67
Commentaires

Ariane Chemin : "Le Monde, c'est un journal qui n'a pas d'algorithme"

C'est une journaliste emblématique, dans un média emblématique. Une journaliste tout-terrain, qui peut passer d'une enquête sur la ville de Trappes à un reportage sous les dorures des palais nationaux. C'est une journaliste qui ne laisse pas indifférent, et dont de nombreux articles génèrent des polémiques parfois âpres et venimeuses. Ariane Chemin, grand reporter au Monde, est notre invitée pour un grand entretien.

Commentaires préférés des abonnés

Cette émission vaut le coup rien que pour la dernière minute.
En effet les journalistes ne semblent vraiment pas intéressés de savoir pourquoi un milliardaire a décidé de racheter leur journal. Merci, ça a fait ma journée.


Belle interview, DS tisse sa (...)

Encore une journaliste de droite, comme Bacqué et cie, bref la "social démocratie" française ... et une des raisons pour lesquelles les ventes du monde.fr l'ex journal de référence, baissent.

Vivement la fin de ces chiens de garde, subventions toussa.

(...)

Soit c'est une oie blanche ou une comédienne car sur l'achat du Monde sa réponse n'est pas convaincante.

Elle fait partie du mainstream journalistique mais fait celle qui est à l'écart.

Ce sont donc des mécènes qui s'offrent des journaux. A une autre é(...)

Derniers commentaires

l'anecdote et le rapport souvent venimeux de commentaires de couloirs comme weltanschauung !    En fait Mme Chemin sert la soupe du pouvoir en se drapant dans l'ignorance vertueuse quasi offusquée des mécanismes fondamentaux de la société. Passons notre Chemin.

Etre journaliste au « Monde », c’est sympa ! Assis(e) sur ton siège, face à ton ordinateur, tu tends un bras paresseux pour te saisir d’un téléphone après avoir pris connaissance d’un événement majeur auquel tu n’as pas participé : un enterrement, une soirée d’hôtel, un anniversaire, … Tu fais le tour de quelques témoins, tu picores quelques observations et tu publies  un article documenté non sans avoir ajouté quelques effets de style propres à renforcer ton propos… et hop ! Le tour du grand reporter est joué ! Grand reporter ? Oui, le « j’ai pas lu, j’ai pas vu mais j’ai entendu causer » est élevé à la dignité de vérité révélée sur « le terrain » du quotidien de référence.

Un autre témoin ou un protagoniste de la scène met-il en doute la véracité du récit ? Patatras ! Un instant décontenancée, la journaliste lance une procédure d’évitement d’urgence pour conduire le sceptique sur une voie de traverse (DSK-Tarik Ramadan). En cas de récidive on prolongera la tentative de détournement par un démenti catégorique. L’argument d’autorité ne suffit pas ? Au bout de son fil, la môme Ariane qui a déroulé plus d’une pelote, mobilise « in petto » une ribambelle d’informateurs de l’ombre dont elle taira l’identité par soucis déontologique, on s’en doute, avant de balancer les anonymes comme potentiels indicateurs de police (Trappes) ou complices infiltrés dans la rédaction ennemi (Le Media). Un peu de zizanie dans le camp adverse ne peut pas nuire à la clarté du propos.

Bref, Conseillons à notre journaliste inspirée d’écrire des romans sous le label littérature bien qu’elle ne semble pas apprécier la critique littéraire de connivence et de ne pas oublier de signaler à d’éventuels lecteurs que « toute ressemblance avec des personnages ayant existé… »

Je décroche au bout de 20 min. Pourquoi cette tribune ouverte pour une “star” de la presse, seule invitée, face au “boss”, alors que je m’étais habitué à des plateaux un peu pluralistes ? Je crois que je vais plutôt aller regarder Hors-série : j’ai plus de chance d’y trouver des gens qui n’ont pas déjà micro ouvert partout. A la semaine prochaine, et sans rancune !

Lechypre, Chemin + l'émission sur les écoles de journalistes, les chiens de garde ont suffisamment eu la parole ici et il faudrait peut être passer à autre chose. On est fatigué de les entendre affirmer qu'il n'ont aucun problème avec les milliardaires qui tiennent leurs médias. Ils sont libres,  n'ont jamais rencontré NIel, Drahi et gnagnagna. Mais on le sait ! 

Pourquoi recevraient-ils des ordres puisqu'ils partagent la même vision du monde ?

Il est clair que cette gauche de la Grosse Bonne Conscience est devenue l'ennemie vicieuse de la gauche radicale, c'est-à-dire la gauche réaliste.

Il paraitrait que Mélenchon est passé à 12 mêtres 50 du tombeau de Napoléon.... Vous devriez mener l'enquête au Monde!!! Passionnant!

