98
Commentaires

Au service "pol" de "Libé", un alternant suppléant LFI aux législatives 2022

Peut-on avoir été candidat aux élections législatives de 2022 pour La France insoumise, être journaliste stagiaire ou alternant dans le service politique d'un grand quotidien, et écrire sur LFI, la gauche, la macronie ou la droite ? C'est arrivé chez "Libération" et "Le Monde". "Libération" nous a répondu découvrir l'engagement politique récent de son alternant, tout comme "Le Monde". Il ne traitera plus des "questions politiques à l'avenir" chez "Libé".

Commentaires préférés des abonnés

La vraie information, c'est que ce sont les stagiaires qui rédigent les articles. Si ce sont des stagiaires, je suppose qu'ils sont relus ? S'ils sont relus, je suppose qu'ils sont considérés comme remplissant les obligations déontologiques ? En tout(...)

ouh le vilain méchant gauchiste extrémiste ! heureusement que la police veille et qu'il a été attrapé, ouf ! Libé peut désormais recouvrer toute son intacte et légendaire neutralité

Un journaliste (stagiaire) insoumis dans des médias de milliardaires, ça n’est pas tolérable.

La fausse gôche de Libé veille au grain.

 Macroniste, passe encore, gluckmanien, pourquoi pas, mais Insoumis quelle horreur.


Pour mémoire (source Acrimed (...)

Derniers commentaires

Retournons la question : peut-on être journaliste engagé-e,  nièce, frère, cousin-e, tonton, ami, ancien collaborateur, obligé-e,.... d'un parti au pouvoir et traiter des sujets politiques sur l'action fabuleuse de notre gouvernement, la jeunesse et le talent du nouveau premier ministre, la sortie de l'arc républicain des islamo-gauchistes de la nupes,... et considérer que l'on fait son travail de façon déontologique ???  

On peut mettre cet article d'ASI en regard de celui-ci : https://www.arretsurimages.net/articles/cabinet-dattal-conflit-dinteret-au-monde . Là, c'est des gros poissons, ici du menu fretin. 

Et puis, affaire dans l'affaire, se souvenir que Le Média était le seul à être sur les lieux, et que ses images ont été piquées et détournées pour alimenter Cnews : https://www.lemediatv.fr/emissions/2024/des-deputes-nupes-dorment-avec-des-sdf-retour-sur-une-polemique-dopee-par-cnews-WNRzVwo8QICZJPmdaCN26g
 On n'en parle pas ici ? Dommage.

Sur le forum, il y a quand même une confusion assez importante, entre être engagé, être adhérent d'un parti politique, et être candidat à des élections.


C'est impossible de considérer que c'est la même chose.


Un candidat qui se présente à des élections, nécessairement, il s'inscrit dans une stratégie médiatique pour donner de l'ampleur à sa candidature. En général, il reçoit aussi des consignes (voire même des éléments de langage) de la direction de son parti. Le conflit d'intérêt me paraît totalement évident. C'est pas du tout la même chose que d'être engagé "à gauche" dans un quotidien de "gauche".


Après je ne défend pas l'article qui me paraît un peu bancal, la tonalité est bizarre, et surtout il tape un peu à côté. 


Par exemple dans l'numération suivante :


(...) Morceaux choisis. Les vœux passés du président de la République ? "L'allocution de la Saint-Sylvestre n'a pas toujours été heureuse pour le président jupitérien, ballotté entre l'actualité, ses ambitions «réformatrices» et sa volonté d'apparaître comme le capitaine du bateau France". Les réunions de concertation de la présidence avec les autres partis ? "Le premier round n'avait pas franchement soulevé les foules fin août." On lui doit aussi un certain nombre d'enrichissements de dépêches AFP republiées par Libération, un "top 8 des charges de Rachida Dati contre la macronie", un article sur la liste aux européennes du président de la Fédération nationale des chasseurs Willy Schraen ou un article sur la potentielle union de ce qu'il reste du NPA avec LFI. (...)


Les exemples mis en avant me paraissent insignifiants... à l'exception d'un seul curieusement cité presque en catimini, alors que c'est celui qu'il aurait fallu regarder de plus près.


Le dernier article sur une union entre le NPA et LFI, là on est clairement dans un article qui parle d'enjeux boutiquier de politique politicienne de la gauche de la gauche. Forcément, quand on sait qui a écrit l'article, il prend une signification très différente.


