Oui à La Ruche qui dit Oui !
Éconautes
Éconautes
chronique

Oui à La Ruche qui dit Oui !

Après les AMAP, un nouveau mode de distribution alternatif ?

Réservé à nos abonné.e.s
Vous lisez la presse locale ou le canard de votre quartier ? Alors peut-être connaissez-vous La Ruche qui dit Oui, start-up labellisée sociale et solidaire qui vient de lever 8 millions d’euros auprès d’investisseurs étrangers et qui est passée sous le radar des médias nationaux. Le principe est simple : vous commandez sur Internet la marchandise auprès de producteurs locaux – viandes, pains, produits laitiers, fruits et légumes – puis vous récupérez vos victuailles dans une Ruche près de chez vous qui accueille les producteurs. Une manière de consommer différemment, en privilégiant les circuits courts et le retour à la saine nourriture.

"Vous avez commandé quoi ?" Didier Caillibot, le patron du restaurant qui accueille La Ruche qui dit Oui, réfléchit : du porc. De la roquette. Du lait cru... "et des fraises" ajoute Marjorie Ravier, la responsable de La Ruche, qui lui tend son bordereau de commande. Didier a fait ses courses auprès de producteurs locaux en se connectant sur le site Internet de La Ruche deux jours avant la livraison prévue tous les mercredis dans son restau de la rue Colbert à Tours. Il a payé en ligne. Du coup – à l’image des drives des supermarchés – il n’y aura pas d’échange d’argent.

Marjorie orchestre l’arrivée de "ses" abeilles –...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.