197
Commentaires

Allègre : leçons (prudentes) d'une imposture

S'excuseront-ils ? S'excuseront-ils, tous les animateurs multi-chaînes qui ont invité Claude Allègre

Derniers commentaires

Voici les 34 entreprises "vertes" qui devaient créer des green-emplois et des économies d'énergies qu'Obama a du "renflouer" malgré les nombreuses fraudes, délits d'initiés, faux pronostics : d'après un journal sur les énergies dites renouvelables.

"Ce n'est pas un secret pour personne que le président Obama et l'énergie verte supporters (des deux parties) incursion dans le capital-risque n'a pas bien passé. Mais l'ampleur de son échec a été largement ignoré par la presse. Bien sûr, des cas isolés attirer l'attention comme ils se produisent, mais ils ignorent échecs passés afin de faire apparaître comme un cas rare.

La vérité est que le problème est généralisé. La sélection des gagnants et des perdants gouvernement dans le marché de l'énergie a coûté des milliards de dollars aux contribuables, et le taux d'échec, le copinage et la corruption dans les sociétés qui bénéficient des subventions est considérable. Le fait que certaines entreprises ne sont pas sous la contrainte financière ne fait pas de la politique un succès. Cela signifie simplement que l'argent des contribuables entreprises subventionnées qui aurait trouvé le soutien financier sur le marché privé.

Jusqu'à présent, 34 entreprises qui ont été offerts soutien fédéral des contribuables sont hésitante - soit avoir fait faillite ou la mise à pied des travailleurs ou de la position de la faillite. Cette liste ne comprend que les entreprises qui ont reçu des fonds fédéraux du Département de l'administration Obama de l'énergie et d'autres organismes. La somme d'argent indiquée ne reflète pas combien a été effectivement reçu ou dépensé, mais combien a été offert. Le montant ne comprend pas non plus autre état, locaux et crédits d'impôt fédéraux et les subventions, qui poussent le montant d'argent que ces entreprises ont reçu des contribuables encore plus élevés.

La liste complète des défaillante ou en faillite énergie verte entreprises:

Evergreen Solar (25 millions de dollars) *
SpectraWatt (500.000 dollars) *
Solyndra (535 millions de dollars) *
Beacon Power (43 M $) *
Géothermie Nevada (98,5 millions de dollars)
SunPower (1,2 milliards de dollars)
First Solar (1,46 milliards de dollars)
Babcock and Brown (178 millions de dollars)
Filiale EnerDel de Ener1 (118,5 millions de dollars) *
Amonix (5,9 millions de dollars)
Fisker Automotive (529 millions de dollars)
Abound Solar (400 millions de dollars) *
A123 Systems (279 millions de dollars) *
Willard et Kelsey Solar Group (700 981 $) *
Johnson Controls (299 millions de dollars)
Brightsource (1,6 milliards de dollars)
ECOtality (126,2 millions de dollars)
Raser Technologies (33 millions de dollars) *
Energy Conversion Devices (13,3 millions de dollars) *
Mountain Plaza, Inc (2 millions de dollars) *
Crop Olsen Service et Société Olsen Acquisition Mills (10 millions de dollars) *
Range Fuels (80 millions de dollars) *
Thompson River Power (6,5 millions de dollars) *
Stirling Energy Systems (7 millions de dollars) *
Azure Dynamics (5,4 millions de dollars) *
GreenVolts ($ 500,000)
Vestas (50 millions de dollars)
LG Chem, filiale secteur compact (151 millions de dollars)
Windpower nordique (16 millions de dollars) *
Navistar (39 millions de dollars)
Satcon (3 millions de dollars) *
Konarka Technologies Inc (20 millions de dollars) *
Mascoma Corp (100 millions de dollars)

* Indique les entreprises qui ont fait faillite.

Le problème commence avec la question de la sélection des gagnants et des perdants du gouvernement en premier lieu. Entreprises à risque capitalistes existent pour cette raison même, et ils choisissent d'investir dans ce qui en consultant les modèles d'affaires des entreprises et de décider si elles en sont dignes. Lorsque le gouvernement joue capital-risqueur, il tend à récompenser les entreprises qui sont liées aux politiques eux-mêmes ou parce que cela sonne bien à «investir» dans l'énergie verte.

Le stimulus 2009 a fixé de côté 80 milliards de dollars pour subventionner des projets d'énergie politiquement privilégiées. Depuis ce temps, 1.900 enquêtes ont été ouvertes à se pencher sur les déchets de relance, la fraude et les abus (bien que tous ne sont pas liées à des fonds d'énergie verte), et près de 600 condamnations ont été réalisés. De ce montant de 80 milliards de prêts énergétiques propres, subventions et crédits d'impôt, au moins 10 pour cent est allé à des entreprises qui ont fait faillite depuis deux ou tournent autour de la fuite.

CORRECTION:

Les chiffres pour quatre entreprises ont été mises à jour: Beacon Power a reçu 43 millions de dollars du gouvernement américain, et non pas $ 69 millions comme initialement indiqué. Azure Dynamics a reçu 5,4 millions de dollars du gouvernement fédéral, et non de 120 millions initialement déclaré. Compact Power Inc a reçu 151 millions de dollars en le cadre du plan de relance, et non pas $ 150 millions comme initialement indiqué. Willard et Kelsey Solar Group a reçu 700.981 $ en financement du gouvernement, et non pas 6 millions de dollars initialement déclaré.

Les sociétés suivantes ont été retirés de la liste d'origine: AES, filiale Eastern Energy, LSP énergie, Schneider Electric, et Uni-Solar n'a pas reçu du gouvernement des prêts garantis, basée sur des recherches supplémentaires. Le Laboratoire national des énergies renouvelables n'a reçu 200 millions de dollars en fonds de stimulation, mais il est un laboratoire du gouvernement.
Publié dans Energie et environnement

Goebels avait raison : "un seul mensonge répété à l'infini finit par être cru par le plus grand nombre" ou "plus le mensonge est gros plus il passe" ! . la médiatisation à outrance et un prix nobel de la Paix a permis a une minorité de s'enrichir, le prix à payer pour les citoyens, consammateurs est énorme, il pèse lourd sur les plus pauvres. Le capitalisme n'est pas incompatible avec les affaires. Mieux c'est le nouveau deal entre entreprises, une société en faillite et des investisseurs, spéculateurs qui n'en ont jamais assez.
un article bien intéressant sur le sujet :
-20101113-[zoneb]]le monde
Je viens de lire le rapport de l'Académie des Sciences. Monsieur Schneidermann, vous devriez le lire aussi. Claude Allègre, que j'ai ardemment combattu en tant qu'enseignant quand il était "mon" ministre, est un personnage qu'il vaut mieux avoir comme adversaire que comme allié, tant il est caricatural dans ses propos. Mais rien dans le rapport permet de dire que le réchauffement d'origine anthropique est sûr à 90% comme l'affirme le GIEC. Il y a un réchauffement qui s'est ralenti et même inversé depuis 2003 d'après le rapport, depuis 1999 d'après d'autres scientifiques, il y a plusieurs cause de ce réchauffement, les modèles mis en oeuvre par le GIEC sont encore très insuffisants pour prédire l'évolution du climat. Voila tout ce que vous pouvez lire dans le rapport. Il n'est pas étonnant que Courtillot, qui est un scientifique de grande rigueur, l'ait signé.
Je suis très déçu par la teneur de votre article qui me semble motivé par une posture de journaliste qui reconnaît ses erreurs. Mais encore faut-il reconnaître ses véritables erreurs. Mettons cela, sans que ce soit une excuse, sur l'effet Allègre.
Et puis y'en a qui s'amusent à les manipuler.
Voila ce que j'aurais aimé trouvé sur @si au lieu de ce brûlot indigeste.

