Procès Berruyer : le terme "complotiste" jugé non diffamatoire
article

Procès Berruyer : le terme "complotiste" jugé non diffamatoire

Réservé à nos abonné.e.s
Le blogueur Olivier Berruyer s'opposait en septembre à des journalistes du Monde, un youtubeur et un chercheur devant le tribunal, s'estimant diffamé pour des vidéos, tweets et articles. Si le tribunal a estimé que les termes "complotiste" et "conspirationniste" étaient des accusations trop imprécises pour être considérées comme diffamatoires, Le Monde a été condamné pour un article, ainsi que Samuel Laurent, journaliste du quotidien, pour un tweet.

Cinq. C'est le nombre de procédures intentées par le blogueur Olivier Berruyer qui étaient jugées par la 17e chambre du tribunal de Paris le 20 septembre, et dont les jugements ont été rendus mardi 17 décembre. Celui qui laisse rarement passer les propos jugés diffamatoires à son endroit avait déposé plainte pour diffamation dans divers articles, tweets et vidéos : un article des Décodeurs du Monde assurant qu'il avait supprimé des centaines de contenus de son blog, Les Crises, pour masquer des erreurs, un autre article du même journal, désignant Berruyer comme quelqu'un "qui frise souvent le conspirationnisme", un tweet de Samuel Laurent, journaliste du Monde, le qualifiant de "faussaire"un autre tweet, du chercheur en géopolit...

Il vous reste 92% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Trump, Biden, et l'Ukraine : la guerre des récits

Une vidéo met à mal le récit démocrate

2010 : quand les médias bashaient Bachelot

... mais la réhabilitation médiatique oublie sa loi de 2009, qui lançait le mouvement de fermeture des lits

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.