120
Commentaires

Aphaty's

Ayant décroché, ces derniers jours, un job d'été de punching ball quotidien

Derniers commentaires

Apathie, c'est le beauf de service... (référence au beauf de Cabu bien sûr). Ca lui sied à merveille, ce personnage. "Celui qui dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas", qui traite les aut' de populistes mais qui ignore copieusement la poutre populiste qu'il a dans l'oeil et sous la langue !
Excellent ! J'adore !! même s'il est si facile de taper sur Apathie tant ses "analyses" (qu'il empreinte à d'autres, bien sûr) sont au ras des pâquerettes.
Fait-il exprès de présenter les choses de manière aussi simpliste pour être accessible au plus grand monde ou est-ce le fruit d'une longue réflexion sur des idées piquées à droite à gauche. Ce type est une énigme pour moi, d'une profondeur digne d'un Pujadas.
Vivement une réponse de ce clown, tout ça m'a mis en appétit :)
Daniel, c'était facile. Non, vraiment, c'était facile comme attaque. D'ailleurs, ça pique, un max !
Merci Daniel!

Ce 9-15 est particulièrement jubilatoire, je dois avouer...
Ben moi, j'en reviens pas ! J'ai toujours cru qu'Aphatie était le comique de service payé par le sinistre Denisot parce qu'il faut toujours un clown dans une émission hyper intello des fois que les cerveaux des téléspectateurs seraient en surchauffe... Vous avez l'air de dire que les "conneries" qu'il débite tous les soirs c'est pas des gags faits exprès...J'ai souvent trouvé ses sketches hyper marrants, moi, et pourtant j'suis pas toujours bon public !:)
Il est épatant, cet Aphatie !
Enfin... c'est son cas qui est épatant, et qui en dit long sur le brain washing médiatique quotidien généralisé.

Car ce cas nous confirme qu'un journaliste avec autant de poids et de visibilité qu'Apathie peut faire toute sa carrière sans rien comprendre à l'économie - tout en donnant, de temps à autres, des leçons... d'économie.

Les Apathie de tous poils ne le diront jamais assez : ce sont les gauchissss, ceux qui avaient prévu la crise des subprimes, qui en fait n'ont rien compris et qui sont dans l'abstraction et l'angélisme. Par contre la doite, avec sarkozy en 2007 qui voulait imiter les USA dans leur démarche qui a conduit au fiasco que l'on sait, c'est à elle qu'il faut faire confiance car elle a bien le sens des "réalités".

Sympa de la part de DS d'avoir donné des liens à Apathie afin qu'il commence son apprentissage de ce qu'est l'économie. Mais je doute qu'il les consulte avant de prendre sa retraite.
ou quand "Le Canard Enchaîné" (page 2 cette semaine) prend ses idées dans les forums d'@si.
Daniel, vous n'avez pas peur de présenter aux lecteurs toutes les voies qui s'ouvrent a eux, meme les voies interdites comme celle indiquée par Todd/Montebourg(/Chevènement/Dupont-Aignan/Sapir/ect...). Vous n'avez pas peur d'écrire des notes tranchantes par leur vérité et leur ironie, sur un homme puissant comme Aphatie.
J'adore votre rebellitude !
Bravo pour cette gifle que je rêvais de lui infliger .cet homme est un imbécile !!
Encore une analyse bidon qui ne repose que sur du vent. J'avais relevé la même phrase avant de lire la chronique de Daniel. Du vent ! Ce journaliste, en 5 ans de "grand journal", a complètement basculé dans la politique-spectacle. Avec quoi nourrit-il sa réflexion? Quitte-t-il de temps en temps les plateaux télé et radio? Qu'est-ce qu'il lit en matière de livre économique, quelles sont ses sources ?

C'est un pseudo journaliste hors-sol qui verse maintenant dans le comique troupier bas de gamme et qui ne doute jamais de rien, ne prends pas le temps de penser, s'interroger et préfère nous asséner des stupidités sur un blog d'une banalité déconcertante.

Je ne peux plus l'encadrer. Quelle patience mon cher Daniel !
Il y aurait bien une solution pour qu'Aphatie lâche la grappe de DS. Ce serait que les deux aillent ensemble au cinéma (ils ne sont pas obligés de se tenir par la main) pour voir ce film, les Nouveaux Chiens de garde, réalisé par Gilles Balbastre et Yannick Kergoat. Il y est fortement question des économistes et autres "experts" médiatiques.
Une opportunité exceptionnelle leur est donnée ce dimanche 10 juillet à 20H, dans le cadre du Festival Paris Cinéma, au Cinéma MK2 Bibliothèque (13e),
Présentation et débat à la suite du film, avec les réalisateurs et Serge Halimi et Frédéric Lordon. Tous renseignements sur le site du Festival. Réservation recommandée.

