Jeff Koons, vendeur de vent
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

Jeff Koons, vendeur de vent

Réservé à nos abonné.e.s
Le Centre Pompidou présente depuis le 26 novembre dernier et jusqu'au 27 avril prochain une rétrospective Jeff Koons, l'artiste vivant le plus cher du monde au monde. Lémédiafrançais se l'arrachèrent toute la semaine, et le patron de ces lieux révéla sa fascination pour ce bonhomme tout sourire en costume-cravate propre sur lui tel un représentant en aspirateurs Hoover qui vient sonner à votre porte, Madame, pour vous apporter le bonheur.


Des aspirateurs, justement. C'est en exposant de ces engins faiseurs de vide dans des boîtes éclairées par des néons blancs que Jeff Koons, alors courtier à Wall Street, commença sa carrière artistique.

New Double Shelton Wet/Drys 10 Gallon, 1980


Viendront ensuite, à partir de 1985, les ballons de basket de la série Equilibrium. Tenus par Docteur Dunkenstein (Darrell Steven Griffith) et coupés en deux, ils dégagent de la fumée ; immergés dans des aquariums, ils flottent ; enfermés dans des boîtes avec des ballons de foute, ils forment un mur de bulles épaisses ; moulés en bronze, ils donnent du poids au vide qu'ils contienn...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.