Climat, virus : comme un lundi matin
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Climat, virus : comme un lundi matin

Vous voyez cette photo ? N'est-elle pas mignonne, cette photo ? Ce sont des enfants qui se rafraîchissent dans le lac Krugloe. Le lac Krugloe se trouve dans la ville sibérienne de Verkhoyansk, où ont été enregistrées samedi des températures de 38°38 degrés au nord du cercle arctique, ce sont  30° de plus qu'à l'ordinaire, tweete alors un organisme officiel de l'ONU sur le changement climatique...

... qui s'est planté : ce ne sont pas 30° de plus que la moyenne, ce ne sont "que" 18° de plus, par rapport à la normale saisonnière. La moyenne des maximales de juin est de 20°, précise le spécialiste de l'Arctique Milkaa Mered (notre invité ici). Punition ? Le compte Twitter tout entier de l'UNFCCC a ce matin disparu. 

18° de plus que la normale. Une anecdote. Une paille. Sans doute la raison pour laquelle ce record ne fait pas les titres des radios du matin. Alors que se poursuit la fonte du permafrost (qui, causant l'affaissement d'une cuve de diesel, a provoqué au début du mois une grave marée noire près de Norilsk, dans l'Arctique russe) et, qu'en Italie, on vient de recouvrir un glacier d'un drap blanc géant.

Vous me direz qu'on ne peut pas s'angoisser en permanence sur plusieurs sujets.  Nos capacités de flippe sont actuellement monopolisées par les modalités du déconfinement. Une seule panique à la fois, SVP ! Certes. Je comprends bien. Vous serez donc heureux d'apprendre que le taux de reproduction des contaminations vient de bondir en Allemagne, passant de  1,79 à 2,88, ce qui signifie que sur 100 personnes qui ont contracté le virus, 288 autres seront infectées. Le taux de reproduction, pour mémoire, est un indicateur essentiel de la dynamique de la pandémie. Ce bondissement a attiré l'attention de l'agence Reuters, mais manifestement pas de l'AFP, ce qui explique la discrétion des médias français. S'il est vrai, comme le disait ici notre chroniqueur Jean-Lou Fourquet, que nos capacités d'attention et d'anticipation de la pandémie sont un "bac blanc de la crise climatique", on est mal partis pour l'examen. Bon lundi matin !


Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.