Si vous ratez cette unique occasion de voir le film, vous devrez attendre un peu puisque la sortie en salles est prévue pour l'hiver prochain.
chronique complètement ridicule!

elle fera beaucoup rire d'ici quelques années.
La façon dont Apathie encense DSK m'a fait penser à ce que l'on entend à tour de plateaux et de "débats" depuis la nomination de Madame Lagarde au FMI : on y vente quoi ? Son sens de la négociation, ses réseaux, son sourire, son américanophilie, son bel accent... Ses idées, ses décisions, ses partis pris, jamais, pourquoi ? Parce qu'elle n'en a pas. J'ai même entendu je ne sais plus qui dire :"elle n'est même pas économiste" (Roland Cayrol je crois). Pourquoi ces mêmes gus ne nous ont pas afranchi quand la même était ministre de l'Economie ici ?
En tout cas Aphatie lui n'est pas du tout un homme providentiel , lui qui prédisait , Daniel que votre dernière chronique à Libé serait celle-là !.
Je ne retrouve pas le lien vidéo de sa prophétie (c'était sur Canal+) sortie de cerveau visionnaire du grand Aphasique.
Bien envoyé!
Quel c., ce type.
Du balai!
Rappelons à tout hasard, que lors de l'audition des principales agences de notation par le congrès américains après le crack de 2008, les principales agences ont relativisé la pertincence de leurs evaluations.

"quand on note un produit AAA, c'est notre opinion et seulement notre opinion, il ne faut pas s'y fier" "[ses notes] n'attestent pas de la valeur marché d'un titre, de sa volatilité ou sa pertinence comme investissement"( D. SHarma, standard & Poor's)
"nos notes ne sont que des opinions" ( R. Macdaniel, Moody's).

J'imagine que ces même agences admettrons aisément que leur notations sont toutes aussi moisies et anecdotiques dans le cas de notations de pays. :o))))
Voici le rating du Portugal, très éphémèrement sur le site www de l'agence Moody's :-)

http://twitpic.com/5mntsc/full

Cela dit, est-ce la faute aux agences de notations, ou à ceux qui prennent leur parole comme évangile ? La BCE est-elle contrainte de suivre les notations des agences ? Idem pour les cercles politiques européens ou nationaux ?
Loin de moi l'idée de dénigrer les autodidactes. Mais le problème c'est qu'Apathie fait du journalisme comme naguère il servait des bières ou vendait des bagnoles...

Il ne doit son statut de super star qu'à l'exposition qu'il a sur Canal + (chaîne plus gerbatoire que jamais), et il a bien comrpis que pour durer, il fallait adopter tous les stygmates du "milieu" libéral libertaire (très libéral et très libertaire).

Bref il ne comprend pas un mot de ce qu'il raconte, il débite des sornettes apprises par coeur, reprises à la chaîne par ses "confrères" qui sont pour une bonne part d'entre eux totalement incultes (ou de culture Sciences-po, ce qui revient au même), ou complètement à la masse vu qu'ils tiennent le crachoir depuis plus de 40 ans (en enfilant des analyses vibrantes de creux, qui se seont à peu près toutes révélées pour ce qu'elles sont, ineptes).

Ce travail sur le sens, sur le non-dit, et malgré tout très signifiant, est extrêmement important à faire. Merci d'y apporter votre contribution Daniel (mais j'en voudrais plus). Je sais que vous n'aimez pas trop Acrimed, mais je signale au passage qu'ils font ça très bien...
En fait 2 remarques :

Certes si ces agences sont loin d'avoir une action uniquement motivée par la recherche de la vérité et l'instauration de l'intégrité pleine et entière sur les marchés, elles reflètent en grande partie la réelle situation des créanciers. Donc Apathie a en partie raison

Cependant ignorer leur rôle politique au vu des derniers épisodes relève de l'exploit (pression sur la commission européenne, puis les épisodes sur les PIGS, la notation sanction).

Leur capacité de nuisance est telle que pour éviter de voir leur note baisser les Etats sont presque prêts à tout (réforme des retraites en Fr, disparition des services publiques et aide sociales en GB...).

