La bascule à Charlot
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

La bascule à Charlot

Réservé à nos abonné.e.s

C'est d'abord un couloir obscur. Sur l'un de ses murs est inscrit le Sixième Commandement : « Tu ne tueras point. » Suivent quelques édifiantes peintures, savamment éclairées : La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime de Pierre-Paul Prud'hon…


… un très vériste calvaire de Nikolaï Nikolaevitch Gay…


… et d'autres encore.

Puis, au bout de ce sombre corridor, une guillotine. Pas une reconstitution ou une authentique datant de la Révolution, non, mais celle qui, en 1972, coupa en deux Roger Bontems sous les yeux de maître Badinter. « Jusque-là, j'avais été un partisan de l'abolition, écrivait-il dan...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.