Ce site Contrepoints que je découvre à cette occasion me parait assez intéressant, je n'ai pas eu le temps de le parcourir en profondeur mais au vu de cet article cela m'a donné envie de voir comment sont traités d'autres sujets.

Je suis très étonné de n'en avoir jamais entendu parler.
La climatologie n'est pas une science dite "dure". Une science "dure" est
une science dans laquelle on peut vérifier une théorie en répétant une
expérience et en obtenant à chaque fois le résultat prédit par la théorie.
Par exemple, des millions de personnes chauffent de l'eau pour leur petit
déjeuner et l'eau finit par bouillir, personne n'obtient de glaçon, ça c'est
de la thermodynamique.
La climatologie n'est pas une science dure et ne peut répéter pour d'évidentes
raisons l'expérience du climat de la terre depuis le 18ème siècle et donc
malgrè tous les rapports de l'Académie des sciences et autres "experts", le
seul moyen de savoir si les climatologues pro-CO2 ont raison sera de voir ce
qui se passe dans de nombreuses années.

Ceci dit, sur le sujet des intrications et des intérêts croisés entre
science et politiques de nos jours, lisez l'article de Richard Lindzen,
climatologue (CO2-sceptique) et prix Nobel http://www.pensee-unique.fr/LindzenVF1.pdf
Allègre se ridiculise, et franchement, c'est un habitué de la chose, ça n'a pas le moindre intérêt. Lui qui voulait dégraisser le Mammouth, il est bien temps qu'il se fasse dégraisser du paysage médiatique. En effet, il se pose en parfait indécrottable mammouth des médias complaisants.

Par contre, je souhaite réagir sur un point particulier de votre billet, M. Schneidermann.
Vous présentez M. Huet comme agressif, ce qui provoquerait en retour une agressivité de M. Birenbaum.
Vous travestissez la réalité, car je viens de visionner cette émission (que je n'avais pas encore vue) et il n'en est rien !
M. Huet est, au pire, un peu péremptoire et dépité de se trouver en face de parfaits ignorants, ce qui le fait réagir.Il est en revanche toujours précis et se trouve bien en peine de préciser sa pensée face à l'agressivité de M. Birenbaum.
Cette agressivité de M. Birenbaum, qui est omniprésente dans quasiment tous les épisodes de la 'ligne jaune' que j'ai pu visionner est très préjudiciable à cette émission par ailleurs plutôt intéressante.

Dommage.
:/
Parfaitement Patricia est mon dû. Elle sait pertinemment pourquoi. Et ça personne ne peut me l'enlever.
C'est marrant, je n'avais pas encore vu de trolls sur @si... Hélas, maintenant c'est fait.
À l'heure où j'écris, cet article a fait 31 337 clics et 260 commentaires sur Rue89, le plus populaire de la journée.

Ça serait intéressant de savoir pourquoi cela a fait tant de clics.

pas d'accord avec la chronique.


lire le dernier XXI numéro douze automne 2010 et le projet HARP pour vous faire une autre opinion sur des perturbations climatiques dû à l'homme.

étudié un peu en géographie "le climat", et les profs sont humbles de leurs ignorances, grandes voir immenses que les scientifiques "médiatisés " semblent ignorer volontairement pour le bien pensant.

exemples:

ampoules économie d’énergie : recyclage complet impossible, contient du mercure.

panneaux solaires, pas recyclable en masse,...

l'écologie est juste un nouveau marché qui fait perdurer un capitalisme à l'agonie.
Quand on parle de climat on regarde à grande échelle, un point= une moyenne de 30 ans...

le Co2 est un maillon majeur de la vie (photosynthèse) ...
le méthane fait plus d'effet de serre que le CO2 mais on en parle pas normal cela viens du pets des vaches industriels subventionnés pour nous faire bouffer de la merde ...

des regrets des sujets que vous ne traitiez pas :
les nanotechnologies (ou nécrotechnologies);
Claude Bourguignon,
plutôt qu'inviter Yann Arthus Bertrand : Colin Serreau et solutions locales pour un désordre globale aurait été davantage intéressant
...

sinon j’adhère presque tout le temps à @si et XXI...

bonsoir ou bonjour
Monsieur Schneidermann
Vous pourriez faire une émission du plus grand intérêt en invitant Jean-Marc Jancovici.
Voici un lien vers son site, en rapport direct avec votre chronique.
http://www.manicore.com/documentation/climatosceptiques.html
Cordialement
http://www.objectifliberte.fr/2010/11/belouve-rechauffement-climatique-rapport-academie-sciences.html
De plus si la banquise du pole nord diminue, le pole sud c est le contraire .Il fait plus froid et il y a plus de neige..Encore une bizarrerie.
Lire le rapport de l'académie des sciences internationales sur l'audit du Giec pour relativiser et lire aussi la video recommandé par fcha plus haut ou encore celle la: http://www.dailymotion.com/video/xffn8t_science-publique-vincent-courtillot_tech
Vouloir mettre les climatosceptiques et Allègre à leur tête pourensuite traiter l'ensemble d'"imposture" et curieux de la part de DS.
Il aurait vraisemblablement traité Galilée d'imposteur s' il avait signé une chronique à cette époque.
Ce rapport dit que le débat est légitime et qu'il fera avancé la science et qu'en l'état les thèses défendues par les soi disant "imposteurs" ne sont pas si idiotes.
Donnons les moyens financiers aux scientifiques qui défendent ses thèses (au moins autant que consacre le GIEC pour défendre les siennes!)
Enfin sur l'acadèmie des sciences et leurs "illustres" académiciens relativisons un peu car j'ai toujours en mémoire ( J'ai 62 ans) une interview à la télévision d'un Académicien de l'époque, M. Louis le Prince Ringuet, nous invitant à rester prudent avec l'état de la science au moment ou l'on écrit dessus. Il citait avec une pointe d'humour un des nombreux rapports de l'académie qui datait de la fin du 19 ième siècle et qui le forçait à méditer et qui concluait ( le rapport) : Compte tenue du nombre d'animaux de traits ( chevaux, boeufs, anes etc..) en augmentation exponentielle en cette fin de siècle que le problème pour les génération futures serait de s'interroger "quoi faire de leurs excréments"? les académiciens avaient calés sur les solutions. La voiture et le train vinrent à leur rescousse!
Daniel, bravo !
Guy , je savais que vous ne vous excuseriez jamais, ça ne vous grandit pas. C'est vous qui avez été ignoble avec Huet, et ceci dès le début de l'émission comme je l'avais montré dans le forum en retranscrivant certains passages. c'est vous qui l'avez fait sortir de ses gonds et devenir arrogant. Bref...je n'ai toujours pas avalé cette émission, et je ne l'avalerai jamais. Mais ce que je vous reproche, Guy ce n'est pas cette attitude ce jour là, c'est votre rigidité et votre fierté mal placée, votre refus de vous excuser, vous restez droit dans vos bottes et c'est bien dommage.
Bonjour, et merci pour cette chronique.
Ce que je note surtout, c'est que dans ce genre de polémique, on commence surtout à y voir plus clair un an après, quand tout le monde s'est arrêté de vociférer et que celui qui a raison n'est plus celui qui a la voix qui porte le plus. Sur une question scientifique, le seul moyen d'y voir un peu plus clair est de laisser le temps aux arguments et contre-arguments de se développer et se confronter. Et ça, c'est incompatible avec les contraintes médiatiques, du moins dans la forme actuelle de l'exercice, surtout quand ce qui tient lieu d'actualité est un 'grenelle' (que je hais ce néologisme) ou autre sommet international.
Vincent Courtillot sur ce rapport de l'académie des science:
http://www.dailymotion.com/video/xffskt_vincent-courtillot_news#from=embed
...mais Courtillot n'est pas Arthus-Bertrand, n'est ce pas?
Au 12è siecle quand les Vikings decouvrirent le Groenland il l appelerent greenland parce qu il etait vert, Bizarre non!! Je pense qu il il y a plus de danger avec la pollution de l eau, des oceans de la sur peche ,de sa destruction .L homme peut vivre plusieurs semaines sans manger mais que queques jours sans eau .Certes la pollution de l air est un gros problème mais le danger immediat c est la surexploitation des oceans et sa pollution; mais là bizzare personne en parle.Pour ça je donne raison à Allegre.
Bien envoyé Guy !

