30
Commentaires

Après Microsoft, Amazon plébiscité par l'Education nationale ?

Après l’accord signé avec Microsoft en novembre dernier, le ministère de l’Éducation s’acoquine-t-il aujourd’hui avec Amazon ? Depuis le rapprochement du réseau Canopé – éditeur de ressources pédagogiques sous tutelle du ministère – avec le géant de la vente de livres en ligne dans le but de former des enseignants à l’autoédition, les éditeurs et les libraires voient rouge. Mais ils ne sont pas les seuls : les défenseurs des communs de la connaissance regrettent également cette alliance qui écarte les nombreux outils libres.

Derniers commentaires

Pouah ! On va avoir le droit à des pseudo epub ultra verrouillé sur kindle :(
En effet il est très fort, Consensus39 ! Allé, je retourne à mes copies... Les forums c'est pas pour moi !
Je ne sais pas quels enseignants sont concernés par Viaedu ( premier ou second degré ?), mais moi dans le premier degré, je n'en ai jamais entendu parler, n'y suis jamais allée.
Je vais réparer ça de ce clic.
Il n'y a visiblement pas beaucoup d'enseignants qui participent à ce forum. Je n'y vais pas souvent. J'ai tout juste le temps de lire les chroniques très intéressantes de DS, qui me servent beaucoup dans mon travail... d'enseignante. Le métier d'enseignant, quand on le fait bien, et je ne connais que des enseignants qui le font bien (les autres ne m'intéressent pas), laisse peu de temps à la participation à des forums. Même celui d'asi. J'aimerais voir "consensus 39" devant une classe de 30 élèves de lycée pro. Il aura certainement beaucoup de venin à cracher. Je doute qu'il ait assez de ressource pour tenir une année entière.
Consensus 39 n'a visiblement rien compris aux communs. Il est certainement trop rempli de ses certitudes pour s'y intéresser.

Viaedu est assez peu utile. Les groupes de travail ne fonctionnent pas. Ce réseau est surtout un espace de publicité pour des publications Canopé, ou de l'école des lettres ou autre site qui propose des ressources pédagogiques. C'est très difficile de mutualiser des cours. La discussion et l'échange d'idée est bien sûr utile et nécessaire (mais pas avec tout le monde) mais l'échange de cours... enseigner c'est s'adapter à un public, tous les ans et pour toutes les classes. Difficile aussi de s'approprier le cours de quelqu'un d'autre. En général ça ne "marche" pas.

Sur la problématique Amazone et Google. Si j'autoédite mon cours d'éducation morale et civique de 1ère sur le thème "les enjeux moraux et civiques de la société de l'information", dans laquelle j'explique la notion d'identité numérique, les enjeux autour du stockage et du traitement de nos données, le ciblage marketing et la notion de probabilité d'achat que l'usage des cookies impliquent, le droit à l'oubli que Google est contraint d'appliquer en Europe, le droit à l'information indépendante du pouvoir économique, le rôle de la CNIL, etc... Est-ce que je prends un risque ? En tout cas je serais très malhonnête.
Grâce à Microsoft et Amazone on va pourvoir publier des cours numériques (ça change tout !) d'éducation à la citoyenneté :

