294
Commentaires

"A l'Obs, en 85, personne ne connaissait le Seigneur des anneaux ! "

"Je suis un vrai geek". C'est ce qu'a déclaré le Premier ministre François Fillon, il y a quelques semaines, à un magazine d'informatique. "Le geek, c'est chic", titrait sur une double page Le Nouvel Observateur dans la foulée. Bref, le geek est à la mode. Mais comment cette culture, historiquement minoritaire et souterraine, peut-elle s'accoutumer à cette soudaine exposition ? Et d'abord, qu'est exactement la culture geek ?

Derniers commentaires

Bien que cette émission soit tout-à-fait agréable à suivre, et notamment parce qu'elle est basée sur un
sujet plus léger qu'à l'accoutumée (à renouveler d'ailleurs !), je la trouve dans le fond assez moyenne.

Les intervenants ont quand même beaucoup de mal à s'exprimer clairement sur ce qu'ils sont censés
définir un tant soit peu, et n'égratigne finalement que très peu la perplexité initiale de D. Schneidermann,
Cette perplexité mi-curieuse mi-embrouillée, et que l'on devine parfois teintée d'un peu de mépris (refréné),
est j'imagine la même que celle de beaucoup d'autres spectateurs de l'émission qui resteront sur leur faim.

D'abord, la définition du geek n'est pas si insaisissable qu'il n'y parait, et pourrait tenir en un mot.
Les geeks ont un point commun qui les relie tous de par le monde : ce sont des rêveurs en définitif !...
Et bien souvent dans le sens le plus noble du terme (bien que les autres aspects n'en soient pas exclus).
Il y a en cela un lien évident avec l'enfance, qui correspond souvent à une volonté affirmée de ne pas
se laisser corrompre par une certaine morosité ambiante, d'essayer de conserver une large capacité
d'étonnement, d'amusement et de distance face au monde qui nous entoure.
Bien sûr, cette conception a aussi ses revers, le premier d'entre eux étant probablement une sorte de
syndrome "Peter Pan" qui, chez les plus fragiles, peut amener à un refus de grandir ou une propension
plus ou moins forte à l'isolement, mais en règle générale cela se traduit simplement par quelques plaisirs
régressifs plus ou moins assumés (!) et sans grande conséquence.
Le bagage culturel et technologique est évidemment très important, mais cet aspect plus sensible et à
peine effleuré dans l'émission me parait pourtant fondamental pour appréhender le concept en profondeur.

Quant à François Fillon, c'est une honte d'accorder la moindre importance à cette déclaration pathétique :
ça n'est évidemment que de la com' dont la crédibilité se mesure en négatif, mais qui est de surcroit d'une rare médiocrité.
Une série qui n'a pas été citée et qui à mon sens illustre bien l'esprit Geek (bricoleur, débrouillard, informatique) est Whiz Kids (http://www.youtube.com/watch?v=-yQ3LCeGLvU) qui est même passée sur France 2.

A mon sens l'émission aurait pu également être plus intéressante (elle l'était déjà!!) en analysant la dérive sémantique du mot "hacker" (définition du Jargon file: http://catb.org/jargon/html/H/hacker.html)
Que la culture geek me paraît ennuyeuse! Que la science -fiction m' ennuie! Que "Les fourmis" de Werber m' ennuient!
Dommage car le jeune David Peyron est très mignon et son élocution agréable.
Je préfère un verre de rouge , une cigarette et une soirée entre copains -sans jeux vidéo- Mais il est vrai que je ne suis pas jeune, que je sui littéraire, et que j' aime Platon pas geek!
Daniel , j'espère que le village gaulois résistera encore longtemps....
Au revoir petite Justine . Votre sourire et votre gentillesse me manqueront beaucoup!
Merci pour avoir essayer de définir le GEEK.
Depuis l'émission j'ai demandé à mes proches ce qu'ils en pensaient : consensus pour "adulte vivant en partie dans un monde imaginaire".
Cette approche est fédératrice, elle explique en partie la manière dont le Geek est perçus par les biens pensants. Surtout, cette définition nous fait grace de tous les ponsifs lus sur le forum : Geek = informaticien à lunette, mal dans sa peau et accro à l'électronique.
Fillion a un D700, un lumix, un iphone, c'est un BOURGEOIS pas un geek (D700, reflex à plus de 2000€ nu pour un amateur ...).

Un un geek est avant un "computer geek", un précusreurs des nouvelles technos

Les geeks ont développé le PC
Les geeks ont développé l'internet
Les geeks ont développé le p2p
...

Fillon est un vieux conservateur qui n'a rien d'un précurseur (cf hadopi ...)

Sinon une approche psychologique perso, pas mal de geeks (moi compris) on un profil type INTP
[large]Je viens de voir l'émission... trop de choses à faire sur OpenSim* cette semaine. :)

Notre premier Ministre n'est pas Geek, car dans ce cas il n'y aurait pas la loi Hadopi, la recherche et les universités se porteraient nettement mieux, il s'interesserait un peu plus à l'avenir et beaucoup moins à la consommation.[/large]

*Vous connaissez le futur de l'internet ? Renseignez vous au sujet du web 3D. Ce n'est pas un jeu, c'est un outils extraordinaire.
Venez faire un petit tour sur la Francogrid : un universitaire sur la région bliblio présente les nouvelles technologies, ailleurs vous verrez une exposition sur Prévert, un livre de science fiction présenté en 3D, la reconstitution de la tour Eiffel, vous assisterez à des concerts, à des conférences, à des cours, vous pourrez voyager sur les grilles du monde entier avec l'hypergrid... et ce n'est qu'un début.
Ahhhhhh Alex Pilot... Quand le réalisateur des Bitoman et de Jushi Sentai France Five/Shin Kenjushi France Five vient dans l'émission de Daniel schneidermann, ça donne ça, un vrai plaisir...
Que de debats inutiles!
qu"est-ce qu'un geek?
response: UN MEC A GROSSES LUNETTES!!!
Wikipédia en anglais donne pour les curieux qui veulent élargir leurs définitions, un panorama assez vaste des différentes définitions de geek et de nerd (deux notions très voisines) car ce sont des mots protéiformes dont le sens a évolué avec le temps. Sans être la bible, Wiki a l'avantage d'être un des temples des geeks et donc peut revendiquer une certaine connaissance de la question.

