TGV : les médias français accusés d'occulter une revendication allemande
suivi

TGV : les médias français accusés d'occulter une revendication allemande

Mais cette revendication est très imprécise

Réservé à nos abonné.e.s
Dans l'affaire du sabotage des lignes TGV dans la nuit du 7 au 8 novembre, les médias français ont-ils caché une piste allemande, parce qu'elle contredisait la version officielle mettant en cause le groupe de Tarnac ? C'est ce que pensent, de plus en plus fort, certains internautes.

Le quotidien allemand de gauche Tageszeitung (Berlin) a reçu mi-novembre une lettre de revendication en allemand, mais il a décidé de ne pas publier le document car "nous ne l'avons pas trouvé assez intéressant d'un point de vue journalistique", a expliqué la rédactrice en chef Bascha Mika à l'AFP.

Liberation
L'étonnement de certains internautes qui critiquent le silence médiatique sur la "piste allemande" est partagé par Benjamin Rosoux, co-gérant de l'épicerie de Tarnac, et mis en examen, comme Julien Coupat. Cité par l'AFP, Rosoux dans un entretien diffusé jeudi 18 décembre par France 3 Limousin-Poitou-Charentes "s'est étonn&eac...

Il vous reste 84% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.