Chapitre 1 Nul n'est censé ignorer la loi.
Chapitre 2 L'impôt, un geste citoyen.
...
Chapitre 10 Pour aller plus loin...Les grandes figures de la république : Bill Gates, Jeff Bezos...
Travaillant dans un atelier Canopé, je suis placé un peu au centre de tout ça. Formateur au numérique pédagogique, on propose déjà des formations aux livres électroniques, plutôt à usage des élèves d'ailleurs. J'ai un peu l'impression que si la surveillance doit être là, on est plus dans l'anticipation paranoïaque que sur des éléments tangibles. Rien que la position de Canopé dans les éditions pédagogiques, c'est historiquement compliqué par rapport aux éditeurs privés.
Pour Viaéduc, il est possible d'avoir un accès par invitation, même si l'accès sera limité au groupe de travail dans lequel vous êtes invités. Après, je suis tout disposé à faire une démonstration ou expliquer son fonctionnement général. Je fais office d'ambassadeur Viaeduc dans mon département.
Le monde enseignant en France est de plus en plus pathétique, en quoi des partenariats avec des entreprises reconnues pour leur savoir-faire serait une trahison, une compromission ?
Microsoft et Amazon vont permettre aux enseignants les plus engagés dans le numérique de multiplier les projets de qualité avec leurs élèves en leur fournissant les outils pédagogiques nécessaires et des fonds pour mener à terme des projets en lien avec le monde du travail dont l'école a parfois tendance à se détacher avec des sorties culturelles qui ne visent qu'à entretenir les potentats artistiques locaux et les compagnies théâtrales gavées de fonds publics.
Faut-il rappeler le niveau d'endettement de notre pays pour que nos concitoyens et plus précisément les enseignants changent de spectre et adoptent enfin une démarche curriculaire ouverte sur le monde de l'entreprise.
La réforme du collège et l'introduction du socle commun et des compétences vont dans le bon sens, celui d'une école ouverte sur le monde et qui travaille la main dans la main avec le secteur privé pour fournir au marché du travail des individus bien formés, capables d'initiatives,de flexibilité et de réactivité.
Les élèves n'ont que faire de certains enseignements comme la musique, les arts plastiques et autres fariboles.
Le chemin sera rude pour arriver à convaincre cette majorité attachée à ses privilèges, vacances, salaires plus que convenables, pratiques pédagogiques archaïques mais gageons que les corps d'inspection, les recteurs et les chefs d'établissement sauront appliquer toutes ces mesures avec fermeté et multiplieront les accords avec les partenaires extérieurs, Il en va de l'avenir de nos enfants trop longtemps pris en otage par des corporatismes archaïques et des professeurs frileux, sans cesse en grève ou en congé.
Le courage lucide de Consensus 39 réchauffe le cœur. Rentabiliser l'éducation nationale est un objectif nécessaire. Il existe une littérature rentable, qui pourrait aiguiller nos jeunes vers l'Utile plutôt que vers le soi-disant Important. Mieux vaut un garçon-boucher qualifié qu'un doctorant en philosophie ad aeternam.
Si vos paroles sont plus que discutables, juste les "salaires plus que convenables", vous devez êtres à côté de la plaque. Pas de quoi se plaindre vu le statut de fonctionnaire, mais le salaire est plus que mérité, sans même se soucier du niveau de diplôme.
Le problème c'est qu'en informatique, il existe des solutions gratuites de logiciels et que l'éducation nationale ne devrait pas se limiter aux logiciels microsoft "payant" alors qu'il existe un monde de logiciel libres et gratuits.

En gros microsoft nous vend ce qu'on pourrait juste avoir gratuitement.
[quote consensus 39]
Le monde enseignant en France est de plus en plus pathétique, en quoi des partenariats avec des entreprises reconnues pour leur savoir-faire serait une trahison, une compromission ?

Je pense là qu'il s'agit plus des éditeurs et libraires français qui grognent non ?

Microsoft et Amazon vont permettre aux enseignants les plus engagés dans le numérique de multiplier les projets de qualité avec leurs élèves en leur fournissant les outils pédagogiques nécessaires et des fonds pour mener à terme des projets en lien avec le monde du travail

Personne ne remet en cause leur compétences mais l'enjeu c'est de savoir si on fait cela nous même avec des acteurs locaux (français)ou si on accepte d'être juste un client à des entreprises étrangères.

dont l'école a parfois tendance à se détacher avec des sorties culturelles qui ne visent qu'à entretenir les potentats artistiques locaux et les compagnies théâtrales gavées de fonds publics.

En dehors de la critique acerbe du monde de la culture je ne vois pas le rapport avec le sujet traité ici.


La réforme du collège et l'introduction du socle commun et des compétences vont dans le bon sens, celui d'une école ouverte sur le monde et qui travaille la main dans la main avec le secteur privé pour fournir au marché du travail des individus bien formés, capables d'initiatives,de flexibilité et de réactivité.