Je n'ai pas toujours apprécié vos prestations de façon égale, mais en l'occurrence concernant cette ligne jaune, je suis à 100 % derrière votre position, d'autant plus en prenant acte de votre non-participant au casting de l'émission.

Par ailleurs, comme on pouvait s'en douter, il semble bien qu'un malaise sérieux entre vous et D.S. compromette les futures "Ligne Jaune" et malgré quelques imperfections, je le regrette sincèrement et fortement.

Si tel était le cas, j'espère vous retrouver ailleurs pour un exercice comparable.


PS : Je précise que depuis le 1er jour du site, rien ne m'avait autant irrité que ce 9-15, c'est, pour moi une très grande déception et même une faute professionnelle. Je crois que Daniel Schneidermann n'a pas lu le rapport en question ou ne l'a absolument pas compris.
C'est assez amusant de voir DS jouer les procureurs d'un procès en incompétence contre Allègre alors que c'est Allègre qui a signé (parmi d'autres) le rapport de l'Académie. Le-dit rapport est fort critique contre le GIEC, d'ailleurs. Mais j'imagine que DS ne l'a pas compris, si seulement il l'a lu.
Il est très amusant de revenir a posteriori - et donc de manière totalement anachronique - sur une émission passée.
Mais pourquoi pas. C'est un exercice intéressant.
Et puis, c'est ce qui fait le charme de DS.
Avec lui le coup de pied de l'âne est toujours possible, longtemps après que les poètes ont disparu...

Je découvre donc ce matin à 9h15 que "nous n'avons pas échappé à la mise en scène d'un débat dont nous savons aujourd'hui qu'il n'avait pas lieu d'être, notamment dans une mémorable Ligne j@une".

Ah le débat serait donc désormais réglé. Fort bien, je m'en réjouis, ça au moins c'est fait...

J'apprends ensuite qu' "On peut voir et revoir cette émission, cas d'école des dangers de la télé".

J'ignorais pour ma part que nous faisions de la télévision à @si, mais passons cette petite bourde toutefois assez révélatrice.

Venons en aux faits...

"La supériorité scientifique de Sylvestre Huet, journaliste de Libération et pourfendeur des climato-sceptiques, est évidente".

Certes c'est probable mais il reste à savoir comment a été composé le plateau de cette émission...

N'ayant pas la moindre compétence sur le sujet, je m'étais tenu très sagement à l'écart de la préparation de cette émission en termes de composition du plateau.

Le producteur de l'émission - DS - oublie donc de vous expliquer dans sa chronique cette partie de sa fabrication, essentielle, centrale, cruciale, le "qui invite-t-on ?" qui m'a totalement échappé cette fois-là, faute d'avoir le moindre neurone connecté sur le sujet.
Comme d'ailleurs (et je ne dis pas ça au hasard...) le jour de l'émission sur Riposte laïque, où, là aussi, faute de connaissance de ce micro-sujet débusqué par Laure, je n'ai pas "trouvé" d'invités, ne connaissant pas les intervenants de la polémique.

Bref je vous avoue que je me sens assez peu coupable du déséquilibre initial de compétence et que je trouve étrange de la part de DS qui instruit une forme de procès de l'émission d'oublier cette partie essentielle .
Comme on fait son lit on se couche non ?

Passons à la suite...

"Mais l'agressivité de ce même Huet, suscitant en retour celle de Guy, produit au total un spectacle confus, dans lequel Huet apparait comme l'arrogant détenteur d'une vérité officielle qu'il est interdit de contester".

Et encore n'étiez vous pas présent physiquement en plateau (ni DS au demeurant, la régie est derrière une vitre...) pour sentir la pression physique que Huet exerçait sur les deux autres...
Et la manière dont tout à sa compétence, Huet a submergé le plateau. Non pas de son expertise, mais de son arrogance.
Que faire dans un cas comme celui-là ? Laissez un invité manger tout cru ceux qui ne font pas le poids et qu'on ne connaît pas ? Ou tenter de rétablir une forme d'équilibre comme on peut (je passe sur les conseils venus de la régie, j'assume ce que je fais...)

Je continue...

"Les leçons à en tirer ? D'abord celle-ci : ce n'est pas parce que les spécialistes légitimés par les médias "mainstream" défendent une thèse, que cette thèse est forcément fausse".

Certes non, DS a raison.
En revanche, je crois que lorsque l'on manque de pédagogie, d'humilité et même de la moindre empathie, il est assez difficile de faire triompher des idées seraient-elles lumineuses et évidentes.
Pour moi c'est aussi une leçon à tirer...

Encore...

"Peut-être certains sujets sont-ils définitivement incompatibles avec le format du débat télé, pour ne pas dire avec la vulgarisation médiatique en général. Mais soyons prudents : cela n'a évidemment rien d'une loi scientifique
".

Bah oui peut-être bien. Ou peut-être pas. Je n'en sais rien moi non plus.

Et si c'était à refaire, me direz-vous ? Car là est pour moi la seule question qui vaille...

Eh bien je me comporterais exactement de la même manière.

Aucun savoir, aucune idée, ne se transmettent par l'arrogance, voire la violence symbolique.

Ce n'est pas l'animateur de télévision qui parle.

Je ne suis pas animateur.
Et nous ne sommes pas à la télévision.

C'est l'enseignant qui a passé de longues années de sa vie à tenter modestement d'apprendre deux ou trois choses à ses étudiants.

Et notamment celle-ci...
"Il ne faut jamais pleurer sur le lait renversé"...

Allez, sans rancune Daniel, et au fait, c'est quand la prochaine Ligne Jaune ???
Tiens donc, "mainstream" ASI est gêné aux entournures!...
Et alors DS, on est pas fier d'avoir organisé un débat sur le réchauffement climatique? Et on souligne qu'on a jamais, mon Dieu, jamais invité Claude Allègre? Donc on se comporte comme les autres médias, on court après le balancier vers les climatosceptiques puis, vers l'Académie des Sciences!... C'est si facile...
Or, il ne vous a pas échappé que Claude Allègre posait deux questions dans son bouquin et ses interventions: un consensus est-il une vérité scientifique? Est-ce une urgence aujourd'hui?
Si j'ai bien compris, le rapport ne répond pas à la première question, et les politiques ne répondent pas à la deuxième. Ces deux questions restent donc posées.
On loue, ou on déplore, l'instruction de nos chères jeunes têtes, qui devrait leur développer un esprit critique, et dès qu'on est confronté à un esprit critique, on l'encense ou on le rejette... en fonction de la mode...
Ne sommes nous pas un peu schizophrène?
Chers amis il existe une méthode simple et infaillible pour dénicher les impostures, les vendus, les représentants de commerce cachés derrière le statut de chercheurs du CNRS. Il suffit de leur demander (encore mieux de chercher soi même) par qui ils sont payés. Non pas par le ministère de la recherche ou un hôpital, mais tout simplement quelles ont été la source de leur revenu.
C'est simple et efficace, encore faut-il que les journalistes s'y collent, à moins que eux aussi .... ?

Savez chez qui Allegre passe son temps ? savez vous par qui il a déjà été payé dernièrement ?

