce n'est pas le sujet. Le sujet c'est Joe Biden et ses papouilles dérisoires.

Et ce serait faire offense à Frère Tariq de le comparer à cet amateur.



Si vous avez suivi le lien concernant les vidéos c'est encore plus éloquent. 


N'importe quoi que c'est pour apporter son soutien (gorge?) qu'il laisse ses mains 28 secondes sur les épaules de Mme Carter et il lui renifle les cheveux. Et pour les adolescentes avec qui il fait la même chose (vidéo de Jon Stewart) on dit quoi? 


Cette tendance à foutre ses mains sur les femmes ou les jeunes filles qu'il ne connait même pas est "sick" (pardon pour l'anglicisme mais c'est approprié). Il s'agit bel et bien d'user de sa position dominante de par sa fonction. Surtout pendant les protocoles, il est difficile pour les victimes de ces attouchements (groping) de se dégager et on remarque la gêne sur leurs visages.

c'est après ce genre de chronique que les commentaires d'Evemarie me manquent !!!!!!!!!!!!!


;-)

J'ai bien aussi l'impression qu'elle s'en serait passé volontiers de ces mains sur ses épaules, et que probablement il le sait, et le fait tout de même, donc c'est un abus. Maintenant, j'ai une amie qui m'appelle ma cocotte, je déteste, je trouve ça condescendant, je pense qu'en réfléchissant 5 minutes, on sent bien qu'il y a un problème, une dissymétrie dans la relation, affirmée par ces mots, ... abus. Ca me gêne parce que de cette domination, je n'en veux pas. Les relations humaines s'établissent avec ces moyens, à tel ou tel niveau de qualité, il y a souvent tentative de prise de domination, ou affirmation d'une position dominante déjà actée (une autre amie, plus âgée que moi, le fait aussi, et ça ne me gêne pas, car elle ocupe une place maternelle que je lui accorde avec plaisir). Un même geste peut ainsi être vécu très différemment, selon la nature de la relation avec la personne qui le reçoit, le contexte, même si au fond, il a la même signification (domination protectrice, affirmation d'un ascendant).

Ah ces amerloques avec leur hygiène et leur puritanisme ! (CF le shampoins qui n'avait pas été fait ce jour-là). ça ne vaut quand même pas notre Napoléon et son "Ne te lave plus , j'arrive !" à Joséphine ! (il arive d'Italie à cheval, ça donne du temps au temps!!!).

Magistrale phrase de chute, oui, comment en effet.

Tous les hommes (et femmes) politiques sont dans l'accolade avec les hommes, les femmes, les enfants et autres.

Si c'est un "geste de domination" faudrait peut être le dénoncer dans tous les cas, sinon pas. Perso j'y vois surtout un alarmant signe de l'extension de "l'espace de sécurité", cette distance que les gens mettent de plus en plus entre eux, et ne me semble pas reliée à un progrès de la fraternité humaine.


Sinon s'il fallait s'intéresser à Biden, je trouverais plus intéressant de se demander pourquoi, pour la deuxième fois, on cherche à le dissuader d'être candidat. Et quand je dis "on" c'est l'aile droite du parti démocrate dont il fait théoriquement partie (et que tous les late show soutiennent, de même que la gauche sociétale mainstream à pussy hats).


Comme Clinton ne l'est pas cette fois ci. Je pense que ça vient du fait que l'aile droite démocrate s'est trouvée un meilleur candidat, plus susceptible de prendre des voix à la gauche et d'éviter une victoire de Sanders. Peut être le nouveau candidat des médias, Pete Buttigieg, ancien de la tristement célèbre firme de consulting McKinsey devenu une célébrité encore plus soudainement et avec autant de unes que Macron en France. Ou l'autre de la tendance "modérée" du parti démocrate, Beto O'Rourke. 

Hé Joe Biden, faites l'amour pas la guerre ! 


Quoi ? 

Biden ose toucher les épaules des femmes, incroyable !


Perso, je fais pire: j'ose regarder les femmes en entier en gardant mes respectueuses distances.


Et m'en en fous qu'on respire mes cheveux en m'embrassant le front:


Je suis chauve !


Super qu'on se soit bien amusé entre copains et copines bien avant tout ce bazar de frustrés harceleurs pathétiques ! 




" La caresse est la mère de tous les vices "  ( P.Dac);

On peut retourner le compliment et dire que

"Le vice est le père de toutes les caresses"


Parlant de caresser, j'ai souvenir de ceci qui mène au Vegan:

"I began to wonder why we cuddle some animals and put a fork in others." (Henry Spira)      

Poussons la réflexion.


Quand devient-on zoophile ?

En caressant un chat ou en donnant à manger à son poisson rouge ?

Je n'avais pas d'avis tranché sur l'écriture inclusive.
Mais, Daniel, en lisant vos articles, elle commence à sérieusement m'horripiler car je considère qu'elle casse le rythme de lecture. Ça en devient pénible.

Faire ça devant le mari de la dame. En public en plus. Que peut-il lui dire à l'oreille, le coquinou, pour qu'elle sourit ?

Peut-être que le trio avait oublié qu'il n'était pas chez eux ?

Cela revêt effectivement une forme de domination par la gestuelle qui est usée jusqu'à la corde par les vieux roublards en politiques. Cf la classique poignée de mains avec bras gauche sur l'avant bras de l'adversaire ou encore la séquence hallucinante (et drôle) du "je-vous-en-prie-après-vous" entre Barat et Arafat (avec Clinton qui finit par intervenir).
https://www.youtube.com/watch?v=qPf7yFeDuk8


Quand le combat se passe entre deux coq c'est plutôt distrayant quand ce n'est pas ridicule. 

Quand l'un domine l'autre (par le statu, le sexe, le physique, la positions sociale, de hiérarchie etc) et qu'il le signifie par des gestes tactiles de domination, c'est tout de suite beaucoup moins lol.

Oh là là, un bisous sur le front. C'est un peu comme un viol non ? On va finir comme les asiatiques, à se saluer en inclinant la tête et à surtout ne jamais se toucher en public.

Tripoter des filles était donc la norme sociale avant #Metoo ?

Et c'est ce large mouvement de protestation qui a tout changé ?

Eh bien je ne regrette pas d'en avoir profité lorsqu'il était encore temps !

Passionnante chronique. Ces normes dont parle Biden, non seulement ont changé, mais diffèrent subtilement ou drastiquement selon la culture, l'éducation, la famille dont on est issu... Ce ne va pas être simple que de s'accorder sur un plus petit dénominateur commun du tactile admissible. Il nous restera  peut-être le sport pour que nos corps se parlent...

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.