D'abord il faut faire une distinction essentiel entre le sens de ces mots chez nous et dans leur pays d'origine, les Etats-Unis. Moi c'est la définition US qui m'intéresse et que j'utilise.

D'après ce que je sais (source : films US geek assumé genre Clerks ou tous les teenage movies, comics, séries TV, etc.), aux USA le geek c'est quelqu'un d'extrêmement passionné par un ou plusieurs sujets hors de la norme (informatique, manga, jeux vidéo, SF, ciné asiate, etc.). Avec le temps, c'est devenu moins honteux de l'être, et on peut être geek sans être un binoclard asocial et chétif (on le voit dans les films/séries récents, ça devient normal d'être un peu geek). Ce qui est logique, cette culture s'est répandue (y'a qu'à voir le mange : la France est devenu en quelques années le deuxième pays le plus consommateur après le Japon !).
Par contre le nerd, c'est le geek poussé à son extrême, il a développé une super compétence dans un sujet (math, info, histoire grecque...) et est incollable/intarissable dessus. Cette obsession l'isole, et du coup il est mis hors de la vie sociale de l'école (quand il est jeune) ou tout court (quand il est adulte). C'est les gars du club d'échec dans les séries télé pour ados US ou autres teenage movies.

Perso je suis grave geek : fan de ciné en général et asiate en particulier, de mangas et d'animes, de BD, d'héroïc fantasy (Pratchett, Tolkien et autres), amateur de jeux vidéo (mais joue peu par manque de temps) et assez au courant de ce qui se passe dans le domaine de l'info et des nouveaux médias sans être du tout un spécialiste (le chat me gonfle, je sais pas programmer ni démonter un PC...). Dans les forums que je fréquente je rencontre pas mal de jeunes dans ce profil qui ont plusieurs passions parmi ces sujets sans être enfermés dans un seul, et qui garde aussi du temps pour la vraie vie (famille, travail, sorties). A mon avis le geek moderne c'est ça.

Mais bon il n'existe pas une définition unique et définitive du geek (contrairement à ce que peut penser Siko) mais une palette de traits distinctifs plus ou moins prononcés (les compétences informatiques étant un parmi d'autres).

Et pour répondre au message précédent, un otaku est à mon sens un nerd au dernier degré du manga/anime (un extrême geek quoi).
Peut on qualifier un otaku de geek?
J'ai trouvé ça bien cool cette émission :D ah.. Julien Pirou dans @si, laissez moi vous dire qu'il n'en est pas peu fier !
Bon, quand est ce que les geeks de @si auront droit à leur petit topic genre café du commerce pour tchater un peu ?
Aujourd'hui j'ai l'impression que tout le monde est geek !
Dans les années 80 je pense que ça représentait plutot les informaticiens qui continuaient l'informatique après le boulot. Je pense qu'il faut désormais un autre terme: et nerd c'est la même chose ?
Une autre petite reflèxion sur les propos de monsieur Weber et de la place accordée a l'imaginaire en France.
Je voudrais attirer l'attention sur la publication en France et chez des éditeurs non confidentiels de, par exemple, Abe Kobo avec, entre autre, la femme des sable et l'homme boite.
Qui plus est c'est japonais!
Les éditeurs ne sont pas si frileux que ça.
Inintéressant cette émission. Rien, vide creux..
C'était quoi le but ?
Faire djeunes ?
je viens d'entendre Werber dire qu'il y a très peu d'auteur écrivant du "harry potter" en France, j'en profite pour dire qu'il y a la saga Louis le galoup (l'histoire se passe vers Aurillac) écrit par Marcastel aux éditions du Nouvel Angle (le tome 2 vient de paraître et le 1er chapitre du premier livre est dispo sur le site web).

Pour ceux qui aiment ...
"Le regard il force pas mal le trait". Entendu à la minute 42... 42! Comme quoi...
De nouveaux consommateurs, en mal de communautés.
L'anecdote de Weber est consternante quand ion constate que Le Seigneur des Anneaux est le 2e roman le plus vendu au monde : http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_best-selling_books
(suite voir plus haut) à priori la fonction"modifier" a un temps et une durée limité
aussi oublions boby la pointe
en légalisant enfin la marijuana, on sauvera la Californie, Hollywood,
les geeks et les fous d'arrêt-sur-image mais avec une tva à 5,5% (ou 18,6%?)
il est tard, donc trop tard
dommage
ils sont tous repartis sans éteindre la lumière
pouvez-vous les joindre par sms?
merci beaucoup
(de la part d'un ami à moi qui abuse de mon abonnement à arrêt-sur-image)

comme disait boby la pointe : "comprend qui peut"
(ceci n'a rien à voir avec ce qui est dit plus haut, c'est juste pour vérifier comment la fonction "modifier" fonctionne sur arrêt-sur-image)
Pendant une bonne partie de l'émission, les gens se demandent comment peut-on définir les geeks ? Ma petite définition à moi: est qualifié de geek:

1/ un adolescent qui préfère une activité intellectuelle "prise de tete" plutot solitaire et plutot à dominante scientifique ou technologique (mais pas forcément: jouer du violoncelle à 13 ans, ça fait geek, parce que personne ne trouve cool de jouer d'un instrument qui est plus gros que vous), comme par exemple la programmation en assembleur 68000 ou l'astronomie amateur, aux activités plus mainstream comme écouter du R'n'B à fond avec des bimbos dans le cabriolet BMW décapotable de son papa prété pour l'occasion. Exemple: Elijah Wood est un geek dans Deep Impact. Seth Bundle est un personnage super-geek dans The Fly (celui de Cronenberg; d'ailleurs on a beaucoup de mal à croire que Geena Davis en tomberait vraiment amoureuse, mais bon, c'est l'histoire).

2/ un jeune adulte du type de ceux dont se moque Venetian Princess sur Youtube (j'adore ce que fait cette nana alors je lui fais de la pub) ou bien ceux de la série "Hello geekette" ...