Idem pour les conflits d'intérêts (pourquoi la note des USA n'est jamais réellement menacée?). Donc Daniel a aussi raison. Il a raison aussi sur le coup de collier que ces dernières mette afin de montrer qu'elles sont utiles ont a pas vu la crise (de 29, de 70 de 2008 cf article du monde) mais maintenant on va faire gaffe (ça me rappelle une certaine politique spectacle un fait divers =une loi >> une mauvaise rumeur = une baisse de note).

Cependant pourquoi ces agences notent les Etats ? Est-ce obligatoire ?

Et puis de toute façon à quoi ça sert car s'il y a défaut de paiement et que les banques coulent les Etat les sauveront et ainsi de suite, car le capitalisme en prônant la libéralisation maximale et la non régulation avec pour seul objectif le profit, à montré ses limites.

Il me semble que ces agences ne sont pas du tout indispensable et que cet échelon de trop pourrait sauter ...
J'adore !

Dans le même genre, ne pas oublier le merveilleux, le prodigieux, l'immense journaliste économique Jean Marc Sylvestre qui, je dois le dire, me régale tous les bons matins sur iTélé :

http://www.itele.fr/emissions/chronique/le-point-eco/video/11950
http://www.itele.fr/emissions/chronique/le-point-eco/video/11894

La crise est finie, Alléluia !!
Merlin reviens... Qu'on puisse continuer d'acheter 59,90 € (prix de revient 3,50 €) des espadrilles basques fabriquées au Bangladesh par des fillettes de 14 ans travaillant 7 jours sur 7, de 7 heures du matin à 21 heures (98 heures par semaine) pour le salaire mirobolant de 25 € mensuels.

Le tout en clamant, la main sur le coeur que l'esclavage est une infamie !

Pourvu que ça dure...
Ah, Aphatie, quel phénomène... S'il est un "punching-ball" pour M.Schneidermann, c'est largement mérité : c'est un gardien du temple libéral au devant de la scène médiatique. Et pour défendre le libéralisme, il faut ou bien être aveugle et/ou incompétent, ou bien mentir copieusement. J'en profite pour faire passer cette petite vidéo qui démonte une de ses innombrables chroniques propagandistes (cette vidéo est en plus sur les médias, si ça vous intéresse...). Merci M. Schneidermann de nous aider, à votre manière, à dénoncer son job de désinformation de masse !
Dans la fenêtre "recherche" des "Vite dit", tapez Aphatie : vous aurez au moins 80 références où Aphatie est visé. A punching-ball, punching-ball et demi ?

Aphatie, avec les agences de notation, ne dit pas sa première connerie (ni sa dernière).
Ainsi, quand Ghesquière démentait formellement les mensonges de Guéant, qui avait affirmé que lui et Taponier avaient été avertis par l'armée, Aphatie, avec un air entendu, prétendait avoir eu, hors antenne - comme si un ministre ne mentait plus en off - des propos de Morin lui affirmant la même chose. Faire confiance à H. Morin plutôt qu'aux otages, ses collègues, c'est tout Aphatie. Au moins, échappera-t-il à l'accusation de corporatisme.
Les prétendues agences de notation sont des officines de spéculation : la baisse de la note entraîne la hausse des intérêts des prêts au pays victimes.

Qu'Aphatie est une vision un peu à la Grousset de la marche du monde, où se sont des "figures de proue" qui font l'histoire, prêtant à DSK un potentiel rôle de thaumaturge, n'enlève rien aux qualités qu'il lui prête. Mais il fallait bien répéter le Delenda est DSK, cher à DS, notre Caton !
Un Asinaute oisif saura-t-il me retrouver jusqu'à quand avant son effondrement Lehman Brothers a conservé son triple A ?

Sinon, ma contribution pour résoudre la crise (c'est cadeau) : une agence de notation pour noter les agences de notations. Bon sang mais c'est bien sûr !!
Excellent 9-15 !

A priori, Apathie est au courant de tout ce que vous évoquez, mais il a décidé que ce n'était pas ça, la réalité. Lui et tant d'autres inversent les valeurs. L'abstraction de la spéculation et des opérations financières réalisées à des cadences infernales devient leur réalité, tandis que l'économie réelle, les gens, la nature, tout cela ne forme plus qu'un vaste terrain d'opération trop éloigné des salles de marché, des studios de radio et des salles de rédaction. D'ailleurs les agriculteurs, les dockers, les pêcheurs, tout ces travailleurs indispensables à notre vie (contrairement aux éditocrates), existent-ils vraiment ?
DS j'ai pas encore lu les commentaires du forum, mais je mise qu'avant la fin de la journée, y'en a trois au moins qui vous traitent de sale revanchard.
On mise ?
Bravo !!!

