50
Commentaires

Bach to the future, and so what ?

Derniers commentaires

Un nouveau portrait de Mozart découvert ici. On va finir par croire qu'ils avaient tous de '[s]sales[/s] belles gueules'
le plus important pour Bach,

n'est-il pas simplement comment il jouait et/ou
comment il souhaitait que soit joué sa musique?

sa gueule,
on s'en fout.
Au fait ... "So what" tout le monde ici connait ? ou dois-je prendre le risque de passer pour un lourd en rappelant que c'est THE morceau de jazz emblématique d'un album de Miles Davis intitulé "A kind of blue" ?

Je prends le risque et je tape à suivre !

http://www.youtube.com/watch?v=P4TbrgIdm0E
Encore un [large]hors-sujet[/large] (musical) en forme de lien à rajouter à ma liste...

Pour ceux qu'aiment les chats et Janis Joplin.....
http://www.youtube.com/watch?v=lKNq-A-OqNs
Bien choisi, J&J. Je ne supporte pas tellement ce style de musique*, mais là avec le visage du musicien, c'est intéressant. Il est beau Miles Davis, quelle allure. Les deux traits sur son front qui disparaissent comme ils ont surgi, les grosses joues qui se dégonflent, suivies d'un léger mouvement compliqué de quelques petits muscles symétriques, annonçant un petit enchainement de notes en écho, qui éclosent en faisant se raplatir les joues.
Donc voilà, c'est simple les scientifiques : on veut le visage de Jean-Seb en train de jouer, OK et plus vite que ça.

*Je ne suis pas encore assez rassasiée ou immunisée par la musique conventionnelle pour apprécier vraiment la liberté totale et ce désordre de notes, ça m'épuise à écouter. Quand on a une oreille pas très aguerrie, comme j'ai, il faut que j'écoute plusieurs fois une musique, et subitement miracle,je suis en phase, je deviens accro, je m'en saoule, je m'en repaît jusqu'à 'l'immunité" : l'effet magique est fini, snif, je dois chercher ailleurs. Je me suis repassée 100 fois le tout début du concerto (20 secondes environ) pour violon de Mendelssohn, dans le genre. La tête de Jean Seb, elle me dit ça : je suis faché, si c'est permis d'écouter la musique de cette façon, il y a de quoi saper le moral de tous les compositeurs à la ronde d'écouter la musique d'une façon aussi con, même les morts. Hors d'ici poisson, où je fronce encore plus mes sourcils et j'envoie voltiger ma perruque ou la bave qui brille entre mes lèvres dans ta figure, ça suffit à la fin...

Les bustes réalisés par des artistes sculpteurs partent du même principe, du même désir de visualiser, d'approcher l'homme, l'être vivant, le proche de nous-même dans celui qu'on admire. Beaucoup de bustes, nous permettant de coller un visage à un homme fameux, ont été effectués après leur mort, à partir de tableau ou autres et ils ont pourtant figés à jamais l'aspect physique du gars, quand c'est le masque mortuaire c'est le pompon.
On les considère souvent comme des oeuvres d'art, parfois d'importance au delà du personnage représenté.
Jamais de sourire, c'est une règle, mais il y a deux solutions, soit on donne une image idéalisée, pour la postérité (c'est la coutume, voir Henri Salvador), on est plus grand mort que vivant (voir le duc de Guise), soit on lui colle quelques défauts, quelques détails désobligeants dans le physique ou dans l'expression. J'aime les deux, l'idéalisation esthétique, qui élève l'image, qui alimente l'estime qu'on peut avoir pour le genre humain, ou un petit réalisme qui nous projette dans le présent un mort d'il y a des lustres, nous attendrit et nous attache.
Cette tête prétend se mettre hors des catégories habituelles des sculptures représentants des hommes célèbres. Elle l'est effectivement mais pas pour les raisons qu'on croit. Pas parce qu'elle est plus valable scientifiquement, mais parce qu'elle est ratée.

