Morts à Gaza : échauffourées ou massacres, la presse française hésite
article

Morts à Gaza : échauffourées ou massacres, la presse française hésite

Réservé à nos abonné.e.s
"Affrontements", "heurts", "violences"... ce sont les quelques termes employés par la presse française pour qualifier le massacre de 60 Palestiniens à Gaza, lundi 14 mai, lors du transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem. Frilosité ou distance de la part des journalistes français face au conflit israélo-palestinien ?

Alors qu’Israël fêtait ses 70 ans et inaugurait les nouveaux locaux de l' ambassade américaine à Jérusalem, lundi 14 mai, 58 Palestiniens venus manifester le long de la frontière dans la bande de Gaza ont été tués par des tirs de l'armée israélienne. Et plus de 2000 Gazaouis ont été blessés. C'est la journée la plus meurtrière dans l'enclave palestinienne depuis 2014. Plusieurs médias comme Marianne ou encore Libération ont directement qualifié cette répression sanglante de massacre.

Libé

D'autres ont préféré employer le même terme mais... avec des guillemets. C'est notamment le cas pour l'Obs  ou pour Le Figaro, qui au moment de la rédact...

Il vous reste 87% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.