Ariane Chemin correspond exactement à l'image que renvoie le monde: autocélébration, bourgeoisie intellectuelle qui pense être au-dessus de la mêlée et donc donneuse de leçon. Elle voyait le passage à ASI comme une épreuve; c'est déjà pas mal, ça veut dire qu'elle pressentait le dévoilement forcé de sa pensée technique et si faiblement réflexive.  

Madame  Chemin ne me semble pas du tout authentique, elle entretien de nombreux "mystéres" elle n'est pasz du tout sure d'elle ,pouquoi? De quoi a t elle PEUR,? En derniére minute elle n'est pas crédible en avancant qu'elle ne se doute pas quel intéret a un milliardaire d acquérir Le Monde, est ce une blague? Madame Chemin soyez plus vraie et plus convaincante!!!

Dur dur cette émission. Au bout de 20mn, on y apprend pas grand chose...

Il ne se passe grand chose, juste une "journaliste" qui ne dit pas grand chose...


Si, oh surprise !, elle veut protéger ses amis journalistes qui étaient à l'anniversaire de la communicante de Strass-Kahn...

Je suis méchant, elle a fait un papier sur un de ses gros actionnaires... Et elle n'a pas été censurée...


Elle est marqué "Grand reporter" ? Chez les influents ? Il est vrai que ça peut faire penser à une autre tribu... avec de gros risques...


Bref, Daniel, pourquoi cette interview ? 

Ça fait 2 de suite ou presque après celle avec les 2 représentants des écoles de journalismes pour lesquels la liberté des médias va au mieux....

Les vrais gens qui s'en détournent de plus en plus doivent être trop ignorants pour ne pas les suivre aveuglément.


Quand invites-tu Noam Chomsky (la fabrique du consentement) ou quequ'un de plus accessible ? pour entendre une autre voix...

Quelqu’un dit "c'est pour ce genre d'émission que je me suis abonné". Je ne suis pas du tout de cet avis. Là Schneidermann se fait plaisir en invitant une ancienne collègue. 

Je me suis abonné justement pour la critique de ce genre de médiashpére. Les journalistes, politiques sont une classe qui vit en vase clos, nous nous n'avons pas notre place dans ce monde on ne fait pas partie de l'élite. En fait ils n'ont même pas besoin de nous juste un peu d'argent.

Quand à Ariane Chemin je suis sûr qu'elle peut postuler pour Paris Match; elle s'occupe de tout, fait des articles sur des choses auxquelles elle n'est même pas présente; elle raconte un enterrement sans y être allé, c'est fort elle va sur le net pour avoir des infos. Le comble, elle et sa copine font un bouquin sur la banlieue. Elle raconte la banlieue justement comme un territoire d'une jungle perdue, en immersion comme on dit c'est fou qu'en 2018 on voit des "exploratrices" nous expliquer la banlieue alors que ce ne sont que des bourgeoises bien pensantes.

En fait le but n'est que de faire parler de soi et elle se débrouille bienfaut dire.

Dommage que je paie pour ce genre de spectacle, les belles émissions datent de plusieurs années .

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Une émission qui s'inscrit bien dans ce pourquoi je suis abonné à @rrêt sur images. La possibilité de mieux comprendre de l'intérieur comment ça marche, de pouvoir élaborer mon avis, mes opinions, voire mes engagements. 

Il n'y a aucun intérêt que je sois d'accord ou pas avec les invités sur le plateau. Ce qu'ils vont pouvoir dire, répondre, exprimer face à rédaction ou à Daniel Schneidermann, c'est ce qui permet (entre autres) de forger un avis citoyen. 


Pour moi le monde, le monde diplo, libé, la croix, mediapart... ou @rrêt sur images, ce ne sont pas la Pravda ou l'Osservatore romano. Ni le bulletin de mon parti ni la feuille de ma paroisse... 


Le discours sur  le fait que les journalistes seraient sous influence des propriétaires (qui n'ont pas besoin, de ce fait,  de créer une commission de censure) me paraît une forme de disqualifier les professionnels. Il y a des bons et des mauvais professionnels du journalisme, comme chacun de nous en a rencontré chez les enseignants, les médecins, les cheminots ou les plombiers... Ensuite il y a bien entendu des journalistes qui "épousent" sinon  les ordres tout au moins les exigences voire les orientations idéologiques de ses propriétaires. Je dois avouer que mon souci du pluralisme, est tout de même limité et je ne saurai pas en dire quelque chose de pertinent sur le Figaro ou les Echos autrement ce que "beaucoup de monde -ou presque-" en dit...