Ce buste dont on a chassé le soucis perfectionniste d'une véritable oeuvre d'art (perruque désolidarisée du crâne et plastique qui brille entre les lèvres entrebaillée) pour éviter l'ambigüité et faire "sciences", je ne sais pas quoi en faire, ça ne fonctionne pas. Comme au musée Grévin où c'est surtout la non ressemblance produite par l'immobilité du visage qui me frappe, je procède pareil avec ce buste et je le renvois à une représentation sans âme, donc fausse, ne représentant pas l'individu. Je fais un rejet.
En plus le travail scientifique de reconstitution, mon oeil, c'est franchement inspiré d'un tableau où il a les paupières tombantes et les sourcils inquiets pareil.
D'accord avec vous Poisson, moi aussi je pensais au Musée Grévin. Et puis je m'en fiche de sa tête, ce qui m'intéresse c'est le génie qui en est sorti, de sa tête et de ses trippes .... (J.S.B. mon musicien préféré)

Pourquoi veut-on tout voir ? Il suffit d'écouter la musique ...... et les gens ..... Ouvrons nos oreilles, notre coeur, et fermons les yeux !!!
Merci Julejim pour ces 8mn22 de pur bonheur. Elles évoquent mes nuits adolescentes rythmées par le zozotement de JeanChristophe AVERTY dans la pinède de Juan. Ouaps quel bond, je crois que Jean Seb aurait aimé......ça n'engage que moi! Anthinéa
"Lui, Bach?", j'avoue, je me suis faite cette refexion, avec un soupcon de désappointement.
Mais ayons un peu les pieds sur terre, pourquoi vouloir croire que seuls des dieux grecques et les filles à la playboy puissent avoir une richesse interieure.. dit comme ca on se dirait, presque!, que finalement c'est sensé qu'il ne soit pas un "beau gosse"; quoique je ne connaisse pas les canons de l'époque !
Bach, Jean-Sébastien (J.S. pour les intimes), je suis sùr qu'il y a 1000 fois plus de gens en France qui connaisse son nom que de gens qui connaisse son œuvre (et encore je suis généreux). Moi-même je ne connais que son nom et je crois sur parole ceux qui me disent qu'il était un des grands génies de l'Histoire de la Musique. Et je le fantasme: "Il était assez grand, les traits fins, il avait le regard noir et profond de ceux qui voit trop bien le monde, le visage pâle d'avoir trop servi son art, et ses cheveux terne était en pagaille (marque des grands génies), ...etc".
Je le fantasme comme je fantasme tous les hommes que j'admire, tous les héros de mon panthéon personnel, des philosophes de l'antiquité jusqu'à Antoine Vitez en passant par les résistants français: Ils sont tous grands, beaux, blancs.
Alors j'avoue qu'en voyant la tête de J.S. je me suis dit: "Waouw! Il peut y avoir du génie dans une caboche comme celle-là?!"
Et là j'ai compris que comme certains idéologues qui permettaient l'esclavage en refusant au noir la capacité d'avoir une âme, je refuse au laid la capacité d'avoir du génie et ainsi je permet les discriminations au quotidien..
Je ne sais pas si j'ai été clair, mais pour résumer ma pensée de manière concise: "tant que l'on fantasmera nos héros comme des êtres physiquement et moralement parfaits et pur, on ne verra pas ce génie qui est près de nous, et pire on ne permettra pas à ce génie potentiel qui est en nous d'exister".
Pour cette raisons je souhaite qu'on "assassine" les icônes et qu'on montre enfin le vrai visage de J.S., la vrai cellulite de Simone de Beauvoir et la vraie couleur de peau du Christ.

Ps: Pire encore que de passer à coté du génie caché derrière une apparence inattendue, attribuer du génie (et donc du pouvoir) à celui qui n'en a que l'apparence.
Ps2: Encore une fois, veuillez excusez les fautes nombreuses et le style maladroit.
M. Abiker,

Merci pour vos chroniques qui sont toujours intéressantes.

