157
Commentaires

Appel aux représailles contre des recruteurs apparus dans un doc

De l'impact imprévisible d'un documentaire efficace. "La gueule de l'emploi", diffusé sur France 2 jeudi 6 octobre, n'en finit pas de faire réagir. De nombreux articles ont déjà été consacrés à ce documentaire révélant les méthodes d'un cabinet de recrutement. On y voit une dizaine de postulants à un emploi de "conseiller assurance" subir nombre de petites humiliations, et des entretiens musclés, en espérant décrocher un salaire fixe équivalent au SMIC. "La gueule de l'emploi" illustre la violence du monde du travail.

Derniers commentaires

Pour voir le documentaire dans son intégralité :

http://libreire.blog4ever.com/blog/lire-article-340538-3124217-la_gueule_de_l_emploi__documentaire_infrarouge___f.html
Tout est affaire de décor disait Aragon.
Existe-t-il une nature économique de l'Homme? Ou une économie qui change les Hommes?
Voici un article très intéressant sur le génialissime Balzac et sa vision du capitalisme... par Trémarec.

http://lespoir.jimdo.com

Amitiés
"La cible, c' est le système....." Quelle bêtise et quelle couardise dans ce propos qui montre bien le problème rencontré à notre époque : certains journalistes qui osent (c' est déjà pas mal) dénoncer les dérives du "système" se refusent très souvent à mettre un nom, un visage sur des pratiques et des logiques de fonctionnement qui ont pourtant été initiées et pensées par des VRAIS GENS avec des VRAIS NOMS, avec un corps et une âme bien réels.

Un exemple : la crise des subprimes due aux CDS (crédit default swap), combien de journalistes ont mis un nom sur l' invention de ce produit financier? Je n' en connais qu' un seul.... cherchez, car l' inventeur de ce produit est une femme, Blythe Masters, et son "armée" de mathématiciens traders de la JP Morgan. D' ailleurs depuis 2007, elle rachète les matières premières.... à méditer.

Parlez-nous de Huttington (le choc des civilisations), de David Rockefeller ( commission trilatérale), de Brezinski, de la création de la Réserve Fédérale (qui n' est ni une réserve, ni fédérale et qui est en dehors de tout contrôle légal de l' aveu de Alan Greenspan lui-même), du fait que la bourse de Paris a été rachetée par les américains, de Edwards Barneys, le neveu de Freud, qui a inventé le terme de "relations publiques" pour le substituer au terme "propagande", parlez-nous de Rotschild qui a pris le contrôle de la banque d' angleterre au début du 19e grâce à un réseau d' espions plus performant que celui des états, du fait qu' un journal référence comme le "time" fut crée par un membre du cercle très fermé des "skulls and bones" de Yale....etc

Ce qui est pratique avec la dénonciation du "système", c' est qu' on ne dénonce personne, comme si les choses se créaient d' elles-mêmes.

En revanche, mettre en ligne les coordonnées de ces recruteurs qui ne sont que des sous-fifres de leurs maîtres qu' ils ne connaisssent même pas, c' est stupide et indigne, car ce n' est pas eux qui inventent ces méthodes, ils ne sont eux-mêmes que des fusibles tout à fait interchangeables.

Deux citations de Balzac qui devraient orienter le travail des journalistes :

" Derrière chaque fortune il y a un grand crime." Je rajoute qu' il soit moral ou physique.

"Il y a deux histoires : l'histoire officielle, menteuse, puis l'histoire secrète, où sont les véritables causes des
évènements."
Bonjour,
Dans le logo en haut à gauche de l'article, je vous le dis sans détour, vous pouvez désormais ajouter le logo de la SNCF, en plus de ceux de Renault et France Télécom, ou devrais-je dire orange, ce serait plus juste...
Bien à vous Bon week end.
Après avoir vu le film en entier, je trouve l'appel aux représailles encore plus con. C'est bien un système qui est décrit, un système accepté par tous, recruteurs et candidats, également complices.
Le cinema, le documentaire et la réalité,

N'ayant pas vu le documentaire ni suivit le buzz,

une sensation bizarre lors des premières séquences du doc sur @SI, j'avais déjà vu cela...

Il y a six ans, film d'un argentin (Marcelo Pineyro) dont le titre est "el metodo" (il semble que la version francaise existe) décrivant ce processus de recrutement....

Impression étrange... ou quand le cinema est en avance sur son temps...

Le film était troublant, a posteriori il devient saisissant. A voir ou revoir.
http://www.ecrans.fr/Lagueuledelemploi-net-La-rage,13394.html

Ben moi je suis plutôt d'accord
super ce film, passionnant du début à la fin.....
Et voilà comment on en est arrivé à vendre du "médiator" !!!!
humiliés ,concassés, terrorisés,manipulés de bons esclaves pour une entreprise qui ignore le mot éthique...
vous avez dit souffrance morale au travail?
Les données personnelles des recruteurs ont disparu du site....
Quelqu'un aurait un lien où voir le doc..?

Le site http://www.lagueuledelemploi.net/ est déjà kapout ; apparemment l'auteur s'est fait remonter les bretelles par les avocats de Gan...
On n'en est pas encore là.

Et n'en concluez pas que c'est une justification que je donne aux méthodes montrées par le documentaire.
Méthodes que je juge discutables. C'est à dire qu'on peut les discuter sans en faire une
justification pour une résurrection de la lutte des classes qui est très bien là où elle est.
"La cible, c'est le système"

Ahaha cette blague. Le système est constitué d'individu, qui décident de se plier à ce que leur hiérarchie attend d'eux, ou plus simplement qui choisissent une méthode pour arriver à leurs fins. Comme qui dirait, on a toujours le choix. Sans être d'accord avec ce site de délation, je dirais que ces types là ont fait leur choix. Tout comme les managers de France Télécom...
En revoyant le docu, je suis trés étonné par la qualité vidéo des images, par les multiples angles de caméra (champ-contrechamp), qui font parfois penser à des images de film. A combien de caméras simultanées ont-ils tourné ce docu??? bizarre...
PS: soit dit en passant, on voit bien a qui profite le "désengagement de l'état sur des choses essentielles comme la santé, la dépendance, la retraite" (à 13'50 de cette vidéo)
Quand on regarde cette émission, on comprend mieux où les multinationales voulaient en venir en diffusant sur toutes les chaines de télé des programmes où des blaireaux venaient faire une prestation (chanter, faire la cuisine, etc...) avant de se faire démolir par un jury dont les méthodes ne sont pas étrangères à toutes les conneries rabachées dans les livres de management d'inspiration américaine. Ces émissions sont certainement destinées à former l'imaginaire collectif du téléspectateur et à lui faire accepter l'infantilisation et les humiliations comme méthode manageriale. Bienvenue dans le monde du tittytainement...

Quand on voit cette émission, on ne peut s'empêcher d'être effondré devant autant d'injustice et de gachis quand on voit les qualités humaines de certains candidats et le cynisme de l'équipe de recrutement. On ne peur s'empêcher de voir là une sélection darwinienne où le petit tyran de bureau va l'emporter sur l'humaniste, ce qui ne donne pas envie de faire des enfants...