Cherchez sur internet, vous découvrirez la vérité. Tout le reste est du spectacle, dont nous sommes complice en ajoutant notre personne à la masse d'hypnotisés assis devant leur télé
Pas de raison de s'emmerder avec ce gros mammouth d'Auvergne. Comme son homonyme velu, il est prêt à tous les coups de trompe. Coluche avait résumé la question en disant qu'il "écrasait les proutes" (mais il s'agissait d'autre chose).
M. Schneidermann, j'écris mon premier message pour vous dire que je vous trouve injuste dans cette chronique.
Je trouve qu'utiliser Allègre pour discréditer les opposants au rapport du GIEC et ainsi pouvoir les classer comme des impostures est un raccourcis pas très classe. Ce n'est pas parce que sont discourt n'est pas cohérent que c'est le cas pour tout les autres.

Depuis le début de cette affaire (sortie du rapport du GIEC) j'écoute les propos de Vincent Courtillot et ses propos me paraissent vraiment pertinents et ses interview très mesurées. Je pense que si vous voulez une opposition sérieuse aux dogmes sur le réchauffement climatique, vous feriez mieux de vous intéresser aux interventions de cet homme plutôt qu'à celles de M. Allègre.
Je vous conseille vraiment de regarder ses conférences sur youtube, cela permet de relativiser assez fortement les idées reçues.
Il tient un blog ou il poste les liens vers la plupart de ses interview dans les média.
http://vincentcourtillot.blogspot.com/

J'ai le souvenir d'une interview très intéressante ou il critiquait le rapport du GIEC il y a plus d'un an dans "Parlons Net" :
http://www.dailymotion.com/video/xbaihj_1-parlonsnet-avec-vincent-courtillo_news
Je suis pour la liberté.
Celle de penser, et celle de s'exprimer.
Au passage, je pense que la loi dite Gayssot, même si elle poursuit un but louable, est au mieux inefficace, au pire contre-productive. Mais ceci est un autre débat.

Revenons à M. Allègre.

Les avancées scientifiques doivent s’effectuer dans la transparence et la contradiction, sans œillères, sans a priori. Que M. Allègre puisse exprimer son point de vue est sain. La science n’en est pas à sa première controverse. Lorsqu’un mathématicien propose un nouveau théorème, ses confrères n’ont de cesse de « démolir » sa démonstration, d’y trouver une faille qui mettra à mal son raisonnement. Quelque en soient les motivations, cet acharnement à démolir la théorie de l’autre offre l’avantage, en cas d’échec des contradicteurs, de crédibiliser la dite théorie.

Mais ce travail ne se fait pas autour d’un micro avec des interviewers scientifiquement incultes, entouré d’un public tout aussi inculte, où l’interviewé dispose de cinq minutes cumulées de temps de paroles, interrompu toutes les deux minutes par des applaudissements et des spots de pub.

Pour paraphraser un homme illustre, je conclurais ainsi : « je préfère un excès de contradiction à pas de contradiction du tout ».

PatriceNoDRM
J'ai suivi le lien pour l'émission Ligne j@une que je n'avais pas vue à l'époque.
Je trouve qu'@si devrait être plus humble.

Je suis un scientifique et comme Huet, cette émission me met en colère.

Guy Birenbaum repète qu'il ne veut pas entrer dans les détails, que c'est trop compliqué,
qu'il n'a pas lu les rapports. Bref il n'est au courant de rien et met sur le même pied des illuminés
et des gens qui travaillent et sont préoccupés de science. Ce qu'on retient c'est qu'il a fait
un blocage sur les maths quand il était petit et que depuis il préfère les messieurs à barbichettes
qui sapent la crédibilité des sciences. A la fin de l'énission il suggère que Huet a besoin de
soin psychiques, peut être que Guy Birenbaum devrait examiner aussi son rapport aux sciences
sous cet angle.

Vous avez avec Rafik un chroniqueur geek qui s'occupe de cinéma, pourquoi ne pas embaucher un scientifique ?
Étonnant rapport : tout le monde l'a-t-il bien lu (et pas seulement ses conclusions) ? Je ne peux pas piffrer Allègre, mais n'était les conclusions beaucoup plus tranchées que le contenu, je peux comprendre qu'il puisse prendre ce rapport pour une victoire. Parce qu'effectivement, ce que dit clairement ce rapport, c'est qu'on ne sait pas prévoir ce qui va se passer - et qu'en fait, même l'analyse de ce qui s'est passé jusque là est toujours largement en cours.

Je regrette pour ma part ne pas voir traité sérieusement dans cet intéressant document les récentes avancées sur le rôle des rayonnements cosmiques combiné à l'activité solaire (et au modèle moins d'activité solaire => plus de rayonnement cosmiques => plus de nuages => plus d'effet de serre du aux nuages => réchauffement) qui contrairement aux bavardages d'Allègre a fait l'objet de publications et de vérifications expérimentales. C'est d'ailleurs cette thèse qui a mobilisé le plus grand nombre de figure éminente de la communauté contre les tenants du "tout CO2", et c'est la principale réserve que j'ai sur le sujet (avec le fait qu'évidemment nous n'avons pas du tout de données suffisantes pour établir une histoire suffisament précise du climat à l'échelle mondial sur les derniers dix mille ans, et que dire "il faut regarder les évolutions au moins à dix ans" est une blague : il manque une ou deux décimale à ce chiffre...)

Mais en tout état de cause, je trouve que l'édito de DS pourrait tout aussi bien demander des excuses à tous les médias qui pérorent à tout bout de champ des "vérités" bien plus avancées et affirmatives que ce qu'on trouve dans ce document (y compris Huet) sur le réchauffement. Il ne faut pas s'étonner, en conséquence, si cet excès initial fait les choux gras d'autres excessifs horripilant comme Allègre.

Quand à l'émission de la Ligne Jaune, je la trouve toujours d'actualité, et je reste toujours très sceptique de tous les scientifiques qui sont très affirmatifs sur ces questions. S'il y a une chose que j'ai compris à suivre ces débats, c'est que l'état de nos connaissances est trop limité pour qu'une telle attitude soit raisonnable.
L'une des raisons, même si ce n'est pas la seule, qui expliquent entre autre ce traitement dans les médias généralistes est le manque de formation des journalistes sur les questions scientifiques (qui renvoie au problème plus général d'homogénéité de la formation et du recrutement ).

Ce n'est pas un problème propre aux journalistes mais à la société en générale qui ne sais pas ce qu'est faire de la science en quotidien. L'image qui reste est souvent celle de l'école avec des théories bien cohérentes et carrées qui tombent du ciel et qui font souffrir les étudiants.

Du coup bien plus que dans n'importe quel champ, n'importe quel beau parleur qui passe bien à la télé impressionne car il n'y absolument pas de possibilité à la critique faute de compétence de base. De ce fait, les médias se bornent à reproduire la "neutralité" qu'ils mettent en oeuvre sur les questions d'ordre politique à savoir "toutes les opinions se valent", sans vouloir trancher. Par exemple sur des énormités comme la question des imprécisions des modèles propre à toute théorie devient dans la bouche d'Allègre si ils y a des imprécisions c'est que le modèle est faux.



A ce propos pour tout ce que ces questions de traitement médiatiques de la sciences, d'interaction sciences et société, je me permet de signaler le lancement d'ownisciences la dernière déclinaison du site des petits gars d'owni reçus sur le plateau de la ligne jaune consacré à wikileaks.

