La dette : rattrapage pour les largués
article

La dette : rattrapage pour les largués

Agences, banques, spread : on reprend tout à zéro

Réservé à nos abonné.e.s
"Les articles sur la dette, je ne lis plus, je n'y comprends rien". "J'ai manqué des trains au début, et maintenant je suis largué". Ces cris de détresse, parfois poussés par de très (très) proches de l'équipe d'@si, nous sont allés droit au coeur. Ne reculant devant aucun effort de pédagogie, nous répondons ci-dessous à quelques questions élémentaires: pourquoi la dette publique, en Europe et en France, est-elle désormais au coeur des débats ? La France est-elle vraiment dans le viseur des "spéculateurs" (et d'abord, qui sont ces "spéculateurs") ? Comment fait-on pour "acheter de la dette" ? Les banques sont-elles responsables de la situation ? Etc etc.

Elle est partout. Elle a colonisé les discours des politiques, les tribunes des économistes, la contestation des militants. Dette "publique" ou dette "souveraine", celle qui est accumulée par les Etats depuis des décennies, et croît chaque année un peu plus. Mais quelque chose à changé. Avec la crise grecque, et les tensions des "marchés" autour de l'Italie et, demain sans doute, de la France, la question de la dette est devenue centrale, notamment dans l'hexagone. Pourquoi ? Comment ?


pourquoi la dette au coeur du débat ? d'abord, parce qu'elle augmente...

La première raison pour laquelle la dette est sur toutes les lèvres, et semble dicter l'ensemble des d...

Il vous reste 97% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.