Effectivement, à la faveur de la crise des subprimes, Nicolas Sarkozy avait annoncé vouloir lancer une réforme des agences de notation. Pour les raisons que vous annonciez (conflits d'intérêts, ...) mais bien d'autres encore.

Bref, un énième coup d'esbrouffe qui tombe à l'eau une fois l'eau passée sous les ponts... Et une nouvelle preuve qu'être organisateur du G20 n'apporte rien en terme de réalisation concrète, juste se montrer sur l'estrade.
Il n'y a bien que les journalistes pour lire ce qu'écrivent d'autres journalistes sur les journalistes...
Pour résoudre la crise de l'euro, la recette n'est pas un ministre des finances européen (solution des fédéralistes), ni un renversement radical du système, type protectionnisme (solution Todd-Montebourg).(je souligne)
L'intérêt de votre réponse se trouve dans cette assez inattendue, mais fort bienvenue, mention du fédéralisme dans votre vite dit. Elle témoigne en effet d'une ouverture d'esprit dont on pouvait douter jusqu'ici, tant votre penchant pour ce que vous appelez "renversement radical du système, type protectionnisme" semblait vous masquer que celui-ci pourrait constituer une inimaginable régression aux pires années du siècle dernier. - Bénéfice supplémentaire, et autrement important, elle permet de rendre justice à ce que "le socialisme français" a produit de meilleur en matière de pensée: à savoir une référence à Proudhon qui permettrait de corriger le lapsus communiste de Marx qu'il faut expliquer par son ingratitude à l'égard de Proudhon. Marx, en effet, doit à l'idée germinale de Proudhon l'inspiration socialiste de sa pensée mais pour des raisons de tactique politique n'a pas su rendre à l'auteur de Philosophie de la misère* l'hommage qu'il a fini par rendre aux deux autres sources de son oeuvre: la philosophie allemande (Hegel essentiellement) et l'économie politique anglaise (Smith et Ricardo en particulier). De sorte que des "trois sources du marxisme", la seule à demeurer largement ignorée est celle qui permettrait de le corriger. Et d'éviter ainsi la régression aujourd'hui, tant philosophique que politique, des critiques protectionnistes de la construction européenne et de la mondialisation.

*Que Bourdieu sut, lui, opportunément saluer: dans sa leçon inaugurale au Collège de France.
Avec ce parallèle, je me prendrais presque à rêver à une agence de notation des médias. Elle évaluerait la crédibilité des différents médias, abaisserait forcément les notes en fonction des raccourcis idéologiques, des bidonnages et des plantages.
Et comme on définirait cette agence comme indépendante, personne ne pourra jamais dire qu'elle véhicule des idées critiques, passéistes ou réactionnaires.
Les gens se fieraient entièrement à cette agence pour savoir où chercher l'info.
Allez, on peut même faire une concession au pluralisme : on en ferait tout de suite deux ou trois, de ces agences, mais tout en sachant très bien qu'il ne s'agit que de trois interfaces du même avis, de la même philosophie.
Alors, Apathie, quelle note ? Ca doit pas voler haut, je le crains...

A logique spécieuse, logique spécieuse et demi.
Pourtant dans son univers médiatique, on en cause beaucoup des agences de notation et papa Google en est plein :

http://www.liberation.fr/economie/01012347722-les-agences-de-notation-sous-le-feu-des-critiques

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/07/07/04016-20110707ARTFIG00542-les-agences-de-notation-decryptees.php

http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/07/06/portugal-barroso-critique-moody-s-sur-le-portugal-et-annonce-une-regulation-des-agences_1545562_3234.html

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/la-pression-des-agences-de-notation-s-accroit-sur-la-france_233287.html

http://www.slate.fr/story/20563/agences-notation-marches-crise-grece-espagne-portugal

http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20110706trib000634387/agences-de-notation-apres-les-critiques-les-propositions.html

et le dernier :

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/economie/20110707.OBS6689/il-faut-creer-une-agence-de-notation-europeenne-publique.html



…etc, etc...
Ayant décroché, ces derniers jours, un job d'été de punching ball quotidien du blogueur Aphatie. Le lien hypertexte plz... Si on dénonce, faut assumer et de donner les sources !
Le problème n'est pas que l'on explique à apathie le phénomène, mais est-il en mesure de comprendre que d'autres systèmes moins mortifères pour les hommes existent sur la planète que celui de laisser la puissance économique d'un pays aux mains des agences de notations et des marchés.
Si M. Aphatie a écrit cela, c'est vraiment qu'il n'a rien compris d'une part aux lois du marché, d'autre part à ce qui a été révélé pendant la crise des subprimes.

