Crise à Presstalis : les petits journaux étranglés par les gros ?
article

Crise à Presstalis : les petits journaux étranglés par les gros ?

Réservé à nos abonné.e.s
Ca tangue chez les éditeurs de presse français. En panne de trésorerie, le principal distributeur de presse, Presstalis, a annoncé début décembre 2017 qu'il retiendrait pendant deux mois 25% des revenus des éditeurs qu'il distribue. Les petits et moyens éditeurs montent au créneau, inquiets pour leur survie... et agacés, pour certains, du poids des gros éditeurs dans les décisions financières de Presstalis.

Les petits (et moyens) journaux vont-ils être coulés par la faillite de leur distributeur ? C'est le cri d'alarme poussé depuis plusieurs semaines par plusieurs d'entre eux. Récemment, le co-fondateur de l'hebdomadaire Le 1 Eric Fottorino, par ailleurs ex-directeur du Monde, s'inquiétait sur Twitter que le distributeur Presstalis "bloque 25% de nos recettes depuis décembre. Au risque de nous tuer". De son côté, le directeur du bimensuel de jeux vidéo Canard PC, Ivan Gaudé, dénonce une "confiscation" de la part de Presstalis "qui menace directement la survie des petits magazines". 

Mais d'où vient donc cette menace ? Presst...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.