28
Commentaires

La Samaritaine : les médias au diapason de LVMH

Bernard Arnault, président du groupe LVMH, vient de voir le permis de construire de la Samaritaine, un grand magasin parisien qu'il souhaitait rénover et moderniser, annulé par le tribunal administratif de Paris, saisi par des associations de protection du patrimoine. Depuis le début, dans cette affaire, de nombreux journaux prennent le parti du premier annonceur français.

Derniers commentaires

Je viens de tomber (boum) sur ce petit article de la Boite Verte concernant l’architecture fofolle de maisons à Tokyo.
Le commentaire d’okapi07 dessous explique les raisons de ces architectures par l’impermanence qui règne là-bas.

Paris est l’inverse, magnifique ville immarcescible.
Les échos et le fig' encourant une peine de 3750 euros et trois mois de prison, qu'est-ce à dire ??? Ces feuilles de chous seront elles distribuées gratos aux prisonniers ?
Excellent article, bien sourcé.
2 bémols toutefois :
- "en décidant en mai 2014 l’annulation du permis de construire du nouveau bâtiment, au prétexte qu’il n’était pas conforme au plan local d’urbanisme" écrit l'auteur. Qu'est-ce qui lui fait penser qu'il s'agit d'un prétexte, et pas d'un motif légitime?
- Pourquoi citer si souvent la feuille confidentielle L'opinion?
Que L’Opinion, journal d’obédience libérale, en vienne à féliciter la maire PS de Paris, est particulièrement remarquable.

Que d'ironie !
le communiqué de presse et le jugement du TA c'est

considérants n° 7 à 11
Oui enfin, si on retrouve toujpours les mêmes aguments c'est peut-être aussi qu'ils veulent dire quelque chose, non ?
Ca vous semble naturel vous que le tribunal juge qu'esthétiquement le projet n'a pas sa place à cet endoit ?
J'aurais aimé dans cet article une argumentation plus sérieuse que "si ils disent tous pareil c'est qu'ils récitent des éléments de langage."

Beaucoup des avis donnés sont des architectes ou des journalistes suivant l'architecture, en quoi il seraient particulièrement inféodés à LVMH ? L'argumentation semblerait plus solides si on assistait à une levée de boucliers d'éditorialistes ou de "grandes plumes" pas particulièrement liées aux question du débat architectural.

Potassez les attendus, et revenez discuter.
a voté comme utilité publique
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.