Je ne suis pas d'accord avec les asinautes qui cautionnent ce genre de comportement, et je ne comprends pas qu'en étant passé par le même chemin que ces candidats comme JREM (moi-même, j'ai eu la chance de ne jamais tomber entre les griffes de tels connards), on puisse encore défendre ce type d'agissements... Gageons qu'il s'agit d'une variante du syndrome de Stockholm (je préfère imaginer cette hypothèse à celle selon laquelle JREM aurait été obligé, pour manger, de passer du côté obscur de la force).

Quand Athalouk parle de Sade, cela m'a rappelé d'inquiétantes similitudes entre ce docu et le film le plus dégueulasse de Pasolini (Salo, ou les 120 journées de Sodome), où l'on oblige des jeunes gens à s'entretuer dans une ambiance "bon enfant".

Quant aux esthètes qui se désintéressent complètement de la morale de cette histoire pour se demander si "c'est légal ou pas?", je trouve leur sens des priorités (ainsi que leur sens critique) très altéré. Mais aprés tout, est-ce que toute cette tertiairisation de l'industrie ne servirait pas à cela? à cloisonner les compétences au maximum de façon à faire perdre pied au travailleur lambda et à lui enlever toute vision d'ensemble cohérente?

Le capitalisme est en train de devenir un totalitarisme. Bridons-le tant qu'il est encore temps (s'il est encore temps...)
Apparemment, c'est un documentaire complémentaire à celui réalisé sur Carglass, La mise à mort du travail, dont on avait parlé ici-même. Il y était question d'aliénation dans l'entreprise, on voit ici le début du processus, le terreau malsain sur lequel se dresse tant bien que mal un capitalisme incapable de se nourrir d'autre chose que de lui-même, inquiet de sa survie uniquement, malade de ne pas pouvoir envisager sa mort. Si encore le cynisme qu'il secrète par tous ses pores était intelligent, rendant grâce à sa lointaine origine philosophique... mais non, il n'est que bête et prévisible, vendu au kilo à tous ceux qui s'achètent ainsi un ersatz de lucidité, l'allure est fière mais la cervelle vide...
Pourquoi dites-vous : "dans le genre délation..." ? Ne pensez-vous pas que ces méthodes (qui en rappellent d'autres, suivez mon regard) doivent être mises sur la place publique ? Ne trouvez-vous pas anormal que l'on transforme la vie des "gens" en enfer simplement parce qu'ils ont besoin de bouffer tous les jours, d'avoir un toit sur la tête, d'élever leurs mômes, etc ???

Non, @si nous sert son habituelle et triste leçon de morale déplacée ; vous êtes vraiment, mais vraiment décevants et à côté de la plaque ! permettez-moi de vous le dire. Dans des cas comme ceux qui sont dénoncés dans le documentaire, il est parfaitement inutile et illusoire de vouloir finasser (je suis sûre qu'au GAN on doit trouver moultes chartes du bien-penser et du bien-agir...). Dans ces cas-là, il faut taper fort, il n'y a aucune autre issue avec ces gens-là, mon brave Monsieur !
Ca me rappelle les sites et journaux anglais qui listaient les pédophiles sortis de taule, en donnant leur adresse, tout ça. C'est gerbant, c'est bête, c'est minable, à peu près autant que les méthodes utilisées par ces sous-merdes de recruteurs. Deux solutions pour éviter la barbarie moderne: devenir intelligent et ne pas travailler. Vraiment, c'est l'idéal.
Mais il ne faut pas se tromper de cible. La cible, c'est le système. Il ne faut pas réinverser le processus de harcèlement".

Qu'il dit..!

Mais c'est qui le Système, sinon ceux qui le défendent, le soutiennent et ne profitent!?
Cela fait penser à la fameuse expérience de Milgram :

http://www.dailymotion.com/video/x58czd_soumission-a-l-autorite-experience_news
Bien sur, on peut discuter et dire que les méthodes de ce site sont discutables.

Mais en même temps, il faut bien qu'une force contraire se dresse contre ce système affreux.
Et comme rien ne se passe, et que le système continue de se déployer dans tout son cynisme et sa splendeur, sous l'approbation, ou l'indifférence, des politiques.
Il faut bien attaquer ce système quelque part.

Après, parmi les valets de ce système, qui ont la chance (c'est terrible à dire) de faire partie de ses rouages, il faut peut-être différencier ceux qui font leur boulot sans y mettre trop d'affects de ceux qui prennent un plaisir sadique à dominer une personne qui est pieds et poings liés, de par la nécessité de trouver un travail (et le dénommé Babayou fait peut-être parte de cette dernière catégorie).

.
2 jours d'entretien à 5 personnes pour recruter 2 vendeurs au smic, dont une ne sera pas retenue après la période d'essai...

Comment sont recrutés les recruteurs?!
Bonjour,

Je viens de voir le documentaire, et je suis révoltée, dégoutée.

Le fait que ces recruteurs aient accepté d'être filmés dit la monstruosité : ils n'ont même pas conscience de se comporter de manière ignoble avec des humains comme eux !
Ces personnes intègrent le discours de l'entreprise, à tel point qu'ils ne sont pas gênés d'être filmés. On croit rêver.

L'entreprise est vraiment un espace où on décervèle, formate, (comme dans 1984, il y a la novlangue)

La capacité des recruteurs (internes ou internes) à se comporter de manière ignoble, en toute innocence est incroyable
Un argument de justification employé est : je fais ce que me demande l'entreprise, autrement dit, j' obéïs aux ordres. (un autre argument est : c'est partout pareil, struggle for life, ou tu marches dans la combien ou tu gicles)

La capacité des recrutés à être dociles est terrifiante, et je le dis de manière générale, j'ai beaucoup de respect et d'empathie pour les recrutés du documentaire.

Quel est ce monde de fous ! Certains humilient, et s'en trouvent bien au nom de l'entreprise, d'autres se laissent humilier avec le sourire pour avoir un boulot.

A quand une émission pour déconstruire la logique entreprenariale, le langage managérial qui mène à ça ? A ce que des gens ne se rendent même pas compte qu'ils sont acteurs ou complices de saloperies ?

Bonne soirée (quand même)
Pour avoir eu affaire à une recruteuse qui, se cachant dans son immeuble ultra sécurisé de la défense profitait de la situation pour donner un faux nom, un numéro de téléphone et une adresse email temporaire qui sont désactivés si vous n'êtes pas retenu, je suis assez d'accord avec l'initiative.

Ces gens n'ont aucune humanité, et le leur faire remarquer dans un contexte ou on n'est pas demandeur n'est pas du luxe.

*** Message modéré. Nous vous rappelons que l'incitation à la violence est interdite sur les forums. Merci. ***
Dans le film le pire de la bande des 4 là je crois c'est le Didier Babayou ! Il nous sort de ces perles ca a l'air d'être un pur connard , par exemple quand il parle a ses collègues pendant un pose , des deux candidats qui ont ont osés se barrer ça en dit long sur sa mentalité . Si des gens on du temps a perdre a lui foutre un peu la pression a lui aussi c'est un juste retour de manivelle , enfin c'est pas tres sein tout ça mais ça défoule !
Je suis incapable de réfléchir à "tort ou raison de montrer les adresses personnelles de ces recruteurs": je vois juste que l'extrait de 2mn est complètement insupportable, c'est à la fois glaçant et révoltant, je ne sais même pas comment réagir.