3/ par extension, toute personne mal fringuée, plutot associale et soupçonnée d'avoir perdu sa virginité très très très tard (cette dernière notion est substantiellement différente selon qu'on se trouve à l'Ecole Normale Supérieure de la rue d'Ulm ou sur un campus Américain très en vogue)--voire pas du tout. Par exemple, les grands hackers (comme Kevin Mitnick par exemple) sont souvent des geeks mais tous les gens qualifiés de geeks n'ont pas tous le palmarès de Kevin, loin s'en faut. Comme disait un bon copain à moi encore puceau sur le tard: "on a souvent pas le temps de bosser sur les trous noirs et de s'occuper de sa vie sociale".

Quant à la réflexion de B. Werber sur les journalistes qui font surtout littéraire et qui sont défiants vers tout ce qui touche au monde scientifique, bravo! Meme si évidemment, D.S. n'a pas apprécié de s'entendre dire que de par son cursus, il était une truffe en sciences (ce qui est presque certainement vrai!) ... Dans certains salons, ça fait très chic de dire qu'on est nul en maths, mais c'est une autre histoire quand quelqu'un vous le balance à brule-pourpoint et que c'est vrai. Bravo Bernard!
Il aurait été intéressant d'avoir Judith Bernard sur le plateau de cette émission.
A quand un "d@ns le texte" avec Bernard Werber pour les geeks et autres sous-cultureux ?
Très intéressante émission qui ouvre des perspectives et propose une lecture pas trop péremptoire de générations entières ignorées des médias.

Les Geeks, c'est avant tout des passionnés d'informatique, et on en connait tous, même s'ils ne se revendiquent pas ainsi, mais il se trouve autour des nébuleuses qui sont plus générationnelles à mon sens que culturelles.
D'ailleurs, je me suis sentie geek à plusieurs reprises lors du débat, à travers les grands de la SF...... Ah ! Philip K Dick..... Tolkien et Asimov....

Oui, vraiment très intéressant, d'autant qu'on sentait tous les intervenants, y compris DS, très à l'aise et passionnés par le sujet.
J'avais oublié de dire, peut être mon coté franc-mac refoulé, que à(&o _°) (l%°#) et aussi que LOUVE
Est-ce que la culture geek ne prédispose pas à aimer tout ce qui est guerrier et violent sans se poser de questionnement moral?
L' heroïc-fantasy montre un pseudo Moyen-Age tourné surtout vers la mythologie germano-scandinave.
Souvenir, souvenir. Je suis en stage avec un copain, début 80, on parle des heures durant du Seigneur des Anneaux, de Dune, je ne suis pas geek, mais je me demande comment tous ces journalistes, normalement curieux, peuvent ne pas en avoir entendu parler dans les années 85. Dans quel monde vivaient-ils ?


http://anthropia.blogg.org
Je pense que tenter de définir le geek en cherchant une "culture geek" est une erreur, parce que comme ça a été dit au cours de l'émission, le but d'un geek c'est aussi de trouver sa perle rare, le petit bout de culture qui ne sera qu'à lui ou presque. Du coup, à part quelques dénominateurs communs, mais qui valent pour l'ensemble de la population finalement (Star Wars et le Seigneur des Anneaux), il est quasiment impossible de trouver deux geeks qui soient d'accord sur quelles sont les oeuvres fondatrices.

Être geek, c'est plutôt une façon particulière d'aborder la culture, un nouveau rapport à l'environnement culturel, qui a été très largement soutenu et facilité par le développement des nouvelles technologies. Plutôt que de survoler tous les domaines, ou de se contenter du mainstream, le geek va aller fouiller à fond un champ de la culture : comics, mangas, animes, SF, les domaines peuvent être divers et variés, mais la façon d'appréhender la culture est la même pour chacun.
Un geek, quand il achète un livre, il achète en même temps l'intégralité de l'oeuvre de l'auteur, parce qu'il ne veut pas (ne peut pas ?) se contenter d'un petit bout.

À mon avis, un geek c'est quelqu'un qui pense en hypertexte, et qui ne peut pas s'empêcher de cliquer sur les liens.

L'autre caractèristique du geek, qui n'a pas été très abordée ici, c'est son intransigeance et son refus de la compromission. L'à-peu-près n'est pas toléré chez les geeks, ce qui leur confère parfois un côté assez insupportable, et ce qui explique peut-être le fait qu'au départ, le geek ce soit celui qui est mis à l'écart.
Mais voilà, le geek ne supporte pas qu'on fasse les choses à moitié. Pour ne relever qu'un seul exemple vu sur ce forum : le geek ne peut pas accepter qu'on ne mette pas les accents sur les majuscules, sous prétexte que ce n'est pas disponible immédiatement sur le clavier.
C'est aussi malheureusement ce côté intransigeant qui amène en partie à un communautarisme, à un renfermement sur soi-même.

Enfin, juste pour terminer, sur la question de savoir pourquoi les geeks ont été ignorés par les grands médias. C'est bien simple, les grands médias sont tout ce que le geek abhorre : superficialité, déformation de la réalité etc. Du coup, la cible geek n'existe tout simplement pas pour ces grands médias, et ceux-ci n'ont donc aucun intérêt à en parler.
J'aurais bien aimé voir le geek code des invités du plateau :)

Cela dit, il y a beaucoup de confusion aussi bien dans l'emission que dans les commentaires entre les termes geek, nerd et dork. Mais plutot sympa comme émission quand meme.

Bernard Werber est un peu radical à propos de la sf en France, il oublie - entre autres - Pierre Bordage (les guerriers du silence etc...)
J'ai toujours pas compris, c'est quoi un guique?
Bonne continuation à Justine : ce fut un plaisir de lire vos articles et je suis sûr que ça le sera encore si vous continuez dans cette voie.

