Les capsules temporelles de Warhol, ou l'archéologie du quotidien d'hier
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

Les capsules temporelles de Warhol, ou l'archéologie du quotidien d'hier

Réservé à nos abonné.e.s
Un article de la BBC publié le 9 septembre dernier nous apprend que l'avant-dernière capsule temporelle d'Andy Warhol a récemment été ouverte, et a délivré ses secrets enfouis depuis les années 80. Les capsules temporelles sont des boîtes en carton dans lesquelles Andy Warhol a entreposé des tas d'objets : livres, journaux, magazines, cartes routières, cartes postales, timbres oblitérés, objets en plastique, photos, films Super-8, bandes dessinées, coupures de presse, disques 33 tours, etc. Six cent dix cartons pendant treize ans, soit un carton par semaine environ.


C'est au cours d'une cérémonie qui eut lieu au Warhol, le musée de Pittsburgh qui lui est consacré, que la boîte n°528 a été récemment ouverte. Après elle il n'en restera plus qu'une, dont l'ultime contenu sera révélé en novembre prochain.


Cette idée consistant à enfermer des objets du temps présent dans des boîtes destinées à être ouvertes plusieurs années plus tard est tout à fait warholienne et c'est ainsi qu'un magazine, une pochette de disque, une bande dessinée de Dick Tracy ou une photo Polaroid obtiennent au moment de l'ouverture du carton leur quart d'heure de cél&eacute...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.