L'an dernier j'avais vu en Angleterre une émission de télé-réalité un peu comme ça: les candidats étaient éliminés de semaine à semaine, le gagnant décrochait un vrai CDI. J'ai oublié le titre.
J'ai vécu ce genre d'expériences, où l'on a le sentiment de tomber dans un sordide guet-apens. En une fraction de seconde, quand ça commence à secouer, par fierté on se dit "oublie ce job mon pépère" et puis on reste pour renverser le processus et s'en donner à coeur joie contre ces fils de pute, ça dure quelques minutes à bien les secouer à notre tour puis on se lève en proférant quelques insultes bien cinglantes, ça fait un bien fou. Je recommande.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Merci beaucoup pour cet article. J'aurais une question à Sébastien Rochat : je me suis beaucoup intéressée à l'impact de ce documentaire, et j'aurais voulu en savoir plus sur les réactions du cabinet de recrutement d'une part, et de Gan d'autre part, suite aux réactions suscitées par le film. Il semblerait qu'ils ne s'y attendaient pas du tout. En savez-vous plus sur le sujet ? Je n'ai pas trouvé de réaction ou de communiqué sur leurs sites.

Merci !
C'est trop facile de se défausser sur "le système" ...qu'ils assument maintenant ! Encore, qu'ils s'estiment heureux, ces pauvres petits, s'ils sont seulement dérangés par le téléphone.

Des salopards.
Le "courageux Baptiste Fluzin" n'a pas publié son adresse et son téléphone à lui pour
qu'on lui dise ce que l'on pense de ses méthodes.

J'ai vu ce documentaire, remarquable, et je n'ai pas trouvé les pratiques plus contestables que
certaines auxquelles j'ai été confronté.
Les postulants sont libres de partir à tout moment (ce que certains font) et même de dire
leurs 4 vérités aux recruteurs, ce que certains font aussi.
Personnellement j'ai trouvé tout le monde courageux (recruteurs comme candidats) de paraître
à l'écran et je trouve lamentable l'initative de ce blogueur irresponsable.
Un petit procès pour violation de la vie privée lui fera le plus grand bien.
Le monde du travail n'est pas facile et les méthodes de recrutement peuvent sembler cruelles
et abusives mais je préfère encore participer à un recrutement de ce genre que d'être éliminé en raison
de ma date de naissance par un numérologue ou un astrologue débile (désolé pour le pléonasme).
Faites dont...candidatez, cela vous occupera et nous dispensera peut être de lire des horreurs pareilles.

"OMG ils ont publié des numéros de téléphone ! c'est pas gentils, ils risquent d'être dérangés...les pôvres, mais qu'ont-ils bien pu faire pour subir un tel traitement, rien qu'humilier ces feignasses de quémandeur de job, c'est normal !"

Vous me faites penser à Herman Cain :

« Cessez d’accuser Wall Street ou les grosses banques, si vous n’avez pas de travail et que vous n’êtes pas riche, c’est de votre faute ! »

Il y aura toujours des individus comme vous pour se ranger systématiquement du côté des forts, des puissants. Et vous osez parler de courage...
J'ai comme l'impression que vous avez du mal à lire les textes mesurés et qui ne vont pas
dans le sens outrageux que vous lisez dans la moindre opinion.
Je précise donc que confronté à un tel recrutement, je me suis barré, refusant par principe
les entretiens collectifs. Et qu'en tant que recruteur je trouve ces méthodes non seulement
cruelles mais contre productives. Mais moins que certaines qui vous éliminent de façon
irrationnelle.
Non, effectivement point de mesure dans mes propos, j'ai tendance à perdre mon sang froid quand je lit dans votre commentaire l'idée "c'est mieux que pire".
@ JREM

On dirait que vous n'avez jamais été chômeur. Que vous n'avez jamais été soumis à la pression de Popaul emploi. Vous me faites marrer avec votre "chacun est libre de se barrer". C'est la même liberté que celle des ultra libéraux : "faut laisser faire le marché". C'est du même ordre que les discours à la Tapie qui disent que chacun a ses chances dans le système concurrentiel. Vous faites dans l'auto-justification piteuse parce que vous aves honte de faire partie de ce camp là.
Vous dites "chacun est libre de se barrer". Et si on vous disait "vous êtes libre de changer de boulot et d'en faire un plus honorable". Liberté, mon cul !, comme dit le chanteur qui dit pas que des conneries.
Domi, je te sens un peu amer, calme toi tu sais bien que ces recruteurs ne sont qu'un maillon de la chaine, ce sont des victimes comme toi, il faut prendre du recul voyons... Ça me fait penser a un détail de l'histoire, les camps d'exterminations. Eh bien les gardes chiourmes n'était que de simples travailleurs effrayés par le chômage et il serait puéril de les accusés d'inhumanité. Quid d'une vendetta sur ces pôôôvres travailleurs sans défense.

Bon j'espère que ma mise en garde t'auras fait prendre conscience de l’innocuité de toutes actes de résistances car l'Etat est là pour nous protéger, ne l'oublie jamais.
[quote=On dirait que vous n'avez jamais été chômeur.]

Si, rassurvez vous, plus souvent qu'à mon tour.
Mais je préfère crever de faim que me laisser emmerder par des recruteurs débiles...
et oui je me serai barré dès que l'on m'aurait demandé de participer à un entretien collectif...
Génial ce modèle de société : tu crèves de faim ou t'es humilié, mais c'est pas grave parce que tu peux choisir ce que tu préfères. Libre on te dit !
Heureusement il n'y a pas que cette alternative...
Pour certains, si !
Premièrement : ça dépend du milieu auquel on appartient et du poste pour lequel on est candidat.
Mais pour certains, si, il n'y a que ces deux choix.

deuxièmement : même quand il y en a d'autres, c'est celui qui harcèle qui a tort.

C'est dingue, sur ce sujet on retrouve les mêmes lignes de partage que quand on parle de viol : y'ne a toujours pour chercher la responsabilité de la victime, dont on se demande toujours si elle ne l'aurait pas un peu cherché et si elle n'aurait pas dû être un peu plus sur ses gardes et réagir un peu mieux ....
Je suis sidérée par ce commentaire et par le fait qu'il soit dans les participations jugées d'utilité publique.

Les justifications qui suivent les réponses à ce commentaire sont dans la série "je me raccroche aux branches et elles pètent toutes les unes après les autres".

Ce n'est pas parce qu'on a été éliminé une fois à cause d'un numérologue ou d'un astrologue - et que l'on ne l'a jamais digéré - qu'on peut se permettre de dire que les autres méthodes d'élimination - en particulier celles montrées dans ce documentaire - ne sont pas plus contestables que celles habituellement utilisées en entretien d'embauche.

Je suis ahurie de lire que l'humiliation n'est pas plus contestable qu'une autre manière de mener ce type d'entretien.

Je suis d'accord que le recours à un numérologue ou un astrologue - je vous signale que vous avez oublié les graphologues - est du grand n'importe quoi et en dit long sur le recruteur final, donc la boîte pour laquelle on postule.

Mais je ne vois pas en quoi l'humiliation est plus rationnelle, et en quoi d'ailleurs, n'importe quel critère de sélection pour un poste est plus rationnel, lorsqu'on sait que même fait par des professionnels du recrutement, ce sont avant tout des êtres humains qui recrutent avec toute la part d'irrationnel que cela comporte.

"Le monde du travail n'est pas facile et les méthodes de recrutement peuvent sembler cruelles et abusives". Vous rigolez ou quoi ? C'est la guerre en permanence et tous les coups sont permis. Et plus on monte dans la hiérarchie plus c'est une lutte à mort et seuls y arrivent ceux qui n'ont aucun état d'âme.