C'est dingue ce que DS peut épuiser comme collaboratrices.
Je suis un peu d'accord avec ceux qui insistent sur le côté "informatique" du geek. Moi je me considère plutôt comme "nerd" que comme "geek". Et contrairement à ce que je lis parfois, "nerd" n'est pas forcément un terme plus péjoratif pour "geek", du moins pas comme je l'entends...
Je suis "nerd" parce que je suis une "intello" qui a préféré sacrifier (en partie) sa vie sociale, surtout pendant l'adolescence, plutôt que de céder au conformisme qui voulait qu'être intéressé par les cours et être un bon élève était la pire chose pour le niveau de "coolitude". Je suis aussi passionnée et intéressée par énormément de choses, autres que ce qui intéresse la plupart des filles. Et surtout si j'en crois mon expérience, mon intérêt pour ces choses va atteindre un degré bien plus important que chez la plupart des gens. Je peux effectivement m'engager dans des débats métaphysiques sur les Chevaliers du Zodiaque ou le Seigneur des Anneaux, ou parler de jeux vidéos et de mon personnage préféré pendant des heures. Mais je ne passe pas 8h par jour sur mon ordinateur ou ma console, sinon je n'aurais pas le temps d'avoir d'autres activités et centres d'intérêts.
Pour moi les gens qui passent des heures à se disputer pour savoir si Linux c'est mieux que Windows ou si Mozilla c'est mieux qu'Internet explorer, là on est plutôt dans le geek que dans le nerd... Je ne suis pas sûre que ça ait toujours un rapport avec les "passionnés" de science-fiction, de fantasy, etc.

Juste pour rigoler : après avoir regardé un peu la chaîne NoLife (je viens seulement d'y avoir accès), je dirais que le "geek", ou peut-être plus exactement le "gamer" français peut se définir comme suit : "personne qui parle anglais les 3/4 du temps mais toujours avec une prononciation de m... " :D
"Alors là tu vois quand je joue avec Amy je stun et s'il déstun je fais un guard impact et un low kick et je tape en counter..."
Alors surtout bien prononcer mal les mots, "casual" (comme dans le reportage : "quasualle" bien à la française), "counter" (pareil, surtout pas de "kaounter" mais bien "ou"), "guard impact" ("gouarde impacte"). Et encore mieux si on peut dire "gamme ovère" pour game over lol...
Pas tres interressant ce sujet!!! n'y a t'il pas plus important à debattre: travailler le dimanche par exemple...j'ose espérer que c'est l'été et qu'il y a relache, vivement la rentrée!!!
C'est plutôt votre commentaire qui est inintéressant.
Pour mémoire, avant d'affirmer, lisez donc ce qu'en disait Justine ici par exemple .
Ou alors, également par là , si vous préférez. Ou encore au bout de ce lien plus récent .
Voyez ? Parler d'un sujet n'empêche pas d'en évoquer d'autres (et encore heureux).
Ya pad koi |[-_^]|
Emission sympatoche nonobstant l'annonce du départ de Justine Brabant... Après que le forum ait majasé [cf dicod@si pour définition]pendant un certain temps, est-ce que nous allons justiniser? Et que vont devenir les fans de Justine Brabant?

Sinon, contrairement à ce que j'avais écrit par autodérision dans un autre topic, je crois que je ne suis défnitivement pas geek, car mes références culturelles —quoique certaines recoupent celles des geeks— sont quand même plus littéraires que scientifiques et informatiques: je déteste Star Wars, je n'ai ni lu ni vu le Seigneur des Anneaux, j'utilise un Mac et je ne joue plus aux jeux vidéo depuis 15 ans au moins... I'm definitely no geek.

Pour finir, une chanson d'amour geek... et cette géniale planche bd de Boulet que j'avais déjà posté sur ce forum
Je n'ai pas trouve le sujet tres passionnant. Peut-etre que ca manquait un peu de debat contradictoire.
Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, tout le monde il est geek,
(Je ne connais beacoup de moins de 40 ans qui n'aime pas le seigneur des anneux et la guerre des etoiles)
Vous auriez pu inviter un Finkielkraut qui aurait pu expliquer pourquoi les milieux intellectuelles classiques meprisent autant cette culture.
Bernard Werber etait quand meme interressant, domage qu'il n'ai pas ete pousse a aprofondir d'avantage sa reflection sur les trasformations de la societe liees au.generalisation du mouvement geek.
Le geek est un passionné, mais plus précisément je dirais :

Un geek ne vit pas son activité en tant que séparé

La notion de "séparation" est celle de Debord dans la société du Spectacle...

Par exemple, pour l'informaticien non geek, il est juste informaticien pour sont boulot, il ne pratique pas l'informatique (la vrai) en dehors de son travail. Il est séparé de son activité. Par contre un geek ne fera pas la difference entre son boulot d'informaticien (si il travail dans l'informatique) et sa pratique pour son plaisir personnel, il est informaticien pour l'informatique, juste pour sa beauté, son art.
Pas mal de cliches, beaucoup de recuperation tardive a des fins commerciales effectivement.

Voila quand meme quelques exemples de ce que font et ce a quoi ressemble les geeks aujourd'hui :

>< Psyclon Nine ><

>< Gerogerigegege ( reprenant 10cc / The Doors / The Rolling Stones / The Cure et The Ramones ) ><

Et n'oublions pas un des tous premiers Geeks du milieu de la musique :

>< Ici avec Rachid Taha et Mick Jones ><

Et a propos de position politique des geeks : Pour Information, Brian Eno fut l'un des plus virulent activiste anti-guerre toutes ces dernieres annees, et c'est lui qui organise de nombreuses demonstrations et festival contre la guerre. Une de ses derniere manifestations etant en janvier dernier contre les massacres a Gaza.

Mais ces geeks la, ne forment pas un marche economique interessant : ils ne consomment pas selon les regles imposees par le systeme capitaliste.
Ils ne sont pas trop manipulables.

Alors bien sur, essayons de rassurer " les binoclard, hagards et caricaturaux " et surtout, essayons de leur faire croire qu'ils ont une place un peu a part dans la societe, mais tout en les poussant un peu plus dans leur timidite et leur isolement physique par rapport aux autres : Disons leur qu'il font partie de "Geeks", et que ca veut dire qu'ils sont un peu a aprt, et que c'est quelque chose de vachement bien.

