30
Commentaires

Après Microsoft, Amazon plébiscité par l'Education nationale ?

Après l’accord signé avec Microsoft en novembre dernier, le ministère de l’Éducation s’acoquine-t-il aujourd’hui avec Amazon ? Depuis le rapprochement du réseau Canopé – éditeur de ressources pédagogiques sous tutelle du ministère – avec le géant de la vente de livres en ligne dans le but de former des enseignants à l’autoédition, les éditeurs et les libraires voient rouge. Mais ils ne sont pas les seuls : les défenseurs des communs de la connaissance regrettent également cette alliance qui écarte les nombreux outils libres.

Derniers commentaires

Pouah ! On va avoir le droit à des pseudo epub ultra verrouillé sur kindle :(
En effet il est très fort, Consensus39 ! Allé, je retourne à mes copies... Les forums c'est pas pour moi !
Je ne sais pas quels enseignants sont concernés par Viaedu ( premier ou second degré ?), mais moi dans le premier degré, je n'en ai jamais entendu parler, n'y suis jamais allée.
Je vais réparer ça de ce clic.
Il n'y a visiblement pas beaucoup d'enseignants qui participent à ce forum. Je n'y vais pas souvent. J'ai tout juste le temps de lire les chroniques très intéressantes de DS, qui me servent beaucoup dans mon travail... d'enseignante. Le métier d'enseignant, quand on le fait bien, et je ne connais que des enseignants qui le font bien (les autres ne m'intéressent pas), laisse peu de temps à la participation à des forums. Même celui d'asi. J'aimerais voir "consensus 39" devant une classe de 30 élèves de lycée pro. Il aura certainement beaucoup de venin à cracher. Je doute qu'il ait assez de ressource pour tenir une année entière.
Consensus 39 n'a visiblement rien compris aux communs. Il est certainement trop rempli de ses certitudes pour s'y intéresser.

Viaedu est assez peu utile. Les groupes de travail ne fonctionnent pas. Ce réseau est surtout un espace de publicité pour des publications Canopé, ou de l'école des lettres ou autre site qui propose des ressources pédagogiques. C'est très difficile de mutualiser des cours. La discussion et l'échange d'idée est bien sûr utile et nécessaire (mais pas avec tout le monde) mais l'échange de cours... enseigner c'est s'adapter à un public, tous les ans et pour toutes les classes. Difficile aussi de s'approprier le cours de quelqu'un d'autre. En général ça ne "marche" pas.

Sur la problématique Amazone et Google. Si j'autoédite mon cours d'éducation morale et civique de 1ère sur le thème "les enjeux moraux et civiques de la société de l'information", dans laquelle j'explique la notion d'identité numérique, les enjeux autour du stockage et du traitement de nos données, le ciblage marketing et la notion de probabilité d'achat que l'usage des cookies impliquent, le droit à l'oubli que Google est contraint d'appliquer en Europe, le droit à l'information indépendante du pouvoir économique, le rôle de la CNIL, etc... Est-ce que je prends un risque ? En tout cas je serais très malhonnête.
Grâce à Microsoft et Amazone on va pourvoir publier des cours numériques (ça change tout !) d'éducation à la citoyenneté :

Chapitre 1 Nul n'est censé ignorer la loi.
Chapitre 2 L'impôt, un geste citoyen.
...
Chapitre 10 Pour aller plus loin...Les grandes figures de la république : Bill Gates, Jeff Bezos...
Travaillant dans un atelier Canopé, je suis placé un peu au centre de tout ça. Formateur au numérique pédagogique, on propose déjà des formations aux livres électroniques, plutôt à usage des élèves d'ailleurs. J'ai un peu l'impression que si la surveillance doit être là, on est plus dans l'anticipation paranoïaque que sur des éléments tangibles. Rien que la position de Canopé dans les éditions pédagogiques, c'est historiquement compliqué par rapport aux éditeurs privés.
Pour Viaéduc, il est possible d'avoir un accès par invitation, même si l'accès sera limité au groupe de travail dans lequel vous êtes invités. Après, je suis tout disposé à faire une démonstration ou expliquer son fonctionnement général. Je fais office d'ambassadeur Viaeduc dans mon département.
Le monde enseignant en France est de plus en plus pathétique, en quoi des partenariats avec des entreprises reconnues pour leur savoir-faire serait une trahison, une compromission ?
Microsoft et Amazon vont permettre aux enseignants les plus engagés dans le numérique de multiplier les projets de qualité avec leurs élèves en leur fournissant les outils pédagogiques nécessaires et des fonds pour mener à terme des projets en lien avec le monde du travail dont l'école a parfois tendance à se détacher avec des sorties culturelles qui ne visent qu'à entretenir les potentats artistiques locaux et les compagnies théâtrales gavées de fonds publics.
Faut-il rappeler le niveau d'endettement de notre pays pour que nos concitoyens et plus précisément les enseignants changent de spectre et adoptent enfin une démarche curriculaire ouverte sur le monde de l'entreprise.
La réforme du collège et l'introduction du socle commun et des compétences vont dans le bon sens, celui d'une école ouverte sur le monde et qui travaille la main dans la main avec le secteur privé pour fournir au marché du travail des individus bien formés, capables d'initiatives,de flexibilité et de réactivité.
Les élèves n'ont que faire de certains enseignements comme la musique, les arts plastiques et autres fariboles.
Le chemin sera rude pour arriver à convaincre cette majorité attachée à ses privilèges, vacances, salaires plus que convenables, pratiques pédagogiques archaïques mais gageons que les corps d'inspection, les recteurs et les chefs d'établissement sauront appliquer toutes ces mesures avec fermeté et multiplieront les accords avec les partenaires extérieurs, Il en va de l'avenir de nos enfants trop longtemps pris en otage par des corporatismes archaïques et des professeurs frileux, sans cesse en grève ou en congé.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.