Les emails saisis par la commission sénatoriale américaine chez les agences de notation ont montré que les salariés de ces agences savaient que la valeur réelle des subprimes était impossible à calculer tant l'interpénétration était complexe. Vue la difficulté de savoir qui détient la dette grecque, je pense qu'on peut dire qu'elles sont tout autant à l'ouest sur les dettes souveraines. Les agences de notation, comme le marché, fonctionnent à l'aide d'indicateurs assez haut niveau et après c'est tout au doigt mouillé. J'en sais quelque chose, j'ai mis en oeuvre un certain nombre d'algorithmes de calcul de valeurs financières : par exemple, pour calculer la valeur d'une option (le droit d'acheter une action à un certain prix à une certaine date), on prend le cours actuel en bourse, sa variation récente, on secoue, et on sert. Ce calcul ne tient compte que des valeurs financières déjà dans le système, elles partent donc du principe que les chiffres financiers sont justes pour en calculer d'autres. Qui a parlé de prédiction autoréalisatrice ?

Il ne suffit pas de faire des mathématiques pour représenter le réel. Si on part avec des hypothèses fausses, au contraire, on ne peut que se tromper.

Cette phrase est vraiment très révélatrice sur M. Aphatie. Merci de l'avoir relevée.
Bonne chronique, enfin, il était temps.
Un détail quand même: Todd n'appelle pas à pas un "renversement radical" du système, restons calme, et ne tendons pas le baton pour nous faire battre, les mots ont un sens quand même, en plus de faire joli... Parler de protectionnisme est une hérésie pour les adeptes européens d'une certaine doxa libérale, mais ce n'est pas révolutionnaire, ni au propre, ni au figuré.
"Moody's, Fitch et Standard and Poors."

Standard and Poor's, s'il vous plaît ! Sinon Aphaty's va encore baisser votre note.
J’espère qu’on va me pardonner ce troll mais @SI, sommé par plusieurs @sinautes de s’occuper de sujets plus importants, a abandonné celui du Sénat, qu’on ne trouve même plus en page d’accueil. Ne parle plus de l’inénarrable Larcher, qui a benoîtement pardonné à Pastor le goinfre un faux en écriture que celui-ci, d’ailleurs n’ a jamais commis vu que ce n’étaient que des « éléments de langage » (belle novlangue) qu’un fonctionnaire incompétent (belle preuve qu’il y en a trop) a publié à l’insu du plein gré de ce bon Gégé et du gentil Jean-Marc. Pas rancunier pour deux sous (ou adepte des mêmes pratiques torgadues, va savoir), Gégé a passé l’éponge : ah ce n’est pas lui qui pourrait diriger un monoprix à Marseille d'une main aussi ferme que juste, défendant les melons français de vils prédateurs un peu bronzés de surcroit.

Il est vrai que notre Gégé était trop occupé à faire passer sa prime exceptionnelle (prise sur nos sous) à ses potes sénateurs. Prime vertueusement refusée par quelques sénateurs. Oh, pas beaucoup, et surtout aucun des sénateurs socialistes, trop occupés sans doute à ne pas exclure Pastor de leur parti. Ni le tonitruant Mélenchon-la-vertu).

Nos plusieurs @sinautes n’ont donc pas trouvé important tout ça. Bah oui, nous sommes tellement résignés à subir une classe politique majoritairement médiocre pour ne pas dire mauvaise…

L’actualité nous offre souvent des raccourcis meurtriers : au même moment, un employé du monoprix susévoqué (un peu bronzé il est vrai) est menacé de licenciement pour avoir pris quelques légumes dans une poubelle, Victor Hugo pas mort. Bah, il pourra toujours faire appel au Défenseur des Droits (défense de rire) Baudis, qui trouve normal d’avoir fait payer à l’Etat (donc à nous) ses frais de bouche et les déplacements de sa famille.
Je me permets de relever autre chose, que je perçois aussi comme une incohérence, ici : http://www.rtl.fr/blog/aphatie/record-de-france-du-deficit-battu-bravo-la-france-07-07-7700779140

[quote=Aphatie]Car suivez-moi bien, même s je n’y connais rien, c’est vrai, si nous vendons moins, nous produirons moins, et quand on produit moins, on embauche moins. Pas con.