Par ailleurs, cher Daniel, si vous souhaitez creuser votre réflexion, vous pouvez vous rendre vendredi soir à la cantine à Paris se déroulera une soirée débat sur le thème de la culture scientifique et de la culture numérique
Allègre fut un féroce ministre de l'éducation nationale que n'aurait pas renié Sarkozy qui depuis 3 ans dégraisse le mammouth à tours de bras.Le ministre Allègre n'hésitait pas à mentir honteusement à l'époque pour humilier les enseignants qui l'ont alors copieusement rejeté .Cet homme,imbu de lui-même,adore être en contradiction avec les meilleurs de ses semblables.On dirait que ça renforce l'estime qu'il a de lui-même.
Je me souviens de la Ligne jaune que vous aviez proposée sur ce sujet et qui m'avait laissé un goût amer.mais moins que certains débats télévisés où Allègre et quelques autres,comme l'ineffable Cabrol de la météo,se gargarisaient de leurs certitudes.
En tout cas,s'il y a une leçon à tirer de ce dénouement,c'est qu'il ne faut rien croire des avis des "spécialistes" vus et revus sur le problème des retraites,l'économie etc etc..
Allègre, Oh, ma non troppo ;-)
Je l'ai toujours trouvé creux, Claude Allègre. Pour le peu que je l'aie vu à la télé, il a une ou deux phrases choc, ou à peu près bien ficelées, qu'il est totalement incapable de développer car cela repose ou semble reposer sur du vent. On en a d'ailleurs bien la preuve avec l'entretien avec Yves Calvi sur RTL, il a juste une chose à dire ("non non non, ce n'est pas incohérent") et est incapable de répondre à la contradiction.
Au final je ne comprends pas pourquoi il est toujours invité à la télé, à moins que ce ne soit pour montrer que les arguments climato-sceptiques sont creux ?

Mais quand à savoir si "l'imposture Allègre est enfin terrassée", je dirais méfiance : vous allez peut-être un peu vite. Il pourrait bien réapparaître dans quelques mois, avec une question gentille du genre "on vous a souvent pris à parti à propos d'un rapport que vous avez cosigné, qu'avez vous à en dire...", l'affaire sera évacuée et il recommencera à répandre ses idées.

On parie? ;)
Je me souviens bien de ce débat sur ligne jaune.

Guy Birenbaum m'avait particulièrement énervé à constamment couper la parole à Sylvestre Huet et l’empêcher d'aller jusqu'au bout de sa démonstration. Le présentateur de ligne jaune ne comprenait absolument bien au sujet, c'est une chose. Mais pourquoi interdire aux Asinautes qui ne partagent pas tous son ignorance dans le domaine d'écouter jusqu'au bout les arguments des intervenants.

J'avais trouvé cela particulièrement déplaisant de sa part.
On est trop vache avec les médias. À toujours pointer le pire, à n'extraire d'eux que le gras qui forme des yeux dans le bouillon, à n'en respirer que le fumet écœurant qui se dégage, on oublie le bon goût sur les papilles et que ça nous nourrit à satiété parfois.
Vendredi dernier, j'ai écouté dans ma radio à roulettes dégageant du CO2 pour nourrir la végétation de bord de route, "les grosses têtes au carré". Et sans ça comment j'aurai su que certains scientifiques se font licencier pour nous? Comment j'aurai découvert un site de sciences citoyenne http://sciencescitoyennes.org/spip.php?rubrique1 comme son nom l'indique? J'ai écouté attentivement des gens échanger des idées en s'écoutant attentivement les uns les autres, avec des arguments sus sur le bout de la langue qui leur viennent sans forcer, parlant d'un ton égal sans barouf et avec élégance, ce qui permet à Testard de placer le fond de sa pensée sur Allègre, sans tourner autour du pot pourtant.
Extrait d'un site, sans doute "mal-vu" par certain, mais quand même intéressant à lire.


1er Novembre 2010 : Judith Curry, l'hérétique.??"La grande prêtresse du réchauffement climatique" est maintenant déclarée hérétique et relapse par ses collègues parce qu'elle osé douter, le dire tout haut et pactiser avec des sceptiques... ?

Nul ne doute que Judith Curry, Professeur, titulaire de chaire à l'Ecole de sciences de l'atmosphère et de la Terre de l'Institut de Technologie de Géorgie, est un personnalité qui compte dans la climatologie, comme en témoigne son CV et ses nombreuses contributions à cette science. De fait, Judith Curry est une des grandes spécialistes mondialement connue pour se travaux sur les nuages, l'arctique et, surtout, les ouragans. ?Elle était, il y a peu encore, au centre de la mouvance des supporters du GIEC. D'ailleurs, elle se définit (avec un zeste d'auto-dérision), elle-même comme étant, à une époque récente, la “high priestess of global warming”, "la grande prêtresse du réchauffement climatique".

• Du rififi chez les climatologues placés au coeur du GIEC :
J"écris "il y a peu", parce que tout a basculé en un peu moins d'un an. ??Judith Curry a "pactisé" (et sympathisé) avec l'ennemi, disent ses détracteurs. Le pire ennemi, le "monstre" comme le nomment les adeptes du site Realclimate (fondateur Michael Mann, membres actifs Gavin Schmidt (le bras droit de James Hansen), Ray Pierrehumbert etc.), c'est Steve Mc Intyre, le responsable du fameux blog Climate Audit avec lequel Judith a pris langue et entrepris une discussion fructueuse.

Judith Curry, l'ex-grande prêtresse du réchauffement climatique", a dès lors été considérée comme un "monstre" par ses collègues, à l'égal de Steve Mc Intyre. Certains nous certifient, sans rire, qu'elle est passée "du côté obscur de la force" (Sic). D'autres pensent qu'elle a été dupée, ce qui n'est pas gentil pour ses capacités de jugement scientifique..

Par exemple, voici ce que lui écrit Gavin Schmidt dans un forum " Dans le futur, je considérerai que vous êtes un moyen de transmission de fausses informations, plutôt que l'origine." Autrement dit : vous n'êtes pas capable de discerner le vrai du faux. ?Il faut dire que Judith Curry a recommandé la lecture du livre best-seller d'Andrew Montford :" L'illusion de la crosse de hockey : le Climategate et la corruption de la Science" (en fait, il s'agit surtout d'une enquête approfondie sur les courriels du CRU), ce qui n'a pas dû leur faire plaisir. ???A ce sujet voici ce que Judith Curry a écrit dans une déclaration toute récente, sur son nouveau blog : ??" Il y a des parallèles entre le "monstre Mc Intyre" et le "monstre Curry". Le statut de "monstre" vient du fait que nous remettons en question la science du GIEC et la question des incertitudes. Tandis que le monstre Mc Intyre est bien plus éminent dans le débat public, le monstre Curry semble beaucoup plus irritant pour la communauté des gens du milieu (des climatologues)."...??" Eh bien, qui a créé ces "monstres" ? S'agit-il des grands pétroliers (Big oil) ? des idéologues de la droite ? ?Non. Ce sont les médias, les activistes du climat et la tendance Realclimate de la blogosphere...?Je me demande si les activistes du climat apprendront jamais ...."

?Rappel : Qui est Steve McIntyre ? ?Comme le savent ceux qui suivent ce site depuis longtemps, Steve Mc Intyre est devenu "la bête noire" des adeptes du GIEC depuis qu'il s'est rendu célèbre pour avoir attaqué et démonté, pièce par pièce, la fameuse courbe en crosse de hockey de Michael Mann et al (1998). Comme vous le savez, cette reconstruction du climat sur les mille dernières années effaçait le petit âge glaciaire tout comme l'optimum médiéval. Cette courbe emblématique affinait qu'il ne s'était rien passé du point de vue des températures du globe pendant cette période et que le réchauffement actuel était donc exceptionnel. La crosse de hockey est devenue l'icone des rapports successifs du GIEC, jusqu'en 2001. J'ai évoqué cette affaire, il y a quelques années, dans ce billet. De fait, le blog Climateaudit de Steve Mc Intyre qui est un critique scientifique très efficace du GIEC et des ses affidés, a été élu "le meilleur blog scientifique de l'année 2007" des pays anglophones. ?
Tout récemment, dans le Scientific American (Un journal scientifique très suivi aux USA), un journaliste titre son article d'un retentissant : ?"Climate Heretic: Judith Curry Turns on Her Colleagues" soit "L'hérétique du climat : Judith Curry enflamme ses collègues". Dans cet article, on peut lire entre autre, qu'elle ((Judith Curry) "accuse le GIEC de "corruption".?On reparlera du Scientific American, un peu plus bas. A noter que le Scientific American a été jusqu'à récemment une chambre d'écho des tenants du GIEC. On y trouve, à présent, des articles plus mesurés, pour ne pas dire presque sceptiques.