Je vous ai vu dernièrement sur une vidéo en train de traiter du cas Cotillard avec Elisabeth Lévy et la journaliste qui a levé le lièvre. Comme beaucoup, vous ne croyez pas à l'hypothèse d'un complot interne. Je me posais juste une question: si demain il était finalement admis que l'histoire des WTC était lié à une arnaque gouvernementale, comment regarderiez-vous, avec le recul, le cas que les médias français font de cette question, et plus largement le ton systématiquement dénigrant qu'ils réservent à toute personne osant s'opposer au consensus qui lui est accordé? D'où vient que vos confrères (et vous-même m'a-t-il semblé au ton que vous avez donné à votre émission) utilisent ce raccourci systématique selon lequel quelqu'un qui doute de la version du gouvernement américain passe pour un paranoïaque, un complotiste, un conspirationniste, voire même, pour les plus virulents défenseurs de la version officielle, des anti-américanistes et antisémites.

J'ai vu les documents, et ils m'ont convaincus, peut-être à tord. Mais ce ne sont plus les tours qui m'inquiètent. Cette histoire en dit très long du fonctionnement des médias, qui semblent n’avoir à opposer aux arguments des "conspirationnistes" que des arguments moraux (pour vous, l'important n'est pas le fait mais l’intention, supposée immorale, de qui en parle).

Ce type de posture me semble fort éloignées d’une démarche journalistique sérieuse. Pire que tout, elle semble fortement promouvoir, consciemment où non, le délit d’opinion.

Cordialement.
C'est surprenant, mais j'ai comme l'impression que d'en vouloir à la futilité, c'est une manière d'être futile ....
[large]Merci Thomas !!!![/large]


pardon David
Heureusement, il nous reste Beethoven
Il ressemble un peu à çuilà aussi:
http://medias.lemonde.fr/mmpub/edt/ill/2007/09/04/h_9_ill_912609_xavierbertrand.jpg


(Merci Thomas Scotto!)
Je n'ai pas encore lu David mais vous avez vu sur d'autres pages, on a les liens directs ! Chouette alors !
En écoutantde la musique ce n'est pas la tête du musicien que je visualise...Ce sont des sensations impalpables..waouh . Cette tête coupée ne me fait ni chaud ni froid.et a un côté photoshopage après ma mort (Simone de Beauvoir)
Cet article me fait penser aux adaptations de romans à l'écran...

On s'imagine des personnages, des lieux à la lecture, et le film nous impose une vision unique...
C'est que, selon Cioran, Dieu doit tout à JS Bach. Si le contraire est vrai, un petit hommage en 3D de notre part ne saurait constituer un crime ou même une faute de goût. Juste un acte de piété.
c'est l'instant qui veut ça, il serait sûrement en couv' de voilà, comme dostoïevski -bourré en revenant du casino- à coté de la photo du caravage la main dans le calbut'd'un jeune ouvrier... c'est triste, oui mais les gens ne savent plus rêver tout seul, veulent du réel, du vrai, aussi scarbeux et vulgaire que ce soit, alors on sourie on dit les pauvres et on oublie ce visage de bach, c'est une projection... et puis, c'est pas bien grâve finalement... l'école apprendra un jour à se passer de la réalité...
je suis d'accord avec abiker, and so what ?
que de futilités en ces temps de transition.
mais que la transition est longue...
c'est sûr, il est pas aussi mimi que le prince Harry ou Jean Sarkozy mais bon c'est pas si grave....
Bach avait un faux air à Cauet?
Ah, non, je préfère savoir, je veux dire connaître ce voloume, ce relief, ces yeux vifs et inquiets, cette tête fatiguée de noceur musicien ou de musicien noceur, donnant finalement de la chair à sa musique sacrée, de la sensualité à ses envolées angéliques, finalement Bach doit se jouer au piano, pas à l'orgue.
C'est comme le crâne de Voltaire enfant. On est curieux, mais on reste sceptiques.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.