N'oublions pas quand meme qu'au depart : Geek ne signifie pas autre chose que "obsede par une recherche intellectuelle" !!

C'est devenu aujourd'hui juste un autre mot pour designer un "fan" ( salut Anne-sophie) , mais comme c'est pour l'appliquer a des gens qui ont souvent demarre cet interet durant leur adolescence et le continue a l'age adulte, il fallait trouver un mot qui allait les rassurer marketingment parlant, et ... les faire consommer.


p.s.

Etonnant qu'il n'y ait pas une seule mention de William Gibson qui a eu une influence effective beaucoup plus grande sur la societe et les mouvement lies aux nouvelles technologie que Tolkien.


"Fuck compose, Fuck melody, Dedicated to no one, Thanks to no one, ART IS OVER".
-Juntaro Yamanouchi
....................../´¯/)
....................,/¯../
.................../..../
............./´¯/'...'/´¯¯`·¸
........../'/.../..../......./¨¯\
........('(...´...´.... ¯~/'...')
.........\.................'...../
..........''...\.......... _.·´
............\..............(
..............\.............\... HADOPI!
Pour le Geek, le problème du moment, the big question is: Html5, la balise
Qu'en est-il de la politisation des geeks? Une phrase a été prononcée à propos de l'opposition à hadopi, cela va-t-il jusqu'à les faire physiquement sortir, manifester? Et n'ont-ils une ligne politique que sur les sujets liés à ce domaine?
J'aurai bien vu Yann Leroux sur le plateau de l'émission: http://www.dailymotion.com/relevance/search/yann+leroux?hmz=736561726368686561646572
Bonjour pas facile de faire une défintion d'un terme tel que celui-ci. Je n'essaierai finalement pas.
Mais je repère un manque dans cette émission: Pourquoi la figure du geek émerge-t-elle? A mon sens il me parait évident(détrompez moi) que c'est parce que cette figure vend. Faites comme Fillon achetez vous grave de matos et vous pourrez vous dire Geek.

Moi même qui suis simplement un être assez curieux et qui m'intéresse à mon temps(logiciels libres, logiciels propriétaires, flicage et commercialisation des données) j'ai pu récemment penser que je me "geekisait". En fait à voir vôtre émission la culture Geek m'a très tôt influencée(SF et William Gibson pour Matrix d'ailleurs!, Amstrad,Amiga,JdR) je faisais du Geek sans le savoir, à la manière de monsieur Jourdain. Pour autant le Geek reste à mon sens celui qui est à la pointe et un peu difficile à comprendre, qui vous balance des outils utilisés par la minorité.

Alors le Geek est un Dandy(zut, j'avais dit pas de définition)? Peut-être bien mais un Dandy de la sous-culture(comics, jeux vidéos, SF..) et c'est bien comme ça. Qui pourrait souhaiter de le voir bombardé en poste à l'académie française? Pas moi en tout cas, la sous-culture est supérieure à la Culture en ce qu'elle adopte dès le départ une posture humble par rapport à la vérité. Pour autant cette sous-culture est jeune et ne peut donc compter dans ses rangs des Cervantés, des Rabelais, des Shakespeare. ???? Quoique sans être des Geeks, ces auteurs n'ont pas été reconnus par leurs contemporains. Philip K. Dick restera, peu d'autres de mes connaissances en feront de même.

PS:"un geek c moi" en résumé c'est ce que dit Werber et c'est quand même un peu court...
Vous avez oublié de parler des stéréotypes au cinéma, justement quand vous évoquez par exemple Revenge of the Nerds...
Soit le geek/nerd est un stéréotype (au même titre que l'asiatique, le black, la mère de famille) perso sans intériorité presque toujours pour les persos secondaires (c'est normal!).
Soit il se transforme comme dans Revenge of the Nerds (et dans les suites, nerds in paradise, etc). CAD pour exister (nota : dans un film mainstream) : devenir populaire, bref qu'on parle de lui, il DOIT se transformer. (Visible également dans un des épisodes de American pie, je ne sais plus lequel).
je suis très triste du départ de justine brabant...
grosse perte pour @si...
Cette émission, c'est n'importe quoi. Un geek, ce n'est pas ce qu'en ont fait les marketeux qui veulent vendre toutes leurs saloperies de gadgets électroniques. Un geek, c'est avant tout UN PASSIONNÉ D'INFORMATIQUE, un bidouilleur. En gros, tous les paumés qui sont des no-life mais cons comme leurs pieds ont repris ce mot qui avait un sens noble avant, alors que leur véritable identité, c'est juste "jeune paumé". Attention, tout le monde n'est pas vraiment dans ce cas de figure.

Mais cette émission n'en parle même pas, elle ne parle que de l'exploitation commerciale de ce nom, les films, les mangas, la SF, les gadgets électroniques. Ces gens ne sont pas des geeks. Rien à voir !

Pauvres geeks, on leur a volé leur identité.
Bon ce message va t)-il être en bas c'teu fois (après refresh et retour en page initiale quand même)?
Yep !!!

Et sinon la remarque que vous attendiez tous: l'informatique a t-elle un sexe?
Le stéréotype du geek est masculin, certes, et celui du hacker?
Bravo pour cette émission !
Vous parlez du rapport des geeks aux décideurs / chefs ... ceci me fait penser à une conférence informatique qui se tient une fois par an depuis 2008 "le rendez-vous annuel des geeks et des boss" : http://www.universite-du-si.com/
L'objectif de cette conférence est de faire se réunir informaticiens (développeurs ...) et directeurs informatiques des grandes entreprises francaises (car même au sein du "milieu informatique" le clivage geek / boss est extrêmement présent).
Ah bah merde alors; j'en suis un, et je ne le savais même pas....
Faites bien attention, si vous voulez devenir un vrai geek dans la vie... Au Lvl 78, selon les choix qu'il fait pendant la partie (comme la sélection de l'aptitude "digestion de curly" ), le geek PEUT évoluer en geekarlier.

