La solitude, c'est meilleur à plusieurs
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

La solitude, c'est meilleur à plusieurs

Les transitions qui tuent, série d'été, acte 2.

Réservé à nos abonné.e.s
Pendant le mois d'août, chaque semaine, Alain Korkos rapproche deux zeuvres.
Sans transition

? Mais si ! Avec des transitions qui tuent.

La famille Bellelli ou Portrait de famille
par Hilaire-Germain-Edgar de Gas (Edgar Degas), entre 1858 et 1869
Huile sur toile, 200 × 250 cm
Musée d’Orsay, Paris

À notre gauche, la haute silhouette nocturne de Laure de Gas, la tante du peintre ; ses deux petites cousines, Giovanna et Giulia, et enfin à droite, son oncle par alliance, Gennaro Bellelli. La femme et les deux enfants sont vêtues de noir parce que le père de Laure, grand-père d’Edgar et des deux fillettes, vient de mourir. C’est lui, René-Hilaire de Gas, dont on voit le petit portrait à la sanguine accroché au mur :

Mais la tante du peintre n'est pas ...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.