"Le Parisien" et le conte de fées de l'enseignante-rentière
article

"Le Parisien" et le conte de fées de l'enseignante-rentière

Le quotidien médiatise une société de "coaching immobilier" de façon trompeuse

Réservé à nos abonné.e.s
Christelle n'est plus institutrice à Paris depuis huit ans, mais c'est sur son ancienne profession qu'a choisi de titrer "Le Parisien". Quitte à publier telle quelle la communication de cette entrepreneuse rentière et multipropriétaire reconvertie dans le "coaching immobilier".

L'éthique journalistique du Parisien a connu meilleure année. En juin, le journal se prenait les pieds dans une (fausse) histoire de propriétaires ayant acheté une maison qu'ils disaient "squattée" depuis son achat.C'était faux : ils en avaient connaissance à l'achat, contrairement à la version qu'ils déversaient dans les colonnes du Parisien et dans une vidéo virale, sans contradiction ni vérifications du journal. Un fiasco journalistique dont la rédaction n'assumait pas vraiment la responsabilité, mais qui avait mené à un communiqué reconnaissant l'erreur et une réflexion interne "pour améliorer le processus de vérification".

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.