• Comment Judith Curry, la "grande prêtresse du réchauffement climatique", est-elle devenue "hérétique" ?
Tout comme James Lovelock, Hal Lewis, Pietr Chylek ou encore Mike Hulme et beaucoup d'autres, Judith Curry a été bouleversée, pour ne pas dire horrifiée, par la lecture des emails du CRU de l'Université d'East Anglia (Ces courriers que la presse française a jugé négligeables et "sans intérêt" et qui ont donné naissance à ce qui a été appelé le ClimateGate. J'ai traduit et présenté quelques uns de ces emails dans cette page (Nov 2009)).

Judith a rédigé une réponse particulièrement détaillée à l'article du Scientific American : ?Cette réponse est intitulée : "Hérésie et création des monstres".?Elle est le point central de ce billet.

Judith nous dit, en particulier que :

"... nous étions traités comme des stars du rock par le mouvement environnementaliste." ?Elle raconte que la guérilla scientifique sur le réchauffement climatique s'est amplifiée démesurément aux USA-UK et lorsque le New York Times s'émeut des proportions que tout cela a pris, elle considère cela comme un "seau d'eau froide"...Le premier seau d'eau froide.

Judith poursuit :

"19 Novembre 2009 : Seau d'eau froide N°2. Quand j'ai vu pour la première fois les emails du Climategate, ma réaction a été viscérale. Tandis que mes collègues concentraient leurs efforts pour protéger les réputations des scientifiques impliqués et assuraient aux gens que "la science n'est pas changée", j'ai immédiatement réalisé que cela pourrait détruire le GIEC. Je suis devenue inquiète à propos de l'intégrité de toute notre discipline et de sa perception par le public. Quand j'ai vu comment le GIEC répondait et que j'ai entamé une enquête sur les diverses allégations contre le GIEC, je suis devenue critique du GIEC et j'ai essayé de faire des suggestions pour l'améliorer. Tandis que des erreurs criantes étaient découvertes (spécialement sur les glaciers Himalayens) et que le GIEC s'abstenait de répondre, j'ai commencé à me demander s'il était possible de sauver le GIEC et s'il fallait le sauver. A cette même époque, l'Establishment des Institutions aux USA et ailleurs, restaient pratiquement silencieuses sur ce sujet..."??Dans le même message, elle écrit que :

"Pendant les années 2008 et 2009, j'étais devenue de plus en plus inquiète du manque de "neutralité politique" des tenants du GIEC et des visées politiques qui n'avaient pas de sens pour moi. Mais après tout "Ne faites pas confiance à ce qu'un seul scientifique dit" (Ndt : un proverbe classique dans le milieu scientifique US) et j'ai continué à substituer les affirmations du GIEC à mes propres jugements personnels (dans mes déclarations en public)..."??Plus loin Judith se reprend et évoque l'année 2010 :??"J'avais été d'accord pour substituer le GIEC à mes jugements personnels (lors des déclarations en public) mais, après avoir lu ces emails, pour moi, le GIEC avait perdu sa haute substance morale. Il ne s'agissait pas de dire que la science du GIEC était fausse mais je ne sentais plus obligée de substituer la parole du GIEC à mon propre jugement."

• Que répond Judith Curry à ses critiques qui la diabolisent ? ?(toujours dans le même message, Judith Curry a rédigé une note spécifiquement adressée à ses collègues, (notamment, mais pas seulement, à ceux de la nébuleuse Realclimate ). ?Je vous conseille de lire ce message avec attention. En tant "qu'insider" (membre du Club !), Judith Curry nous dépeint l'état de la question aux Etats Unis et, sans nul doute, au Royaume Uni. C'est à dire, ce qui se passe au coeur même de l'alarmisme du GIEC. ?Judith Curry nous montre le dessous des cartes.?De fait, ce message est essentiel pour qui veut tenter d'anticiper sur les événements à venir. Les caractères engraissés sont de l'auteur du site.
Note aux membres de la communauté des sciences du climat qui me critiquent

Permettez moi de commencer ma déclaration en disant qu'au point où nous en sommes, je suis en grande partie immunisée contre les critiques venant de mes pairs en ce qui concerne mon comportement et son retentissement dans le domaine public, sur ce sujet (Je réponds à n'importe quelle critique sur mes arguments qui me sont explicitement adressés). Si vous pensez que je suis pour une grande part dans la cause des problèmes auxquels vous êtes confrontés, je vous suggère d'y réfléchir à deux fois. Je fais de mon mieux pour récupérer un peu de bon sens dans cette situation et pour replacer la science dans une situation plus éminente que celle du dogme du consensus. Il est possible que cela ne vous plaise pas et que mes actes puissent se révéler inutiles, futiles ou contre-productifs à court et à long terme, mais quelques soient les principes moraux, l'ensemble de cette affaire finit par être jugée. De fait, ceci est le résultat d'un choix soigneusement délibéré sur ce que signifie être un(e) scientifique et se comporter en fonction de son honnêteté professionnelle et personnelle.

Laissez-moi vous poser une question : Alors où en êtes vous arrivés, depuis peu ? ?Il y a un an, l'establishment du climat était au sommet du Monde, maître de l'Univers. Maintenant, nous sommes dans une situation où il y a eu de sérieuses remises en question de la réputation d'un nombre important de scientifiques, du GIEC, de sociétés professionnelles et d'autres institutions de la science. Le contrecoup a été une perte de confiance du public dans la science du climat et, certains ont même affirmé, plus généralement, dans la science. Le GIEC et l'UNFCCC (Ndt : " United Nations Framework Convention on Climate Change", l'organisateur de la conférence de Copenhague, entre autres) sont considérés par beaucoup comme des obstacles au développement de politiques énergétiques saines et politiquement viables. Les groupes environnementalistes militants sont en train d'abandonner la question du changement climatique pour des questions plus prometteuses. Aux USA, la perspective d'une victoire des Républicains à la Chambre des Représentants brandit le spectre d'enquêtes sur l'intégrité de la science du climat avec des réductions de crédits fédéraux pour la recherche climatique.

Que s'est-il passé ? Est-ce que les sceptiques, les compagnies pétrolières et les groupes de pression libertaires ont gagné ? Non. C'est vous qui avez perdu. Tout ceci au nom du soutien à des politiques dont je pense que beaucoup d'entre vous ne les comprennent pas en totalité. Ce que je veux c'est que la communauté de la science climatique change de braquet, se remette à faire de la science et revienne dans un environnement où le débat sur la science reste le sel de la vie académique. Et, du fait de la vaste implication de notre domaine de recherche, nous devons trouver comment fournir la meilleure information scientifique possible ainsi que l'évaluation des incertitudes. ?Ceci signifie que nous devons abandonner cette adhésion religieuse au dogme du consensus."

Judith Curry (25 Oct. 2010)

• Judith Curry est-elle seule au sein de "l'establishment" ?
En réalité la "rébellion hérétique" de Judith Curry n'est pas un épiphénomène. Au contraire, elle est le prolongement d'une série de déclarations faites par plusieurs climatologues expérimentés, rendues publiques par les médias anglophones ...et superbement ignorées par les nôtres.