Du coup, je pense que l'article soulève un vrai problème, mais mal présenté et illustré.


Les techno-conservateurs considèrent que la société n'existe pas et qu'il n'y a que des juxtapositions d'individus, que les individus sont étanches au contexte social dans lequel ils évoluent, et pire, que leurs différentes sphères d'activités sont des fenêtres d'applications qu'on peut fermer ou ouvrir sans qu'il n'y ait aucune interaction les unes avec les autres, qu'on peut dissocier son travail de sa vie sociale, de sa vie familiale, etc.


En tant qu'humaniste je récuse totalement cette vision, je considère au contraire que tout est imbriqué, et qu'il est impossible de dissocier ces éléments. C'est pour ça qu'il faut être extrêmement vigilants avec nos propres biais et éviter toutes les situations qui peuvent nous inciter à mélanger les genres. Et s'ils sont inévitables, la transparence et la franchise sont en générale de bons réflexes. 


Je trouve salutaire de le rappeler, même si ça touche des gens contre qui je n'ai rien à priori (au contraire). Après ça aurait été mieux si ça avait été fait de façon plus claire et plus précise, on est d'accords.



Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Eh ben ! Certains commentaires sont impressionnants de pure panique ! Jusqu'à réclamer le renvoi de Loris Guémart. Hallucinant !  

Oh la la ! Une fois n'est pas coutume, ASI se permet de critiquer un ancien candidat LFI parce que, sans le préciser, il se présente comme journaliste ! Même si tout journaliste parle forcément d'un certain point de vue, se présenter à une élection n'est quand même pas un mini-engagement, Loris Guémart est donc tout à fait dans l'esprit affiché d'ASI. Que je sache, ASI critique à juste titre un ancien Gudard projeté à la tête du JDD. Bon ! Un peu d'ouverture d'esprit, merde !

Apparemment la règle déontologique serait d'être d'abord journaliste puis plus officiellement  politique et pas l'inverse, sinon on s'y retrouve plus. Et que dire de la fonction "journaliste politique", ça s'apprend comment ? en mangeant avec, en couchant avec, en réseautant avec ? Z 'avez l'air de savoir,  Loris. Il me tarde moi aussi d'en apprendre plus sur ce sujet.

Souvenir d'il y a 10 ans d'un contact avec les autorités judiciaires Suisses , la Procureur interrompt un interrogatoire a midi  car elle avait une réunion avec les confrères de son parti politique .... étonnement de notre part et elle de nous expliquer que les magistrats doivent s'inscrire dans des courants politiques pour que les postes soient répartis en fonction de quotas.

Nous en France on n'aime pas les quotas, nulle part , restons aveugles a la réalité . 

Nos données publiques sont quasi secret d'état , on ne veut pas connaitre les opinions de journalistes qui doivent etre "objectifs" , donc haro sur les "encartés" et le résultat est là : nous avons la presse la plus "libre" , la plus "objective" la plus "neutre" et surtout la plus diverse du monde.


Vive hypocrisie française..... du coup on se demande , pourquoi tant de "complotisme" sur les réseaux sociaux ?

"Morceaux choisis. Les vœux passés du président de la République ? "L'allocution de la Saint-Sylvestre n'a pas toujours été heureuse pour le président jupitérien, ballotté entre l'actualité, ses ambitions «réformatrices» et sa volonté d'apparaître comme le capitaine du bateau France".  


QUELLE HONTE ! dans "Libération" un journal "de gauche" un tel manque d'objectivité !


Heureusement que ce dangereux radicalisé a fait l'objet par sa mise a l'écart du service politique  d'une évidente discrimination professionnelle en raison de ses convictions politiques.


Vive la "neutralité" et que pas une tete ne dépasse.

il est possible de contester, discuter un article mais pourquoi discréditer et remettre en cause la personne qui l'a écrit ? Je me sens très mal à l'aise avec ces attaques.

Abonné depuis 2011, et je ne comprends pas cet article. Que vient-il faire là ? 

Cet article est ignoble et déshonorant pour ASI qui l'a laissé passer. 


Par dessus le marché, le jeune est stagiaire, c'est à dire sans aucune responsabilité. Il est même sans carte de presse, sous l'autorité d'un tuteur. Il n'est d'ailleurs plus, si l'on comprend à LFI ou n'y occupe aucune position (ce qui serait son droit). 


