En Italie, la télé se paie Asia Argento, qui "pleure et baise"
article

En Italie, la télé se paie Asia Argento, qui "pleure et baise"

Haro sur l'actrice, qui accuse le producteur américain Harvey Weinstein de viol

Réservé à nos abonné.e.s
"Slut-shaming" à gogo dans les médias italiens. Il y a quelques semaines, l'actrice et réalisatrice Asia Argento accusait parmi d'autres le producteur américain Harvey Weinstein de viol, brisant ainsi la longue omerta entourant l'un des producteurs les plus célèbres de Hollywood. Depuis, presse et télé italiennes donnent sans complexe la parole à celles et ceux qui accusent Argento d'opportunisme et d'hypocrisie.



"Céder aux avances de son boss pour faire carrière, ce n'est pas du viol, c'est de la prostitution". Cette phrase, digne d'un grand troll des réseaux sociaux, était le sous-titre le 13 octobre dernier d'un éditorial publié dans le quotidien italien Libero. Un édito signé Renato Farina, journaliste ancien vice-directeur du même Libero, et qui attaque frontalement l'actrice italienne Asia Argento, très active sur Twitter depuis quelques semaines pour dénoncer les violences faites aux femmes (à l'image de l'actrice Rose McGowan).

En-tête de l'édito de Renato Farina dans Libero (traduction dans le texte ci-dessous)

Pour rappel, cette dernière...

Il vous reste 92% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.