Quant aux méthodes de recrutement, elles sont cruelles et abusives, à commencer par celle qui consiste à ne pas répondre aux courriers ou appels qu'une personne en recherche d'emploi fait.

Quant à essayer de justifier laborieusement ce commentaire par l'affirmation qu'il est mesuré, et par le fait - non vérifiable - que l'on a été des deux cotés de la barrière et qu'un jour on est parti en claquant la porte, est un peu facile.

Même si le départ drapé dans sa dignité est vrai, il n'en reste pas moins que le discours qui est tenu dans votre commentaire non seulement me sidère mais plus grave m'inquiète car c'est l'acceptation tacite et donc la porte ouverte à toutes les dérives que l'on trouve dans le monde du travail, du recrutement au licenciement en passant par le quotidien.

Et que ce commentaire soit placé dans les participations jugées d'utilité publique me fait froid dans le dos, sauf à être la méthode qu'ont trouvé les @sinautes pour le dénoncer sans mettre de commentaire.

Je suis sidérée par ce commentaire et par le fait qu'il soit dans les participations jugées d'utilité publique.


Peut-être que vous vous faisiez des illusions sur la clientèle d'ASI...
Quand vous êtes éliminé par un numérologue, astrologue ou graphologue vous ne le savez même pas.
Quand on a un entretien, même s'il se passe mal ou très mal on a au moins quelqu'un en face de soi.
Les entretiens collectifs sont absolument inadmissibles et devraient être interdits par la loi.
"« Cessez d’accuser Wall Street ou les grosses banques, si vous n’avez pas de travail et que vous n’êtes pas riche, c’est de votre faute ! »

Il y aura toujours des individus comme vous pour se ranger systématiquement du côté des forts, des puissants."



Voté. Bravo.
"Le monde du travail n'est pas facile et les méthodes de recrutement peuvent sembler cruelles"

Ma fille bosse dans une petite boite qui pratique un management rigoureusement inverse à celui vanté par ces nouveaux marquis de Sade.

Eh ben vous allez pas me croire, mais elle bosse comme une dingue et sa boite marche du feu de dieu !

La violation de la vie privée, c'est ce qu'essaient de faire marcher les corbeaux qui volent ua dessus de la fortune de Mamie Zinzin pour ne aps avoir à rendre compte de leurs rapines. A d'autres.
Les recruteurs et les cabinets qui ont de telles pratiques se retrouvent avec les meilleurs
candidats que ne viennent pas ou qui s'en vont, et parmi ceux qui sont embauchés un turn
over effrayant du fait des démissions en cascade. Preuve que les gens n'acceptent
pas n'importe quoi. Ca coute un bras au GAN et c'est bien fait.
J'ai trouvé très intéressant de voir comment l'un des meilleurs candidats était disqualifié
parce qu'il avait osé venir sans cravate ! ...
Tout à fait d'accord...
Honnêtement, au vu des quelques "jeux de rôles" et de l'attitude générale, je pense que celui qui s'est fait remarquer en ne portant pas de cravate, et un des deux candidats qui est parti tout de suite (je ne sais plus le nom, mais le monsieur métis très souriant) auraient été de loin ceux qui avaient le plus de chances de me "vendre" quelque chose.

Ce que montre bien ce documentaire, en fait, c'est que les recruteurs ne cherchent pas des "bons." D'accord, ceux qu'ils ont recruté n'ont pas l'air d'être les pires, mais par rapport aux deux personnes citées ci-dessus, ou même par rapport au 3e candidat retenu pour l'entretien (celui qui fait peur parce qu'il est trop bon et risque de piquer la place du patron), je ne suis pas sûre qu'ils soient meilleurs.

En fait, il semblerait que ce que cherchent les entreprises aujourd'hui, ce sont avant tout des gens conformistes, qui font le dos rond, ne font pas de vagues et acceptent tout sans broncher. Souvent le genre de personne d'ailleurs qui dit plein de mal dans le dos des patrons, mais ferme leur ... devant eux. Qui ne travaillent pas forcément bien, mais sont passés maîtres dans l'art de faire semblant devant la hiérarchie.
Comment s'étonner alors que les choses aillent mal, si on préfère risquer de choisir la médiocrité et l'hypocrisie, plutôt que de prendre des bons qui risquent d'être un peu plus "remuants"?
Si on fuit comme la peste les gens intelligents, indépendants et créatifs, il faut en subir les conséquences.

Ce qui m'a le plus frappée dans le documentaire, c'est le règne de l'apparence. C'est vraiment flagrant quand on voit les candidats en action, devant les recruteurs, et en "off". Je sais qu'ils ont peut-être de bonnes raisons de faire cela, mais c'est incroyable de voir la lucidité que certains candidats ont concernant le cynisme et l'hypocrisie du système, quand ils parlent en off, et de voir leurs réactions face à la commission ("oui c'est mon rêve d'avoir ce poste précaire payé au SMIC!")

En fait, tout est bidon, tout n'est qu'hypocrisie et apparence, et tout le monde le sait.
Les candidats, qui savent que c'est surtout le meilleur acteur qui va décrocher le poste.
Les recruteurs, qui ne sont quand même pas stupides au point de croire que les candidats sont ravis d'avoir fait tout ça pour décrocher un poste au SMIC - mais qui veulent quand même les entendre dire qu'ils sont ravis, c'est important.
Et même le client: franchement, ce truc du costard-cravate-qui-est-une-preuve-de-fiabilité, qui y croit encore? Personnellement, plus le vendeur joue sur l'apparence, plus il est tiré à quatre épingles avec un sourire colgate et un discours stéréotypé, plus je me dis qu'il va chercher à m'entuber (et plus je fuis car ce genre de commercial est tout simplement insupportable en général).
Ce n'est pas du recrutement, c'est un conditionnement pour s'assurer de la maléabilité des postulants...Un rapport de force disproportionné entre des personnes qui ont avant tout besoin de travailler et un cabinet de "recrutement"qui "travaille" pour son client le GAN...S'agissait-il de recruter une personne pour un poste à haute responsabilité? Que nenni,, un poste de commercial payé au smic...

Chacun étant un rouage de la "belle mécanique"à broyer l'humain (l'exploitation de l'homme par l'homme) du système capitaliste, nous sommes pris au piège de nous montrer juges du comportement des uns et des autres...Les "recruteurs" font effectivement "leur boulot"(eux aussi soumis à la contrainte du résultat et peut-être la pression de leur hiérarchie) et les candidats se "prostituent"et seraient prêts à se battre entre eux pour être l'élu...

Nous avons là l'image d'un système inhumain, qui divise, déresponsabilise et fabrique le renoncement et la résignation...

Alors plutôt que de s'en prendre aux rouages, ne serait-il pas le temps de "démonter" la mécanique?
En me relisant, je me rends compte que je passe sous silence, la rage qui m'habite et l'envie de saisir par le col, les "recruteurs" pour les jeter dehors pour qu'ils se mettent à leur tour à la recherche d'un emploi...Serait-ce les traiter humainement?

Changeons le système et nous changerons les hommes...Vaste programme, mais au combien vital...
Ces recruteurs de merde me font penser au type qui rase au bulldozer la cabane de Tom Joad dans Les Raisins de la colère.

Quand Tom lui demande pourquoi l’autre lui répond sans s'énerver que c'est son job et qu'il a une famille à nourrir.

