La Samaritaine : les médias au diapason de LVMH
article

La Samaritaine : les médias au diapason de LVMH

Réservé à nos abonné.e.s
Bernard Arnault, président du groupe LVMH, vient de voir le permis de construire de la Samaritaine, un grand magasin parisien qu'il souhaitait rénover et moderniser, annulé par le tribunal administratif de Paris, saisi par des associations de protection du patrimoine. Depuis le début, dans cette affaire, de nombreux journaux prennent le parti du premier annonceur français.

Traiter les mésaventures du groupe LVMH quand Bernard Arnault, son président, est le propriétaire ou un important annonceur du journal dans lequel on travaille peut s’avérer un exercice périlleux pour un journaliste. Si, à @si, nous avions déjà noté la complaisance de certains salariés envers leur patron), il semblerait que le travail d’autres journalistes, non directement affiliés au groupe LVMH, puisse aussi en pâtir. Le traitement médiatique de l’affaire de la Samaritaine en est un exemple troublant.

Le groupe d’Arnault, qui détient 55% du capital du grand magasin parisien La Samaritaine depuis 2001, souhaite entrepre...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.