Bon, sinon, monsieur Werber nous dit que le geek est celui qui a une longueur d'avance sur son temps... Pas seulement ! Certains geeks sont tournés vers le passé et la nostalgie, pas vers la nouveauté. On compte déjà plusieurs magasins de jeux-vidéo spécialisé dans les vieilleries : amiga, vieilles nintendo, néo-géo (machine d'arcade à grande réputation). On appelle cette tendance le "retro-gaming". Pour les possesseurs de PC, il existe aussi des sites, comme GOG.com, qui fournissent en téléchargement payant des jeux marquants des années 90 (Duke Nukem 3D, Fallout, the descent)... Beaucoup de ces geeks nostalgiques fouillent les caves et les greniers à la recherche des jeux qui les ont marqués enfants. Ces gens s'improvisent souvent "historiens" des jeux-vidéo... Même s'il s'agit d'un média jeune, il évolue très vite, et les oeuvres marquantes se comptent par centaines.

Cette culture geek du passé ne se limite pas aux jeux-vidéo... C'était un exemple. On peut aussi parler d'un phénomène encore restreint à un petit groupe d'initiés : les chasseurs de nanars. Soudés en France autour du site Nanarland.com, ils écument les cash-converse et les vides greniers pour trouver de vieux films de série Z, le plus souvent sous format VHS, qui doivent avoir une particularité : leur comique involontaire. Ce sont souvent des films fantastiques, de science fiction, d'Heroic Fantaisy ou de Ninjas. On compte aussi des mélodrames, des films érotiques, des films d'aventure... Mais surtout des films TURCS, toutes catégories confondues. Il y a aussi les nostalgiques des mangas du Club Dorothée, les cinéphiles amateurs de cinéma bis, de films d'horreur des années 50.

Je pense que le geek, c'est juste celui qui a une passion bizarre dans laquelle il s'investit énormément. Pas forcément quelqu'un de tourné vers le futur. Je pense aussi qu'il est fier d'appartenir à un petit groupe.
Super émission. Le passage sur le dessous des chaines des fournisseurs internet très intéressant.
Je voulais juste dire que je salue le travail de Justine Brabant,
souvent pertinent, avec cette petite touche d'impertinence.
Justine me manquera dans le site @si.
Les @sinautes ne seraient-ils pas des geeks qui s'ignorent ?
Oé je suis une geekette du dimanche: 15%

Mais le test existe aussi en français ici, pour ceux qui préfère.
Ah, j'oubliais cette ode à la "culture geek", White and Nerdy et ses paroles, par Weird Al Yankovic.
Ben pour des incultes, l'échantillon de geeks (pas moyens, mais bon) a plutôt un langage précis et nuancé et agréable, sûrement plus que le nouveau lecteur des Roujon-Macquart - difficile de juger pour M.Fillon, il faudrait l'entendre un peu plus...
En particulier, les deux pseudo-reportages avec deux tons différents, très réussis.
Et bien je crois bien que c'était une des meilleures émissions de la saison.
Des interlocuteurs intéressants, des points de vues différents en plateau (pas un monologue), et un sujet encore peu débroussaillé par les médias (ou très mal).
Merci.

Comme c'est la dernière de l'année, pourquoi ne pas faire un point sur les émissions de la saison ? Et vous, quelles sont celles que vous avez préférées ? Pourquoi ? Et quelles sont celles que vous avez détesté ?
haaaa ce brave premier ministre qui s'ennuie, dans sa définition François Fillon s'appelle un "early adapter", aka un gros bourgeois qui claque son fric dans des machines high tech très cher et très dépassé assez vite. Assez détestable pour ce que cela représente dans la société, encore plus pour les geek pauvre qui aimerais bien avoir la moitié d'un iphone.

J'aime bien la définition qui fait du geek celui qui ne refoule pas son imaginaire d'enfant.
Le "geekisme" reste une chose très hétéroclite que l'on essaye de caser dans un seul grand groupe identitaire, dans lequel les gens s'y reconnaisse finalement très peu, entre les japanophiles et les starwarfilien ou encore tolkiniste, il y a un gouffre culturel insondable.
Petite remarque au vu de certains commentaires (je n'ai pas encore vu l'émission).

Je trouve curieuse cette manie de vouloir mettre les "geek" tous ensemble dans une catégorie précise, alors qu'il y en a tant de types différents.

- Déjà le "vrai" geek, le pur, celui qui est sous linux, qui porte un T-shirt gnu, qui est asocial, code pour le plaisir (et quand il trouve une copine, ce n'est pas toujours facile pour elle)
- Le geek plus social, mais toujours féru d'informatique et prêt à se lancer dans une discussion technique n'importe quand
- L'ensemble des gens qui aiment la littérature fantastique, et/ou la BD
- Les fans de Japon en général et d'anim en particulier (otaku). Se reconnaissent à ce que, non seulement ils lisent des mangas, mais prennent des cours de japonais et sont imbattables sur toute la culture japonaise.
- Les fans de jeux de rôle
- Les fans de jeux vidéos en général, de MMORPG en particulier.

C'est vrai que différentes catégories peuvent se recouper entre elles, mais on peut adorer la littérature fantastique sans rien comprendre à l'informatique, a priori.

Vous remarquerez que le seul type que je n'ai pas cité, c'est celui qui a un blog et un blackberry pour faire genre "j'aime la technologie", et qui croit que ça suffit pour faire geek.

Mais, franchement, qui ne se reconnaît pas au moins un peu dans l'une d'elles, ou n'a pas d'amis dans ce cas? Pour ma part, j'ai plutôt du mal à trouver des gens de mon entourage qui ne correspondent à aucune de ces catégories (mais bon, je suis [s]peut-être[/s] [s]un peu[/s] geek aussi). Ou alors, c'est juste une question d'âge: ce qui était marginal en 85 est devenu majoritaire pour la génération suivante...