Le monde du travail n'est pas facile et les méthodes de recrutement peuvent sembler cruelles et abusives mais je préfère encore participer à un recrutement de ce genre que d'être éliminé en raison de ma date de naissance par un numérologue ou un astrologue débile (désolé pour le pléonasme).


En gros, ça pourrait être pire. C'est sûr qu'avec des arguments pareils, on ne remet jamais rien en cause.
Souffrez que l'on puisse contester ce que vous avez l'air de considérer comme l'ordre naturel des choses. Et même faire plus que contester, se battre contre.
Êtes-vous recruteur vous-mêmes ? Ou peut-être occupez-vous une position hiérarchique qui vous permet d'humilier le petit personnel. Ça expliquerait peut-être votre solidarité avec les chiens de garde du fameux "système" contre lequel il faudrait se battre mais sans jamais toucher à ceux qui en sont les organisateurs.
J'ai été recruteur et recruté.
Où voyez vous que je ne remets pas ces méthodes en cause.
Je n'ai fait que dire que je préfère ces méthodes où l'on peut dire ce que l'on pense
et se barrer, que les méthodes où l'on n'est même pas convoqué parce que l'on n'a
pas le nom, la couleur, ou la date de naissance qu'il faut.
Fort heureusement : "Tous égaux devant la déshumanisation !"...devriez fonder un parti politique vous !

On a les principes que l'ont peut se permettre.

J'ai été recruteur et recruté.



Que penseriez vous d'imposer la présence d'un représentant syndical au moment du recrutement?
Voyez ce que ça donne dans le monde du livre...
C'est vrai l'humiliation est un bon moyen de savoir ce que les candidats ont dans le ventre.

S'ils veulent VRAIMENT travailler, ils peuvent supporter ca.



Sans rire, l'entretien est parfaitement asymétrique, d'un côté des pachas qui fixent les règles, entrainés, en meute qui n'ont rien à craindre, de l'autre des gens, tout seul, qui galèrent pour faire manger leur famille.
Les recruteurs méritent au bas mot, un poing dans la gueule.
On aura qu'à mettre ca sur le dos de la difficulté bien comprise et PARTAGEE du monde du travail.

Ces gens sont méprisables. Et le GAN qui cautionne cela ne vaut pas mieux.
Je suis entièrement d'accord avec vous, toutefois, est-ce que ça justifie de donner les coordonnées de ces personnes pour être la cible d'appels et sans doute d'injures, on peut compter sur les trolls ? Alors qu'ils se comportent de façon habituelle, comme d'autres, et qu'eux ont accepté de témoigner à visage découvert ?
Et en plus, en restant soi-même anonyme.

C'est le réel sujet de cet article.
Bonjour,
cela ne se voit peut-être pas (l'indentation est faiblement marquée) mais je répondais à JREM plus haut qui ne semble pas choqué par la méthode de recrutement elle même.

Concernant l'article:
1) le titre "appel aux représailles" est comme le signale l'auteur non anonyme du site web sur son compte twitter tout à fait discutable, voire racoleur

2) Quand bien même est ce légitime? Je n'en sais rien, mais instinctivement franchement j'aurais tendance à penser que oui. C'est finalement comme l'a finement remarqué l'auteur du documentaire, rien d'autre qu'une inversion du dispositif. Rien d'autre.

3) Pourquoi expliquer à ces 4 enfoirés que ce sont des enfoirés, alors qu'ils ne sont que l'émanation du système? Pour faire un exemple. Montrer aux enfoirés, que le système est tout pourri parce que l'amicale des enfoirés est puissante, mais que cela n'est pas toujours gratuit. Oui je sais ce que je viens d'écrire est très très mal.

4) Est il légal de divulguer ces informations? N'en déplaise à l'archi-médiatique et pourtant pas très pertinent EOLAS, les données recueillies sont, à ma connaissance, PUBLIQUES. Elles proviennent de sources OUVERTES. Qu'elle différence entre le fait de les mettre sur un site web et le lien vers le résultat d'une recherche de moteur spécialisé type pipl (voire l'inclusion dynamique d'un iframe?)? Le résultat sera absolument identique. Alors?


Finalement ce qui est reproché au site, c'est la juxtaposition de ces informations.
A l'heure ou la structuration automatique de l'information est le graal, ce reproche me parait un peu dépassé.
hum.

"faire un exemple", en pédagogie comme dans le système judiciaire comme dans les luttes sociales, c'est contre-productif : un bouc émissaire, voire un martyre, ça finit par exonérer les autres, tous les autres. Il n'y a pas d'exemple à faire, il y a à résister partout où l'occasion s'en présente. Ça signifie ça, "c'est le système" : le système est partout présent, va pas le chercher sur le buzz, mais dans ta vie quotidienne.

sur le 4), l'idée que la "juxtaposition d'informations" n'est rien de plus que ces information éparpillées me semble fausse : l'information, c'est un construit, quelque chose de plus que ses sources, et c'est un message qui a un but, une fonction. La fonction de délation et d'appel aux représailles n'est pas la plus glorieuse...

La fonction de délation et d'appel aux représailles n'est pas la plus glorieuse...


C'est Arrêt sur images qui fait un titre racoleur. Il n'est pas question d'appel aux représailles mais d'écrire aux recruteurs. Et même de le faire en argumentant, sans s'énerver. Ce qui me semble du pipi de chat à côté de leurs pratiques humiliantes.
[quote=Il n'est pas question d'appel aux représailles mais d'écrire aux recruteurs.]

Pour cela l'adresse professionnelle suffit. Pourquoi mettre l'adresse et le numéro de téléphone privés ?
mouais.... Je ne suis pas un expert en lutte sociale, mais il me semble pourtant que les spécialistes du genre se basent bcp sur des exemple. Les baleines de Greenpeace... Les 400 de la CGT....


Concernant l'information, je vous accorde que la juxtaposition d'éléments informatifs donne du sens, mais vous ne répondez pas complètement à mon point qui portait sur la légalité.

Pourquoi ce site est plus condamnable qu'une réponse structurée automatique tel qu'un site comme pipl peut (ou pourra) la produire? L'objectif affiché de ce site (et de tous ceux qui font la même chose) est de fournir automatiquement, en les juxtaposant toutes les facettes d'un individu. La vidéo postée sur facebook par un copain ( qui a eu la bonté de vous tagguer) de la dernière soirée arrosée et le joli CV très travaillé avec la jolie cravate.
Ceci est tout a fait légal et vous pourri à jamais auprès des enfoirés sus-évoqués..
Alors pourquoi dans un cas ca serait légal et pas dans l'autre?
exact, je sais pas si c'est légal, je disais juste que c'est pas pareil :)
et ces sites qui construisent une information multi source sur les gens, c'est peut-être légal mais c'est plus intrusif :(
« Pourquoi ce site est plus condamnable qu'une réponse structurée automatique tel qu'un site comme pipl peut (ou pourra) la produire?
L'objectif affiché de ce site (et de tous ceux qui font la même chose) est de fournir automatiquement, en les juxtaposant toutes les facettes d'un individu. »

Fournir des « affiches et des flyers à imprimer pour que vous puissiez les déposer dans les zones géographiques où vivent ces personnes »,
c'est fournir gracieusement des éléments qui ressemblent furieusement à des Wanted et autres Reward.