Qu'en est-il des engagements politiques réels de tous les chiens de garde et petits roquets à tous les échelons de la plupart des médias ? Raphaelle Bacqué - qui exprime son regret de l'avoir eu dans sa rédaction, où elle l'a fait travailler pour rien -  n'a pas de couleur politique ? Ni sa copine Saint Cricq ? Et les propriétaires de journaux, télé, et sites d'info ?


Qui est ce Loïc Guémart ? Quel est son passé, à part ce misérable cv où il est question de "brand content et native advertising" (sic) ? Quelles sont ses accointances ? Que l'on fasse une enquête approfondie sur ce chasseur de sorcières. Et qu'on le vire. Il n'a rien à faire à ASI.

Zutalor, on aurait aimé que Libé assume. 

Fut un temps où Libé assumait être de gauche, je revois Joffrin dans un documentaire ou reportage pendant la campagne de Ségolène Royal disant "on est sensé soutenir la gauche" en faisant une grimace. 

Mais un quotidien s'il peut assumer, (même si ce n'est plus le cas j'ai l'impression pour Libé), être de gauche, ne peut pas assumer avoir recruté un encarté. Question de principe. Sinon on ressemble à l'Huma du temps où tout le monde s'y appelait "camarade", il y a quelques 25 ans en arrière et on se fait traiter de pravda. On n'est pas un quotidien fiable. On est le maitre à penser du lecteur, une duperie, le contraire de l'info qui éclaire.

C'est ainsi, et ce n'est pas Loris Guémart qui est à l'origine du fait que quand un  journaliste est encarté politiquement, on ne peut pas le laisser ignorer du lecteur. 

Que pullulent des journalistes de droite, plus nombreux que les journalistes de gauche, c'est bien dommage, mais ça ne va pas se résoudre en faisant n'importe quoi. 


J'ai juste peur que ce soit deux personnes différentes, mais ça serait une drôle de coïncidence qu'une plume qui défend les députés insoumis, épingle Rachida Dati ne soit pas la même personne que le candidat LFI. 

Un article un peu naze qui se transforme en Bérézina, Paul qui se parachute derrière les lignes ennemies en mode il faut sauver le soldat Loris, avec des vrais morceaux de bravitude dedans. Tension extrême ! Cliffhanger insoutenable ! Je regarde jamais proxy, mais là je suis tenté de me connecter, avec du pop corn et quelques grenades sous la main.

Article lunaire !! 

Bien dans la continuité des articles de Loris Guémart sur le Canard enchainé, Là bas si j’y suis ou du Monde Diplomatique.

Ce pauvre alternant aurait du, dans sa jeunesse, militer au Modem ou plus à droite, ça n’aurait gêné personne, ça s'appelle alors un plan de carrière.

Heureusement il nous reste à ASI « Obsession »

Tiens bon Daniel

Je suis bien trop bête pour me permettre de condamner Loris Guémart pour son article et Paul Aveline qui vient bravement à son secours. 

Je suis bête mais j'ai des a-priori, ça comble mes lacunes.



Mon a-priori commence avec "alternant". 

Si je  comprends bien, un alternant, c'est un salarié embauché pour faire un travail précis mais qui est encore en formation. Ainsi, il peut se former sur le terrain et continuer à bénéficier d'un enseignement "théorique".



Cet a-priori continue, et je l'ai lu dans les contributions ici même, avec le fait que Libération, devait, avant de signer le contrat d'alternance, s'informer un peu sur le candidat embauché. 

Si cela a été fait, c'est Libération que se marche sur les chaussettes mais ce n'est pas une surprise (un scoop, pardon).  Paul Aveline vient à mon secours : « Situation qui serait par ailleurs impossible chez nous par exemple, où le journaliste serait au minimum obligé de se déporter vers d'autres sujets. 

Si cela n'a pas été fait, c'est Libération qui n'a pas respecté la procédure en vigueur pour le recrutement des étudiants en alternance et c'est Libération qui apparaît comme un employeur pas sérieux  mais ce n'est pas une surprise (un scoop, pardon).



J'ai (un peu) lu Libération dans les toutes premières années de son existence. D'abord à cause du nom qui évoquait un journal de la Résistance, ensuite à cause de Sartre et de Maurice Clavel. J'ai lâché tout ça un peu après 1981, va savoir pourquoi.

Donc j'ai un préjugé tout à fait défavorable à Libération.