Une dernière remarque sur la littérature fantastique. C'est vrai que c'est un peu considéré comme de la sous-littérature (je ne sais pas si c'est en France plus qu'ailleurs), de façon tout à fait injuste... Par ailleurs, je n'aime pas trop Werber, l'homme qui a une idée sympa de temps en temps et la délaye en 500 pages avec un style très plat. Il est d'ailleurs tout à fait grand public (même lu par le geek-blackberry si ça se trouve :p). On peut écrire de la fantasy et avoir un style littéraire recherché. Je pense par exemple à Robin Hobb, l'un de mes auteurs fétiches. Certes, c'est en anglais. La traduction française est toutefois très bonne, à la hauteur de l'original.
Simplement, excellente émission sur les "geeks", les passionnés de l'imaginaire, comme j'aime à les appeler. Il se fait un peu tard pour commenter, mais j'ai vraiment eu beaucoup de plaisir à visionner cette discussion. Bravo!
J'ai vraiment trouvé cette émission réussie, globalement je trouve que vos émissions sont mieux quand il y a plusieurs invités... il manquait peut-être quand même un contradicteur...

Sinon, moi qui vis dans mon monde je n'avais pas remarqué que les littératures de l'imaginaire soient particulièrement dénigrées, pourquoi plus en France qu'ailleurs? Dans les quelques librairies où j'ai eu la chance d'entrer à l'étranger, l'importance relative des rayons est grosso modo la même... et on a des très bons écrivains SF en France, on n'est pas obligé d'en rester à Werber (que j'ai adoré étant ado)...
En fait je trouve que l'émission retranscrit assez bien ce que je connais de la culture Geek.

Ce sont des personnes passionnés qui ne sont pas avares quand il s'agit de leurs passions . Ils aiment ça. Ils aiment en parler. Le raconter. C'est ce que je trouve vivifiant. Ce que j'apprécie chez mon ami geek c'est que justement, il aime faire découvrir de nouvelles vidéos, de nouveaux liens, il parle de sa passion avec beaucoup de générosité. Et j'adore ça.

C'est vrai qu'a première vue, comme certains le disent plus haut, les geeks avec leurs codes, leurs références peuvent sembler évoluer en vase clos. Ce qui s'explique par un comportement très dédaigneux de la part de certaines personnes. L'exemple sur ce forum avec la personne qui traite la culture Geek de sous culture d'illettré - Déjà, sous culture vis à vis de quoi? La grande culture classique? Je trouve toujours désolant qu'en France, on oppose la "grande et noble" culture à tout le reste. Ça serait si terrible à croire que l'on puisse aimer lire Hugo et Baudelaire ainsi que JK Rowling et Tolkien? Et ensuite, traiter les geeks d'illettrés et selon moi un exemple frappant de la méconnaissance de cette culture.

Ensuite, durant l'émission, on parle du désir du geek de posséder de l'inédit, qu'il aime garder pour soi et son petit groupe.
C'est vrai aussi pour les gens "normaux" qui fréquentent beaucoup Internet. Au gré du web, on passe beaucoup de temps à trouver des musiques, des groupes, des artistes qui nous plaisent. Et entendre à la radio une chanson inédite ou un nouveau groupe que l'on connait depuis deux ou trois ans via le net laisse toujours un goût amer. La peur de voir "notre" marotte récupérée par les médias de masse et tomber dans l'escarcelle commerciale.
Bon, je vais la faire courte et pointilleuse, mais je proteste fermement contre l'accusation d'anti-geekitude (par anticipation) de la part de Marguerite Duras. Oui, elle a dit qu'elle n'écrivait pas d'histoires, que pour elle écrire c'était le contraire de raconter des histoires (et c'est un credo littéraire que je partage). Mais je ne pense pas que cette opinion personnelle avait un caractère normatif et, par extension, ségrégant. D'autre part, on ne peut parler du "Nouveau roman" comme d'une école aux codes et pratiques uniformes et uniformément admises. Cette étiquette correspond à une typologie critique qu'aucun des auteurs concernés n'a véritablement acceptée et encore moins revendiquée...

Si vous voulez absolument des coupables au mépris de la culture de l'imaginaire, balayez plus large et intéressez-vous à ce qu'on appelle l'esprit français, héritier de Descartes et d'un certain nombrilisme : pourquoi chercher ailleurs, dans d'autres mondes, une perfection que notre culture réalise déjà ?
Quoi quoi, Justine s'en va?
Ouiiiinnnnn, nan, j'veux pas.. je retiens ma respiration jusqu'à ce qu'on annonce qu'elle reste!!!


Bon d'accord.
Sniff.

Allons, je vais regarder l'émission.
Et j'attends le comm qui va nous préciser la différence entre geek et nerd, qu'on rigole un peu :-)
Je me demande si le geek n’est pas un dandy de l’high tech, qui entend se démarquer de la massification des produits et de leurs consommations grossières et sans esthétisme, en y développant une culture singulière, même si paradoxalement elle se fait avec les objets mêmes dont il entend se différencier. Je ne crois pas qu’il y ait de certificat délivré pour être un geek et les frontières entre « geek » et « non-geek » ne doivent pas être forcément très nettes, si on fait abstraction du plan com’ de Fillon pour être dans le coup avec quelques gadgets dernier cri.

En ce qui concerne le rapprochement entre Platon et Matrix, il me semble relever d’une acrobatie au moins aussi vertigineuse que celle de Néo.

Je propose trois liens en réaction à cette émission intéressante :
- Les Indes galantes de Rameau dont a entendu un extrait lors de la cérémonie du 14 juillet, dans la première partie de l’émission, celui que je propose est à apprécier sans interviews lèche-bottes
- Street Fighter pour savoir quel est son combattant préféré dans ce jeu vidéo
- L’explication de l’allégorie de la caverne de Platon
il en faut pour tous les goûts, alors pourquoi pas une émission sur ce sujet..

Bon, sur ce, c'est surtout pour dire au revoir et souhaiter bon vent à Justine.
Puisqu'on la lira sur Internet, je suppose qu'elle va intégrer une rédaction web, alors laquelle ?

Mediapart, peut-être ?
Rue89 ?
Backchich, ils semblent avoir des difficultés financières...
Marianne ?
Le site à Colombani ?
Sujet intéressant, dommage que Daniel semble un peu "largué" sur le sujet, notamment au sujet de la chaîne Nolife qu'il ne semble pas avoir trop étudiée. Sophie s'en sort du coup beaucoup, beaucoup mieux. Merci pour l'historique des séries, l'émission aurait probablement perdu en crédibilité sans l'évocation de The Big Bang Theory, qui montre le passage à des personnages de Geeks "accessoires" à des geeks qui deviennent personnages principaux, sans compter que bon nombre de passages humoristiques de la série ne seront pas compréhensibles sans connaître certaines références culturelles. Le geek devient donc une cible commerciale à part entière, signe, peut-être, d'une véritable reconnaissance.

