Quotidiens ou magazines, qui a tué Presstalis ?
article

Quotidiens ou magazines, qui a tué Presstalis ?

Réservé à nos abonné.e.s
En plein redressement judiciaire, le premier distributeur de presse français, Presstalis est sous observation du tribunal de commerce de Paris après un plan de relance proposé par les patrons de presse quotidienne qui en sont actionnaires... mais toujours rejeté par une partie des patrons de magazines, autres actionnaires majeurs de l'entreprise. Le tout sous l’œil de cette même presse.

Presstalis n'en finit pas de couler. Accablé par des dettes, le principal distributeur de presse française s'était déclaré en cessation de paiement le 20 avril dernier, avant de recevoir un énième prêt de 35 millions d'euros de l'Etat pour soutenir à bout de bras l'entreprise défaillante en pleine procédure de redressement judiciaire. Et le 15 mai, le tribunal de commerce de Paris s'est prononcé en faveur d'un plan de sauvetage porté par les éditeurs de la presse quotidienne nationale. Une décision qui rajoute un énième épisode dans l'interminable crise qui secoue Presstalis depuis des années - nous y avions consacré une émission il y a plus de deux ans déjà (ainsi que deux articles, ici et ).

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.