Donc et sans vouer Loris Guémart aux gémonies, j’ose émettre la critique suivante : C’est sur le comportement de l’employeur Libération qu’il faut porter son attention. 

Il y aurait beaucoup à écrire sur le journal qui sait qu’utiliser un étudiant en alternance coûte moins cher pour remplir des colonnes qu’un journaliste titulaire (j’ai failli écrire embedded) et qui malgré tout le laisse écrire un article sur la France Insoumise.



Juste pour faire image, Libération demanderait-elle (ou il?) à Daniel Schneidermann un article sur Arrêt sur Images ?

Wow !!! Scandale ? Tempête dans un verre d'eau plutôt ... 


Franchement, je ne vois pas l'intérêt d'un tel article. Pour nous apprendre quoi ? Que machin a été encarté à LFI ? Ah ouais, et il est où le problème ? Le faux-derchisme de "LIBÉ" n'est plus à démontrer. Quand je pense qu'ils nous ont fait, durant la campagne présidentielle 2022, une crise de MÉLENCHONite aiguë pour finalement mieux le torpiller après ... Au bout du compte, le plus consternant, ce sont les réponses de Allemagna et Bacqué. 

Bonjour tout le monde,

Cet article fait beaucoup réagir le forum, et c'est normal. Néanmoins, les attaques personnelles contre Loris que je lis ici et là m'étonnent beaucoup et pour tout dire me choquent. Ces forums sont le lieu du débat, parfois animé, parfois très animé, et c'est tant mieux, ils sont là pour ça. J'espérais en revanche qu'ils ne seraient jamais le lieu d'attaques aussi violentes, surtout quand elles touchent à la probité d'un journaliste qui a tant fait (et qui continue tous les jours) pour Arrêt sur images.

Que l'angle du papier vous paraisse discutable, très bien. Mais faut-il rappeler que Loris ne publie rien tout seul dans son coin ? L'article a été validé en amont, puis relu et édité par moi, j'en assume l'entière responsabilité, et je crois que c'est le rôle d'ASI de relever les potentiels conflits d'intérêt, d'où qu'ils viennent, comme nous l'avons toujours fait.

Il y a suffisamment de manières d'exprimer un désaccord (comme certains l'ont fait d'ailleurs sous cet article) sans tomber dans un règlement de comptes aussi violent qu'injuste. Et s'il faut encore vous convaincre que Loris tape tous azimuts (encore un principe fondateur d'ASI), je vous renvoie à sa page auteur. Tout y est.

Bien à vous toutes et tous

PS : Loris reviendra sur cet article dans Proxy demain soir, l'occasion de lui poser toutes vos questions !

Usul dans sa chronique hebdomadaire fait lui aussi la critique de la politisation à gauche de la radio publique : https://www.blast-info.fr/emissions/2024/france-inter-la-radio-des-bobos-de-gauche-cYHJduYJR4WlXBVEronGsQ

Il rappelle en effet le nombre important de macronistes et de sarkosystes macrono-compatibles qui peuplent la radio-télévision publique et tout le monde, dans les médias mainstream, sait que Macron est la GAUCHE.

Un type profil LFI  dans les début des années 70 aurait passé pour un infiltré de droite... dans la réalité, les infiltrés de droite ils les ont eu... jusqu'aux rédacteurs en chef.


Pour le Monde c'est autre chose, c'est un journal qui croit sincèrement  que Raphaëlle Bacqué  est une journaliste.
 

quel est le but de cet article ? j'ai lu les commentaires et je partage beaucoup des interrogations

 "Ni sa candidature ni son passé en politique ne figuraient selon elle ni dans sa lettre de motivation ou son CV envoyé aux ressources humaines du Monde, "sinon nous ne l'aurions tout simplement pas pris en stage et surtout pas au service politique". 


Euh... c'est pas plutôt cette affirmation (cet aveu de partialité éhontée) qui aurait dû faire l'objet d'un article à charge? Après avoir été publiquement "insoumis", on serait définitivement exclu (indigne) du métier de journaliste, et ce serait une juste punition?


Loris Guémart, je suppose que vous vous gardez bien de tout engagement politique officiel, mais qu'en est-il de vos engagements officieux?

Cet article 🤮

J’ai gardé en mémoire le début de lapsus dans l’émission C dans l’air dil y a quelques années proféré par le journaliste du Figaro Yves Thréard : Nous, les pol… puis se reprenant : les journalistes.


les Rédactions de Libération ou du Monde ne feraient-elles pas preuve de pudeur de violettes, d’autant que pour celle de Libé, son ancien directeur, Laurent Joffrin, ne peut pas être qualifié de non engagé politiquement, n’est-ce pas ?