C'est prendre le risque que des individus décident de faire justice eux-mêmes. Il y a quelque chose d'irresponsable dans cet acte.

De plus, quel intérêt de dénoncer cinq personnes (qui se sont déjà dénoncées elles-mêmes dans le documentaire) et non pas toutes ?
Focaliser la responsabilité de ces méthodes de recrutement, de management, de travail sur eux cinq est complètement dérisoire.

Si c'est le « œil pour œil / dent pour dent », à ce jeu-là, on peut fouiller dans le dossier Baptiste Fluzin, le dénoncer pour je ne sais quoi
et le mettre sur la place public à ses risques et périls…
"Faire un exemple" c'est ce qui se passe lorsqu'une autorité supérieure impose sa loi à un inférieur et le fait savoir à tous les inférieurs afin d'exercer sur eux un pouvoir de peur pour qu'ils restent dans le rang.

L'un des slogans de la NRA dit ceci : "la peur doit changer de camp".

Ici on est plus dans une démarche de rééquilibrage de la peur, tu me fais peur, je te fais peur, alors au lieu de jouer au plus fort soyons civilisés. La guerre entre recruteurs et recrutés étant somme toute un cas de figure peu probable.

Seulement, voila, pour rééquilibrer, il faut que les deux parties disposent de moyens. Ce que nos stratèges des années 60 ont intitulé l'équilibre de la terreur. En fait ça revient simplement a se comporter comme un être humain. Dans le temps on avait la loi et un truc oublié des masses qui s'appelle l'usage. L'usage, c'est comment se comporter en société pour ne pas finir dans un duel parce qu'on a offensé quelqu'un en se comportant de manière déplaisante.

Bien sur on pense immédiatement au duel au pistolet ou à l'épée, mais on peut aussi régler ses comptes entre hommes derrière le gymnase. Et comme nous sommes tous éduqués dans la non-violence, personne ne les remet en place. Bien sur, frapper quelqu'un c'est avilissant. De ce fait, nos chers recruteurs n'ont plus en mémoire l'idée qu'on pourrait leur péter une chaise sur le crane, alors ils se permettent d'enfreindre toutes les règles de la vie en société.

La personne renonce à s'imposer physiquement, est privée de moyens verbaux par le contexte, et donc le recruteur s'impose socialement en adoptant un comportement anti-social. Ce qui est paradoxal.

Il importe de rendre au public le moyen de pression qui lui donne l'ascendant sur le recruteur. La réprobation publique. Hier on montrait du doigt dans la rue celui qui n'allait pas à la messe, pourquoi demain ne montrerait-on pas du doigt dans la rue celui qui enfreint toutes les règles sociales ? Pourquoi on n'ajouterait pas son nom à une liste publique des salauds ?

De cette manière chaque recruteur aurait peur d'y figurer car il risquerait de perdre son emploi, ça les rendrait certainement plus sociables.
ben, peut-être parce qu'on aimerait bien ne pas revenir en arrière.

la réprobation morale, c'est le genre de mécanisme, quand on le déclenche, qu'on ne peut pas empêcher de frapper en aveugle. C'est jouer à l'apprenti sorcier. Après, on pourra toujours gerber sur les vieux films qui montrent des soi-disant résistants tondre des prétendues salopes...

tous vos "réprobateurs", là, qui vont se munir de leur plus belle plume ou de leur affichette, feraient peut-être mieux de se demander quand est-ce qu'ils ont accepté de mettre le doigt dans l'engrenage, de participer, d'un côté ou de l'autre, à ce sadisme, à ces abus, à ces humiliations, ou même de les laisser se produire à côté d'eux. Et comment ils auraient pu éviter. Et comment ils vont se donner les moyens d'éviter, la prochaine fois. Et quelles solidarités doivent émerger pour contrer ça.
C'est tout le propos de l'auteur du site, si j'ai bien compris (mais j'ai suivi de loin) : le soufflet retombe toujours. Vous pouvez dire "ils feraient mieux de", mais il se trouve qu'il y a toujours une infime minorité de gens qui font vraiment ce "qu'il vaut mieux faire", et donc que c'est totalement inefficace. Le système survit toujours, sauf s'il y a un véritable sursaut, une crise, une prise de conscience brutale et généralisée. Si on estime que ce n'est pas du tout sur le point d'arriver (ça se discute), il est légitime de se demander que faire de véritablement efficace pour que les choses changent vraiment. La dénonciation (vous dites délation, mais il n'y a pas de but "inavouable ou honteux", ce n'en est donc pas une) a un effet réel. Et effectivement, des dérives. Reste à savoir si, pour faire sauter la forteresse, il vaut mieux "jouer à l'apprenti sorcier" et risquer de faire brûler la maison voisine (sans être sûr d'atteindre vraiment la forteresse), ou bien venir avec un couteau et commencer à gratter le mur.
ok pour le distingo dénonciation/délation, je ne veux pas faire de procès d'intention au créateur du site. Je comprends son désir d'agir, je ne discute que les moyens.

"le système" n'est pas une forteresse, voilà ce que je pense. Il est plein de fragilités, de failles. À nous d'apprendre à mieux les discerner, les exploiter, les élargir. Apprentissage collectif, ça va de soi. Dans ce documentaire, il y a beaucoup à apprendre de ceux qui esquivent le jeu, d'une manière où d'une autre, en partant, en restant soi-même coûte que coûte, en retournant l'agression sur l'agresseur...

Voilà, tiens, un site sur "comment j'ai refusé le système", où on mette en commun toutes nos tactiques, et où on puisse se préparer à déjouer le sadisme et l'abus de pouvoir...

en politique comme en jardinage, je ne crois pas trop à l'effet roundup, sur la durée :)

La réprobation publique. Hier on montrait du doigt dans la rue celui qui n'allait pas à la messe, pourquoi demain ne montrerait-on pas du doigt dans la rue celui qui enfreint toutes les règles sociales ? Pourquoi on n'ajouterait pas son nom à une liste publique des salauds ?

De cette manière chaque recruteur aurait peur d'y figurer car il risquerait de perdre son emploi, ça les rendrait certainement plus sociables.


"la liste publique des salauds", ça donne des trucs dans ce genre:
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/10/15/diffusion-de-persepolis-en-tunisie-la-maison-du-pdg-de-nessma-tv-attaquee_1588212_3212.html
Il n'y a que deux attitudes possibles, celle de celui qui pense que la justice fait son travail ou celle de celui qui ne le pense pas.

Moi il y a trop longtemps que je pense qu'elle ne le fait pas pour me cantonner aux seules solutions légalistes.

Dès lors j'articule ma pensée différemment de la seule application de la loi et j'opte pour un comportement mixte entre le légal et le civil qui est appliqué directement par le peuple.

Si dans l'affaire du délit de fuite, Jean Sarkozy avait risqué de payer et de se faire péter la gueule, il aurait payé. Et justice aurait été faite. A la place on a tous subi l'humiliation d'une parodie de justice rendue en notre nom. Nous tous, collectivement avons subi cet affront et vous aussi, Cécile Clozel, avez vu votre honneur trainé dans la boue par cet arrogant.
Et personne ne réagit.
Dans l'affaire EADS, si Noël Forgeard avait risqué de voir sa maison incendiée, il aurait surement évité de détruire délibérément des centaines d'emplois pour son profit personnel. Pourquoi a-t-il plombé Airbus ? Parce qu'il ne risquait rien.