Souvenez vous du mail du 29 avril 2007 de Keith Briffa à Michael Mann (original et traduction), tous deux des acteurs décisifs au sein du GIEC. Briffa était visiblement déprimé ... ?En voici un extrait significatif (caractères engraissés par PU):

Mike, ??"Ton message constitue un bon coup d'épaule pour moi en ce moment. Je me suis retrouvé à me questionner sur toute cette affaire et j'ai été souvent frustré sur la manière dont cela a été mené - ce qui m'a fait perdre du temps et buter dans des impasses. Je te remercie de prendre sur ton temps pour me dire ces mots aimables. Je me suis donné beaucoup de mal pour trouver un équilibre entre les besoins de la science et ceux du GIEC qui n'ont pas toujours été les mêmes. J'étais inquiet que tu puisses penser que je donnais l'impression de ne pas vous soutenir assez fort en essayant de mentionner les problèmes et les incertitudes. Beaucoup a dû être retiré et j'étais particulièrement malheureux de ne pouvoir être affirmatif dans le Résumé pour les Décideurs en rapport avec le renforcement du 4ème Rapport (AR4) par rapport aux conclusions du troisième rapport (TAR)." ....

Keith

Cela ne fait-il pas écho aux doutes de Judith Curry au sujet de la difficulté qu'on éprouve à cautionner les affirmations du GIEC ainsi que la négation des incertitudes ? ??Souvenez vous aussi de quelques réactions (parmi d'autres) de climatologues "mainstream" réputés suite à la publication des émails du CRU, rapportés dans cette même page :

de Mike Hulme (UK) qui critiquait sévèrement le comportement"tribal" des affidés au GIEC. D'ailleurs, Judith Curry utilise les mêmes termes pour qualifier le comportement de ses collègues. Mike Hulme écrivait :

"L'aspect tribal de quelques uns des emails résultant de la fuite, montre quelque chose qui est plus habituellement associé avec une organisation sociale au sein de cultures primitives. Il n'est pas plaisant de découvrir que ces pratiques ont cours au sein même de la science. "
et de la lettre ouverte de Pietr Chylek (USA) à ses collègues:

" Il semble que quelques uns des leaders les plus connus de la communauté de la recherche climatique, tels les prophètes de l'Ancien Israël, ont cru qu'ils pouvaient voir le futur de l'humanité et que la seule chose qu'il leur restait à accomplir était de convaincre ou de forcer tous les autres à accepter et à suivre.."
• Les conséquences : L'évolution de la perception des jeunes et du public anglophone.
Voici, par exemple, une lettre d'un des étudiants de l'Université de Géorgie où Judith Curry exerce la fonction de professeur (en chef). Ce texte est extrait d'une lettre ouverte de Judith à ses étudiants (source reproduite ici) : Elle cite cette lettre (parmi bien d'autres qu'elle a reçu) pour expliquer sa prise de position :

Hi Dr. Curry, (Hello Docteur Curry, notez le ton familier, courant aux Etats Unis entre les profs et les élèves),

Je suis un jeune chercheur en sciences du climat (je viens juste de recevoir mon master degré (Ndt : à peu près la maîtrise) de l'Université de xxx) et j'ai été très troublé par les emails qui viennent du CRU. Je voulais juste vous applaudir pour votre réponse sur Climateaudit.org [95% de celle-ci]. Vos déclarations constituent exactement ce que j'avais ressenti en entrant peu à peu dans cette communauté. Le contenu de quelques uns des emails m'a littéralement fait tout arrêter et me demander si je devais continuer ma candidature pour une thèse dans cette science à l'automne 2010. J'étais si mal à l'aise du fait du comportement de nos collègues scientifiques envers le côté opposé (des deux cotés). J'espère que nous pourrons tous en retirer quelque chose et je pense vraiment que nous avons vraiment besoin de voix comme la vôtre pour réparer ces problèmes au cours des prochains mois et années à venir.

En ce qui concerne la presse et les médias :

L'énorme différence entre les pays anglophones et germanophones (dans une moindre mesure) avec la France (et d'autres pays francophones) vient du fait que tout ce que je vous ai décrit ci-dessus, a reçu des échos dans la presse et a été évoqué dans les médias audio-visuels anglophones. Très peu ou pas du tout chez nous, où tout cela a été discrétement glissé sous le tapis... ?Le résultat de cette transparence qui existe aux USA et en UK est que le public informé de ce qui se passe, doute de plus en plus des affirmations du GIEC comme nous allons le voir.

Voici deux exemples révélateurs :

1) Suite à la polémique "Curry, l'hérétique", (et probablement suite au courrier reçu par l'éditeur et l'auteur de l'article cité ci-dessus), la revue "The Scientific American" réalise un sondage sur Curry, sous le titre :?"Prenons la température : Sondage sur le climat."

En voici la présentation :

"Comme l'analyse du comportement de Judith Curry l'a explicité dans le numéro de Novembre 2010 du "Scientific American", la scientifique du climat de l'Université de Géorgie est devenue un facteur de division AU COURS de l'année passée ou à peu près. Autrefois fermement ancrée dans le mainstream, Curry déclare qu'elle a été radicalisée par ce qu'on appelle l'affaire du "Climategate". Ceci a cristallisé son sentiment que le GIEC, en particulier, était devenu corrompu par ce que Curry appelle " des groupes de pression" (Ndt : groupthink, difficile à traduire en un seul mot)- L'idée que remettre en question quelques uns des faits affirmés par le GIEC, équivaut à une trahison.?En outre, Curry est elle-même convaincue que certains des faits sont sérieusement exagérés et que le GIEC a failli en ne rapportant pas sur les incertitudes réelles de la science. Il en résulte qu'elle s'est engagée au côté de membres extérieurs à la communauté climatique voire à des sceptiques avérés, et qu'elle a tenté de forcer ses collègues à reconnaître un certain nombre de ce qu'elle considère comme de sérieux défauts dans le processus du GIEC. Elle a été critiquée, quelquefois de manière véhémente, pour ses efforts. ?Alors, voici la question centrale : Curry est-elle une lanceuse d'alerte héroïque, disant la vérité quand les autres ne le peuvent ou ne le veulent ? Ou est-elle sortie de la voie des scientifiques, répandant des charges sans fondement contre un groupe de scientifiques qui font de leur mieux pour comprendre les complexités du climat de la Terre ? "

Les résultats de cette enquête lancée par le Scientific American se passent de commentaires. Comme vous pouvez encore voter au moment ou j'achève ce billet, les résultats peuvent encore évoluer mais à l'heure où j'écris : 69,3% des votants jugent que Judith Curry est une "pacificatrice" (en réalité le mot employé est "peacemaker" le nom du fameux colt de nos vieux westerns), 7,5% jugent qu'elle a été dupée et 18,8% ne la connaissent pas.?La réputation du GIEC semble sérieusement entamée puisque 81,6% des votants jugent que c'est une "organisation corrompue, menée par des groupes de pression et soumise à des visées politiques". De même, la croyance dans la responsabilité humaine semble ne pas faire recette. Pas du tout. ?Oups ! Cependant, il ne faut pas trop se fier à ce genre de sondage effectué sans contrôle sérieux sur la toile..

2) En fait de sondages, voilà du beaucoup plus sérieux.





?Il s'agit des résultats d'un sondage national (aux USA) tout récent, réalisé par le célèbre Pew Research Center sur le sujet du réchauffement climatique. Les questions sont beaucoup mieux maîtrisées que dans le sondage précédent.

Vous pourrez voir vous mêmes tous les résultats en cliquant sur ce lien mais, pour faire simple, on constate que l'évolution dans la croyance que le réchauffement climatique serait dû à l'activité humaine est en chute, passant de 50% en 2006 à 34% actuellement, justifiant ainsi les déclarations de Judith Curry citées plus haut.





________________________________________________________________________

Judith Curry affirme, dans une déclaration, que ses collègues pro-GIEC en sont arrivés au "circle the wagons", c'est à dire à former un cercle avec les chariots, comme dans les westerns, pour tenter de résister aux attaques qui leur viennent de toutes parts. ?C'est une expression courante aux USA pour désigner une mentalité d'assiégés.