Tout ça me fait penser à un sketch de Desproges :


"il parait que des gauchistes se sont glissés dans la salle ?

"Ni sa candidature ni son passé en politique ne figuraient selon elle ni dans sa lettre de motivation ou son CV envoyé aux ressources humaines du Monde, "sinon nous ne l'aurions tout simplement pas pris en stage et surtout pas au service politique" "


Alors, juste comme rappel pour Raphaëlle Bacqué, présidente de la Société des rédacteurs du Monde : Demander ses opinions ou ses affiliations politiques, syndicales ou religieuses à un candidat pendant son processus d'embauche, c'est illégal, même pour un stagiaire. Et ça serait d'ailleurs absolument scandaleux !


Non mais l'aplomb de ces gens, quoi ! Elle parle carrément d'"une forme de déloyauté de sa part", comme si être stagiaire au Monde interdisait la liberté politique !


Cet article est hallucinant !

Marrant, l'essentiel des journalistes tapent sur LFI pour n'importe quel prétexte, avec la plus grande mauvaise foi. Faut-il rappeler l'épisode des coupes de champagne sur le plateau de TF1 le soir de l'élection de Sarkozy ? Tout ça n'a l'air de déranger personne. Par contre, un journaliste de gauche, il faut le dégager tout de suite !


La neutralité est une illusion. Ca n'existe pas. Le pluralisme, ça, ça peut exister. Mais ce n'est clairement pas le cas aujourd'hui !

Je trouve les articles de ce jeune homme bien plus équilibrés que certains éditoriaux des pontes de Libération ou du Monde écrits par des journalistes qui, s'ils ne sont pas encartés, n'en sont pas moins militants.

Les cibles récurrentes de Loris Guémart me font m'interroger. Ne serait-il pas militant, lui aussi ? Pour élargir : pour être journaliste, faut-il n'avoir aucun passé, être déterminé par rien, vierge de toute influence ? Où trouver de tels phénomènes ? Et pour être journaliste dans un journal qui se dit de gauche, faut-il n'avoir jamais été contaminé par des idées de gauche ?

C'est toujours bien de savoir d'où les personnes publiques parlent, journalistes compris.

Par contre, vu l'histoire du journal, j'aurai plus à tendance à être choqué par l'absence d'engagement militant de la part des autres journalistes de Libé (en particulier au service politique).

Il n'y a rien de honteux d'avoir été encarté dans un parti (enfin ça dépend des partis).


Par contre, quand on voit que Bacqué dit que ce journaliste n'aurait pas été engagé si son passé (honteux) avait été connu, ça explique peut-être pourquoi il a été relativement discret sur le sujet.


Reste que le ton de l'article est assez étrange, on a l'impression que Libé et Le Monde ont embauché un ancien néo-nazi.

Moi aussi, je suis souvent un peu trop rigide en matière de propreté : un seul cheveu sur le sofa m'empêche de voir la forêt dans un documentaire Télé


Alors, je fais ma cure de désintox : je prends des grandes rasades de choses ignobles à voir pour ne pas perdre mon temps à être importuné par un petit bout de papier ou un bout de fil rouge qui traîne

Intolérable !


Heureusement qu'il y a des chiens de garde qui veillent, comme les Salamé, Demorrand, et tout une clique ayant à la fois carte de presse et carte de parking à l'Élysée

Intéressante la position de Raphaëlle Bacqué :


                         Ni sa candidature ni son passé en politique ne figuraient selon elle ni dans sa lettre de motivation ou son CV envoyé aux ressources humaines du Monde, "sinon nous ne l'aurions tout simplement pas pris en stage et surtout pas au service politique". 


Du coup heureusement pour lui qu'il ne l'avait pas mis  dans son CV, sinon il n'aurait pas eu ce stage...

Autant je peux comprendre de ne pas l'affecter au service politique (en même temps ce serait pas le moins neutre des divers services politiques de nos média, c'est pas forcément par les stagiaires qu'il faudrait entamer un éventuel "ménage" ) autant c'est juste du délit de sale gueule de ne pas prendre en stage un candidat pour des antécédents politiques (à moins que l'on considère l'étiquette LFI comme suffisamment infamante pour mériter un bannissement de la prestigieuse rédaction du quotidien vespéral...)