On aurait aussi pu chercher la petite bête : dans un monde de l'édition très concurrentiel, avec des auteurs qui ont du mal à percer, le succès quasi hégémonique de Werber (devantures à la fnac pour chaque nouveau livre) ne pourrait-il pas être accusé de ne pas être un pont vers la sf française, mais au contraire d'éclipser d'autres auteurs, avec ses sorties aussi régulières qu'un métronome ?

Au passage, Platon en patron des geeks, faut pas pousser... Werber en auteur geek, la question me semble un peu saugrenue, ça a pu être le cas à une époque, mais son passage dans la culture de masse me semble suffisamment ancienne pour que la question ne puisse plus se poser. Il est un élément culturel "classique", désormais. En aucun cas geek.
Justine s'en va, et Daniel n'a toujours pas réussit a prononcer son nom correctement :(

See You Cowgirl, someday, somewhere... (Parait qu'il y a des geeks par ici...)
Putain faut se cogner une heure de Bernard Werber sur le plateau???? Ca c'est vraiment pas sympa. Pour Suck my geek et Alexandre Pilot ok, mais inviter cette pompe à fric premier degré de Werber, vous pensiez que ça allait manquer de fight dans les forums ou quoi?

http://bibliobs.nouvelobs.com/20090710/13695/la-methode-a-werber

Pour Alexandre Pilot, c'est avec émotion que je le vois là, j'ai fait de la figuration dans les Bitoman 12 (j'étais Major Kusanagi) et le Bitoman 13 (j'étais Misato Katsugari)...
Tssss ! Le vrai Geek ici c'est hurluberlu (d'ailleurs sur l'illustration du sujet c'est bien lui, je le reconnais avec tous ses petits bras à la Shiva)

Fillon c'est tout juste un casseur d'Audi sur 1 tour [s]d'honneur[/s] de la honte en ouverture des 24 heures du Mans il y a deux ans : non content d'avoir pété la boîte séquentielle qu'il a bloquée en première, il est rentré aux stands en pleine zone rouge à 120 km/h (pour s'épargner la honte de rentrer à 70 km/h) et il a donc également cramé le moteur !

Un vrai génie ce Fillon, c'est comme à Matignon, on sent vraiment qu'il est bon (surtout pour la boucler tout en cramant un budget croquignolet)

Allez salut François, si tu me lis,

Et amitié à notre hurluberlu qui, lui, est un Geek, un vrai de vrai, garanti sur facture.

***
ho la la!
j'en n'ai vraiment rien à faire des geek!
j'ai la désagréable impression depuis quelque temps, qu'asi "s'éthnocentre" de plus en plus ...
avec de tel sujet abscons pour happyfew,
permettant de "privatejoke" à quelques habitués sur le forum,
ça m'exclu,j'aime pas bien
au fait,y pensent quoi les geek des attentats à Jakarta?
et M Jackson ,il était geek?

ps je ne regarderai pas cette émission
Salut Justine....
et merde;-))
gamma
Une tribune offerte à quatre geeks pour défendre sans la moindre contradiction leur sous-culture d'illettrés à base d'aveuglement scientiste, de culte fanatico-technologique, de gribouillages dans les comics/comic books/mangas, de fausses langues mythologico-artificielles, de cosplay, de RPG en costume à 4h du mat' dans les catacombes, de headshots à Quake III et de coca-cola reversé sur le clavier. Bravo ! Qu'est-ce qu'il ne faut pas faire pour surfer sur la vague de geekitude forcenée du moment. Et après ça on voudrait encore nous faire croire à une contre-culture opprimée...

(et ça, en langage geek, ça s'appelle juste un troll)
Je n'ai pas encore vu l'émission mais bon. Je vais la visionner avec grand intérêt. J'ai un ami qui est geek.

Grâce à lui, j'ai "appris" Internet. Quelques fondements essentielles à tout les newbies dans mon genre ( les néophytes)
Il m'a apprit qu'Internet Explorer c'est le mal, et Mozilla, c'est le bien
Il m'a apprit que la réponse à la grande question était le 42...Ce qui à changé ma vie.
Il m'a encouragé à regarder anime, manga et autres tout droit en japonais sous titré.
Et puis il m'a obligé à aller lire Bash.fr ce que je ne regrette pas.

Mais c'est un vrai geek dans le sens ou c'est il est féru de science, de progrès, d'informatique. Tout en lui est d'une profonde cohérence avec sa nature geek.

Je trouve que le monde des geek est un monde rafraichissant. Et intéressant. Je ne suis pas une geek. Clairement. Mais je comprends le "parler geek", le parle aussi parfois . En fait, comme beaucoup, je suis une Geekette du dimanche. J'aime la fantasy, j'aime passer une journée entières a jouer à Age Of Empire et me faire pouwned (battre) en toute beauté...
Au fait, elle va faire quoi, Justine ?
Selon moi, toute personne ne comprenant pas au moins une de ces références dans toute sa "profondeur"(lol), ne peut prétendre être un geek :

Par exemple...
1 - sudo rm -rf
2 - GG tu roxx! OLOL ! Pouwned!
3 - itadakimassss
4 - Row Row fight the power
5 - :3 :"D : / 0_o
...

Selon moi encore une fois :p, le reste n'est qu'adepte de nouvelle techno. Le geek ne dépense pas sa "fortune" dans du nouveau matos, mais il compare, comprend et s'intéresse... aussi beaucoup à la politique ces derniers temps :p

geek rulez :D
Vu sa prestation dans son rôle de Premier ministre, la passion de François Fillon pour les "mondes imaginaires" et la "fantasy" (mais pas heroic) est largement avérée !
OMFG le plateau de rêve pour un Geek comme moi !

Désolé, mais il fallait que je cris ma joie :D
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.