C'est le discours que tiennent effectivement ses grandes entreprises privées, il faut dire que le marché de l'éducation se chiffre à plusieurs milliards.
Un marché bien juteux basé sur l'investissement affectif des parents auprès de leur rejetons dans l'illusion de leur éviter le chômage de masse par un diplôme magique
.

Mais privatiser le secteur comme toute mesure de privatisation vas encore faire envoler les prix en écartant de nouveau les plus modeste. Une véritable catastrophe à l'échelle d'une nation, un désengagement supplémentaire de l'Etat dans un de ses domaines régaliens.


Le chemin sera rude pour arriver à convaincre cette majorité attachée à ses privilèges, vacances, salaires plus que convenables, pratiques pédagogiques archaïques mais gageons que les corps d'inspection, les recteurs et les chefs d'établissement sauront appliquer toutes ces mesures avec fermeté et multiplieront les accords avec les partenaires extérieurs, Il en va de l'avenir de nos enfants trop longtemps pris en otage par des corporatismes archaïques et des professeurs frileux, sans cesse en grève ou en congé.

Le salaire des enseignements en France est l'un des plus faible de l'Union Européenne. Si vraiment c'était une situation de privilégié on se demande pourquoi ils ont du mal à trouver des remplaçants? Ah oui maintenant il faut un bac plus cinq pour enseigner et les jeunes pas bêtes préfèrent être ingénieur qui est bien mieux payé.
Bienvenue snowki ... la prochaine fois que vous lisez un commentaire de consensus39, vous remarquerez qu'il est capable de fournir une sorte de catalogue de ... des idées reçues ? de la connerie ?
Y'en a même qui disent qu'il fait exprès, et que c'est un jeu.
On peut logiquement supposer que le classement provisoire de Snowki en "utilité publique" est un cadeau de bienvenue !
« des professeurs frileux, sans cesse en grève ou en congé. »


Vous avez oublié les arrêts maladie.
Ben non, c'est compris dans les congés ! ;-)

--
Ah ! D’accord. N’étant pas enseignante, je ne connais pas forcément tous les privilèges des fonctionnaires comme Consensus 39, enseignant assisté rémunéré par mes impôts.
Marrant ya des stats qui montrent que les profs sont moins absents que chez les autres salariés, publiés la semaine dernière il me semble.
Les congés maladie ont été supprimés dans le privé ?
Bien sûr… ;)
un troll ? si oui il est assez grossier :-)
hello tous,
une réponse sur uen facette des problématiques énoncées...
l'école doit-elle fournir des futurs obligés utilisateurs de Microsoft ? Des gens incapables d'utilsier autre chose que ces outils numériques payants et dont on ne peut plus lire les documents au bout de quelques années ?
Si vous pensez que oui, alors le partenariat avec Micro$oft est une initiative fondamentale... Donc il va falloir donner aux établissements les sommes nécessaires chaque année pour avoir la dernière version de Micro$oft Office, qui, elle, est payante... Qui parle d'argent, de trous dans les comptes publics ? Ben justement, cela va en coûter des sous... Mais pas à l'état, aux collectivités locales. Et pas qu'un peu.
Ben oui, les élèves comme les professeurs utilisent l'informatique, et bien souvent de manière bien plus intensive que la majorité de la population. Et donc faut leur payer les logiciels, et renouveller les licences, et chaque année, pardon chaque mois maintenant... Les sommes en jeux sont colossales, et le formatage des jeunes esprist aussi : de futurs utilisateurs des produits d'une seule entreprise...
Il existe de nombreux logiciels qu'excellente qualité, gratuits, modulables, utilisés par de nombreux ministères de l'état françaix et d'autres pays : la solution pour nos écoles, collèges et lycées ! Pourquoi payer ?
Retournons donc la critique : pourquoi le ministère signe-t-il un accord avec ces entreprises dans ces conditions ? Pour se faire financer la formation de ses personnels, gratos ! Là, ok, on gagne des sous, mais on perd en indépendance...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.