Depuis des années que je lis des articles d'Ariane Chemin que je considère une bonne journaliste professionnelle. Elle ne m'a jamais demandé d'être d'accord avec son article et je ne me suis jamais senti obligé de la critiquer soit parce que son article ne correspond pas à ce que je pense ou ce dont j'ai besoin d'entendre. En revanche j'ai eu l'occasion d'apprécier les contenus de beaucoup de ses "papiers". Cette émission est venue plutôt me confirmer certaines de ses limites et la façon dont elle aborde les sujets,  et je trouve là tout l'intérêt de ces échanges. 


En lisant certains commentaires je me demande s'il faut limiter notre champ de lecture ou de consultation des médias pour ne pas être sous l'épée, ou l'influence de Niel, Boloré, Dassault voir de Miller ou de Fotorino!


Il reste, dis mon voisin, le Canard Enchaîné, et son parti pris d'indignation du mercredi... mais au fond tout ceci constitue l'histoire et ce qui fait sens dans la vie politique et culturelle de la France. Étant "métèque", c'est avec tout ça que je me suis construit comme citoyen dans ce pays. Je me demande, devant tant de "certitudes des commissaires politiques" si je peux dire ça!

Cette émission me conforte dans mon idée, je ne me reabonnerai pas . Inviter cette journaliste me paraît inutile...quelle idée??C est vraiment la"chien de garde"par excellence!!il y en a assez. Heureusement il y a le média!!

En Irlande, le OUI en faveur de l'autorisation de l'avortement l'emporterait par 68 % des voix, d'après un sondage à la sortie des urnes. Ce pays ultra-catho sortirait-il enfin du Moyen-Age ?

Oui très bonne émission mais de quoi parle ...  euh, la dame ?

J'ai déjà oublié son nom, ah, Ariane Chemin oui.

De quoi et de qui parle Ariane Chemin ? Et puis toujours un as caché dans la manche. (je sais qui, j'ai une autre source, ...)

Boahf, moi aussi, je sais qui mais ...

 

 Cependant ,je ne vois pas pourquoi l'incendie de la synagogue de Trappes serait un point mineur.

J'ai trouvé cette émission très intéressante .J'ai bien aimé ce point de vue décalé sur l'actualité.

Pour le rachat de la presse par les milliardaires, il y a tout de même le bouquin de Stern, à La Fabrique, qui explique l’intérêt financier à la posséder pour l’ensemble du groupe détenu. Sinon, merci pour cette émission, d’autant qu’effectivement, en ce qui me concerne, je ne rate jamais ou presque les articles de cette journaliste et de sa consœur Raphaëlle Becqué ; c’est à chaque fois un grand moment de lecture.  

je ne trouve aucun intérêt à cette journaliste . Elle ne m'a jamais appris rien de neuf sur le monde 

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Pas très crédible cette interview malgré les efforts déployés. Une si fine connaisseuse de son milieu ne sait pas pourquoi les millionnaires achètent des journaux. Un enquête s'impose ! Non les actionnaires ne l'appellent pas en direct , preuve de sa liberté. A mourir de rire. Il faut lui dire qu'il existe d'autres voies dans toutes les structures hiérarchiques pour imposer une ligne à ne pas franchir (entreprise etc...) la DG est là pour ça et chacun sait de qu'il a a faire. Un peu d'impertinence pour prouver l'indépendance mais pas au delà. Bref pour garder le job ou parce que l'on est acquis compte tenu de ses propres convictions on travaille dans le sens qu'il faut et tant pis pour l'éthique journalistique. Daniel qui la glorifie comme une star du métier contribue à ne pas mettre le couteau dans la plaie.

Cette émission vaut le coup rien que pour la dernière minute.
En effet les journalistes ne semblent vraiment pas intéressés de savoir pourquoi un milliardaire a décidé de racheter leur journal. Merci, ça a fait ma journée.


Belle interview, DS tisse sa toile jusqu'à la toute fin.


Dans l'ensemble j'en retire une impression que Mme Chemin se trouve un peu entre la journaliste et l'écrivaine. Je ne la connais pas donc c'est juste mon impression : celle que tout papier est aussi un bon prétexte à faire un objet littéraire, à considérer les sujets comme des personnages. J'ai l'impression que ses enquêtes sont avant tout un matériel pour raconter une histoire. Donc plus une démarche d'écrivaine.


Plusieurs éléments confortent mon sentiment : 


- "si j'étais invitée je ne raconterais rien" (heureusement que le couple Pinçon-Charlot n'est pas sur cette ligne là)

- "je ne veux pas que les gens sachent ce que je pense"
- le fait qu'elle ne dise pas qu'elle a essayé de contacter quelqu'un et que cette personne refuse de répondre (ça n'apporte rien à son "histoire" mais c'est un élément d'information capital qu'on attend d'un journaliste et qui a énormément joué dans la manière dont on comprend son article sur Le Média !).


et un ou deux autres trucs que je n'ai plus en tête.