La vraie information, c'est que ce sont les stagiaires qui rédigent les articles. Si ce sont des stagiaires, je suppose qu'ils sont relus ? S'ils sont relus, je suppose qu'ils sont considérés comme remplissant les obligations déontologiques ? En tout cas c'est presque comique de voir le petit monde tomber sur un stagiaire à bras raccourcis, et pendant ce temps, Elkrief, Sotto, Saint Cricq, Barbier etc... n'ont peut-être pas la carte mais donnent le menu.

Du coup, ça veut dire qu'il n'y a pas de journalistes encartés au service politique de Libé ?

C'est rassurant un journal objectif et neutre.

Après, je ne suis pas un intellectuel, du coup je lis des media  subjectifs et partisans. Bizarrement je me sens plus armé.

Cet article vient du Gorafi ? Loris Guémart a enfin quitté Arrêt Sur Images !... Ah non  dommage.


Quand l'envie me vient de me désabonner, c'est toujours après avoir lu un article de Guémart. Heureusement qu'il y a l'équipe autour de lui. Lachez rien et aux prochaines elections, rendez-nous Pauline !

« Jean-Baptiste Eyraud confirme : «C’est le café en face !» Plus exactement de l’autre côté du boulevard. «Le café est à 1,50 euro, on y va souvent» avec d’autres membres de l’associationenchaîne-t-il. »


1 euro 50 le café ? le même prix que dans mon village du sud de la France ?


Sur le site de la Brasserie c'est indiqué 3€50 ... plus proche de ce que j'imaginai.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Un journaliste (stagiaire) insoumis dans des médias de milliardaires, ça n’est pas tolérable.

La fausse gôche de Libé veille au grain.

 Macroniste, passe encore, gluckmanien, pourquoi pas, mais Insoumis quelle horreur.


Pour mémoire (source Acrimed  ) :

«  mars 2018 : Bertrand Delais, journaliste-militant auteur de deux documentaires apologétiques sur Emmanuel Macron, est nommé président de La Chaîne parlementaire (LCP).

 avril 2018 : Sybile Veil, camarade de promotion d’Emmanuel Macron à l’ENA, est nommée présidente de Radio France. »

https://www.acrimed.org/La-macronie-en-marche-pour-mettre-les-medias-au


Sans oublier l’inénarrable B Guetta qui après avoir sévit sur France inter de trop longues années, est élu député européen sur une liste macroniste.


Bon admettons, ce n'est pas normal. Mais l'est-ce moins qu'une chroniqueuse politique de France 2 tante de ministre ? Pour ne citer qu'un seul exemple de conflit d'intérêt journalistique...

Ça en dit long sur l'entre-soi du monde journalistique et du monde politique dans ce pays. Sans compter la primauté du service politique dans la hiérarchie plus ou moins implicite d'une rédaction. À la fin, ça produit ce genre d'imbroglio où on ne sait plus qui est qui, ni qui fait quoi ni pourquoi c'est écrit.

ouh le vilain méchant gauchiste extrémiste ! heureusement que la police veille et qu'il a été attrapé, ouf ! Libé peut désormais recouvrer toute son intacte et légendaire neutralité

qu'est-ce qu'il y a de choquant à cela ? cela permettait-il pas de rétablir un (tout petit) peu la balance, non ?

DÉCOUVRIR NOS FORMULES D'ABONNEMENT SANS ENGAGEMENT

(Conditions générales d'utilisation et de vente)
Pourquoi s'abonner ?
  • Accès illimité à tous nos articles, chroniques et émissions
  • Téléchargement des émissions en MP3 ou MP4
  • Partage d'un contenu à ses proches gratuitement chaque semaine
  • Vote pour choisir les contenus en accès gratuit chaque jeudi
  • Sans engagement
Offre spéciale
3 mois pour 3 € puis 5 € par mois

ou 50 € par an (avec 3 mois offerts la première année)

Sans engagement
Devenir
Asinaute

5 € / mois
ou 50 € / an

Je m'abonne
Asinaute
Généreux

10 € / mois
ou 100 € / an

Je m'abonne
Asinaute
en galère

2 € / mois
ou 22 € / an

Je m'abonne
Abonnement
« cadeau »


50 € / an

J'offre ASI

Professionnels et collectivités, retrouvez vos offres dédiées ici

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.