Lorsqu'on aucune responsabilité ne peut vous être reconnue de vos actes, vous agissez de manière complètement irresponsable. C'est mathématique.

Alors vous me direz, on n'est pas obligé de péter le nez de Jean Sarkozy ou de bruler la maison de Noël Forgeard. OK, obligez les a prendre leurs responsabilités.
Donc, Guéant a eu raison de faire fermer Cop Watch.
Cachons donc ce qui gêne sous le tapis, et surtout, ne soyons responsables de rien.
Les recruteurs ne sont pas "responsables", les flics racistes ou carrément nazis non plus.

Quand les recruteurs se retrouvent le nez dans leur caca, peut-être cela les fera t-il réfléchir ?
"je préfère encore participer à un recrutement de ce genre que d'être éliminé en raison
de ma date de naissance par un numérologue ou un astrologue débile":
JREM

Mais personne ne vous demande de choisir entre la peste et le choléra, alors pourquoi vous le faites spontanément ?
A agir ainsi, vous vous retrouvez à soutenir implicitement cette pratique pourtant inacceptable. Un comble.

Enfin, pour répondre au réalisateur, aucun système n'existe en dehors des hommes qui y participent et le constituent. A estimer le contraire, on déresponsabilise les acteurs, moteurs de tout système. Alors, on peut être contre la méthode employée par ce site de délation, et je le suis, mais pas avec l'esprit qui vise à ne pas considérer qu'il n'existe que des lampistes.

Quant à la logique : "nos méthodes de recrutement, tu les aimes ou tu te barres", outre que cela évoque une certaine politique méprisable, elle néglige un fait, on n'est pas tous aussi libre devant l'obligation de se nourrir et si pour parvenir à obtenir un poste*, on arrive à supporter l'humiliation, on ne devrait pas avoir le droit de nous l'imposer pour autant. Voilà l'abus.

* Ce qui ne veut pas dire qu'on peut tout faire pour se nourrir, par exemple, accepter un boulot de recruteur.

yG

ps: J'ajouterai que ce genre de pratique existe également dans les concours de la fonction publique, par exemple, l'éducation nationale, c'est dire la passivité et donc la reconnaissance de cette philosophie mortifère comme norme.
une des principales raisons de militer pour le revenu universel.
Comment savez vous la méthode de recrutement avant d'aller au rendez-vous.
Participer à un recrutement peut très bien consister à partir en claquant la porte... quitte à manger des
pâtes pendant un peu plus longtemps.

[quote=accepter un boulot de recruteur.]
Je connais des recruteurs qui sont des gens très bien et qui font consciencieusement leur travail...
"Comment savez vous la méthode de recrutement avant d'aller au rendez-vous.": JREM.

Il n'est pas question de la connaître a priori, mais de ne pas la cautionner a posteriori, comme vous le faites pourtant.

"Participer à un recrutement peut très bien consister à partir en claquant la porte... quitte à manger des
pâtes pendant un peu plus longtemps."


Non, votre attitude ne constitue aucunement une remise en cause du système, elle ne fait que suivre l'une des options qui vous sont offertes alors par ce dernier (se soumettre ou partir), d'autant plus que vous continuez à légitimer par la suite ce système en soulignant la pseudo liberté qu'il vous laisse, voilà ce qui est condamnable dans votre attitude.

Que vous soyez parti avec votre orgueil intact, voire renforcé, parce que vous acceptez de bouffer des nouilles ou parce que vous pouvez vous le permettre financièrement, on s'en contrefiche, et c'est un euphémisme, cela vous regarde.

Nous, ce qui nous importe, c'est de savoir si vous combattez ou cautionnez ce système en dépit de vos aptitudes personnelles à supporter la manière dont il vous traite. Le "moi-je m'en accommode" est en soi une attitude qui ne mérite aucun égard, l'antithèse d'une approche politique, collective, sociétale de tout problème.

"Je connais des recruteurs qui sont des gens très bien et qui font consciencieusement leur travail..."

Ce dont nous nous moquons éperdument, pour les mêmes raisons, puisqu'à la base, c'est le métier même de recruteur qui pose problème, car pour l’exercer, il faut intégrer de fait une compétition qui n'a pas lieu d'être, une compétition non pas en terme de qualification (ce que tout le monde est apte à démontrer ou constater rapidement), mais de soumission aux divers (et bien souvent peu légaux) désidératas de l'employeur.

yG
Le juge a encore parlé !
"Le juge a encore parlé !": JREM.

De la part d'un ancien recruteur, je trouve votre commentaire plutôt malvenu.

yG
Arrêtez de me torturer, de me harceler et de m'humilier espèce de sadique !
"Arrêtez de me torturer, de me harceler et de m'humilier espèce de sadique !": JREM

Je peux le permettre, car, moi, je vous engage bel et bien... à vous amender.

:P yG
Sont cruelles et abusives.

Personnellement, à choisir je préfèrerais la numérologie : c'est crétin, mais après tout c'est une forme de tirage au sort.. ça n'implique ni humiliation, ni concurrence sans vergogne, ni surtout de subir le spectacle de la jouissance sadique à l'œuvre...
"Je préfère encore participer à un recrutement de ce genre que d'être éliminé en raison
de ma date de naissance par un numérologue ou un astrologue débile (désolé pour le pléonasme)."


Je suis aux antipodes de votre commentaire, Jrem. J'aime définitivement mieux être recalée par un parterre de requins âpres au gain pour des considérations fumeuses et officiellement subjectives (signe zodiacal pas compatible avec l'esprit de l'équipe à constituer etc.)...
[quote=Le "courageux Baptiste Fluzin" n'a pas publié son adresse et son téléphone à lui pour qu'on lui dise ce que l'on pense de ses méthodes.]
Il ne me semble pas que les recruteurs l'aient fait non plus, mais ils ont manifestement laissé trainer ces informations un peu partout, il suffisait de les agréger.

[quote=J'ai vu ce documentaire, remarquable, et je n'ai pas trouvé les pratiques plus contestables que
certaines auxquelles j'ai été confronté. ]
!!! point godwin !!! je vous souhaite de ne jamais avoir un débat contradictoire avec un ancien détenu de camp de concentration, il rique d'avoir une autre norme que la votre en ce qui concerne ce qui est acceptable. Ce n'est pas parce que vous avez été confronté à pire que ça rend cela acceptable.

[quote=Les postulants sont libres de partir à tout moment (ce que certains font) et même de dire leurs 4 vérités aux recruteurs, ce que certains font aussi.]
En effet, ils sont libres de partir. Et les recruteurs le savent, c'est pourquoi ils utilisent la première journée pour commencer à casser et à user les candidats, pour les conditionner à accepter tout et n'importe quoi par la suite. Pourquoi ne leur annoncent-ils pas d'entrée la grille de salaires? Parce qu'alors, la moitié serait partie, ne laissant pas aux recruteurs le temps de leur bourrer le mou. ils utilisent aussi une autre technique connue des joueurs de poker. Une fois qu'un joueur est "investi" dans un coup, il va avoir tendance à ne plus lâcher le coup (et donc à parier alors qu'il n'a pas l'équité) car il a déjà trop à perdre. Ici, on laisse les candidats s'investir pendant la première journée, à commencer à se vendre, à se dépenser psychologiquement, pour qu'ils aient beaucoup plus de mal par la suite à se désengager quand on leur annonce le salaire.

