Vert, noir, jaune.
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Vert, noir, jaune.

Réservé à nos abonné.e.s

La France aura donc, ce week-end, donné au monde ébahi l'image (sans doute unique) d'un pays où les manifestations non-violentes pour le climat doivent tourner court, violemment réprimées par la police à coups de lacrymos. 

A qui la faute ? Aux black blocs, qui ont pris la tête du défilé, formant pour la première fois, avec quelques centaines de Gilets jaunes, un "cortège de tête", ont seriné les télés. A la police et au gouvernement, a estimé pour sa part la presse de gauche, en minimisant dans ses reportages le rôle de ce cortège de tête (voir ici notre article).

L'ensauvagement...

Il vous reste 81% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.