Chez nous -histoire oblige- ce serait plutôt la "stratégie Maginot" : ?Quand on attaque le dogme du GIEC, on se réfugie derrière l'académie des sciences pour qu'elle "décrète la science", (ce qui est surréaliste), et (si possible) châtie les hérétiques.?L''académie des sciences et les climatologues français suivent, sans états d'âme (?), les prescriptions du GIEC dont la crédibilité ne tient pourtant plus qu'à un fil, tout en se retranchant quand même derrière de prudents "les importantes incertitudes (sic)". ?On ne sait jamais. N'est-ce pas ???La presse et les médias français, unanimement pro-GIEC, oublient opportunément "les importantes incertitudes" qui figurent pourtant à de multiples reprises dans le rapport de l'académie et publient des bulletins de victoire contre Claude Allègre qui s'est imprudemment avancé en rase campagne....



??On se demande combien de temps il leur faudra pour réaliser ce qui se passe vraiment, en ce moment même, là où c'est important, et qui est fort bien décrit par Judith Curry dans la note adressée à ses collègues. Six mois ? Un an ? On ne sait pas. Mais sûrement après la bataille. Quand la ligne Maginot aura été débordée.

En attendant, et quelque soit son point de vue, on ne peut qu'admirer l'attitude de cette dame courageuse qui ose dire haut et fort qu'il faut que la science s'écarte de la politique et échappe aux carcans institutionnels orientés.??Ce que demande Judith Curry n'est rien d'autre que la liberté d'exprimer son point de vue scientifique, indépendamment de toute structure organisée et contraignante, de pouvoir discuter avec tous ceux qui s'intéressent à ces questions et d'informer le public des doutes et des incertitudes de la science, sans être condamnée au bûcher. . ??Aussi étonnant que cela puisse paraître, en cette curieuse époque, il faut bien du courage pour oser demander cela. Beaucoup de courage. ?Que beaucoup n'ont pas. ?Bravo Judy !
Pourquoi tient-il ce discours (et persiste) : contribuer au débat scientifique comme il ose le dire ou rendre service à de puissants industriels (tel que ceux du secteur pétrolier qui ont intérêt à retarder la prise de conscience) ou autres ?

Quelles sont les motivations et les ressources financières de C. ALLEGRE ?
De cette ligne jaune, je me souviens surtout que ça a débouché sur un débat sur les experts : comment nous, les lambdas, les ignares, les non spécialistes pouvont savoir qui croire ou non ? Alors que dans la communauté scientifique même les avis semblaient partagés.
Si Sylvestre Huet a pour beaucoup paru antipathique, confusément il semblait aussi le plus au courant, le plus pointu sur le truc.
D'où une autre leçon : ce n'est pas parce qu'on a une certaine arrogance et qu'on passe mal à la télé - euh sur le net - qu'on a tort.
Pour les plus anciens, souvenez vous de la mémorable émission du temps d'asi à la télé "le débat immobile" où comment la parole des scientifique est confisquée, voire tournée en dérision par quelques bêtes de scène, les fameux "bons clients" de Daniel, ceux qui réussiraient à vous faire prendre des vessies pour des lanternes. Le phénomène n'est pas nouveau. Je dirai même qu'il perdure. Rien n'a changé depuis cette très ancienne émission. On préfère toujours les bon clients aux vrais scientifiques. Ils font de l'audience eux. Et les sciences s'accordent souvent bien mal du format court. Ici, on donne plus d'une heure à un Lordon pour dérouler sa pensée. Un événement rare pour un chercheur.
Je vous trouve bien sévère avec la Ligne jaune Daniel. C'est son rôle de faire vivre un débat et à l'époque, le débat n'en était-il pas à hauteur de ce qu'il a montré ? Confus.
Pour moi, la question a été définitivement réglé quand j'ai entendu Naomi Klein dire en substance : Y a une seule organisation qui n'a jamais émit un seul doute sur le réchauffement climatique : Le Pentagone. Elle ajoute, que ça lui suffit pour y croire. La question c'est plutôt de savoir ce qu'on fait.

A propos, en Avril dernier, à Cochabamba en Bolivie, s'est tenue la première conférence DES PEUPLES sur le réchauffement climatique. Réponse d'Evo Morales à l'echec de Copenhaugue. Réunissant 130 pays, et 35000 personnes, la conférence n'as fait aucun article, aucun reportage télé (pourtant les images étaient belles), même Mermet n'en a pas parlé. Les conclusions de cette conférence (oui, oui, il y a, contrairement à Copenhague) ont été ajouté au texte qui sera débattu à Cancun à partir de la fin du mois. Ses conclusions on pour nom générique : Accord des Peuples, et Déclaration des droits de la Terre-Mère.

Vous les trouverez là.

A croire que tout le monde s'en fout. Sauf le Pentagone. C'est précisément ce qui m'inquiète.
pfff chuis déçue, pour une fois que je comprenais une expérience en physique !

j'ai reproduit l'expérience proposée par ALLEGRE sur la montée des eaux cause la fonte des glaces un nombre incalculable de fois et elle s'est toujours vérifiée ?!!!
"je mets de la glace dans mon whisky : le niveau de mon whisky monte pour atteindre un certain palier !
je laisse fondre la glace dans mon whisky : le niveau de mon whisky ne monte pas ..et toc !"
(à 8'15 Allègre chez Ardisson)
.... au contraire, à chaque fois le niveau de mon whisky a fini par baisser hips .....
:)
Je crois qu'on a écouté Allègre avec une certaine bienveillance en réaction au tapage des hélicologistes (Hulot, Arthus-Bertrand, Yolaine de la Bigne) cette élite médiatique qui fédère tous les bisounours hexagonaux, anti-viande, anti-corrida, anti-nucléaires etc.
L'excès existe dans les deux camps. Et la vérité n'appartient à aucun (on attend toujours l'arrêt du Gulf Stream qu'on nous promet depuis 10 ans, et qui doit provoquer un nouvel âge glaciaire).
http://rimbusblog.blogspot.com/2010/06/lhelicologisme-est-il-un-humanisme.html
une sourde méfiance à l'égard du discours "des institutions"

Ah bon ?

Je n'ai pas vraiment constaté dans les médias de "méfiance vis à vis des institutions". Mais une connivence affichée.
Les écologistes et autres autres lanceurs d'alerte étant considérés comme de doux rêveurs dans le meilleur des cas, ou carrément décrétés "agressifs", comme dans la Ligne Jaune.

Le discours d'Allègre ressemble à s'y méprendre à celui des ultra libéraux : laissons faire, la nature s'autorégulera toute seule... La question est donc : pour qui roule tout ce beau monde ?

Et ce n'est pas parce que de vrais scientifiques ont démontré une triste réalité que la presse cessera d'inviter Allègre. Qui parmi les français a accès à une information objective ? On aura d'un côté une minorité de gens informés, et de l'autre, la grande foule de ceux qui n'ont que la télé pour se renseigner...
Allègre affirme que le co2 n'est pas responsable mais il bosse pour créer des puits de stockage de co2.

Pas cohérent , d'autant que ces stockages seraient des bombes à retardement.Imaginez une fuite de ces stockages ; l'effet serait le même qu'observé dans certains lacs où des bulles de co2 remontent d'un coup à la surface, tuant par asphyxie tout ce qui vit alentour....
Je n'ai pas trouvé notre épisode du WE sur le Sarkozistan... Donc je suis en manque... Il y aurait eu de quoi faire pourtant, les anarchistes grecs et leurs lettres piégées envers le leader minimo, l'éviction d'un humoriste des antennes officielles du pouvoir, et surtout la longue figure de la sinistre de l'injustice... (je sais ces sujets ont été traités par ailleurs, mais vu sous cet angle c'est si savoureux !)
Claude Allègre à Secret Story... il y fera encore recette avec le "truc qu'il est seul à savoir" !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.