Ca ne la disqualifie pas en tant que journaliste mais ça me parait à prendre en compte quand on lit ses articles pour nous permettre, lecteur, citoyen de prendre du recul par rapport à ce qui nous est raconté.


J'ai bien aimé aussi le "on n'a pas d'algorithme au monde". Ca me parait révélateur de ce qu'on constate tous les jours : les journalistes ont du mal à se remettre en question au niveau de leur "neutralité" et sur la pratique de leur métier et leur relation aux citoyens.

Je n'ai pas regardé jusqu'à la fin.  DS lui a-t-il posé la question suivante : Que pensez-vous du DECODEX ?




J'ai trouvé ça intéressant d'écouter Ariane Chemin. Peut-être est-ce l'air du temps, mais le roman commenté des puissants et importants fonde tellement l'opinion publique que ce qui apparait comme du bavadage léger est en fait un éléments majeur qui détermine la perception qu'ont les gens de la société. Il n'est pas exagéré de dire que c'est la capacité d'un politicien à contruire son personnage qui fait son succès dans les urnes. Dans ce cas, il est nécessaire de savoir comment ils pensent. Mais aussi comment sont-ils entre eux, que se disent-ils, qui déteste qui, qui aime qui, etc. Du moins, cela apparait comme une nécessité.


Le bavardage a toujours été une pratique sociale essentielle des sociétés humaines, à tel point que certains anthropologues assimilent cette qualité aux progrès de l’intellect humain durant la pré-histoire de l'homo-sapiens. Les conversations légères n'ont rien d'un épiphénomène insignifiant, c'est le pêché mignon le plus commun, une forme d'éducation sociale. Savoir bavarder est un art, écrire sur les dorures, la psyché du roi et de sa cours en est la pratique. Est-ce à dire que c'est remarquable ?

Pour être honnête, il y a quelque chose de la violence symbolique faite à l'acteur public de déduire de ses péripéties médiatiques une fable psycho-dramatico-sociale. Cela doit donc demander une extrême délicatesse et une précision de couturier. Et ce dont j'ai l'impression, c'est que la description délicate du fait médiatique s'accompagne en creux du jugement de valeur. Comme un petit rire étouffé malpoli. En quelque sorte, l'art du bavardage s'accompagne nécessairement du ragot, son versant dans lequel il est commode de sombrer. 


C'est un art certes, mais un art de pouvoir. D'ailleurs, Ariane Chemin dit que le pouvoir est intéressant. Et c'est vrai, le pouvoir fait son intéressant. Le pouvoir sait se mettre en scène, faire accepter ses normes, sa légitimité. Il sait se servir des autres, se montrer et faire le beau. Ceux qui racontent cela ne sont-ils pas malgré eux des vecteurs de la perpétuation d'un ordre injuste et ignoble dans lequel prospère les dominants ? Sans doute.

 

NB : Sur l’enterrement de François Delapierre, je trouve qu'elle raconte plutôt bien le rite laïc qu'à été la cérémonie. Dans ce cas, pourquoi dire que Mélenchon s'est servi de ça pour régler un compte avec le monde ? Il instrumentalise la mort de son ami par qu'il est vexé qu'on dise qu'il est franc maçon ? Ça me parait complétement ridicule.


A propos de la presse écrite : Un très intéressant tableau (en très grand format) publié dans "le Monde diplomatique" de décembre 2016 sur "qui possède quoi"? ...

Bravo Daniel, décidément j'adore votre style pinailleur quand vous poussez votre interlocuteur dans ses retranchements.

Où Ariane n'a rien à ajouter ! tu m'étonnes !

Quand je pense que cet intrigant de De Carolis vous a extrait de France 5, lui même compromis dans l'affaire Bygmalion.

Pauvre télé publique qui se défait de ses meilleurs éléments, pour ne garder que les plus démagogiques.

La mauvaise foi à toujours gagnée d'avance.

Discussion assez soporifique et il faudrait demander à Ariane Chemin de finir ses phrases, c'est agaçant pour suivre.

Soit c'est une oie blanche ou une comédienne car sur l'achat du Monde sa réponse n'est pas convaincante.

Elle fait partie du mainstream journalistique mais fait celle qui est à l'écart.

Ce sont donc des mécènes qui s'offrent des journaux. A une autre époque on disait qu'ils s'offraient une danseuse.

Allez Ariane danse.

Une très grande journaliste de Paris-Match.


Aaah ?!

On me dit qu'elle n'est pas si grande.

30 minutes...pas plus, aucun intérêt pour la presse-people comme on dit dans ce milieu....

Encore une journaliste de droite, comme Bacqué et cie, bref la "social démocratie" française ... et une des raisons pour lesquelles les ventes du monde.fr l'ex journal de référence, baissent.

Vivement la fin de ces chiens de garde, subventions toussa.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.