Et bien si, un peu "con". Parce que l'éditorialiste fait ici référence au déficit du commerce extérieur, et s'il n'est pas de raison de s'en réjouir, cela n'autorise tout de même pas à prendre des raccourcis hasardeux. La phrase devrait être : "nous vendons moins à l'étranger, donc nous produisons moins pour l'étranger... etc. Reste le marché intérieur tout de même. Et voilà balayées en un tournemain toutes les problématiques de : protectionnisme, conjoncture mensuelle (le déficit dont il parle porte sur le mois de mai), production énergétique (car une forte part de nos importations est de l'énergie et notamment du pétrole), taux de changes...

Merci et bien sûr d'accord pour le reste.
Il a au contraire tout compris au capitalisme.
Le marché intérieur n'a jamais suffi à aucun pays capitaliste, jamais (c'est ce qui explique les crises qui frappent ce système depuis plus de 150ans, les guerres impérialistes, le colonialisme, les guerres mondiales, la ruine du capitalisme d'état stalinien...)
Et ce n'est pas une histoire de morale ou de "bonne volonté", c'est mécanique. Un pays qui veut être compétitif au niveau mondial (et il doit l'être sinon il se fait bouffer par les voisins, que ce soit économiquement ou finalement militairement, ce qui est un autre moyen de voler des marchés) doit faire de la croissance, doit produire le plus possible pour écouler le plus possible. Si le pays produit beaucoup c'est toujours, parallèlement, plus ou moins directement, lié à une baisse du coût du travail (d'où la puissance de la Chine actuellement). Cette exploitation des salariés rend très difficile l'écoulement de la surproduction à un niveau local (et oui, les salariés ne peuvent plus acheter la plupart de ce qu'ils produisent). Alors où fourguer le surplus? C'est ainsi que l'Allemagne peut s'enorgueillir d'être le "bon élève" de l'Europe. Elle a imposé l'austérité à ses ouvriers pour pouvoir plus vendre dans toute l'Europe.
Merveilles du capitalisme. Il ne fonctionne tout simplement pas et produit inévitablement des crises et des guerres.

Le marché intérieur n'a jamais suffi à aucun pays capitaliste, jamais (c'est ce qui explique les crises qui frappent ce système depuis plus de 150ans, les guerres impérialistes, le colonialisme, les guerres mondiales, la ruine du capitalisme d'état stalinien...)


Description qui correspond à une conception un peu retro de "l'anarchie capitaliste" marxiste.

La notion de marché concurrentiel est un non sens (cf. opposition de la filière classique idem marché concurrentiel vs filière inversé de Galbraith : planification oligopolistique). Plus que le bordel, l'inertie du système amène à une incroyable stabilité économique (40 ans non stop de "crise" en fait de stagnation) : mise en place d'un nouveau modèle de répartition à la suite de la remise en cause du "fordisme" à l'avantage de la rente financière. Bref, pas si simple.
très bref, en effet :D
peut-être que ça serait plus clair avec des phrases complètes...
M'enfin,Daniel, permettez que je vous appelle Daniel.Vous savez bien que LA FRANCE est endettée et que nous(qui NOUS?)vivons au dessus de nos moyens depuis trente ans,qu'il va donc falloir payer!!!!! On n'en peut plus de ce toc de Mr Apathie.

Merci pour ce billet matinal et continuez d'alimenter nos réflexions .
A defaut de punching ball, ce matin un lapin, avec un fusil a tué un chasseur.

Ca vous va bien les grandes oreilles Daniel.
Une chanson me vient à l'esprit :

[quote=NTM]La guerre des blogs(*) vous l'avez voulue, la voilà
Mais qu'est-ce, mais qu'est-ce qu'on attend pour foutre le feu ?

(*): c'est "mondes" dans l'original. ;)

Un très bon billet qui montre que de savoir que chaque ligne sera scrutée par son "adversaire" pousse à plus de rigueur !
Vous voyez que la compétition prônée par le capitalisme, ça marche ! :-p
Personne ne lui a pas expliqué le phénomène

Ouch, double négation pas très heureuse ! :o)
wow ! Ça vous met en verve de faire le punching ball !
Et c'est assez réjouissant de vous voir débidonner les paphati-papata du bonhomme à l'air bonasse.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.