[quote=Personnellement j'ai trouvé tout le monde courageux (recruteurs comme candidats) de paraître à l'écran]
Il n'y a aucun courage ici. C'est juste que les recruteurs font ça tous les jours, et ont perdu conscience du fait que ce qu'ils font est mal. On appelle ça la dissonnance cognitive. Pour faire vite, lorsqu'on fait quelque chose de mal, on a tendance à le relativiser et à mettre sa conscience en accord avec ce qu'on a fait (on commence à se persuader que ce qu'on a fait n'est pas si mal que ça). Mais le problème, c'est que de loin en loin, en le faisant régulièrement, on finit par sensiblement modifier son référenciel moral, et on finit par trouver tout à fait normal le comportement abject que l'on est en train d'avoir. On perd alors la conscience que ce que l'on fait est mal, et on ne voit alors plus de problèmes à se laisser filmer alors qu'on le fait. Point de courage donc ici, juste une perte de conscience et de repère moraux (c'est très grave).

[quote=je trouve lamentable l'initative de ce blogueur irresponsable.]
Vous y allez un peu fort. c'est une initiative, qui n'a apparemment rien d'illégal, qui se contente de rassembler des données présentes par ailleurs. Mais le fait que vous trouviez cela lamentable, mais surtout irresponsable est intéressant. En effet, vous ne semblez rien trouver à redire au comportement de ces recruteurs, et en suivant votre logique, il n'y aurait aucune conséquence à attendre d'un pareil acte (la publication de leurs données civiles). Or vous semblez craindre que quelque mésaventure leur survienne suite à cela. Serait-ce à dire qu'au fond de vous vous sentez bien qu'il y a quelque immoralité, malgré votre posture? Merci de cet aveu en tous cas.

[quote=Un petit procès pour violation de la vie privée lui fera le plus grand bien.]
L'ironie ne nécessite pas de commentaire selon moi... Laissons la justice faire son travail (oula faut que je fasse gaffe moi, je vais bientôt être de droite).

[quote=Le monde du travail n'est pas facile]
C'est un état de fait, faut-il pour autant s'y résigner?

[quote=et les méthodes de recrutement peuvent sembler cruelles et abusives]
Mais ces méthodes ne seraient qu'un vulgaire Canada Dry alors. Ca semble abusif, ça semble cruel, mais ce ne serait qu'un jeu ou tout le monde gagne à la fin, genre école des fans? Me voilà rassuré, je croyais que c'était la vraie vie avec des vrais gens, mais maintenant que je sais que ce ne sont que faux "semblants", je peux m'arrêter de commenter votre brillante analyse. Non je vais finir quand même en fait.

[quote=mais je préfère encore participer à un recrutement de ce genre que d'être éliminé en raison de ma date de naissance par un numérologue ou un astrologue débile (désolé pour le pléonasme).]
Youpiiii!!! Merci d'avoir gardé un petit jeu pour la fin, je vais jouer aussi.
Alors je préfère me faire recruter comme ça que de me faire discriminer à l'embauche car :
- je suis arabe
- je suis handicapé
- je suis une femme
- je suis enceinte (ah mais là tu cherches aussi...)
- j'ai un enfant en bas âge, mais sans mari qui travaille dans le BTP, et qui rentre à 15h tous les jours pour s'en occuper pendant l'après-midi (eh oui c'est ça qui lui a permis de ne se faire jeter qu'après la période d'essai à Julie)
...
D'après nos recherches
Et pour ceux qui voudraient jouer aux détectives, il suffit d'aller sur un site donnant accès aux infos Whois, qui sont publiques, comme :
http://www.raynette.fr/services/whois/
On tape l'url dans le premier champ, et hop.

En l'occurence :
domain: lagueuledelemploi.net
reg_created: 2011-10-09 21:36:10
expires: 2012-10-09 21:36:10
created: 2011-10-09 23:36:11
changed: 2011-10-11 13:49:01
transfer-prohibited: yes
ns0: a.dns.gandi.net
ns1: b.dns.gandi.net
ns2: c.dns.gandi.net
owner-c:
nic-hdl: BF1796-GANDI
organisation: ~
person: baptiste fluzin
obfuscated: Obfuscated by Gandi
address: (Gandi) 15 place de la Nation
zipcode: (Gandi) 75011
city: (Gandi) Paris
country: (Gandi) France
phone: (Gandi) +33.170377666
fax: (Gandi) +33.143730576
email: 290bbd0cbceca02da28fa9efe8b92635-883203@contact.gandi.net
lastupdated: 2011-10-10 23:13:55
admin-c:
nic-hdl: BF1796-GANDI
organisation: ~
person: baptiste fluzin
obfuscated: Obfuscated by Gandi
address: (Gandi) 15 place de la Nation
zipcode: (Gandi) 75011
city: (Gandi) Paris
country: (Gandi) France
phone: (Gandi) +33.170377666
fax: (Gandi) +33.143730576
email: 290bbd0cbceca02da28fa9efe8b92635-883203@contact.gandi.net
lastupdated: 2011-10-10 23:13:55
tech-c:
nic-hdl: BF1796-GANDI
organisation: ~
person: baptiste fluzin
obfuscated: Obfuscated by Gandi
address: (Gandi) 15 place de la Nation
zipcode: (Gandi) 75011
city: (Gandi) Paris
country: (Gandi) France
phone: (Gandi) +33.170377666
fax: (Gandi) +33.143730576
email: 290bbd0cbceca02da28fa9efe8b92635-883203@contact.gandi.net
lastupdated: 2011-10-10 23:13:55
bill-c:
nic-hdl: BF1796-GANDI
organisation: ~
person: baptiste fluzin
obfuscated: Obfuscated by Gandi
address: (Gandi) 15 place de la Nation
zipcode: (Gandi) 75011
city: (Gandi) Paris
country: (Gandi) France
phone: (Gandi) +33.170377666
fax: (Gandi) +33.143730576
email: 290bbd0cbceca02da28fa9efe8b92635-883203@contact.gandi.net
lastupdated: 2011-10-10 23:13:55

Avec @si, ça donne ça : http://www.raynette.fr/services/whois/index.php?action=domain_info&domain=arretsurimages.net
Bon, pas de surprise, nom de domaine réservé par Loubiana SAS et notre Daniel préféré...
Selon le réalisateur du documentaire, "la cible c'est le système".
Mais ce ne doit pas être les recruteurs, ça va de soi. Des professionnels qui ne font que leur boulot, comme les fonctionnaires zélés de Vichy faisaient le leur. J'exagère ? A peine. Parce qu'il faut tout de même avoir une putain de mentalité pourrie pour harceler et humilier avec autant de conviction. Il a bon dos le système
"La cible c'est le système".

Certes, mais personne n'est obligé de faire le kapo. C'est pas joli joli cette délation, mais si les kapos peuvent stresser à leur tour, on n'ira pas pleurer.

C'est de la justice populaire ? Eh ben, que la vrai justice s'en occupe, alors !

Impossible, la loi permet ça, cet avilissement d'humains par d'autres humains. Eh ben qu'on change la loi.

Bon, il vaudrait mieux cibler les patrons des kapos.

Calamiteuse ou non, cette initiative est la seule concrète prise contre cette entreprise sadique. Car jusque là on n'a eu que des cris d'indignation dont se f... éperdument la bande des kapos. Sinon ils ne feraient pas ce métier d'équarisseurs.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.